Advertisement
Samedi 25 Mars 2017, 10:48     Connectés : 8      Membres : 7


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Templar Battleforce

par Killpower 09 Déc 2015 09:34 12

Après un Heroes of Steel dans un monde médiéval post-apocalyptique plutôt réussi, les frangins de Trese Brothers Games retentent l'expérience mais cette fois-ci en partant de leur licence fétiche qui s'est vendue à plus de deux millions de joueurs à travers le monde : Star Trader. Ce quatrième opus dans leur univers futuriste se nomme Templar Battleforce et cette fois-ci, on quitte la gestion 4X pour aborder un jeu de stratégie au tour par tour, complété par un habillage RPG solide. Templar Battleforce sort sur PC mais aussi sur téléphone portable. Alors question univers, on pense de suite à Space Hulk et on se frotte les mains en abordant ce jeu avec une certaine curiosité. Action !

Ah oui, à première vue, l'univers de Templar Battleforce se rapproche d'un Space Hulk. Mais comme vous pourrez le remarquer, si le design et l'esprit des personnages s'en rapprochent, les environnements non exsangues s'en éloignent et s'orientent plus vers un Space Crusade. Pensez à vous renseigner sur Wikipédia pour plus d'informations sur ces deux jeux de plateau mythique, car après cette brève parenthèse, on va se recentrer sur notre sujet d'étude qui est à comparer aussi avec un X-COM dernière génération. 

 

Un univers au tour par tour ...

 

Le monde des humains est en pleine perdition et les rares survivants des holocaustes ont fui dans des vaisseaux pour un monde meilleur. C'est en cours de voyage que les vilains extra terrestres, les Xénos, abordent votre vaisseau. Pas de souci, vous voici à pied d'œuvre avec votre capitaine templier prêt à en découdre. Il s'adjoindra une petite équipe que vous développerez vous-même. Après avoir repoussé l'assaut et détruit le vaisseau intrus en une histoire linéaire d'une demi-dizaine d'heures, on vous laissera alors bien plus d'ouverture. Dans un QG plutôt sommaire en début de partie, vous pourrez discuter avec des PJ, vos supérieurs hiérarchiques, qui vous donneront des missions, mais aussi développeront le lore. Une campagne que l'on pourrait penser linéaire au début, mais qui s'ouvre au fur et à mesure. On vous proposera plusieurs quêtes à réaliser au choix, toutes aussi variées que possible, qui seront constituées d'une à plusieurs missions dans des niveaux tous très scénarisés.

 

   

Menu de campagne et QG.

 

Alors on est d'accord que la narration est sous forme de monologues que vous suivez, mais ils renforcent l'aspect immersif du titre. Surtout que, comme vous allez le voir, la pression reste constante dans vos aventures. Contrairement donc à un Space Hulk qui propose une suite de missions morcelées, Templar Battleforce s'équipe d'un habillage scénaristique teinté de RPG plutôt bien amené. 

Ne nous trompons pas, ce jeu est un RPG stratégique avec ses missions à environnements fermés : on vous envoie dans un niveau dans lequel vous avez un objectif à réaliser, comme par exemple rétablir le courant, défendre une position, sauver des civils, les escorter, tenir une position, fuir le plus vite possible, prendre d'assaut un point de contrôle. Avec à la clé des vagues d'ennemis qui ne vous laisseront que peu de répit. Après réussite, retour au QG. On a aussi des quêtes secondaires, anecdotiques j'ai envie de dire, car il s'agit juste d'aller à un point précis du niveau pour la valider et obtenir quelques points d'expérience supplémentaires. On trouvera aussi du loot dans des caisses que l'on pourra consommer durant la mission, mais vraiment c'est un point anecdotique.

Un jeu au tour par tour, qui propose lors de son lancement sept niveaux de difficulté – et Dieu sait que le jeu peut se montrer dur à difficulté élevée – et qui offre plus de 45 missions, c'est du solide. Quand on sait qu'il faut parfois plus d'une heure pour aboutir, on a face à nous environ 50 heures de jeu. De plus, en cas d'échec, il faudra refaire la mission dans son intégralité, les sauvegardes étant automatisées à chaque fois que vous quittez la partie. 

 

C'est la classe, templier !

 

Mais revenons au début du jeu. Vous commencez donc avec un capitaine, sorte de Marine se battant tout aussi bien avec son arme à feu que son épée. C'est votre chef d'escadron. Au fur et à mesure de votre aventure, vous allez croiser de nouveaux compagnons d'armes dont la classe pourra être fixée par le scénario – imposée dans les premières missions. Si le scénario vous impose une classe que vous n'avez pas, on vous confiera d'office un templier de cette classe.

 

   

Missions riches et variées.

 

Par la suite, à chaque mission, l'ordinateur prend un groupe de votre lot de templiers que vous avez créé depuis le début de votre campagne, mais il est possible d'en échanger un manuellement lorsque le scénario le permet pour démarrer la mission avec une équipe plus proche de vos désirs. 

Par la suite, vous choisirez la classe des nouveaux que vous pourrez ajouter à votre équipe : ingénieur, sniper, soldat ou autre, ayant chacun leurs propres compétences. Par exemple, le sniper peut dévoiler une petite partie de la carte, alors que votre capitaine va donner des bonus d'équipe. Quant à l'ingénieur, il soignera vos troupes et pourra capturer des générateurs. Huit classes en tout et pour tout qui offrent moult compétences diverses. Ces compétences spécifiques, outre les compétences générales de combat, seront activables un certain nombre de fois durant une mission, à condition que le soldat remplisse les conditions prévues pour leur fonctionnement. 

Le jeu est au tour par tour. Il en découle que vous jouez votre équipe, puis c'est au tour des aliens. Durant votre tour, chacun de vos équipiers a des points de mouvement et des points d'action. Un point de mouvement permet de se déplacer d'une case et chaque compétence demande un certain nombre de points d'action pour être activée, voire consommera du mouvement. Il vous faudra donc définir une stratégie en fonction des objectifs et souvent établir un périmètre de sécurité autour de votre team, qui sera attaquée par des vagues d'ennemis de tous côtés. Le spawn est de mise avec des créatures ennemies ayant elles-mêmes des capacités spéciales et une IA limitée à "moi vois, moi attaque". Entre les cracheurs d'acide, les vulgaires araignées ou encore les crieurs, vous en aurez pour votre argent. Parfois, on se battra contre des humanoïdes armés eux aussi, et la prudence sera de mise. Car vos armes chauffent aussi et en cas de surchauffe, il faudra attendre le refroidissement des armes pour les utiliser. Pas insurmontable, mais à surveiller. 

Dans les niveaux, la ligne de vue est gérée : certains lieux surélevés donnent des bonus. Il existe aussi sur certaines cartes des générateurs dont vous pourrez prendre le contrôle et qui vous permettront de faire venir de nouveaux co-équipiers ou des membres de votre team au repos pour consolider votre équipe, à condition de ne pas dépasser le nombre autorisé par la mission. Le générateur fonctionne avec des points (SP) que vous gagnez à chaque tour.   

 

   

Compétences et caractéristiques générales, compétences spécifiques.

 

De l'or ? Non de l'expérience

 

Votre équipe gagne de l'expérience. À chaque augmentation de level, un personnage gagne un point d'attribut parmi cinq (fortitude, willpower, focus, strength, quickness) et un point de compétences générique parmi quatre ou cinq (grenades, tactics, evasion, warrior, engineer pour l'ingénieur). Libre à vous de les répartir comme bon vous semble, sachant que sur la même feuille vous pourrez voir en temps réel les résultats des gains sur les compétences secondaires que sont les attaques ou les défenses et qui dérivent des deux données précédentes. 

Ensuite, vous pourrez les faire évoluer en fonction de leur niveau, mais surtout en fonction de l'arbre de paliers que vous aurez fait évoluer comme bon vous semble. En effet, vous gagnez aussi des points (RP) durant les missions qui vous permettront de débloquer des paliers dans cet arbre à la sauce Path of Exile. Chaque palier débloqué permet d'accéder à des compétences spécifiques, des équipements ou encore des capacités d'escouade selon une orientation que vous aurez choisie. Ainsi chaque branche se dichotomise pour se spécialiser, ce qui débloquera des possibilités pour une classe précise, mais aussi de nouvelles classes inaccessibles au début.

Enfin, vous pouvez débloquer ou augmenter l'une de vos compétences spécifiques de classe de l'arbre de paliers si vous remplissez les conditions nécessaires, ce qui la rendra plus puissante. Ainsi vous pourrez progresser dans la branche "soldat", et cette classe sera votre force si vous en avez un nombre important dans votre escouade. On pourrait jubiler de tant de possibilités, mais c'est tout simplement une manière originale de débloquer des équipements et des capacités spéciales. On débloque aussi des armes élites, dont pourra s'équiper un seul de vos compagnons. 

Cela amène a deux remarques : la rejouabilité est énorme avec une personnalisation de sa team importante, mais aussi l'équilibre du jeu qui reste en suspens. En tout cas, chapeau bas à l'équipe de développement qui nous propose moult choix appréciables dans un jeu de stratégie. Si je ne l'ai pas fini, ce qui sera fait dans les semaines à venir, j'en ai suffisamment vu après trente heures pour dire que ce jeu vaut son pesant d'or. Je vous invite à rejoindre le rang des Templar Battleforce, surtout que la campagne finie, vous pourrez la rejouer en new game + dixit les développeurs. 

 

   

Inventaire et arbre de compétences.

 

La crêpe c'est bien, les oeufs c'est mieux. 

 

Maintenant que je vous ai bien motivé, enfin je l'espère, parlons des choses qui fâchent. Les graphismes, ce n'est pas la panacée. À l'instar de Heroes of steel, avec une vue en 2D de dessus. Grâce au zoom et dézoom, on a une vue assez importante et donc une vision globale appréciable des environnements pour développer sa stratégie. Seulement vue de haut, la lisibilité manque de clarté et la visibilité est amoindrie. Les zones plus sombres ne permettent pas parfois de différencier une cloison fermée d'un passage ouvert, avec des couleurs qui peuvent prêter à confusion. C'est ainsi qu'en cliquant dans une salle, j'ai vu mon templier faire un grand détour à cause d'une grille, alors que je pensais que le passage était ouvert. De même les caisses de loot ne sont pas différenciables du reste du décor. Il faudrait pouvoir fouiner, ce qui paraît impossible, sauf peut-être en mode facile, car pour réussir on doit souvent bouger et courir vers l'avant. 

À la différence de Halfway, qui commence de la même manière, il est beaucoup plus riche au niveau de la personnalisation de ses personnages et s'oriente vers de la stratégie pure et dure. En outre, la personnalisation visuelle de nos templiers est un plus non négligeable pour s'attacher à notre escouade. 

Il n'empêche qu'on a aussi un problème d'ergonomie avec un maniement des menus assez lourd. Non, il n'y a pas de touche pour aller dans l'inventaire d'un personnage, mais il faut passer par l'interface de son soldat. D'ailleurs si on peut avoir un heaume, une arme dans chaque main, une armure ainsi que deux "objets", l'inventaire n'est accessible qu'entre les missions. D'autre part, l'inventaire est limité par le niveau de votre personnage qui devra faire des choix d'équipement pour ne pas dépasser cette limite. Ce n'est pas parce que vous aurez débloqué tous les paliers que votre escouade pourra les utiliser si vous n'avez pas le niveau. Mais les développeurs, très réceptifs, proposent patch après patch pour l'améliorer. 

Les rares illustrations sont à jeter aux ordures et heureusement qu'il n'y en a pas trop, car les développeurs manquent d'expérience de ce côté-là. Il est dommage qu'ils ne soient pas plus chevronnés, car cela donne au jeu un cachet d'amateurisme et une pauvreté visuelle que l'on ne ressent pas dans le traitement de la 2D des niveaux, même avec le zoom au maximum et même si la raideur des animations peut faire râler. Niveau sonore, on regrettera que ces musiques, dont quelques unes sont sympathiques, tournent trop rapidement en boucle. Surtout que les bruitages sont primaires ou ridicules pour les armes à feu. Un travail fait maison qui aurait mérité plus d'attention là encore.  

Je regrette aussi la portée des armes, car si l'échelle des intervenants est respectée, les snipers tirent à dix mètres et les soldats à trois mètres, alors que le champ de vision de ces derniers est bien plus important. Aberrant, mais c'est sûrement voulu par les développeurs pour rendre le jeu plus corsé. On regrette aussi que lorsque l'on attaque on n'ait pas plus d'informations pour comprendre. Tout au plus, aura-t-on l'information comme quoi notre templier a fait un critique, mais sans plus. Le système de jeu reste donc flou et manque de clarté. Heureusement certains patchs ont amélioré la chose, sans pour autant supplanter tous les oublis.

 

Trailer officiel

 

Version presse fournie par l'éditeur.

Avec un graphisme has been qui manque parfois de lisibilité et une interface pas très ergonomique, mais qui gagne en qualité au fur et à mesure des patchs, Trese Brothers Games nous propose un jeu de stratégie orienté RPG avec une richesse importante et une jouabilité solide. Un jeu qui mérite que l'on s'y attarde si on aime le tour par tour et les aliens bien débiles mais féroces, et qui a le mérite de proposer autre chose que du Games Workshop, même si on aurait aimé un peu moins de fanatisme et de bourrinage, mais un peu plus de psychologie. Tout comme X-COM, une valeur sûre pour les amateurs, qui trouveront de quoi s'occuper un sacré moment sur ce petit bijou manquant essentiellement de moyens techniques pour tenir tête aux grosses pointures. Si la technicité n'est pas votre priorité, alors vous avez trouvé votre graal, mais uniquement en anglais. 

 

LES PLUS
  • Durée de la campagne
  • Rejouabilité
  • Richesse stratégique
  • Personnalisation de l'escouade
  • Abordable aux débutants comme aux passionnés
LES MOINS
  • Lisibilité de la 2D, vue de haut
  • Illustrations
  • Bruitages
  • Musiques de qualité mais peu nombreuses
  • Portée des armes

8/10

Commentaires (12)

#2

mophentos
Paladin

merci pour ce test qui donne vraiment envie d'y jouer.

mais malheureusement pour moi, ma médiocrité dans l'anglais va m’empêcher d'y jouer :(
#3

Djefel
Chevalier

L'arbre de compétence me fait de l'œil je dois le reconnaître
#4

all_zebest
Héros

Jolie découverte, Killou !
#5

Percival
Paladin

Tiens, une bonne note. Depuis quand Killpower ne teste plus des jeux pourris ?
#6

Killpower
Gobelin

Tiens, une bonne note. Depuis quand Killpower ne teste plus des jeux pourris ?


ça va revenir, ça va revenir ....
#7

lolox
Villageois

Hello,

Pas de patch fr de prévu ? merci
#8

RUPPY
Villageois

A noter que le portage sur Ipad est excellent, je le conseille vivement.
#9

Killpower
Gobelin

Hello,

Pas de patch fr de prévu ? merci

Ce n'est pas d'actualité..
#10

Paladin
Villageois

Notez qu'il existe une version mobile (iOS et Android, je me demande d'ailleurs si le jeu n'a pas été prévu d'abord comme tel avant de se retrouver sur Steam), un peu chère (presque 8€) mais tout à fait recommandable.
#11

Killpower
Gobelin

Si, si. Il est d'abord sorti sur mobile et est de très bonne qualité. A acheter les yeux fermés.
#12

Maeliki
Novice

Halalala, je regrette de m'être arrêté aux graphismes austères du jeu. Cet article me donne envie de le réinstaller et d'essayer de persévérer un peu ! Merci
#13

ramenos
Novice

J'ai commencé une campagne. La difficultée augmente rapidement au fur et à mesure. Je trouve le jeu assez complet sur le plan RPG. Le seul truc vraiment enervant à date, c'est la musique, répétitive et pas vraiment mémorable.




Voir tous