Lundi 23 Octobre 2017, 22:47     Connectés : 9      Membres : 8


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Le journal de Maximum

REPONDRE S'ABONNER
Maximum
Novice
#1
Voilà un petit récit, un premier, c'est la première fois que j'en commence un (soyez indulgent), il n'est pas fini, car je voudrais m'inspirer de Fallout : New vegas qui sort prochainement pour continuer mes aventures



J'ai mis ce sujet ici car je ne savais pas où le poster ... j'ai aussi rajouté un sondage pour voir un peu ce que ça donne ..

Mais à mon humble avis, je crois qu'il y a trop de blabla et pas assez de choses importantes ..



Celle-ci à d'abord été posté sur Fallout3-France, dont elle en est originaire, datent du : 27 Juin 2010, 22:34

Style : Aventures

Inspiré des jeux vidéo : Fallout 3 / Stalker (Et Solidsnook).



----------------------------------------------------------------------------------------------------





--------------------------------------------------

Journal de Gaston - (introduction)

--------------------------------------------------




On l'appelait Maximum, mais je crois que ce gars la n'avait plus au moins de surnoms qu'on lui donnait, nous ne savons pas exactement d'où il venait et qui s'était, on ne savait même pas son propre prénom.

Certains disaient de lui qu'il n'était qu'une personne normal et errante au milieu d'un monde cruelle qui tous les jours tués de plus en plus de familles innocentes.

D'autre disait que c'était un espèce de survivant des terres désolées, ou du moins qu'il a réussi à survivre de ce qu'il l'habitait.



Moralement je ne savais pas quoi dire de lui, il n'était jamais avec nous et resté tout le temps à l'écart, je ne voulais pas aller le voir et découvrir une personne hostile envers moi, même s'il avait l'air pacifiste, même si l'envie d'aller lui parler me ronger l'esprit ..



Un gars du coin dit de lui qu'il a perdu toute sa famille, quelque part là dans les terres désolées ... et jours après jours il tentait de l'ai retrouver.

Il était plutôt en forme même malgré toutes les blessures et cicatrices qu'on pouvait voir sur son visage, il me fessait pensé à un mec de la légion, il avait un regard froid mais tout à la foie foudroyant que troublant.

Il ne parlait jamais si ce n'est qu'aux marchands du coin qui vendait armes et armures et divers objets ..

Tous les matins vers 6 heures il partait dans la zone et revenait que le soir vers 19h, nous savions qu'il cherchait sa famille, mais vraiment, qu'est-ce qu'il pouvait trouver dans les terres désolées, je m'imaginais déjà avec lui trouvant des choses extraordinaires et insolite mais nous ne pouvions pas partir de ce camp de merde, même si sécurisé, c'était notre chez nous. Mais j'aimerais partir au delà de la frontière et partir explorer des mondes inconnus.



Putin la vache, ce matin il y à fait vraiment beau, avec les potes on a fait une petite partie de carte et on a remis sur pied un vieux vélo des années 2010.

On est partie le tester chacun notre tours, mais au moment où je suis passée à côté de la boutique du marchand, j'avais l'impression d'entendre des sons, comme deux personnes qui se disputaient, mais j'ai pas cherché à comprendre, je me suis vite barré de là.



Au retour j'en ai parlé à personne, et bizarrement ce soir là Maximum n'est pas rentrée.

Alors le petit groupe de reconnaissance est partie voir où il pouvait bien être mais sans succès.



Je me suis couchée bien tristement, avec un mal de tête à faire crever un Grizzly.





--------------------------------------------------

Journal de Maximum - (introduction)

--------------------------------------------------




J'ai grandi avec mes parents jusuqu'à l'âge de 12 ans, après ce Cataclysme nucléaire, ils ont disparu, à croire qu'il se sont envolée .. tout le monde se posait des questions sur pourquoi et comment ils ont pu disparaître comme ça, à l'époque c'était vraiment n'importe du quoi.

Je rentrais des études au moment où j'ai aperçu le Cataclysme, je me suis faufilé tout épeuré dans les caves de la station essence à côté du camp, une vielle station abandonné qui tenait encore debout.

C'était d'un beauté magnifique, mais tout aussi dévastateur que jamais, un cyclone surpuissant, je crois que je peux dire ça comme ça, les maisons arrachées, les champs détruites, tout était détruit, rester plus quelques personnes tentant de s'en sortir, beaucoup n'ont pas tenu le choc fasse à ces pénurie ou climatique.



J'ai alors continué à grandir tout seul, les temps sont dures ici, surtout quand vous êtes tout seul et aucune famille ou endroit où aller, vous êtes seul face au destin et aux hiver difficile.

Mais je m'y suis habituer, je me suis construit un petit chez moi et je crèche désormais ici.

Je voulais tous savoir de la zone, c'est tout, je voulais devenir quelqu'un de reconnu et de formidable mais je crois que je ne suis pas taillé pour ce genre de destin, à croire que mes choix n'ont servi à rien.

Je suis ainsi, solitaire, et je mène une vie linéaire, tous les jours les mêmes choses à faire et tout le temps les mêmes images qui passent en boucle dans ma tête, le sourire de mes parents, leurs joies de vivres, leurs tendresses, sentir leurs présences, ce cauchemar infinissable qui chaques jours, hante mon esprit.



Je me doit de continuer à l'ai chercher, même si peine perdu j'irais jusqu'au bout.

Peut-être que je deviens fou, peut-être que je commence à délirer qui sait, j'espérais tenir le coup après toutes ces étapes insurmontables que j'ai endurés, j'espère que mes efforts seront récompensées ..





--------------------------------------------------

Journal de Maximum - Le même matin

--------------------------------------------------




Ce matin comme tous les matins j'ai vu Gaston avec ses branleurs de potes, ha ils sont pas méchants mais surtout très intransigeant et ne savait comment était la vie en dehors du camp.



Et comme chaque fois il a dû se demander ce que j'allais faire de cette journée.

J'lui ai jamais adressé la parole, ni à qui que ce soit mise à part les marchands.

J'aimerais bien parler avec les personnes de mon camp, surtout Gaston, c'est la personne la plus ou du moins que je trouve spécial, mais j'avais toujours le sentiment d'être entourée de traître qui sont près à te sauter dessus une fois le dos tourné.



Le lendemain, je suis allée voir le marchand s'il pouvait m'avancer quelques balles et quelques kit médicales, il à rien voulu savoir, ça fait trop longtemps que je lui prenais materiels sans le payer, je lui disait toujours demain, mais je lui ai jamais redonner l'argent sous peine que j'en avais pas, et le pire, ma situation avec ce gros tas était de plus en plus foireuse, enfin bref c'était la routine ..



Je suis donc partie dans les terres avec deux chargeurs 10mm dans les poches et sans kit médicale en plus. Il fallait faire vite aujourd'hui.





--------------------------------------------------

Journal de Gaston - Le Pourquoi et comment

--------------------------------------------------




Je me suis réveillée comme un féignant aujourd'hui, j'avais pas envie de bouger mon cul du canapé, je voulais retourner dans le monde ou tout est beaux et paisible, mais bien évidement y avait toujours quelque chose qui m'empêcher de pieuter, mes potes par exemple ..

On savait pas quoi faire de cette belle journée, et je dois dire qu'au moment ou le silence est apparu dans le Camp, j'me suis dit pourquoi pas aller voir plus loin que la frontière, les potes ont éclatées de rire tout en ce moquant, je leur ai dit que ce n'est pas des conneries, ils savaient que Maximum était porté disparu, alors pendant 5 ou 10 minutes on s'est assis et on a commencé à parler de comment et pourquoi surtout, nous, nous partirons avec toi pour aller chercher ce Loup solitaire ..



Je leurs avaient dit que c'était quelqu'un de spécial et qu'il fallait à tout prix aller voir, mais ils m'ont dit qu'il était grand et fort, et qu'il pouvait survivre, d'autant plus qu'il est peut-être en train de marcher tranquillement à l'heure actuel.

Je n'ai pas trop su répondre face à ces arguments, mais mon point fort rester celui que c'était quand même mes potes, et quoi qu'il arrive, ils serrons toujours là et avec moi.

Ils se sont décidés pour m'accompagner, demain on trouvera comment sortir de là.



Vint alors le moment tant redouté, 5h du matin, personnes dehors, juste les deux gardes habituelles sur le géant portail qui entouré notre bien protecteur sarcophage.

On voulait passer le portail, le temps que les gardes passaient par derrière, mais c'est pas des cons, ils fessaient des tours de gardes ces enflures.

On ne pouvait pas passer en tuant un garde ou voir le neutraliser, il fallait qu'on passe et pour ça j'avais une idée, bien intéressante.



J'avais joué les amadoueurs, je suis allée chez le fils du garde pour le convaincre de lui parler et de nous laisser passer, moi et les potes.

Mais le problème c'est que lui et moi, nous étions pas très copain, surement dû à notre passé.

J'ai essayé de le convaincre en lui disant que s'il me laissait passer, je lui rapporterais un de ces légendaires Artefact, nous ne savions pas dans quelle histoire nous nous embarquions, mais ça valait le coup.

Alors il partie voir son père, les première paroles étaient plutôt sec et son père n'était pas un tendre, néanmoins, sa famille famille de rouler pas sur l'or et avait besoin d'argent.

Et une fois parlé de l'Artefact, le garde nous à appelé et nous à dit, que nous devrions passer un peu plus tard le temps que le deuxième gardes partait sur l'autre extrémité du portail.

Ce qui nous laissa un peu de temps pour faire nos provisions, mais que prendre, nous sommes jeunes et tout ce que j'ai c'est c'est un couteau de combat rouiller, une gourde, et une lampe et pareil pour les potes. Mais c'était suffisant, le garde nous à donner au cas ou, un kit de secours s'il viendrait un accident au cours de notre voyage..

C'est ainsi que nous avions passé dans le souterrain du camp qui menait sur un champ désertique un peu plus haut sur les côtes.



Nous étions enfin dehors, mais seul diable sait ce qui nous attends ..





--------------------------------------------------------------------

Journal de Gaston - trouvé, trouvé pour rien

--------------------------------------------------------------------




Où aller ? Que de désastre nous voyons à ce moment là.

C'était tellement grand que je ne savais pas où commencer, je ne voyais pas le Wasteland comme il était dit dans les livres, peut-être le temps qu'il y en à fait avec lui ainsi ..

C'était désertique et cela nous rassurait un peu de savoir que nous allions pas rencontrer d'animal ou quoi que ce soit.

Tout ce que nous voulions, c'était retrouver Maximum.

Alors on à commencé à chercher de toute façon sans tenus anti radioactive on aurait pas pu aller plus loin que la ligne de front .. ouais une ligne de front, y a eu une guerre enfin .. une partie de guerre c'est déroulé ici et il y à plut des centaines de Megaton, heureusement c'était assez loin pour ne pas subir de dégâts au niveau du camp ou de radioactivité.

Cette endroit peut de personne l'on traversé, surement parceque des tenue anti radiations c'est pas ce qu'on trouve dans les marchés, et ça valait de l'or maintenant.

Et Maximum n'a pas pu passer de l'autre côté, il n'a pas en ma connaissance de tenu, enfin, je l'ai jamais vu avec en tout cas.



A un moment on marchait et j'ai entendu un bruit à côté d'une broussaille, un petit coin assez .. végétale, on y est renté et il y avait Maximum allongé qui pleurait, non mais sur le coup je me suis dit c'est quoi cette merde, on cherchait un mec alors qu'il était juste à côté du camp et en plus en train de chialler sur une pelouse si on peu appeler comme ça ..

Il était plutôt .. surement en train de penser au vue de ses yeux et comment il était, ça devait être un coin qu'il connaissait au milieu de tous ces carnages qu'à produit l'homme.

Je suis allée lui parler il m'a regardait avec une air froid, dur et terrible, il m'avait même pas dit ce qu'on foutait là, il ne nous à juste dit : "Restons pas là"

Bizarrement il à pas cherché à rentrer, je lui ai dit pourquoi pas faire demi tour, il m'avait dit que si nous fessions demi tour ... voir tenter de revenir au camp nous serions attaqués par des meutes de Rattaupes, ces bêtes à deux francs, seul c'est rien, en groupe sa vous bouffe un bars en 5 minutes.

On l'a alors suivi telle un explorateur du Wasteland, comme on disait dans le temps.

Mais pourquoi je me suis embarqué dans cette histoire de merde ...



--------------------------------------------------------------------

Journal de Maximum - Premiers pas en milieu hostile

--------------------------------------------------------------------




La nuit commencée à tomber et les bruits du soir devenait de plus en plus angoissant, cette nuit nous marchions mais nous étions quand même cinq et j'espérais pas à rencontrer les habitants de la forêt ..

Mais de toute évidence je savais que cette chose nous suivez, je sentais ça putin de présence imposante et qui fessait fuir les petits animaux, je m'attendais là, a un gros prédateur, j'hésitais en train un deathclaw et un yao guai, à savoir que le deathclaw ne s'aventure jamais aussi loin dans la forêt.

J'avais peur pour "l'équipe" que j'escorte avec moi, il se disait fort et sans peur mais vu leurs tronches dès que la nuit est arrivée, je me suis dit que ça allait pas être facile de l'ai protéger.

Plus nous marchons plus je le sentais, j'avais pas prévenu l'équipe de ce prédateur qui nous suivez depuis le début, nous ne pouvions pas faire demi tour et ne pas s'arrêter.

Au moment ou j'ai entendu une branche cassé, c'était le moment, le combat pouvait s'engager, la troupe s'était mit derrière moi et chacun avait sont propre champs de vision pour na pas être attaqué sur les flanc ou l'arrière.

Il fessait nuit noir mais nos lumières éclairées magistralement les arbres morts de cette forêt abandonnée par tout type de civilisations.

J'entendis sa respiration, je le sentais! le grognement lourd qu'il dégageait, je pouvais m'attendre à un beau mal Yaoguai .. ça aller pas être facile avec un 10mm, mais avec des balles à têtes creuse, ça pourrait peut-être faire l'affaire.



La bête tournait autour de nous en dessinant un cercle, on cours on est mort, on reste on est mort, alors j'ai tiré une balle, une balle, le silence fut brisé par la bête qui nous fonça dessus avec férocité et détermination, elle courrait vers nous, on voyait sons énorme ombre nous charger comme de vulgaires bouffies.

J'ai alors visée et attendu de bien visualisé la forme de sa tête, et dans mon dernière élan, mon dernier souffle, je restais figée, l'arme braqué sur la bête qui courait, trois tires, trois tires répétitif , Les vibrations dans mes poumons, je cérais le flingue dans mes mains en espérant que je l'avais touché, les drôles étaient sous le choc et regardaient la scène avec monstruosité telle un film d'horreur.

Et une onde sismique était parvenu jusque dans nos corps, la bête était tombé, elle était morte, une flaque de sang régné sous la masse de l'animal, touché à deux reprises dans la tête donc une était encore visible, elle avait surement pas du passé l'épaisseur du crane.



Je suis resté debout, les gosses se sont approchés et m'ont dit si ça aller.

Je leur ai dit que ça aller et pourquoi me demander ça, c'était quand même pas la première fois que je tuais un animal bordel, bref ils avaient compris qu'il ne fallait pas trop tarder, on a marché jusque de l'autre côté de la forêt et on s'est réfugié sur un arbre, un énorme arbre, histoire de ne pas se faire réveiller par une bête, surtout ici, dans ce monde qui m'a l'air plutôt rocheux, j'avais peur de rencontrer des radscorpions Albinos.

Il était tard, les enfants dormaient et moi non, je regardais les étoiles et le ciel, je pensais à cette journée accompagné avec les mômes, et je m'étais dit que demain, demain va falloir imposé des règles, des règles de survies, je n'avais pas signé pour protéger le cul de ces gars là moi, même si gaston me paraissait meilleur soldat que les autres.





Modération : Sujet déplacé
Voici la conclusion mon ami, voici la fin C'est une révolution, c'est une vengeance civile.

Message édité pour la dernière fois le : 15/02/2012 à 18:44

Megamat
Gobelin
#2
Très sympa tout cela, ça nous replonge dans le Wasteland (la zone)<br />
Merci pour ton journal Maximum (à part les fautes de frappes et d&#39;inattention), j&#39;aime beaucoup <br />
<br />
<img src='http://www.rpgfrance.com/taverne/public/style_emoticons/<#EMO_DIR#>/super.gif' class='bbc_emoticon' alt=':super:' />
Maximum
Novice
#3
[quote name=&#39;Megamat&#39; date=&#39;05 décembre 2010 - 06:44 &#39; timestamp=&#39;1291574665&#39; post=&#39;57626&#39;]<br />
Très sympa tout cela, ça nous replonge dans le Wasteland (la zone)<br />
Merci pour ton journal Maximum (à part les fautes de frappes et d&#39;inattention), j&#39;aime beaucoup <br />
<br />
<img src='http://www.rpgfrance.com/taverne/public/style_emoticons/<#EMO_DIR#>/super.gif' class='bbc_emoticon' alt=':super:' /><br />
[/quote]<br />
Merci pour ton commentaire ça fait plaisir <img src='http://www.rpgfrance.com/taverne/public/style_emoticons/<#EMO_DIR#>/super2.gif' class='bbc_emoticon' alt=':super2:' /> <br />
<br />
Sinon oui effectivement les fautes de frappes et tout .. manque énorme d&#39;inattention et un manque de motivation pour la relecture du topic, je l&#39;avoue, mais à l&#39;avenir, je ferai en sorte d&#39;améliorer tout ça <img src='http://www.rpgfrance.com/taverne/public/style_emoticons/<#EMO_DIR#>/super2.gif' class='bbc_emoticon' alt=':super2:' />
Voici la conclusion mon ami, voici la fin C'est une révolution, c'est une vengeance civile.