Dimanche 15 Décembre 2019, 11:41     Connectés : 2      Membres : 1


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Disco Elysium

par Vaetrem 12 Nov 2019 00:01 13

Alors que le marché du RPG oldschool semble à première vue se porter de moins en moins bien, des studios indépendants continuent d'apporter à la recette leur touche personnelle pour se démarquer et raviver l'intérêt des joueurs. Après la proposition ludique originale de Larian avec Divinity : Original Sin, c'est à une variation systémique et narrative que nous invite ZA/UM, le collectif artistique et studio de développement estonien à l'origine de Disco Elysium. Le titre, originellement développé sous le nom No Truce with Furies, se présente comme une enquête policière à petite échelle dans un univers dystopique et contemporain, et a reçu un accueil des plus chaleureux de la part de la presse mondiale. Simple effet d'overhype ou véritable révolution ? Après tant d'années d'attente, il est temps d'en juger sur pièces.

Disco Elysium vous annonce la couleur dès le début de votre partie. Après une nuit d'ivresse particulièrement sordide et pathétique, dont vous reconstituerez les étapes au cours du jeu, votre personnage, un policier addict aux drogues et à l'alcool, se réveille dans sa chambre d'hôtel. Pour parfaire le tableau, il est amnésique et a totalement oublié ce qui l'amène ici, a perdu son insigne, son arme, et surtout sa crédibilité auprès du voisinage. Il est heureusement rapidement rejoint par Kim Kitsuragi, votre seul compagnon dans le jeu et partenaire policier venu d'un autre district de la ville de Revachol, la grande capitale à laquelle appartient le petit quartier que vous visiterez dans le jeu. Kim vous annonce que votre duo va devoir résoudre le meurtre d'une personne, pendue à l'arbre se situant juste derrière votre hôtel. L'occasion pour votre personnage de reconquérir son estime de soi ainsi que celle de ses confrères. 

C'est sur ces simples prémices que le jeu fonde toute son intrigue et sa structure. En effet, si Disco Elysium ancre son récit dans un lore particulièrement intéressant, évoquant une Terre très proche de la nôtre, mais avec des personnages et factions aux positions plus affirmées, le récit principal se veut très simple. En effet, le jeu ne raconte au final que l'histoire d'un petit flic de quartier qui enquête principalement en traînant sa carcasse chez les dépositaires de l'autorité locale ou les gens moyens, dans un petit quartier négligé par les autorités centrales. Cela rend le récit plus simple, mais aussi plus touchant. Malgré cela, le lore de Disco Elysium, et notamment celui de la capitale de Révachol, est particulièrement lié à l'intrigue principale, formant un tout complexe et passionnant, notamment grâce à la qualité de l'écriture de tous les éléments de lore mis à disposition.

 

Il y a un fort contraste en début de jeu entre vos débuts pathétiques et le lore passionnant qui vous est raconté

 

Père Koba, raconte nous une histoire  

 

Crevons l'abcès d'entrée de jeu : c'est bien simple, sur le plan de l'écriture pure, aucun jeu de rôle disponible sur PC comme sur console n'atteint le niveau de Disco Elysium. En effet, que ce sois au niveau du nombre de répliques disponibles, de la quantité et de la qualité des textes décrivant les situations et environnements, de l'écriture incroyablement réaliste et touchante des dialogues, ou encore de la variété de styles et genres présents (poésie, compte rendus, ... ), Disco Elysium est un titre en tout point hors normes, qui marquera un avant et un après sur le plan de l'écriture. D'autant que le jeu évitera l'écrasante majorité du temps (à l'exception de quelques moments un peu pénibles, bien que toujours liées aux intrigues du jeu ou à son univers), de vous envoyer dans la tronche de longues logorrhées de lore peu intéressantes.

Ici, pas de fausse pudeur : les thématiques abordées par le jeu le sont frontalement, avec en vue racisme, sexisme, politique et syndicalisme. Le titre aimera à tirer des conclusions de vos réponses, à venir confronter avec humour les visions du monde qu'elles impliquent, et saura d'ailleurs bien se moquer de vous si vous faîtes le choix de ne pas avoir d'avis concernant ces questions. On apprécie la présence d'un véritable humour noir, fin et acéré, que l'on n'hésitera pas à mettre au niveau de celui des deux premiers Fallout. Mais surtout, plus rare, celle d'un véritable humour absurde, trop rare dans les jeux de rôle qui souhaitent souvent nous faire garder les pieds sur terre, qui rappelleront aux anglophones le formidable West of Loathing.

C'est également sur la mise en scène des dialogues que Disco Elysium tire son épingle du jeu. Ilustrées par de magnifiques portraits, les discussions avec la trentaine de personnages clés qui constitue la quasi-intégralité de vos rencontres sont en effet particulièrement soignées. Ces discussions doivent être approchées avec prudence, certains sujets pouvant vous fermer des portes et des opportunités. Certaines d'entre elles doivent quand à elles être envisagées comme de vrais duels de personnalités. Ces rencontres sont passionnantes à envisager d'un point de vue "rolistique", dans le cadre de l'enquête d'un policier : en effet, on aborde pas du tout une discussion avec un suspect vous menaçant avec des informations sensibles sur vous, comme avec une potentielle victime de sévices sexuelle. Il vous faudra toujours peser le pour et le contre avant de choisir une réplique, en conciliant la prudence à avoir et le sentiment gratifiant de l'enquêteur extirpant la vérité. Nul doute que nombre de joueurs se souviendront ainsi avec émotion de leur première rencontre avec Evrart ou Klaasje. 

Le jeu est également très réactif, des dialogues ayant eu lieu bien auparavant dans des quêtes précédentes pouvant influencer les dialogues d'une quête bien lointaine : à ce niveau là, la mémoire du jeu est impressionnante, de même que l'intrication des différentes quêtes secondaires. Les quelques choix cruciaux qui vous seront donnés auront une importance capitale dans le déroulement dans votre enquête, plus que dans sa conclusion. En effet, le challenge du jeu ne réside pas tant dans la résolution de l'affaire (assez simple), mais bien dans le fait de la réussir sans dommages collatéraux. Impossible d'en dire plus sans spoiler, mais sachez toutefois que vos choix d'alliances ainsi que vos capacités d'enquêteur rencontreront un jugement en millieu de jeu et que de cette situation dépendra le sort de nombreux personnages.Tout cela, couplé à une ambiance mélancolique constante, estparticulièrement palpable dans les paroles exprimées par les personnages. Visiblement lassés de vivre dans un monde médiocre qu’ils doutent tous de pouvoir améliorer (on les comprends), ils font de Disco Elysium un jeu extrêmement marquant, à l'identité affirmée et mature. 

 

Le jeu excelle tant dans l'écriture des passages sombres, que dans l'humour absurde à se tordre de rire

 

Panic ! at the Disco 

 

La structure globale du jeu repose sur une période limitée de 10 jours. Votre personnage a en effet un temps limité pour trouver le coupable du meurtre ayant eu lieu dans le petit quartier, qu'il est possible de traverser en cinq minutes, qui servira d'open world au jeu. Le jeu peut d'ailleurs tout à fait se terminer sur un échec, sans que vous ayez trouvé le criminel en question, un peu comme dans Fallout 1 avec la quête de la puce d'eau. Cependant, le temps ne passant que pendant les dialogues, vous n'êtes pas puni par les différents allers retours que vous aurez à effectuer, rendant la mécanique moins punitive que dans la référence sus-mentionnée.

Le monde n'est cependant pas intégralement ouvert : en effet, le monde évolue au fur et à mesure des jours ( les positions de certains personnages se tendent, les factions avancent leurs pions ...)  jusqu’au moment pivot du jeu dont l’issue déterminera l’ambiance dans laquelle se passera le tronçon final du jeu. Ce choix est à la fois très intéressant, tant la vitesse à laquelle tout s'agrave est grisante sur le plan de la narration et du scénario, mais aussi un peu dommageable, car il apporte quelques linéarités dans un jeu autrement parfaitement ouvert et réactif. En effet, Disco Elysium n'est pas, malgré toutes ses qualités, un titre exempt de défauts. Il y a ainsi quelques moments où le jeu nous fait subir des passages linéaires et absurdes, notamment dans la quête principale, qui peuvent bloquer certains joueurs. Mais l'on pardonne aisément ces quelques moments anecdotiques.

 

A gauche, le lieu de passage vers la zone innacessible avant le troisième jour de jeu, à droite, une illustration du temps qui passe même lors de vos dialogues avec une boîte aux lettres

 

Happens to the Heart

 

Mais qui dit jeu de rôle, ne dit pas seulement narration, mais aussi système d'évolution du personnage. Disco Elysium propose un système de jeu original à 24 caractéristiques réparties dans 4 grands attributs : Physique, Adresse, Psyché, et Intellect. Votre intellect représente la puissance brute de votre cerveau, gérant par exemple votre capacité à effectuer des déductions logiques, faire preuve de réthorique ou encore à détecter les mensonges. La psyché, quand à elle, représente votre sensibilité et votre intelligence émotionnelle. Elle agît par exemple sur les compétences d'empathie, autorité, ou encore de suggestion, en somme toutes les compétences qui permettent de manipuler ou comprendre autrui. Votre physique, comme son nom l'indique, gère en somme votre musculature et votre force, avec des compétences telles que la résistance à la douleur, la menace, ou l'endurance. Enfin, l'adresse gère la plupart de vos sens, ainsi que votre agilité et à quel point vous bougez bien votre corps. Parmi les compétences gouvernées par l'adresse, on trouve la compétence avec les machines, la vitesse de réaction ou encore la perception.

A la création de votre personnage, vous pourrez choisir de répartir des points entre ces quatre principaux atributs (jusqu'à un maximum de 6, les tests sur les jets de dés se faisant sur une échelle maximale de 20). Le score de chaque attribut sera donné à chacune des compétences qu'il gouverne, cimentant les bases de votre nouveau personnage. Vous pourrez également choisir une compétence de prédilection, dans laquelle vous pourrez donc ajouter un point supplémentaire dès le départ de la partie. Petit détail qui a son importance, pour ceux qui se voient déjà stat dumper comme on stat dump un guerrier clerc dans Baldur's Gate, sachez qu'une stat trop violemment dumpée au début du jeu se verra limitée en progression.

En effet, à chaque niveau acquis au fur et à mesure du jeu, vous pourrez augmenter d'un rang le score d'une de vos compétences, mais ce ne sera possible que dans les limites fixées lors de la création de votre personnage. Par exemple, si vous choisissez comme votre serviteur de partir avec un score de 1 en physique (et de mourrir en allumant une lumière après une nuit d'ivresse, faisant son sort à votre seul point de vie), vous ne pourrez augmenter les compétences correspondant à cet attribut que jusqu'à 4 tout au long du jeu. Il s'agît donc d'un choix décisif qui doit être murement réflechi dès le départ, alors n'hésitez pas à prendre le temps de bien lire les descriptions de chacune des compétences afin d'être sur de ne pas regretter votre choix par la suite. 

Au delà de cette grande richesse, la grande réussite de ce système de ce jeu réside dans le fait que, dans Disco Elysium, vos compétences ne sont pas de simples outils. En effet, chacune de vos compétences est un interlocuteur mental pour votre personnage, qui intervient au cours des dialogues et des interactions avec les environnements pour vous donner des conseils. Parfois, plusieurs compétences pourront même entrer en conflit pour vous guider vers une solution plutôt que l'autre. Ces dialogues, à l'image de tous ceux présents dans le jeu, sont particulièrement bien écrits et donnent réellement envie de lancer une nouvelle partie une fois le titre terminé.

 

Même pour des actions aussi anecdotiques, plusieurs possibilités de checks sont disponibles

 

Tangled up in Blue

 

Un autre point sur lequel ce système brille, c'est dans son intrication avec les quêtes annexes et les quêtes principales. En effet, dans Disco Elysium, lorsque vous faîtes une découverte susceptible de servir de levier sur votre interlocuteur, lorsque vous utilisez un outil adapté à la situation, et bien d'autres situations, le jeu vous récompensera avec un bonus à la compétence nécessaire pour réussir le Skill Check et progresser. D'ailleurs, le système fonctionne également dans le sens inverse : un propos maladroit exprimé au cours d'une conversation, une idée malvenue maladroitement executée, et vous vous compliquerez la tâche. Vous avez saisi l'idée : Disco Elysium fonctionne comme un bon maitre de jeu qui vous donnerait des bonus ou malus en fonction de la situation.

En sus d’être très roleplay, grâce au lien fait avec la fonction de policier de notre personnage, ce système est aussi très gratifiant, car il récompense le joueur d'avoir bien exploré les lieux et bien envisagé toutes les possibilités. On ne sait ainsi jamais quelle petite découverte, quelle petite vérité arrachée au cours d’un dialogue va permettre de débloquer une situation, et un skill check qui semblait inatteignable, et qui l’est parfois vraiment sans cela (selon le build de personnage). D'ailleurs, si la plupart des jets de dés, non capitaux, peuvent être réitérés à l'envie, certains jets de dets ne peuvent être retenté qu'après avoir mis un point dans le skill nécessaire pour réussir l'action. Bien sûr, cela n'empêchera pas les joueurs les plus impatients d'utiliser la bien aimée touche F9, mais c'est toujours ça de pris pour qui aime jouer dans les règles. A noter également, les vêtements que vous trouverez au cours de votre partie vous permettront de gagner des boost passifs dans les différentes compétences, donc attendez vous à en changer fréquemm ent. 

Sur le plan du gameplay, Disco Elysium est un jeu qui choisit l'épure complète : ici, pas de crafting, de combat contre des dragons, de donjons à vider ou de monstres à chasser. Le gameplay concret consiste ainsi simplement à appuyer sur le clic gauche pour se déplacer sur la carte vue du dessus (avec un pathfinding parfois capricieux) et passer au dialogue suivant, et à la touche tab pour mettre en valeur les éléments interactifs sur la dite carte. Cela rends le titre à la fois très accessible pour les néophytes, qui n'auront pas à craindre une rencontre malencontreuse avec une wyvern comme dans Baldur's Gate, mais aussi très niche, puisqu'il faut accepter de faire le deuil de tout un pan plus classique des jeux de rôle sur PC. Si nous avons été très réceptifs à cette approche, on comprendra tout à fait les joueurs qui resteront imperturbables face à cette vision bien particulière du genre. D'autant que l'on peut regretter qu'aucune véritable énigme ne se présente au joueur : si le joueur est encouragé à enquêter et réflechir par lui même, il est possible de tout découvrir par la discussion avec les PNJ, dont certains s'ouvrent peut être trop facilement à nous pour leur intêret. Mais on chipotte. 

 

Le système de déduction, récompensant notamment l'exploration, est un des meilleurs systèmes du jeu

 

No Truce with the Beauties 

 

Non content d'être une merveille à jouer, Disco Elysium est aussi un plaisir à regarder. En effet, le visuel du titre est particulièrement travaillé, avec une direction artistique aux couleurs pastels sublimes. La carte du monde évoque ainsi quelque chose à mi chemin entre un Dont Starve lissé et un Fallout old school, bien qu'au final l'identité visuelle de Disco Elysium n'appartienne qu'à lui. Les animations, simples mais très expressives, notamment lors des moments les plus absurdes ou intenses du jeu, apportent elles aussi leur pierre à l'identité visuelle atypique du titre. Mais ce qui a déjà du vous frapper sur les screens du titre, c'est bien entendu la qualité de l'interface de dialogue. Très judicieusement placée sur le coté de l'écran afin de laisser une place plus importante aux sprites des personnages et pour réduire la longueur des lignes à lire, cette interface use de jeux de couleurs très pertinents rendant la lecture bien plus dynamique et agréable que dans les autres jeux du genre. Les skills checks réussis, par exemple, sont particulièrement bien mis en valeur et sont donc rendus très satisfaisants visuellement. 

Une des grandes réussites artistique du jeu réside également dans ses doublages. En effet, les rencontres avec les différents personnages marquent également grâce à la qualité de ceux-ci. En effet, tous les doubleurs (à l’exception d’une voix d'enfant terriblement agaçante), sont très bien choisis et très impliqués. Que ce soit dans une phase de rêve, lors de reconstitution de souvenirs, ou encore lors des rares mais réussies incursions du fantastique, les doubleurs  sauront à chaque fois distiller l'émotion appropriée. Aussi étrange que cela puisse être à la lecture, croyez nous lorsque nous vous disons que vous n'oublierez jamais la voix glaçante de votre système lymbique. Une dernière pierre ajoutée aux fondations d'un titre en tout point marquant et réussi, bien qu'un peu court.

 

Disco Elysium n'est ni un messie, ni un jeu parfait, ni une révolution du genre, tant sa formule lui est spécifique et difficile à émuler. Mais la promesse qu'il vous fait, il la tient jusqu'au bout. La même promesse que nous adressait Torment : Tides of Numenera, celle d'un jeu de rôle à l'univers restreint mais infiniment réactif, où les combats sont une exception, et où l'univers sert de ciment à l'immersion et à l'imagination. A la fois drôle, émouvant, et stimulant intellectuellement, mais aussi magnifique à regarder, Disco Elysium est une expérience inoubliable et passionnante. Un jeu qui marque au fer rouge, tant absolument tout y est qualitatif et tant il est bourré de moments déjà cultes que les joueurs évoqueront avec nostalgie à l'avenir. Un classique instantané, tout simplement.

LES PLUS
  • Ecriture sans égal dans le genre
  • Incroyablement rejouable ...
  • Direction artistique magnifique
  • Système de jeu original et robuste
  • Univers passionnant
LES MOINS
  • Quelques bugs
  • ... Mais un peu court
  • Pathfinding perfectible
  • Un léger manque d'options agressives
  • L'abscence de vraies énigmes

10/10

Commentaires (13)

#2

pibola
Garde

Un grand merci pour le test !
#3

Gaek_Shao
Chevalier

Merci pour ce test, parfait.
Test très intéressant pour un jeu qui a l'air vraiment intéressant.
#4

Djefel
Noble

j'ai pas lu encore le test mais bon sang, un 10/10 ??? Pas souvenir d'en avoir déjà vu un ! Bref, je vais lire le test et sans doute acheter le jeu dans la foulée xD
#5

GodOfNipples
Guerrier

J'ai fini le jeu il y quelques jours, et c'était vraiment très bien !
Je n'ai lu que la conclusion du test et les + / -.
Je n'ai pas trouvé le jeu trop court, ça m'a pris une 50aine d'heures... je pense avoir exploré tout ce que le jeu avait à offrir (et peut-être aussi que je ne lis pas très vite).
Un des derniers dialogues du jeu m'a fait pleuré, et je crois bien que c'est une première pour moi, avec un jeu vidéo !
#6

Vaetrem
Chevalier

j'ai pas lu encore le test mais bon sang, un 10/10 ??? Pas souvenir d'en avoir déjà vu un ! Bref, je vais lire le test et sans doute acheter le jeu dans la foulée xD


C'est le sixième, si je ne me trompe pas : on a eu The Witcher 2 , The Witcher 3, Divinity : Original Sin : II, Morrowind et Baldur's Gate II qui l'ont eu auparavant
#7

Djefel
Noble

Arf, pourtant ça fait quelques années que je traine mon clavier par ici, mais je ne m'en rappelais plus de tous ces 10 !
#8

Nyamulagira
Villageois

Puis... ça change des univers fantasy-cyberpunk sur le marché RPG. Oublions Loup Solitaire, redécouvrons notre série Sherlock Holmes.
#9

cabfe
Seigneur

Voilà un jeu qui m'interpelle. Merci pour le test !
J'y jouerai sûrement dans quelques années, quand j'aurai un peu élagué mon backlog.

Par contre, autant l'ancien titre que le nouveau, je les trouve tous les deux un peu pourris...
Peut-être qu'ils ont plus de sens en jouant au jeu, mais vu de l'extérieur, ça donne pas envie.
#10

Munshine421
Garde royal

Oh mais le titre prend tout son sens à un certain moment du jeu...

#11

FoolEcho
Garde

*se demande si le jeu aurait reçu 11/10 avec une localisation française*
#12

ninheve
Grand chevalier

le jeu est à part, pourtant à première approche on a l'impression de jouer à un jeu d'aventure..un mystery novel avec des éléments de rpg puis plus on avance et on s'implique et plus on réalise combien ce jeu est différent. Non pas dans son gameplay mais surtout dans sa narration et son univers.
bref merci pour cette critique!
je pense que ce jeu n'est pas tout le monde, dans le sens que je pense qu'il ne plaira pas à tout le monde mais au moins il nous interpelle!
#13

Shaam
Grand chevalier

*se demande si le jeu aurait reçu 11/10 avec une localisation française*


Je dis oui ! (au bon mot :p)
#14

avensis18
Novice

Enfin un jeu intéressant, je cherchais justement un rpg en 3d iso, celui ci est juste parfait !




Voir tous