Mercredi 27 Janvier 2021, 20:22     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Rage of Mages

par Killpower 24 Aoû 2011 18:26 2

Sorti en Russie sous le nom d'Allods : Sealed Mystery grâce à Nival interactive, Rage of Mages fait son apparition dans le reste du monde grâce à Buka Entertainment. Et devant le succès de cet opus, un second apparaîtra par la suite. Voici un RPG se mélangeant habilement avec le STR. Le test avec toutes les explications. 

Pour commencer le jeu, vous choisissez un des quatre personnages prédéfinis qui sont soit féminin, soit masculin. Il n'y a qu'une race : les humains et ils ont tous une classe qui présente des avantages et des inconvénients. Ainsi on se retrouve avec le guerrier, le magicien ou l'archer. Chaque personnage a des caractéristiques qui vont pouvoir évoluer avec le temps. Il est aussi possible de fabriquer son propre personnage en redistribuant les points dans les caractéristiques. Mais il est plus simple de choisir ceux de base. Ensuite, chacune des trois classes peut se spécialiser avec l'une des 5 armes possibles : l'épée, la hache, le gourdin, la lance ou l'arc. De même que les magiciens peuvent se spécialiser selon 5 sphères de magie : l'eau, le feu, l'air, la terre, et l'Astral. Les magiciens commencent avec un nombre de sorts limités. Vous pourrez trouver des livres pour en apprendre de nouveaux ou les acheter chez le commerçant. A noter qu'il y a des limitations d'armure et d'arme. Le magicien ne pourra pas porter d'armure de plaque, et sera limité à sa robe de sorcier. On retrouve donc toutes les règles limitatives des RPG papier.

 

  

 

Le lancement du jeu propose une résolution allant de 640x480 jusqu'à 1024x768 en 65 536 couleurs. Jouable sur Windows XP (Vista ?, Seven ?), il est facile d'utilisation : appuyez sur F1 et vous aurez la totalité des touches. Après avoir choisi notre personnage et son niveau de difficulté, nous voici dans l'aventure : une petite vidéo nous explique que vous êtes envoyé par l'empereur de Kania sur une terre appelée l'Allod. Votre objectif est alors de comprendre le pourquoi du comment de l'Allod. Vous arrivez seul sans compagnon. En fait, nous sommes dans une vue 3D isométrique, une vue de dessus avec un graphisme très proche de Warcraft 2, un peu normal jeu pour un jeu de 1998. La carte propose un objectif qui peut évoluer avec votre avancée sur celle-ci.  De plus, on s'aperçoit que les types de terrains affectent votre mouvement et votre angle de vue. On s'aperçoit aussi que la notion de jour/nuit est gérée, ainsi que les éclairages en temps réel.
 

Votre objectif premier est donc de vous balader sur la carte et d'explorer l'univers qui est composé de végétation, de relief et de cours d'eau. Une mini-carte vous montre où vous vous trouvez et vous permettra de vous orienter. Un monstre apparaît, et tout de suite, vous allez pouvoir cliquer dessus, pour que votre personnage aille le frapper. C'est simple, efficace et sympathique. On pourra apprécier qu'il est possible de se promener sur la carte, car il y a toujours quelques objets secrets à découvrir. Cela permet de booster votre personnage et ses caractéristiques. Après avoir réalisé la première mission qui servira de prise en main, vous vous retrouvez dans la ville de Plagat. C'est un écran fixe avec quelques animations, qui vous permet d'aller dans trois endroits distincts :
- L'auberge dans laquelle les personnages secondaires viendront vous proposer des missions, ou encore dans laquelle vous allez pouvoir enrôler des gardes ou sorciers contre de l'argent. Ainsi lors de votre prochaine mission, ils seront avec vous. A noter que ces derniers évoluent et s'ils meurent lors d'une mission, vous ne pourrez plus y avoir accès. Par contre, ils gagnent de l'expérience tout comme vous. Les personnages viendront vous rejoindre dans cette auberge et très rapidement vous ne jouerez plus en solo mais avec une équipe plus ou moins importante.
- Le commerce, dans lequel vous pouvez vendre et acheter du matériel, des sorts et des objets magiques. Ils sont variés, mais les objets magiques coûtent très chers.
- L'école d'apprentissage qui permet d'augmenter vos caractéristiques à condition de payer.

Enfin, si vous souhaitez partir, il suffit de sortir par la herse de la ville fortifiée et vous vous retrouvez sur la carte du monde qui vous propose les quelques missions que vous avez débloquées à l'auberge, généralement d'une à trois. Le jeu se ramifie en une trentaine de missions et il vous faudra environ 15 heures, voire beaucoup plus, si vous prenez votre temps.

 

  


Lorsque vous avez choisi une mission, vous vous retrouvez donc sur une carte de plus ou moins grande taille, dans laquelle vous allez devoir résoudre des objectifs. Votre petit groupe va maintenant se déplacer et va faire évoluer ses caractéristiques tout simplement en les utilisant. Ainsi plus votre sorcier lancera le sort boule de feu, plus sa compétence feu augmentera, et plus sa boule de feu sera puissante. Un système simple mais efficace. Il est possible de faire des groupes avec vos personnages avec des raccourcis claviers. Le jeu de rôle solo, laisse place à un RTS simple avec une demi-douzaine de personnages, selon l'enrôlement que vous avez réalisé à la taverne. Le jeu se complexifie alors car, étant en temps réel, il est difficile de tout manoeuvrer lorsque l'on fait face à un assaut d'ennemis. Il faudra souvent vous adapter et prendre des positions défensives, plaçant les guerriers devant, puis les archers et enfin les sorciers au fond.  Avec une bonne position, tout se passe bien. Sinon vous courez à la catastrophe. De plus, selon l'ennemi et ses spécificités, vous aurez bien du mal à les vaincre : les dragons par exemple, ne peuvent être touchés que par des armes de jet ou magiques. Il est donc important quand vous êtes au village de bien enrôler la bonne classe de personnage, sous peine de ne jamais réussir la mission.


C'est un peu le défaut du jeu : ne pas savoir à quoi s'attendre à la prochaine mission. Et donc partir avec une troupe qui ne réussira jamais. Il vous faudra donc reprendre une sauvegarde antérieure au village pour pouvoir changer et vaincre votre adversaire. Attention donc à bien conserver vos sauvegardes sous peine d'être obligé de recommencer la partie à 0 et cela même en mode facile. Avec votre troupe, il est possible de n'envoyer qu'un sorcier avec une téléportation. Ainsi il est capable de visiter toute la carte et de voir où se situent tous les ennemis. Ennemis qui, s'ils sont tués, permettent de récupérer du matériel qui apparaît dans un inventaire infini. Seuls vos personnages pourront interagir avec les trésors, mais il faut savoir que si vous en perdez un, c'est la fin de la partie contrairement aux troupes que vous pouvez payer pour une mission.


Du point de vue du gameplay, Rage of Mages est facile à prendre en main. Les actions dans le jeu sont contrôlées en utilisant la souris, avec le mouvement, l'attaque, la défense, la retraite ainsi que d'autres options disponibles sur une barre d'icônes. La vitesse de jeu est réglable et son utilisation fait ralentir ou accélérer le jeu. Très utile lors d'affrontements nombreux. Les conversations sont scriptées et surviennent via des boîtes de texte qui immergent bien le joueur.

 

  


Le jeu peut être très difficile si vous ne choisissez pas les bonnes orientations dans l'évolution de vos personnages ou si les troupes enrôlables dans la taverne sont toutes décimées. Ainsi avec votre argent, si vous choisissez d'augmenter les  valeurs de vos personnages et que vous vous retrouvez sur une carte avec un ennemi qui vous résiste, vous pouvez tout simplement revenir à la sauvegarde précédente pour verser votre argent dans l'achat de 4 guerriers, ce qui vous permettra de passer le cap de la mission. Il est parfois aussi difficile de cliquer sur les personnages, le scrolling étant assez poussif et lors d'affrontements contre des nuées d'ennemis il est difficile de voir ses propres personnages.


Les vidéos courtes sont de bonnes qualité et ponctuent raisonnablement chaque mission résolue, autrement dit presque à chaque fin de carte. Les paroles sont redondantes : dès que l'on clique sur un personnage, il répète toujours la même chose donc cela en devient un peu énervant. Enfin, la musique est correcte, sans plus. Rage of Mages inclut aussi un mode multijoueur jusqu'à 16. Le multijoueur n'est pas basé sur les missions en solo, mais se compose de cartes de grandeurs différentes et la difficulté est basée sur la carte choisie. Le jeu peut alors être coopératif ou non. Il est conseillé de jouer les cartes des plus faciles aux plus difficiles, vos personnages évoluant et étant sauvegardés à la fin de chaque carte réussie. 

Rage of Mages est un JDR mixant le RPG et le RTS en petite équipe - un peu comme Spellforce ou Dawn of War 2, mais en bien plus sommaire car nous sommes en 1998. Il est appréciable pour sa richesse d'équipement, l'évolution de ses personnages, même s'il reste assez basique et possède des graphismes qui ont bien mal vieilli aujourd'hui.
 

 

LES PLUS
  • Mix entre RPG et RTS
  • Evolution des personnages
  • Graphismes à la Warcraft 2
  • Pour hardcore gamers
LES MOINS
  • Pour hardcore gamers
  • Combats désordonnés
  • Scrolling poussif

7/10

Commentaires (2)

#2

pouicoss
Seigneur

Il a l'air vraiment chouettos ! Le deux est du même calibre ? Je viens de tomber sur ce jeu en recherchant les anciens jeux de Monolith (FEAR, Condemned, ou no one lives forever par exemple). Et en fait, ce studio a édité Rage of Mages. Enfin bref, il me tente bien. Merci pour cette trouvaille Kiki !
#3

Killpower
Gobelin

Le 2 est mieux car il comprend plus de choses. Le 3 est en 3D mais a perdu ce côté magique de 2D à la Warcraft....

Un jeu qu'il était pas facile du tout, et que j'aime toujours autant.

De rien Pouicoss.




Voir tous