Samedi 06 Juin 2020, 03:45     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Dragon's Dogma

par eronman 04 Juin 2012 13:20 29

Arrivé ce 25 mai 2012 sur PS3 et XBOX360, Dragon’s Dogma bouscule l’agenda vidéoludique des RPG occidentaux des sorties du printemps. Cette nouvelle licence, éditée et développée par Capcom, est le premier RPG de l'éditeur sur consoles next-gen, si l’on excepte Monster Hunter Tri sur Wii. Sachant cela, au moment de l’annonce première faite par Capcom, personne n’a vraiment prêté attention à ce nouveau projet, ou alors pour se dire « Capcom sur un RPG occidental ? mouais… ». Voyons maintenant si les génies que sont Hiroyuki Kobayashi et Hideaki Itsuno, auteurs de Resident Evil et Devil May Cry, ont réussi leur examen d’entrée dans l'univers des RPG ?

 

Dragon’s trauma

 

Tout commence dans votre village natal de bord de mer. Votre personnage, fraîchement créé dans un éditeur de personnage assez complet, vit sa vie de villageois ordinaire. Venant troubler le calme et l'harmonie ambiants, un dragon immense débarque d'une faille dans les cieux pour raser la moitié du village et venir vous arracher le cœur. Vous avez désormais un lien spirituel permanent avec ce dragon, et vous êtes devenu celui que tout le monde appelle « l’insurgé ». Faisons maintenant, un bref retour en arrière dans ce paragraphe afin d’insister un peu sur la création de personnage : Les attributs et autres compétences ne sont pas distribués par points, tout dépend directement de votre physique, de votre niveau et surtout de votre classe de base. Au départ, vous n’aurez le choix qu’entre guerrier, archer ou mage, sachant que ce choix de classe n’est pas définitif et pourra évoluer par la suite. Les autres choix de classes, accessibles plus tard dans le jeu, sont plus hybrides comme par exemple l’archer-mage, le paladin, le champion ou encore l’assassin.

Vous voici donc parti, battant la campagne, dans l’ultime espoir de retrouver votre cœur. Vos hauts-faits vous permettront rapidement de mériter le titre légendaire d’insurgé, et votre réputation étant désormais fondée, elle vous précédera partout où vous vous rendrez. Cette aventure, que l’on peut estimer à une cinquantaine d’heures en fonction de votre propension à l’exploration, vous ne la mènerez pas seul. En tant qu’insurgé, vous pouvez à tout moment faire appel à des « pions » ou « Myrmidons », sortes de soldats spirituels issus d’une faille magique, voués à vous obéir.

 

    

Les pierres de faille sont disséminés un peu partout dans Gransys

  

Un pion ? comme au collège ?

 

Dans la mythologie grecque, les myrmidons étaient des soldats particulièrement forts et surtout totalement dévoués à leur chef. Vous aurez d’abord un pion principal, que vous pourrez créer via l’éditeur de personnage, et qui vous suivra tout au long de votre aventure. Cependant, votre équipe pouvant être constituée de quatre personnes au total, il vous sera possible de recruter deux pions supplémentaires, mais dont la création ne vous incombera pas. Ces derniers sont en fait les pions principaux d’autres joueurs ou bien des pions fictifs créés par les développeurs. Ils seront recrutés très simplement, soit en leur parlant lorsque vous les croisez au détour d’un chemin, soit par l’intermédiaire des « pierres de faille » dispersées dans le monde de Gransys. Les pions secondaires que vous recrutez vous suivront gracieusement s’ils sont du même niveau ou d'un niveau inférieur à celui de votre personnage. Si toutefois vous recrutez des pions d’un niveau supérieur, il vous faudra dépenser des cristaux de faille pour vous octroyer leurs services. Des points de classe pourront également être gagnés pour débloquer de nouvelles compétences, alors que vos points d'expérience seront uniquement dédiés au gain de niveau.

Le pion principal, contrairement à vos acolytes intérimaires dont le niveau est fixe, évoluera en même temps que vous au cours de l’aventure. C'est donc à vous que reviendra la tâche de choisir ses compétences, son équipement et tout le reste. Notez bien qu’il est possible, dans des endroits dédiés, de mener des entretiens en tête à tête avec votre pion principal pour répondre à ses questions. Ce dernier vous demandera par exemple « Maître, lorsque nous engageons un combat, je vous informe des points faibles de l’ennemi, dois-je continuer dans cette voie ? ». Les réponses que vous apporterez à votre pion détermineront sa manière d’agir selon les situations. Ceci revêt une grande importance dans le gameplay, puisqu’en combat, en dehors de trois ordres de base (« par ici », « en avant » et « à l’aide ») vos pions seront complètement autonomes. Ainsi, un pion mage par exemple, en fonction des discussions que vous aurez eu avec lui, sera plus prompt à attaquer sans relâche, ou se concentrera au contraire sur l’aide apportée à ses coéquipiers via des sorts de soins, de protection ou d’enchantement d’armes.

 

    

Vous combattrez en équipe avec vos « pions »

 

Le choix vous est laissé de déclarer votre pion principal comme étant « public », réservé à vos « amis » sur votre réseau favoris, ou encore de le garder rien que pour vous en le déclarant « privé ». Si vous décidez de partager votre pion sur le réseau, celui-ci pourra être recruté par d’autres joueurs de Dragon’s Dogma pour les aider dans leurs aventures. Rassurez-vous, c'est une copie de votre pion qui partira alors guerroyer, et l'original sera toujours disponible pour vous. Lors des phases de repos dans les auberges, après un sommeil réparateur, votre pion vous fera alors un rapport des cristaux de faille acquis et des objets amassés lors de ses infidélités avec d’autres joueurs. Mais ce n’est pas tout, les pions dans Dragon’s Dogma sont « intelligents » et retiennent une foule d’informations lors de leurs pérégrinations. Ainsi, lorsque vous évoluez dans le jeu, vos pions vous bombarderont d’informations sur la façon de résoudre une quête en cours, sur le chemin à suivre pour accéder à un lieu ou encore sur les tactiques possibles pour mettre à terre vos ennemis. Vous comprendrez rapidement l’intérêt de recruter périodiquement des pions plus forts, mais aussi dont le niveau de connaissance est plus élevé. Si dans la pratique tout cela est largement perfectible, Il faut avouer que le principe est tout à fait intéressant. Vos acolytes deviennent alors de précieux alliés, y compris en dehors des phases de combat, pour vous aider à résoudre les quêtes.

Votre pion principal est donc votre deuxième personnage, votre alter ego, votre mulet et parfois tout de même votre meilleur allié. Cependant les pions sont mortels, et une fois passés de vie à trépas, ils ne seront plus à vos côtés. Une exception existe pour votre pion principal qui réapparaîtra automatiquement dès que vous toucherez une pierre de faille. Notez bien qu’un système d’entraide en combat vous permet d’aller relever vos pions s’ils perdent tous leurs points de vie. Mais attention, car si vous arrivez trop tard ou si la mort est trop brutale (chute, noyade…), il faudra faire sans eux, jusqu’à la prochaine pierre de faille ou la prochaine ville. Vous combattrez et voyagerez alors en effectif réduit.

 

Viva la libertà !

 

Beaucoup de joueurs se sont posés la question, et bien voici la réponse : Dragon’s Dogma est un jeu en monde ouvert, un vrai ! S’il n’est pas possible de nager à cause d’une malédiction bien pratique pour les développeurs, il vous sera tout de même donné de traverser des rivières, passer sous des cascades et piétiner dans des cavités bien gorgées d’eau. Pour les amateurs de l’exploration, sachez que la possibilité de grimper vous permettra d’accéder à  quelques corniches rocheuses et autres recoins propices à la récolte de trésors. Cela vous offrira parfois des accès uniques ou alternatifs à certaines zones du jeu. La grimpette, bien utilisée en combat, pourra parfois vous donner un sérieux avantage sur votre adversaire, surtout pour les archers et les mages.

Le monde de Dragon’s Dogma est relativement vaste et plutôt beau, même si la technique laisse parfois un peu à désirer : clipping, textures inégales. Le gros point positif, bien que subjectif, est celui de la direction artistique qui a pris le parti d’un univers très médiéval et très sobre. Les châteaux, les abords des villes et leurs ruelles tortueuses participent clairement à une bonne immersion du joueur dans un univers cohérent. On pourra toujours reprocher le manque d’originalité, mais il faut bien avouer que le charme opère, notamment grâce à un cycle jour/nuit vous obligeant à penser vos déplacements autrement, le tout servi par des effets de lumière très convaincants. La modélisation des personnages est cependant assez décevante même si leur design est globalement cohérent avec l’environnement.

 

    

Le design, plutôt agréable, est d'inspiration très médiévale

 

Le système de quêtes, dont le journal n’est pas très clair dans l’interface, mêle de façon quasi-indifférenciée les missions principales et secondaires. Il vous sera d'ailleurs assez souvent nécessaire de réaliser des quêtes secondaires pour avancer dans la trame principale, soit en s’assurant des faveurs d’un pnj, soit en débloquant une situation. Les quêtes sont elles-mêmes assez variées et plutôt agréables à réaliser. Bien que l’on puisse reprocher le classicisme de certaines d’entre-elles, les missions cherchent à vous divertir en alternant entre situations de combat et résolutions « non-violentes », un bon point. Et puisque nous parlons de la résolution des objectifs de mission, sachez que la plupart des quêtes ne peuvent être résolues que d’une seule manière, à quelques exceptions près. Un autre point positif tout de même c'est qu'en fonction de votre avancement et de vos choix, qui sont limités il faut le dire, certaines quêtes deviendront inaccessibles ou insolubles et seront rangées dans les dossiers classés sans suite. Malgré cela, la rejouabilité du titre de Capcom est tout de même assez limtée.

De façon très classique mais plutôt efficace, toutes les quêtes sont obtenues en conversant avec des pnj ou en consultant des « petites annonces » présentes en différents lieux des villes (Guildes, auberges…). Seule ombre au tableau : les pnj ont des marqueurs de quêtes pas très discrets au-dessus de la tête et qu'il n'est pas possible de supprimer… dommage pour l'immersion.

 

RPG or not RPG, that is the question…

 

Pour continuer dans la série des démystifications, vous vous demandez sans doute maintenant ce qui pourrait bien faire de Dragon’s Dogma un vrai RPG comme on les aime. Et bien tout d’abord, la liberté laissée au joueur dans la création du (des) personnage (s) et dans l’exploration du monde. Ajoutez à cela un aspect non linéaire dans le choix des aventures ainsi qu'un scénario qui se tient et vous obtenez déjà un terreau bien fertile. Seul le manque de profondeur des personnages viendra gâcher un peu le plaisir.

Le reste réside dans des éléments de gameplay disséminés ça et là pour agrémenter le jeu. Le joueur cartésien que vous êtes appréciera sans nul doute que la nuit soit sombre… Il faudra donc vous assurer que votre lanterne est bien dans votre barda avant de vous lancer dans un voyage un peu long, mais aussi que vous avez de quoi ravitailler cette dernière, sans quoi vous évoluerez dans une obscurité parfois déroutante. Pas la peine d’accélérer le temps pour attendre que le jour se lève, car en dehors des espaces de repos, cette fonctionnalité n’existe pas et c’est tant mieux ! Les voyages rapides ne sont pas non plus possibles en dehors de pierres magiques à usage unique, il faudra donc planifier correctement vos déplacements, notamment pour éviter certains allers-retours fâcheux. D’autres détails sont là pour vous rappeler, comme dans tout bon RPG, que vos actions sont suivies de faits. Votre lanterne, toujours elle décidément, s’éteindra si vous passez sous l’eau d’une cascade. De même, si votre personnage entame un combat en étant encore trempé après un passage dans l’eau, un malus d’endurance vous rendra la tâche plus ardue. Un vent fort rendra également les mouvements plus difficiles, particulièrement pour les petits gabarits. Autre détail qui permet une immersion plus poussée, vous pouvez désactiver presque tout l’affichage du HUD, jusqu’à votre propre barre de vie et celle de vos pions, ennemis, etc…

Les dialogues et le scénario, bien présents dans le jeu et soutenus par des cinématiques assez nombreuses, sont globalement réussis même s'ils n'offrent que trop rarement de vrais choix. Le tout est servi par une VOSTFR (Version Originale Anglaise Sous-Titrée en Français) qui ne restera pas dans les annales du RPG, malgré une qualité certaine. L’ambiance sonore est excellente, tant dans le soin apporté aux bruitages que dans celui apporté à la musique. Le bruit des tuiles lorsque vous marchez sur un toit, le bruit de l’eau ou encore la violence sonore des combats sont tout à fait convaincants. Un gros point négatif cependant subsiste car vos pions sont ultra-bavards. A tel point qu’il y a de fortes chances pour que vous désactiviez leurs sous-titres à l’écran tant ils sont foison et monopolisent l’écran ! Dommage quand on sait qu’une partie du gameplay réside dans les informations délivrées par ces mêmes pions, et que le jeu est uniquement en VOSTFR. Autre ombre au tableau dans les dialogues : votre personnage est, comme dans beaucoup de RPG, totalement muet. Dragon’s Dogma tire aussi un trait sur les possibilités de rôleplay offertes au joueur, et votre identité propre ne pourra transparaître qu’au travers de l’aspect de votre personnage et de votre façon d’appréhender l’aventure. En aucun cas les conséquences de vos choix ou de vos actes ne vous donneront la possibilité d’imprimer réellement et durablement votre patte à l’histoire que vous vivrez.

 

    

L'interaction avec l'environnement et les personnages est bien présente

 

L’artisanat existe aussi dans Dragon’s Dogma, principalement au travers de l’inventaire qui vous permet de combiner des objets. C’est le hasard et le bon sens qui guideront d’abord vos pas dans ce domaine, puis une fois acquise, la technique de fabrication des objets, potions, et autres babioles, deviendra plus facile. Des lieux d’artisanat, comme les boutiques d'armuriers, vous aideront à améliorer votre équipement.

 

Les humains, les dragons et les autres…

 

Ne cherchez pas d’autres races intelligentes dans Dragon’s Dogma, seuls les humains et les dragons sont à priori dotés d’une intelligence, même si quelques gobelins vous insulteront copieusement dans un anglais approximatif. Quoi qu’il en soit, tout ce qui n’est pas humain est en règle générale votre ennemi. C’est ainsi que vous aurez l’occasion de disputer moult combats contre des loups, des brigands, des sauriens, et tout une ribambelle d’ennemis beaucoup plus imposants comme des cyclopes, hydres, dragons et autres chimères gigantesques. Le bestiaire, relativement varié, bien modélisé et bien animé, vous donnera souvent du fil à retordre. La maniabilité de votre personnage est cependant très bonne et la prise en main quasiment immédiate. Les coups se déclenchent avec beaucoup de facilité, et c’est lors de vos pauses bien méritées dans les auberges et les camps que vous pourrez attribuer à chaque touche une compétence ou une attaque spéciale. Ces techniques de combats, apprises au fil du jeu, sont liées soit à l’arme utilisée, soit à votre classe. L’archerie, à laquelle une catégorie de joueurs accorde beaucoup d’importance, est bien traitée dans Dragon’s Dogma, avec un panel impressionnant de techniques à l’arc. Un autre élément non négligeable vient pimenter les combats, votre jauge d’endurance. Celle-ci sert indifféremment à réaliser n’importe quelle action (frapper, lancer un sort, tirer à l’arc, sauter, grimper, courir) et se consomme plus ou moins vite selon le mouvement entrepris. Il n’est pas rare d’être à court d’énergie en combat si vous n’êtes pas vigilant. Cela implique de se retrouver immobilisé, hors d’haleine, pendant plusieurs secondes. Des objets ou des sorts pourront tout de même vous aider.

 

    

Les affrontements, orientés action, sont très réussis malgré une caméra facétieuse

 

Les combats, bien que trop nombreux parfois, sont agréables et basés sur un principe simple mais efficace : chaque ennemi possède un, voire plusieurs points faibles. Seul le savoir-faire de vos pions, associé à votre connaissance des adversaires et à la puissance de vos coups permettront de triompher. Ce système gratifiant vous incite en permanence à déceler le talon d’Achille des ennemis, et puisque le gameplay vous le permet, à grimper tant bien que mal sur la tête d’un cyclope géant pour mieux le larder de coups. Cependant, attention à ne pas vous agripper n’importe comment à votre proie. Si vous êtes à portée de sa main elle vous broiera sans aucune pitié. Si les affrontements s’avèrent être plaisants, ils n’en sont pas moins assez difficiles parfois, notamment s’il vous vient la bonne idée de vous aventurer dans un secteur inconnu sans y être bien préparé. Ne vous étonnez alors pas de rentrer bredouille d’une quête après avoir fuit un combat perdu d’avance. Il faudra revenir plus tard, plus fort. « Et les sauvegardes, à quoi ça sert ? » me direz-vous… Eh bien dans Dragon’s Dogma vous n’avez qu’un seul emplacement de sauvegarde. Certains vont trouver cela fantastique : pas de droit à l’erreur et pas de retour en arrière, il faut tout assumer jusqu’au bout. D’autres joueurs le regretteront sans doute... Sachez toutefois que ce système si particulier de sauvegarde ne vous laissera, à priori, jamais dans une impasse totale. Il vous obligera par contre à bien réfléchir avant de vous lancer tête baissée.

 

Dragon’s Dogma possède de réels atouts. Ces derniers parviennent même à faire oublier de nombreux petits défauts de jeunesse, comme son aspect technique contre-balancé par un design cohérent, ou encore son système de dialogues compensé par une certaine profondeur de jeu. Les interfaces, pas très bien conçues, ternissent un peu le tableau sans pour autant gâcher le plaisir de jeu. Globalement très agréable à jouer, long et parfois difficile, Dragon's Dogma est plein de qualités. Offrant bien plus qu'un jeu d'action-RPG classique,  le titre de Capcom se démarque par une certaine identité et des combats quelques fois hors normes. Suffisamment plaisant à jouer pour les mordus d'action, et assez interactif pour les fans de RPG, Dragon's Dogma joue dangereusement sur les deux tableaux, et le mélange est excellent !

LES PLUS
  • système de pions
  • combats
  • esthétique médiévale
  • bestiaire
  • durée de vie
LES MOINS
  • interfaces
  • HUD trop chargé
  • affrontements parfois trop nombreux
  • modélisation des personnages
  • moteur graphique vieillissant

7/10

L'AVIS DE BATMAN

Avec Dragon's Dogma, Capcom nous livre là un savoureux mélange entre RPG occidental et RPG japonais, en tirant parti des qualités de chacun. Avec son monde ouvert et son bestiaire varié, le plaisir d'explorer et de découvrir tout cet univers se fait ressentir dès les premières heures de jeu. Le système de pions extrêmement bien pensé et original rajoute un fort intérêt au titre, tirant parti des fonctionnalités en ligne de nos consoles next-gen. Si le jeu affiche des décors variés relativement jolis, on regrettera quelques ralentissement lors des combats contre les plus gros monstres, où lorsqu'il commence à y avoir trop d'ennemis à l'écran. C'est du moins ce que j'ai ressenti sur ma Xbox 360. Les combats restent malgré tout très funs, très dynamiques et demanderont de la préparation si vous ne souhaitez pas mourir malencontreusement. On peut dire que malgré vos compagnons de combat, la difficulté est au rendez-vous ! Bien que le pitch de base soit des plus simples et que l'histoire met un certains temps à se mettre en place, le gameplay addictif vous poussera à revenir régulièrement sur le titre, car plus on joue à Dragon's Dogma, plus on a envie d'y rejouer !

7/10

Commentaires (29)

#2

Etienne Navarre
Gobelin

Sympathique à lire ce test. Tu peux nous en dire plus sur l'aspect "monster hunter" du titre? J'ai entendu par-ci par-là un côté chasse aux bestiaux plutôt bienvenu et des boss plutôt immenses.
#3

Volcanon
Citoyen

J'attendais le test avec impatience et je suis content d'y retrouver, globalement, mon ressenti.

Pas grand chose à rajouter, je l'ai acheté il y a quelques jours et je ne regrette pas d'avoir dépensé mes deniers.
#4

Batman
Grand gobelin

Sympathique à lire ce test. Tu peux nous en dire plus sur l'aspect "monster hunter" du titre? J'ai entendu par-ci par-là un côté chasse aux bestiaux plutôt bienvenu et des boss plutôt immenses.

Je me permet de répondre même si j'invite Eronman a compléter ma réponse vue qu'il a plus joué au jeu que moi.

En fait au dela des boss que l'on devra affronter à certains moment clé de l'histoire, on peut également croiser d'autre gros monstres totalement par hasard. J'ai de cette façon croisé une manticore alors que je me promenais gentillement dans une forêt, où un couple de cyclopes en déboucha dans un cirque montagneux.
Du coup l'aspect "chasse au monstre" reste omniprésent même sans s'intéresser à la quête principale. Par ailleurs on trouvera sur ces créatures des objets rares qui se revendent cher, ou très utiles pour le craft. Ajoute à celà les quêtes annexes type "chasse aux monstres" qui t'invitent à tuer 30 gobelins ou 15 homme-lezards, on retrouve un peu l'aspect des contrat de monster hunter.

Le système de combat d'ailleurs rappelle également cette autre série de Capcom, mais avec une orientation plus variée avec le système de compétence et d'armes primaire et secondaire.

Message édité pour la dernière fois le : 18/06/2012 à 14:54

#5

koxx88
Novice

Lu en travers car ce jeux ne m'attire pas énormément, je viens quand meme féliciter le redacteur, bravo.
#6

Astarock
Noble

Bon test sur un bon jeu! Mieux que cette daube test sortie sur JV.com ...
#7

diditigrou
Guerrier

Bon test, qui illustre bien le ressenti que j'en ai.

Avec un peu plus d'intéractions avec les personnages de l'univers, ce jeu aurait été une bombe. Cela reste tout de même un très bon jeu.

Je n'aurai pas forcément mis le HUD chargé en défaut vu qu'il est possible de le décharger complètement via les options... Mais ceci est un détail.

Message édité pour la dernière fois le : 04/06/2012 à 16:59

#8

eronman
Garde royal

Merci pour vos commentaires , content de voir que vous avez le même ressenti sur ce jeu.

Pour répondre sur cet aspect, on ne peut pas vraiment parler de "chasse aux monstre" car cet aspect peut être plus ou moins limité en fonction des envies du joueur. Les amateurs pourront s'y adonner à loisir, et les autres pourront se contenter des Boss, effectivement impressionnants pour certains.

Notez aussi que le bestiaire évolue entre le jour et la nuit, certains sont des nocturnes... d'autres sont aussi plus forts la nuit.

Un autre aspect : une partie du bestiaire est lié à son habitat naturel (grottes, zones humides, altitude...)

Sinon le reste est bien décrit par Batman.

Message édité pour la dernière fois le : 04/06/2012 à 17:05

#9

zenokan
Garde

Ce jeu ne m attirait pas du tout, et j avais déjà lu des test plus ou moins élogieux. Le test RPGF est vraiment plaisant et m a carrément donné envie de l essayer pour certain aspect du jeu. Restant quand même su r un avis en demi teinte, j attendrais son arrivé sur le marché d occase

Merci Eronman tu as su faire s envoler une partie des aprioris et craintes que je nourrissais. Et très bonne écriture au passage

Message édité pour la dernière fois le : 04/06/2012 à 17:10

#10

Silencio
Garde

J'ai pas de console next gen... Mais il est vachement intéressant ce jeu. Merci pour le test Eronman.
#11

Harlock95
Villageois

vostfr pas surprenant de la part de capcon
#12

flofrost
Grand chevalier

Très bon test, et je ne dis pas ça juste parce que moi aussi je trouve que le jeu est vraiment bon

J'étais sceptique au sujet des "pions" mais au final c'est bien foutu, et ça permet de s'adapter aux situations, si vous avez une mission qui vous pose problème, recruter des pions qui la connaissent et le tour est joué, un monstre vous fais la misère, pareil, avec les bons pions le tour est joué.

Au final, la démo était très simple, on pouvait jouer les gros bourrins, mais en fait, ce n'est pas du tout le cas, sans une préparation t'es foutu, car l'ia des ennemis est excellente. S'ils vous voient arrivé, les mages et les archers ennemis n'hésiteront pas à aller se mettre en hauteur pour avoir l'avantage du terrain, les gobelins sonneront de leur cor pour appeler des renforts, et les loups (saloperie, je vous transformerais tous en paillasson !) hurlent pour que leur congénères viennent les aider et si vous ne faites pas attention et vous focalisez sur un seul adversaire, vous serez vite encerclé et la suite n'est pas joyeuse...je vous ai déjà dis que les loups s'étaient des sales teignes ?

Message édité pour la dernière fois le : 04/06/2012 à 21:00

#13

Shanewolfe
Guerrier

Joli test ! Les impressions sont bonnes, me laisserais-je tenter ?
#14

oreye
Citoyen

ou est la petition pour le portage Pc ?
#15

Volcanon
Citoyen

Capcom a annoncé qu'il n'y aurait pas de version PC malgré la pétition. Ce serait dû, si j'en crois ma mémoire, au système de pion.
#16

breed
Villageois

J'en suis à une 15h de jeu et je suis 100% d'accord avec le test (et la note!). Le jeu n'est pas parfait (problèmes techniques par exemple) mais les défauts sont largement contre balancés par la qualité du gameplay. Le système de pions est d'ailleurs bien sympa, tout comme le niveau de difficulté plutôt équilibré (pas de level scaling). Pour les puristes comme moi, le fait de ne pas avoir de fast travel (sauf via des pierres assez chères) et d'avoir une seule save (donc attention à vos choix) sont des plus appréciables.



Si vous avez une console, n'hésitez pas le jeu est vraiment bon!
#17

Etienne Navarre
Gobelin

Capcom a annoncé qu'il n'y aurait pas de version PC malgré la pétition. Ce serait dû, si j'en crois ma mémoire, au système de pion.

Justement, ce sont de gros menteurs: quoi de mieux que le PC pour le partage de données de ce type? Ils veulent nous faire croire que les consoles sont plus adaptées? Parce que si c'est le cas, c'est à la limite de l'insulte.
#18

Volcanon
Citoyen

Il est possible que je dise une connerie, je pensais avoir lu ça ici... et comme tu es un membre actif de la communauté je m'étonne que tu ne sois pas au courant. Je vais vérifier mes sources.

EDIT : C'est bien ici que j'ai lu cette news

http://www.rpgfrance.com/actu-10653-1-dragon-dogma-verra-pas-jour-sur-pc

Message édité pour la dernière fois le : 05/06/2012 à 12:10

#19

eronman
Garde royal

Difficile de savoir pour l'hypothétique version PC... seules des ventes énormes sur consoles ou un changement de politique de Capcom, historiquement tourné vers les consoles, pourrait aller dans le bon sens.
#20

Volcanon
Citoyen

Pour reparler du test j'aurais rajouter des points négatifs comme le fait que le jeu soit linéaire, que notre personnage soit muet et qu'il n'y ait aucun choix (ou presque) à faire. Je pense que ça limite énormément l'envie de jouer au titre plusieurs fois (et la fin ne casse pas trois pattes à un canard, mais c'est une autre histoire ^^).

Sinon pour le passage en version PC je pense que Dark Souls a déjà donné l'exemple de ce qu'il se passera, Capcom semble vraiment ancré sur ses positions.
EDIT : je retire ce que j'ai dis sur Dark Souls ^^

Message édité pour la dernière fois le : 06/06/2012 à 14:03

#21

Etienne Navarre
Gobelin

[quote name='Volcanon' date='05/06/2012 - 12:02']Il est possible que je dise une connerie, je pensais avoir lu ça ici... et comme tu es un membre actif de la communauté je m'étonne que tu ne sois pas au courant. Je vais vérifier mes sources.

EDIT : C'est bien ici que j'ai lu cette news

http://www.rpgfrance.com/actu-10653-1-dragon-dogma-verra-pas-jour-sur-pc[/quote]

Oui bah c'est bien ce que je dis, pas de souci.

Ce sont de gros menteurs: le PC est la plateforme idéale pour un système d'échange de données comme les pions. Dire que ce système est trop difficile sur PC est faux et archi-faux. Je pense qu'ils ont estimé que le développement sur PC coûterait trop par rapport à ce qu'il rapporterait.

Mais leur excuse est bidon: on savait depuis longtemps que c'était un développement console. J'aurais juste apprécié un peu de franchise chez Capcom plutôt que de présenter des raisons infondées.

Personnellement, je pourrais me dire que je m'en fiche parce que j'ai consoles et PC mais là, c'est une question de principe et de respect.

Message édité pour la dernière fois le : 06/06/2012 à 15:22

#22

Batman
Grand gobelin

Je rejoins un peu Navarre, j'ai du mal à voir en quoi le système de pion poserai problème sur PC, surtout quand on connais l'existance de Live for Windows, qui fonctionne sur le même principe que le Xbox Live.

C'est clair que c'est avant tout pour des raisons financière, mais le pourquoi du comment reste assez mystérieux.
#23

flofrost
Grand chevalier

On m'enlèvera pas de l'esprit que si le jeu se vend bien, on le verra forcément sur pc, c'est un peu la façon de faire de Capcom depuis un bon moment, mais ce ne sera pas pour tout de suite, il y a toujours un sacré décalage entre les sorties console et pc avec eux.
#24

Shone
Garde

En fait le système de pion est la raison de la sauvegarde unique, et non pas un côté puriste que pourrait avoir Capcom.



Le Pion est mis à jour chaque fois qu'on dort à l'auberge, dans la faille. Et c'est lié à la sauvegarde unique.

Deux sauvegardes différentes auraient pour effet de créer deux pions à un stade différent. Et j'imagine que ça créerait un conflit.

Message édité pour la dernière fois le : 18/06/2012 à 14:54

#25

Batman
Grand gobelin

Bien vue Shone. C'est peut-être le genre de problème dont ils parlaient pour le portage PC. Ca parait logique vue que le pion est sauvegardé "en ligne" en quelques sortes.




Voir tous