Samedi 21 Janvier 2017, 22:35     Connectés : 14      Membres : 13


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Necropolis

par Caparzo 12 Aoû 2016 10:00 3

Lorsque nous parlons des développeurs de chez Harebrained Schemes, nous pensons tout de suite aux jeux Shadowrun, à leurs environnements cyberpunk et à leurs beaux graphismes en 3D isométrique. Il est en effet difficile d'imaginer HBS sur un rogue-like épuré, mais c'est bel et bien ce que nous propose aujourd'hui ce dernier.

Cela fait plusieurs mois (voire années) que Harebrained Schemes nous tease en effet via des artworks Necropolis, un mystérieux rogue-like semblant proposer une direction artistique particulièrement prometteuse. Petit à petit, le jeu s'est fait oublier de tous pour revenir sur le devant de la scène au début de l'année 2016, mais surtout pour nous faire savoir que le bougre ne verrait plus le jour en mars 2016, mais bel et bien le 12 juillet de cette même année. Pour se faire pardonner de cet acte inexcusable, HBS nous avait tout de même proposé un nouveau trailer qui, cependant, n'avait pas fait sortir les joueurs de leur torpeur. C'est donc dans l'indifférence des plus absolues que Necropolis est sorti il y a quelques jours et nous allons réellement voir ce qu'il a dans le ventre.

 

Une descente ennuyeuse

 

Après avoir choisi un des différents personnages disponibles qui ne sont finalement pas si différents que cela, vous aurez en effet seulement le choix de sélectionner votre sexe et choisir l'une des couleurs proposées pour votre tunique, Necropolis nous accueille sans crier gare dans le tout premier niveau du jeu qui fait office de tutorial. Vous pourrez en effet découvrir toutes les commandes du jeu s'affichant en grand sur un mur et vous vous apercevrez très rapidement qu'il vous sera impossible de modifier la moindre touche dans les paramètres.

Voici qui commence donc très mal, mais il pourrait ne s'agir que d'un petit détail maladroit si tout le reste du jeu avait été pensé avec soin. C'est donc avec un équipement des plus basiques, une épée longue à la vitesse moyenne ainsi qu'une petite targe de bois, que vous partirez bastonner les premiers squelettes qui feront encore une fois office d'échauffement. Une voix mystérieuse, raisonnant entre les murs, essayera de vous aider tout en tentant de faire de l'humour et vous imaginerez très vite que cette dernière sera plus agaçante qu'autre chose. Malheureusement, cette même voix vous guidera tout au long du jeu. Après s'être occupé de ces ennemis aux os blanchis, vous pourrez récupérer dans cette première salle des gemmes permettant d'acheter divers objets aux marchands ainsi que récupérer du matériel permettant de faire de l'artisanat.

 

  

Vous ne pouvez clairement pas manquer l'écran des touches.

 

Au centre de cette pièce, une dalle sur le sol semblera se détacher du reste du décor, il s'agit en effet d'un ascenseur qui vous emmènera plusieurs dizaines de mètres plus bas pour réellement commencer le jeu. Par mégarde, il vous sera peut-être déjà arrivé de mourir par excès de confiance, alors vous recommencerez encore et toujours dans cette première zone tel un bon roguelike qui se respecte pour tenter de venir à bout de ce labyrinthe fou conçu par le mage Abraxis pour y enfouir ses plus profonds secrets. Bien évidemment, vous perdrez également tous vos objets ainsi que vos gemmes et seuls vos jetons dûment gagnés pourront être conservés.

En jetant un coup d'œil désinvolte sur un mur, vous remarquerez des inscriptions dans une langue inconnue. En vous y approchant, vous pourrez les lire et tenter de comprendre les tenants et les aboutissants de cet univers, mais le tout vous semblera bien trop cryptique. Dans un excès de zèle, vous ouvrirez alors votre inventaire pour continuer à lire des choses beaucoup plus intéressantes comme les informations de vos différentes armes et armures, mais vous vous demanderez encore une fois ce qu'ont bien voulu dire les développeurs avec ces phrases descriptives n'ayant de descriptif que le nom. Alors vous vous arrêterez afin de réfléchir au sens de tout ceci et vous pourrez tendre l'oreille pour écouter de belles musiques qui sonnent plutôt bien, mais qui parfois vous sembleront être en total désaccord avec ce que vous verrez à l'écran.

Si j'ai voulu détailler ce premier niveau tutorial d'une manière totalement laconique et détachée, c'est tout simplement parce que celui-ci résume à lui tout seul ce que vous effectuerez tout au long de Necropolis. Bien évidemment il sera également question de quelques actions supplémentaires que je ne tarderai pas à vous détailler, mais Necropolis n'essayera aucunement de vous surprendre tout au long de ses différents niveaux.
 

  

L'origine de cette mystérieuse voix. Faire de l'humour à la Portal n'est pas à la portée de tout le monde.

 

Un gameplay technique où on fonce dans le tas

 

Necropolis est donc un rogue-like tout ce qu'il y a de plus classique où la mort y est définitive. Vous devrez donc faire attention de ne pas sombrer sous les coups des adversaires et vous devrez faire en sorte d'adopter des tactiques uniques pour chacun des ennemis que vous rencontrerez. À l'instar d'un certain Dark Souls, le titre développé par Harebrained Schemes se veut en effet bien plus technique qu'un simple roguelike lorgnant sur des mécaniques typées Hack'n'Slash. Toutefois et malgré ce gameplay tout en doigté, les développeurs ne semblent pas avoir su l'équilibrer correctement. Si vous êtes un habitué des titres développés par From Software, alors vous ne serez pas du tout perdu en ce qui concerne le gameplay à la manette. Les boutons permettent en effet de lancer une attaque légère ainsi que d'envoyer une attaque lourde, ou bien une attaque chargée en laissant appuyé. Il en va de même pour le bouclier avec lequel vous pouvez parer ou bien contre attaquer. Les esquives fonctionnent également de la même manière et seule une touche saut bien distincte vous évitera ici d'effectuer des combinaisons supplémentaires pour passer au dessus d'une simple crevasse.

Grâce à ce gameplay, vous pourrez aborder les différents ennemis du jeu avec la plus grande des précisions tout en utilisant une visée assistée pour leur tourner autour facilement. Toutefois et c'est ici que le bât blesse, lorsque vous devrez affronter plus d'un ennemi à la fois, ce gameplay se transformera en une sorte de gloubi-boulga où seul le matraquage de boutons semblera être la bonne solution. En effet, le lock ne vous sera plus d'aucune utilité, au risque de tourner autour d'un seul et unique ennemi pendant que tous les autres continueront à vous frapper dans le dos. Pire encore, cette visée ne se désengage pas automatiquement lorsque vous vous éloignez d'un ennemi, de quoi donc se mettre dans des situations périlleuses lorsque vous devrez fuir suite à un déferlement de violence adverse. Les ennemis se montrent quant à eux réellement variés, allant du squelette que nous avons déjà pu voir au début de ce test, en passant par les boules tournoyantes armées de lasers jusqu'aux créatures bien plus indéfinissables semblant être sorties du plus profond des marécages.

Ces créatures sont munies de leurs propres armes et donc de leurs propres patterns d'attaque, ce qui va de pair avec ce gameplay particulièrement technique, mais encore une fois si vous décidez d'en affronter qu'un ou deux à la fois maximum. Il ne faudra pas non plus hésiter à jeter régulièrement un œil dans votre dos puisque les différents monstres de Necropolis ont la fâcheuse tendance à y apparaître comme par magie. Un problème particulièrement frustrant surtout lorsque vous venez de vider une salle et que vous prenez quelques secondes pour boire une potion de vie salvatrice. Notons aussi que le friendly fire est activé pour les ennemis. Vous les remarquerez alors très souvent se quereller jusqu'à ce que mort s'en suive, de quoi donc égrainer facilement les ennemis se trouvant dans une zone, mais ils pourront également se toucher involontairement lorsqu'ils vous attaqueront.

 

  

Un des ennemis du jeu (oui il est buggé) et parfois, il faut savoir prendre de la hauteur.

 

Par ailleurs, vous devrez faire très attention à votre endurance qui diminuera à chacun de vos coups avant de retrouver son état normal après quelques petites secondes. Seuls les coups spéciaux ponctionnent de façon définitive votre endurance et vous devrez manger un rôti ou boire une potion pour faire revenir la stamina à son maximum. Necropolis vous donne en effet l'occasion d'ingurgiter toute sorte de produits, parfois clairement identifiés comme ces rôtis que vous mangerez par paquet de 100 et d'autres fois des potions inconnues. Vous pourrez bien entendu les tester au hasard pour découvrir leurs effets ou bien utiliser un parchemin d'identification pour découvrir leur vraie nature. Tous ces objets que vous trouverez dans les coffres pourront également être confectionnés via le système de craft. Vous devrez cependant utiliser vos gemmes pour acheter de nouvelles recettes en plus de celles que vous avez de base dès le début du jeu. Les gemmes vous serviront également pour acheter des armes et armures supplémentaires via les deux seuls marchands du jeu : un vieux se trouvant à la fin des niveaux et une sorte de volatile se cachant dans des coffres parsemés dans les différents étages du jeu.

Pour pourfendre ce bestiaire incohérent, vous les retrouverez en effet de niveau en niveau sans qu'il y ait aucune corrélation tangible, vous pourrez trouver sur leur cadavre ainsi que dans des coffres d'innombrables armes et armures. Il s'agit ici de l'un des points forts de Necropolis. Le bougre est en effet très généreux en loot et vous prendrez toujours quelques secondes avant de choisir telle ou telle arme. Il en existe de toutes les formes et s'intègrent dans trois catégories généralistes : les courtes et rapides, les moyennes et plus lentes ainsi que les armes longues à la portée étendue, mais étant très lentes et lourdes à manier. Ces armes ont chacune leur propre particularité et vous devrez longuement les tester pour noter leurs petites différences.

Toutefois et comme nous avons pu le voir plus haut, le côté cryptique du jeu est ici beaucoup trop prononcé et vous ne pourrez pas réellement déterminer les statistiques de vos différents objets. Que fait réellement le feu enrobant cette belle lame ? Cette armure me protège-t-elle plus qu'une autre ? Ces questions, vous vous les poserez très souvent, mais vous pouvez toujours déterminer l'efficacité d'un objet via son impact visuel en observant par exemple une vitesse de course réduite ou bien en découvrant votre barre de vie étendue.

 

  

Les livres de compétences et un marchand.

 

Pour tenter de donner un peu plus de piquant tout au long de ces différents étages vous faisant toujours descendre plus bas, le jeu nous propose également d'effectuer des tâches secondaires comme tuer dix ennemis de ce type, manger quinze rôtis de la sorte ou bien de casser tant de vases renfermant des gemmes. La majorité du temps vous effectuerez ces tâches sans vous en rendre compte et vous obtiendrez pour chacune d'elles des jetons. Ces jetons sont les seuls éléments du jeu pouvant passer d'une partie à l'autre et ne se souciant pas de cet aspect permadeath. Ces jetons vous permettront d'ouvrir des coffres spéciaux au début de chacun des nouveaux niveaux, de quoi donc acheter au hasard armes et armures uniques, mais vous donneront également la possibilité de récupérer des livres cette fois-ci à la fin de chaque niveau. Ces livres aux descriptions incompréhensibles ajouteront à votre héros de nouvelles capacités techniques comme la possibilité de diminuer la consommation de stamina lors d'une parade ou bien de réduire le prix des objets en vente. Seul un livre pourra être équipé à la fois.

 

C'est propre, mais c'est vide

 

Bien que les niveaux soient générés procéduralement, les neuf niveaux du jeu s'appuieront avant toute chose sur des éléments pré-fabriqués reproduisant des zones plus ou moins importantes. Lors de vos premières parties, la sensation de découverte sera toujours présente malgré le fait que vous ne dépasserez peut-être pas lors vos premiers runs les trois ou quatre premiers étages. Malheureusement, au bout de plusieurs dizaines de minutes ou de plusieurs heures pour les plus chanceux, vous remarquerez avec désespoir que ces niveaux ont finalement tous la même tête, même si les biomes proposés de niveau en niveau évoluent au fur et à mesure que vous descendrez toujours plus bas. Vous croiserez en effet tout au long de vos pérégrinations des marais à l'ambiance réussie, des temples aux larges murs vides, ou bien encore des zones industrialisées tristounettes.

Pire encore, les coffres et les ennemis sont toujours placés de la même façon dans ces différents éléments pré-fabriqués, de quoi appuyer encore plus ce sentiment de déjà-vu éternel. Toutefois et pour contrebalancer ce que je viens de vous décrire, ces niveaux-ci pourront devenir plus ou moins labyrinthiques, de quoi vous faire perdre totalement le sens de l'orientation jusqu'à vous sentir complètement oppressé par le sentiment de ne plus jamais pouvoir sortir de ces longs corridors pouvant parfois devenir interminables.

 

  

Les nombreux couloirs vides que vous allez parcourir.

 

Le sentiment de répétitivité des différents étages de Necropolis est d'autant plus présent que les entrées et les sorties sont identiques visuellement. Ces larges pièces faisant office de zones sûres – sauf si vous y attirez des ennemis à l'intérieur – permettent en effet de récupérer des gemmes dans des vases encore une fois situés dans les mêmes recoins. Ce n'est donc pas avec ces différents niveaux vides de sens que Necropolis nous fera connaître une certaine allégresse. Je peux toutefois noter que la direction artistique très épurée du soft n'est réellement pas déplaisante, même si encore une fois Harebrained Schemes semble être allé beaucoup trop loin dans son concept. L'épuration visuelle de ces décors pouvant être immenses peut devenir d'une tristesse absolue. Je me revois en effet traverser avec désarroi de longs couloirs gris, aux textures semblant inexistantes, et ce sentiment de désolation semble être le maître-mot de Necropolis. Parfois, des pièges et des passages secrets viendront tout de même égayer l'ambiance.

 

À plusieurs la fête est plus folle

 

Malgré tout ces défauts évidents ainsi que ces quelques moments bien plus glorieux offrant des combats et des phases d'exploration beaucoup plus satisfaisants, Necropolis gagne largement plus en splendeur lorsqu'il est question de coopération. Ne vous y méprenez pas, les règles du jeu restent les mêmes et la logique incertaine de Necropolis ne sera pas chamboulée, mais le plaisir de jeu y gagne grandement. Bien que n'ayant pas pu l'essayer à quatre, le nombre maximum pour ce mode, la coopération à deux joueurs est particulièrement plaisante étant donné que le friendly fire est activé pour tout le monde. Vous devrez donc élaborer de nouvelles tactiques et ne plus foncer dans le tas comme ça pouvait être le cas pour la partie solo lorsqu'il y avait du monde à l'écran.

Bien évidemment, la valeur ajoutée de ce mode provient avant tout de vos ou votre équipier avec lequel vous jouerez, puisque encore une fois Necropolis se repose trop sur ses acquis. Les coffres spéciaux disponibles en début de niveau contre un jeton ne se dédoubleront pas pour satisfaire les deux joueurs ou plus, mais resteront bel et bien uniques, de quoi en frustrer plus d'un, mais les gemmes ramassées se partageront à minima entre les joueurs. Dernier défaut de ce mode, le netcode ne semble pas être à la hauteur. J'ai en effet pu observer de très nombreux lags faisant tourner les animations en boucle ou bien téléportant les ennemis d'un point à un autre et les joueurs n'hostant pas la partie.

 

Version Presse fournie par le développeur.

Necropolis est donc une sorte de gros gâchis empruntant ce qui a fait le succès d'autres titres plus sérieux, comme son système de combat, et s'inspire plus généralement de roguelikes particulièrement à la mode de nos jours pour ce qui est de ses mécaniques de jeu. Malheureusement, le titre de Harebrained Schemes ne nous surprend qu'en de rares occasions et il n'arrive à devenir amusant qu'en jouant avec des amis. Pour autant, j'aimerais finir cet article sur une note d'espoir puisque HBS semble essayer de corriger tous ces défauts d'équilibrage et ce côté cryptique inutile. Un nouveau niveau extérieur devrait en effet faire son apparition dans quelques semaines et les ennemis ne devraient plus apparaître dans votre dos comme par miracle. De quoi donc lui laisser une petite chance supplémentaire, surtout si vous comptez y jouer avec des amis.

LES PLUS
  • Du loot généreux
  • Un mode coopération sympathique
  • Un gameplay technique
  • Une direction artistique épurée
LES MOINS
  • Des niveaux vides
  • Un level design inexistant
  • L'aspect tactique étouffé par de trop nombreux ennemis
  • Quelques bugs

5/10

L'AVIS DE IOSWORD

Souffler le chaud et le froid, voilà une expression qui pourrait correspondre au dernier-né de HBS. Comme pour tout jeu coopératif l’expérience ne fut pas désagréable, mais si j’ai pris plaisir à y jouer c’est sans doute dû à mon sympathique compagnon de route, et non au jeu en lui-même. Car Necropolis n’est pas un bon jeu, à vrai dire l’expérience que cherchent à nous offrir les développeurs est contradictoire. D’un côté le système de combat et le mappage évoquent Dark Souls et son gameplay précis et efficace, avec en prime du loot à ne plus savoir qu’en faire. De l’autre la génération procédurale offre un piteux level design et le spawn intensif de créatures ennemies rend les nombreux affrontements brouillons. Ajoutez à cela une pincée de permadeath, un jeu cryptique au possible – et ce pour les mauvaises raisons –, et vous voilà avec Necropolis. Que penser alors de ce titre qui ne semble jamais vouloir choisir entre action et tactique, entre instantanéité et progression, entre hack’n’slash et roguelike ? Probablement pas grand-chose, si l’idée de base aurait pu être bonne, le mélange que l’on nous présente ici est indigeste et je peine encore à croire que des patchs pourront régler les problèmes de game design profonds du titre. J’espère pourtant que l’avenir me prouvera le contraire, car tout n’est pas à jeter, loin de là.

4/10

Commentaires (3)

#2

Lairanza
Garde

Comme je le redoutais en voyant des runs ou LP. En jouant avec des amis on peut trouver un peu d'amusement et sauver un peu le jeu mais seul ou globalement c'est moyen, voir médiocre.
#3

brutalage

Je l'ai également trouvé pas top, pourtant j'étais vraiment charmé par les graphismes mais malheureusement à part ça, ça ne suit clairement pas ! Dommage.

Message édité pour la dernière fois le : 28/11/2016 à 19:13

#4

Caparzo
Seigneur

Necropolis est fortement ennuyeux, même dans sa version Brutal Edition. Il y a un vrai problème de fond que les développeurs n'ont pas su corriger.




Voir tous