Samedi 28 Mars 2020, 09:58     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Pillars of Eternity : The White March

par Marcheur 03 Mar 2020 10:00 18

Si vous me connaissez suffisamment bien : vous savez que ma relation avec Pillars of Eternity a été assez tumultueuse. Pour tout dire, j’ai participé au financement du titre et j’ai donc pu y jouer à la sortie en mars 2015, et le désamour fut bien brutal. J’ai en effet trouvé que Pillars of Eternity, loin d’être un successeur spirituel modernisant Baldur’s Gate, n’en était finalement qu’une traduction presque littérale dans le ressenti comme dans la forme. Au lieu de rassembler, j’ai bien l’impression que Pillars of Eternity a créé un schisme, dans lequel je me suis longtemps - presque cinq ans - situé dans le camp de ceux qui ne pouvaient le voir en peinture. Mais les choses changent, et j’ai pu finir le jeu récemment, dans de tout autres conditions, avec un nouvel état d’esprit. Le jeu n’a pas tant bougé, bien que des corrections bien senties y aient été apportées, mais moi j’ai pas mal changé. De quoi - peut être - reconsidérer le titre et surtout son extension, sujet du jour, qui s’illustre comme étant de loin meilleure que le jeu de base, même si pour l’apprécier à sa juste valeur, il va falloir accepter quelques états de fait…


Pillars of Eternity sous la neige
 

Je ne reviendrai pas sur le jeu de base : ses qualités et ses défauts ayant déjà été évalués par quelqu’un d’autre sur ce site même, même si mes conclusions auraient été bien plus partagées. White March, plus qu’un supplément de contenu, c’est l’occasion de retoucher un peu le jeu de base, en intégrant un niveau maximum désormais porté à 16, repoussant de 4 niveaux la précédente limite. Cette nouvelle limite, permet entre autre chose de profiter du contenu massif du jeu de base et désormais enrichi de quelques nouvelles quêtes et zones intégrées au pays du Dyrwood. Mais elle permet surtout de faire de White March une extension qui peut proposer des affrontements de très haut niveau, tout en s’insérant dans la progression générale du titre comme un contenu de niveau moyen (6 environ).

C’est aussi l’occasion pour Obsidian d’introduire 3 nouveaux personnages, relativement bien croqués et surtout : intégrés de manière assez organique dans le récit de base de Pillars of Eternity. Ils ne souffrent pas de symdrôme de greffe, on sent qu’ils ont été réfléchis pour interagir avec des personnages divers, ainsi, ils répondent aux autres compagnons, réagissent à des moments opportuns et ne tombent pas dans le gadget. Ce qui porte le nombre de compagnons “écrits” à 11, enrichissant significativement le casting.
 

  

De la neige, des ogres, des dragons et des grottes, Pillars of Eternity demeure assez classique.

 

Bien sûr : à nouveaux niveaux, nouvelles compétences venant enrichir la personnalisation et la spécialisation de toutes les classes. Des ajouts qui - couplés avec les nouveaux équipements souvent très efficaces - permettent à votre groupe de vite devenir une véritable machine à tuer, ce qui ne surprendra personne : l’équilibrage et Obsidian, ça fait deux. Fort heureusement, à opposer à nos personnages, on trouve des rencontres particulièrement solides en termes de difficulté, et surtout en termes de nombre d’opposants simultannés. Sans devenir épique : les affrontements de White March prennent une autre dimension et s’avèrent plus agréables à mener que dans le jeu de base, d’autant que l’introduction des “comportements” des compagnons, permet de dynamiser le gameplay et réduire l’obligation à micro-gérer tous nos personnages.
 

Une première partie un peu poussive
 

Tout cela est surtout vrai dans la seconde partie de l’extension. Malheureusement : pourtant riche de nombreuses quêtes secondaires et de plus de nouvelles zones, la première partie de l’extension ronronne et n’offre que peu d’exotisme, hormis le visuel troquant le marron et le vert du jeu de base à du blanc. J’ai personnellement trouvé la première partie de l’extension sans grand intérêt, avec des enjeux peu travaillés et finalement, on a le sentiment d’avoir une nouvelle région qui introduit juste plus de contenu, avec quelques quêtes secondaires heureusement solides.

C’est vraiment à partir de la seconde partie de l’extension qu’on trouve des lieux plus travaillés, des enjeux beaucoup plus épiques, des personnages plus intéressants et - il faut le dire - un final vraiment explosif, dans le sens où on ressent enfin la dimension centrale de notre rôle en tant que protagoniste d’une grande histoire. Les choix s’y font plus cornéliens, les événements plus poignants et une mise en scène - même si toujours assez succincte - plus réussie. On retrouvera aussi et surtout, des musiques de Justin Bell qui arrêtent d’être étouffées par les bruitages et parviennent à donner un souffle nouveau aux confrontations.

 

  

Visuellement, Pillars of Eternity force toujours le respect.

 

On notera aussi que l’extension offre aux joueurs des occasions plus nombreuses d’éviter les affrontements, même si on sent encore que sur Pillars of Eternity, plane d’avantage l’ombre d’Icewind Dale que celle de Baldur’s Gate en matière de rythme général. D’ailleurs, le contexte de cette extension est l’occasion là encore de rendre hommage à Icewind Dale, ce qui fera toujours plaisir aux anciens, aux vieux, aux décrépis, aux vétérans, à ceux à qui on ne l’a fait pas et qui joueront à Pillars en mode de difficulté maximale avec un seul personnage dans le groupe, le tout sans jamais équiper le moindre objet…

… Est-ce que cette personne existe seulement ? En ce cas, elle a tout mon respect pour son abnégation.
 

Généreuse et bien équilibrée
 

Ce qui frappe avec le contenu qu’Obsidian a créé, c’est à quel point le studio a eu à coeur de faire une extension qui s’adresse à un peu tout le monde. L’introduction de contenu de fin de jeu enrichit la proposition d’origine et permet à chacun de trouver à faire dans les ajouts. On notera surtout que les efforts du studio ont aussi permis d’enfin donner à Pillars of Eternity un certain souffle épique qui faisait assez terriblement défaut au jeu de base, ce qui était très paradoxal pour un jeu qui se revendiquait de Baldur’s Gate. D’autant que cette fois, on sent nos choix bien plus importants sur le déroulement que dans l’aventure principale.

 

  

White March propose de nombreux combats plus palpitants que le jeu de base.

 

On écumera la douzaine de nouvelles zones et toutes les quêtes en environ vingt heures. De quoi justifier une nouvelle partie afin de profiter comme il se doit de tous ces ajouts. Cette extension est de base incluse dans la version console du jeu et permet au titre de corriger quelques ratés dans la progression sur seulement douze niveaux qui finissaient par vite frustrer, car en faisant des quêtes secondaires, on arrivait vite limité par la montée en puissance.

 

Sans être parfaitement homogène : White March s’avère au global plus satisfaisant que le jeu de base et permet d’étendre significativement l’aventure Pillars of Eternity. Une écriture plus directe, plus drôle et des enjeux plus épiques donnent un nouveau souffle à l’aventure et le scénario ne fait pas défaut à ce contenu. On pourra regretter une première partie un peu poussive, mais les ajouts dans leur ensemble justifient largement l’investissement et permettent à l’aventure principale d’être plus satisfaisante. Si vous trouviez que Pillars manquait encore de souffle et était trop plat, White March permet de relever un peu le goût de l’ensemble, rendant le tout plus intéressant, à défaut d’être pleinement passionnant.

LES PLUS
  • Enfin un nouvel environnement
  • Un contenu globalement solide
  • Des compagnons bien intégrés
  • Une écriture renouvelée, des choix plus impactants
  • Un final épique et poignant
LES MOINS
  • Malgré tout, manque encore de folie
  • La première partie de l'extension est en deçà de la seconde
  • Peu de nouvelles zones au final
  • Encore un peu trop de combats

7/10

Commentaires (18)

#2

flofrost
Grand chevalier

C'est le moment de jouer le salopard de service, je me dévoue donc, à regret bien entendu
Donc Marcheur tu parles des combats de White March, mais à aucun moment je ne vois mention du niveau de difficulté que tu a utilisé pour en profiter, étrange...
#3

Marcheur
Seigneur

C'est le moment de jouer le salopard de service, je me dévoue donc, à regret bien entendu
Donc Marcheur tu parles des combats de White March, mais à aucun moment je ne vois mention du niveau de difficulté que tu a utilisé pour en profiter, étrange...




Salopard

Pour le coup, j'ai profité de Pillars of Eternity en mode Histoire, ce qui est basiquement le mode normal sauf que les statistiques jouent plus de notre côté, ce qui fait que les affrontements sont largement plus gérables et requièrent moins de micro management qui, très vite, rendent les combats de Pillars of Eternity très tiédasse.

Je t'aime Flofrost

Message édité pour la dernière fois le : 03/03/2020 à 15:10

#4

Geralt
Grand chevalier

On voit que le printemps arrive, Marcheur il aime tout le monde en ce moment...
#5

ninheve
Grand chevalier

oh dommage je suis passée à côté...l'aventure de base m'ayant laissée indifférente je n'ai pas fait attention à The White March, il semblerait que je sois passée à côté d'une extension qui rattraperait le jeu de base
#6

Vaetrem
Chevalier

Et bah moi j'ai adoré le jeu de base, tout comme cette extension, même si la partie 2 est clairement meilleure, comme tu le dis Marcheur Le mec pas difficile quoi !
#7

Gaek_Shao
Chevalier

Le Pillars de base a une bonne saveur, je trouve.
D'ailleurs, j'ai relancé une partie pour mieux apprécié les Whites Marchs car j'avais voulu les faire en prenant directement après la fin (et c'est pas vraiment top).
#8

code34
Villageois

Merci pour ce test :) Par contre le scénario du jeu de base (que j'ai terminé) ne me laisse aucun souvenir. Il devait juste être au dessus de la moyenne pour que j'ai l'envie d'aller jusqu'au bout, mais l'ensemble devait être bien fadasse.

Après je reconnais le travail titanesque qui a du être mené pour réaliser un jeu comme ça. Pourtant dans ce genre, je trouve qu'il n'y en a aucun qui sort vraiment du lot et qui marque les esprits.

Message édité pour la dernière fois le : 04/03/2020 à 08:49

#9

Shaam
Grand chevalier

Le Pillars de base a une bonne saveur, je trouve.


Tout à fait d'accord, j'aime beaucoup Pillars même s'il reste perfectible sur le gameplay, y'a toujours cette petite étincelle quand tu découvre un univers inconnu et que t'essaye de découvrir comment fonctionne la politique, les gens, la mythologie.

Du coup White March, bin j'ai trouvé ca sympathique mais sans plus pour une extension.
#10

Marcheur
Seigneur

Le Pillars de base a une bonne saveur, je trouve.


Tout à fait d'accord, j'aime beaucoup Pillars même s'il reste perfectible sur le gameplay, y'a toujours cette petite étincelle quand tu découvre un univers inconnu et que t'essaye de découvrir comment fonctionne la politique, les gens, la mythologie.

Du coup White March, bin j'ai trouvé ca sympathique mais sans plus pour une extension.


Pour le coup j'ai trouvé ça fadasse, mais en plus, inutilement complexe et mal introduit aux joueurs.
De plus et contrairement à bien d'autres jeux Obsidian, le casting de Pillars of Eternity est loin, très loin de donner envie de pousser plus loin dans l'aventure, et l'histoire principale n'a pas de "moments" mis à part la fin de l'acte 2, qui donne envie de mettre un point final à cette histoire.

Je trouve l'écriture du jeu assez inégale aussi, verbeuse pour pas grand chose souvent (les descriptions à rallonge et stylisée c'est agréable à écrire hein, rarement à lire en paragraphe complet pour finalement qu'un personnage te dise "je vois").

Les combats sont aussi très lourdingues, et pour le coup le mode de difficulté histoire a été une bénédiction pour moi qui voulais fluidifier le récit (déjà assez poussif, malgré la structure semi linéaire du jeu de base). Y a plein de trucs qui m'ont agacé dans le jeu de base, et si j'avais à refaire le test, il aurait clairement pas eu 9 pour sûr, mais j'ai une dent contre lui donc vaut mieux pas que ça arrive

Par contre j'ai trouvé l'extension mieux dirigée, plus rythmée, avec des personnages plus mémorables, des environnements toujours réussies, des combats un peu moins barbants, et surtout un vrai sens de l'épique dans le récit avec une seconde partie où tu trouves enfin un peu d'enjeux de poids, tout en découvrant une civilisation vraiment mystérieuse et intéressante.

Ah et la fin de l'extension a la meilleure piste musicale du jeu complet, mais aussi la meilleure "mise en scène" à mes yeux. De loin le moment le plus mémorable de tout Pillars.
#11

Montaron
Seigneur

Ah et la fin de l'extension a la meilleure piste musicale du jeu complet, mais aussi la meilleure "mise en scène" à mes yeux. De loin le moment le plus mémorable de tout Pillars.


Ça finit sur ça ?





Message édité pour la dernière fois le : 04/03/2020 à 09:43

#12

Gaek_Shao
Chevalier

Ah mais oui, je peux pas nier que l'écriture ou les combats sont parfois bien trop lourds.
Mais dans l'ensemble, l'écriture m'a plu. Il se dégade un truc "mystérieux", avec un phrasé plus léger et moins alambiqué, la trame aurait gagné pas mal de chose. Surtout sur la fin.
Ce qui me dérange le plus, c'est les ajouts KS, ils n'apportent que lourdeur et ralentissent, forcément le jeu car on essaye de voir (au début du moins) s'ils ont des infos.
Les combats, au débuts, sont assez plaisant. Après oui, dès qu'il y a du monde ou dans certaines zones (je pense aux catacombes avec les Ogres), ça devient vite un peu lourd.
Les Arts Occultes avec leurs systèmes de grimoires sont bien pensés, mais beaucoup moins leurs homologues divins.

Va falloir que me fasse les extensions
#13

hollow69
Villageois

Une petite redite de ma part, mais juste pour ceux que ça intéresse ci-joint le lien de la traduction française corrigée.

https://github.com/r-e-d/poe-fr



#14

Geralt
Grand chevalier

@hallow69 Je ne connaissais pas ce projet (ni celui pour Pillars of Eternity II), merci pour le partage, mais pas moyen d'avoir un aperçu de ce qui a été amélioré par rapport à la traduction originale, ni dans quelle proportion.
#15

Gaek_Shao
Chevalier

Merci hollow69, sympa cette trad
#16

cornacchia
Novice

Bonjour à vous.

Je m'étais inscrit il y a des lustres (13 ans, je crois), mais n'avait plus posté après perte du mot de passe et diverses manipulations foireuses de ma part.

Je souhaitais d'abord me joindre aux quelques voix qui ont craint l'extinction du site et qui saluent son renouveau. Un grand merci à vous et particulièrement aux nouveaux venus !

Ensuite, je voulais exposer mon dilemne quant à tous ces jeux DOS 1 et 2 et PoE, sachant que j'étais un grand fan des Baldur's Gate.
Je n'ai terminé aucun des DOS. Je me suis arrêté dans le premier aux mines de l'acte 2, et dans le second peu après l'évasion de l'île prison.
Je reconnais la beauté, les interactions intéressantes avec les personnages et surtout la qualité des combats (surtout dans le 1, plus brouillons dans le 2 ; mais battre un chef ennemi, le changer en mort vivant, le téléporter sur ses alliés groupés (dégâts de chute) pour finalement le faire exploser et achever les sbires,le tout en deux tours, c'est épique !) et surtout stable techniquement.
Pourtant, il manquait dans la narration de quoi me retenir, le système de craft me semblait tiré par les cheveux et le reste du gameplay peu intuitif.

A contrario, les combats de PoE étaient moins prenants, le lore un peu dépressif, les compagnons plus fades, mais il y a eu quelque chose dans la narration et la mise en scène qui m'a retenu jusqu'à presque la fin (si un tudjuuu de bug n'avait pas corrompu ma sauvegarde au point que je ne puisse plus sortir de l'auberge ! OBSIDIAAAANNNN!!!!!!).
Bon an, Mal an, j'ai eu l'impression de m'amuser davantage avec POE, de mieux retrouver les "sensations Baldur" (même si Marcheur semble justement dénigrer un peu cette situation) qu'avec les deux DOS.

D'où une certaine inquiétude vis à vis du prochain Baldur's Gate 3.

Est-ce que je suis le seul à nourrir ces sentiments ?
#17

Shaam
Grand chevalier

Je pense que tout fan de Baldur's doit être sur ces gardes vis a vis de BG3.

Sauf que Obsidian a eu 2 fois sa chance pour nous pondre un BG3, c'est pour moi assez loin de l'original, que se soit PoE 1 ou 2, avec DLC ou non il manque pas mal de truc.

Je pense que D&D va apporter beaucoup à Larian, notamment un bon système de loot qui fasse moins hack & slash, des sorts plus variées, un vrai systeme de classe et un univers un peu plus stable.

Qui vivra verra :p
#18

FoolEcho
Garde

Encore tenté de relancer une partie de Pillars, encore impossible d'aller au-delà du début du chapitre 2. Côté environnement et cie, ça le fait plutôt mais alors cette gestion des combats, quel enfer...

Pillars est parfaitement indigeste: pléthore de sorts dès le niveau 1 (c'est moins génant sur un univers basé sur un jeu sur table puisque souvent épuré et plus ou moins connu, mais là tout est neuf), le système endurance/santé pourquoi pas, sauf que pour capter à quel moment la santé se prend une claque, bonjour (ah, l'endurance du perso était au max, pourtant il vient de se prendre deux baffes et sa santé est pratiquement à zéro, cool) ; et le système de montée de niveau bizarre qui fait qu'un combat 4vs3 à niveau 4 ne passe pas mais à 5vs3 niveau 5 si et sans problème... ... Nan, vraiment trop brouillon.

Autant Tyranny ça passe carrément mieux (pour le coup, en revenir au seul système de santé et des sorts à composer soi-même est nettement plus sympa).

(... espère -enfin- enchaîner Pathfinder après Tyranny)

#19

JakMondragon
Villageois

Franchement je trouve les systèmes différents avec leurs propres qualités et leurs défauts. Le système à la Pillars peut, certes, paraître brouillon, cela donne toutefois un petit côté "on est dans le feu de l'action c'est le caca, bigre où ai-je rangé mes flèches de glace, ah mais par ma barbe j'ai utilisé toutes mes potions face à l’infâme lézard cracheur de feu un peu plus tôt, je suis foutu" qui est assez stimulant.
Et en ce moment, du au trailer de BG3, je me refais le DOSII et franchement j'apprécie énormément leur système de combat, d'évolution dans les zones, même d'écriture (qui est beaucoup plus légère qu'un Pillars ou qu'un BG, mais qui reste très rp).

Mes craintes vont justement dans ce mode des dialogues à la BG 3 sans écriture à la Mass Effect. Parce qu'on avait beau critiqué Pillars sur ses textes lourds, moi j'ai toujours trouvé ça totalement immersif (après je suis peut être un cas à part).

Message édité pour la dernière fois le : 09/03/2020 à 15:51





Voir tous