Mercredi 27 Janvier 2021, 21:33     Connectés : 5      Membres : 4


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Tales of Graces f

par Saltar 15 Mai 2013 12:00 7

Après l'exclusivité Xboxienne que fut Tales of Vesperia, Namco fait des efforts en sortant en Europe Tales of Graces f, J-RPG initialement sorti sur WII en 2009 et uniquement au Japon. Un petit passage au maquillage HD, quelques ajouts et hop, la machine "Tales of" repart de plus belle, au fil de l'épée et d'idéaux grandiloquents.


Une fois n'est pas coutume, Il est louable de voir les efforts grandissants de Namco pour faire sortir la série Tales of des contrées nippones, ce qui jusqu'à maintenant n'était pas une mince affaire, entre les épisodes non localisés et les promesses non tenues. Nous voila donc repartis pour un conte de chevalerie, d'honneur et avant tout d'amitié.
 


L'insouciance de la jeunesse


Tales of Graces f nous met dans la peau du jeune Asbel, fils du seigneur de Lhant, hameau paisible et reculé ou il passe son enfance avec son frère Hubert et son amie Cheria. Il va, du fait du statut de seigneur de son père, faire la connaissance du prince de Windol qui a son âge, et rencontrera une étrange fille amnésique, deux personnages avec lesquels il se liera d'amitié. Comme quoi, c'est beau d'être un enfant. Malheureusement, moults complots, une guerre imminente et d'autres menaces vont venir perturber ce petit monde tranquille et le jeu va prendre une tournure beaucoup plus... sombre et déchirante, à la conclusion de cette préquelle.
Car en effet, Tales of Graces f peut être découpé en plusieurs "chapitres" et cette première partie prend place 7 ans avant les événements marquants du jeu, et nous permet de prendre la main tranquillement, que ce soit du point de vue du gameplay ou scénaristiquement. Les personnages enfants étant limités, ce qui est compréhensible vu que ce ne sont que des enfants, il faudra aux joueurs la patience de terminer ce passage d'un peu moins d'une dizaine d'heures pour enfin pouvoir jouir de la liberté et de la nervosité du gameplay de ce Tales of, et bien sûr de prendre en main pour de bon le destin d'Asbel.
 

   

Nos héros lors du prologue, encore jeunes et insouciants...



Ma faiblesse, mon fardeau


Ce n'est donc qu'une fois ces 7 longues années passées que nous retrouvons Asbel, devenu chevalier au service du royaume de Windol, régi par son ami d'enfance Richard. Asbel aura, par la tournure des événements, perdu contact avec tous ses amis qui auront suivi leur voie et que l'on aura l'occasion de revoir par la suite. Cette deuxième partie sera centrée sur notre héros tentant de rendre raison à Richard, devenu roi, qui semble avoir basculé vers le coté obscur, au grand dam de notre héros qui cherchera à comprendre pourquoi et surtout à aider son ami d'enfance à reprendre le droit chemin.


 

Et les revoici après plusieurs années

 

Du coté du gameplay, Tales of Graces f ne déroge pas à la règle des combats acharnés et vifs, et nous propose à ce jour les joutes les plus enflammées de la série. Les personnages se reposent ici sur deux styles de combats différents, associés à deux boutons de la manettes, utilisables à tout instant. Les artes, nom commun des techniques dans la série de Namco, seront donc divisés en deux catégories, A et E, spécifiques à chaque personnage. A titre d'exemple, Asbel se verra attribuer des techniques de pugilat et de sabre au fourreau avec ses artes A et des techniques de sabre au clair, donc à l'épée dégainée, pour les artes E, avec un soupçon de magie. Les combos varieront comme les précédents épisodes en inclinant le joystick dans la direction voulue pour effectuer telle ou telle attaque assignée. Les possibilités sont donc ici très variées en termes de combos, mais bien entendue pas illimitée, chaque personnage se voyant attribuer une jauge d'endurance, qui se videra à chaque action faite. Il faudra donc esquiver et patienter, le temps de remonter sa jauge pour lancer le prochain assaut. Cela permet d'être plus technique, et d'alterner les phases d'attaques et de défense. Plutôt limitée au début, il sera possible d'augmenter la jauge d'endurance pour avoir droit à des assauts plus longs et plus variés encore.

Chaque technique sera liée à un attribut, plus ou moins efficace selon les ennemis et permettant d'infliger plus de dégâts. Une jauge fera également son apparition, la jauge d'Eleth. L'Eleth est l'énergie qui parcourt le monde d'Efinea, et influencera les combats en fonction des actions effectuées. En effet, plus vous utiliserez d'artes, alliés comme ennemis, plus la jauge se remplira, entre les deux points culminants : l'explosion d'Eleth et le Chaos d'Eleth. Le premier permettra un stoïcisme parfait des personnages pour éviter les vacillements et une jauge d'endurance illimitée pour un laps de temps limité. Le chaos d'eleth quant à lui favorisera l'ennemi, rendant cette phase plus dangereuse ou le joueur devra se focaliser sur l'esquive et la garde pour ne pas devoir subir un cuisant retournement de situation. C'est également dans ces phases que les mystics artes, les techniques ultimes des différents protagonistes et antagonistes, seront disponibles. Gare donc aux attaques surprises et aux explosions d'énergie inopinées.

On retrouve bien entendu d'autres éléments récurrents des Tales of communs à d'autres RPG comme l'utilisation des objets pour se soigner, la possibilité de gérer l'IA des alliés, ou tout simplement de changer de joueur contrôlé parmi les 4 en lice, et ce en plein combat.

 

  

Les joutes sont dynamiques et hautes en couleurs



Vous êtes bien titré, dites donc...


L'évolution des personnages se fait au fil des victoire acquises, via le gain d'expérience, et il est ici possible d'améliorer sa palette de coups et de statistiques via des titres gagnés au cours de l'aventure. En effet, ceux-ci changeront le statut du personnage visé, et les compétences liées qu'il pourra apprendre via les points de compétences engrangés en combat : hausse de statistiques, résistances à tel éléments, nouveaux artes, costumes, etc. Un bonus apparaît également en fonction du titre équipé, différent pour chacun et lié au titre. Ces titres se débloquent de plusieurs manières, soit via la progression dans le scénario, soit en faisant certaines actions lors des combats, ou en réalisant des quêtes annexes. Il existe un nombre très important de titres pour chaque personnage, permettant de les personnaliser à souhait.

La synthèse est encore présente dans Tales of Graces f, permettant via les matériaux glanés aux combats, objets achetés en échoppes, ou découvert sur le terrain, de créer du matériel encore plus puissants ou de réaliser des recettes de cuisine pour des boosts de statistiques pour le prochain combat. La nouveauté apportée ici vient du mixeur d'Eleth, qui permet de dupliquer des objets déjà obtenus, dans l'optique ou le mixeur est suffisamment plein en énergie. Les objets les plus rares seront bien évidemment très durs à dupliquer et très gourmands en énergie. Il est également possible de placer des grimoires spécifiques dans le mixeur permettant d'obtenir divers bonus comme des gains d'expérience, ou de se déplacer plus rapidement sur la carte. Il est également possible de "tremper" ses armes et équipements avec des gemmes, pour les rendre plus forts ou résistants à certains éléments, ce qui permet une personnalisation de son équipement assez poussée.

Cet épisode nous propose son lot de quêtes annexes et mini jeux, permettant de récupérer plus de points de compétences, de nouveaux objets et armes, ainsi des titres. Les quêtes réclament souvent des objets ou l'élimination de monstres, les objets étant souvent récupérables via la synthèse. Un mini jeu demande par exemple de relier une phrase d'accroche à un personnage existant de la série Tales of, cartes à trouver à travers le monde. Cela offre un petit clin d'oeil aux autres épisodes de la série, pour les fans.
 

  

A gauche le menu des titres, à droite le mixeur



C'est à droite en sortant


Les déplacements entre les villes/villages/donjons se font via des environnements à taille réelle et non plus sur une carte du monde taille réduite, ce qui rend les environnements plus immersifs et détaillés, malgré la répétition des aller-retours que l'on peut faire à certains stades du jeux, ou lors de certaines quêtes annexes.

L'aventure principale, longue en ligne droite d'une cinquantaine d'heures, est plaisante, bien que le scénario peine à se mettre en place et souffre de quelques baisses de régime à certains moments. La bande son, signée encore une fois par Motoi Sakuraba est envoûtante et de très bonne facture. Le jeu est traduit en français, mais ne nous propose que les voix anglaises.
Cette version PS3 s'est quand même vue gratifier de deux modes supplémentaires, à savoir un scénario bonus "Lignée et Héritage" se déroulant plusieurs mois après l'histoire principale et apportant encore une pléthore d'améliorations de gameplay, notamment avec l'Accel Mode, et les "Défis des Grâces", offrant une liste d'affrontements bien ardus et des bonus associés pour la partie principale.

 


Tales of Graces f est donc un très bon épisode de la série, apportant un vent de fraîcheur sur son gameplay et son approche. Les combats sont d'une intensité sans pareille et la variété des styles, unique. Le seul bémol à apporter serait lié au scénario, un peu long à se mettre en place et ne jouissant pas d'autant de rebondissements que ses prédécesseurs. L'aventure reste cependant plaisante et l'on s'attache relativement vite aux personnages, intéressés à toutes ces choses dont ils vont être les acteurs et/ou les témoins.
 

LES PLUS
  • Un système de combat survitaminé
  • Des personnages hauts en couleurs
  • Les bonus apportés pour cette version
  • Le contraste scénaristique enfant / adulte
LES MOINS
  • Un scénario qui s'essouffle
  • Un prologue un peu longuet

7/10

Commentaires (7)

#2

Chaos17
Guerrier

Sympa le test.
C'est une série qui se repose beaucoup sur son système de combat qui est à ce jour non égalé. Elle essaie depuis quelque années à rendre plus intéressant leur scénario. Un effort que j'apprécie.
#3

FullMetalPizza
Citoyen

Excellent jeu, personnellement j'en suis a 80h actuellement dessus et j'en suis a la fin du chapitre bonus, et j'ai encore un tas de choses a faire même après avoir fini l'histoire, je le recommande vraiment a tout les amateurs de jrpg.

Si je devais donner une note moi même d'ailleurs ce serait plutôt du 9/10, un point en moins principalement a cause du "farm" assez intensif a certains passages pour ceux qui veulent terminer le jeu a 100%.

D'ailleurs pour ceux qui l'achèteront, je vous conseille de vérifier sur internet concernant les quêtes annexes auparavant, les quêtes 1 à 7, 14 et 16 si je me souvient bien, peuvent être raté sans possibilité de les refaire par la suite au moins d'une nouvelle partie.
#4

flofrost
Grand chevalier

Va falloir que je m'y remette, mais le soucis, c'est que je m'attendais à un truc dans la veine de Vesperia, et même si au final le jeu est bon, il ne lui arrive pas à la cheville, rien que le casting si on compare, c'est clairement pas le même niveau...
#5

Killpower
Gobelin

Merci Saltar, il va falloir que je me le procure celui-ci.
#6

zenokan
Garde

Moi qui avait adoré Vesperia, ben celui ci je l ai trouvé mou, mais mou a un point qu on imagine pas... J ai du faire 50H et j attendait tjs que le scénario démarre tellement il ce passait rien. (dommage pcq à par le rythme et le scénar, le jeu est extra, combat, craft, perso)
Une grosse déception après tous les test dithyrambique que j avais pu lire sur le jeu.

Perso j attend celui de cet été (Xillia) pour peut être enfin faire un bon JRPG, depuis Resonance of Fate, sur cette foutu console japonaise!

Message édité pour la dernière fois le : 15/05/2013 à 18:42

#7

Baalka
Grand chevalier

Question à la con du jour : pourquoi un 'f'?
#8

Saltar
Citoyen

@Baalka : le f vient de "future arc" ^^.




Voir tous