Samedi 19 Août 2017, 22:18     Connectés : 11      Membres : 10


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Hellenica

par Caparzo 20 Fév 2017 10:00 0

Notre propre histoire comporte de très nombreux éléments qui n'ont rien à envier aux différents univers de Fantasy. Il est facile de se demander pourquoi les développeurs n'exploitent pas plus souvent cette ressource pourtant si abondante, mais il peut être difficile d'y répondre. Quoi qu'il en soit, Hellenica s'engouffre quant à lui dans la brèche.

 

De nobis fabula narratur

 

Aujourd'hui, ouvrez votre livre d'histoire et géographie à la page 351. Du fait du nombre d'heures beaucoup trop réduit pour étaler convenablement notre programme, nous n'allons pas parler cette fois-ci de cette chère histoire française, sa révolution et ses rois décapités, mais nous allons nous attarder longuement sur cette période passionnante qu'est l'Antiquité. Faisant suite à la Protohistoire grâce au développement plus ou moins rapide de l'écriture, l'Antiquité s'étale sur plus de trois millénaires et est la fondation de très nombreux éléments qui subsistent encore de nos jours. Cette période est surtout connue pour avoir vu naître les premiers grands philosophes. Prenons par exemple ce cher Anaxagore.

 

  

Le dialogues ne nous permettront aucun choix.

 

Philosophe grec passionné d'astronomie et de physique ayant vécu cinq siècles avant notre ère, celui-ci est surtout connu pour avoir développé une théorie sur la nature et les atomes. Il est également connu pour avoir construit un dirigeable fait de vapeur et de multiples engrenages. Hmmm, mais que raconte ce livre ? Les pythagoriciens sont quant à eux membres d'un culte secret ayant réussi à construire des machines gigantesques ainsi qu'à y enfermer des âmes. D'accord, j'ai compris et tout s'explique enfin. Nous venons en effet de lire en ces dernières lignes une petite description de ce qu'est Hellenica, développé par The Dragonloft. Celui-ci est en effet un T-RPG s'inspirant fortement des productions japonaises du même genre et revisitant d'une façon décomplexée l'Antiquité, y injectant généreusement une dose de Steampunk.

La révolution industrielle s'est ici déroulée bien plus tôt que prévu, et contrairement à ce que j'avais pu penser en lançant le jeu, les développeurs ont réussi leur pari puisque l'univers historique ainsi que celui totalement inventé arrivent à se mélanger à merveille. Nous croiserons en effet dans le jeu de nombreuses machines tirant leur force de la vapeur comme des bateaux ou un train somptueux à Athènes, ainsi que des armes utilisant également cette technologie. L'histoire qui nous est contée ici est celle de Diona, prêtresse d'Artemis ayant la faculté de se transformer en ours. Lors d'une petite sieste en forêt, celle-ci eut d'étranges visions lui montrant un chaos à venir. Ni une, ni deux, Diona prit la décision de partir à l'aventure pour tenter d'en apprendre davantage sur tout ceci.

 

  

La direction artistique peut parfois être inégale, mais elle sait proposer de belles ambiances.

 

Elle ne partira bien évidemment pas seule, et dès les premières minutes du jeu nous serons accompagnés de Nephele. Celle-ci, theomachiniste de son état – ce qui lui permet d'utiliser une arme à vapeur –, est le personnage comique du jeu, possédant toutes les mimiques que nous pouvons aimer mais également détester avec les protagonistes de ce genre. L'écriture des différents personnages du jeu n'est toutefois pas déplaisante, et ces derniers possèdent tous un caractère bien trempé permettant de les apprécier à leur juste valeur tout au long de l'aventure. Nous pourrions facilement passer de longues minutes à parler de cet univers que les développeurs ont réussi à rendre crédible, mais le cheval de bataille d'Hellenica reste ses combats, et je ne vais pas perdre plus de temps avant de les évoquer.

 

Memento Mori

 

Entre deux longues phases de discussion mettant en scène les nombreux protagonistes du jeu, nous pouvons découvrir des combats se déroulant au tour par tour. Utilisant une caméra isométrique ainsi que des décors mêlant plutôt proprement éléments en 3D simplistes et sprites en pixel art pour les personnages, les différents affrontements que nous pouvons retrouver dans le jeu font ici office de pierre angulaire d'Hellenica. Nous contrôlerons une équipe composée des deux personnages principaux ainsi que d'autres protagonistes pouvant soit faire partie de l'équipe, soit être des renforts pour une scène spécifique. Malheureusement, vous ne pourrez pas choisir et sélectionner les personnages qui prendront part aux combats, et vous devrez faire avec ce que le jeu vous donnera. Une fois sur le terrain, le but est bien évidemment de vaincre tous vos adversaires, mais vous devrez également faire attention à deux ou trois objectifs non obligatoires indiqués au début de chaque affrontement.

 

  

Lors des phases de combats des dialogues pourront parfois se déclancher.

 

Ces objectifs peuvent vous demander de tuer tant d'ennemis d'une certaine façon, ou bien d'utiliser un personnage spécifique pour pourfendre tel adversaire. Si complétés, ils vous donneront alors des points d'expérience supplémentaires permettant de débloquer de nouvelles compétences plus rapidement.Les points de compétence sont communs à l'ensemble des combattants. Vous devrez donc choisir avec soin les aptitudes à débloquer, tout en sachant que le nombre d'emplacements vides pour insérer une nouvelle compétence peut varier d'un personnage à un autre. Une fois tout ceci effectué, vous pourrez enfin vous lancer dans la bataille. C'est donc sur des cartes en 3D très dépouillées, mais pas déplaisantes à regarder, que vous devrez déplacer vos personnages sur des cases pour avancer et élaborer de nombreuses tactiques. Le tour par tour nous permet ici de manœuvrer notre équipe complète à chacun de ces tours, et il en va de même pour l'ordinateur lors du sien.

Les personnages peuvent donc plus ou moins se mouvoir selon leur fonction, et la portée des déplacements s'affiche directement sur les cases via une couleur spécifique. Le même procédé est ici utilisé pour les différentes armes et compétences disponibles en affichant sur les cases entourant le personnage sélectionné une couleur symbolisant les distances applicables.Une fois assimilé, ce système est particulièrement jouissif et intéressant à utiliser. Vous pourrez en effet tenter de passer derrière un ennemi pour effectuer un backstab avec le personnage adéquat. Vous pourrez également utiliser l'une des multiples compétences permettant de sauter d'un point à un autre ou bien d'effectuer des roulades pour parcourir des distances plus importantes. Tout ne s'arrête cependant pas aux simples étendues que nous pouvons traverser : la verticalité et les collisions ont en effet une place de choix dans Hellenica. Se retrouver sur une marche au-dessus d'un ennemi, ou bien sur un point encore plus haut sur lequel vous aurez disposé un personnage pouvant utiliser son fusil à vapeur, vous permettra d'effectuer des dégâts bien plus lourds. La hauteur permet également d'augmenter la portée des armes. Toutefois, les ennemis pourront en faire de même, et recevoir une flèche d'un personnage se retrouvant sur le point le plus haut de la carte peut être particulièrement dramatique pour le bon déroulement d'un combat.

 

  

Nous pouvons utiliser la hauteur pour engendrer des dégâts supplémentaires aux ennemis.

 

En plus donc de la verticalité, le jeu nous donne la possibilité de jouer sur les collisions. En utilisant encore une fois les aptitudes adéquates comme un jet de vapeur ou un coup de bouclier, vous pourrez déplacer d'une ou plusieurs cases un ennemi. Chacune des actions effectuées dans le jeu demande d'abord d'être validée. Vous pourrez donc visualiser dans un premier temps le résultat de vos actions, et admirer pour ce qui est des collisions une flèche bleue montrant sur combien de cases le ou les ennemis seront déplacés suite à une attaque de ce type. Les ennemis iront donc percuter divers objets comme de simples murs ou encore des engrenages motorisés faisant perdre de la vie supplémentaire, et nous pourrons les faire tomber de différentes hauteurs pouvant facilement engendrer la mort. Sachant que les personnages peuvent également rebondir entre eux et perdre de la vie, les possibilités de combos sont nombreuses et plus vous jouerez, moins vous vous contenterez de taper bêtement un ennemi avec une simple épée.

Dernier détail très intéressant, Hellenica prend également en compte le type d'arme utilisé ainsi que des armures protégeant tout aussi bien les ennemis que nos héros. Une lance – pouvant faire des dégâts sur deux cases en profondeur – pourra donc se montrer particulièrement efficace contre des ennemis faiblement équipés, mais inutile contre des guerriers plus lourds. Les différents types d'attaque et de défense comme les armures ou bien les armes au corps à corps s'affichent textuellement une fois l'action sélectionnée en mettant les deux en opposition et montrant un avantage ou un désavantage visuel. Les points de dégât effectués se présentent quant à eux numériquement lors de la sélection d'une attaque, mais il s'agit ici d'un nombre de base lié à une compétence spécifique ne prenant pas en compte la verticalité et les différentes particularités de ces nombreuses actions. Le level design se montre d'ailleurs assez varié, bien que les cartes soient petites, nous donnant par exemple la possibilité de se battre dans une cité possédant des tapis roulants, ou bien d'explorer un labyrinthe à la verticalité importante. Les ennemis sont pour leur part tout aussi divers que les environnements tout en possédant leur propre façon de combattre. Il est question de simples guerriers, de machines de guerre ou bien encore de fantômes ne pouvant récolter aucun dégât physique.

 

  

En cas de victoire, nous gagnons des points d'expérience en fonction des défis réalisés.

 

Vous l'avez très certainement compris, les affrontements tiennent ici un rôle majeur, et ces derniers sont réellement à la hauteur des espérances que nous pouvions fonder. Échouer lors d'un combat ne sera pas non plus très punitif puisque vous pourrez le recommencer directement en essayant des stratégies plus audacieuses. Cependant, la maniabilité de la caméra ne nous permet pas quant à elle de profiter pleinement de ce système. Celle-ci permet de nous éloigner très légèrement de l'action ainsi que de nous en approcher fortement, ce qui n'est pas très utile. Là où le bât blesse, c'est au niveau des rotations s'effectuant via un angle de 90°. Il est parfois difficile de repérer une case spécifique lorsque les décors proposent un dénivelé important. Les collectionneurs seront également déçus d'apprendre que le jeu ne propose aucun loot.

 

Quo vadis ?

 

Dans Hellenica, vous combattrez énormément, mais vous passerez également un temps fou à lire de très nombreux dialogues se déroulant sur des écrans fixes. Ceux-ci nous permettent donc d'en apprendre beaucoup plus sur les intentions de ces personnages pouvant provenir de notre réalité historique, mais à la fonction détournée, ou être totalement inventés pour l'occasion. Ces dialogues automatiques – ne proposant aucune interaction – permettront également de découvrir plus en détail cette Antiquité passée à la moulinette du steampunk. Les développeurs ont mis grand soin à être exhaustif à ce niveau-là. Pour enfoncer le clou, ils ont également ajouté des mots-clés dans les dialogues nous en apprenant plus sur un protagoniste, un lieu ou bien encore un fait historique. Le scénario, quant à lui, découlera exclusivement de ces différents échanges verbaux, que ce soit dans les villes ou dans les arènes de combat. Ne cherchez pas ici une qualité d'écriture à toute épreuve, mais c'est largement suffisant pour apprécier les quelques rebondissement du jeu.

C'est également via ces écrans prenant pour toile de fond des lieux connus de cette époque comme Rhodes, Thèbes, ou bien encore Athènes, que vous pourrez débloquer automatiquement de nouveaux compagnons ainsi que de nouvelles routes. Le jeu nous propose en effet une feuille de route nous donnant la possibilité de lire un résumé de chacune des situations rencontrées dans le jeu (une étape dans une ville, un combat, etc). Bien qu'au début les choix semblent inexistants, Hellenica nous donne vite la possibilité de choisir notre propre chemin pour par exemple aller enquêter du côté de Sparte et découvrir ce que veulent les comploteurs, ou bien se rendre en Égypte où les Perses semblent de plus en plus s'implanter. Découpée en neuf jours, cette feuille de route s'arrêtera toutefois une première fois en atteignant un jour particulier pour proposer au joueur de repartir au début du jeu. De nouveaux choix s'offriront alors à lui en plus des précédents déjà effectués.

 

  

Le carnet de route nous permet de visualiser les différents embranchements empruntables.

 

Se rendre dans un lieu plutôt qu'un autre le même jour que lors du premier passage nous permettra par exemple de redécouvrir des personnages dans des situations différentes, d'en recruter de nouveaux jamais vus, ainsi que d'en apprendre plus sur toute cette sombre histoire. Cette possibilité de recommencer du début à partir d'un certain jour avancé permet également d'accéder à des alliés plus spécifiques qui viendront vous aider lors de la partie finale. Plus ils seront nombreux, run après run, plus la fin sera aisée. Il va de soi que ce retour en arrière s'effectue lors d'une même partie et que toutes les compétences débloquées le resteront.


 

Remaniant l'Antiquité à merveille et pouvant même emmener les plus néophytes à s'intéresser réellement à cette période charnière de l'histoire, Hellenica réussit haut la main quasiment tout ce qu'il propose. Les combats variés font preuve d'intelligence et mettront parfois à rude épreuve votre sens de la stratégie. L'univers fouillé et les personnages charismatiques sont quant à eux des éléments essentiels nous donnant envie d'avancer et de comprendre enfin tout ce qui se trame. Toutefois, les dialogues bien trop nombreux peuvent pour leur part casser un certain rythme qui n'est pourtant pas déplaisant, emmenant le joueur à se demander quand il pourra reprendre le contrôle de ses personnages. Il est également bon de préciser que l'univers du jeu s'inspire fortement de la culture nippone, que ce soit visuellement ou dans le ton employé, pouvant parfois se montrer très léger. Notons pour finir qu'Hellenica est pour le moment seulement disponible en anglais et demandera de passer votre clavier en mode qwerty si vous ne voulez pas jouer au poulpe avec vos doigts.

LES PLUS
  • Des combats très réussis
  • Un univers mêlant Antiquité et steampunk
  • Diversité des personnages recrutables
  • Des cheminements variés
  • Un level design intelligent
LES MOINS
  • Trop bavard
  • Une caméra parfois peu pratique
  • Des musiques basiques
  • Aucun loot

7/10





Voir tous
A venir Récent