Lundi 17 Juin 2019, 23:13     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

The Elder Scrolls Online

par Iosword 05 Aoû 2014 10:00 25

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours su donner mon avis sur les choses. Pas forcément le meilleur avis qui soit, ni le plus réfléchi, mais au moins : j’avais un avis. En cela, The Elder Scrolls Online a été un jeu assez dur à tester. La rôliste, la fan de TES et la joueuse "High-Level" de MMO ont eu du mal à cohabiter. En effet, ce jeu est, à mes yeux, un bâtard. Un jeu qui n’a pas voulu choisir ce qu’il est censé être et qui a le cul entre deux chaises. Mais, étonnamment, c’est autant son pire défaut que l’une de ses meilleures qualités.

Comme je le disais dans une preview qui date de la sortie du jeu, ESO est un MMO qui n’a pas oublié ce que voulait dire le terme RPG, et qui par bien des aspects est tentant. En revanche, la licence The Elder Scrolls s’oppose totalement au concept de Massively Multiplayer Online. Qui plus est, c’est un MMO à abonnement, et la question se pose sur la durée car vaut-il vraiment un abonnement de 13 deniers par mois ? Ce test vous offrira une réponse, je l’espère. J’aimerais préciser qu'ESO est un jeu en ligne fait par Zenimax, là où les The Elder Scrolls sont des jeux solos créés par Bethesda. Leur seul rapport est l'univers commun, c’est pour cela que tout au long de ce test, je ne comparerai pas ESO aux TES. Elder Scrolls Online n’aurait peut-être jamais dû exister, je suis d’accord, mais il existe, et maintenant il s'agit de dire ce que j'en pense. 

 

Premiers pas confus dans les geôles de Tamriel... euh... d'Havreglace.

 

Dès que vous lancez le jeu, vous arrivez à la création de personnage. Tout d’abord, vous devez choisir une des trois alliances et une race parmi les neufs disponibles, sachant que les impériaux sont réservés aux acheteurs de la version collector. Puis, vous commencez à créer votre avatar et personne ne pourra cracher sur cet outil fort sympathique vous permettant de modifier sa morphologie, son âge, ses tatouages & cie, selon vos désirs, et ainsi, essayer de créer un personnage unique.

On appréciera surtout de pouvoir créer un personnage sortant des canons esthétiques traditionnels. Même si ce dernier aura la même coupe que tout le monde - au vu de la vingtaine de coupes disponibles, il ne doit y avoir qu’un seul coiffeur en Tamriel - il aura une gueule et un physique à lui. Ensuite, vous devrez choisir une classe parmi les quatre proposées : Lamenoire, Templier, Chevalier-Dragon et Sorcier. Dans tous les cas, comme dans un The Elder Scrolls classique, vous pourrez utiliser tous types d’arme et d’armure, mais vous aurez des singularités qui dépendront de votre race, et trois arbres de compétences spécifiques à votre classe.

 

  

La création de personnage est vraiment bien foutue.

 

Ainsi, la Lamenoire se rapproche d’un assassin classique, mêlant rapidité, furtivité et surtout drain d’énergie de vie ou de puissance. Ce qui en fait un DPS élevé (ndlr : un DPS est l'appellation pour les classes faisant le plus de Dégâts Par Seconde), ou une classe qui peut exercer du contrôle. Le Chevalier-Dragon est un guerrier, le tank idéal, vu ses compétences. Le Sorcier est le DPS par excellence d’ESO, mais c’est aussi une très bonne source de contrôle (étourdissement, régénération …).

Enfin le Templier est une classe au premier abord assez étrange, avec un arbre de compétences dédié aux dégâts physiques, un autre aux dégâts magiques et enfin une branche de soin. C’est la classe la plus polyvalente et la seule ayant un arbre de soin, donc nombreux sont ceux qui s'y destineront. Je reviendrai sur les diverses possibilités de build un peu plus tard, mais il faut déjà avouer que l’évolution du personnage dans ESO gagne en intérêt au fur et à mesure, et bénéficie d'une certaine liberté qui compense le peu de classes disponibles.

Vous avez donc créé votre personnage et vous vous êtes lancé en Tamriel, après un petit détour inintéressant par Havreglace pour les besoins de la quête principale et de la tradition qui veut qu’un The Elder Scrolls commence toujours en prison. Vous allez avoir directement accès à la première grande zone du jeu, bien qu’il soit conseillé d’aller vers les îles bas-niveaux pour commencer à gagner de l’expérience. Là, vous apprenez très vite que les monstres sont assez radins, et que seules les quêtes vous permettront d’emmagasiner un peu d’or et d'expérience.

En effet, les quêtes sont très importantes et vous ne ferez presque que cela pendant plus de cent heures. Ce choix dans le leveling est à double tranchant : nous sommes face à des quêtes bien écrites et non FedEx. Qui plus est, certaines nous forcent à prendre position, même si les conséquences restent minimes et se limitent généralement à quelques dialogues et une récompense. Comme toute personne, on apprécie le fait d’être sollicité et d’avoir à choisir pour le bien de tous, mais ces quêtes restent extrêmement linéaires. Elles tuent donc toute envie de faire un reroll (ndlr : personnage secondaire) même pour les dénouements parallèles. On se rassure en se disant qu’il y a les quêtes des autres factions, ce qui est exact si l’on oublie le début du contenu vétéran. De plus, ce leveling solitaire vous ferait presque oublier qu'ESO est un jeu multijoueur, heureusement que les donjons sont là pour vous prouver le contraire. Cependant il reste regrettable de voir qu’avant d’atteindre les hauts niveaux, on peut faire quasiment tout ce que le jeu propose seul ou avec quelques personnes croisées au hasard dans une plaine ou un donjon public.

 

  

Le jeu regorge de petits clins d'oeil aux autres TES : les reconnaîtrez-vous ?

 

De plus, le phasing, s’il favorise grandement l’immersion, n’aide pas le joueur à ne pas se sentir seul. Le phasing c’est quoi me demandent certains d’entre vous ? Eh bien, c’est un système qui offre aux joueurs des versions parallèles du monde. Ainsi, si vous sauvez un village, par la suite vous ne verrez pas les monstres réapparaître alors qu'un autre joueur pourra le sauver à son tour. Car le village sauvé vous acclamera. Et si ce système est très bon pour l'immersion et de plus en plus utilisé dans les MMO, c'est à double tranchant car cela empêche d’aider un ami plus bas level dans une quête que vous avez déjà accomplie.

Dans ESO, vous avez aussi la possibilité de rejoindre des guildes de PNJ. Pour le moment, seules les guildes des Mages, des Guerriers et des Indomptables sont disponibles, alors que la Confrérie Noire et la Guilde des Voleurs arriveront par la suite. Si les Indomptables est une guilde prétexte pour vous faire découvrir les donjons et vous offrir quelques compétences, les intrigues des guildes des Mages et des Guerriers sont très plaisantes. L’une vous entraîne à la rencontre de personnages mythiques de la série, et l’autre se centre sur la défense de Tamriel contre Molag Bal, que vous fréquenterez aussi dans la quête principale. Vous aurez aussi la possibilité de devenir vampire ou loup-garou avec les avantages et les inconvénients que cela entraînera bien entendu. Actuellement, le système est encore fortement déséquilibré, avec des vampires très intéressants à jouer, notamment si vous êtes Chevalier-Dragon et que vous aimez le PvP (Joueurs contre Joueurs).

Pour le côté open-world du jeu, comme tout MMO, ce n’est pas un monde ouvert tel qu’on l’entendrait dans Skyrim, mais de larges zones avec une assez grande diversité de lieux et de quêtes annexes à faire. Ainsi, il y a des donjons publics, sortes de mini-instances où tout le monde peut entrer, qui possèdent un boss et une petite quête FedEx à la fin. Il y a des lieux, où sévissent malheureusement les golds farmers, avec boss à tuer sur la map et des collectables divers et variés à trouver. Dans chaque zone, sont aussi cachés des cristaux qui vous offrent des points de compétence et des coffres au contenu aléatoire, le tout agrémenté de divers lieux intérieurs ou extérieurs, et d’oratoires pour le fast travel, ainsi que d’un donjon.

 

  

Il y a vraiment de quoi faire dans chaque zone.

 

Les zones sont donc vraiment denses et plaisantes à explorer. De plus, dans chacune, il se passe quelque chose, et toutes les quêtes de zone y sont liées d’une manière ou d’une autre. Ainsi, à part dans les zones de départ, on sait pourquoi on se bat, contre quoi et on est heureux de voir tout simplement les PNJ, ayant été aidés, se réunir à la fin pour nous remercier. D’ailleurs, ces missions qui pourraient s’apparenter à la quête principale de chaque zone sont, sans conteste, plus intéressantes que la vraie campagne principale. Néanmoins, un constat regrettable s’impose : à part les ancres noires (lieux où des fidèles de Molag Bal invoquent diverses créatures), il n’y a pas d’événement. Ce qui fait qu’une fois l’exploration d’une zone finie, l’intérêt d’y revenir est inexistant.

 

Oh que c'est beau ! Hum... C'était mieux de loin.

 

L’ATH (Affichage Tête Haute) est loin d’être adapté à un MMO au vu du manque d’informations présentes. Heureusement, divers mods sont là pour vous aider, même s’il est dommage de devoir recourir à ces derniers pour ça. Comme dans les TES classiques, vous pourrez jouer à la première et à la troisième personne. La vue à la première personne avait été implémentée à l'arrache à la sortie du jeu. Depuis la mise à jour de "contenu 2", celle-ci est enfin réglable, et vous pouvez jouer en vue subjective en toute quiétude. Néanmoins, ESO étant un MMO, la vue à la troisième personne se montrera bien plus efficace lors des instances et du PvP (Joueurs contre Joueurs). Pour parler de l’interface, l’absence de minimap se fait bien sentir en RvR (Royaume contre Royaume)  - merci encore une fois les mods - et l’interface inventaire n’est pas optimisée non plus. On se retrouve devant une interface plus ou moins pensée PC, qui serait optimale si le jeu se figeait quand on bidouille dedans, or, il n'y a pas de pause dans un MMO.

Côté esthétique, ESO n'est pas le jeu du siècle et certaines textures se montreront assez baveuses de près. Néanmoins, il a un certain charme et est très beau pour un MMO, même si je reproche personnellement à la direction artistique globale de ne pas être homogène et de ne pas être au niveau des concepts art. En fait, le jeu se contente de repomper en moins bien la direction artistique, déjà pas forcément originale selon les opus, des précédents The Elder Scrolls. Après, les goûts et les couleurs, vous savez...  

Niveau animations, le bilan est assez mitigé : c'est bien mieux qu'au début de la bêta, mais ce n'est toujours pas ça. L'équipe semble être attentive aux problèmes de rigidité des personnages et améliore les animations au fur et à mesure. Espérons donc qu'un jour nos chers protagonistes n'auront plus de balais dans le cul.

 

  

Il faut l'avouer, certains lieux ont de la gueule.

 

Côté technique, je trouve que le jeu est plutôt solide. Le moteur tient la route tout comme la physique. Le jeu est fluide même en RvR avec un grand nombre d'éléments à l'écran, pour peu que votre PC tienne la route et que vous ayez une bonne connexion internet. Quant aux bugs, comme tout MMO, il y en a, mais les patchs et les maintenances sont plus que régulières ; une grande partie des désagréments présents, au lancement ou peu après, ont disparu même si des bugs ne manquent jamais d'apparaître. Pour conclure le blabla technique, on peut dire que l'équipe semble attentive à leur soft, ce qui est logique pour un MMO, surtout avec un abonnement.

Pour clore cette partie et m'intéresser au jeu en lui-même, on peut toucher un mot sur la musique et la traduction. La bande-son n'est pas signée Jeremy Soule, bien qu'il ait composé le thème principal, et vous retrouverez des passages des OST de Morrowind, Oblivion et Skyrim, car le reste a été créé par deux autres compositeurs. On en pense ce que l'on veut, mais cela fait du bien de changer un peu de Soule qui, malheureusement, commence sérieusement à tourner en rond. Les mixages sont bien faits et les effets sonores sont plutôt bien rendus. Quant aux doublages, ceux anglais sont très bons, j'ai un peu de mal avec le doublage français, même s'ils sont de bonne facture.

Il est dommage de ne pas encore pouvoir à l'heure actuelle jouer en VOSTFR. A vrai dire, j'ai surtout du mal avec la traduction française. Cette dernière a été faite à l’arrache, et les changements de nom propre de certains lieux (Martelfel au lieu de l'Enclume par exemple) sont très troublants et assez peu réussis. Vous trouverez donc pas mal de coquilles et, assez rarement, des contresens. Là encore, la traduction se voit patchée au fur et à mesure, ce qui fait qu’elle a bien évolué depuis la sortie. Mais il en faudra encore beaucoup pour arriver à quelque chose de qualité.

 

Avoir accès à tout Tamriel était un rêve, désormais, cela en est toujours un.

 

La partie la moins intéressante du test étant passée, il est temps de plonger dans l'univers d'ESO. Les événements du jeu se déroulent approximativement mille ans avant ceux de TES V : Skyrim, le monde sombre. En effet, le second empire s'effondre alors que le prince daedra Molag Bal semble vouloir conquérir, puis détruire Tamriel. Vous êtes donc plongé dans une guerre des alliances un peu prétexte, et surtout très géographique. Je suis désolée mais une alliance entre les Argoniens, les Elfes Noirs et les Nordiques, je n’y crois pas une seconde, pas plus que celle avec des Orcs, des Brétons et des Rougegardes. Bref, cette guerre est un prétexte au RvR et à finalement pas mal de quêtes.

Là où on pouvait être craintif, le jeu ne se gène pas pour nous montrer que ces alliances sont là par obligations et que les races alliées se détestent cordialement. Donc, au fur et à mesure que l'on découvre le jeu, ces alliances paraissent de moins en moins sordides et assez justifiées. En revanche, s'il y a quelque chose qui reste risible, c'est bien la quête principale.

 

  

Le prophète aveugle et Molag Bal, deux êtres que vous verrez souvent lors de la quête principale.

 

Comme dit précédemment, dans ESO, une grande partie de l'expérience se gagne en faisant des quêtes (et en ouvrant des coffres, c'est vrai) donc ne pas faire la quête principale c'est faire l'impasse sur un gain d'expérience non négligeable ainsi que sur du stuff sympathique. Surtout qu’il faudra finalement la faire pour accéder au contenu vétéran. Forcément, nous allons devoir plier l'échine, même si elle se montre peu digne d'intérêt. En gros, Molag Bal est méchant, Manimarco aide Molag Bal. Vous êtes l'élu et voilà. Vous allez servir de seule et unique armée contre un prince daedrique dans son propre royaume, Havreglace. Il y a bien quelques rebondissements et quelques intérêts, mais c'est dommage de voir que ce qui va nous suivre jusqu'au dernier niveau n'est qu'une succession risible de quêtes, qui me rappelle parfois la quête principale d'Oblivion.

Heureusement, il y a les quêtes secondaires et les guildes. Je l'ai déjà dit mais je le répète, il y a un minimum de quêtes FedEx (deux sur cent environ) et elles sont pour la plupart bien écrites, malgré une mise en scène qui laisse à désirer. Plutôt que de vous reparler de quêtes, je vais m'intéresser un peu aux collectables. Les zones sont vastes et beaucoup de choses peuvent être ramassées, surtout depuis la mise à jour de "contenu 2" qui permet de looter presque toutes les armes et armures que vous voyez. Cela favorise l'immersion, même si ce sont des items de piètre qualité. De quoi remplir très vite votre compte en banque et votre inventaire que vous pouvez agrandir en dépensant des sommes, en argent in game, assez prohibitives. Vous avez aussi un grand nombre de livres à lire qui vous permettront de gagner parfois des niveaux dans diverses compétences, ou qui vous aideront pour des quêtes, mais que vous ne pourrez pas pour autant ramasser.

Et il y a certains livres, plus de 297 actuellement, qui s'ajouteront dans votre bibliothèque de lore - qui reste accessible depuis votre inventaire à n'importe quel moment-. Ces bouquins vous donneront des indications sur l'univers du jeu, la faune, la flore, et vous permettront de redécouvrir certains manuscrits particuliers des précédents opus, même si l'auteur n'est pas encore né - le jeu se passe 1000 ans avant Skyrim - personne n'a jamais dit que cela avait une logique.

Vous pourrez aussi obtenir divers succès en tuant certains monstres, en finissant une zone ou certaines quêtes,  ainsi qu'en devenant un adepte de ce sport passionnant tant aimé des MMORPG qu'est la pêche. Car toute une catégorie de succès est réservée à cet art.

 

  

Ah... La pêche et la lecture : deux activités saines !

 

Bref, si vous n'êtes pas intéressé par la capture de petits poissons, peut-être le serez-vous par le commerce ! Concrètement, comme dans tout MMO à abonnement, le cash shop n'existe pas ou presque. Donc pour agrandir vos sacs, améliorer votre cheval ou crafter la plus belle armure du jeu, vous aurez besoin de pièces d'or que le jeu vous offrira avec une certaine radinerie. C'est pour cela qu'au lieu de vendre vos loots à un PNJ aveugle qui ne voit pas sa valeur, vous rejoindrez une guilde commerciale. En effet, dans ESO il n'y a pas d'hôtel des ventes central. Chaque guilde de plus de cinquante joueurs peut ouvrir une boutique.

D'ailleurs, si une partie du prix de l'item sera taxée par le jeu et disparaîtra dans le néant, le maître de guilde peut aussi s'en mettre plein les poches. Du coup, un nombre impressionnant de guildes a été créé à cet effet. Sachez que vous pouvez en rejoindre jusqu'à 5. Si cela peut paraître déroutant de prime abord ce n'est pas une mauvaise idée, laissant ainsi ceux que ça amuse jouer sur les prix d'une boutique de guilde à une autre. Il n'y a pas grand chose de plus à dire sur les guildes, sachant que chacune choisit sa faction pour le combat PvP et une banque de guilde peut être disponible. A vous donc de trouver chaussure à votre pied sur le mégaserveur. 

Pour le rôleplay et la communication entre joueurs, j'en vois déjà me huer : oui mais le roleplay et les MMO ? C'est une hérésie, ad nauseam... Donc oui, comme d'habitude, aucun outil, sinon de nombreuses emotes, n'est disponible, mais jouer roleplay est possible et semble en amuser plus d'un. Quant aux interactions entre les joueurs, nous avons les classiques groupes à quatre, échanges et résurrections. Cela pose un problème pour la communication car en effet, le jeu n'a pas de serveurs, mais deux mégaserveurs (américain et européen), et on y parle majoritairement anglais. Il existe des canaux de discussions de zone réservés à diverses langues (anglais, allemand, français et espagnol), mais ils sont peu utilisés, ce qui fait que vous ne trouverez pas une communauté française soudée en dehors de votre possible guilde.

 

Et du coup, cela se joue comme un TES ou un MMO ?

 

Et si on parlait du gameplay du jeu. Dans ESO vous avez deux barres de compétences pouvant en accueillir chacune cinq de votre choix, plus une élite, ainsi qu'un changement d'armes si vous le désirez. Vous pouvez faire une attaque simple ou chargée avec le clic gauche de la souris, et parer avec le droit. Vous avez aussi accès à une roue de raccourcis rapides pour vos consommables et une roulade très dépensière en vigueur. Dit comme ça, cela paraît peu et c'est vrai. Comme d'habitude ces derniers temps, les MMO proposent de moins en moins de compétences et cela est très regrettable. Chose qui en étonnera plus d’un, c'est qu'il n’y a pas de cooldown (temps d’attente) pour les compétences. En effet, ces dernières utilisent de la vigueur ou du mana, voire de la santé, et des points d’ultimes pour la compétence attitrée. Aussi, il faut apprendre à bien gérer ses ressources et ses potions, qui elles sont sujettes à des cooldowns, sous peine de se retrouver aussi utile qu’un vieux prophète aveugle.

 

  

Il y a quand même des bugs drôles de temps en temps.

 

Il y a aussi le système de synergie : c’est une action de groupe aussi appelée combo par le commun des mortels. Ainsi, certains sorts que vous jetez peuvent interagir avec vos alliés. Malheureusement, ne rêvez pas de combos compliqués en essayant de mêler un projectile et un mur de flammes. Non, si une compétence possède une synergie, un joueur allié proche de vous pourra appuyer sur une touche spécifique et lancer un sort plus puissant. A noter que les PNJ ennemis utilisent aussi ce système. Du coup, ESO devient intéressant dans la diversité de ses compétences et de ses builds. Comme je l'ai déjà dit, je trouve l'évolution des personnages intéressante grâce à la diversité offerte, et effectivement partir dans tous les sens est suicidaire, mais quelle joie que de pouvoir façonner le personnage que l'on désire. Fini les archétypes, vous pouvez jouer une Lamenoire à l'espadon et en armure lourde.

Du coup, vous avez trois statistiques de base : vie, mana, vigueur. A chaque niveau pris jusqu’au 50, vous gagnez un point de statistique pour monter l'une d'entre elles. Vous avez aussi diverses statistiques sur lesquelles vous allez influer via vos passifs et votre équipement. Et vous avez les compétences. Il y en a deux types : les actives que vous allez équiper et les passives que vous allez vous contenter de débloquer. Le tout est divisé en divers arbres selon l'armure (légère, intermédiaire et lourde), l'arme (bâton de destruction, bâton de restauration, arc, arme à deux mains, deux armes, arme à une main et bouclier), la classe, les guildes, les races, le RvR, etc.

Chaque arbre a un niveau propre. Vous montez l'armure lourde en la portant, et chaque compétence a aussi son niveau. En effet, elles possèdent chacune dix niveaux qui vont les rendre de plus en plus puissantes. De plus, au niveau 5, il faudra choisir entre deux variantes de la compétence. Globalement, vous montez les compétences en les utilisant, mais aussi plus simplement en les ayant dans votre barre de compétences quand vous rendez une quête. Bien sûr, autant pour les statistiques que les compétences, le reset est possible, au prix de quelques pièces d'or dans la capitale de faction.

 

  

Brûle créature de l'enfer !

 

Concrètement, pour ce qui est des combats, le système est assez simple. Les ennemis peuvent avoir des sorts de zone qui s'affichent et faire des attaques ou des sorts chargés qui peuvent être interrompus. Une bonne partie de la dynamique du combat se fait donc sur l'esquive et les contres qui étourdissent les ennemis par la suite. Certains sorts de zone peuvent d'ailleurs être interrompus. De ce fait, même si ce n'est pas ce qui se fait de plus dynamique, le jeu exigera de vous un certain timing, surtout en temps qu'healer ou tank. De plus, ce système prendra tout son sens dans les dernières instances du jeu. C’est un système que je trouve personnellement suffisamment dynamique pour ne pas être ennuyeux même si avant le end-game, en explorant une zone par exemple, nous sommes confrontés la plupart du temps à des ennemis manquant de dynamisme.

Mais ce qui reste le plus gênant à l'heure actuelle est la portée absurde des attaques chargées des ennemis. Ainsi, vous pourrez vous faire toucher par une épée adverse même si ce dernier est à plus de trois mètres de vous. Ces problèmes de portée et de hitbox ne sont pas encore bien corrigés, et j’espère que quelqu’un finira par s’en occuper.

Un petit mot sur la furtivité ? Vous pouvez donc vous accroupir, ce qui ne vous rend pas invisible mais vous permet de vous cacher et d’éviter d'être vu par des ennemis. Ce système ne bénéficie d’aucune compétence ou d’évolution et reste assez basique. Néanmoins, il se montre très utile notamment en RvR. Et il faut noter que quand vous vous déplacez en mode furtif, vous utilisez de la vigueur.

Avant de conclure sur le gameplay, parlons maintenant de la gestion de votre cadavre. Vous qui vous êtes attaqué à un ennemi trop puissant, vous vous retrouvez désormais à terre en train de lentement vous putréfier... Quoi, j’en fais trop ? Soit. Donc, la mort dans le jeu n’est pas définitive. Seule votre armure est abîmée, ce qui est assez habituel pour un MMO. Quand vous mourrez, vous avez droit à un récapitulatif qui vous explique comment vous vous êtes fait éliminer, et surtout vous avez deux options de résurrection. Soit vous choisissez de ressusciter au pied de l’oratoire le plus proche, soit vous (ou un autre joueur) utilisez une pierre d’âme, aussi connue sous le nom de gemme spirituelle, pour revenir à la vie à l’endroit précis où vous l'avez perdue. Ces gemmes spirituelles sont obtenues chez un marchand et pour les charger, il faut juste utiliser des sorts de capture d’âme sur un ennemi. Il existe donc tout un arbre de compétences dédié au thème de la magie du monde. Ces gemmes servent aussi à recharger les enchantements de votre équipement.

 

  

Le jeu reprend le système de crochetage d'Oblivion... En mieux.

 

Un jour, je serais niveau 100 et j'aurai la plus belle de toutes les armures !

 

Comme tout bon MMO qui se respecte, il y a diverses activités : la pêche dont j'ai déjà parlé, le crochetage très important car aussi riche en expérience qu'un génocide permettant d'accéder à des loots intéressants dans un donjon, et le cheval qui sera votre moyen de déplacement avec les oratoires (fast travel). D'ailleurs, chose à savoir pour les avares comme moi, s'il faut payer pour se téléporter de nulle part à un oratoire quelconque, le voyage est gratuit entre deux oratoires. Le cheval donc est un animal cher que vous pourrez upper, et ainsi porter de plus lourdes charges, vous déplacer plus vite et permettre à votre bel étalon d'avoir plus d'endurance. C'est aussi un animal personnel, chaque personnage pouvant avoir plusieurs chevaux, sachant que votre superbe bête niveau 50 ne pourra pas être transférée sur votre Lamenoire de niveau 1. D’autres activités externes, comme les courses de chevaux, devraient arriver avec les prochaines mises à jour de contenu.

Et bien entendu, que serait un MMO ou même un jeu moderne sans craft ? Eh bien pas grand-chose, il faut croire. Dans ESO, il existe six métiers d’artisanat. La cuisine consiste en la préparation de divers consommables qui boostent pour un temps limité vos statistiques, mais pour cela encore faudra-t-il trouver les bons ingrédients et apprendre les recettes. L’alchimiste, lui, expérimente un peu au hasard, mêlant diverses plantes et résidus de monstres pour trouver des potions aux propriétés étonnantes, allant de la très classique restauration de mana, à l’invisibilité, en passant par l’amélioration de vos coups critiques. L’enchanteur mixe trois runes (ne cherchez pas de logique, c’est magique) : une rune détermine la qualité de l’enchantement, une autre le type d’effet et la troisième détermine sur quel objet vous pouvez appliquer l’enchantement.

 

  

Cuisinier et alchimiste, deux crafts assez utiles, surtout vu le prix des potions chez les PNJ.

 

Les trois métiers restant sont le tailleur qui crée des armures légères et intermédiaires, l’ébéniste qui fabrique bâtons, arcs et boucliers, et le forgeron qui confectionne armes et armures lourdes. Dans les trois cas, le système est similaire. Vous récoltez au cours de vos voyages diverses choses utiles pour le craft, et notamment des matières premières (tissus, métaux, bois) qu’il faudra raffiner. Ces ressources servent à créer un objet de craft, et selon les matériaux, l’objet monte de niveau. Vous pouvez choisir le style de l’item. Ainsi, si vous avez précédemment trouvé des livres culturels, votre argonien pourra crafter une armure d’Elfe Noir ou de Bréton. Le dernier élément à choisir pour la création d’item est le trait. C’est l'enchantement passif que vous pouvez mettre sur vos armes et armures. Pour les débloquer, il faudra rechercher ces effets en étudiant un objet possédant le trait concerné. Cette action coûtera du temps, et devra être répétée pour chaque type d’arme et d’armure. Donc plus vous trouverez d’effets par arme ou pièce d’armure, plus le temps de recherche sera long, allant de 6 heures jusqu’à 32 jours.

Et c’est là que les compétences entrent en jeu car il y a un arbre de compétences par métier. Celui-ci permet l’utilisation de divers matériaux (vous ne pourrez pas construire d’armure haut niveau sans avoir mis quelques points de compétence dans l’arbre concerné), de lancer plusieurs recherches simultanément (jusqu'à 3 par artisanat), d’avoir des PNJ qui, lorsque que vous allez être déconnecté, vont chercher des matériaux, ou encore de mettre en surbrillance les collectables pour les repérer plus facilement. Pour finir sur le craft, vous pouvez aussi recycler des objets et augmenter la qualité de vos objets ; ainsi, un item commun crafté pourra devenir un légendaire. Vous trouverez aussi, sur les maps de jeu, des lieux d’artisanat un peu reculés qui vous proposeront des traits particuliers pour vos armes et armures.

Finalement, ESO propose un artisanat simple et intuitif. S’il y avait de quoi avoir peur avec les recherches de trait qui demandent un temps non négligeable, il n’en est finalement rien. Personnellement, je n’ai jamais été une grande adepte du craft et j’ai souvent trouvé les systèmes rébarbatifs, longs et demandant un farm intensif. C’est pourquoi j’aime finalement le craft d’ESO, simple et intuitif, mais aussi très complet grâce à ses possibilités d’amélioration d’items. Même si bien sûr, il faudra parfois un peu farmer, nous sommes très loin de certains autres jeux disponibles sur le marché.

 

  

Voici un peu à quoi ressemble le craft d'arme et d'armure.

 

Bon, concrètement, c'est quand que l'on se fout sur la gueule ?

 

Et si on parlait du end-game, c'est à dire ce que les joueurs vont faire après avoir atteint le niveau maximum. Tout d’abord le RvR : le Realms versus Realms (Royaume contre Royaume) pour les non-initiés est du PvP (Joueurs contre joueurs) sur une carte persistante ou sur des petites cartes avec une durée limitée. Ce n'est donc pas du PvP sauvage. En effet, le seul PvP que propose ESO pour le moment c’est le RvR et ce sur une immense map : celle de Cyrodiil, lieu où les trois factions se battent pour assurer leur suprématie sur la cité impériale. ESO étant un jeu sur mégaserveur, il existe une dizaine de campagnes PvP d’une durée de 90 jours, et depuis peu une campagne plus courte de 30 jours. Une fois une campagne choisie, vous ne pourrez plus en changer à moins de dépenser des points d’alliance ou d’attendre sa fin. Mais vous pouvez en supplément choisir une campagne invitée dans le cas, où celle que vous avez choisie serait déséquilibrée. En effet, des guildes très actives comme Millenium ont tendance à exercer un contrôle total sur la map.

Bref, parlons donc de Cyrodiil, de ce que vous y trouverez et de la manière de vous déplacer dans cet environnement. La zone de RvR est donc très grande, même si Cyrodiil se retrouve rognée pour ne garder que son centre et donner à la région une forme triangulaire. Pour s’y déplacer, c’est à pied ou à cheval, et surtout on appréciera les Wayshrines qui permettent de se téléporter d’un fort allié à un autre, à condition que les forts en question soient reliés, que les trois ressources autour du fort (scierie, mine, ferme) soient à votre faction et qu'il ne soit pas assiégé. Pour vous donner une idée de l’importance de la téléportation, avec un cheval rapide, il faut quand même quelques minutes pour aller d’un fort à un autre.

 

  

Pendant que Cyrodiil est en pleine effervescence, moi je m'amuse au trébuchet !

 

En outre, vous trouverez en Cyrodiil des villes et villages de PNJ, des donjons publics et d’autres lieux à explorer. En effet, la zone offre des quêtes diverses et parfois journalières. Certaines sont liées au PvP - comme les quêtes qui vous demandent de reconquérir un lieu ou de tuer vingt joueurs adverses - mais d’autres sont purement PvE (joueur contre environnement). Néanmoins, la plupart de ces quêtes seront de type FedEx, et surtout vous forceront à vous aventurer derrière les lignes ennemies, ce qui reste intéressant pour visiter la province et découvrir des lieux plus calmes dans lesquels un joueur adverse pourra toujours vous tuer si vous n’y prenez pas garde.

Cyrodiil est surtout une zone de conflit où les joueurs vont se battre pour les forts, avant-postes et camps de ressources, ainsi que pour les Elder Scrolls. En effet, les parchemins des anciens sont objets de convoitise. Non pas parce qu’ils recèlent des prophéties obscures, mais parce qu’ils offrent des bonus offensifs et défensifs. Ces parchemins sont toujours visibles sur la carte, ce qui permettra de poursuivre les voleurs et d’attaquer un fort détenant un de ces précieux objets. En outre, ces parchemins ne sont pas les seuls à offrir des bonus. Si une alliance arrive à obtenir les six forts entourant la cité impériale : le meilleur joueur de cette faction deviendra Empereur, tant que les six forts sont détenus. Mais être Empereur ou Impératrice cela consiste en quoi ? Eh bien pas à grand-chose, sinon que vous aurez une belle armure et des buffs en plus qui s’expriment par un nouvel arbre de compétences, dans lequel vous aurez cinq passif. Chose intéressante à savoir, une fois détrôné vous aurez toujours accès à ces passifs même si les buffs donnés deviennent plus que négligeables. Seulement, être Empereur n’est pas donné à tous malgré tout.

Le RvR offre des compétences de support et de soutien que cela soit via des passifs, qui peuvent par exemple augmenter votre portée près d’un fort, ou des actifs et ultimes, comme par exemple des boucliers. Pour débloquer ces compétences, il faut monter de rang PvP. Pour monter de rang, il faut prendre des forts ou des camps, tuer des joueurs et faire des quêtes ayant trait au PvP. Monter de rang vous offre aussi de l'équipement et des points d’alliance. Ces derniers peuvent être utilisés pour acheter de l’équipement ou du matériel spécifique au RvR comme les armes de siège, des tentes permettant aux alliés de ressusciter ou de quoi réparer portes et remparts.

 

  

Et un trou dans le mur, un !

 

En effet, et c’est un point intéressant du RvR, quand vous arrivez à conquérir un fort après avoir tout rasé sur votre passage, c’est à vous de réparer les murs et les portes sans quoi l’ennemi n’aura aucune peine à reprendre ce qui lui appartenait jadis. Et pour cela, il vous faudra chercher des ressources que vous trouverez dans des camps et des avant-postes équipés de structures diverses, dans lesquels les ennemis pourront se cloîtrer  pour vous empêcher de les récupérer.

Globalement, j’ai apprécié le temps passé en RvR. Je ne pourrais pas dire d’Elder Scrolls Online qu’il est le digne successeur de Dark Age of Camelot, loin de là, mais il part avec de bons arguments. En effet, un certain dynamisme existe au vu des environnements intérieurs et extérieurs des structures, du fait que plusieurs minutes soient nécessaires pour aller d’un fort à l'autre, et les affrontements « de plaine » sont rendus intéressants par la diversité de l’environnement offert (montagnes, plaines, lac, pont colossal ou minuscule, ville de PNJ, etc…). J’ai bien moins l’impression de taper du bois que dans Guild Wars 2, par exemple.

Le RvR n’est pas parfait pour autant. La map reste trop vide par rapport au temps de ralliement entre les forts, ressusciter un allié est très coûteux ce qui fait que personne n’aide personne. Et la répartition de population entre les différentes campagnes est assez désastreuse, seule la chance vous offrira une campagne plus ou moins équilibrée. L’avantage étant que le jeu est jeune et que Zenimax Online a de quoi investir dans son jeu, en espérant que des améliorations voient bientôt le jour.

 

Et du côté des donjons ?

 

Parlons maintenant PvE (Joueur contre l'environnement), et avant d'aborder le PvE High-Level, je vais m’arrêter sur les donjons non vétérans que les joueurs fréquentent jusqu’au niveau 50. Il en existe seize, un par zone de jeu, sauf dans les îles de départ. Dès le niveau 12, on a accès à trois donjons, un par alliance. Ceux des alliances ennemies deviennent accessibles après que l’on ait achevé celui de notre alliance. Ces donjons bénéficient pour la plupart d’une très belle réalisation graphique, mais force est de constater que la difficulté n’est pas au rendez-vous et qu’ils ne sont ouverts qu’à quatre joueurs. Globalement, on enchaîne les packs de monstres et puis les boss qui demandent parfois un peu de réflexion, mais rien de bien passionnant.

Il y a donc de quoi avoir peur, surtout que ce sentiment se confirme avec les six donjons vétérans. Ceux-ci sont effectivement plus durs, mais rapidement on en vient à bout, sachant que ce sont des variantes de donjons déjà existants.

 

  

Les donjons sont variés à défaut d'être durs.

 

Aussi, pour un joueur qui vient d’arriver au rang vétéran, le bilan est assez mitigé. Le PvE est loin d’être ardu pour monter jusqu’au dixième rang vétéran, le jeu nous oblige à finir la quête principale, et a aller faire les quêtes des alliances ennemies. Et c’est là, qu’est arrivée la mise à jour de "contenu 1". Celle-ci a rajouté la première zone aventure nommée Raidelorn. La grande nouveauté est d’avoir une zone dédiée au PvE HL proposant des épreuves (des raids si vous préférez), instances ouvertes à des groupes de 12 joueurs. Autre spécificité de la mise à jour, c'est le nombre de résurrection limité à 60 pour tout le groupe. Quand il ne reste plus de joueurs dans l’épreuve, et donc que ceux-ci ne peuvent plus ressusciter, l’épreuve échoue.

De plus, il n’est pas possible de ressusciter si l’un des membres du groupe affronte un ennemi. Côté récompense, vous en recevez des spéciales chaque fois que vous faîtes une épreuve pour la première fois de la semaine et, les épreuves étant chronométrées, si vous réussissez à vous classer en bonne place dans le palmarès.

Outre les épreuves, Raidelorn est riche en lieux et en quêtes, avec un nouveau bestiaire et de nouveaux équipements pour les vétérans. Finalement, cet ajout n’a rien d’exceptionnel mais offre au jeu un début de end-game et un début de challenge en PvE. C’est pour cela qu’à mon sens, Raidelorn a sauvé ESO en montrant que le PvE HL pouvait exister et que les développeurs comptent bien mettre la main à la pâte pour améliorer leur produit. En revanche, cela a aussi illustré un très grand déséquilibre avec le reste du contenu vétéran. Raidelorn offrant bien plus d’expérience et de loot que le reste, ce qui en fait une zone de bash et de farm qui détériore l’économie.

Au final, je ne peux dire si ESO mérite son abonnement car tout dépend de votre manière de jouer. Si vous êtes un joueur solo, vous pouvez très bien acheter le jeu, y jouer quelque temps pour faire les quêtes proposées par chaque alliance, et explorer chaque zone, ce qui vous prendra environ 300 heures. Si vous êtes un joueur de MMO non-régulier, peut-être préférerez-vous jouer un mois ou deux, attendre du nouveau contenu, puis revenir. Dans tout les cas, les mises à jour de contenu ont lieu tous les deux mois et le programme est assez alléchant.

 

  

La direction artistique de Raidelorn est plus fantasque, ce qui n'est pas un mal.

 

En effet, entre les prochaines zones aventures, l'ouverture de la cité impériale qui proposera une instance de PvE HL en plein RvR, mais aussi les ajouts de quêtes comme la Guilde des Voleurs et la Confrérie Noire : ESO a encore beaucoup à offrir. Sans parler du système judiciaire qui permettra de tuer des PNJ et condamnera le vol, tout cela en impliquant les joueurs dans des chasses à l'homme, ou encore l'adaptation de la difficulté des donjons selon votre niveau... Aussi, même si ESO se montre encore très faible en terme de contenu end-game, le jeu sera sujet à diverses évolutions qui ne pourront que plaire si toutes les promesses sont respectées.

 

Il est donc temps de conclure le jugement de ce cher bâtard. Zenimax Online nous propose un jeu perfectible, mais loin d’être mauvais. Actuellement Elder Scrolls Online est un peu comme un carré de terre arable qui a, à peine, commencé à être cultivé. Or, cette terre est bonne et avec un peu de soin, ESO a le potentiel pour devenir meilleur. Et je crois en Zenimax. Selon moi, la mise à jour de contenu 1, malgré tous les problèmes apportés, a sauvé le jeu, Quand je vois ce qui est à venir, je veux y croire. Après, ESO souffre de problèmes dans son leveling très solo et lent qui en rebuteront plus d’un. C’est un choix assumé, mais est-ce le bon ? J’en doute, ce qui ne m’a pas empêcher de l’aimer. Et puis, quel pied pour une fan de la licence de pouvoir vagabonder dans une grande partie de Tamriel !

En conclusion, malgré tout le mal que j’ai eu pour tester ce jeu, mélange entre amour et désamour, je sais que je ne regrette pas le temps que j’y ai passé tout autant comme joueuse de MMO que fan de TES, et j’ai pris mon pied. Comme tout MMO, ESO est voué à évoluer, alors espérons que cette évolution soit bénéfique au jeu et à sa communauté. Peut-être qu'il passera en free-to-play ou en buy-to-play, mais dans tous les cas, il mérite le détour si ce qui a été évoqué dans ce test vous plait. Sinon, tournez-vous vers un autre, car le marché du MMO est suffisamment riche aujourd'hui pour que chacun y trouve son bonheur.

LES PLUS
  • Les guildes et quêtes secondaires
  • Les environnements variés
  • L'évolution des personnages
  • Un lore respecté
  • Le craft
LES MOINS
  • Un end-game encore faiblard
  • Un leveling long
  • Les difficultés de communication
  • La traduction française

7/10

Commentaires (25)

#2

Jinashi
Villageois

4/5 sur la note RPG !
Cela en fait l'un des meilleurs RPG testé sur ce site, ce qui est exceptionnel pour un MMO-rpg, quoi qu'on en dise.
#3

Shaam
Grand chevalier

A peu pres la même expérience du jeu si ce n'est que je ne suis pas fan des TES (juste Morrowind) du coup je reste un peu plus sur ma faim^^

Le point fort du jeu c'est vraiment la construction du personnage et son optimisation par tous temps (PVE solo/instance/RvR), la recherche du build m'a rappelé guild wars 1 beaucoup plus que le 2ieme opus ne l'avait fait, surtout que les armures sont particulièrement adaptable a notre style de jeu

Apres faut apprécier jouer avec un nombre de compétences réduites, c'est pas mon cas, je trouve que ca enlève du charme au personnage, j'aime bien pouvoir faire plein de chose en même temps^^

Le point faible je dirais que c'est le Roleplay, autant j'avais envie de me sentir dans mon perso, de vivre son aventure, autant le jeu la casse pour de multiple raisons...

Aucune influence de la race, genre un pnj te dis "olala j'aime pas les orcs c'est méchant et ca pue, va donc tuer cette bande de mercenaire peau vertes" et que tu te trouve être un orc, ca fait mal, ça fait d'autant plus mal de pas pouvoir l'empalé sur ton épée

Et point culminant de cette frustration ? les rang vétérans, au delà du niveau 50, par une pirouette scénaristique sacrément dégueulasse le jeu te demande de faire l'histoire des deux autres factions. Et la je me suis imaginé que penserais mon orc sur WoW s'il devait faire les quêtes coté allys, des quêtes qui te demande d'aller tuer la horde, ta propre faction...

Depuis ce jours j'ai stop mon abonnement tant que cette progression multifonction existera, c'est encore plus honteux sur un jeu RvR, bref comment détruire le principe même d'un jeu (déjà que les alliances c'est sacrement degueu, mention spécial aux argoniens & elfes noirs)

Au final mon expérience avant les rangs vétérans était vraiment sympa, malgrès des quêtes/histoires/zones parfois un peu chiante, des zones comme Fendretour m'ont laissé un très bon souvenir !

ps : y'a pas de pvp sauvage et les loups garous cours sur leurs pattes arrieres, ca aussi c'est degueulasse :p
#4

Killpower
Gobelin

4/5 sur la note RPG !
Cela en fait l'un des meilleurs RPG testé sur ce site, ce qui est exceptionnel pour un MMO-rpg, quoi qu'on en dise.


Sur le site, si tu cherches bien, tu trouveras un certain nombre de RPG solo avec 5/5 comme récemment Divinity : Original sin. Mais il y a en a plein d'autres (Arcanum ou encore Eschalon book 3, Drakensang river of time ou encore Baldur's Gate..... etc).

Il y a pas mal de mmorpg européen qui pourraient avoir 4/5 de par leur contenu et peut-être plus. Mais ce n'est pas notre priorité.

Message édité pour la dernière fois le : 05/08/2014 à 11:27

#5

baal51
Villageois

Personnellement, Je n'ai même pas tenu jusqu’à Raidelorn ; leveling chiant et bugé... Trop de compétences inutiles. Oui alors c'est un terreau pour quelque chose de bien mieux , mais bon d'ici la je n'y remettrais surement pas les pieds, au vu de la sortie de WoD , qui EUX ont fait des efforts pour les joueurs.
#6

Cyrus Redguard
Noble

J'ai du mal à comprendre le 4/5 sur la note de rpg qui me semble assez élevé si on compare avec d'autre jeu rpg qui aurait eu 3/5. Surtout quand je lis ça:

Donc oui, comme d'habitude, aucun outil, sinon de nombreuses emotes, n'est disponible, mais jouer roleplay est possible et semble en amuser plus d'un.


Il semble que le roleplay est assez anecdotique sur le jeu. Pourquoi je pousse des cris d'orfraie tout simplement parce que tous les MMO sorties à ce jour pourrait se targuer d'avoir 4/5 en RPG ce qui est beaucoup beaucoup trop. Je suis désolé de le dire, redire mais peu de mmo mise sur le côter jeu de rôle si ce n'est monter un arbre de talent et looter des trucs. Pas de système de musique, ou de tenues par exemple.

De plus ce qui m'a fait très peu jouer à ce jeu c'est le manque d'interaction entre les joueurs. Chacun fait sa petite popotte de son côter, on groupe à 4 (c'est peu!) pour faire un donjon vite fait et on ne se recroise plus après. C'est limite si on a pas l'impression de jouer avec des bots. Le jeu n'encourage vraiment pas le dialogue entre les joueurs c'est vraiment vraiment dommage. Le principe d'un MMO c'est de partager un univers ensemble avec d'autre joueurs tout à long du jeu et non pas de rush le lvl100 pour enfin faire quelque chose d'intéressant.

Warhammer était pas trop mal la dessus, on pouvait alors prendre un fort alors qu'on était un petit lvl. Ton test m'a conforté dans ce que j'avais vu en 1 petit mois de jeu (20h dessus) et cela ne m'encourage pas à lui redonner une seconde chance.
C'est dommage car il a de bonnes qualité pour les fan de la série: voir Morrowind, les personnages sont bien modélisé tout est fidèle à la série mais la sauce avec moi ne prend pas.

Et point culminant de cette frustration ? les rang vétérans, au delà du niveau 50, par une pirouette scénaristique sacrément dégueulasse le jeu te demande de faire l'histoire des deux autres factions. Et la je me suis imaginé que penserais mon orc sur WoW s'il devait faire les quêtes coté allys, des quêtes qui te demande d'aller tuer la horde, ta propre faction...

Je suis sur que les gobs seraient d'accord. Ca fait 2 fois plus d'argent de quêtes !

En tout cas même si je n'ai pas accroché au jeu je tiens quand même à saluer le travail de Iosword pour avoir fait un test d'un MMO qui se révèle être un tâche titanesque.

au vu de la sortie de WoD


Gaffe quand même, ils promettent tjs bcp mais au final c'est sympas au début barbant quand on est lvl max en général. Et ils n'ont pas inventé l'eau chaude les coco. Ça fait un bail qu'ils n'ont pas innové dans leur jeu. Il ressorte la même recette à chaque extension pour conforter leurs bases de joueurs mais sans plus.

Message édité pour la dernière fois le : 05/08/2014 à 15:01

#7

oAmyoAmyo
Paladin

Enfin un test exhaustif sur ce jeu. Par contre, vu les commentaires, il ne semble vraiment pas mériter que l'on s'y attarde plus que ça sur ce jeu.
Dommage pour l'abonnement, ça m'a toujours refroidi =/
#8

Cyrus Redguard
Noble

Par contre, vu les commentaires, il ne semble vraiment pas mériter que l'on s'y attarde plus que ça sur ce jeu.


Il a reçu 7/10 donc ce n'est pas un mauvais jeu attention. Pour vraiment savoir si le jeu te plaît il faut le tester. Le mieux c'est de trouver un pass invité comme j'ai eu la chance d'avoir.
#9

Shaam
Grand chevalier

L'innovation dans le MMO c'est comme dans les jeux AAA, y'en a pas car c'est trop risqué, c'est ce que je reproche a la plupart des MMO actuels, le theme park est sur une voix de garage totalement cloîtré dans un carcan qui date d'Everquest et que WoW a démocratisé

WoD et TESO c'est le même genre de jeu, tu sais directement a quoi t'attendre tu sais que rien te décrochera la mâchoire...du coup t'es pas vraiment déçu mais pas vraiment surpris non plus, c'est la même rengaine depuis 10 ans ca deviendrait presque lassant (presque :p)
#10

Empereurraf
Citoyen

Hum, le lore n'est pas du tout respecté dans ce jeux, même pour dire que c'est de la destruction de lore en masse. Les fans des TES (dont moi) on étaient outré par ce fait la, du genre les alliance qui ne veulent rien dire (Merde quoi, les Brétons et les Rougegardes, ou encore le fait que les haut elfe est dans son alliance les Khajiit (Par ce que les haut elfes déteste les khajiit et les trouves inférieur qui ne valent même pas la peine de vivre)). De plus c'est un TES qu'on doit payer chaque mois et rien que ça c'est un problème.

Message édité pour la dernière fois le : 05/08/2014 à 15:42

#11

Killpower
Gobelin

Je suis désolé de le dire, redire mais peu de mmo mise sur le côter jeu de rôle si ce n'est monter un arbre de talent et looter des trucs. Pas de système de musique, ou de tenues par exemple.


Notre note RPG fait référence à de nombreux points RPG (caractéristiques, univers, alignements, quêtes, dialogues, compétecences, mondes) que l'on a fait en fonction des plus gros RPG solos existants et des notions RPG existantes. Alors cela ne peut pas plaire à tous, mais l'avantage c'est qu'avec cette grille tous les membres de la team sont tombées d'accord et lorsque deux membres la testent on obtient la même note sur 5 (contrairement au note sur 10 qui sont à la subjectivité/objectivité du testeur).

Maintenant, chacun voit son RPG à sa porte j'ai envie de dire. Quant à faire entrer la musique ou le changement d'habit, c'est une vision parmi tant d'autres.

Message édité pour la dernière fois le : 05/08/2014 à 16:20

#12

Astarock
Noble

Ce jeu a le même défaut que la plupart des mmo qui essaye d'avoir une histoire c'est a dire qu'il n'y aucune réel conséquence de nos actions. Par exemple quand je jouais a SWTOR je me souviens avoir tuer un méchant et sauver des tas de gens... 2 minute plus tard le méchant étais de retours et j'avais franchement l'impression de m'être fait entuber... Pis c'est quand même ridicule que tout le monde soit "le sauveur de la prophétie"!
#13

cabfe
Seigneur

Il me semble que la note RPG sur 5 n'est pas représentative de la qualité (ou l'absence) d'un titre, mais uniquement des possibilités Role Play qu'il offre.

Un jeu minable mais qui permet de créer son perso, de le personnaliser, d'avoir des dialogues à choix multiples et des compétences variées aura un haut score RPG, par exemple.

Mais une note sur 10 très basse cette fois.
#14

Cyrus Redguard
Noble

Maintenant, chacun voit son RPG à sa porte j'ai envie de dire. Quant à faire entrer la musique ou le changement d'habit, c'est une vision parmi tant d'autres.


C'était un peu rapide mais ce que je voulais dire c'est qu'il existe des outils simples et pas franchement chronophage qui permettent aux joueurs de faire des trucs sympas.
Par exemple quand tu arrives en ville et que tu attends pour groupe en un clic tu peux mettre une tenue moins martial et commencer à faire un peu de rp avec la personne à côter de toi. Ça peu paraître con mais ça marche. Après tout le monde ne le fait pas mais ces petits ajouts qui ne coûtent rien ne sont pas regardé par les dev. Ce qui pour moi montre bien la volonté des dev de laisser tomber les 3 dernières lettre du genre.
Sinon j'aurai peu prendre SWOTOR qui lui permet de prendre des décisions en donjons qui a son importance (alignement ) sur son personnage et aussi comment le donjon se finit. (On peut faire un personnage mauvais étant républicain). Si on peut faire des choix dans ESO c'est vraiment limité.

Autant sur la note RPG est juste en solo autant pour un MMO je la trouve casse gueule surtout sur les mmo actuelles. (D'ailleurs les éditeurs ne présentent plus leur jeu comme un MMORPG mais juste comme un MMO ce qui veut tout dire selon moi). Sincèrement je ne pense pas que vous pouvez adapter la grille de notation pour un jeu solo sur un jeu multi, surtout si tout les jeux auraient la même note car dans ce cas là cela ne voudrait plus rien dire.

Sinon petite idée, vu qu'un MMO évolue vite et peu bien s'améliorer (aoc) ou au contraire tomber dans les abysses de la nulité ne faudrait-il pas mettre TEST ESO patch XX.XXX?

Message édité pour la dernière fois le : 05/08/2014 à 17:42

#15

Shaam
Grand chevalier

Pour ce qui est du sauveur de la prophétie, trame présente dans tous les MMO récent ayant une trame narrative, la y'a effectivement de quoi gueuler, le joueur est de plus en plus impliqué dans l'histoire des MMO mais n'y prend toujours aucune par importante en terme d'influence.

Ça devient de pire en pire, il est grand tant de revoir la place du joueurs dans l'histoire d'un MMO, il me semble avoir lu quelque chose partant dans le bon sens (genre ou l'on redevient soldat) a propos d'Everquest Next !

Apres l'histoire des monstres qui repop ca reste obligatoire, que se soit en exterieur ou en instance, sinon on se ferrais bien chié sur le genre^^
#16

Iosword
Grand chevalier

Merci à tous pour vos commentaires, je réponds un peu dans le désordre.

@ Cyrus
Autant sur la note RPG est juste en solo autant pour un MMO je la trouve casse gueule surtout sur les mmo actuelles. (D'ailleurs les éditeurs ne présentent plus leur jeu comme un MMORPG mais juste comme un MMO ce qui veut tout dire selon moi). Sincèrement je ne pense pas que vous pouvez adapter la grille de notation pour un jeu solo sur un jeu multi, surtout si tout les jeux auraient la même note car dans ce cas là cela ne voudrait plus rien dire.

Sinon petite idée, vu qu'un MMO évolue vite et peu bien s'améliorer (aoc) ou au contraire tomber dans les abysses de la nulité ne faudrait-il pas mettre TEST ESO patch XX.XXX?


La note RPG est une grille de notation commun à tous que ce soit des jeux de stratégie tel Age of Wonders, au hack'n'slash, au RPG pur souche, à l'action-RPG, au J-RPG et j'en passe. Elder Scrolls Online est un MMORPG et annoncé comme tel par les développeurs. Donc, si note RPG s'adapte parfaitement à un jeu multi. La note d'ESO est assez importante, mais cela vient aussi des choix des développeurs de rendre sur certain aspect le jeu très "TES solo".
Si la liberté de choix et le roleplay importent, ce ne sont que des éléments parmi tant d'autre. La note RPG se base sur les choix de gamedesign qui composent tout le jeu, sinon n'importe quel bon visual novel à embranchement aurait une bonne note RPG et cela serait absurde. En revanche, pour avoir faire une comparaison avec certain autre MMORPG occidentaux ou non, ESO fait parti des rares qui n'ai pas 2/5 en note RPG, conclue en ce qu'il te plait. Mais je ne pense pas qu'il faudrait traité au niveau des éléments rolistique différemment les MMO des jeux solo. Car justement, les interactions entre joueurs et le roleplay qu'eux même peuvent amener n'entrent pas en compte.

Pour ce qui est du test, j'y ait pensé mais pas pour le moment. Car si le jeu est amené à changer et peut être y aura-t-il des articles ou des updates sur ce test, mais dans tout les cas ce test sera la et servira de base. De toute manière, les devs ne vont pas modifié la manière de jouer ou autre donc, il y a des choses qui ne deviennent pas obsolète ou mauvaise.

@ Astarock
Ce jeu a le même défaut que la plupart des mmo qui essaye d'avoir une histoire c'est a dire qu'il n'y aucune réel conséquence de nos actions. Par exemple quand je jouais a SWTOR je me souviens avoir tuer un méchant et sauver des tas de gens... 2 minute plus tard le méchant étais de retours et j'avais franchement l'impression de m'être fait entuber... Pis c'est quand même ridicule que tout le monde soit "le sauveur de la prophétie"!


D'où l'interêt du phasing, après si les mobs/event repopaient pas et que les instance n'était faisable qu'une fois comme le dit Shaam... On se ferait vite chier !

@ Empereurraf
Hum, le lore n'est pas du tout respecté dans ce jeux, même pour dire que c'est de la destruction de lore en masse. Les fans des TES (dont moi) on étaient outré par ce fait la, du genre les alliance qui ne veulent rien dire (Merde quoi, les Brétons et les Rougegardes, ou encore le fait que les haut elfe est dans son alliance les Khajiit (Par ce que les haut elfes déteste les khajiit et les trouves inférieur qui ne valent même pas la peine de vivre)). De plus c'est un TES qu'on doit payer chaque mois et rien que ça c'est un problème.


Oui, le lore n'est totalement pas totalement respecté. Oui, les alliances sont bidons. Mais des efforts énormes ont été fait, il y a peu d'incohérence, les alliances sont vite rattrapé par les quêtes qui te rapelle que les races se haïssent. Mais bon, comme dit dans le test, on s'attendait à pire et globalement, la destruction massive du lore, je ne l'ai pas vu même si certain moment m'ont fait tiqué, voir clairement tiré la gueule. Mais concrètement, non, le lore est assez bien respecté, le nier serait être de mauvaise foi.
Et justement, ce n'est pas un TES, mais un MMORPG a abonnement.

@ oAmyoAmyo
Enfin un test exhaustif sur ce jeu. Par contre, vu les commentaires, il ne semble vraiment pas mériter que l'on s'y attarde plus que ça sur ce jeu.
Dommage pour l'abonnement, ça m'a toujours refroidi =/

Comme le dit Cyrus, c'est un peu une question de goût et de savoir ce que tu attends. Le meilleurs moyen est encore de testé à l'occasion d'un week-end gratuit, passe invité ou autre. Car ESO a ses fan et ses joueurs qui sont bien parti pour rester. Mais, il ne plaira clairement pas à tout le monde.
#17

Cyrus Redguard
Noble

ESO fait parti des rares qui n'ai pas 2/5 en note RPG, conclue en ce qu'il te plait. Mais je ne pense pas qu'il faudrait traité au niveau des éléments rolistique différemment les MMO des jeux solo. Car justement, les interactions entre joueurs et le roleplay qu'eux même peuvent amener n'entrent pas en compte.


Justement, les interactions entre joueurs ne sont pas encouragés dans le jeu. Après je ne comprends pas ta phrase "Eso[...] 2/5 en note RPG". Sur le site c'est le premier test MMO non?
Et ce qui me sidère c'est surtout la volonté de mettre beaucoup de solo dans un jeu multijoueur. Quand je rencontrais un personnage j'étais plutôt en mode dégage de mon jeu là tu m'embêtes dans ma quête. On vient à considérer les membres de sa faction comme des enquiquineurs plutôt que comme des alliés.

De toute façon je fais partie d'un type de joueur MMO qui n'est clairement plus le cœur de cible des devs du coup je peste un peu.

Après niveau histoire cela ne m'a pas dérangé de voir les alliances . Juste les nordiques avec les elfes noires qui m'a un peu paru étrange. Je pense ce qui gène les gens c'est plutôt le terme d'alliance. Sur Coeur Ebène il faut plutôt le voir à mon sens comme une relation seigneur/vassaux. Pour des choix de gameplay l'histoire doit s'effacer.
#18

Shaam
Grand chevalier

j'ai quand même bien roulé ma bosse sur nombre de MMO et je trouve que y'en a bien une dizaine que je trouve plus RPG que TESO, ou l'implication du joueurs est beaucoup plus profonde et puissante^^

Déjà les MMO sandbox proposent bien plus de liberté, devenir pirate dans EVE Online ou musiciens dans SWGalaxie voila ce que j’appelle du RPG dans un MMO.

Ensuite dans les themes park, il faut chercher le RP social, Lotro est parfait pour cela, une bonne communauté qui rend l’expérience terriblement efficace.

4/5 c'est une note de RPG solo, c'est a dire que si l'on joue a TESO seul 4/5 est surement la note RPG qu'il faut, de même sur SWTOR par exemple, mais on joue pas a ces jeux seuls car se sont des mondes persistants bien avant d’être des RPG et c'est leurs plus grand défaut...



#19

redd
Seigneur

Ensuite dans les themes park, il faut chercher le RP social, Lotro est parfait pour cela, une bonne communauté qui rend l’expérience terriblement efficace.


?
c'est pas un jeu de parc d'attraction, Theme Park ?
#20

Shaam
Grand chevalier

C'est tout a fait cela, un MMO theme park c'est un monde persistant vec des attractions, c'est comme ca que l'on appelle les MMO proposant un divertissement de masse grâce a des instances que ce soit en PVP ou PVE (champs de batailles/raids) a plus ou moins grande envergure, WoW par exemple est tout ce qu'il y a de plus theme park, c'est du divertissement instantané grand public.

Ce genre s'oppose aux sandbox, bac a sable du genre donc, ou tu es beaucoup plus libre niveau jeu, ou l'amusement provient des relations complexe entre joueurs, de l’économie, de l'artisanat complet (genre maison, ville, jardin, étable, véhicules) et du pvp en monde ouvert, c'est beaucoup moins grand public et beaucoup moins divertissant si l'on joue peu, l'exemple classique du Sandbox c'est EvE Online.

#21

Arturburtz
Garde

Hum, le lore n'est pas du tout respecté dans ce jeux, même pour dire que c'est de la destruction de lore en masse. Les fans des TES (dont moi) on étaient outré par ce fait la, du genre les alliance qui ne veulent rien dire (Merde quoi, les Brétons et les Rougegardes, ou encore le fait que les haut elfe est dans son alliance les Khajiit (Par ce que les haut elfes déteste les khajiit et les trouves inférieur qui ne valent même pas la peine de vivre)). De plus c'est un TES qu'on doit payer chaque mois et rien que ça c'est un problème.


Mais si le lore est respecté. Des alliances contre-nature ça existe à foison dans la vraie vie. L'histoire est faite d'alliances de ce types et entre des mecs qui se détestaient tout en se faisant des grands sourires et en s'appelant mon cher cousin, puis s'assassinant à la première occasion ... François premier, Charles Quinte, Henri VIII ... Etc.

Merci pour ce teste Ios. Tout à fait d'accord avec toi. Oui ce n'est pleinement un RPG mais on peut le jouer comme tel et c'est ce que je fais. L'immersion est au RV, à condition de ne pas être obsédé par le leveling. Pour ma part plein de défaut mais très beau mmoRPG.
#22

Vorakesh
Citoyen

Pour rebondir sur le coté role en mmorpg.
C'est vrai qu'on voit très peu de choses créées dans ce domaine. Parfois il y a de belles surprises cependant. The Secret World a proposé le théâtre Albion et des groupes de joueurs y ont fait des représentations comme celle de l'excellente pièce "le roi en jaune" (que des anciens auront peut fait voir à leur personnage "sur table"). On y trouve aussi un nombre de tenues hyper important et des lieux très "RP", avec la possibilité de mettre de la musique etc.
C'est marrant parce qu'à part ca, TSW est typiquement un jeu très theme park et instancié de partout, et qui a poursuivi dans cette direction encore plus au fur et à mesure des ajouts de contenu.

Mais globalement, 90% des joueurs s'en moquent (et j'avoue que personnellement, autant j'adore faire du role table/table virtuelle, autant dans un mmo, ca me saoule vite). Ce sont des features qui vont couter en terme de développement pour qu'au final 90% des joueurs ne les utilisent pas. Donc y'en aura pas plus dans les futurs mmo, sauf quelques perles comme le théatre albion au détour de certaines mises à jour.

Personnellement j'ai du mal à adhérer à TESO et m'y impliquer. Il ne me donne pas l'envie que m'avait donné TSW, dernier mmo en date dans lequel j'ai vraiment bien plongé. Mais ca reste un jeu comme tant d'autres : avec des défauts et des qualités certain(e)s. C'est surtout une histoire de gout et d'état d'esprit actuel en ce qui me concerne.
#23

Killpower
Gobelin

Sur le site c'est le premier test MMO non?


C'est vrai. On a juste fait un bilan sur Drakensang Online

Message édité pour la dernière fois le : 07/08/2014 à 11:50

#24

DAlth
Garde royal

La communauté de The Elder Scrolls Online, vous la percevez comment ?

Plutôt "roleplay" , bourrin (genre World of Warcraft) ?

Sur un MMO, c'est un critère à ne pas négliger.
#25

Iosword
Grand chevalier

@ Dalth
La communauté de The Elder Scrolls Online, vous la percevez comment ?


Il y a des joueurs roleplay mais la plupart sont des joueurs de MMO classique. De toute manière, vu qu'il n'y a pas de serveur mais un mégaserveur, il dur de parler d'ambiance ou de communauté en général.

@ Cyrus
ustement, les interactions entre joueurs ne sont pas encouragés dans le jeu. Après je ne comprends pas ta phrase "Eso[...] 2/5 en note RPG". Sur le site c'est le premier test MMO non?


Ce qui n'empèche pas de faire les notes RPG de la concurrence .





Voir tous