Lundi 09 Décembre 2019, 04:28     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

The Elder Scrolls III : Morrowind

par Iosword 11 Avr 2014 11:48 50

Nous avons tous un objet que nous chérissons presque trop et, dans le cas d’un jeu, auquel nous avons tant joué que nous connaissons par cœur les mécaniques de jeu et les dialogues. Ce jeu, pour moi, c’est The Elder Scrolls III : Morrowind. J’ai perdu plus de temps sur l’île de Vvardenfell que dans n’importe quel MMORPG. C’est ironique, n’est-ce pas ? Mais, si j’y ai joué aussi longtemps, c’est grâce à sa communauté ; en effet, Morrowind est sorti le 2 mai 2002 et a bénéficié de deux add-ons : Tribunal, le 6 novembre 2002, et Bloodmoon, le 3 juin 2003. Si cela fait 11 ans que Bethesda a abandonné son jeu, la communauté de moddeurs, elle, y a travaillé avec passion ; jusqu'à en changer la face même du jeu. Aussi, je m'excuse si ce test est biaisé, mais je ne crois pas que ce soit un mal que d'être subjectif.

 

« Les mots commencent à ALMSIVI. Tout ceci, je te le donne en tant que Vivec. »

 

Parlons tout de même du jeu originel : là où Daggerfall, son aîné, brillait par son gameplay, Morrowind fait des compromis et brille par son univers construit et ses décors faits main. Il offre donc au joueur un monde où l’aléatoire n’a plus sa place et où toutes les quêtes sont narrées et scénarisées. Aussi, le système de dialogue n’est pas avare en texte, loin de là, ce qui vous permettra de vous renseigner sur l’univers si le cœur vous en dit. L’écriture est de très bonne facture et la quête principale est intéressante, car elle vous promène en tout Vvardenfell (nom de la zone de jeu) pour vous montrer ses visages les plus malsains, mais elle traîne trop en longueur... De toute manière, si vous la faites, vous ne la ferez qu’une fois. Pour, ensuite, vous consacrer à la douzaine de factions joignables, aux centaines de quêtes secondaires ou, tout simplement, à la découverte de ces terres inhospitalières. Et vous aurez raison, car Vvardenfell vous réserve bien des surprises. D’ailleurs, l’exploration est un peu différente des opus précédent et suivant, car il n’y a pas de fast travel non justifié. C'est-à-dire que certains bateaux, mages ou échassiers des marais vous emmènerons à des villes précises mais que pour le reste, vous devrez marcher. Le tout sans boussole. C'est une chose qui est agréable, nous ne sommes jamais tenu par la main, mais qui est parfois synonyme de perte de temps : en effet, les PNJ de Vvardenfell sont spécialisés dans les indications imprécises.

 

  

Comme vous le voyez, c'est un peu compliqué d'aller de A à B en un seul voyage

 

Toujours est-il que si nous nous souvenons de Morrowind, c'est pour sa grande qualité d'écriture, qui n'a jamais été égalée depuis (dans la série s'entend), mais aussi pour l'univers dans lequel on est plongé. Vvardenfell (partie minime de Morrowind, terre des elfes noirs) est une île volcanique ; son plus grand volcan – le Mont Ecarlate – diffuse dans une partie des Terres-Cendres une maladie nommée le Fléau, une sorte de peste qui finit par transformer toute victime en être agressif (comme quoi, en 2002, les zombies étaient déjà à la mode).  À coté de cela, la vie suit son cours : les cendrais, elfes noirs de pur race, sont peu réceptifs à ce qui se passe autour d’eux, préférant vivre dans les anciennes traditions, tandis que le reste de la population voue un culte au nouveau Tribunal, c'est-à-dire aux trois étranges Dieux vivants que sont Vivec, Sothal Sil et Almalexia. Les trois plus grandes maisons, quant à elles, continuent de lutter pour la suprématie : les Hlaalus s’ouvrent à l’Empire et s’enrichissent, les Redorans sont de pieux guerriers, et les Telvanis restent des mages isolés aux recherches peu conventionnelles et, bien sûr, de très grand esclavagistes. La faune et la flore sont aussi très diversifiées, l’île étant divisée en neuf régions possédant des climats différents. Ainsi, Vvardenfell ruisselle de villes, villages et autre lieux divers, des ruines Daédriques aux ruines Dwemers en passant par des tombeaux-grottes... Bref, entre pestiférés, esclaves, fanatiques et xénophobes, Vvardenfell sera à coup sûr votre lieu de vacance favori ! Et reste, de loin, l’univers le plus mature que nous ait livré la série. Pourtant, cette presque violence n'est généralement pas montrée, mais vous vous en apercevrez dans les mystères qui entourent les traditions des elfes noirs, dans les divers livres ou encore dans les conversations que vous aurez. Ainsi, Morrowind vous offre un monde étonnant, cohérent et diversifié ; un monde qui n'est ni tout blanc, ni tout noir, où chacun combat pour ses propres intérêts et où les mœurs dépendent des cultures...

 

  

Entre la direction artistique et Overhaul, qui osera me dire que ce jeu n'est pas beau ?

 

Un jeu moins riche en mécaniques que Daggerfall, mais tout de même

 

Tout d’abord, j’aime parler des chiffres, donc voici ce que contient le jeu vanilla (sans ses add-on) : 3224 PNJ que vous pouvez tous tuer, plus de 300 donjons, plus de 500 sorts de bases, 217 monstres différents, environ 2100 pages de texte, soixante-trois PNJ mort dès le début et cinq sans pantalon ! Morrowind est donc un jeu consistant, à la qualité d’écriture jamais égalée dans la série, et nous ne pouvons que féliciter ses mécaniques de gameplay. L’artisanat est bien pensé, même si le jeu ne vous propose ni cuisine, ni forge. Le système de création de sorts est sans aucun doute le plus travaillé de la série, vous permettant de prendre n’importe quels sortilèges, de les mixer et de choisir leur puissance pour créer un sort original, qui sera parfois totalement gamebreaker. L’enchantement fonctionne d’une façon assez similaire, se basant sur les âmes coincées par vos soins dans des gemmes. Quant à l’alchimie, le système se base sur des composants qui ont plusieurs propriétés que vous devez découvrir ; la puissance de vos potions dépendra alors de la qualité du matériel utilisé. Ce sont donc des mécaniques d'artisanat qui vous seront fort utiles, intéressantes et simples, mais dont vous pouvez vous passer si vous n’aimez pas le craft.

La création de personnage reste intéressante, même si bien plus pauvre que celle de son aîné : vous pouvez encore une fois créer une classe personnalisée et faire ce que vous voulez de votre personnage. Vous y trouverez encore des compétences (force, endurance…) et des talents (crochetage, armure lourde...). En revanche, on regrettera la disparition du système de réputation par faction et des avantages ou désavantages spéciaux, qui, par exemple, vous enlevaient de l’énergie dans les lieux saints. Le système de leveling, quant à  lui, se base toujours sur l’utilisation de vos talents et non sur de l’expérience brute. Et si vous voulez montez en niveaux plus rapidement, c'est possible : monnayant quelques Septims, les entraîneurs seront ravis de vous aider. Ils sont trouvables un peu partout en Vvardenfell, mais vous trouverez souvent un entraîneur dans la guilde appropriée. D’ailleurs, parlons un peu du système de guildes : ces dernières vous imposent une charte que vous ne devez pas briser, sous peine d’être exclu ; ainsi le meurtre est-il prohibé dans la plupart des guildes. Ensuite, elles vous proposeront diverses missions contre rémunération, et au fur et à mesure que vous monterez en rang, les services offerts par votre guilde (comme les entraînements ou l’artisanat) vous coûteront moins chers. Seulement, monter en grade n’est pas si simple. Non seulement, il faut accomplir un certain nombre de missions, mais il faut en plus avoir les bonnes compétences et/ou talents. N’espérez pas devenir Archimage sans maîtriser un minimum la magie !

 

  

Le système de dialogue est très simple, mais est agréable.

 

Bref, je n’ai malheureusement pas le temps de vous parler de tout, venons-en a l’essentiel : les défauts de Morrowind. Car oui, il n’est malheureusement pas parfait. Comme tout jeu Bethesda, il y a un nombre de bugs affolant et certains systèmes sont injouables : c’est le cas du système de combat. Dans Morrowind, les armes et armures sont nombreuses, et bien des armes sont apparues pour, malheureusement, disparaître par la suite tels que les shurikens, les lances, les armes de jets... Avec tout cela, nous pouvions espérer avoir le meilleur système de combat au monde. D'autant plus que les systèmes d’Arena et de Daggerfall étaient plutôt bon, mais c’était sans compter… La chance ? Sachez que, malheureusement, si vous jouez à Morrowind, vous pouvez oubliez les armes blanches et directement créer un mage car jamais, et je dis bien jamais, vous ne toucherez votre ennemi – et lui ne vous manquera pas. Du moins, ce fut le cas pendant longtemps, mais aujourd’hui, des mods existent, certains refondant totalement le système de combat et le rendant enfin jouable. Ainsi, Morrowind a des défauts, mais c’était sans compter une communauté qui a été extrêmement active !  

 

En finalité, qu’est devenu Morrowind ?

 

De ce fait, vous trouverez des mods pour tout et n’importe quoi. Tout d’abord, il y a des patchs correctifs, tel que le Patch Non Officiel de Wiwiland ou le Morrowind Code Patch, qui vous permettront de jouer en toute sérénité sans risquer de voir vos données corrompues. Ensuite, certains aiment sans doute les jolis graphismes, et si Morrowind était beau en son temps, ce dernier a été cruel. Mais rassurez-vous, de nombreux mods graphiques existent, et même des compilations de ceux-ci comme le Morrowind Overhaul qui vous offrira une excellente base graphique et sonore, même si les composition de Jeremy Soule restent excellentes. Tout cela offre une seconde jeunesse à Morrowind qui a encore de beaux jours derrière lui. Puis, nous avons les ajouts inutiles mais essentiels qui nous rajoutent chats, oiseaux, romances, sets d’armure, maison, ad nauseam... Et surtout, nous avons tous les autres mods qui sont plus qu’intéressants, en effet, si vous regardez ceux présents pour Oblivion ou Skyrim, la grosse majorité sont graphiques : il y a très peu d'ajouts de gameplay ou de quêtes (terminés tout du moins). Or ce n’est pas le cas pour Morrowind : vous y trouverez des mods qui vous proposeront un réel contenu supplémentaire, comme c’est le cas avec de nombreux mods de quêtes ou de guildes, et dont les plus ambitieux, comme Kalendaar, vous offrent des régions entières et des centaines d’heures en perspective. Pour finir, à tout cela s’ajoutent les mods de gameplay pur : entre les mods qui refondent un système existant comme Morrowind Enhanced et ceux qui ajoutent de nouveaux systèmes : par exemple, certains mods ajoutent une furtivité basée sur la lumière et la possibilité d’éteindre ces dernières, à l’instar de Thief. D’autres ajoutent une gestion de la faim et du sommeil, ou encore des possibilités roleplay : ainsi, vous pourrez écrire dans votre journal ou dormir à la belle étoile.

 

  

Ah... Mon cher ami Vivec, un dieu pour le moins étrange....

 

Bref,  avec tout cela, nous pouvons nous demander ce qu’est réellement devenu Morrowind. C’est vrai qu’il peut désormais prendre des visages extrêmement différents, devenant ce que vous voulez qu'il soit. D'un coté, pour une série où le roleplay est si important qu'il est la cause de l'unicité de votre aventure et de votre plaisir de jeu, il est presque logique de pouvoir modifier le système à sa guise.  Mais, avant même de rajouter autre chose que des correctifs, il en a déjà beaucoup dans le ventre : Vvardenfell, Longsanglot et Solstheim ont beaucoup à vous offrir. Alors, si vous corrigez les problèmes de gameplay, ajoutez les systèmes qui vous plaisent et rajoutez du contenu, vous risquez de rester fort longtemps entre ses crocs…

 

En conclusion, Morrowind est un jeu marquant de la série. Il est très différent de Daggerfall et donc incomparable avec ce dernier, mais il marque aussi un clivage avec ses suites. Peut-être que les récents The Elder Scrolls se sont perdus, oubliant le gameplay, mais ce n'est pas le cas de Morrowind qui dose parfaitement écriture, immersion et mécaniques. Ses défauts ont su être gommés par les moddeurs et du contenu supplémentaire est disponible, aussi la durée de vie semble presque illimitée. Alors, si à tout cela vous ajoutez votre roleplay, l'univers mature et la meilleure direction artistique que nous ait livré Bethesda... Je ne vois pas comment vous pourriez ne pas être enchanté par l'île dépaysante qu'est Vvardenfell. Finalement, après douze ans, Morrowind est pour moi un jeu qui a bien vieilli et qui est devenu presque parfait...

LES PLUS
  • La meilleure DA de la série
  • Une grande qualité d'écriture
  • Le lore et l'univers de la série
  • Vivec, le Dieu schizophrène
  • Les mods
LES MOINS
  • Ah Ah Ah Ah
  • Vous pouvez toujours rêver
  • Non, j'ai dit
  • Quoi ? Et alors, il y a des mods !
  • J'vous jure

10/10

L'AVIS DE BATMAN

Le thème principal du jeu résonne dans ma tête, accompagné de la voix de cet elfe noir qui m'accueille à mon réveil, alors que le dos douloureux, je m'échappe à peine d'un étrange songe. Me voilà arrivé en Morrowind parait-il. L'intro de ce jeu à toujours quelque chose de magique, tant elle évoque les heures de jeu magnifiques qui s'annoncent devant moi. Morrowind, je l'ai découvert à mes débuts sur le RPG occidental et quelle claque ! Musique, univers, background, environnement, personnages, quêtes, guildes, il y a tant de richesse dans ce jeu ! Il est magique, et une fois moddé, il est proche de la perfection. Il est Morrowind, un incontournable !

10/10

Commentaires (50)

#26

Pyramidas
Citoyen

Perso, lorsque ce jeu est sorti, je me baladais à travers le monde, entre déserts, jungles et mers... j'avais donc bien d'autres choses à faire que de me mettre dans un monde virtuel...

C'est il y a quelques temps que je m'y suis intéressé et j'avoue qu'il a apparemment mal vieilli... le gameplay est tout pourri comparé à Skyrim ou même Oblivion... c'est mon avis, peut-être pas très objectif, mais c'est mon ressenti... Je n'ai donc pas eu la chance de faire ce RPG... mais si le projet du mod "morrowind" pour "skyrim" abouti, pourquoi pas...
#27

Lemmy
Garde

On devrait exposer ce jeu au Musée du Louvre et le classer au Patrimoine Immatériel de l'Humanité (si, si, je suis sérieux !).
#28

ninheve
Grand chevalier

Ce jeu fut pour moi LE JEU pendant de nombreuses années, de par sa richesse , de par ses surprises , ces énigmes bien planquées et non liées à des quetes, son univers et la liberté incroyable que l'on avait. ah? on me souffle dans l'oreillette qu'il y avait une quete principale..;et bien vous savez quoi? Je ne l'ai finie au moins 4 ans après avoir acheté le jeu...parce que finalement je faisais tout plein d'autres trucs avant. Et lorsqu'il a fallu aller tuer vous savez qui, et bien j'y suis allée, je l'ai tué et je savais alors que je n'avais pas fini de jouer à Morrowind. Pour moi ces quêtes étaient accessoires.
J'ai moddé moi meme ce jeu pendant des temps incroyables , bref le pied total :)

Message édité pour la dernière fois le : 11/04/2014 à 20:33

#29

Hayden
Noble

Jeu de merde, gros jeu de merde. Saloperie de jeu à la con, je te déteste toi. Saloperie je te hais de toutes les fibres de mon corps.

Hein tu te rappelles quand je t’ai déballé de la boite hein, que je t’ai installée fébrilement que j’ai accompli mes premiers pas avec amours et que tu planté sauvagement à la sortie du bateau. Sans me laisser une chance de t’essayer malgré mes nombreuses tentatives.

Catin, gourgandine. Prostipute.
#30

hobby3333
Chevalier

je l'ai fait 3 ou 4 fois à peu près en entier, et je découvre encore des trucs

sûrement quelque chose comme 2000 à 3000 H de jeu

il a des défauts, mais c'est quand même 10/10
#31

ZED
Guerrier

@ZED t'as déjà 1000 heures de jeu sur TESO ???


Non, je joue au grand Max une heure par jour ! C'est mon prévisionnel... donc rdv dans trois ans !
#32

kerlyenai
Garde

Plus subjectif tu meurs! Cela dit, je ne peux qu'acquiescer. Morrowind est un très bon jeu et mérite à mes yeux ce 10/10.

Message édité pour la dernière fois le : 12/04/2014 à 08:09

#33

Maxion
Novice

Ce test est tout a fait objectif ! Comment ne pas comprendre qu'il ne peut y avoir meilleur jeu a ce jour ?
#34

Iosword
Grand chevalier

Ah, mais j'avais prévenu qu'il ne serais absolument pas objectif, hein !

Mais au passage une sélection de mods que je vous conseille : ici
Attention néanmoins, il ne sont pas compatible entre eux. Et la liste datant de 2012 vérifiez bien si c'est la dernière version en date (pour les liens autre que wiwiland et de la confrerie)

Et, si la lenteur du perso vous dérange au point d'en être rebutante, il reste une solution -> La console : player-> setspeed #

Message édité pour la dernière fois le : 12/04/2014 à 15:35

#35

prypiat
Paladin

Merci pour la liste Iosword, le mod permettant d'écrire dans le journal m'intéresse tout particulièrement. Saurais-tu, à tout hasard, s'il est compatible avec l'Overhaul ?
#36

Iosword
Grand chevalier

Le mod pour le journal fait partie du Morrowind Enhanced, dont font aussi partie tout les modules de "combat avancé", que je conseillé énormément.
Et la dernière fois que j'ai moddé Morrowind, je n'ai eut aucune incompatibilité entre lui et l'Overhaul.

De toute manière l'Overhaul est un mod graphique/sonore. Les mods de gameplay pur sont compatibles (généralement, tout du moins), en revanche, des mods qui ajoutent de nouvelles zones originales/son et qui utilisent ou modifient les lumières ont tendance à être incompatible.

Message édité pour la dernière fois le : 12/04/2014 à 16:23

#37

DukeofDeath
Garde

Merci bien pour ce test dont je ne peux que partager l'avis subjectif qui y est donné !

Ceci dit c'est vrai que le système de combat de morrowind est assez rude comparé aux autres. (D'aucuns diraient emmerdant), mais vu que c'était le premier rpg à la première personne que je faisais, et que j'avais tout de suite accroché à l'univers et tout le reste, je m'y suis plutôt habitué du coup.

Ça fait plaisir de voir tout ces test des jeux de la série arriver sur le site en tout cas !


#38

Shone
Garde

Juste un seul petit commentaire pour dire que je trouve le système de dialogue de Morrowind absolument détestable.

Voilà :-)


Tu peux aussi ajouter son gameplay pourri et la capacité de faire un perso gros bil en mode cafetière expresso.

#39

Cyrus Redguard
Noble

meilleur rpg pc


Il serait judicieux de rajouter monde ouvert, sinon les fan de Tormnent et bg vont se retourner dans leurs tombes =)
#40

Shaam
Grand chevalier

chuis pas mort ! :p
#41

Montag
Citoyen





#42

Arturburtz
Garde

10 / 10, mazette c'est pas tous les jours.
Pour moi Morrowind c'est LE jeu alors tout fait d'accord avec ce test.
#43

jerminel
Novice

11/10
#44

mm678player
Garde royal

Excellent jeu.
Et excellent test.

Je ne suis juste pas d'accord avec le "problème" des armes au corps à corps. De mon souvenir c'étaient surtout les mages qui n'inquiétaient personne en combat (sauf lorsqu'ils vous diminuaient la force, vous clouant sur place...). Et la furtivité où il fallait énormément galérer pour être un tout tout petit peu efficace. Donc justement c'est le combat "pur" qui allait bien (et dès mes premiers pas j'enchantais tout de suite mon sabre en fer pourri de début de partie avec "santé absorbée", rien que pour commencer la partie ; sort trouvé à Pelagiad, enchanteur et gemme déjà pleine à Balmora).

Mais c'est aussi, dans mon expérience perso, le jeu de tous les "le plus" : celui auquel j'ai le plus joué, que j'ai le plus moddé, où j'ai le plus testé toutes les façons combinées de développer son perso, de faire les quêtes, celui dont j'ai le plus apprécié le système d'enchantements, le système de sortilèges (qui dans ma tête se bat juste en duel avec celui de Might & Magic 7, sauf pour les sorts personnalisés que ce dernier n'avait pas), etc... Ca va jusqu'aux armes et armure invoquées par des enchantements à effet permanent, tellement on pouvait pousser loin les combinaisons de fonctionnalités dont je suis sûr que les développeurs eux-mêmes n'ont pas du penser à tout ce qu'on pouvait faire avec...

Bon depuis le temps, il est vrai que les graphiques ne me manquent pas.

Par contre, même avec le recul (Skyrim et autres), je n'ai toujours rien contre le système de dialogue de Morro.

Pour autant que je sache, il y avait bien un système de réputation par faction (invisible en jeu, mais "devinable" dans l'éditeur et les scripts). Il comptait pour le bonus sur la disposition, et pour les promotions (nombre de missions accomplies, qui en fait n'était pas un nombre de missions, chacune ajoutant un nombre de points éventuellement différent à la "Faction Rep").

Je me souviens toujours aussi à quel point je listais souvent mentalement le nombre impressionnant de paramètres qui influençaient la disposition d'un perso à votre égard, et le nombre de paramètres tout aussi impressionnant que cette dernière influençait ensuite en aval... Pas étonnant que la barre de disposition était encore visible à l'époque dans la fenêtre de dialogue...

Bref, un jeu par lequel il fallait passer avant de voir la suite qui mise de plus en plus sur le superficiel... mais il est vrai, le superficiel qui en jette (notamment Skyrim).

Message édité pour la dernière fois le : 16/04/2014 à 18:38

#45

maldone
Seigneur

ce jeu reste d'une profondeur qu'aucun autre jeu de la licence n'a atteint depuis.
#46

ZED
Guerrier

Il est tellement profond qu'il nous enterrera tous !
#47

Volven
Novice

Simplement PARFAIT comme tout les TES quoi!! (sauf TESO que je trouve relativement moyen-bon. Non ne m'insulter pas c'est normal)
#48

Anathorne
Citoyen

Salut les gars, je suis également un grand fan de ce jeu, mais j'ai une petite question : Voulant m'y remettre et ne voulant pas trop me piquer les yeux vous me proposez quoi comme mod graphique ?

Celui de la confrerie des traducteurs ici ou Skywind ? Merci bien !
#49

prypiat
Paladin

Anathorne : Le premier, vu que Skywind n'est pas terminé et n'est pas un mod de Morrowind.
#50

mm678player
Garde royal

" Sachez que, malheureusement, si vous jouez à Morrowind, vous pouvez oublier les armes blanches et directement créer un mage car jamais, et je dis bien jamais, vous ne toucherez votre ennemi – et lui ne vous manquera pas. Du moins, ce fut le cas pendant longtemps, mais aujourd’hui, des mods existent, certains refondant totalement le système de combat et le rendant enfin jouable. "

Absolument pas d'accord. En des milliers d'heures de jeu et des dizaines de parties complètes, j'ai toujours tout fait au corps à corps jusqu'au bout.

Evidemment, si on se base sur les premières heures d'une partie, il faut développer un peu son perso, notamment la compétence d'armes, car dans Morro elle joue sur la probabilité de toucher sa cible, et non sur les dégâts. C'est un RPG, il faut développer quoi, pas un jeu d'action où la proba de toucher sa cible ne change pas d'un poil au fil de la partie.

Et puis il y a la barre de "fatigue". Dans Morrowind elle sert au moins, pas comme dans Oblivion ou Skyrim :
- la proba de toucher sa cible dépend de la compétence d'armes du perso, la classe d'armure de la cible, et de la barre de fatigue
- la proba de lancer un sort dépend de la compétence magique, la puissance du sort, et de la barre de fatigue
- la proba de déverrouiller une serrure dépend de la compétence sécurité, la qualité du crochet, la complexité de la serrure, et de la barre de fatigue
- la proba de désamorcer un piège dépend de la compétence sécurité, du piège, de la qualité de la sonde, et de la barre de fatigue
- la proba de réparer son arme ou armure sur tel coup de marteau dépend de la compétence armurerie, la qualité du marteau, la "santé" totale de la pièce à réparer, et de la barre de fatigue
- le prix que vous fait un marchand dépend du prix "nominal" de l'objet, de la compétence marchandage du joueur, de celle du marchant, de la barre de fatigue, et de la disposition du marchand à votre égard (qui dépend à son tour de plein d'autres paramètres)

Sans compter que cette "fatigue" (il aurait fallu dire le contraire, "tonus" par exemple, ou "vigueur" comme dans Skyrim), diminuait à chaque action : faire un pas, même lent, donner un coup, même non puissant, etc...

Il fallait régulièrement laisser la barre verte se remettre à fond, puis au bout d'un moment on trouvait des potions, puis au bout d'un moment on trouvait ou se faisait soi-même des enchantements à déclenchement sur décision, puis des sorts, puis des enchantements à effet permanent.

C'était juste un paramètre à gérer. Et modder le jeu pour ne plus avoir à le gérer revient à ne pas vouloir un RPG mais un bête jeu d'action.

Et même commentaire sur la vitesse de déplacement : ça se gère, ça ne se bidouille pas. Ca finissait même overpowered en fins de parties (entre la compétence athlétisme, la caractéristique rapidité, puis les "bottes de rapidité", le paysage défilait à donf...)... Le pied les bottes de rapidité + un enchantement à effet permanent de lévitation + un ench.à.eff.perm. d'invisibilité, ze pied quoi... Bon il fallait juste lancer un sort résist.magie 100 % 2 sec au moment de mettre les bottes pour ne pas être aveugle, mais c'est tout quoi...

Mais forcément, s'il y a des gens qui veulent tout tout de suite, dès les premières minutes, il faut qu'ils choisissent autre chose qu'un RPG (se déplacer à fond dès le début, toujours toucher sa cible dès le début). Mais ça c'est un problème bien plus vaste que juste dans les jeux, c'est LA TARE de l'espèce humaine au 3ième millénaire, vouloir tout tout de suite. Alors que justement les RPG étaient une bonne école de l'évolution progressive... Mais on dirait que trop peu de gens y on joué.... Bref je m'éloigne du sujet là, je ne parle plus de Morrowind là, mais de la réalité... désolé.

(il ne faudrait jamais écrire sous C2H5OH, on dit ce qu'on pense, on n'a plus de diplomatie...)

Message édité pour la dernière fois le : 20/07/2014 à 18:09





Voir tous