Dimanche 12 Juillet 2020, 08:24     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Risen 2 : Dark Waters (PS3)

par eronman 01 Sep 2012 00:20 9

Sorti il y a déjà quelques mois sur PC, Risen 2 : Dark Waters, respectivement développé et édité par Piranha Bytes et Deep Silver,  est disponible sur consoles depuis le 3 août dernier. Ce n'est donc pas vierge de toutes critiques que le titre du studio Piranha Bytes arrive sur nos machines de salon, avec à la clé quelques attentes supplémentaires sur le niveau de finition du jeu.

C'est avec un plaisir non dissimulé que nous avons endossé un vieux manteau poussiéreux et notre plus belle paire de bottes pour nous replonger dans l'univers de la flibuste proposé par Risen 2 : Dark waters, cette fois-ci sur PS3.

 

Le changement, c'est maintenant !

 

C'est dans la peau d'un héros sans nom, comme c'est la coutume dans la série Risen, que vous débuterez votre aventure. Soldat enrôlé dans l'armée de l'inquisition au beau milieu des mers du sud, il vous sera assez rapidement confié la tâche immense de débarrasser les mers des titans maudits qui y règnent. Si vous avez déjà parcouru Risen premier du nom, les titans et les mers vous seront certainement familiers. Mais le grand changement réside surtout dans l'univers dépeint par cette suite haute en couleurs qui vous entraîne dans l'univers de la piraterie.

Nous ne détaillerons pas plus le scénario afin de ne pas vous gâcher le plaisir, mais sachez qu'il faut atteindre une petite dizaine d'heures de jeu pour que l'histoire se dévoile réellement. Au total, vous pouvez espérer vingt cinq à trente heures de jeu, voire une cinquantaine si vous fouinez vraiment partout.

Côté immersion, votre plongée dans le monde de la piraterie ne manquera pas de réveiller en vous des fantasmes de l'enfance à grands coups d'images d'Epinal. On peut citer parmi les clichés de tous poils l'omniprésence du rhum, du langage grossier, des prostituées dans les ports, des jambes de bois, des perroquets et autres singes dressés. Arrosez le tout avec une petite dose d'originalité, essentiellement liée à la présence de la magie Vaudou, et vous obtenez quelque chose de pas franchement fin, mais qui fonctionne bien en termes d'univers et qui possède tout de même de solides atouts pour motiver le joueur.

L'univers, segmenté en plusieurs îles et côtes des mers du sud, n'est pas si vaste qu'il y paraît, même si son "tronçonnage" fait illusion. Les lieux à découvrir restent néanmoins relativement nombreux et variés.

Visuellement, tout ce petit monde de la piraterie est très bien pensé dans sa conception artistique, dans ses couleurs, le tout sublimé par un cycle jour/nuit et des effets météo garantissant l'effet carte postale. Cependant, cette version console s'avère être (encore) moins bien lotie que sa grande soeur sur PC, avec des textures baveuses, un clipping très omniprésent et un aliasing parfois prononcé. Tout cela est à nuancer, car pour être franc la direction artistique convaincante rend le titre de Piranha Bytes tout à fait agréable visuellement et l'on oublie assez rapidement ces petits défauts.

 

Screenshots tirés de la version PC

  

La grande réussite de Risen 2 : Dark Waters est clairement son univers dépaysant

 

On ne s'est pas déjà vu quelque part ?

 

Du côté des personnages, c'est un peu le même constat. C'est à dire une réelle profondeur et des dialogues bien écrits et variés, mais desservis par une modélisation et des animations parfois sommaires. Un énorme carton rouge à Piranha Bytes pour le nombre impressionnant de clones qui fusille littéralement l'immersion en nous rappelant que nous sommes dans un programme informatique qui gère des bots... vraiment dommage, voire inacceptable à notre époque !

De même, si les dialogues sont bien sentis et parfois même mémorables, ils sont gâchés par d'innombrables bugs de caméra, d'affichage, de synchronisation, bref... la liste est longue. Il vous arrivera parfois de valider une ligne de dialogue, et cela vous fera tout bonnement sortir de la discussion. Il vous faudra alors reprendre vos bavardages avec le PNJ pour poursuivre. Et puisque nous sommes au chapitre des bugs, sachez que certaines quêtes, parfois dans la trame principale de l'histoire, ont été sujettes lors de notre test PS3 à des problèmes très gênants dans la progression. Ainsi, il nous aura fallu utiliser les défaillances de l'IA pour les mener à bien, en lieu et place d'une réelle stratégie pour arriver à nos fins. Prévoyez donc de sauvegarder régulièrement, mais pas uniquement pour les raisons évoquées précédemment, car les chutes de framerate sont parfois telles que le jeu freeze littéralement et nécessite un redémarrage de la machine. Comptez approximativement un redémarrage toute les cinq heures de jeu, ni plus ni moins qu'un Fallout : New Vegas non patché sur PS3. Rien de très gênant si l'on enregistre régulièrement sa progression, d'autant que le système de sauvegarde permet de le faire aisément. Cela témoigne tout de même du mauvais niveau de finition du jeu, dont la sortie avait pourtant été assez largement décalée sur consoles.

 

Le test vidéo de Risen 2 : Dark Waters

 

Cependant, Risen 2 : Dark Waters possède de réels atouts pour les amateurs du genre. On retrouve comme dans le précédent épisode le côté "Anti-héros" du personnage principal, qui est au départ de l'aventure ce que l'on peut appeler en termes techniques "une quiche". En effet, il faudra tout apprendre ou presque pour devenir un pirate digne de ce nom. Et si vos attributs de base augmentent par niveau en fonction des points d'expérience que vous y consacrez, il n'en est pas de même pour vos compétences et spécialités. Ces dernières pourront être acquises, en fonction de votre niveau dans tel ou tel attribut, à grand renfort de pièces d'or auprès des maîtres de la discipline qui se feront un plaisir de vous former. Les compétences sont aussi variées que leur degré d'utilité dans l'aventure et touchent de nombreux domaines comme le combat à l'arme blanche ou aux armes à feu, le vaudou, le vol, la distillation d'alcool, le dressage de singes et de perroquets, le crochetage, le vol à la tire, l'intimidation, la persuasion, etc... Ce système vous poussera d'ailleurs, tel le pirate moyen, à chercher toujours plus d'or. Cela force un peu le rôleplay, mais plutôt dans le bon sens du terme.

Un point fort du jeu réside dans l'utilisation de ces mêmes compétences pour résoudre les quêtes de différentes manières. Celles-ci s'avèrent d'ailleurs relativement variées et motivantes, y compris pour certaines missions annexes qui pourront  prendre des tournures multiples en fonction de vos aptitudes. Par exemple, l'acquisition d'un artefact jalousement gardé pourra, selon vos compétences, se faire par la voie de la magie vaudou autant que par des subterfuges propres au roi des voleurs, que vous serez devenu grâce à vos fréquentations plus ou moins recommandables. Notez par ailleurs que vos choix lors de la résolution de certaines missions conditionneront le déroulement de l'aventure jusque dans la composition de votre équipage.

La bande son dans son ensemble ainsi que les musiques, sans être exceptionnelles, sont plutôt convaincantes et collent bien à l'univers. Mais là encore des bugs parfois énormes viennent gâcher le plaisir (désynchronisation avec l'image, morceaux de bande son manquants lors des cinématiques, bugs audio...)

 

Screenshots tirés de la version PC

  

Vos compétences seront déterminantes dans la résolution des quêtes

 

Bien mon capitaine !

 

Oui, vous avez bien lu, Risen 2 : Dark Waters c'est aussi la possibilité de voguer d'îles en îles avec son propre équipage. De là à dire que l'inspiration est venue du succès d'un certain Mass Effect, il n'y a qu'un pas. Cependant il ne vous sera pas possible de gérer les compétences et l'évolution de vos équipiers, ni de livrer bataille en pleine mer aux commandes de votre vaisseau... dommage.

Outre les aspects de rôleplay très appréciables, puisque rares de nos jours, et d'une trame narrative bien au dessus de la moyenne, Risen 2 : Dark Waters déçoit sur la partie action pure. Le système de combat, peu intéressant malgré les apports de certaines compétences apprises au fil de l'aventure, s'avère être une réelle déception. Peu tactiques en dépit de la tentative ratée des développeurs d'y intégrer des sortes de "bottes secrètes" (aveugler son ennemi avec du sable, lui lancer une noix de coco, le déstabiliser d'un coup de savate...), les affrontements tournent vite au pugilat et deviennent avec le temps soit une formalité, soit une réelle souffrance, mais procurent rarement un réel plaisir. La tentation de coller aux licences concurrentes a également poussé le studio Piranha Bytes à intégrer des ralentis aléatoires en fin de combat pour souligner la violence de votre coup fatal, mais là encore la réalisation n'est pas au rendez-vous. Cet ajout, s'il avait été accompagné de véritables "finish moves" aurait gagné en crédibilité. Ce peu d'intérêt des phases d'action réside essentiellement dans le fait que toute stratégie défensive ou de contre-attaque est parfaitement inefficace dans la majorité des cas, d'autant que la possibilité de créer vos propres armes et de les améliorer n'altère que de façon très anecdotique le déroulement des combats.

 

Screenshots tirés de la version PC

  

L'impression de liberté est préservée par la possibilité de voyager

 

Soyons clair, si vous êtes joueur multiplateforme, ce que vous attendez d'une version console est un gameplay dynamique pour ne pas vous ennuyer manette en main ainsi qu'une stabilité technique du jeu. Malheureusement la version console de Risen 2 : Dark Waters ne possède ni l'un ni l'autre, même si l'on apprécie l'effort fait au niveau de la navigation dans les menus et de la prise en main.

Si vous privilégiez l'action dans un RPG, vous risquez de vous ennuyer rapidement. A contrario, si vous êtes sensible à l'exploration et aux dialogues, Risen 2 : Dark Waters pourra certainement retenir votre attention pendant la petite trentaine d'heures qui vous sera nécessaire pour le parcourir.

En définitive, malgré ses imperfections techniques qui frisent parfois le ridicule, c'est un jeu attachant par son univers et par sa fraîcheur. Aussi bête que cela puisse paraître, lorsque l'on joue à Risen 2 : Dark Waters, on a l'impression de jouer à un "vrai" RPG et ça... ça n'a pas de prix !

Mais de là à dire que le titre de Piranha Bytes a répondu à tout ce que l'on attendait de lui, il y a quand même un bout de chemin.

LES PLUS
  • Univers et paysages
  • Scénario et dialogues
  • Risen sur console
  • Personnages
  • Le héros parle !
LES MOINS
  • Trop de bugs moussaillon !
  • Combats proches du désastre
  • Certains aspects graphiques
  • Animations datées
  • Des clônes partout, en 2012...

7/10

Commentaires (9)

#2

Lughan
Citoyen

Un bon test avec lequel je suis d'accord sur plusieurs points. Risen 2 est un excellent RPG mais très faible techniquement (PC et consoles) et graphiquement (consoles) même si ce portage est de bien meilleur qualité que celui du premier opus. La version 360 s'en sort d'ailleurs mieux graphiquement que celle sur PS3. Par contre c'est vraiment dommage de fournir des screens PC pour un test comparatif sur consoles...

De même une comparaison qualités/défauts avec le premier opus aurait été intéressante. Car Risen 2 corrige les défauts du premier opus (scénario plus intéressant, personnages plus charismatiques, design plus agréable) mais perd certaines de ces qualités (système de combat trop simplifié, disparition des factions au sens strict du terme puisqu'on est obligatoirement pirate et que l'alliance avec une faction change peu l'intrigue et ne donne pas accès à des armures comme dans le premier Risen, plus proche des Gothic finalement.) De manière générale Risen 2 s'écarte trop du chef-d'oeuvre dyptique G1+G2, alors que Risen en était une belle reprise, même si de moindre qualité.

Risen 2 présente des nouvelles qualités néanmoins : univers pirate complet et très inspiré, souvent dans le seconde degré (c'est franchement n'importe quoi les joueurs qui taxent le jeu de raciste et de sexiste) - cet univers reprend et approfondit d'ailleurs l'expérience pirate déjà proposée dans l'add-on Night of the Raven (cf. Greg, alias Grégoire Barbe d'Acier) - intrigue moins linéaire, refonte de la feuille de personnage... ainsi que des nouvelles fonctionnalités de gameplay intéressantes : vaudou, armes à feu, équipage, compagnon... mais avec trop de défauts en contre-partie.

A noter qu'un patch est disponible sur PC qui permet l'esquive via une roulade et la parade contre les monstres. Il corrige également les bugs comme la recette du Jus de Nigaud qui ne fonctionne pas, Alvarez qui n'enseigne pas les dernières compétences en lames,etc.

Espérons que Piranha Bytes et DeepSilver ont la décence de sortir ce patch sur consoles...

PS: Pourquoi tu indiques dans les qualités du jeu que le héros parle? Il a toujours parlé dans les jeux PB.

Message édité pour la dernière fois le : 01/09/2012 à 13:35

#3

eronman
Garde royal

Merci Lughan pour tes remarques qui complètent bien le test

Le test étant sur PS3 et Risen 1 n'étant pas sortie sur ce support, je n'ai pas insisté sur la comparaison, mais il est vrai que pas mal de choses ont été améliorées.

Le fait de mettre en point positif que le héros parle n'est pas lié à la série Risen en particulier, mais plutôt en comparaison d'autres sorties plus récentes en AAA dans lesquels le héros est parfaitement muet

Message édité pour la dernière fois le : 01/09/2012 à 16:05

#4

Hayden
Noble

L'histoire de ce jeu est pour un plats réchauffé au micro-onde. Plat sans saveur et prévisible à des milliers de kilomètre (Ou la big arme ultime capable de niquer tous le monde qu’on découvre au dernier moment). L'univers pirate est une peau de chagrin tellement c'est vide.

Franchement le 1 m'avait beaucoup plus emballé.

Comme je le dis, je n'attendais pas Risen 2 et bien il a quand même réussi à me décevoir.
#5

Lughan
Citoyen

La big arme? On ne doit pas parler du même jeu. Dans Risen 2, on a quatre artefacts liés à une malédiction, on le sait très tôt dans le jeu. Dans Risen, à partir du chapitre 2, il fallait récupérer x trucs sans arrêt pour finalement atteindre et rosser le boss. Le scénario de Risen 2 n'a donc pas à rougir par rapport à celui de son aîné.

De plus le scénario des jeux PB n'a jamais été d'une immense profondeur avec plein de twists, là où les dévs excellent, c'est la façon d'imbriquer ce scénario avec les quêtes secondaires et la multitude de pnjs, conférant au jeu un certain degré de réalisme et donc d'immersion. Si on prend les excellents Gothic 1 et 2, la trame principale était simple : s'échapper de la colonie, puis défoncer un méchant dragon par contre la narration et l'arbre des quêtes étaient du pur chef d'oeuvre.

Bref, tout ça pour dire, que le scénario ne me semble pas faire partie des (nombreuses) faiblesses de Risen 2.

Message édité pour la dernière fois le : 01/09/2012 à 23:24

#6

Andariel
Grand chevalier

En tout cas, ce Risen 2 de chez Sony, il ne me semble pas aussi catastrophique que l'était Risen 1er du nom sur la box. Ils on l'air de maitriser les consoles de mieux en mieux. Qui sait, peut étre qu'avec Risen 3 on aurait enfin un portage sans friture...ou pas...
#7

Montaron
Seigneur

Question sur le jeu en lui même, pour avoir testé la démo dispo sur steam j'ai trouvé l'intro assez imperméable avec notamment pas mal de références qui m'ont échappés. C'est vraiment necessaire de jouer au premier pour saisir le lore du 2 (notamment, j'ai l'impression sur le passif du personnage) ou j'ai zappé un quelconque codex ? J'avoue que le premier me tente pas outre mesure donc ...
#8

eronman
Garde royal

@Montaron : il n'est pas frachement nécessaire d'avoir fait le premier Risen pour profiter de celui-ci. Les rares éléments de compréhension utiles par rapport au passif du personnage sont plutôt distillés dans les dialogues au cours de l'aventure.

Par ailleurs, l'intro n'est pas du tout représentative du reste du jeu, notamment au niveau de la liberté laissée dans la résolution des quêtes.

Message édité pour la dernière fois le : 03/09/2012 à 12:06

#9

orkanoobator
Novice

pour ma part je l'ai trouvé assez bien réalisé... le théme de la piraterie et bien choisi qu'oi que je trouve qu'il n'est pas assez exploité.... sinon le systeme de quetes reste assez équivalent a la série...mais sans trop de difficultés particulières... je l'ai finis en a peine une trentaine d'heure . Ce qui est pour moi un peu juste...et est loin d'egalé le trés sublime gothic3 ou on a une liberté d'action sans faille une durée de vie qui frole l'infini... bon meme si il date un peu on peu dire qu'il avait du contenu plus que subtentif... C'etait la bon époque ......
#10

breed
Villageois

Merci pour ce test. J'ai adoré le premier (malgré le portage râté sur 360) et je vais surement replonger dans cette univers!




Voir tous