Mardi 02 Juin 2020, 19:53     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Demonicon

par Caparzo 26 Oct 2013 10:30 29

Il est parfois difficile de réaliser une bonne introduction ainsi que de trouver le titre qui fera mouche et attirera de la meilleure des façons l'attention des lecteurs. Pour autant, il est toujours agréable de ne pas se creuser la tête et de faire un jeu de mot minable pour The Dark Eye : Demonicon.

L'histoire de The Dark Eye : Demonicon n'est pas joyeuse et je ne parle pas de celle que nous allons pouvoir découvrir dans le jeu. Cela fait maintenant un bon petit moment que celui-ci est sur le devant de la scène, se pavoisant avec sa licence de l'Oeil Noir, mais il faut bien avouer qu'il n'avait rien pour lui. Pour autant et petit à petit, les développeurs de chez Noumena Studios ont su nous convaincre, via des images et des vidéos assez convaincantes, même s'il est vrai que les graphismes n'étaient pas au niveau de ce que l'on est en droit d'attendre en 2013. Mais nous y reviendrons et intéressons-nous d'abord à cette fameuse licence de l'Oeil Noir.

 

UNE FEUILLE DE PERSONNAGE AU POIL

 
Depuis que nous avons pu redécouvrir l'Oeil Noir, à travers les jeux Drakensang développés par feu Radon Labs, nous avons pu nous amuser avec cette tonne de compétences disponibles. La feuille de personnage était d'ailleurs très, voire trop complète et les joueurs débutants pouvaient être rapidement dépassés. Sur Demonicon, les développeurs ont essayé de contenter les deux publics. La feuille de personnage du héros est en effet divisée en quatre sections bien distinctes. La première des sections nous fait découvrir les compétences générales du héros tel que la force, l'agilité ou bien encore la constitution et le courage. Ces compétences sont divisées en deux sous-catégories que nous pouvons augmenter. 
 
 
Journal de quête simple et efficace et une carte bien utile
 
La seconde section nous offre les aptitudes secondaires du héros, tel que l'intelligence et la dextérité. Là aussi nous pouvons y découvrir deux sous-catégories nous permettant de spécialiser le personnage en choisissant par exemple pour l'aptitude intelligence d'augmenter la Légende ou bien la connaissance des plantes. La première permet d'identifier les livres, entre autres, tandis que la seconde nous offre la possibilité de cueillir des plantes et de concocter des potions. Ces spécialisations comportent en tout et pour tout sept niveaux que nous devrons augmenter avec les fameux Points d'Aventures (PdA). Si le joueur n'a pas le niveau nécessaire pour effectuer une action telle que cueillir une plante, alors il ne pourra pas la réaliser. 
 
En ce qui concerne la troisième section, celle-ci regroupe les coups spéciaux que le joueur pourra effectuer dans les combats, alors que la quatrième regroupera les différents sortilèges portant ici le nom de dons. 
 
Vous l'aurez compris, je ne suis pas vraiment déçu à ce niveau-là, même si l'interface ne rend pas la tâche toujours aisée. Notons également que nous pouvons augmenter à tout moment les compétences du héros via les PdA ou bien les PdD (Points de Dons) permettant de sélectionner de nouveaux dons.
 

QUOI MA GUEULE, QU'EST-CE QU'ELLE A MA GUEULE

 
Depuis tout à l'heure je parle de notre héros, celui que nous contrôlerons tout au long de ce Demonicon, mais qui est t-il ? Alors que nous avons l'habitude de jouer des héros forts, énigmatiques ainsi que particulièrement charismatiques, Cairan semble être le contraire exact de tout ce que je viens de dire. Il faut bien avouer que sa tête d'ahuri ne nous aide pas vraiment à nous identifier à lui, mais le choix des développeurs de chez Noumena n'est pas aussi bête qu'il en a l'air. Au début de l'histoire Cairan est quelqu'un de simple, il sait se battre, mais il n'ira pas non plus sauver le monde. Pour autant, l'arrivée de Calandra, sa soeur, chamboulera notre héros et il se découvrira une toute nouvelle facette. Bien évidemment il connaîtra les joies de la magie avec l'obtention du Don, mais il découvrira également les bons et les mauvais côtés d'une vie de famille. La relation entre Cairan et Calandra est d'ailleurs assez équivoque et met en avant les problématiques de l'amour entre frère et soeur : l'inceste.
 
 
Ce n'est pas tous les jours facile d'avoir cette tronche là
 
Comme vous vous en doutez, le ton de Demonicon est particulièrement adulte et ne devra pas être mis entre n'importe quelles mains. Le joueur devra effectuer des choix, parfois durs, qui auront des conséquences plus ou moins directes sur le reste de l'histoire. Durant le prologue, nous pouvons par exemple tuer un cannibale, mais du coup sacrifier la vie d'innocents liés par la magie de sang, ou bien le laisser partir et délivrer par la même occasion ces habitants. Selon les compétences du joueur, nous pourrons également convaincre ce cannibale de ne plus recommencer, tout en libérant ces citoyens de la cité de Warunk.
 
 
Warunk n'est pas un endroit où il fait bon vivre
 
Warunk, parlons-en. En adoptant toujours un ton mature, Noumena studio s'éloigne quelque peu de ce à quoi nous avaient habitués les autres jeux utilisant la licence de l'Oeil Noir. L'ambiance est ici sinistre, la mort rôde à chaque coin de rue et pour cause, une terrible peste touche les habitants de la basse ville de Warunk. Ce n'est pas le joie et nous devrons composer avec. L'ambiance des donjons est également bien sombre et ensanglantée et devrait réjouir les joueurs en manque de tripaille.
 

DES PAROLES ET DES ACTES

 
Demonicon nous propose tout un lot de compétences nous permettant de vivre l'expérience de différentes façons. Lors des nombreux dialogues que nous propose le jeu, nous avons la possibilité d'influencer d'une manière ou d'une autre la finalité de ces conversations. Quelques fois, on se contentera de faire des choix, parfois nous devrons utiliser des compétences spéciales pour tenter de faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. Les amateurs de combats ne seront pas en reste, puisque nous pourrons également choisir de couper court et de trancher dans le vif.
 
Malheureusement, les combats ne sont réellement pas le point fort de ce Demonicon. Bien que nous puissions utiliser des armes blanches, des armes de jet ainsi des sorts, ces derniers se révèlent très brouillons ainsi que très lourds du fait de l'impossibilité de locker un ennemi. Nous passerons donc notre temps à faire des roulades et à enchaîner des attaques plus ou moins intéressantes. Si vous aviez trouvé The Witcher 2 détestable à ce niveau-là, alors Demonicon ressemblera pour vous à l'enfer incarné. Nous serons quelques fois accompagnés d'un PNJ pour alléger notre souffrance, mais la plupart du temps nous devrons compter que sur nous même. Heureusement pour nous la caméra fonctionne très bien ainsi que le combo clavier/souris même si parfois certaines combinaisons de touches ne sont pas très bien pensées. Bien évidemment et comme dans tous les RPG, nous pourrons récupérer des objets sur les cadavres encore frais. Le loot s'effectue automatiquement après les combats en vous montrant la liste des objets récupérés. Quelques fois des potions, d'autres fois des objets inutiles.
 
 
Une soeur qui sait bien utiliser ses charmes
 
Et les quêtes dans tous cela ? Avons nous un réel choix en ce qui concerne les quêtes secondaires ? Ces dernières sont malheureusement très peu présentes et si elles pointent le bout de leur nez, ce n'est que pour mieux s'intégrer dans la quête principale. Ces quêtes nous feront donc réaliser des choses plus ou moins différentes comme aider et soigner des malades, piéger un brigand ou bien aider telle ou telle personne pour tenter de contrôler une maison close. Il faut également savoir que Demonicon ne nous fera pas trop voyager tout au long de ses quêtes. Nous allons pouvoir arpenter pendant un long moment les ruelles de Warunk, mais également découvrir plus tard dans l'aventure le marais de Clawmoor. Bien évidemment, les différentes zones sont assez ouvertes pour que l'on n'ait pas l'impression d'être trop cloisonné.
 

BIENVENUE DANS LE PASSE

 
Demonicon n'est très pas beau. Je pourrais me contenter de cette petite phrase pour vous décrire les graphismes de ce titre, mais je vais essayer de détailler mon propos. Bien que proposant des technologies modernes comme l'occlusion ambiante qui devrait parfois mettre à mal votre Pc du fait d'une optimisation bancale, le moteur graphique de Demonicon fait peine à voir. Bien évidemment, il y a des lieux bien plus jolis que d'autres, mais les animations sont déplorables et la modélisation des visages est risible. Heureusement pour nous, la direction artistique est bien plus réussie.
 
Comme nous l'avons déjà vu plus haut, l'ambiance sombre et sinistre du jeu est sublimée par la direction artistique, qui, sans être non plus un modèle du genre, fait son boulot et c'est un réel plaisir de redécouvrir l'Aventurie à ce niveau-là. Pour reprendre l'exemple de la cité de Warunk, celle-ci nous propose une ville basse aux maisons délabrées, aux rues sales remplies d'immondices où les porteurs de la peste semblent se repaître. L'élégant Temple de Praios vient quant à lui sublimer cette scénette lugubre en y ajoutant un bien beau contraste. La partie haute ressemble à la cité de Ferdok que nous avions pu apercevoir dans Drakensang l'Oeil Noir. Malheureusement et malgré des détails assez bien vus, Warunk semble figée.
 

Demonicon souffle le chaud et le froid. Les amateurs de la licence apprécieront l'effort réalisé par les développeurs pour leur proposer une expérience proche de ce qu'ils sont en droit d'attendre en jouant à l'Oeil Noir tout en attirant les joueurs novices en simplifiant ces règles. L'histoire est bonne et les quêtes intéressantes et matures ne mettent pas forcément en avant les combats et heureusement. Ces derniers ne sont pas jouissifs et nous sommes loin de ce que nous avait proposé le récent Mars : War Logs. Le bestiaire est quant à lui quelconque. Bien évidemment Demonicon nous déçoit au niveau de ses graphismes, mais il devrait tout de même pouvoir tirer son épingle du jeu grâce à sa direction artistique particulièrement sombre. Au niveau des dialogues nous sommes en terrain connu, puisque Demonicon utilise la fameuse roue initiée par Mass Effect. Les musiques ne sont pas déplaisantes en soit, mais elle ne devrait pas marquer le monde vidéoludique. Pour finir, sachez que Demonicon ne nous propose seulement que des sauvegardes automatiques ne nous permettant pas d'apprécier le jeu comme il se doit. Si vous êtes donc cette année en manque de RPG je vous conseille chaleureusement Demonicon, mais pour peu que vous soyez réellement tatillon en ce qui concerne les graphismes ou même le gameplay, alors passez votre chemin ou bien attendez une promotion.

 

LES PLUS
  • L'univers de l'Oeil Noir bien exploité
  • Un ton mature
  • Des choix ne mettant pas forcément en avant les combats
  • La direction artistique parfois agréable
  • Durée de vie (dans les 20 heures)
LES MOINS
  • La direction artistique pas toujours heureuse
  • Un gameplay particulièrement lourd
  • Un moteur graphique qui a du mal
  • Des sauvegardes automatiques

7/10

Commentaires (29)

#26

hobby3333
Chevalier

Je suis allé voir les vids sur Steam. Effectivement, l'univers a l'air chouette, mais les combats paraissent assez peu maîtrisables (je saute partout et je fais ce que je peux). Radicalement allergique aux checkpoints aussi. Si un jour il est bradé sur Steam, je le prendrai peut-être, mais pas maintenant.
#27

Megamat
Gobelin

Pour info, on le trouve à moins de trente euros sur certains distributeur de clef, comme Green Man Gaming

27,40€ avec ce code : GMG20-8MUTY-M21VN
#28

Chinaski
Grand chevalier

Thanks Megamat !
#29

Raven
Villageois

Faut voir, je vais regarder quelques vidéos de gameplay pour voir à quoi m'attendre, vu que j'ai un très mauvais souvenir des jeux estampillés l'oeil noir.

Le test m'a en tout cas donné envie d'en savoir plus.

Message édité pour la dernière fois le : 27/10/2013 à 22:19

#30

redd
Seigneur

Je viens de terminer le jeu. J'ai bien aimé, même si les combats étaient un peu saoulants, surtout au début quand mon héros était faiblard.




Voir tous