Mercredi 27 Janvier 2021, 20:26     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Final Fantasy X / X-2 HD Remaster

par Saltar 24 Juil 2014 10:00 37

Les remasters HD sont de plus en plus courants ces derniers temps, et deviennent limite une mode pour tout jeu ayant un minimum de notoriété, tout en ne demandant pas trop d'efforts pour être remis aux goûts du jour comme nous avons pu le constater avec Tales of Symphonia. Square Enix se lance en ressortant Final Fantasy X et Final Fantasy X-2 dans une même édition. Est ce que la pillule du simple lissage HD passera sans faire racler les gorges, accompagné bien sur d'un verre de quelques petits bonus ?

Final Fantasy X était, à l'époque de sa sortie sur Playstation 2, l'éclaireur de la saga sur console de cette génération. Opus ayant fort à faire mais qui s'en est bien sorti, car il aura fait découvrir la série à pas mal de joueurs. Le jeu nous conte l'histoire de Tidus, projeté 1000 ans dans le futur pour d'obscures raisons. Il fera la rencontre de Yuna, Invokeur de son état. Il la suivra à la recherche de son père venu lui aussi plusieurs années plus tôt. Le rôle des Invokeur, dans le monde de Spira, est de vaincre Sin. Il s'agit d'un monstre gigantesque, apparaissant de manière régulière, afin de semer le trouble dans le monde en faisant appel aux chimères, invocations connues de la saga.

Chaque victoire apporte une période de félicité permettant aux habitants de profiter d'un peu de paix, et de se remettre de toutes les destructions subies. Le jeu va donc nous faire suivre le périple de nos deux jeunes gens, qui seront accompagnés par divers autres protagonistes, gardiens de notre Invokeur. Entre Wakka le joueur de Blitzball, Lulu la magicienne, Khimari de la race des Ronsos et protecteur de Yuna, la troupe sera très variée et chaque personnage jouira d'un caractère propre et affirmé, ce qui aura son importance tout au long de l'aventure. La méconnaissance de Spira par Tidus, venu du passé, permettra de découvrir les subtilités de ce monde, impliquant le joueur au passage à chaque découverte.

Pour Final Fantasy X-2, c'est deux années après les aventures narrées dans le premier opus que nous retrouvons Yuna, accompagnée ici de Rikku, l'une de ses gardiens et Paine, qui aura rejoint leur groupe des Albatros, devenue chasseuses de sphères. En effet, Yuna découvre au début de cette nouvelle aventure une visiosphère de mauvaise qualité, comprenez ici un enregistrement vidéo, montrant une personne qui pourrait être Tidus, alors qu'elle est à sa recherche depuis quelques temps. L'histoire va donc tourner autour de cette recherche et des nouveaux événements bousculant Spira.

 

   

Deux jeux aux voyages bien différents, mais dans le même monde

 

On note entre ces deux épisodes une légère différence au niveau de la profondeur du scénario. En effet, Final Fantasy X nous propose une histoire relatant le périple pour détruire Sin, comprenant un certain nombre de révélations et de rebondissements, avec quelques notes tristes et sombres. De l'autre coté Final Fantasy X-2 nous arrive plus léger, avec un semblant de fan service et de girl power, en sachant que nous ne contrôlons que trois personnages féminins tout au long de l'aventure, avec malgré tout une exception pour cette version remaster que j'expliquerai plus loin. Final Fantasy X-2 est découpé en 5 actes, où il faudra réaliser diverses missions principales pour avancer dans l'histoire, et plein d'à cotés et quêtes secondaires. Cet épisode offre même quelques rares choix qui influencent certains passages du scénario. Une statistique compilera toutes les actions effectuées, afin de voir si vous êtes capable d'atteindre les 100% de complétion.

En ce qui concerne le gameplay, Final Fantasy X nous propose de parcourir Spira, en suivant tout d'abord un chemin défini, puis comme bon nous semble par la suite. Exit la carte du monde dans cet opus, élément pourtant caractéristique des Final Fantasy ; les déplacements entre les zones se font directement par changement d'écran. On peut tout de même avoir une vue d'ensemble de Spira dès que l'on obtient un moyen de transport. Ce changement n'est pas du tout choquant, le jeu se laissant très bien porter par son scénario, bien que certains décors puissent donner l'impression de parcourir des "couloirs" ou des zones assez étroites ne proposant qu'un seul et unique chemin. Lors de nos pérégrinations, nos héros seront amenés à combattre, cela de manière aléatoire, faisant passer le jeu en mode combat.

Final Fantasy X-2 suit la même lignée en terme de découverte, mais de manière plus libre. Le vaisseau étant la base de nos héroïnes, il est possible de se rendre n'importe où dès le début du jeu, et de faire ce que l'on a envie afin de redécouvrir le monde de Spira comme bon nous semble. On gagne ici en déplacement avec l'apparition des sauts et escalades possibles sur certaines plateformes et environnements.

 

   

Les décors sont variés et certains enchanteurs

 

Les deux titres nous permettront de visiter différents villages, temples, et lieux sauvages. Des magasins sont installés pour permettre de faire le plein d'objets, armes ou protections, en fonction des besoins. Il est également possible de discuter avec les habitants pour en apprendre plus sur le monde qui nous entoure, et donc de rendre l'immersion encore plus importante.

Final Fantasy X nous propose des combats au tour par tour, proche de ce que les épisodes précédents nous ont fait connaître. Exit la jauge ATB (Active Time Batlle) qui donnait le tour d'action une fois pleine. Ici, les tours sont définis en fonction de la vitesse et des actions de chacun. Une fenêtre nous permet de voir dans un coin de l'écran l'ordre d'action de tous les personnages présents afin de pouvoir planifier ses actions en fonction de qui sera le prochain à jouer. On retrouve les compétences phares, à savoir l'attaque, la défense, les magies noires offensives et blanches curatives, ainsi que toutes les compétences propres comme le vol, la couverture, etc. Chaque personnage dispose d'attaques spéciales, appelées overdrives, qui sont utilisables une fois la jauge correspondante remplie. L'un des points les plus important et stratégique de cet épisode est le système de relève. En effet, les combats ne proposent que trois personnages présents en même temps. Mais il est possible, à chaque début de tour d'un personnage, de faire un roulement avec un autre en réserve par pression d'une gâchette. Cela permet de faire participer tous les protagonistes en combat, et de pouvoir s'adapter rapidement à un ennemi particulier. Certains personnages étant plus efficaces contre certains types de monstres, cela devient vital afin de jouer efficacement et de ne pas se retrouver coincé bêtement.

En plus de nos sept protagonistes, il est possible, via les pouvoirs de Yuna, de faire appel aux Eons, les invocations légendaires connues des autres épisodes de la saga pour la majorité. Chaque invocation fait apparaître la créature choisie qui remplacera, le temps de son apparition, l'équipe en place. On contrôle donc les actions de notre chimère comme un personnage propre, avec ses compétences, actions et overdrives.

Final Fantasy X-2 prend quant à lui une tournure différente. En effet, nos trois héroïnes se battent par l'intermédiaire de vétisphères. Une vétisphère correspondrait, si l'on veux simplifier, à un job. En effet, nous commençons l'aventure avec les tenues suivantes : Voleuse, Tireuse et Guerrière. Yuna, Rikku et Paine peuvent changer de tenue grâce à la touche L, en fonction des tenues installées sur la "palette" équipée. Une palette est un support permettant d'insérer les vétisphères qui seront utilisables par combat. Il en existe un très grand nombre, avec différents emplacements et bonus. Chaque fois que l'on change de tenue, selon le chemin pris sur la palette, il est possible d'obtenir des compétences ou hausses de statistiques valables uniquement en combat.

 

   

écran de combat du X à gauche, et X-2 à droite, semblable mais quelque peu différent

 

Chaque Vétisphère dispose de ses statistiques propres, et de ses compétences. Il est possible d'en apprendre de nouvelles à force d'utiliser la tenue, et cela indépendamment de la montée en niveau des personnages. Il sera possible de débloquer plus de tenues via des quêtes et l'histoire principale. De plus chaque personnage dispose d'une tenue spéciale activable, une fois obtenue, en passant par toute les tenues de la palette lors d'un même combat. En terme de contenu bonus, on note ici la possibilité de remplacer nos héroïnes par des monstres ou autres personnages via la capture, bien que ceux ci ne suivent pas d'ordres bien précis. Je reviendrai sur cet ajout un peu plus loin.

Les combats tournent donc autour de ces "tenues" tout en ramenant l'ATB dans la place, soit les jauges se remplissant pour permettre, une fois pleines, de lancer une compétence. La possibilité de faire des combos en enchaînant les attaques des héroïnes permettra ici d'être plus stratégique lors des assauts afin de faire plus de dégâts.

L'évolution de nos personnages pour Final Fantasy X est atypique : ils ne gagnent pas de points d'expérience mais des points de compétences qui donnent un point de déplacement à chaque palier franchi. Ces derniers se dépensent sur une grille appelée Spherier. Cette grille ressemble à une sorte de toile d'araignée non uniforme, avec des lignes partant dans toutes les directions, et parsemée de cases. Chaque case peut être soit vide, soit proposer des bonus de statistiques ou des compétences. Il faut donc dépenser les points acquis pour arpenter les chemins disponibles pour chaque personnage, et utiliser des sphères pour débloquer les bonus au fur et à mesure de l'aventure.

Chaque case demande une sphère particulière pour être débloquée. L'intérêt de ce mode de développement est que l'on peut choisir le style d'évolution que l'on veut donner à ses personnages, et que certains passages, verrouillés au départ, permettent de suivre les chemins de base des autres protagonistes. Le Spherier est disponible au lancement d'une partie en deux types, Standard et Expert ; le schéma Expert propose une liberté maximale dès le départ car les personnages démarrent tous du même endroit. Yuna, qui est de base axée sur la magie blanche, peut devenir plus orientée sur les coups physiques comme Auron, ou sur la magie noire comme Lulu. Ce style d'évolution est une vraie nouveauté dans la série et demandera un petit temps d'adaptation. Je reprocherai simplement la perte de "personnalité" à haut niveau, où tout le monde arrive au même stade, et donc chaque personnage devient une copie en terme de statistique ; seul l'équipement et les overdrives feront la différence.

Final Fantasy X-2 revient quant à lui à un système plus basique, avec une montée en niveau par gain d'expérience, les statistiques augmentant directement à chaque niveau. Les compétences s'apprennent ici lors des combats, en utilisant les tenues et en combattant, tout en sachant que chaque compétence demande un certain nombre de points avant d'être débloquée, plus ou moins important en fonction de son utilité ou de sa puissance. Il est possible de choisir, via le menu compétences, laquelle débloquer en priorité, cela permettant de personnaliser ses personnages selon ses envies.

 

   

La toile du Sphérier à gauche, grande nouveauté pour un Final Fantasy

 

On retrouve donc dans ce menu des compétences actives et passives, propres à chaque vétisphère. Ici aussi, seules quelques vétisphères proposeront des statistiques et compétences différentes selon le personnage, autrement seul le design fera préférer l'une ou l'autre selon l'héroïne. Bien que l'on puisse choisir parmi seize d'entre elles, sans compter les spéciales, certaines seront bien moins utilisées en fonction du style de chacun et des statistiques qu'elles confèrent. Ceci est dommage, sachant que l'on ne peux quasiment pas faire de mix, excepté grâce à des accessoires spéciaux qui ne donnent accès qu'à certaines compétences.

Pour affronter les rudes épreuves de leur pèlerinage, nos héros du premier volet pourront compter sur leurs compétences ainsi que sur un équipement, certes léger car uniquement composé d'une arme et d'un accessoire. Ils ne proposent que des bonus selon l'équipement et pas de statistiques précises en attaque ou défense comme cela fonctionne généralement. Les bonus peuvent être des attaques et/ou protections élémentaires, ou contre les changements de statut, boosts de statistiques, auto-potion, etc. Les choix sont multiples et il sera possible, via un menu particulier, de personnaliser son équipement en dépensant des objets précis afin d'ajouter des effets dans les emplacements libres des items obtenus au fil de l'aventure. De quoi rendre sont équipe quasi invincible et prête à toutes les situations.

Cette possibilité de personnalisation sera disponible également pour les chimères de Yuna. Il sera possible, comme pour l'équipement, de leur apprendre de nouvelles techniques et sorts, ou d'augmenter leurs statistiques en dépensant les objets correspondants.

Le second volet ne propose quant à lui aucune arme ou armure, cela étant propre à chaque tenue, mais propose en équipement une palette avec une vétisphère de base pour débuter les combats, et divers accessoires. Chaque accessoire permet de gagner des compétences, protections ou hausses de statistiques, qui pourront donc être applicables peu importe la vétisphère équipée.

 

   

Exemple d'équipement de Yuna dans le premier volet à gauche et ensuite Paine pour FF X-2


En plus de toutes les quêtes annexes qui viendront parsemer le chemin de Final Fantasy X, un sport vient faire son entrée. Il s'agit du Blitzball, sorte de handball sous-marin, où tous les coups sont permis. Il est possible de recruter des joueurs, et de participer à des tournois et autres compétitions pour gagner des prix. Chaque match joué permet de faire monter les joueurs en statistiques, et de leur faire apprendre des techniques de tirs ou de passe ; cela n'a rien à voir avec les statistiques des personnages de l'histoire. Les deux seuls protagonistes de l'équipe pouvant jouer étant Tidus, de base, et Wakka, recrutable à partir d'un certain moment de l'histoire.

Le jeu est très complet, et très addictif, ce qui m'aura valu quelques nuits blanches étant plus jeune. On prendra plaisir à faire nager nos joueurs et mettre des grands coups de coude ou pied dans les joueurs ennemis, afin de mettre le plus de buts possible.

Le Blitzball sera également présent dans le second volet, mais de manière bien plus passive malheureusement, ressemblant plus à un jeu de stratégie. On retrouve tout de même d'autres mini-jeux tout au long de l'aventure, comme le Sphere Break, sorte de jeu demandant un peu de calcul mental et qui se joue avec des jetons, des jeux de tirs, etc. Il est également possible de participer à un colisée spécial via l'un des personnages du vaisseau, afin de gagner des prix, de l'expérience et divers objets.

Globalement le second épisode sera bien plus rempli de quêtes annexes et d'à-côtés, surtout du fait de la liberté proposée. Les deux jeux jouent dans ce sens dans des registres bien différents, ce qui permet de renouveler l'attrait une fois le premier terminé.

 

   

Le Sphere Break et le Blitzball, ou sport aquatique où tous les coups sont permis

 

Sur le plan technique, Final Fantasy X n'a pas pris une ride : le jeu est toujours joli à faire bien que certains problèmes mineurs soient encore présents, comme quelques collisions de tenues ou d'accessoires. les décors et les actions ressortent bien, et le lissage HD ne fait perdre aucunement le cachet d'origine. Le jeu propose des endroits variés, jouant sur les effets de lumière, ou avec des designs développés et enchanteurs, comme Guadosalam, ou la forêt de Macalania. Les scènes cinématiques bluffantes de l'époque sont toujours présentes et sont insérées naturellement dans le jeu sans transition visible.

Final Fantasy X-2, bien que reprenant la plupart des environnements du premier épisode, voit un lissage et un travail plus prononcé des visages et des détails. Les animations sont plus fluides et on a moins de ralentissements comme on peut en trouver dans le remake de Final Fantasy X.

Du coté des ajouts, Final Fantasy X nous propose des pistes réarrangées, et une vidéo de transition entre les deux épisodes. C'est sur le second titre que les ajouts seront plus flagrants, car il s'agit ici de la version internationale sortie à l'origine uniquement au Japon. On dispose ici de deux nouvelles vétisphères, de la possibilité de capturer des monstres et personnages pour les faire combattre via un menu spécial disponible dans le vaisseau, de l'arène et du contenu Last Mission, qui se déroule après le scénario de Final Fantasy X-2. Last Mission est plus un jeu bonus, à la sauce tactical RPG, demandant de gravir une tour en combattant des ennemis, en résolvant des énigmes, ainsi qu'en utilisant les différentes vétisphères et objets obtenus lors de l'ascension.

Les deux titres proposent une durée de vie relativement longue, à savoir au moins 50 heures pour Final Fantasy X sans faire toutes les quêtes annexes et la même chose pour s'approcher d'une partie complète en une fois pour Final Fantasy X-2. Si l'on rajoute la scène de transition, la mission bonus Last Mission et l'épisode audio, on peut dire que l'on ne manquera pas de quoi faire avec ce remake.

L'univers de ces titres ne laissera pas les fans de jRPG indifférents, bien qu'il faille avoir pas mal de temps pour se lancer dans cette double quête. Ces deux jeux sont comme les deux faces d'une même pièce pour moi. Final Fantasy X plutôt droit, dans une quête de libération et de réponse, et Final Fantasy X-2 plus guilleret globalement, avec une once prononcée de liberté et de girl power. Peut être que vous ne trouverez votre bonheur que dans l'un des deux titres, mais si vous souhaitez commencer cette histoire, n'hésitez pas à la faire complètement pour plus de plaisir.

LES PLUS
  • Deux jeux en un
  • Beaucoup de quêtes annexes
  • Le Blitzball
  • Bons scénarios
LES MOINS
  • Faible intérêt des ajouts
  • FFX-2 parfois très kitsch

8/10

Commentaires (37)

#2

Astarock
Noble

Le premier et dernier FF en 3D auquel j'ai jouer... Tidus gagne la récompense du personnage de RPG Jap' le plus détestable que je connaisse!

Message édité pour la dernière fois le : 24/07/2014 à 10:56

#3

Smash15195
Citoyen

Dans les moins faudrait mettre la sodomie du 2 uniquement dispo en demat sur Vita.

Message édité pour la dernière fois le : 24/07/2014 à 11:29

#4

Lamenoire
Guerrier

Le dernier grand FF, après FFX cette série est morte à mes yeux.
#5

Gawhana
Villageois

Entre le IX et le X, mon coeur balance ... Quel est l'épisode que je préfère ? ... En tout cas, FFX reste un de mes moments de RPG préféré ...

Qu'est ce que la fusion avec Enix à fait du mal à cette série ...
#6

Chaos17
Guerrier

Le premier et dernier FF en 3D auquel j'ai jouer... Tidus gagne la récompense du personnage de RPG Jap' le plus détestable que je connaisse!


C'est pas faux mais je crois qu'il y a pire dans le 13, lol.
#7

Faendys
Villageois

Le premier et dernier FF en 3D auquel j'ai jouer... Tidus gagne la récompense du personnage de RPG Jap' le plus détestable que je connaisse!


C'est pas faux mais je crois qu'il y a pire dans le 13, lol.


Tu parles de Vanille ?

Je n'ai jamais eu l'occasion de faire FF X (oui honte à moi), voilà un bon moyen de me rattraper!

J'ai beaucoup aimé le VII, le VIII, le XII, et contrairement à beaucoup de monde, le XIII (pour son système de combat, son héroïne, Snow, son histoire, et son univers.)
#8

Spanda
Villageois

Avec un peu de chance et si FFX - X2 hd se vend bien on aura peut-être droit au FFXII zodiac HD.
#9

Darll62
Garde

Tout a fait d'accord avec Lamenoire le X fut le dernier FF digne d'intérêt. Quand au X / 2 il n'est pas mauvais avec un coté " drole de dames " amusant mais on peut ne pas aimer.

Quand a la fusion Square- Enix il est clair que cela n'a pas amener que du bon a la vue de la qualité des derniers FF et autres jeux de la firme depuis.....A par le reboot de Tomb Raider.



Je suis un brin nostalgique des jeux de l'époque playstation 1 et 2

Message édité pour la dernière fois le : 24/07/2014 à 19:36

#10

ZyHead
Citoyen

Je suis pas d'accord, FF XII est excellent, avec l'un des meilleurs système de combat parmi les FF ! Bon, faut dire aussi que j'adore l'ambiance d'Ivalice !
Je le préfère même au X que je refais en ce moment en version HD, car je le trouve trop linéaire et pas assez riche mis à part au niveau de son univers.
Et pourtant mes épisodes préférés sont les IX et VI.
#11

Gawhana
Villageois

FFVI reste, à mon avis, le meilleur de la saga ... Mais c'est une époque autre, je considère presque le tout en trois "saga" : du 1 au 6, les prémisse jusqu'à la consécration ; puis l'époque PS Square, jusqu'au X ; et ... après...

En terme d'histoire, j'adore le IX, vraiment excellent, des personnages très charismatiques, une histoire touchante sans rentrer dans le "dégoulinant de mièvrerie", bref, je l'adore ... Mais j'aime aussi tout ça dans le X, et ce malgré sa linéarité - qui, soit dit en passant, est quand même un peu la marque de fabrique de la saga, hein :p - mais surtout j'adore le système de combat du X, très dynamique, vraiment bien foutu.

Bref, je m'égare. De toutes façons, j'ai plus que mon PC comme support de jeu, donc ces versions, je vais pas pouvoir y toucher ... snif ...
#12

Ajkareze
Citoyen

A ajouter dans les plus : Le sphérier !

Je ne comprends pas cette haine envers Tidus, je pense que c'est de la jalousie générée par son look de surfer.
#13

blitosaure
Citoyen

J'ai adoré ce jeu, tant pour sa beauté, le blitzball, le sphérier, et la fin qui m'a presque fait verser une chtite larme.
Par contre, le X-2 est vraiment bof, tout comme le 13 qui m'ont poussé à arrêter le massacre et oublier les j-rpg
#14

flofrost
Grand chevalier

Moi ce qui me fait marrer dans FF10, c'est surtout que ce brave Tidus il ferait la fortune d'un psy avec un tel complexe d'oedipe ^^
#15

Wandering
Novice

Le Blitzball et surtout la possibilité d'affronter les Zanarkand Abes ! dans le X-2.
#16

Harlock
Villageois

pour ma part, c est le FF VII qui restera dans l histoire de la serie, jai trouvé les suivante trop éfemminée ...
#17

Wolphoenix
Guerrier

pour ma part, c est le FF VII qui restera dans l histoire de la serie, jai trouvé les suivante trop éfemminée ...


Autant le VIII est pas mal axé sur l'histoire entre squall et Linoa en surface, autant pour le IX, il est tres adulte et mature derrière son aspect enfantin.

Message édité pour la dernière fois le : 27/07/2014 à 17:10

#18

Chaos17
Guerrier

Square essaie de revenir aux source avec Bravery Default qui est un FF5 like, j'espère qu'ils continueront sur cette lancée.
#19

Dara Neutron
Garde

Bravery Default est effectivement très bon, mais quelle idée qu'il ne soit disponible que sur 3DS ! si c'est une exclusivité Nintendo, il faudrait que quelqu'un leur disent qu'ils ont également une console de salon qui manque cruellement de JRPG
#20

Shizam
Grand chevalier

Des échos comme quoi Steam devrait livrer Final Fantasy X/X-2 HD Remaster courant 2016.

A voir le prix que proposera Steam. Me laisserai bien retenter par cette petite amélio HD. D'autant que je n'utilise plus ma PS3.
#21

AbounI
Grand gobelin

Des échos comme quoi Steam devrait livrer Final Fantasy X/X-2 HD Remaster courant 2016.

A voir le prix que proposera Steam. Me laisserai bien retenter par cette petite amélio HD. D'autant que je n'utilise plus ma PS3.


bien vu Shishi

J-2

http://store.steampowered.com/app/359870/
#22

Shizam
Grand chevalier

Ne dort que d'un œil le Lion...

Ca commence à faire beaucoup de jeux qui tombent là sur Mai/Juin..
Ou sont mes courtes-pailles ?...
#23

nadalito
Chevalier

C'est cool ça !
Le X est un de mes jeux préférés !
#24

Shizam
Grand chevalier

Final Fantasy XII "Zodiac" ( version Enhanced Jap non importée) mériterait aussi d'etre porté sur PC.
Il me semble que la décision dépendrait du succès de FFX-X2 HD en fait.

La grosse tare techniquement de FFXII était son aliasing trop prononcé sur la PS2.
La version Zodiac Edition apportait le Job-System , pour les héros.


#25

D_Inquisitor
Guerrier

Comme certains, FFXII est mon épisode préféré pour plusieurs raisons. Un "open world" plutôt cool, des personnages plutôt cool (surtout Fran) avec de l'exotisme non humain à la clé (devenu complètement inexistant depuis FFXIII et FFXV), et la possibilité de programmer nos AI via les Gambits, ce système génial qui me permettait de poser la manette pour tous les combats chiant entre les boss (j'avais mis de côté ma période tour par tout à l'époque, tellement gavé par cette manie dans les JRPG).

Bref, même si je n'ai jamais touché aucun FF avant le VII, le XII reste mon FF préféré car il faisait évoluer la série dans la bonne direction pour moi. Juste avant qu'ils ne cassent tout avec FFXIII et que Xenoblade prenne la relève à sa façon. Quant à ce remake, j'ai déjà donné sur console merci.




Voir tous