Dimanche 23 Septembre 2018, 16:36     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Deus Ex : Mankind Divided - A Criminal Past

par Caparzo 13 Aoû 2018 10:00 1

Le dernier DLC de Deus Ex : Mankind Divided marque pour le moment la fin des aventures d'Adam Jensen. L'avenir de la licence est incertaine et même si nous devrions la retrouver sur nos écrans à un moment ou un autre, je dois bien avouer que c'est avec une pointe de tristesse que j'ai abordé A Criminal Past. Pour autant, cette dernière extension nous montre encore une fois que Mankind Divided n'était pas là pour faire du tourisme.


Lors du test du premier DLC System Rift, je m’étais arrêté un petit moment sur le contenu de Mankind Divided en essayant de comprendre pourquoi le public l’avait injustement boudé. Je n’en avais tiré aucune conclusion définitive, mais un sentiment d’injustice avait parcouru tout mon corps parfaitement humain. Entre une campagne promotionnelle ratée, une conception technique bancale et une certaine incompréhension des joueurs sur le véritable but de cette suite, ce dernier épisode ne pouvait que s’autodétruire en plein vol. Les qualités étaient pourtant bel et bien présentes, mais rien à faire, le sauce n’a pas pris. La sortie des deux DLC un mois plus tard pour le premier et six pour le second, n’avait rien changé à l’affaire et le mal était fait. Deus Ex : Mankind Divided n’était déjà plus qu’un lointain souvenir et sa dernière extension portant le nom de A Criminal Past ne semblait exister que dans le cœur des fans les plus acharnés. Mais était-ce bien mérité ?

 

Bienvenue dans l’enfer carcéral

 

Si vous songiez continuer à faire du tourisme dans ce nouveau DLC dans la belle ville néo-gothique de Prague, vous serez déçu d’apprendre que A Criminal Past se détache dans sa quasi-totalité des événements se déroulant dans le jeu original. Alors que System Rift nous avait permis d’infiltrer une Lame appartenant à la Banque Palissade — banque dont le principal intérêt et de protéger et stocker les données de ses clients — nous allons cette fois-ci faire un saut dans le passé de Jensen, très loin du vieux continent qu’est l’Europe. Pour cette nouvelle mission, notre barbu préféré est effectivement envoyé par Interpol dans une prison totalement dédiée à l’incarcération de toutes personnes augmentées. Notre but est simple : rentrer en contact avec un autre agent portant le nom d’Hector Guerrero. Celui-ci est susceptible de détenir des informations sur un possible prochain attentat. Bien que n’apportant rien du tout au jeu de base si ce n’est une histoire de fond s’intégrant dans l’univers de Deus Ex, cette nouvelle mission n’est pas inintéressante à jouer et on en vient rapidement à se convaincre qu’Adam Jensen est un personnage que nous retrouvons toujours avec plaisir quelle que soit la situation.
 

  

De nouveaux personnages.

 

Bien évidemment, qui dit prison, dit également désactivation de toutes nos augmentations. C’est donc sans aucune ressource que nous allons vagabonder dans notre block et questionner toutes les personnes pouvant nous apprendre plus ce fameux Hector. Très rapidement, nous apprendrons qu’un soulèvement de la part des prisonniers se prépare et nous pourrons bien entendu leur venir en aide d’une façon ou d’une autre, ou bien les laisser faire leur tambouille eux-mêmes. Cependant, les choix ne sont pas ici très exhaustifs et la trame narrative se fait beaucoup plus linéaire. Les nouveaux personnages quant à eux ne manquent pas visuellement de charisme, mais leur psychologie est bien trop peu exploitée et ils finissent par devenir très vite oubliables. Seul le docteur Peter Wörthmüller arrive à tirer son épingle du jeu, même s’il n’est pas loin d’être un cliché ambulant. Encore une fois, tout comme pour le précédent DLC, A Criminal Past ne nous permet pas d’apprécier sa finalité à sa juste valeur puisque nous ne pouvons pas juger les conséquences de nos choix. Quelques dialogues sont bel et bien présents pour donner une sensation d’avoir bouleversé des choses, mais rien de bien exceptionnel.

 

Un labyrinthe artificiel

 

Si l’histoire n’est pas déplaisante à suivre, mais n’arrive pas réellement à nous soutirer une quelconque émotion contrairement à System Rift, la partie gameplay de A Criminal Past est encore une fois à la hauteur de nos attentes pour un jeu Deus Ex. La première chose qui marque ici est donc l’impossibilité d’utiliser nos augmentations. Les gardiens de la prison ont en effet intégré une puce sur Jensen ne lui permettant pas de les activer et si vous essayez, vous finirez par lui faire perdre quelques points de vie. La situation de base n’est donc pas la plus agréable qui soit, mais je dois bien vous avouer que c’est celle-ci qui a su me faire le plus plaisir. Vous pourrez si vous le souhaitez récupérer vos augmentations après avoir effectué des tâches secondaires, mais je vous conseille de ne pas les suivre et de compléter ce DLC sans aucune ressource. Cette prison high tech nous offre effectivement une aire de jeu tout à fait exceptionnelle dans laquelle nous devrons apprendre à éviter les caméras, contourner les gardes et à ne pas pouvoir pirater avec une facilité sans nom le moindre ordinateur.
 

  

Une prison qui n'est plus que l'ombre d'elle-même.

 

Le level design de cette nouvelle zone nous offre de très nombreux tunnels de maintenance à exploiter, des angles morts, mais aussi des raccourcis nous permettant de nous déplacer dans la prison avec une certain aisance, mais non sans difficulté. Encore une fois, nous pouvons exploiter les notes et les carnets électroniques pour trouver des mots de passe nous permettant d’activer des ordinateurs. Ce ne sera malheureusement pas le cas pour tous et vous devrez parfois utiliser un outil multifonction pour pouvoir les pirater. N’hésitez pas d’ailleurs à privilégier les ordinateurs de la sécurité pour désactiver les caméras, plutôt que les ordinateurs personnels n’apportant que du background supplémentaire. Bien évidemment et même si c’est un brin bizarre de dire ça pour une prison, vous trouverez très rapidement des armes non-létales et létales pour venir à bout des gardes les plus récalcitrant. Ceux-ci effectuent des rondes et sont également placés dans des miradors.
 

  

Il faut jouer aux durs pour se faire respecter.

 

Si la prison est donc agréable à explorer, nous pouvons toutefois tiquer sur son réalisme. Bien que Deus Ex ne se soit jamais venté de nous proposer un level design réaliste — celui-ci étant d’ailleurs très artificiel comme expliqué dans le test de System Rift — l’environnement qui nous est proposé ici tombe dans certaines facilités un peu trop grosses. Peut-être que vous ne serez pas dérangés par des accès directs aux tunnels de maintenance en dévissant un simple panneau dans une cellule, mais moi oui. Heureusement, cela n’a pas gâché mon plaisir et A Criminal Past arrive à nous surprendre en se déroulant en plusieurs phases et en nous proposant un environnement bien plus grand que prévu. Encore une fois, le fait de ne pas débloquer les augmentations nous permet d’adopter un nouveau point de vue sur l’infiltration. Ce dernier DLC termine donc très bien le cycle Mankind Divided, mais il n’est en rien une véritable conclusion puisque se déroulant dans le passé d’Adam Jensen.
 

Alors que System Rift nous avait fait visiter un tout nouveau quartier de Prague, A Criminal Past nous propose ici d’infiltrer une prison en tant que prisonnier pour tenter de contacter un membre d’Interpol possédant des informations sur un possible attentat. Bien que l’histoire qui nous est contée ici n’est clairement pas à la hauteur de nos attentes, cette prison nous offre un level design toujours aussi étudié. Si vous aimez passer votre vie dans des tunnels de maintenance, dans des sous-sols ou bien encore éviter des caméras et des robots en slalomant dans des espaces ouverts, alors ce DLC est fait pour vous.

Si nous ajoutons à cela la possibilité d’effectuer cette extension sans la moindre augmentation, alors le bonheur se fait presque ressentir. Malheureusement, on en vient également à penser qu’il s’agit ici du dernier épisode en date pour Deus Ex : Mankind Divided, et même s’il est réussi, nous pouvons encore une nous demander ce qui n’a pas fonctionné avec cet opus. Mes questions resteront sans réponse.

 

LES PLUS
  • Le level design de la prison
  • La possibilité de ne pas activer les augmentations
  • L'évolution de la mission
LES MOINS
  • Un scénario en demi-teinte
  • Des personnages manquant de personnalité
  • Une conclusion qui n'en est pas une

6/10

Commentaire (1)

#2

aliannghia
Novice

Message supprimé le 22/08/2018




Voir tous