Lundi 25 Juin 2018, 08:09     Connectés : 6      Membres : 5


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

1 …  59 60 61 62 63 64 65

Le topic des coups de cœur

REPONDRE S'ABONNER
Djefel
Noble
#1526
Gros coups de cœur pour mes neveux et ma nièce qui ont chacun eu la mention bien à leurs examens !!
Let the boots do the talking
mm678player
Garde royal
#1527
Eh bien, toutes mes félicitations pour eux !
42
Cyrus Redguard
Noble
#1528
AAhhh le bac je m'en souviens, j'étais parti voir les résultats et zou on a faiter ça toute la journée en alcool et j'en passe.

Bravo à eux!

Ps: Dans les mémoires de mon Grand Père avec le bac on pouvait directement être enseignant, cadre dans une grande entreprise etc... Comme cela a bien changé.
flofrost
Grand chevalier
#1529
En même temps vu que le taux de réussite sera proche des 90% après les rattrapages, la mention c'est un peu le seul moyen de donner une réelle valeur au truc, et de faire en sorte de se retrouver plus haut dans les listes des facs et autres grandes écoles par la même occasion. Une pierre deux oiseaux.
La vérité est plus difficile à tenir que le savon dans une baignoire, et bien plus difficile encore à trouver.
Gelukpa
Guerrier
#1530
Sauf qu'en général les admissions en prépa et fac sont décidées avant les résultats du bac, donc la mention n'a pas vraiment de valeur au final a part pour se vanter...
flofrost
Grand chevalier
#1531
Ah ouais, ça ne joue pas pour les listes d'attentes ? Dans ce cas je vais rejoindre ceux qui disent qu'on ferait aussi bien d'arrêter les frais, surtout que ça coûte un bras, autant faire un contrôle continu, en plus ça motivera à bosser toute l'année et pas uniquement dans la dernière ligne droite ^^
La vérité est plus difficile à tenir que le savon dans une baignoire, et bien plus difficile encore à trouver.
Aleph
Chevalier
#1532
Non, ça ne joue pas. J'ai su où j'allais après mon bac bien avant d'avoir mes résultats. La mention c'est pour poser sur un CV. Le baccalauréat est une plaisanterie. Une bonne grosse farce qui ne sert plus à rien sinon à emmerder les lycéens.
Je faisais allemand en seconde langue, contre mon gré, classe bilangue forcée en sixième, y avait qu'anglais-allemand et j'ai jamais pu changer ma deuxième langue. C'était l'année de la réforme, j'avais un oral de 20 minutes. 20 foutues minutes. J'étais tout juste capable de dire Ich heisse Estêvão. Résultat, j'ai fait un mélange franco-allemand-anglais-portugais, ça a duré 5 minutes chrono et j'ai eu 9. Oui, 9.

Make RPGs great again
Cyrus Redguard
Noble
#1533
Les gens sont sympas quand il s'agit des affaires des autres en général.
flofrost
Grand chevalier
#1534
Si tu dis ça en réaction aux messages d'Aleph, Gelukpa et moi, j'te dirais que voyant combien ça nous coûte le bac et au final l'utilité du truc (la preuve j'étais persuadé que ça avait au moins une influence pour les dernières places dans les facs et grandes écoles, alors que même pas), je pense que c'est un peu l'affaire de tout le monde. Et si tu parles d'autres chose ben...oups ^^
La vérité est plus difficile à tenir que le savon dans une baignoire, et bien plus difficile encore à trouver.
Aleph
Chevalier
#1535
Et avoir le bac avec une mention c'est très bien !

Si il y a plus de mentions très bien et bien, c'est parce que le niveau évolue positivement. Faut quand même taffer pour obtenir une mention comme ça.
En revanche, tous les profs que j'ai eu en terminale, et avec lesquels j'étais assez lié, m'ont expliqué qu'il leur était de plus en plus difficile de mettre une note basse à une mauvaise copie. D'où mon exemple allemand. Cela ne veut pas dire qu'ils surnotent les bonnes copies ceci dit.

Make RPGs great again
flofrost
Grand chevalier
#1536
D'ailleurs l'augmentation des mentions, ça découle peut être directement de ça.
Je m'explique, vu que pour beaucoup c'est plus difficiles de le louper que de l'avoir, y en a peut être plus qui passent la vitesse supérieure histoire justement qu'on ne minimise pas leur réussite.
Et puis avant les parents c'étaient "On paye tes vacances (ou ton permis, voir les deux) si t'as le bac !" maintenant vu les critiques envers le bac, c'est "On paye si t'as une mention !" et ça, ça peut en aider certains ^^
La vérité est plus difficile à tenir que le savon dans une baignoire, et bien plus difficile encore à trouver.

Message édité pour la dernière fois le : 10/07/2016 à 01:30

strelokk
Chevalier
#1537
Ayant passé mon bac et mon bts dans le public, il y a une prof qui m'avait expliqué : x1.25 pour toutes les notes, question de taux de réussite (qui engendrent des fermetures de classes, et la réouverture de classes c'est pas dans l'ère du temps).

Bac et BTS (2009 et 2011), même combat. Ça fait relativiser son 13/20, mais surtout quand tu réalises que deux tiers de la classe ont entre 10 et 11.50, ça fait cogiter. Ajouté au niveau des BTS des années 2000 (qu'on faisait en "bts blanc") tu te dis qu'"ils" gèrent des taux de réussite plutôt que des exigences.

Mon petit frère a passé son BTS (2016) dans le privé, et ils s’entraînent toute la deuxième année avec leur oral d'examen, qu'ils améliorent et complètent au fur et à mesure : à l'examen, le taux de réussite, est de 100%.

De mon petit vécu de prolétaire à études courtes, je me demande juste pourquoi nous faire passer des diplômes galvaudés qui, une fois dans le monde professionnel, sont de toute manière dénigrés. Avoir un BTS et faire du boulot de manard, c'est tout de même étrange.

Enfin, il faut bien des gens en bas, la pyramide s'est raidie, mais elle ne tiendra pas en mode building. C'est juste dommage de bloquer l'accès au travail avec des critères détachés du monde réel de l'emploi. Mais je crains que ce ne soit ni un hasard, ni innocent.
Aleph
Chevalier
#1538
Très clairement Strelokk. CE que disait Cyrus sur le niveau de qualification que supposait déjà le bac avant est assez éloquent par rapport à aujourd'hui.

Le fait est que je n'ai que le bac, j'ai toujours arrêté mes études par ennui et désintérêt. Et que le bac ne m'a rien ouvert sinon des CDD pérraves de manoeuvres et quelques ménages. Et même là, ça se tend.
Il reste bien les concours de la fonction publique, mais les dés sont presque pipés quand tu vois que ceux qui réussissent les concours ont déjà majoritairement un bac +2. C'est signe d'un grave déséquilibre.
Make RPGs great again
strelokk
Chevalier
#1539
Et c'est rien ce BTS.

J'ai une amie qui fait des stages à 350 euros/mois avec deux master. En politique et journalisme, certes.

Si personne balai l'atelier, personne expédie de palette.

Message édité pour la dernière fois le : 10/07/2016 à 14:28

Aleph
Chevalier
#1540
Ouais, je connais aussi des masterants qui sont dans la merde...
Se faire chier à ce point pour obtenir un master et travailler quelques années de plus dans des postes "sans qualification", la plaie.
Make RPGs great again
mm678player
Garde royal
#1541
c'est parce que le niveau évolue positivement

C'est le niveau qui évolue, ou les critères qui baissent ? Ces dernières années je ne sais pas, mais je me souviens très clairement, quand j'étais en 5ième, puis 10 ans après j'ai revu ce qui a changé dans le programme, sur certains point en maths ils ne faisaient qu'en 3ième ce qu'à mon époque on faisait en 5ième.

Depuis je suis toujours resté avec l'idée que c'est donc une tendance générale, toutes matières, toutes années (jusqu'au bac inclus). Mais je peux me tromper dans cette généralisation, ou ça a pu s'inverser encore depuis...

Mais déjà à l'époque, il y avait le début d'une tendance à appliquer un coefficient global à toutes les notes pour avoir tant et tant de réussites...
42
ninheve
Grand chevalier
#1542
De mon coté je suis impressionnée par le niveau en biologie actuel, leurs connaissances sont beaucoup plus pointues lorsqu'ils arrivent au bac qu'avant, là c'est plutôt une amélioration général du niveau et des connaissances requises.
Idem en histoire et géographie, il y a une vraie formation à l'analyse et la réflexion ce qui n'était pas trop le cas à mon époque (début des années 80). J'ai plutot l'impression que le niveau général change en bien, pas seulement dans le sens des connaissances à acquérir mais aussi dans la formation.
La théorie c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne, la pratique c'est quand tout fonctionne et on ne sait pourquoi. Ici nous avons réuni théorie et pratique :Rien ne fonctionne et on ne sait pas pourquoi
strelokk
Chevalier
#1543
J'ai fait STi génie Electrotechnique, qui n'existe plus. Toute la formation tiens dans le Memotech/Memoshem.

Aujourd'hui, on ne vois plus les schéma de liaison à la terre, le cablage, les schémas elec, la logique, avant le bts. Et la formation s'appelle energies renouvelables...qui n'est qu'un pouillème de l'electrotech.

Le niveau régresse violemment dans le technique (ba oui, faut pas juste un prof et des pcs, faut des systemes industriels, des automates, ça coute trop de pognon.).

Sans parler du niveau de maths, dont l'examen écarte volontairement des pans entiers du programme.

Pour les sciences vivantes, j'ai arrêté la SVT en 3ème, l'histoire se passe en oral coef 1 en première, alors je saurais pas vous dire.

Mais tous diplomés tous chomeurs, ça n'est pas le bon calcul. Faudrait redonner de la valeur aux savoirs faire, et leur juste valeur aux savoir.
Aleph
Chevalier
#1544
Au-delà de la qualité des diplômes, le vrai problème c'est le déséquilibre qu'ils occasionnent sur le marché de l'emploi. Quand on voit certains postes occupés par des gens sur-qualifiés, ce qui bloque les pignolards comme nous qui n'avons que le bac sur ces postes qui correspondent davantage "à nos diplômes". C'est assez désespérant, d'aller postuler en caisse à Lidl pour se voir répondre "profil intéressant, mais nous préférerions que vous possédiez un BTS".
Make RPGs great again
Geralt
Grand chevalier
#1545
C'est assez désespérant, d'aller postuler en caisse à Lidl pour se voir répondre "profil intéressant, mais nous préférerions que vous possédiez un BTS".



Quand parfois je dis on a mangé le respect, là c'est le bon sens qui n'existe plus...
« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. » Benjamin Franklin
Baalka
Grand chevalier
#1546
Pas qu'à ce niveau. Je viens de finir mes études et suis au début de ma recherche d'emploi, "énergies renouvelables" comme en parle strelokk, mais différemment vu qu'en Belgique : cela n'a rien à voir et existe conjointement avec l'électronique, l'électrotechnique, l'électromécanique, l'automation, etc. Il s'agit d'un bachelier technique de Haute Ecole en trois ans.

Toujours est-il que jusqu'à présent, ma recherche d'emploi se résume à : "désolé, on préférerait un ingénieur avec master". Il m'a fallu plus de 80 candidatures pour être accepté dans un stage non rémunéré de 6 mois... Et grâce à un piston finalement.

Bref, c'est la dèche et j'ai aucun espoir pour la recherche d'emploi.

Mais c'est le topic des coups de coeur ici les gars, cheer up

Message édité pour la dernière fois le : 11/07/2016 à 18:59

Aleph
Chevalier
#1547
Je m'en fous, au pire, j'ai bien l'intention de me rapatrier au Portugal dans les cinq années à venir de toutes façons.
Mais voilà, encore un HS, mais tout à fait intéressant. Les déséquilibres au sein de la société française sont ahurissants.
Make RPGs great again
Shizam
Grand chevalier
#1548
Quand on embauche des gens sous-qualifiés, c'est qu'il y a du boulot partout.
Au sein de l'entreprise, on appel ça "l'ascenseur social", qui va de paire avec le plein emploi. ( typiquement, les 30 glorieuses, jusque dans les années 80's )

L'inverse, c'est "l’excès de culture", et la politique du chômage de masse.
Aujourd'hui, des caissières sont diplômées, mais payées comme des caissières, donc des non-diplômées.
Le patron prendra un BAC+5, là ou un BAC aurait suffit.
etc..

Beaucoup l'expliquent..
F.Lepage le fait avec humour.



Sorcier à 1 point de vie...Augmenté d' 1 point de vie temporaire.

Message édité pour la dernière fois le : 12/07/2016 à 13:20

Baalka
Grand chevalier
#1549
C'est pour cela qu'il faut faire la différence entre la formation d'humanités, la formation universitaire, et la formation qualifiante.

Au sortir d'une formation qualifiante, tu es en droit d'espérer pouvoir avoir un emploi.

Maintenant, je pense qu'il y a aussi un problème dans la façon dont la société dirige ses jeunes dans l'enseignement. Les générations maintenant parents ont connu ce plein emploi, et apprennent à leur enfant de "faire les études qui leur plaisent", pour beaucoup. Or, avec cet "excès de culture", on ne manque pas de qualification dans la plupart des domaines, en étudiant celui-ci, ils se trouvent donc dans la situation décrite.

Mais il existe un nombre de filières où la qualification est manquante (on parle souvent de la santé, mais aussi certains métiers techniques), et on devrait davantage, au sortir de leur secondaire, diriger les jeunes étudiants qui souhaitent étudier pour trouver un emploi vers une formation qualifiante dans ce domaine.

L'accès à l'éducation est meilleur que jamais, et il est excellent pour notre société que plus de jeunes (et moins jeunes !) que jamais puissent avoir accès à un enseignement complet, secondaire puis supérieur, voire même universitaire. Mais il faut voir cet enseignement, universitaire en particulier, comme un complément d'éducation, qu'il faut protéger et démocratiser à tout prix, mais ce n'est plus le saint graal de l'emploi qu'il était par le passé.


Pour revenir à mon histoire personnelle, en-dehors des problèmes structurels, il y a évidemment tous les problèmes personnels. Dans mon cas, j'ai suivi une formation qualifiante, mais avec laquelle il est dur de trouver un emploi car je suis finalement le cul entre deux chaises, pas aussi bon technicien qu'un électroméca, et sans le niveau théorique pour faire le boulot d'un ingé. Mais c'est une erreur d'orientation personnelle.

Dans l'absolu, j'encourage tout le monde à poursuivre autant d'études que financièrement possible – et je pense que dans notre contexte de raréfaction de l'emploi, qui dans les générations à venir sera encore plus important vu les prochaines phases d'automatisation que l'on peut attendre, nous devons, en tant que société (et donc par nos états) encourager cela, car de toute façon on n'a pas besoin de l'entièreté de la main-d'oeuvre disponible, donc ça libère des "années-individus" qui peuvent être investies dans l'éducation et le développement personnelle.

Mais, comme je dis, suivre autant d'études que possible, mais garder une idée claire d'où on se dirige, pour ensuite les conclure par une formation qualifiante, dont elle l'objectif sera de donner accès à l'emploi en exploitant le savoir acquis.

Idéalement, et je pense que cela devrait être quelque chose bien plus activement encouragé par nos systèmes, dans un mode d'apprentissage. Nos gouvernements retardent l'âge de la pension tout en se plaignant du chômage des "jeunes paresseux", donner l'opportunité aux (pré-)pensionnés de transmettre leur savoir à ces jeunes, éduqués mais sans compétences professionnelles, serait une façon assez censée d'agir, mais est trop peu exploité en ce moment. Précisément car, comme tu le dis et Franck Lepage l'élabore, on attend trop de l'éducation qu'elle nous prépare au travail ; souvent l'on attend d'un jeune sortant d'études qu'il soit aussi compétent qu'un professionnel rôdé.


Bref, j'ai voulu réagir à cela, car il soulève des points intéressants mais je pense qu'on peut ajouter à cela. C'est un problème important pour notre société (surqualification, "excès de culture" comme il le dit, structurel ; mais en même temps l'accès à l'éducation et la culture est l'une des plus grandes réussites de notre système), et je me sens personnellement concerné évidemment dans ma situation actuelle.
Shizam
Grand chevalier
#1550
A noter que le terme "excès de culture" ne signifie pas "trop intelligent", mais "avec trop de savoir";
En gros, pour 80% des postes concernés, tous métiers confondus, le travailleur dispose en lui d'un trés large spectre de compétences et/ou de facultés à l'adaptation qui ne sera jamais utilisé dans le travail demandé.
Typiquement, et sur le ton humoristique dans l'exemple de F.Lepage , la secrétaire trilingue qui n'utilisera qu'une langue...pour mouiller et coller les timbres.

La chômage de masse à au moins 2 raisons majeures d'exister:
-La robotisation ( l'automatisation/ le logiciel autonome ) des postes
-La volonté politique, aval de la volonté du grand patronat, issue des forces autodestructrices du Capital.

=> Le chômage de masse est une bonne chose pour ceux qui tiennent les manettes. Elle créer entre autre la dépendance et le dumping social, issue et voulue par et pour la mondialisation.
Un "cancer" volontaire en somme.
Sorcier à 1 point de vie...Augmenté d' 1 point de vie temporaire.

Message édité pour la dernière fois le : 12/07/2016 à 15:05