Mercredi 24 Mai 2017, 19:45     Connectés : 10      Membres : 9


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Dark Souls 3 (PC)

par Montaron 20 Mai 2016 10:30 17

Encore une fois la flamme faiblit, encore une fois y’a des carcasses parmi les humains, encore une fois ça craint, encore une fois l’intro est narrée par une voix féminine, encore une fois vous allez mourir en boucle, encore une fois vous allez criser, encore une fois vous allez jubiler en mettant la pâtée à un boss. Bienvenue, encore une fois, chez Dark Souls, pour le dernier de la famille. Je vous ai dit que vous alliez mourir ?

Nous voici donc pour un test de Dark Souls 3, réalisé sur PC, sur une config assez honnête, toute l’aventure a été faite avec un perso typé chevalier, en dessous de 50% de charge et privilégiant les épées. Cette précision peut expliquer certaines divergences d’avis quant à des points de gameplay, vous voilà averti.

 

Through the fire and the flames !

 

Comme je l’ai évoqué avec une petite ironie dans mon intro, le jeu commence avec une cinématique narrée par une voix féminine qui vous résume l’état actuel du royaume et, comme dans le 1, présente au passage une poignée d’affreux auxquels il faudra mettre la raclée. Le reste est du lore quelque peu sibyllin sur La Flamme, les Âges et autres noms sonnant fort classe. Pour sa défense, ce jeu opère une narration nettement moins nébuleuse que ses aînés. Les PNJ ne paraissent pas tous fous ou complètement déphasés comme c’était le cas auparavant. Pas de marchands qui ricanent comme des corneilles ou d’égarés dont l’intégralité des dialogues consiste à dire qu’ils sont incapables de se souvenir de ce qu’ils font là. Je ne dirais pas que tout est limpide, mais les buts sont énoncés clairement.

 

  

Comme d’hab, y’a personne pour l’entretenir.

 

Cela dit, en parlant de clarté, hélas plusieurs choses en sont quelque peu dénuées, à mon grand regret. Dark Souls est une série qui cultive avec soin les vides et les pleins dans les histoires qu’elle raconte, et tout expliquer enlèverait sans aucun doute beaucoup de son charme, dans le sens où la série, au lieu de créer un background, a développé une mythologie. Je dois l’admettre, peu d’autres exemples me viennent en tête en matière de jeux vidéo, à quelques pages de codex nébuleux près dans certains cas, mais c’est loin d’être à la même amplitude. L’ennui, c’est qu’aussi riche que puisse être ce mythe créé au fil des jeux, je trouve qu’il manque une certaine substance au final pour qu’il se tienne parfaitement. J’ai peut-être raté quelque chose, allez savoir (et évitez de me jeter des pierres si c’est le cas), mais au final certaines questions « centrales » restent sans réponses. Qu’est-ce que la Flamme ? L’âme Noire du Pygmée, au final qu’en est-il ? Où sont passés les serpents primordiaux ? L’Âge du Feu est-il fini ou est-on dans l’Âge des Ténèbres ? Quelle est réellement la Vraie Forme de l’Humanité évoquée au cours des premier et deuxième opus ? Où vais-je ? Quand est-ce qu’on mange ? Tant de questions sans réponses…

J’en profite, puisque je parle de lore et de pygmée, pour glisser une impression très personnelle sur ce jeu : le fan service. En soi ce n’est pas un mal, la série a toujours été branchée sur l’autoréférence, l’univers étant bloqué dans un cycle qui semble se répéter ad nauseam, et donc créer les mêmes itérations des mêmes individus, lieux, faits et situations. C’est assez cohérent de croiser un personnage qui est la rémanence d’un autre. On peut très facilement citer Havel, le Crestfallen warrior ou encore Patches. Jusque-là tout allait bien, jusque-là… Ce qui me gêne dans Dark Souls 3, c’est qu’il y en a un monticule assez volumineux.

Vous m’excuserez le potentiel spoil (lisez en fermant les yeux si jamais vous voulez l’éviter, je vous jure, ça marche), mais revoir Andrei, un chevalier de Catarina, le Sanctuaire de Lige-Feu, un perso explicitement décalqué d’Artorias, une cathédrale géante où je suis censé jouer à l’équilibriste sur les arcs, des archers dont les projectiles tiennent plus de la baliste que de l’arme de trait, une décalque (explicitement déclarée²) de Gwendoline, les pyromanciennes du grand marais, la sœur muette de Gueelag (doublement référencée), une Gwynevere², un Oscar bis, le retour des démons/gargouilles blanchâtres d’Anor Londo pour faire un trajet, Anor Londo elle-même (!) (désolé si vous avez ouvert les yeux et lu ça sans avoir fait le jeu, vous étiez prévenu)... c’est déjà bien trop pour moi.

 

  ]

Et ce sont des exemples « softs ».

 

Et pour ne rien arranger, j’ai très vite remarqué que les trois quarts des références étaient faites à Dark Souls premier du nom et uniquement à ce dernier, et ça m’a mis extrêmement mal à l’aise. C’est peut-être un peu paranoïaque de ma part, mais j’ai cette espèce de sentiment que le jeu nie l’existence du deuxième opus, comme s’il m’envoyait des coups de coude en susurrant « T’as vu ? Clins d’œil aux vrais fans, ceux qu’ont aimé le 1, le 2 on s’en fout il n’existe pas. »; et je trouve ça dérangeant. Aimer ou ne pas aimer un jeu, c’est le droit le plus absolu de chacun, mais qu’une pression des fans ou je ne sais quoi ait une influence aussi… toxique sur le jeu et sa continuité à tel point que les développeurs choisissent de suivre la vague… Ayant beaucoup aimé le deuxième opus, j’ai eu à certains moments le sentiment que le jeu me mettait sur le côté, et c’est un sentiment profondément dérangeant. Surtout si on considère les apports du deuxième opus, qui malgré ce qu’on peut dire, sont présents, tant en matière d’histoire que de gameplay (je reviendrai sur le sujet du gameplay un peu après), mais l’abandon complet de tout l’arc esquissé par le 2 sur les couronnes et ce que Vendrick avait volé, moi j’aurais aimé en savoir plus et au final… non, parce que les gens n’aiment pas Dark Souls 2. Tirez-en les conclusions que vous voulez.

 

Les sirènes du Charbon

 

Côté gameplay, la série est fidèle à elle-même. L’apprentissage à la dure est toujours là. On gère son poids d’équipement, sa barre de vie, d’endurance, et ainsi de suite. Si vous êtes familier de la série, rien ne devrait vous surprendre dans le principe. Et, comme la plupart des itérations de la série, la différence (et le diable parait-il) est dans les détails. Car en effet, le jeu a gagné en nervosité par rapport à ses grands frères, les ennemis sont plus vitaminés et le personnage semble avoir définitivement abandonné ses semelles en plomb. Le jeu a un rythme plus « frénétique », et mine de rien ça apporte un autre plaisir de jeu que les runs parfois un peu plats des précédents. Ceci étant, je laisse ça au goût de chacun, mais j’ai trouvé que cet ajout de fluidité avait un côté assez syncopé, je pense, hérité de Bloodborne.

À nouveau, je vais reparler de Dark Souls 2, mais j’avais le sentiment d’une fluidité plus uniforme, que ce soit les mouvements, les attaques, la vitesse globale du jeu, là où cet opus a des moments où tout s’accélère subitement et boum ! J’ai lu quelqu’un sur le site qui parlait d’ennemis parfois épileptiques (qu’il me contacte, on discutera de son copyright), et sans aller jusque-là, y’a des moments avec ce genre de sensations. Le premier exemple qui me vient en tête pour parler de ça est celui des hommes corbeaux des bois, très statiques quand on commence à leur taper dessus, et qui subitement frappent dans tous les sens comme un batteur de death metal qui aurait pris des cachetons.

 

  

Niveau bestiaire y’a de quoi faire.

 

Toujours dans les changements, on peut noter la disparition du « power stance » (navré, je n’ai aucun souvenir d’un éventuel nom français) venu, encore une fois, du deuxième opus. Pour ceux qui ne suivent pas au fond, le power stance était la possibilité de manier deux armes d’une même catégorie (hache/dague/épée longue, etc.), une dans chaque main, avec une palette de mouvements différents si l’on possédait un certain taux de points de compétences cumulés, autrement dit le moyen rêvé de faire des combinaisons débiles, notamment en PvP. Hélas la chose a disparu dans cet opus, remplacée par des armes qui fonctionnent en paires. Pour avoir testé, c’est effectivement sympathique, mais nettement moins savoureux à mon humble avis. On notera aussi l’ajout d’un nouvel élément, le froid. J’ai eu peu d’occasions de le tester, et à part la réduction d’endurance que j’ai pu remarquer en le subissant, je pense que son intérêt doit être plus évident en PvP. Un autre élément qui divisera les joueurs est la disparition des augmentations d’armure.

Dans cet opus, une armure ne peut être boostée d’une quelconque façon, et donc ses stats resteront les mêmes du jour où vous la trouverez jusqu’au NG++++ (si jamais vous y allez hein…). Je suis partagé sur la question, d’un côté j’ai toujours haï le fait de devoir accumuler les titanites pour gratter quelques points de protection et le fait qu’une fois l’armure boostée, on s’y enfermait en quelque sorte, vu que c’était une telle plaie de récupérer la quantité nécessaire de matériaux pour en monter une autre à maxima. Ici les valeurs sont fixes et on évacue ainsi la question du theory craft pour savoir si telle armure sera meilleure que telle autre une fois boostée et avec tant et tant de points en force ou en dextérité. Mais de l’autre côté, ce plafond de progression du matériel que j’ai évoqué est immédiat, vu que toutes les armures sont à leur niveau maximum dès leur acquisition, et c’est un peu frustrant de ne pas pouvoir augmenter la puissance de cette si jolie armure de boss avec laquelle on plastronne fièrement.

Et puisque je parle de boss, je pense que mon avis rejoint assez celui de Iosword (lisez-la, ça vous fera du bien). Ils sont effectivement marquants et le design est léché, bien plus que les ribambelles du 2 qui avaient parfois des gros ventres mous en matière d’identité. Ce qui m’a pas mal dérangé chez eux, c’est ce principe de phases qui s’activent les unes après les autres. Effectivement, un boss monotone c’est à la limite du criminel, mais le fait que TOUS les boss en aient plusieurs rend la chose assez artificielle. On arrive, au bout d’un moment, à un raisonnement du style « ok, 50% de vie, maintenant nouveau truc », c’est un peu tristoune d’en arriver à penser comme ça. Et je mettrai un point noir à un certain boss « hommage » à Demon’s Souls, qui exige une technique bien précise (ou beaucoup de patience) pour être défait, et ce genre de façon d’imposer les choses m’irrite passablement.

 

  

Des sacrés bestioles au menu !

 

Côté jouabilité purement PC le bilan est… moyen. Moyen parce que niveau jouabilité pure, le clavier et la souris se portent plutôt bien. J’ai testé à l’improviste pendant quelques heures au milieu d’une session ainsi que pendant un combat de boss (une méthode déjà éprouvée dans mon test PC du 2), et je n’ai pas eu l’impression qu’on remplaçait mes mains par deux rames. De même, les touches sont configurables à souhait. Le point noir de la chose est, et demeure depuis le portage du premier Dark Souls, que le jeu n’affiche toujours pas les touches en accord avec le clavier. Même avec la manette débranchée vous aurez droit à « Appuyez sur A pour ouvrir » face à un coffre. Sans gêner profondément la jouabilité, ça en énervera plus d’un, à raison je pense.

 

Step into the realm

 

Parlons un peu technique à présent. Et là-dessus Dark Souls 3 n’a pas à rougir, le jeu est des plus agréables à regarder, la palette de couleurs est plus variée, les textures moins crados qu’auparavant et on évite les grosses plages brunes par-ci par-là. De même pour les animations qui ont encore fait un progrès, même si on n'arrivera sans doute jamais au niveau des pointures du genre. À la rigueur, ça se justifie dans le cadre du PvP, un moveset lisible et décryptable est nécessaire pour garder un jeu praticable. Si on avait quelque chose d’aussi chiadé et torsadé que ce que proposent certains beat’em all, ce serait peut-être légèrement compliqué à gérer.

Artistiquement, le jeu reprend la patte visuelle du premier Dark Souls en l’accentuant encore plus. Là où je trouvais que le deuxième était plus médiéval « simple », celui-ci tend plus vers le baroque très chargé. Les angles sont plus aigus, les pointes plus pointues, les armures font des écailles et des lamelles, les gravures sont plus chargées, les ennemis ont plus de détails et de petits ornements. Chacun jugera s’il aime ou non.

 

 

Comme je le disais, c’est chargé.

 

Côté sonore, le progrès est également présent. Je l’avais reproché aux précédents opus et ils m’ont sans aucun doute écouté. Pas tant au niveau des musiques, qui ont toujours été de bonne qualité quand elles apparaissent, mais au niveau des bruits des combats. J’ai toujours trouvé que les combats des Souls manquaient de patate du fait de bruitages assez peu convaincants ou pas assez percutants. Dans Dark Souls 3, il y a du progrès, l’acier claque et les boucliers résonnent quand on tape dessus. N’ayant pas joué à Bloodborne, j’ignore si l’expérience acquise là-bas a servi à améliorer ce feeling ou non, mais le résultat est plus que plaisant, bien que pas encore au niveau d’un Lords of The Fallen, qui malgré tout ce qu’il faisait de moins bien qu’un Souls, avait un feeling de brutalité et de lourdeur dans ses combats absolument jouissif. 

 

Dark Souls 3 est un bon jeu, je pense que mon test le dit assez. Alors, pourquoi « seulement » 7 ? Sans doute parce qu’en dépit des qualités qu’il a, je n’y ai pas trouvé le même plaisir que sur les précédents opus. Peut-être la lassitude qui s’installe un peu, peut-être la série qui choisit de privilégier des éléments dans sa composition au détriment d’autres qui me plaisent plus. Allez savoir… Je sais que le 2 restera mon préféré, il y a peut-être une partie de la réponse là-dedans.

 

Lire le test PS4

LES PLUS
  • Le gameplay Souls, toujours aussi bon pour qui aime
  • Les améliorations apportées
  • Le level design très soigné
LES MOINS
  • Le gameplay Souls, toujours aussi horrible pour qui n’aime pas
  • Le fanservice qui peut déranger
  • On aurait pu apprécier davantage de réponses et explications

7/10

Commentaires (17)

#2

Raistlin
Villageois

Oh là là, tellement d'approximations dans ce test... même si c'est demandé gentiment, je suis obligé de jeter quelques cailloux (mais je les choisis arrondis pour pas qu'ils coupent, allez) Cela dit, je suis loin d'avoir tout compris non plus, mais hé, c'est le principe des Souls :p

Qu’est-ce que la Flamme ? L’âme Noire du Pygmée, au final qu’en est-il ? Où sont passés les serpents primordiaux ? L’Âge du Feu est-il fini ou est-on dans l’Âge des Ténèbres ? Quelle est réellement la Vraie Forme de l’Humanité évoquée au cours des premier et deuxième opus ?

- Pas de vraie réponse pour la flamme - c'est une entité qui est apparue de nulle part à l'époque des anciens, et d'elle sont apparues les âmes, le dieux, tout ça tout ça.
- L'âme noire du Pygmée est toujours partagée dans tous les humains... mais la malédiction semble levée. Les gens n'oublient plus comme dans le 2, ils restent sains d'esprit comme tu l'as signalé. On voit la marque noire dans la couronne que met la prêtresse dans la cinématique d'intro... est-ce la couronne des DLC de Dark Souls 2 ? Possible... D'ailleurs on consomme plus d'humanité, mais des braises - cela dit, le principe de carcasse est toujours là car la Flamme s'éteint, donc les âmes s'affaiblissent et les gens redeviennent ce qu'ils étaient "avant".
- Les serpents primordiaux sont toujours planqués dans le décor, manipulant les gens. Si on tue la prêtresse Yuria de Londor, elle laisse échapper un "excusez-moi seigneur Kaathe"...
- Côté age du feu et des ténèbres, on est toujours coincé dans des boucles, comme dans le 2. Mais cette fois les boucles commencent à avoir de sacrés "ratés", des "bugs". La boucle actuelle mélange des éléments des précédentes boucles (du 1 et du 2), ainsi que de nouveaux éléments - on est dans un monde qui a conscience que le feu a été rallumé par 5 personnes, et qui veut leur demander d'agir à nouveau. C'est comme si toutes les boucles s'étaient écrasés en un melt-in-pot final destiné à se conclure une fois pour toutes. Sur les 4 fins possibles du jeu d'ailleurs, 3 mènent plus ou moins à un âge de ténèbres... qui a de bonnes chances cette fois-ci de perdurer.
- La vraie forme de l'Humanité, c'est les carcasses. Ou quelque chose d'autre après, une fois la notion de flamme et d'âme disparue. Si la Flamme est apparue de nulle part dans l'âge des anciens, quelque chose d'autre pourrait naitre de l'âge des ténèbres... je sais pas si tu as lu "je suis une légende" (lu, pas vu, hein :p) Le dernier humain sur Terre lutte contre le reste du monde qui est devenu des genre de zombis super rapides... et la conclusion du livre, c'est que les zombis, els monstres, c'est lévolution naturelle de l'humanité - c'est l'être humain survivant qui est l'aberration, pas les monstres. Le principe est le même dans Dark Souls - les carcasses nous paraissent être des monstres, mais c'est ce que l'humanité était censée devenir... et évoluer à partir de là.

Pour le fan service... et bien c'est évident qu'il y en a. Mais l'idée même du 3 étant une "ultime" boucle qui est un pêle mêle des précédentes, ça parait assez logique. Y a qu'à voir la dernière zone du jeu avant le bos de fin, qui est vraiment un univers sans queue ni tête composée d'agglomérats de constructions plus ou moins familières...


j’ai très vite remarqué que les trois quarts des références étaient faites à Dark Souls premier du nom et uniquement à ce dernier


J'ai eu l'impression aussi... mais en fait non. Dès le début on croise un arbre de géant. L'un des seigneurs des cendres EST un géant, et bien un géant de DS2, pas du 1. On peut retrouver le masque de Lucatiel (snif...). La prêtresse du feu semble porter la couronne de DS2, qui a mis fin à la malédiction. Etc etc.
Cela dit, je comprends que ça référence davantage le 1er souls... puisqu'il est censé être le départ des boucles. Pour une conclusion, revenir aux origines... c'est logique ^^°
Pour moi l'histoire du 2 a disparu, mais ses conséquences sont toujours là - Vendrick et son frère ont cherché comment échapper à la malédiction, aux boucles... et la malédiction n'existe plus dans le 3. Ou en tout cas, elle est différente.


Du reste... j'attends le DLC pour avoir les réponses qui manquent - et je me lance sous peu dans le NG+ pour tenter de trouver des éléments supplémentaires pour éclaircir tout ça :p
#3

cabfe
Seigneur

Y'a vraiment des gens qui jouent aux Dark Souls pour leur... scénario ?
#4

Nallitsac
Garde

Y'a vraiment des gens qui jouent aux Dark Souls pour leur... scénario ?


Tout est bon dans Dark Souls, aussi mangez-en et veillez à ne laisser que les os, 'faut pas gâcher ! En gros ça veut dire oui

Message édité pour la dernière fois le : 20/05/2016 à 13:48

#5

Cyrus Redguard
Noble

Y'a vraiment des gens qui jouent aux Dark Souls pour leur... scénario ?


Franchement moi oui, j'aime bien me demander mais qu'est-ce qui s'est passé ici? C'est quoi s'foutoir. Et avoir une réponse vague via les armes, armures cela stimule mon imagination.
#6

Nayto
Garde

"- Mais la malédiction semble levée. Les gens n'oublient plus comme dans le 2, ils restent sains d'esprit comme tu l'as signalé."

En fait, ce qui mène à l'état de carcasse folle à liée, c'est la perte de son âme et de son but.
Lorsqu'un Mort-Vivant perd sa raison de vivre, ou que sa quête est terminée, il devient une carcasse et revient donc à l'état primaire des humains.
La malédiction est donc encore présente, puisque la Marque sombre fait encore son apparition.

"- Côté age du feu et des ténèbres, on est toujours coincé dans des boucles, comme dans le 2."

Dark Souls 3 se passe durant un temps où la Première Flamme est réellement en train de mourir.
Pour preuves, on trouve l'apparition de carcasses corrompues par les Abysses sur le Grand Mur; ou bien la présence de l'éclipse un peu plus tard dans le jeu.

Dans Dark Souls et Dark Souls II, la Première Flamme n'est pas mourante au même point, mais montre quelques signes de faiblesse.
Dark Souls III prend donc place dans ce qu'on pourrait appeler l'avènement de l'Âge des Ténèbres, un âge qui aurait dû advenir à l'époque de Gwen.

C'est d'ailleurs Gwen qui a créé involontairement la malédiction, en ravivant la Première Flamme, et en créant les cycles.

"- La vraie forme de l'Humanité, c'est les carcasses."

La véritable forme de l'humain, c'est celle de Manus du premier opus; un être donc l'Humanité est passée hors de contrôle.

C'est d'ailleurs pour cela que Gwen a tenté d'empêcher l'Âge des Ténèbres, et que les Dieux craignent les hommes: les Abysses sont l'élément naturel de l'humanité, et c'est d'ailleurs pour cela que les humains sont les seuls à devenir des carcasses.


#7

Vorakesh
Citoyen

Perso j'ai beaucoup accroché au DS2 aussi. J'ai trouvé que le deux amenait beaucoup de bonnes idées et était vraiment un excellent dark souls. Alors oui toutes les zones ne se valaient pas et certaines auraient même pu être enlevées, oui ca partait dans un peu trop de directions et ca enlevait une certaine cohérence. Mais franchement a part ca c'était très très bon je trouve. J'me suis éclaté dessus.

Le 3 c'est la cohérence du 1 et les bonnes idées du 2 ensemble! Je ne suis qu'a une grosse dizaine d'heures dessus mais j'accroche énormément pour le moment!
#8

LaMachine
Novice

J'ai vachement accroché avec cet épisode de DS. Même s'il faut avouer que j'ai fini par le lasser (comme pour n'importe quel jeu ) !
Déjà niveau graphisme et univers, je suis complétement fan. Mais en plus le lore est génial ainsi que le gameplay.
Perso' c'est vraiment un de mes top jeux du moment.

Message édité pour la dernière fois le : 30/06/2016 à 17:45

#9

eromi
Novice

Dark Souls, un jeu avec une durée de fou, j'ai jamais été déçu des opus et ils se sont améliorés avec le temps. Par contre, c'est vrai que l'apprentissage par l'échec peut calmer certains joueurs !

Message édité pour la dernière fois le : 19/10/2016 à 23:50

#10

ParazaR
Villageois

Bonjour à tous,

Ne connaissant pas cette saga, j'ai regardé les tests du 2 par Batman puis du 3 par Montaron.

Bien que le titre soit suffisamment évocateur, le Dark Souls 3 m'a semblé très sombre voire lugubre. Dans le 2 j'ai aperçu un peu de verdure sur certaines parois en pierre. ;-)

Malgré tout, les décors et les costumes sont très bien réalisés. Même si c'est très "métallique" dans le 3.
Les boss sont vraiment impressionnants par leurs tailles et leurs niveaux de puissance.

Bon, je pense qu'il faut oublier les balades à cheval dans les verts pâturages avec les biches et les papillons comme compagnons ...

Je ne sais pas si je vais franchir le pas ?

Si je me décidais, que me conseilleriez-vous : commencer par le 2 ou aller directement au 3 ? (je joue sur PC).

Par avance, je vous remercie pour vos conseils.

A bientôt.

Message édité pour la dernière fois le : 18/12/2016 à 11:41

#11

Aleph
Chevalier

Jouer directement au premier.
#12

Phoenix
Paladin

Ah bah carrément, faut commencer par le 1er, c'est le meilleur en + !




Bon, je pense qu'il faut oublier les balades à cheval dans les verts pâturages avec les biches et les papillons comme compagnons ...




Oui ce n'est pas du tout bisounours la série Dark Souls, et tout ça ne sera pas une promenade de santé à la cool a tes débuts de jeu... le temps de comprendre et bien maitriser les mécaniques de jeu, une fois la chose acquise, tu verras c'est que du bonheur

Message édité pour la dernière fois le : 18/12/2016 à 13:19

#13

ParazaR
Villageois


Au travers ce que j'ai pu visionner, j'ai l'impression que le jeu est principalement orienté vers le combat quasi permanent : peu de place aux dialogues ou aux énigmes.

Est-ce que je me trompe ?
#14

Aleph
Chevalier

Le combat a une place très importante, c'est entendu.

Ceci dit, Dark Souls a bel et bien un système de Choix & Conséquences. Disons qu'il est direct. Ce ne sont pas les lignes de dialogues qui dicteront la suite des arcs scénaristiques mais les actions concrètes du joueur. Et il est tout à fait possible de passer complètement à côté.
#15

ParazaR
Villageois


Jouer directement au premier

Tu ne crains pas que le graphisme ait mal vieilli (2011) ?


mais les actions concrètes du joueur

C'est plutôt subtil et c'est tant mieux car lorsque l'on visionne les bandes annonces du 1 comme du 3 il semble que ce soit les armes qui parlent le plus ...
Très envoûtant ce jeu.

Au passage, je remarque en comparant les deux que l'on mesure combien la qualité des graphismes a progressé.

PS - Apparemment, c'est un jeu solo/multi. D'où ma question : est-ce que l'option solo est aussi complète que l'option multi et inversement ?

Message édité pour la dernière fois le : 18/12/2016 à 16:18

#16

Colinet
Noble

Pour les graphismes, j'ai l'impression que le premier tient encore la route, dans la mesure où la cohérence des décors et l'ambiance compensent le reste.

Le jeu est principalement solo. Le multi existe sous la forme d'incursions de joueurs (ou de leurs traces et messages) dans ton monde ou vice-versa. Ce qui ne veut pas dire que le multi n'a pas une grande place, juste que cette place dépend de toi. Et il est intégré à l'univers du jeu, ce qui le rend très intéressant. À l'époque, j'ai souvent collaboré avec d'autres joueurs sur des passages un peu chauds.
#17

ParazaR
Villageois

Bonjour à tous,

J'ai visionné à nouveaux certains passages du 1 du 2 et du 3 sur YouTube.

Comme le veut l'expression : "Y'a pas photo !". Le n°3 présente une qualité d'images bien supérieure aux deux précédents. Ce qui, heureusement, est souhaitable, même si les scénarios demeurent probablement aussi captivants pour les trois.

En conclusion, si je craque ce sera probablement pour le 3.Bien que le 1...

A bientôt.

Message édité pour la dernière fois le : 09/01/2017 à 19:57

#18

ParazaR
Villageois

Bonsoir à tous,

Dark souls 1 VS Dark souls 3, en termes de qualité graphique.

Message édité pour la dernière fois le : 08/02/2017 à 18:45





Voir tous