Lundi 26 Octobre 2020, 07:15     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

SpellForce 3

par JakMondragon 14 Avr 2020 11:00 30

« Pourquoi jouer à SpellForce lorsque l’on peut jouer à Warcraft ? ». Ce furent les premiers mots que m’adressèrent mes camarades de classe lorsque je leur présentais avec fierté ma toute dernière acquisition qui venait égayer mes longues soirées de collège. J’aurais pu objecter sur l’affinité particulière que j’entretenais avec les somptueuses musiques du jeu, mais cela aurait été un mensonge. La vraie raison prend place en un matin ensoleillé lorsque ma grand-mère m’emmena dans un grand centre commercial et me tendit un billet, m’enjoignant d’acheter ce dont mon cœur désirait. Mes mains ont rapidement parcouru les rayonnages avant de tomber sur la saga SpellForce dont le prix coïncidait parfaitement avec l’argent que je tenais fébrilement entre mes mains moites. Un hasard qui, comme le dit l’expression, fit bien les choses, car rapidement, ce fut le coup de foudre.

 

Le devenir incertain d'une licence

 

S’il est un mélange que l’on retrouve que trop rarement sur le devant de la scène depuis ces dernières années, ce serait bien celui du RTS/RPG. Devenu culte après l’apparition de Warcraft III en 2002, le genre a eu de belles années devant lui, relançant l’intérêt des joueurs pour les jeux de stratégie et favorisant par la même occasion l’émergence de nouvelles licences phares dont les SpellForce en 2003. Développé à l’origine par le studio Phenomic à qui l’on doit les deux premiers opus, celui-ci a rapidement été racheté par Electronic Arts qui n’a pas manqué à sa réputation de cracher sur une mine d’or en le démantelant en 2013, mettant à pied 60 de ses employés. Fort heureusement, après la faillite de son éditeur Jowood, la licence a ensuite été transférée à THQ Nordic qui confia sa toute nouvelle acquisition au studio allemand Grimlore Games dans l’optique de développer un troisième titre. Pour les fans de la licence, voir confier le devenir de SpellForce à ce studio qui n’avait pas de réelle production à son actif (même s’il avait participé et travaillé sur plusieurs autres jeux) avait de quoi leur faire grincer les dents. 

Après environ 10 ans d’un silence plus qu’inconfortable, THQ Nordic annonce en 2014 le développement de SpellForce 3 qui verra finalement sa sortie définitive en décembre 2017. Un parcours du combattant pour préserver cette licence révérée par ses fans, mais n’aurait-il pas mieux valu que celle-ci sombre dans l’oubli ?

 

   

Premiers artworks de SpellForce 3.

 

Jamais Eo ne fut si sombre

 

Là où les anciens SpellForce de Jowood nous contaient une histoire bien plus classique en termes de fantaisie, le SpellForce de Grimlore a lui décidé de baigner l’ensemble d’une bonne dose de dark fantasy, savamment éparpillée sur la cinquantaine d’heures de la campagne. Se déroulant chronologiquement avant les précédents opus de la série et plus particulièrement avant la Guerre de la Convocation, événement mythique des SpellForce ayant amené les mages les plus puissants d’Eo à s’affronter jusqu’à en fragmenter le monde, le SpellForce de Grimlore n’en demeure pas moins en proie à d’importantes dissensions.

Le jeu prend ainsi place après la Guerre des Mages, moment ayant vu des mages renégats se rebeller contre l’autorité de la Couronne de Nortander et qui après avoir été matée par cette dernière, a laissé dans son sillage des terres dévastées et des colonnes de réfugiés à perte de vue.

Dans un prologue vous plongeant aux commandes de Sentenza Noria (alias le doubleur de Geralt en anglais), vous allez réussir à sauver l’un des enfants d’Isamo Tahar, le mage félon à l’origine de cette rébellion, et vous allez rapidement prendre conscience qu’il va s’agir du personnage central que nous, joueurs, allons devoir incarner par la suite.

Comme si cela ne suffisait pas, c’est dans ce contexte d’après-guerre qu’un fléau mystérieux va se répandre parmi la population d’Eo. Un mal étrange et mortel portant le nom de Brûlesang et dont aucun moyen de guérison semble possible. Le peuple, désemparé par ces catastrophes et n’ayant plus personne envers qui accorder sa confiance, se tourne vers la Pureté de la Lumière, une organisation menée par le charismatique Rondar Lacaine qui prétend que les mages sont la cause des malheurs qui se sont abattus sur le monde et que seul le retour d’Aonir, le père de tous les dieux, permettra de restaurer la splendeur passée d’Eo.

 

   

Une ombre plane sur le monde d'Eo.

 

Pour parler rapidement du scénario, vous incarnerez le caporal Tahar, fils du mage félon Isamo Tahar. Recueilli par la Garde du Loup après votre sauvetage par Setenza Noria, vous œuvrerez pour la Couronne de Nortander afin de mater les dernières poches de résistances et d’enquêter sur cette mystérieuse maladie. Méprisé par vos proches qui voit en vous le rejeton de l’un des hommes les plus diaboliques qui soit, vous serez constamment remis en question et jugé par ceux-ci. Il vous viendra peut être alors rapidemment à l'esprit que votre place parmi eux est comptée...

Fait important à constater, la trame narrative est beaucoup plus plaisante à suivre que dans celle des anciens SpellForce, ceci grâce à une écriture d’une très grande qualité et à un doublage très efficace. Même si l’histoire semble classique de prime abord, on se rend très vite compte qu’elle s’avère très riche, bien ficelée et d’une redoutable efficacité. Mêlant intrigue politique, fanatisme religieux, manipulation, assassinats et j’en passe, le monde d’Eo n’est plus aussi mièvre qu’auparavant et s’assombrit à mesure que l’on progresse dans l’histoire. Le jeu étant une préquelle aux deux premiers titres, les joueurs ayant une connaissance du lore y verront des multiples indices disséminés durant la campagne qui expliqueront les liens entre ce SpellForce 3 et ses aînés. 

La quête principale est également jalonnée de plusieurs trames secondaires, appréciables, courtes et sans réelle difficulté, mais qui nous permettra de nous immerger dans l’ambiance. Il est aussi important de relever que Grimlore a poussé au maximum la dimension RPG du titre, au travers notamment de sa palette de compagnons travaillés et charismatiques, mais également avec les quelques choix qu’il nous proposera et qui façonneront les différentes fins. Pour parler rapidemment d'eux, vos 8 compagnons s'avéreront être bavards, spirituels et parviendront à s'ancrer parfaitement dans l'univers. Les longues conversations avec eux dans notre "quartier général" nous en apprennent toujours beaucoup sur le monde en général ainsi que sur leurs motivations. Terminé les personnages fades, sans saveur et génériques, les compagnons de SpellForce 3 étonnent agréablement au fur et à mesure qu'ils se révèlent. Il est possible de n’en emmener que trois avec vous lors des missions et il est vrai que ce choix peut être extrêmement difficile tant ils sont tous attachants.

De surcroît, afin de faire face aux forces ennemies, Tahar et ses compagnons auront à leur disposition de multiples compétences, réparties dans un arbre à trois branches. L’aspect RPG reprend ainsi une place importante puisque l’on retrouve des points de caractéristiques à distribuer dans les différentes catégories dont la force, la dextérité et autres afin de personnaliser leur façon de combattre. De même, il sera possible de leur faire équiper une palette d’armes et d’armures différentes, en fonction de leurs statistiques et de leur niveau. Rien de bien innovant, mais qui demeure tout de même très appréciable.

 

   

Un côté RPG bien plus marqué que dans les précédents opus.

 

Un RTS efficace mais timoré

 

Après ce bond en avant sur son côté RPG, on s’attendait à un saut d’une même longueur sur son côté RTS. Malheureusement on en perd davantage que l’on en gagne. Comparé à ses prédécesseurs, le titre ne nous permet de jouer que trois camps : les Hommes, les Elfes et les Orques. L'on en vient à se demander quid des Elfes noirs ou des Nains ? Même s'il nous arrivera d'en croiser quelques-uns, ils ne seront hélas pas recrutables à titre de faction. C’est dommage, d’autant plus que même s’ils arborent une personnalité qui leur est propre, les spécificités de gameplay de chaque race ne s’en trouvent pas vraiment bouleversées. L’on pourrait même ajouter que bien que tous les éléments propres au RTS sont réunis : la capacité de créer sa propre base, de produire sa nourriture à travers la cabane de chasse ou la pêcherie, voire de former ses propres troupes à travers la caserne, force est de constater que cela reste assez classique sur le fond. Efficace sur la forme, mais diablement timide pour une série qui a su auparavant innover dans ses précédents opus. On retiendra toutefois la possibilité d’ériger des édifices plus importants en augmentant les paliers de son campement, ainsi que la capacité à établir des avant-postes sur la carte afin de surveiller les activités ennemies ou pour amplifier son nombre d’unités actives.

 

   

Un côté RTS bien trop timide.

 

Une nouvelle vie pour un nouveau SpellForce ?

 

Il est un point indéniable où l’on peut dire que Grimlore Games a fait du bon travail. Visuellement parlant, SpellForce 3 est beau. Les jeux de lumière sont très bien rendus et les textures sont propres même en zoomant au maximum avec la molette de la souris. Les lieux sont peut-être classiques, l’on retrouve les sempiternelles grottes, forêts et plaines, mais elles sont toutes empreintes d’un petit quelque chose qui marque. Les cartes sont également suffisamment grandes pour permettre une exploration poussée à vos troupes ou à votre escouade.

De plus, les sensations que l'on souhaite ressentir dans n'importe quel RTS, à savoir celles de mener une grande armée face à un adversaire supérieur en nombre, un ultime baroud d'honneur face à des forces qui nous dépassent, sont présentes et nous procurent quelques petits frissons le long du dos.

Il serait criminel également de ne pas s'attarder sur la bande son du jeu. D'une excellente facture et disposant des pistes tantôt entraînantes, tantôt mélancoliques, elles soutiennent superbement le jeu dans ses phases autant dramatiques qu'épiques. Se promener dans Mulandir tout en discutant philosophie avec un orque n'a jamais été aussi emphatique. 

 

Perfectible, mais ô combien savoureux, SpellForce 3 a de quoi ravir les âmes de nombreux rôlistes. Soutenu par une bande-son remarquable et enchanteresse, le scénario vous entraînera vers des pâturages pas si verts que ça, et dans une quête qui vous livrera son lot de surprises. Les fans de RTS en revanche y trouveront de nombreuses choses à redire : outre l’interface pas très lisible et les combats un peu trop chaotiques, il reste assez classique sur son gameplay. 

LES PLUS
  • Un univers sombre, crédible et attrayant
  • Une bande son magnifique
  • Une écriture savoureuse
  • Des compagnons charismatiques
  • Un scénario entraînant
LES MOINS
  • Le côté RTS mis en retrait
  • Trois factions disponibles comparées aux anciens opus, c'est trop peu
  • Les héros pouvant tenir tête à une armée
  • L'IA perfectible

8/10

Commentaires (30)

#2

barbahk
Villageois

Merci pour le test !

Il me semble qu'il fait partie de ma bibliothèque steam, acheté il y a longtemps en solde. Ca me donne envie d'y jeter un oeil !
#3

Djefel
Noble

Oui merci pour le test, il donne envie !

Pour le problème des héros tenant tête à toute une armée, ça me rappelle les heures que j'ai pu passer sur les deux opus de "Bataille pour la terre du milieu" et notamment le stand alone du 2 où l'on pouvait même créer un héros.

Je dois avoir déjà SpellForce 2 dans ma ludothèque je pense que je vais le lancer bientôt pour voir ce que ça donne
#4

MonsieurP
Citoyen

"Un côté RPG bien plus marqué que dans les précédents opus."

Absolument pas d'accord si on prends en compte le premier Spellforce.
#5

Elric
Chevalier

Jamais goûté à un RTS mais tu me donnes envie, surtout vu le côté RPG correct; merci pour le test.
#6

ninheve
Grand chevalier

Personnellement le premier Spellforce m'avait conquise par son mélange très bien fait de RTS et RPG...le second...aouch j'avais eu vraiment du mal et là ton test du 3 me donne vraiment envie de lui donner sa chance!
#7

Geralt
Grand chevalier

Je me cite, sur le forum interne à l'équipe :

Moi qui n'ait pas joué aux précédents jeux de la série, ou très brièvement et il y a fort longtemps (très peu de souvenirs), j'ai du coup quelques interrogations sur le jeu en tant qu'amateur de RPG et de RTS. Mais j'en discuterai une fois le test publié, ça intéressera peut-être d'autres personnes !

Le jeu me fait bien envie, du coup plusieurs questions :

Est-ce déconseillé de jouer au 3 sans avoir avoir joué sérieusement aux précédents (même sans les terminer) ?

Concernant le mélange des genres, t'aurais tendance à plus le conseiller aux joueurs de RTS ou de RPG ? Vu qu’apparemment l’équilibre n'est pas sans défauts et que cet troisième opus a aussi changé un peu de direction par rapport aux deux précédents.
Tu parles par exemple d'un bond en avant côté RPG, qu'est-ce qui a vraiment changé sur cet opus par rapport aux autres ?

MonsieurP n'est pas d'accord, du coup ce serait intéressant d'en discuter je pense.

Qu'en est-il du côté RTS des premiers jeux ?
Il faudrait peut-être que je lise le test du 2 ici, mais pas de test disponible pour le premier.
Est-ce que, si on aime les RTS comme moi, ce serait préférable de jouer à ceux-là ?
Personnellement même s'il reste classique de ce côté là comme tu le dis, je ne pense pas que ça me dérangera, du moment que ça fonctionne bien. Sinon je ne rejouerais pas régulièrement à Age of Empires II.

@ninheve Peux-tu dire un peu plus en détails pourquoi le 2 t'avait déçue ?
#8

JakMondragon
Villageois

@Geralt : Non tu peux y aller sans avoir préalablement fait les opus précédents. Tu manqueras quelques petits clins d’œil mais rien de bien essentiel. De plus, les événements du jeu se déroulant avant ceux des premiers Spellforce tu ne manqueras rien.

Pour ma part je suis pas très fan des RTS. La saga des Spellforce m'a toujours attiré pour son côté RPG, plus ou moins marqué, plutôt que pour sa dimension tactique. Après le côté RTS fait le café, il n'est pas mauvais en soi, c'est juste qu'il innove très peu en rapport aux anciens opus.

Concernant l'avis de Monsieur P, je l'entends bien et je le comprends en vérité. J'ai eu exactement le même ressenti au tout début avant de relancer les premiers Spellforce. \o/
The Order of Dawn avait aussi beaucoup de cinématiques pour souligner son scénario ainsi que pas mal de ligne de dialogue pour discuter avec les différents personnages que l'on rencontrait.
Néanmoins, dans Spellforce 3, les interactions avec tes compagnons à Mulandir sont beaucoup plus nombreuses et surtout plus progressives. On ne te lance pas à la figure tout leur BG comme dans Spellforce 1, mais cela se fait au gré de l'aventure. Tes compagnons acquiert aussi de l'épaisseur à mesure (parce que bon Darius dans The Order of Dawn ou bien Urias, c'était du BG de surface il faut pas s'en cacher, de même que tes autres compagnons qui étaient assez circonstancielles et pas bien intéressant. On ne retenait que Rohen qui lui avait un BG bien fichue et un excellent revirement). :D

Ensuite dans Spellforce 3 tu incarnes véritablement quelqu'un. Le caporal Tahar a du vécu et des convictions (le moment du chant par exemple pour ne pas spoiler), là où à l'inverse dans les précédents Spellforce tu n'incarnais qu'un Guerrier de la rune avec une personnalité assez fade et effacée (qui même si cela était nécessaire de par sa condition d'esclave de la rune, il ne parvenait pas par la suite à s'émanciper de son rôle et à véritablement se mettre en avant. Il faisait plus figure de proue que véritable protagoniste.)

Par plus rpg que les précédents, j'entendais plus juste, plus progressiste, mieux maîtrisé autant dans son scénario que dans ses arbres de compétences. On notera aussi la présence de choix à un moment donné dans l'histoire principale qui ont un impact (la réunion des Maisons de Nortender). Faut se souvenir que dans Spellforce premier du nom, les missions s’enchaînaient et avaient presque toutes la même forme. Dans ce Spellforce, cela diffère. Parfois légèrement certes, mais l'intention demeure.
Puis ensuite, j'ai trouvé l'écriture des dialogues moins "classique", plus crues et réelles que dans les anciens Spellforce.
Après, j'imagine que nos deux avis restent conciliables sur certains points \o/

Le côté RTS des premiers jeux est comme je l'ai dit, était assez similaire. Un peu plus simplifié je dirais.

Message édité pour la dernière fois le : 16/04/2020 à 03:24

#9

ninheve
Grand chevalier

Pour avoir jouer au deux premier Spellforce je suis du même avis concernant la part RTS...n'étant pas une afficionados du genre, j'apprécie les Spellforces pour le côté allégé RTS (ce n'est pas starcraft, warcraft ou command and conquer) c'est du RTS mais gérable pour moi qui n'aime pas le côté souvent trop rushé de ce type de jeux, et je pense que pour les fans du genre, il doit etre peut-etre frustrant ?

Message édité pour la dernière fois le : 16/04/2020 à 08:57

#10

Nyamulagira
Garde

Bon, j'me disais aussi, en voyant les retours de joueurs et la description, ça manque de RTS pour être un parfait mix
Parce que ça me plairait très franchement un jeu qui sait faire les deux (voire même avec des missions FPS si on va par là), du moment qu'ils savent faire une IA décente. Clairement, Warcraft III c'était assez pauvre à mon goût, je ne le mettrais pas en référence du genre.
Du coup, je pensais que ce test me convaincrait soit de l'acheter, soit de ne pas l'acheter à force de le voir me faire de l'oeil. Bah je suis encore tout confus...

Les plus donnent vraiment envie, d'un autre côté, les moins font un peu pétés sur les bords, j'aime bien les héros balèzes mais si c'est au point de fumer tout ce qui bouge, je vais probablement m'ennuyer en pleine partie.

Message édité pour la dernière fois le : 16/04/2020 à 10:58

#11

wacas
Guerrier

Spellforce étant une licence coup de coup pour moi, il me semble pas avoir vu le point vraiment négatif (pour moi) de ce troisième opus.
J'ai adoré les deux premiers, mais celui-la je n'arrive pas à jouer très longtemps à chaque session.
Pourquoi ont-ils enlevé la caméra à la troisième personne !!!
Je m'immerger dans la partie RPG de cette façon et passé sur une vue éloignée pour la partie RTS du jeu, sans cette caméra je n'arrive pas du tout à retrouver les sensations du 1 et du 2 ...
Vraiment dommage ...

Message édité pour la dernière fois le : 16/04/2020 à 13:34

#12

Geralt
Grand chevalier

Merci pour vos retours, du coup je suis un peu comme Nya j’hésite encore, mais ça se tente. Vu que vous n'êtes pas des gros fans de STR, va bien falloir que je vois ça de mes propres yeux.

@Nya Par rapport à ce que tu dis, si tu ne connais pas jette un oeil du côté de Rise & Fall: Civilizations at War. Là tu contrôles ton héros en vue TPS et effectivement il est capable de buter des armées entières, mais qu'est-ce que c'était jouissif ! Je n'avais jamais vu ça dans un STR avant.

@wacas Ah je te comprends totalement sur la vue qui a été supprimée. Du coup on a un peu l'impression de toujours jouer à un STR ?

Message édité pour la dernière fois le : 16/04/2020 à 15:55

#13

Nyamulagira
Garde

J'y jetterai un oeil (au sens figuré bien évidemment)
Et je me rends compte que Sid Meier's ne s'est vraiment pas foulé pour le nom de la première extension de Civ 6 XD
#14

wacas
Guerrier



@wacas Ah je te comprends totalement sur la vue qui a été supprimée. Du coup on a un peu l'impression de toujours jouer à un STR ?


Oui, on a plus cette impression de 2 jeux en 1 que l'on s'imaginait avant.
C'est un RPG avec une vue STR en fait, tu n'as plus la transition aussi net qu'avant. Je basculais la vue à fond dérrière mon perso pour m'immerger dans la partie RPG perso.
#15

Rickandwars
Novice

J'ai beaucoup joué a spellforce 2 et ses multiples extensions/dlc et j'en garde de très bon souvenir. J'hésite à me prendre le 3, j'ai peur de ne pas retrouver ce que j'aimais à l'époque dans ce jeu.. [/url]

Message édité pour la dernière fois le : 24/04/2020 à 06:32

#16

Shaam
Héros

J'ai laché spellforce 3, le gameplay STR est pas bon
#17

Geralt
Grand chevalier

Quand on commençait à s'enjailler, Shaam détruit tout espoir.
Tu peux en parler plus en détails ? Ou pointer des trucs importants que t'as jugé "ratés" etc ?
#18

Nyamulagira
Garde

Lanishara peut pas avoir esclaves à base de wohoyololo wololo ?

Message édité pour la dernière fois le : 17/04/2020 à 15:29

Quand je lis RPG et STR, je pense à Suikoden, et j'ai envie de chialer...On se cotisse pour racheter la licence ?
Konami je vous déteste
#20

Shaam
Héros

Quand on commençait à s'enjailler, Shaam détruit tout espoir.
Tu peux en parler plus en détails ? Ou pointer des trucs importants que t'as jugé "ratés" etc ?


Le level design est très couloir, très peu de possibilité tactique, les différences entre unités peu misent en valeurs, le tout dans une ergonomie moisie. Heureusement qu'il y a les héros et leurs comp, mais tout le combat se base la dessus, Spellforce est un hybride qui tire beaucoup plus sur le RPG, avec seulement quelques éléments de STR ( l'exact inverse de War3 par exemple).

Message édité pour la dernière fois le : 17/04/2020 à 16:53

#21

ninheve
Grand chevalier

N'empêche que le test m'a assez convaincue et que je l'ai pris :)
en promo , j'en ai profité
#22

Geralt
Grand chevalier

Hésite pas à nous faire un petit retour ninheve à l'occasion !
#23

Nyamulagira
Garde

Il est argent sur Proton Geralt :-P
(à moins que tu aies un meilleur site pour vérifier les compatibilités)
#24

Geralt
Grand chevalier

Proton c'est surtout l'outil utilisé par Steam, que je n'utilise pas.
À l'heure actuelle il n'est pas en promo sur GOG. Mais effectivement si je le prends un jour, je le ferai sans doute tourner avec Wine+DXVK via Lutris, donc c'est équivalent.
En vrai je vérifie presque jamais le "statut" Proton des jeux, mais si on pense au même site ouais, c'est une bonne base de données.
#25

ninheve
Grand chevalier

Sinon j'avance doucement et perso j'aime bien la narration et l'histoire pour l'instant et le côté RTS est très simplifié je trouve, mais cela me convient. Mais comme je le dis je débute l'histoire.
NB: amusant d'entendre la voix anglaise de Geralt dans un autre jeu, avec les mêmes intonations et tout et tout...

Message édité pour la dernière fois le : 18/04/2020 à 13:44





Voir tous