Vendredi 22 Janvier 2021, 01:28     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Xenoblade Chronicles

par Saltar 26 Mar 2013 19:00 12

Un peu plus d'un an après une sortie fracassante au Japon, notamment car il s'agit du dernier bijou du créateur des mythiques Xenogears et Xenosaga, Xenoblade aura soulevé une vague d’enthousiasme à travers le monde. Le jeu ramène à la vie les racines et fait souffler un vent de fraîcheur sur un genre en plein ralentissement dans nos vertes contrées : le JRPG.

 

A l'heure où le genre du JRPG commence à s'essouffler et où les jeux qui marquent les esprits se font de plus en plus rares, certains éditeurs se jettent dans l'arène et nous montrent que quand on veut, on peut !

Xenoblade est une oeuvre qui, bien que reprenant le même préfixe que ses prédécesseurs Xenogears et Xenosaga, n'a aucun lien scénaristique avec eux et se veut plus léger en termes d'univers, quand on connaît les jeux cités plus tôt. Mais cela ne l'empêche pas d'aller loin et de nous surprendre à chaque fois qu'il le peut et donc d'être consommé sans modération.

 

Au commencement, un unique océan…

 

Xenoblade nous ouvre ses portes sur une introduction haute en couleurs, nous expliquant tout d'abord comment est né le monde, vide, simple océan sans âme qui vive. Puis apparurent deux géants, Bionis et Mékonis, qui commencèrent à se battre des jours durant et finirent par se figer en plein combat, après épuisement et non sans s’être infligés de lourdes blessures.

C’est sur ces corps inertes que de multiples formes de vies se sont développées, sur Bionis notamment : des humains, des Nopons, genre de petites boules de poils qui parlent, ainsi que diverses autres espèces de créatures, monstres, etc. Ces peuplades se sont rassemblées en colonie, tribus et villages. La vie sur Bionis n’est quand même pas toute rose car des machines de diverses tailles et formes venant du géant Mékonis, viennent inlassablement  faire la guerre contre les habitants de Bionis qu’ils affectionnent autant comme nourriture que comme cible vouée à l'extermination.

C’est donc en pleine bataille sur l’épée de Mékonis, plantée dans le ventre de Bionis, que se déroule l’introduction du jeu, confrontant une armée humaine aux machines de Mékonis. La lutte est rude, sans merci est très en défaveur pour les humains qui ne possèdent ni la force, ni l’armement ou les protections des Mékons. C’est alors qu'apparaît un homme,  Dunban, armé d’une étrange épée rouge munie d'une lame d’énergie, qui  pourfend sans mal les Mékons, quasiment insensibles à l’armement standard humain. Cette lame, appelée Monado, est la seule arme capable de blesser efficacement ces machines, et sera au centre de l’histoire de Xenoblade Chronicles, avec le jeune héros que l’on découvrira un an plus tard, suite à cette guerre.

En effet, Dunban le premier utilisateur visible de la Monado, n’est pas le héros de cette histoire. La lame salvatrice des habitants de Bionis, dont le fonctionnement est encore inconnu, ne se laisse pas manipuler par n’importe qui, électrocutant et contrôlant son porteur si celui-ci n’est pas le bon. C’est Shulk, un jeune habitant d’une des dernières colonies humaines de Bionis, qui, après avoir étudié des années durant cette lame mystérieuse pour essayer d’en percer les secrets, en deviendra le porteur. Après de sombres événements, celui-ci partira en guerre contre les Mékons.

 

   

A gauche les deux géants en plein combat, à droite le géant Mékonis.

 

Vous avez dit Monado ??

 

Le jeu va nous mettre rapidement devant le fait que cette lame mystérieuse ainsi que son porteur vont jouer un rôle phare dans le scénario. Monado possède en effet divers pouvoirs qu'elle conférera à Shulk, et ses alliés, au fur et à mesure de l’aventure. Ceux-ci auront une incidence réelle sur le scénario comme sur le gameplay. A titre d’exemple, le premier élément qui sera mis en avant, en plus de la possibilité de blesser les Mékons, seront les visions qu’aura Shulk à certains moments clés de l’aventure. En effet, celui-ci apercevra des morceaux de l’avenir, proches ou éloignés avec lesquels il devra vivre et s’adapter. Cet élément sera également repris lors des combats, permettant à Shulk de prédire qui subira la prochaine attaque dévastatrice, et de s'organiser en conséquence pour ne pas voir un allié périr sous peu.

 

    

 

Hum... Par où commencer...

 

Avant de rentrer plus en détails dans les combats, il est important d'expliquer comment se déroule le jeu, et tous les éléments qui en font la richesse. Notre héros sera rapidement parti dans sa quête, ce qui laissera la main au joueur pour faire un peu ce qui lui plaît. La liberté est présente dès les premières heures de jeu, et il est possible de se promener, faire des quêtes, etc. La carte se découvre au fur et à mesure et différents points de repère viendront la parsemer, qui pourront être utilisés pour se téléporter plus rapidement entre les zones ou points d'une même zone. Ce choix n'est aucunement scénaristique, et permet surtout de gagner du temps lorsque nous le souhaitons, étant donné que les environnements deviennent vite immenses et les voyages à pieds entre les différents villages très longs. Chaque zone visitée représente une des parties du corps de Bionis, et les ennemis et autres personnages se promènent librement dans celles-ci, de jour comme de nuit. Les ennemis sont donc visibles, et les combats se déroulent en temps réel, dès lors qu'une attaque est donnée ou qu'un ennemi nous remarque.

Xenoblade se rapproche beaucoup d'un MMORPG pour ce qui touche le système de combat. Les personnages peuvent se déplacer librement, un système d'auto-attaque permet de toujours donner des coups sans appuyer sur un bouton, le joueur devant plus gérer les différentes compétences spéciales, la santé et le positionnement de son personnage pour plus d'efficacité. Certaines techniques auront plus d'efficacité selon l'endroit d'ou elles seront lancées, dans le dos de l'ennemi ou sur ses flancs par exemple. Jusqu'à trois personnages peuvent prendre part aux combats, et chacun dispose de points forts et de spécificités. Les ennemis réagissent à l'hostilité, et seront donc plus enclins à attaquer tel ou tel personnage en fonction de leurs actions, et plus vous faites de dégâts à un ennemi, plus il focalisera son attention sur vous. Il faudra donc gérer ses actions afin de ne pas trop se retrouver au centre de l'attention ennemie, et laisser cela aux personnages ayant plus de carrure pour être au front. Il est possible en outre de changer le personnage contrôlé, afin de tester ses affinités avec les différents membres de l'équipe, ainsi que leurs compétences.

Les compétences de notre personnage se retrouveront en bas de l'écran sur une ligne, sur laquelle on pourra se déplacer pour choisir la compétence à activer. Chaque compétence mettra un certains temps à se recharger, et il faudra donc bien gérer leur utilisation. Il est possible de réaliser des combos avec ses coéquipiers, afin de déstabiliser l'ennemi et le mettre dans les vapes pour pouvoir se défouler sans se soucier d'éventuelles représailles.

 

   

Quelques captures de combats.

 

Un système de tension est présent également, grâce à une jauge qui se remplira en fonction des actions et des échanges que l'on pourra avoir avec les membres de l'équipe durant les combats. Plus la tension est haute, plus les coups critiques pourront pleuvoir, et la jauge pourra être utilisée pour relever un allié tombé au combat, seule manière de les faire reprendre l'assaut, en dehors de terminer l'affrontement.

Les caractéristiques des ennemis sont visibles simplement en les ciblant et l'on peut donc savoir avant de commencer un combat le niveau de celui-ci, et si l'ennemi réagira et attaquera si une action est effectuée. Il faut noter que la plupart des ennemis de base ne réagissent que lors d'une attaque, alors que d'autres pourront entamer le combat si vous passez devant, faites du bruit ou lancez une technique d'éther, qui est l'équivalent de la magie dans le jeu.

Chaque personnage dispose de ses propres caractéristiques et techniques, que l'on peut personnaliser dans le menu. Il est possible de changer l'équipement de chaque personnage, celui étant visible tout le long du jeu, amenant un coté personnalisable et permettant de choisir son équipement de manière à la fois esthétique et efficace. Chaque équipement peut être amélioré en y insérant des gemmes, si l'équipement possède des emplacement vides. Ces gemmes pourront être trouvées lors des combats, dans des coffres ou simplement fabriquées par nos soins, avec le bon matériel. Elles permettent d'augmenter les statistiques, telles que la défense, l'attaque, la vitesse d'attaque, la résistance à tel ou tel élément, etc.

La montée en niveau se fait via l'expérience glanée lors des affrontements, lors des quêtes et à la découverte de nouveaux lieux, récompensant les curieux. En plus des points d'expériences pour les niveaux, on gagne des points d'action pour pouvoir améliorer les techniques des personnages et des points de compétence pour améliorer les traits de chaque personnage. Chaque niveau de technique permet d'augmenter les dégâts infligés, le temps d'effets des altérations, améliorer les soins et raccourcir le temps de réutilisation de chaque technique. Les traits, quant à eux, permettent de bénéficier de buffs, ou d'augmentations de statistiques selon que l'on porte un équipement léger, si l'un de nos alliés est à terre, etc. Il sera possible, quand les liens entre les personnage de l'équipe seront élevés, de leur emprunter des compétences liées aux traits, afin de profiter de compétences que le personnage n'aurait pas à la base.

Un autre type de point permet lui de faire augmenter la notoriété des personnages, afin d'améliorer les relations et donc les soutiens en combat, ainsi que les quêtes disponibles dans chaque zone. Ces points permettent de faire évoluer les personnages non joueurs car une partie d'entre eux possède une personnalité et une histoire, souvent en relation avec d'autres citoyens. Tous ces personnages seront compilés dans un menu spécial représentant leurs affinités et lieux de vie. Ce même menu permettra également de voir l'entente de chaque membre de l'équipe. Une meilleure entente permet de débloquer des scènes supplémentaires entre ceux-ci, visibles à des endroits bien spécifiques sur la carte, ainsi qu'une meilleure efficacité en combat.

 

    

A gauche le menu d'équipement, à droite celui pour les traits de chaque personnage

 

En manque d'occupation ?

 

En dehors des combats, le jeu propose de nombreuses choses à faire, entre les différentes quêtes données par les personnages non joueurs par-delà le monde, demandant la récolte de matériaux, l'extermination de monstres, la livraisons d'objets, de messages etc. On peut prendre le temps de remplir une encyclopédie des différents objets trouvables sur le terrain au fil de l'aventure, découvrir des lieux secrets ou simplement se promener au gré du vent afin d'admirer les décors vertigineux des 2 géants. On aura aussi l'occasion de reconstruire une colonie, en amenant des matériaux, de l'argent et en incitant les gens à venir y habiter. Ceux qui ne souhaiteront pas faire de choses annexes pourront tout simplement suivre le scénario, les lieux importants pour le déroulement du jeu étant indiqués par un "fil rouge" permettant de savoir où on en est et où l'on doit se diriger pour la suite.

Techniquement, Xenoblade Chronicles est un peu à l'étroit dans cette machine qu'est la Wii, et nous propose des graphismes un peu dépassés à l'heure actuelle, tout en restant charmants et propres. Le jeu peut se jouer au pad classique comme à la wiimote, le pad classique étant conseillé pour une meilleure prise en main. La musique, composée par Yoko Shimomura est entraînante d'un coté, pour les affrontements et passages clés, et reposante et enivrante lors de nos pérégrinations, que cela soit au bord d'un lac en pleine nuit ou dans des contrées enneigées. Il est possible de mettre les voix en version originale japonaise ou anglaise au choix et les deux sont de très bonne facture. Tous les éléments se laissent prendre en main de manière simple et des didacticiels sont disponibles tout au long du jeu, afin de se remettre en selle si l'on est perdu, ce qui arrive rarement.

En termes de durée de vie, le jeu demande environ 50 heures voire plus pour le faire en ligne droite sachant que l'on peut très vite dépasser les 100 heures de jeu si l'on prend en compte toutes les choses à faire. Le jeu propose également un "New Game +" pour recommencer l'aventure en gardant ses niveaux et compétences, ainsi qu'une partie de notre équipement, et un petit bonus.

 

 

Au final, Xenoblade Chronicles est une oeuvre très riche, dynamique avec un scénario épique et plein de rebondissements, qui ravira tous les fans de RPG. Si vous n'avez rien à vous mettre sous la dent ou que vous ne le connaissez pas encore, n'hésitez plus, ce jeu peut être considéré comme le meilleur JRPG de l'année 2011, sans s'être fait détrôner depuis.

LES PLUS
  • Un scénario très riche
  • Un univers prenant
  • Des combats dynamiques
  • Une plétore de quêtes annexes
  • Voix japonaises ou anglaises au choix
LES MOINS
  • Des graphismes un poil dépassés

9/10

L'AVIS DE BATMAN

Le plus gros problème de Xenoblade Chronicles, c'est d'être sorti plutôt en fin de vie de la Wii. Le jeu s'adresse clairement à un public d'hardcore gamers qui avaient alors déserté la console de Nintendo. Fort heureusement, le jeu propose suffisamment d'atouts pour pousser ces déserteurs à dépoussiérer leur console et se plonger dans un fantastique RPG Japonais, comme il n'y en a eu que trop peu ces dernières années. Le système de combat sort des sentiers battus en proposant des mécaniques originales et riches en stratégie sans pour autant être complexe à prendre en main. La bande son est magistrale, et si l'ambiance globale vous rappellera un peu trop un MMO générique, les personnages, qu'ils soient joueurs ou non-joueurs, ainsi que le système d'interactions sociales fera plaisir au joueur de RPG solo que vous êtes (sans aucun doute !).

8/10

Commentaires (12)

#2

Metshael
Guerrier

Le jeu qui m'a fait acheté la Wii, pas encore terminé mais je ne doit pas en être loin (faudrait d'ailleurs que je m'y remette pour le finir) mais en tout cas pas déçu du jeu pour l'instant. Je lui reprocherait juste un système de mort pas assez pénalisante a mon gout ainsi qu'une caméra un peu lourde a utiliser (avec la télécommande+nunchuk en tout cas).
#3

Silverseed86
Villageois

Les graphismes n'ont jamais été un critère de qualité pour moi (heureusement pour moi sinon j'aurai raté la plupart des chefs d'oeuvres videoludique). Ce jeu a été un bol d'air frais pour le RPG japonais qui commençait à s'essoufler après les chaotiques FF XIII. A ne rater sous aucun pretexte si vous êtes fan du genre.
#4

waylander
Garde

Pour ma part c'est un des meilleurs RPG auquel j'ai joué. Je dois en être actuellement aux alentours de 150 heures de jeu. Mais j'avoue que j'aime bien m'amuser à faire les quêtes secondaires et pour une fois il y a une vrai histoire dans ce jeu avec un sentiment de liberté vraiment extraordinaire.
#5

Wolphoenix
Guerrier

Je dois etre atypique mais je me suis ennuyé a mourir sur ce jeu. Je trouve le gameplay des combats brouillon, tout est trop vaste et trop vide a la fois, a tel point qu'on lache assez vite l'histoire. Le scenario est sans doute génial mais après plusieurs heures a farmer dans la cambrousse, je me suis dit que je pourrais tout aussi bien le faire sur mes MMORPG de prédilection..

Bref, je n'ai pas accroché, et pourtant j'ai essayé plusieurs fois.
#6

Jeanloutre
Guerrier

J'aurais bien essayé, mais pour ça il faut avoir accès à une Wii... La mienne est restée au chaud dans un carton en France ! En tout cas le test m'a donné envie.
#7

vilko
Citoyen

J'aurais bien essayé, mais pour ça il faut avoir accès à une Wii... La mienne est restée au chaud dans un carton en France ! En tout cas le test m'a donné envie.


tu as toujours la solution de l'émulateur "Dolphin", plutôt stable et qui permet aussi de jouer en "HD" même si ça reste des graphismes de wii à la base, et ceux sur sur PC ou mac.

Message édité pour la dernière fois le : 27/03/2013 à 19:22

#8

oreye
Citoyen

on fait dans le JRPG maintenant :)
Bien sur faut rester ouvert mais je vous avoue que je prefere les dossiers sur les oldies ou les indés que sur les JRPG.
Enfin, pourquoi pas a petites doses...
#9

Percival
Garde royal

@ oreye : Un sondage a été fait sur RPG France. Et il est ressorti de ce sondage qu'une majorité des lecteurs de RPGF voulaient des articles sur les JRPGs.
Résultats du sondage en question : http://www.rpgfrance.com/actu-11531-1-joyeuses-fetes-fin-annee-les-gobelins

Message édité pour la dernière fois le : 29/03/2013 à 20:56

#10

Batman
Grand gobelin


Enfin, pourquoi pas a petites doses...

C'est le but.

Pour en revenir au jeu, il reste un must-have de la Wii, et ce qui s'est fait de mieux dans le genre ces dernières années. Enfin, vous avez mon avis sur le sujet en fin de test, donc je peux pas avoir l'air d'en rajouter une couche, mais je le fais quand même un peu.
#11

Maglor
Garde

Merci pour le test, ça confirme les echos que j'avais eu sur ce jeux.
C'est peut être l'une des seules raisons qui me ferait acheter une WII voir une WII U (vu qu'elle est rétrocompatible) pour faire ce jeux !
#12

Batman
Grand gobelin

Après il y a également The Last Story et Pandora's Tower, sortis peu après, qui s'avère également très bon. C'est un peu le triptyque de fin de vie de la Wii : 3 excellent jeu qui aurait du sortir bien avant pour vraiment fonctionner. Je ne sais pas ce qu'il en a été réellement des chiffres de vente au final.
#13

zenokan
Garde

Une tuerie ce jeu, le meilleur JRPG de ces dernières années pour moi et servi par une BO du tonnerre !
A faire tout simplement :p




Voir tous