Lundi 15 Octobre 2018, 12:52     Connectés : 5      Membres : 4


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Deus Ex : Mankind Divided - System Rift

par Caparzo 10 Aoû 2018 10:00 6

Vous souvenez-vous de Deus Ex : Mankind Divided développé par Eidos Montréal ? Celui-ci avait été annoncé en grande pompe par Square Enix après la sortie quelques années plus tôt de Deus Ex : Human Revolution. Contrairement à son grand frère qui avait séduit de très nombreux joueurs grâce à ses teintes noires et dorées et son esthétique néo-renaissance, sa suite n'était pas parvenue à renouveler l'exploit. Quid de ses DLC et plus particulièrement du premier portant le nom de System Rift ?


Mankind Divided : une entrée en scène ratée

 

Il y a parfois des choses qui ne s'expliquent pas. Des choses dont on aimerait pouvoir tirer une réponse claire, mais qui deviennent de plus en plus floues au fur et à mesure de notre questionnement. Les goûts et les couleurs ne sont pas universels et je n'essaierai pas ici de convaincre quiconque n'ayant pas aimé Mankind Divided — mais son prédécesseur oui — qu'il est dans l'erreur. Toutefois, il y a des faits dont nous ne pouvons pas nier l’existence, nous prouvant bel et bien que cette suite avait tout pour plaire et que les développeurs d’Eidos Montréal avait tout donné pour améliorer en tout point leur nouveau jeu par rapport au précédent épisode. Si le contenu de Mankind Divided était réellement à la hauteur de nos attentes en termes de gameplay, de scénario et de level design, il n’en fut malheureusement pas de même pour son enrobage.

Lors de sa sortie en plein moi d’août 2016, ce nouveau Deus Ex nous était arrivé dans un état très bancal pouvant mettre à genou des configurations musclées pour l’époque. Les textures avaient le don d’étouffer la ram des cartes graphiques dépassant très rarement à l’époque les 4 Go, et les temps de chargements pour passer d’un quartier à l’autre dans Prague étaient risibles. Le jeu se payait en plus le luxe d’être beau, mais souffrant de lacunes énormes au niveau de ses animations faciales. Square Enix n’était pas non plus totalement innocent en ce qui concerne cet échec. Alors que Human Revolution avait bénéficiait d’une campagne promotionnelle de haut niveau à base de trailers nous montrant les différentes facettes du gameplay, ou mettant en avant du live action à base d’augmentées réprimées, celle de Mankind Divided avait été quant à elle bien plus triste. Les joueurs ont donc eu toutes les chances d’être soit passé à côté de cet épisode, soit d’avoir subi des déboires techniques.
 

  

Nous retrouvons Prague, mais aussi une vieille connaissance.


 

Bien évidemment, Mankind Divided n’était pas non plus le jeu parfait comme le début de mon test pour System Rift pourrait le sous-entendre. Son scénario, misant cette fois-ci sur la mise à l’écart des augmentées dans des ghettos en lieu et place du trans-humanisme pur qui nous avait été conté dans Human Revolution, n’avait pas été au goût du plus grand nombre. Sa fin encore moins puisque beaucoup de joueurs ont eu la sensation de ne pas réellement finir le jeu qu’ils avaient commencé au niveau de sa narration. L’interface bien que jolie, n’était pas non plus très pratique à utiliser au clavier et à la souris. La ville de Prague n’avait pas non plus su faire l’unanimité à cause d'une certaine petitesse qui était pourtant compensée par un souci du détail exceptionnel. La narration environnementale était en effet l’un des points forts de cette suite. Je pourrais également revenir sur son level design qui n’était pas non plus au goût du plus grand nombre, mais je m’y arrêterai plus longuement dans le test de ce DLC.

Finalement, Deus Ex : Mankind Divided n’a pas réussi l’exploit à marquer son époque et la mémoire collective des joueurs risque de s’en souvenir comme un simple RPG de science-fiction de plus. Les mauvaises ventes et les retours mitigés ont su sceller le destin de la licence puisque Square Enix qui avait pourtant lancé quelque temps plus tôt le Deus Ex : Universe a décidé de passer à autre chose. L’avenir nous dira si nous pourrons revoir rapidement une nouvelle suite — ce qui est tout à fait envisageable au vu des dernières déclarations datant de 2018 — mais la recette si particulière des deux jeux développés par Eidos Montréal pourrait bel et bien évoluer vers autre chose.

 

Un nouveau quartier

 

Peu de temps après la sortie de Deus Ex : Mankind Divided, nous avons pu découvrir le DLC System Rift. Il avait été d’ailleurs assez étonnant de remarquer une sortie aussi proche avec le jeu original un mois jour pour jour ce qui avait eu le don de faire grincer quelques dents. Cette sortie particulièrement rapide peut cependant s’expliquer de part le contenu du DLC. System Rift nous propose effectivement de découvrir un nouveau quartier de Prague après que ce cher Adam Jensen ait accepté d’aider une ancienne connaissance. Les joueurs de Human Revolution reconnaîtront effectivement Francis Pritchard, un génie de l’informatique nous ayant particulièrement bien aidé dans le précédent épisode. Dès les premières minutes de jeu, que ce soit tout aussi bien dans les cinématiques que dans le contenu des dialogues, nous pouvons aisément remarquer que System Rift aurait dû faire partie du contenu de base de Mankind Divided. Sa durée de vie en aurait été augmentée et sa narration clarifiée.
 

  

Un nouveau personnage sympathique et un level design toujours aussi réussi.

 

Nous n’allons pas revenir ici sur le système économique des DLC, mais celui-ci a eu le don ces dernières années de casser quelques jeux en supprimant du contenu qui aurait dû s’y trouver dès leur première sortie dans le commerce. Parfois, le manque de temps dans le développement explique ces suppressions, mais d’autres fois les jeux subissent de nombreuses amputations pour simplement pouvoir proposer plus de DLC. System Rift semble malheureusement faire partie de cette seconde catégorie. Alors oui, nous ne pouvons pas y accéder dans une partie normale et le joueur est ici obligé de spécialiser son Adam Jensen avant de partir à l’aventure, mais s’agit-il d’un bon DLC ? Assurément. Comme nous l’avons vu plus haut, nous pouvons découvrir le quartier de Blade Plaza qui, dans la plus pure tradition de Deus Ex, nous offre un contenu généreux. Les joueurs aimant fureté dans les moindres recoins pour en apprendre plus sur l’univers ne seront pas ici déçus.

Cette nouvelle zone de jeu, bien que réduite en termes de taille, nous permet effectivement d’entrer dans quelques bâtiments de multiples façons, mais aussi d’apprécier tout aussi bien des environnements intérieurs qu’extérieurs. La première partie de System Rift fait la part belle au quartier en lui-même en nous permettant de monter sur les toits, d’accéder à des maisons où se trouvent bien évidemment des ordinateurs à pirater, mais aussi des gardes meubles. Le joueur ne sera pas ici dépaysé et le level design fonctionne toujours aussi bien. Celui-ci s’appuie encore une fois sur une architecture très mécanique n’offrant que très peu de surprises aux joueurs. Là où un Dishonored 2 nous étonne souvent grâce à son level design organique, Deus Ex : Mankind Divided aime quant à lui faire appel à notre mémoire visuelle en usant encore et toujours des mêmes habitudes.
 

  

La direction artistique de cet opus fait toujours mouche.

 

Sans même explorer un environnement, nous pouvons en effet très facilement imaginer où se trouveront les grilles d’aération ou bien encore les chemins détournés pour accéder à tel ou à tel endroit. Entendons-nous bien, il ne s’agit ici aucunement d’un défaut puisque cette répétitivité permet au joueur de garder un certain rythme idéal dans l’exploration des lieux. Cela ne plaira pas à tout le monde, mais ces répétitions ne veulent pas non plus dire que le level design sombre dans la facilité et nous pouvons quelques-fois nous étonner de découvrir de nouveaux passages que nous n’avions pas soupçonné. Les environnements intérieurs ne sont pas non plus en reste puisque le but final de ce DLC est d’infiltrer la Lame appartenant à la Banque Palissade, banque spécialisée dans la sécurité et le stockage des données. Encore une fois, les joueurs pourront à ce moment-là apprécier de la verticalité et faire face à de nouveaux problèmes comme des capteurs pouvant relever la chaleur corporelle d’un humain se trouvant dans une pièce spécifique.

 

Une histoire de données

 

Si la partie gameplay de System Rift fait totalement honneur au jeu original, il en va quasiment de même pour son histoire. Adam Jensen doit ici enquêter sur la disparition d’un contact appartenant à Pritchard, contact qui aurait dû lui permettre d’accéder à la Banque Palissade pour vérifier des données. Notre héros n’est bien évidemment pas concerné par cette histoire, mais il viendra très rapidement à comprendre qu’il possède également des intérêts à infiltrer la Lame pour tenter à son tour d’en apprendre un peu plus sur les commanditaires de l’attentat de la gare se déroulant au début de Mankind Divided. Malheureusement et alors que tous les éléments liés directement à ce DLC font mouche comme l’apparition d’un nouveau personnage portant le nom de ShadowChild, sa connexion avec le jeu de base est parasitée du fait qu’il ne s’agisse ici que d’un DLC totalement autonome. Difficile en effet de se sentir concerné par des éléments qui n’auront de toute façon aucun impact sur notre partie principale alors que le lien se fait bel et bien présent tout au long de cette aventure.
 

  

Le lieu de toutes les convoitises et Adam dans toute sa splendeur.

 

La fin de System Rift permet par exemple au joueur de faire des choix que je ne citerai pas ici pour ne pas spoiler, mais à quoi bon ? Ceux-ci apparaissent lors de la cinématique de fin et quoi qu’il arrive, le joueur ne verra aucunement les conséquences directes desdits choix. La dernière portion de ce DLC est donc un brin frustrante et vient malheureusement détruire une petite partie du plaisir que nous avons pu ressentir tout au long de cet épisode. Malgré tout, System Rift fait honneur à Mankind Divided et nous pouvons encore une fois nous demander comment est-il possible que les joueurs aient pu tant ignorer cet opus.
 

Deus Ex : Mankind Divided – System Rift est un DLC s’inscrivant dans la droite lignée du jeu original. Son histoire est intéressante à suivre et le level design fait toujours autant son effet. Le souci du détail apporté par les développeurs à cette nouvelle zone de jeu prenant la forme d’un quartier de Prague est encore une fois impressionnant et nous prenons toujours un malin plaisir à se rendre chez les gens pour y pirater leur ordinateur. Le gameplay n’est pas non plus en reste puisque nous pouvons apprécier ici de nouveaux éléments comme des caméras thermiques pouvant très facilement repérer Jensen, même derrière des éléments du décor.

Malheureusement et alors que le contenu de System Rift est à la hauteur de nos espérances, son statut de DLC brise ici toutes les connexions possibles qui auraient dû exister avec Mankind Divided. L’impossibilité de reprendre sa sauvegarde et de ne pas apprécier les conséquences de nos choix au sein de notre partie principale font perdre au joueur une certaine implication émotionnelle. Il est donc dommage de voir que Square Enix a préféré sortir System Rift en DLC en lieu et place d’une mission qui aurait apporté une profondeur supplémentaire au jeu de base.

LES PLUS
  • Une histoire intéressante
  • Un nouveau quartier pour Prague
  • Le level design toujours aussi réussi
  • Le souci du détail
LES MOINS
  • On aurait aimé qu'il soit intégré dans le jeu de base
  • Des choix à la fin, mais sans aucune conséquences visibles
  • Une difficulté pas assez élevée

7/10

Commentaires (6)

#2

Fletch
Garde

"Le souci du détail apportait par les développeurs", là je dis non ^^
Pour mankind divided, on voyait qu'ils voulaient capitaliser sur le succès en transformant l'histoire du jeu prévu pour un opus en une trilogie, et ça se ressent sur un jeu avec une partie scénario aussi importante. Vraiment dommage ce qu'a fait square avec eidos ambiance pompe a fric, et le coup des préco avec stretch goal, c'était mémorable.
#3

rananen
Novice

perso , si je me suis pas intéresser a la suite c’est par ce que le premier était décevant , l impression constante de se balader dans un couloir ....
#4

Caparzo
Seigneur

L'impression de couloir est un peu moins présent dans la ville de Prague, mais comme celle-ci reste petite, ce sentiment étrange de petitesse est toujours présent. Pour autant, la ville regorge tellement de détails, de passages détournés et j'en passe, que cette impression s'efface très rapidement. Enfin, encore une fois c'est un avis personnel.
#5

GodOfNipples
Guerrier

Je ne sais pas trop pourquoi, mais, alors que j'avais beaucoup aimé Human Revolution, j'ai été plutôt déçu par Mankind Divided, et bien que je sois allé assez loin dans le jeu, je n'ai pas réussi à le finir par manque de motivation !
#6

vault4ever
Citoyen

Marrant... moi c'est tout le contraire !
Je l'ai recommencé 4 ou 5 fois déjà, ce jeu !
Ce que j'apprécie par dessus tout, c'est de jouer en "stealth" et bien sur avec le mode de difficulté le plus dur (sinon, aucun intérêt...).
Il y a souvent 2 ou 3 possibilités pour réaliser la mission (c'est la marque de fabrique de la franchise...).

J'ai acheté aussi ce DLC, mais je ne l'ai jamais lancé... honte sur moi ! :-(
J'ai été déçu, par certaines allusion, concernant l'ex du héro : j'ai vraiment cru que le DLC serai basé sur cet sujet..... hélas non....
J'ai pas aimé non plus le DLC spécial "prison" assez lourdingue et pas écrit non plus de manière terrible.

J'aime bien la série Deus ex... Dommage que le stealth n’intéresse plus grand monde, aujourd'hui...
le prochain Cyberpunk 2077 ressemble plus à un fallout 4 , avec sa vue "FPS" qu'autre chose.
Heureusement que la licence Deus ex n'est pas abandonné... A mon avis on va avoir droit à un nouvel épisode dans 2 ou 3 ans ....

Message édité pour la dernière fois le : 12/08/2018 à 11:58

#7

Rolala
Guerrier


le prochain Cyberpunk 2077 ressemble plus à un fallout 4 , avec sa vue "FPS" qu'autre chose.


N'importe quoi. Là, On frise le débile.

Message édité pour la dernière fois le : 16/08/2018 à 04:01





Voir tous