Vendredi 23 Avril 2021, 13:32     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Silverfall

par Killpower 25 Aoû 2011 13:34 5

Si je vous dis Monte Cristo, vous me répondez : Société française qui a sorti des jeux grand public comme Star Académy, 7 skins, Fire Departement ou encore City Life. Des titres pas franchement reconnus comme des hits. Eh bien, figurez-vous que la société a décidé de sortir des sentiers battus en nous proposant un hack'n'slash : Silverfall.

Naturellement, cela commence bien

 

La première chose qui attire l'oeil dans ce jeu, c'est la création du personnage et son style atypique: vous avez le choix entre quatre races possibles : humain, elfe, troll ou gobelin. De plus, il vous est possible de choisir le sexe de votre personnage mais aussi de le personnaliser avec la couleur de sa peau, de ses cheveux ou encore la forme de sa coupe. Sachez que certaines compétences du jeu que vous pourrez développer sont dépendantes de votre race. Prenons le troll par exemple, qui pourra développer les compétences force ou encore les dégâts en mêlée.

Ensuite, vous choisirez la difficulté du jeu : il en existe trois et, contrairement aux autres hack’n’slash, elle ne dépend pas du niveau du personnage, mais rehausse les points de vie des créatures et rend les combats plus difficiles. Vous aurez donc plus de mal à tuer les ennemis mais cela ne change rien à votre niveau.

La partie commence avec l'invasion de Silverfall, la capitale, par le chaos et vous vous enfuyez avec Kara, la fille de l’archimage. Vous aurez alors le plaisir de contrôler ce dernier un court instant, le temps de vous habituer aux commandes. C’est un vrai plaisir de contrôler un personnage d'assez haut niveau dans cette mission dite didacticiel. Mais elle n'en porte que le nom car aucune information ne vous est fournie pour apprendre à utiliser le jeu. Il faudra donc vous tourner vers le manuel fort sympathique qui vous apprendra quelles sont les touches importantes. Le système est très simple: bouton gauche pour se déplacer ou taper sur les monstres, bouton droit pour utiliser vos compétences. Ces dernières sont au nombre de 130, et varient de la boule de feu à des bonus de santé ou encore à des créations d’apparition.

 L'ergonomie est bien pensée. Par exemple, rapprocher votre souris d'un bord d'écran déplace votre angle de vision. La molette, quant à elle, vous permet de zoomer sur votre personnage en vue à la troisième personne, ce qui vous permet d'admirer le paysage alentour. En reculant, vous aurez une vue de haut qui limite la vision à votre entourage proche telle la caméra de Neverwinter Night. Par contre, le jeu manque de raccourcis plus fonctionnels: un exemple typique est le commerce avec les PNJ. Pour déplacer une affaire de votre inventaire à celui du commerçant, vous ne pouvez le faire qu'un objet à la fois. Vous souhaitez acheter 10 potions de soins, il faudra faire le mouvement 10 fois. Un peu lourd tout de même!!

Si l'ensemble est très joli et le design possède un charme certain, sachez qu'il vous faudra toutefois une sacrée bécane pour faire tourner la bête avec les options graphiques au maximum. Les développeurs ont donc mis le paquet de ce côté-là et cela risque bien de leur jouer des tours. Car, même avec des configurations dernière génération, cela ne tourne pas forcément très bien. Il n’empêche qu’avec les détails au minimum, le jeu n'est pas moche et l'ensemble demeure fonctionnel. Il faudra donc trouver le bon équilibre sur votre machine pour le faire tourner. Ce ne sera pas évident car le réglage des options graphiques se fait en dehors de la partie. Et pour lancer le jeu, à cause de la protection, il faut bien compter trois minutes environ. Donc faites le calcul du temps que vous allez perdre.

Après le décès de l’archimage, vous reprenez le contrôle de votre personnage dans le camp de fortune monté à la va-vite dans un marais avec les survivants. Commence alors la partie. Tout comme les jeux de ce genre, vous allez devoir rencontrer des PNJ qui vous donneront des missions, principales ou secondaires, lesquelles vous permettront de partir à l'aventure et de pourfendre du vilain.

 

 

La joie de la dualité

 

Silverfall a un style bien à lui et propose au joueur de s'orienter soit du côté de la nature, soit de la technologie, une espèce d’alignement qui nous change de l’habitude dualité entre le bien et le mal. De plus, des compétences spécifiques vous seront accessibles selon votre penchant. Par exemple, mon gobelin s'orientant vers la technologie, pourra utiliser des compétences armes à feu.

Après avoir quitté le campement, votre personnage partira d'abord à l'aventure dans un marais. C’est un espace ouvert à la sauce Sacred. L'univers qui vous entoure est interactif à travers les PNJ que vous rencontrerez et qui, pour certains, pourront devenir vos compagnons. Vous croiserez aussi certaines caisses que vous pourrez détruire pour vous approprier ce qu'elles contiennent. Quant aux créatures, elles sont disséminées ça et là sur la carte, voire apparaissent sur votre passage, et sont vraiment superbes : croisement entre nature et technologie, vous pourrez en rencontrer de gigantesques telles que les dragons mécaniques, ou d'autres plus comiques comme les automates, femmes robots très sexy qui explosent au contact. Les combats sont plus lents que dans Diablo, mais demeurent de très bonne qualité: ça découpe, ça gicle, ça vole. A ce niveau-là, Monte Cristo s'est lâché et cela fait plaisir. De plus, outre les apparitions que vous pourrez créer, deux compagnons pourront vous suivre dans l'aventure, dépendant là aussi de votre alignement. Si leur contrôle se limite à des ordres de type attaque ou soin, il est possible de gérer  leur équipement et leurs caractéristiques.

Les premiers combats sont assez difficiles car les créatures évoluent selon votre niveau. Ce système, qui a été un grave défaut pour Oblivion, n'en est cependant pas un dans Silverfall car les ennemis sont cantonnés à un niveau maximum par secteur. Donc dépassez ce niveau et les créatures deviendront plus faciles à abattre. A chaque fois que vous passez au niveau supérieur, vous recevez quatre points à distribuer entre vos quatre caractéristiques (force, agilité, constitution et intelligence) et quatre autre points destinés vos compétences, que vous pourrez placer où bon vous semble. C'est d'ailleurs un autre point fort du jeu: la liberté de choix de vos compétences. A part celles qui dépendent de votre race ou de votre alignement, vous pourrez faire évoluer les compétences de votre personnage comme vous le souhaitez. Rien ne vous empêchera ainsi de créer un lanceur de boule de feu ou un suceur de vie, qui pourra aussi créer des apparitions. Par la suite, il vous sera permis de redistribuer vos compétences auprès de PNJ en payant. Cela limite un peu la rejouabilité, mais vous donne plus de liberté au niveau des essais d'évolution. Dommage que le niveau des compétences soit limité à 10. Cela voudra dire qu'à haut niveau, les personnages risquent d'avoir les mêmes profils.

Si vous mourez, vous vous retrouvez au village le plus proche et vous devrez retourner cliquer sur votre pierre tombale pour récupérer votre équipement, que vous devrez malheureusement replacer sur vous dans l'inventaire car ce n'est pas automatique. Il existe aussi la possibilité de souscrire une assurance vie auprès d'un PNJ afin, lors de votre mort, de repartir avec tout votre équipement. Cela dit, il assez facile de ne pas mourir, et ce pour plusieurs raisons: je n'ai pas trouvé le jeu très difficile, sauf auprès de certaines races ou boss. Mais surtout vous avez la possibilité de fuir durant un combat et les ennemis ne vous poursuivent pas très longtemps. On aurait apprécié un mode Hardcore, avec une mort définitive pour relever le challenge, malheureusement il n'y en a pas.

Les objets que vous pourrez trouver sont nombreux et variés avec, comme dans tout hack'n'slash qui se respecte, des objets magiques plus ou moins puissants définis par le nombre de leurs enchantements. De plus, certains d'entre eux sont déterminés en fonction de votre alignement, nature ou techno.

Le monde est grand et vous pourrez voyager à travers des niveaux variés et agréables. Il existe de nombreux lieux à découvrir et vous pourrez retourner à n’importe quel endroit visité en cliquant sur le point correspondant sur la carte principale, ce qui diminue la durée de vie dont nous reparlerons un peu plus loin. Les missions, parfois comiques et sympathiques, sont donc typiques des hack'n'slash et sont prétextes à un découpage en bonne et du forme. L'univers est joli et Silverfall, la ville, évoluera selon vos actions.

 

 

Techniquement, c'est pas gagné ...

 

Depuis quelques années, on peut dire que la norme en ce qui concerne les hack'n'slash (Diablo, Titan Quest ou Sacred) c'est le levelling de son personnage, la recherche d'objets ultimes, et le jeu en multijoueurs. Or, sachez que Silverfall comporte de très nombreux défauts. La campagne principale vous prendra un peu plus de 10 heures (en négligeant les quêtes secondaires) et, après la mort du boss final, il sera totalement impossible de refaire la campagne dans un niveau de difficulté supérieure car les boss ne sont plus présents. Vous aurez peut être atteint le niveau 40, alors que les développeurs parlent de 99 niveaux, mais comment les atteindre ? Pour la recherche d’objets, sachez qu’il semble pour l’instant qu’il n’y en a pas d’ultimes dans le jeu alors que la notice en fait état. Bug? Reste que le multijoueurs est totalement buggué et qu’il est impossible d’y jouer convenablement pour l'instant.

En parlant de bugs, le jeu en est envahi. On se retrouve avec des personnages coincés dans des couloirs ou qui se gênent lors des déplacements, des sauvegardes vérolées ou encore des missions secondaires infaisables. Mais aucun ne vous empêchera toutefois de finir le jeu.

Alors, si vous souhaitez vivre une aventure solo hack'n slash avec de très bons graphismes et une histoire sympathique, vous avez le jeu qu'il vous fait. En prenant votre temps, vous aurez un soft qui vous prendra entre 15 et 30 heures de jeu. De plus, vous pourrez recommencer l’aventure avec un personnage d’alignement contraire et voir votre environnement évoluer d’une autre manière. C’est cette dualité nature/technologie qui fait tout le charme du jeu.

En revanche, si vous êtes un hardcore game, passez votre chemin. La campagne terminée, il n’y a rien d’autre à faire avec votre personnage: pas de difficulté supérieure pour recommencer la mission et faire évoluer votre personnage, pas de respawn des boss, pas de déblocage de bonus, même pas de mode hardcore.


Silverfall est donc sorti trop tôt et aurait nécessité quelque temps de développement supplémentaire pour être admis au rang des grands. En l’état actuel, on a un bon hack'n'slash solo mais qui risque très vite de disparaître de nos étals si les développeurs ne se dépêchent pas de nous sortir tout ce qui manque pour en faire un hit. Quant au multijoueurs, laissez tomber, il n'est pas bien opérationnel.
 

LES PLUS
  • Univers sympathique
  • Bon RPG solo
  • Croisement nature/techno influe sur le jeu
  • Bestiaire original et sympathique
LES MOINS
  • Bugs
  • Multijoueur impraticable
  • Campagne trop courte
  • Gestion de l'inventaire lourde
  • Trop de choses passées à la trappe (new game +, objets ultimes indiqués mais absents...)

6/10

Commentaires (5)

#2

elio88
Novice

Franchement c'est un jeux qui vieillis pas du tout , il est graphiquement passable pour les gens qui ne jure que par ca!!
#3

Killpower
Gobelin

Elio88, je comprends pas ton message. Il viellit pas du tout et tu trouves qu'il est passable ?

Pour ma prt, avec l'extension, il est top ce jeu ...

Message édité pour la dernière fois le : 30/05/2012 à 18:52

#4

pouicoss
Seigneur

J'avais adoré, mais pas fini ... Faudrait que je m'y remette tiens. En tout cas, c'était un enchatement visuel, avec un vrai univers mix nature/technilogie bien sympa. Comme tu l'as dit dans ton très bon test kiki, le gros problème, c'est la "foisonade" de bugs
#5

Killpower
Gobelin

Merci Pouicpouic de la part de ton Kiki.
#6

Megamat
Gobelin

Pareil, faut que je le finisse, mais il est vraiment pas mal du tout, encore maintenant :)




Voir tous