Lundi 21 Mai 2018, 10:35     Connectés : 5      Membres : 4


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Dawn of Magic

par Killpower 24 Aoû 2011 15:21 0

Dawn of magic est sorti en 2006 chez nos amis russes et il arrive enfin dans notre contrée. Il offre déjà trois avantages non négligeables pour sa sortie : un prix attractif, un artbook intégré au manuel, assez joli, mais aussi un jeu stable car sorti depuis un bon moment. Mais qu'en est-il pour le reste, car il est passé totalement inaperçu par chez nous ? 

A travers une vidéo à l'égal du meilleur de chez Blizzard, vous apprenez que Modo l'immortel a été déchu et a été condamné à l'exil sur la terre. C'est ainsi que l'histoire commence et vous amènera à gérer un personnage qui aura la possibilité d'aider, d'entraver ou de rester neutre à la puissance de Modo sur terre. Ainsi il vous sera possible de découvrir 3 fins possibles selon votre cheminement.

Vous allez donc débuter la partie avec au choix un personnage qui sort de l'ordinaire (une gitane, un curé, la femme du boulanger ou encore un érudit). Passé le niveau de difficulté et la possibilité de prendre un personnage immortel (vous mourrez, vous repartez d'un point de sauvegarde) ou mortel (vous mourrez, la partie s'arrête définitivement), c'est dans l'enceinte d'une école de magie que l'aventure commence. Le jeu se veut axé sur la magie et vous aurez le choix entre 12 écoles de magie comprenant 96 sorts différents qu'il vous sera possible de combiner par deux pour en obtenir des uniques. Après que l'on vous aura confié votre mission de diplôme, vous allez partir hors de l'enceinte du bâtiment pour chasser les monstres qui se promènent un peu partout dans des niveaux totalement libres et créez aléatoirement (genre Silverfall).

Autant vous dire que nous sommes dans un hack'n'slash qui offre beaucoup de possibilités du point de vue de l'évolution de votre personnage avec des compétences à booster comme le marchandage, la réparation des armes ou encore la création de runes. Même si on a du mal à se sentir dans la peau de la femme du boulanger, passé quelques heures de jeu, notre superbe armure nous fera oublier notre loook de départ. Car même si la magie est mis au premier plan, le côté bourrin n'est pas oublié avec possibilité de se faire un personnage guerrier plutôt que mago.
 

 

 

Le graphisme n'est pas forcément au top car il date déjà, mais il permet de faire tourner la bête sur des machines un peu plus anciennes. A noter aussi que la résolution peut être très élevée (je joue en 1600x1200) et que les effets de sorts sont tous bien rendus. Les créatures ont un look un peu carré, mais cela ne choque pas et la caméra à la Neverwinter Nights permet d'avoir son personnage de dos de plus ou moins loin. Il est donc agréable de jouer et on n'est pas gêné par la visibilité limitée qui reste correcte tout de même.

Les voix sont en anglais et les bruitages manquent un peu de volume, mais cela passe plutôt bien. La musique elle aussi passe partout, et la traduction est correcte.

On pourra reprocher au jeu sa linéarité, car même si les niveaux restent aléatoires, les missions sont à l'identique et les découvertes de nouveaux lieux aussi. Il n'empêche que les niveaux visités sont variés, les créatures sympathiques et les villes sont gigantesques avec plein de sous-quêtes possibles même si elles ne sont pas forcément très évoluées. On regrettera donc l'effet de lassitude au bout d'un nombre d'heures tout de même assez élevé même si c'est le défaut de tout hack'n'slash qui se respecte.

D'abord voyons les qualités, il faudra faire avec quelques défauts. Tout d'abord, le jeu est très simple à prendre en main avec possibilité de tout gérer à la souris : clic gauche pour taper, clic droit pour les sorts. Ensuite on retrouve les possibilités des autres hack'n'slashes avec ramassage automatique des trésors, évolution du personnage, des créatures plus ou moins difficiles à vaincre etc... mais d'autres petites choses qui lui donnent un plus comme par exemple la gestion du poids mais pas de la place, une gestion du personnage par des compétences variées et riches ou encore un fiole de vie et de mana - chi dans le jeu - qui se vide et se remplit, au lieu des dizaines de fioles que vous pouvez avoir à votre ceinture. Il est possible d'améliorer ses armes, de les réparer de fusionner certains sorts pour en avoir des particuliers à différentes fonctions. Les écoles de magie sont variés et les sorts sympas avec par exemple pour le sort d'invocation l'obligation de faire le sort à partir d'un corps. Si le corps utilisé est celui d'un guerrier avec un potentiel particulier (jet de flèche de glace par exemple), votre squelette que vous aurez créé aura cette particularité. De plus, l'univers est riche en PNJ avec lesquels vous pourrez marchander ou obtenir des quêtes, mais aussi d'objets divers disséminés ça et là dans les niveaux. Ainsi, il est possible de vous enrichir rien qu'en fouillant les différents récipients par centaine dans les villes sans forcément que l'on vous demande des comptes.

 

 

 

Mais même si le jeu a un gros potentiel, il a aussi des défauts : d'abord, les villes sont énormes et on s'y perd facilement même si on se repère avec le plan. Parfois il vous faudra traverser une zone complète pour atteindre un niveau auquel vous souhaitez accéder.

Ensuite, les combats sont difficiles et peu lisibles à partir du moment ou plusieurs sorts sont lancés. On s'y perd un peu. De plus, vos ennemis bougent beaucoup et ils est parfois difficile de cliquer dessus tellement l'action est confuse. Mais cela fait aussi la force du jeu. Un ennemi en difficulté fuira au lieu de continuer à combattre et il vous sera difficile de l'achever. Cela fait de Dawn of Magic un jeu difficile. Il est aussi difficile d'approche car le manuel manque d'informations et est peu étayé sur les possibilités du jeu qu'il vous faudra découvrir un peu seul. Y a-t'il des objets uniques ? Comment apprendre les sorts ? Beaucoup de questions que vous résoudrez sur le tas.

On reprochera surtout au jeu, son ergonomie d'inventaire pourrie. En effet, si le poids est limité et donc paraît sympathique, sa lisibilité est très restreinte et les marchandages et ventes avec les commerçants se montrent fort peu attrayants. On fait défiler les objets sur les côtés tout comme pour le PNJ et on doit déplacer les affaires voulues au milieu, ce qui fait que l'on perd du temps pour pas grand chose. Restent aussi quelques bugs, mais non majeurs, qui ne vous gâcheront pas le plaisir du jeu.

Le jeu possède trois niveaux de difficulté qui sont déblocables au fur et à mesure de l'évolution de votre personnage. Sachant qu'il faut plus d'une vingtaine d'heures pour finir une première fois le jeu, vous en aurez pour au minimum 60 heures pour en voir le bout. Comme vous pourrez jouer en mode immortel ou mortel (comme hardcore dans Diablo), le challenge est de poids. Rajoutez à cela le multijoueur avec plusieurs modes de jeu dont un qui ne sert qu'à s'échanger des affaires, vous aurez de quoi faire. De plus, avec ses trois fins possibles, vous pourrez le retenter plus d'une fois.

Si vous aimez incarner des personnages comme le curé, la gitane, l'apprenti sorcier ou encore la femme du boulanger, Dawn of Magic a un gros potentiel pour vous, amateur de hack'n'slash. Il vous faudra faire avec les défauts du jeu dont de vieux graphismes et des combats désordonnés. Mais si vous survivez à cela, ce n'est que du bonheur. 

LES PLUS
  • Personnages originaux
  • Bonne durée de vie
  • Bonnes idées
  • Sorts sympathiques
LES MOINS
  • Combats fouillis
  • Graphismes dépassés
  • Personnages pas franchement motivants
  • Ergonomie pourrie
  • Difficile du fait de ses défauts

5/10





Voir tous