Vendredi 23 Avril 2021, 13:07     Connectés : 5      Membres : 4


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Demon's Souls (PS3)

par eronman 31 Mai 2012 13:15 18

Demon’s souls est un jeu d’Action-RPG développé par From Software et sorti en France le 25 juin 2010 exclusivement sur PS3. Ce jeu revêt pour RPG France une dimension particulière puisqu’il s’agit d’un jeu entièrement développé au Japon, et dont la sortie n’était à l’origine prévue qu’au pays du soleil levant. Ce n’est que fort de son succès à l’import en occident, que Namco Bandaï a finalement décidé de l’éditer, un an après, en Europe et aux Etat-Unis.  Les origines de Demon’s Souls n’en font pourtant pas un J-RPG comme nous aurions pu le croire, mais bien un jeu orienté vers la clientèle des RPG occidentaux. Pour certains de nos confrères, il joue d’ailleurs le rôle de « défricheur », visant à tester et adapter les joueurs japonais au format du RPG occidental. Cet OVNI vidéoludique est-il aussi singulier que certains le prétendent ?

 

Je mourus, tu mourus, il mourut, nous mourûmes, vous mourûtes, ils moururent…

 

Cent fois sur le métier tu remettras ton ouvrage, voilà la doctrine de Demon’s Souls. Si vous n’êtes pas un joueur laborieux et consciencieux, ce jeu a de grandes chances de vous rendre fou.

D’une difficulté peu commune sur nos consoles next gen, Demon’s Souls emprunte beaucoup de mécanismes de jeu et surtout d’ambiances à d’anciens titres bien connus des plus agés d’entre nous. Vous vous souvenez peut-être de l'ambiance de Ghouls’n’Ghosts ou encore des premiers Castlevania ? Eh bien, c’est dans cet état d’esprit qu’il faut aborder Demon’s Souls, l’aspect arcade en moins.

Le scénario, minimaliste, vous apprend qu’un roi, soucieux de conserver son pouvoir, a fait revenir un ancien démon dévoreur d’âmes, plongeant son royaume dans le chaos. C’est dans ce contexte que votre héros, anonyme humain que vous choisirez parmi une dizaine de classes, débute sa quête en mourant violemment, ça plante bien le décor. Jusque là rien d’exceptionnel me direz-vous… Eh bien si, puisque que c’est sous la forme d’un spectre, donc amputé de la moitié de vos points de vie,  que vous passerez le plus clair de votre temps à arpenter les environnements de Demon’s Souls. Maintenant dépouillé de votre âme (et de vos points de vie), vous allez vous réveiller sous forme de spectre dans les arcanes du « Nexus », sorte de « hub » post mortem donnant accès aux différents mondes. Ces mondes, au nombre de cinq, sont matérialisés dans le Nexus par de grandes archipierres, sortes de pierres sépulcrales. Ces mondes pourront, au fil de l’aventure, passer sous influence  blanche ou noire et grâce à cela vous ouvrir de nouveaux passages. En touchant l’une des grandes archipierres du Nexus, vous rejoindrez alors le monde correspondant, soit depuis son départ, soit depuis l’un des checkpoints que vous aurez débloqué. Chacun de ces mondes est ensuite un petit open-world à lui tout seul.

 

  

 

Le level design est ainsi fait que pour atteindre ces fameux checkpoints, que nous nommerons « petites archipierres », il vous faudra progresser dans chaque monde et souvent vaincre un Boss. Tout cela doit se dérouler sans seconde chance : si vous mourrez, vous repartez du dernier checkpoint visité, et tous les ennemis seront réapparus. Il faudra donc les vaincre à nouveau pour accéder au Boss et avoir enfin votre seconde chance. Rassurez-vous, au fur et à mesure de votre progression, plusieurs mécanismes de portes, de ponts-levis et de monte-charges vous permettront de débloquer des raccourcis. Cela vous fera gagner un temps précieux pour atteindre vos objectifs lors de votre  prochain passage, à condition d’avoir un bon sens de l’orientation, car aucune carte ne sera là pour vous aider. Cet autre aspect ingénieux et un peu « old school » vous incite, si vous ne voulez pas mourir à chaque détour d’un couloir,  à connaître par cœur les moindres pièges et recoins des mondes, et croyez-moi, dans Demon’s Souls, vous ne voulez pas mourir !

Les fonctionnalités en ligne de Demon’s Souls sont heureusement là pour vous aider un peu. C’est en effet grâce à elles que vous pourrez voir déambuler les spectres d’autres joueurs, lire des messages d’aide laissés au sol par ces derniers, ou encore toucher des tâches de sang qui vous permettront de visualiser la mort d’un joueur défunt, vous laissant ainsi entrevoir les dangers qui vous attendent. Certains items sont également spécifiquement conçus pour vous permettre d'envahir la partie d'un autre joueur afin de le détruire ou au contraire l'aider, au choix...

Une lutte permanente contre la mort, c’est bien là le fondement du gameplay du jeu de From Software.

 

I see dead people.

 

La mort fait peur dans Demon’s Souls, car au-delà des conséquences qu’elle peut avoir sur vos nerfs en vous obligeant à repartir de la dernière « petite archipierre » visitée, elle est partout et implique énormément de conséquences en terme de gameplay et de progression.

Pour comprendre, parlons d’abord du système de progression du personnage. Les ennemis que vous allez vaincre vous rapporteront des âmes. Ces âmes servent absolument à tout : acheter des flèches, des sorts, des points d’attributs pour faire progresser votre personnage, réparer vos armes…etc.

Une fois que vous savez cela, laissez-moi vous asséner le coup de grâce : vous perdez toutes les âmes en votre possession au moment où vous mourez… Le seul moyen de les récupérer est de retourner sur les lieux de votre mort pour toucher votre propre tâche de sang, mais attention, si vous échouez, elles seront perdues à jamais. Il est donc fortement conseillé de dépenser intelligemment, mais surtout vite, votre moisson d’âmes toutes fraîches.

Admettons que vous ne soyez pas mort, ce qui est peu probable, et que vous ayez suffisamment d’âmes pour augmenter les attributs de votre héros. Eh bien là non plus ce sera pas si simple car il vous faudra revenir au Nexus, soit en touchant une « petite archipierre », soit en utilisant un item ou un objet magique. De là, vous pourrez vous adresser à « la petite fille en noir » qui vous révélera le secret des âmes et vous laissera dépenser les vôtres pour progresser dans les différents attributs (force, intelligence, dextérité, endurance …etc.). Notez bien que si vous possédez assez d’âmes, rien ne vous empêche de monter autant que vous voulez vos attributs, c'est-à-dire de progresser de plusieurs niveaux en une seule fois.

Comme cela est dit plus haut, ce retour au Nexus sera aussi l’occasion d’acheter des sorts de boule de feu, de drainage d’âme, de soin, de faire l’acquisition de nouvelles armes ou encore d'améliorer les vôtres auprès du forgeron. Vous comprenez au travers de ce paragraphe l’importance de certains pnj.  Donc là encore un conseil est de mise : si vous projetez de tuer un pnj, vous ne pourrez plus faire appel à ses services, pensez-y avant de commettre l’irréparable. ..

 

  

 

L’exigence du gameplay de Demon’s Souls est heureusement servie par une maniabilité et un système de combat difficile, mais en règle générale toujours juste. Pour bien comprendre il faut déjà vous mettre en tête que les touches les plus utiles en combat sont l’esquive (touche O), la garde (L1) et la parade (L2). Ajoutez à cela les touches d’attaque rapide (R1) et puissante (R2). Un système de target-lock manuel permet également, en appuyant sur R3, d’adopter une posture de combat vous donnant la possibilité de mieux concentrer vos attaques sur une cible en particulier sans jamais lui tourner le dos.

Là où d’autres jeux sont permissifs, Demon’s Souls joue le réalisme en vous obligeant à manier ces quelques commandes avec beaucoup de précision.  Pourquoi faire ? Et bien pour plusieurs raisons : Tout d’abord, tous les ennemis sans exception sont dangereux, particulièrement pour les personnages de faible niveau. Notez au passage que le niveau des ennemis est fixe et n’évolue pas au cours du jeu en fonction de votre propre progression. En clair, au départ, certains environnements sont tout simplement quasi-inaccessibles, tant la différence de niveau entre votre personnage et les ennemis est importante.  Deuxième raison, chaque arme nécessite un apprentissage et convient plus ou moins bien à l’environnement dans lequel le combat se déroule. Utiliser par exemple une épée à deux mains ou un espadon énorme dans un couloir de quatre vingt centimètres de large est une tactique vouée à l’échec puisque vos coups seront littéralement bloqués par les murs. Par ailleurs, votre arme s’usera à vitesse grand « V » en raclant les parois, et rappelez-vous, les forgerons sont rares... Privilégiez donc une lance bien effilée, plus lente que les épées, mais offrant une grande allonge et des coups d’estoc puissants. A contrario, dans les environnements plus ouverts, il vous sera possible d’opter pour des armes plus tranchantes ou contondantes comme les haches ou les masses.

L’archerie est elle aussi bien présente, mais ne sera efficace que dans des situations bien précises, et les flèches sont assez rares et chères.

Pendant les combats, outre la classique jauge de vie et celle de « magie », vous devez constamment avoir à l’œil votre jauge d’endurance, qui détermine le nombre d’actions que vous pouvez accomplir avant de faiblir (courir, esquiver, parer, frapper…). Le rythme imposé par votre endurance vous obligera sans cesse à vous ménager des moments de récupération durant les combats, ce qui rend l’exercice particulièrement difficile face à un groupe d’ennemis qui ne vous laissera que peu de répit.

 

  

 

Les Boss, sans être insurmontables, sont extrêmement puissants et pourront sans problème vous occire en un seul coup. La plupart du temps, si vous avez identifié la faiblesse de votre ennemi et que vous ne vous précipitez pas, l’affaire sera dans le sac assez rapidement. Pour les amateurs de monstres énormes, sachez que certains Boss son tout bonnement  gigantesques et plutôt impressionnants !

A ce stade du test, vous vous demandez peut-être quelle dimension RPG peut bien revêtir Demon’s Souls ? Eh bien c’est avant tout la liberté d’exploration et l’ambiance du jeu qui permettent de lui conférer un aspect RPG. Les dialogues et le scénario sont quant à eux tout à fait anecdotiques et font d’ailleurs écho à un personnage principal complètement muet et sans grand charisme. Amis des dialogues à rallonge et des scénarios alambiqués, Demon’s Souls sera votre pire cauchemar ! voire un gros nanard pour vous…

 

Let the sun shine, let the sun shine in…

 

C’est sombre, grand, mystérieux, plutôt beau et surtout sans pitié. Qu’on se le dise, l’ambiance de Demon’s Souls est l’une des plus mystérieuse et glauque qu’il vous sera donné d’expérimenter. Cette dernière est appuyée par une bande son plutôt correcte, mais surtout extrêmement minimaliste. C’est en effet sans aucune musique que vous passerez le plus clair du temps, en vous demandant « d'où vient ce hurlement ? »

L’immersion ne peut donc être que totale pour qui saura gratter sous le vernis moite et suppurant de Demon’s Souls. Sa durée de vie dépend quant à elle clairement de votre connaissance des environnements et de votre habileté, bien plus que de la progression en elle-même. Ainsi, quelqu’un connaissant le jeu et ses secrets pourra mettre assez peu de temps à le terminer, alors qu'un nouvel arrivant mettra une bonne trentaine d’heures au bas mot, voire cinquante.

 

Doté d’une technique tout à fait acceptable malgré des animations clairement datées, Demon’s Souls se démarque d’abord de la concurrence par sa direction artistique admirable et par son côté « hardcore » pleinement assumé. Vous qui aimez suivre une progression fluide, récompensée de moultes cinématiques et dialogues, ne jouez pas à Demon’s Souls, vous allez vous ennuyer. Par contre, si vous aimez explorer des donjons en sursautant à chaque craquement de porte, ou entendre une petite voix dans votre votre tête vous dire « as-tu bien pensé à réparer ta rapière avant de t’engouffrer dans cette minuscule cavité ? », alors foncez. C’est une expérience très singulière que vous offrira sans aucune concession Demon’s Souls. From software a peut-être inventé le premier Survival-Action-RPG...

LES PLUS
  • Original et old school
  • Plutôt joli et super glauque
  • Immersif
  • Mystérieux
LES MOINS
  • Narration et scénario proches du néant
  • Difficulté parfois rebutante
  • Animations rigides
  • L'éditeur de personnage

7/10

Commentaires (18)

#2

Balrog
Guerrier

Je n'ai jamais pu gouter à ce titre. Mais je vais me rattraper avec le sortie de Dark Souls en Aout sur PC.
#3

Etienne Navarre
Gobelin

Je trouve beaucoup de qualités à ce jeu.

En revanche, je ne m'explique pas le fait que je n'ai pas vraiment envie d'avancer dans le jeu. J'y ai joué quelques heures et je n'ai pas franchement envie de continuer. Pourtant l'ambiance est au poil, le level design est diabolique, les coups portés font mal et le principe de jeu force à jouer intelligemment.

Seulement, rien à faire, je n'arrive pas à rentrer dedans.
#4

pouicoss
Seigneur

Navarre, c'est peut être parce qu'il manque une histoire digne de ce nom ? Moi je sais que c'est ce qui m'a rebuté au début, et puis après j'ai adoré le gameplay et j'ai passé ce cap, mais ça peut être un facteur de "blocage"... Maybe ?
#5

Etienne Navarre
Gobelin

Peut-être l'histoire ou plutôt le manque d'histoire. J'ai moyennement aimé l'inventaire et la gestion de personnage: pas vraiment de classe ni de rôle. La difficulté est bien dosée, les niveaux sont grands et l'ambiance est morne à souhait mais il y aussi des carences techniques qui m'ont gêné.

Je sais pas, j'essaierai de m'y remettre à l'occasion.

Chouette test en tout cas.

Message édité pour la dernière fois le : 31/05/2012 à 14:08

#6

brassens
Novice

Très bon test, il regroupe les qualités et défauts du titre.

Je suis arraché les cheveux sur ce jeu; au début pour comprendre ce que le jeu voulais de moi, à la fin pourquoi il s'acharnait toujours autant... Eh puis j'ai connu tous les pieges, toutes les salles, toutes les techniques de boss, et finalement j'ai pris mon pied.

Par la suite j'ai acheté Dark Soul, me disant " Tien je connais le petit frere par coeur, celui ci je vais en faire de la chair à paté... Raté !" Dark Soul est encore plus difficile que Demon Soul... Résultat je n'ai plus de cheveux
#7

loup_solitaire
Paladin

C'est vrai qu'il n'y a pas vraiment d'histoire, on est laché, on choisi son monde, et on avance jusqu'au boss, and again and again...

Par contre, pour ce qui est de mourir enormement... Au début, le temps de monter en niveau et d'adapter la façon de jouer, je suis d'accord, mais passé un certain cap de leveling, il n'y a plus que les boss pour faire un peu de challenge :/ (sauf cas de grosse boulette de la part du joueur...)

Perso, j'ai vraiment aimé quand même, avec son coté old et jdr, et si j'avais plus de temps, je me serais deja lancé dans le deuxieme.

Message édité pour la dernière fois le : 03/06/2012 à 07:33

#8

Tetar117
Garde

Narration et scénario proche du néant ? OMG c'est quoi ce délire, excusez moi mais il y a toute une histoire, avec des personnages ayant sombrés du mauvais coter etc...

La narration est intélligente justement, seuls ceux s'intéressant au scénario et y réfléchissant le comprendront et cela prouve que ce jeu ne ce destine pas à un public "abruti", mettre ça en mauvais point est vraiment absurde, c'est le même type de narration qu'ils ont utilisé pour Dark Souls, une narration faite de manière réaliste, une histoire que l'ont comprend si l'ont discute avec les différents pnj...

Après encore une fois, c'est assez soulant de devoir se répéter mais ce n'est pas vraiment de la difficultée mais plus de l'exigence, il faut simplement avancé pas à pas, toujours bouclier levé quand ont ne connait pas la zone et surtout bien jaugé nos capacitées et tiré avantage du terrain, en gros utilisé son cerveau.
#9

Etienne Navarre
Gobelin

Punaise Tetar, t'es le premier que je vois encenser le scénar' de Demon's Souls comme ça! Il ne s'agit d'ailleurs pas de dire que la narration est mauvaise mais que le récit est en retrait: ça, tu ne peux le nier. Maintenant, dire que la narration est mauvaise, non. De là à dire que la Terre entière n'a rien pigé, faut pas pousser JC Denton dans les orties: la narration de Demon's Souls est sommaire, en retrait et pultôt vite emballée.

Dans le genre dark fantasy, c'est plutôt surfait comme histoire. Cependant, ça n'empêche pas de l'apprécier. Il faut juste reconnaître ses défauts que l'on peut qualifier d'évidents dès lors que la quasi-totalité de la communauté les identifie comme tels. Je ne pense d'ailleurs pas que les dév eux-mêmes aient communiqué à mort sur l'histoire.
#10

Tetar117
Garde

Je ne suis pas un spécialiste du scénario de Demon's Soul mais par exemple, de ce que j'en sait le monde 5 est le monde où l'ont envoyait tous les malades, les difformes, tous les exclus de la société. Et une sainte est aller la bas pour leurs venir en aide, je ne connais plus son nom , dans un autre genre le Tower Knight, deuxième boss du premier monde est un des anciens chevalier de la garde personelle du roi je crois qui à été changer en géant, le Pénétrator ou je me souviens plus de son nom (en gros celui qui donne la lame gigantesque) est un autre de ces chevalier .

Chaque monde a son histoire et ces dérives, je ne me souviens plus de grand chose mais il faut recherché pour connaître l'histoire, sur jeuxvideo.com ont trouve une grande majorité de débiles mais ont trouve également certaines personnes très intélligente qui ont d'ailleurs bien décortiqué l'histoire du jeu et ces différents protagonistes.

Enfin bref, pour moi son histoire est un point fort, rien que pour celle du monde 5 qui est très touchante.

Message édité pour la dernière fois le : 31/05/2012 à 16:56

#11

eronman
Garde royal

[quote name='Tetar117' date='31/05/2012 - 16:18']Narration et scénario proche du néant ? OMG c'est quoi ce délire, excusez moi mais il y a toute une histoire, avec des personnages ayant sombrés du mauvais coter etc...

La narration est intélligente justement, seuls ceux s'intéressant au scénario et y réfléchissant le comprendront et cela prouve que ce jeu ne ce destine pas à un public "abruti", mettre ça en mauvais point est vraiment absurde, c'est le même type de narration qu'ils ont utilisé pour Dark Souls, une narration faite de manière réaliste, une histoire que l'ont comprend si l'ont discute avec les différents pnj...

Après encore une fois, c'est assez soulant de devoir se répéter mais ce n'est pas vraiment de la difficultée mais plus de l'exigence, il faut simplement avancé pas à pas, toujours bouclier levé quand ont ne connait pas la zone et surtout bien jaugé nos capacitées et tiré avantage du terrain, en gros utilisé son cerveau.[/quote]



Il y a effectivement un "background" assez important qui se dévoile au fur et à mesure du jeu, mais l'aventure du héros en elle même n'est pas vraiment scénarisée et la narration est très sporadique, presque anecdotique dans la durée globale du jeu. Cependant je comprends bien ta remarque, et la perception d'un jeu est de toute façon subjective. Ton avis se défend tout à fait

Et merci pour ta contribution Tetar.

Message édité pour la dernière fois le : 31/05/2012 à 18:22

#12

Tetar117
Garde

Désolé si je le défend un peu trop mais les Dark sont vraiment mes coups de coeur de cette génération en dehors des grosses licenses comme Halo ou Assassin's Creed, c'est pour sa que je tenais à dire qu'ils avaient vraiment créer un monde et pas seulement un décors de cinéma sur lequel ils auraient ajoutés des ennemis à tuer.

Après c'est vrai que pour la narration il faut vraiment la chercher, moi-même, en dehors du monde 5 je ne connaissais pas les histoires des différents mondes même après avoir terminé le jeu avant d'aller faire le tour des forum et de trouver des sujets intéréssants.
#13

Lughan
Citoyen

Je suis d'accord avec vous deux. Je connais bien Dark Souls, la scénarisation est très faible mais le background très riche, sans manichéisme d'ailleurs. Les gentils "Dieux" sont en effet déchus et corrompus autant que les "méchants". La morale n'existe pas dans Darks Souls, seule compte la survie...

Dommage que je n'ai point de PS3, j'aurai bien aimé faire Demon's Souls. Par contre je préfère largement l'esthétique de Dark Souls ainsi que le concept du feu de camp plutôt que celui d'aller rechercher son corps.

Message édité pour la dernière fois le : 31/05/2012 à 19:16

#14

zenokan
Garde

Moi j ai tout simplement détesté ce jeu.

Le simple principe du "tu refais le lv a 0 quand tu meur" est pour moi tout sauf "amusant". Or, quand je joue c'est bien pour me détendre et pas en chier pour rien vu que l histoire tient à une peau de chagrin.(qui fait que pour moi c est tout sauf un RPG mais plutôt une sorte de goul's & ghost nouvelle génération)

J ai par contre, étrangement, beaucoup aimé le gameplay assez exigent avec une chouette gestion des esquives et parades. Mais bon rien n y a fait les pièges ou t es obligé de mourir pour les découvrir c est juste du masochisme à mes yeux.

Du coup j ai même pas essayé le second opus.

Message édité pour la dernière fois le : 03/06/2012 à 07:35

#15

Volke13
Villageois

j'ai fait demon's et dark souls et j'ai vraiment accroché au concept. Pour revenir sur la narration, il y'en a une c'est vraie, discrète et intelligente, mais elle reste totalement en fond (faut pas se leurrer). ce que dit le test, c'est Demon's souls n'est pas un jeu ou il faudra chercher l'intérêt dans le scenar, c'est le gameplay hardcore le coeur du titre, contrairement à un ME ou un the witcher 2 qui vont plus chercher à proposer une trâme scenartistique solide posé sur un vrai background ultra étoffé.

Le scenar de dem'ons souls et dark souls c'est un peu comme le scénar de diablo, c'est sympa, c'est une toile de fond, mais l'important ça reste le jeu.

@ Lughan : le background de dark souls est pas vraiment riche il se base sur le récit d'une ancienne guerre aux héros déchus, qui fait presque "conte fée" inversé avec beaucoup de mysticisme et beaucoup d'étrange (et c'est ce qui en fait le principal intérêt d'ailleurs) et le jeu s'en sort assez bien pour réussir une narration relativement intelligente avec si peu de matière, mais de là à dire que c'est riche...

Message édité pour la dernière fois le : 31/05/2012 à 22:29

#16

vilko
Citoyen

Très bon test, mais pour ma part j'ai abandonné ce jeux, non pas que son niveau de difficulté soit insurmontable, mais tout simplement par son principe d'abscence de pause et de sauvegarde, face à des donjons qui exigent parfois presque 3 à 4 h de jeux d'affilé. J'ai rien contre la difficulté immense, mais permettre à des joueurs de poser la manette à cause d'une urgence (telephone/enfants/etc..) ou de pouvoir a tout moment jouer des petites sessions de 1h ça serait pas du luxe.
#17

Lughan
Citoyen

Pour un background inventé de toute pièce, je le trouve riche justement. Chaque objet a une histoire dans ce jeu par exemple. C'est sûr c'est pas le background d'un The Witcher mais The Witcher, c'est tiré d'un livre, donc c'est forcément plus dense. A quand un jeu aussi exigeant que Demon's/Dark Souls avec la scénarisation d'un The Witcher?

Message édité pour la dernière fois le : 01/06/2012 à 08:51

#18

Killpower
Gobelin

@Zenokan. C'est clair qu'il ne faut pas faire le jeu en mode coolattitude et penser que l'on va se détendre avec. C'est un vrai jeu de simulation...



@Lughan : Baldur's Gate, premier du nom en mode difficile, non ?
#19

Lughan
Citoyen

Scénarisé le premier Baldur's Gate? Mouais bof. Le second peut-être. Je suis pas fan de cette licence, je la trouve aussi fade que l'univers Donjons & Dragons, générique au possible. Néanmoins j'en garde des bons souvenirs, ces jeux ont marqué mon adolescence après tout.




Voir tous