Mardi 20 Octobre 2020, 05:45     Connectés : 5      Membres : 4


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Les bons jeux...

REPONDRE S'ABONNER
Shaam
Héros
#1
Depuis quelques années j'ai de plus en plus de mal avec les termes "bon jeu" et "mauvais jeu", notamment par le fait que j'ai des gouts particuliers, des avis particuliers, suis-je pourtant de mauvais gout ?

Les cérémonies des GOTY (game of the year) m'ennuie, les débats sur les notes des jeux dans la presse JV me chagrine ou m'énerve. Les débat interminable pour savoir si tel ou tel jeu est "bon" me rendent fou.

Il y'a une certaine violence autoritaire, une certaine injonction dans le fait de dire a quelqu'un "tu aimes un mauvais jeu" ou "tu dois jouer a ce jeu il est bon", tout cela me semble n'être que Doxa et snobisme.

Au final j'ai décidé de croire que le "bon" et le "mauvais" n'existe pas objectivement, que seul l'être suprême détient assez de vérité et de rationalisme pour dire que tel ou tel œuvre est bonne. Et si cet être n'existe pas, ces termes sont tout juste bon a définir un nouveau clergé du jeu vidéo.

J'ai dis "objectivement", car subjectivement, je trouve que les carottes c'est bon et que les brocolis c'est mauvais, évidement que j'ai un avis sur les jeux auquel je joue mais un avis personnel, qui est une question d'expériences, d'histoires, et d'affects. Que le monde ne partagera rarement ou jamais, on a tous des vies et des avis différents.

Viens le moment du jugement objectif donc, comment faire, comment analyser un jeu collectivement ? Et bien tout simplement en cherchant ce que le jeu détruit, ce que le jeu construit. Parce qu'au final il me semble que se soit la seule analyse pertinente d'un jeu, qu'est ce qu'il apporte au jeu vidéo ? qu'est ce qu'il retire au jeu vidéo ?

Prenons comme exemple Call of Duty 4, n'étant pas connaisseur de la licence, je ne peu en aucun cas juger ce jeu là, et tant mieux, par contre je peux expliquer dans un ensemble plus grand, les FPS par exemple, ce que la saga call of apporte et retire au genre, puisque j'ai joué a nombre de FPS depuis lors.

La personne qui aime Call of Duty, souffrira moins d'un "La saga call off a réduit un temps les FPS a des couloirs scriptés" que "ton jeu c'est de la merde", tout simplement parce que les couloirs linéaire scriptés, lui il aime ca, et parfois moi aussi.

Bref, ce long pavé pour dire, qu'il est possible que taxer les jeux comme "bons" et "mauvais" ne soit pas si constructif que cela, et si parfois un peu de troll destructif c'est fun, en faire une finalité constante est peu être une erreur.
cabfe
Seigneur
#2
Dans la même veine, on ne trouvera jamais d’œuvre universellement aimée.
Il y aura toujours au moins une personne qui n'aimera pas, quelle que soit sa raison.
Bleeding Moons est dispo sur Steam et GOG. Noté 4.7/5 par les joueurs !
Nyamulagira
Garde
#3
Un bon jeu est un jeu qui sort sans avoir besoin de 50000 patchs, qui a une histoire/gameplay/ambiance (selon le genre) solide, novatrice ou non on s'en tamponne un peu. Et surtout, qui se suffit à lui-même et n'a donc aucun besoin d'extensions pour que l'on continue à s'y amuser. Comme un bon jeu plateau quoi :-P
Evidemment, avec un rapport qualité-prix correct. Actuellement, au-dessus de 30€ c'est rarement bon selon mes critères.

C'est évidemment subjectif, le bon ou le mauvais varient avec le temps, le juste et l'injuste aussi. Si l'on apprend une chose en sciences économiques et sociales grâce à la "révolution marginaliste", c'est que toute échelle de valeur est fondamentalement subjective.
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin
Caldanath
Gobelin
#4
Difficile de qualifier de bon ou mauvais un jeu. Faut aussi différencier l'objectif du subjectif.

Il y a des jeux, comme par exemple la saga Prototype, qui sont objectivement pas terribles, mais subjectivement je les adore. Est-ce pour autant un mauvais jeu ?
Les lances seront secouées ! Les boucliers voleront en éclats ! Une journée de l'épée! Une journée rouge ! Avant que le soleil ne se lève!
Shaam
Héros
#5
Pour ce qui est des patchs, un exemple utile au débat est No Man Sky. Jeu qui essaye "quelque chose" au départ er ca foire, c'est a dire que le jeu déçoit les attentes de nombreux joueurs, et qui au fils des patchs va construire une communauté solide.

Bon jeu ? Mauvais jeu ? No Man Sky ne rentre pas dans ces catégories, même a la sortie du jeu, puisque le gros œuvres était fait et sans gros œuvre pas de finitions.

Si on se réfère à la définition approprié de "bon", un bon jeu est un jeu qui "possède les qualités voulues", sauf que la qualité est une question d'échelles subjective et de perception (et reste la question du "qui" veut ces qualités).

En clair je peux peu attendre d'un jeu qu'il soit bon pour moi, qu'il fasse consensus, plusieurs personnes le trouvent bon pour eux mais en aucun cas qu'il le soit de façon rationnel et définitive.

Apres c'est aussi une question de raccourcis de langage : dire ce jeu est bon, c'est pour certains, dire je pense qu'il est bon.
Deliorik
Citoyen
#6
Viens le moment du jugement objectif donc, comment faire, comment analyser un jeu collectivement ?


Pour moi, tout est là. On n'est pas censé juger un jeu collectivement. Celui qui test un jeu donne son avis, selon sa propre sensibilité sur ce qu'il aime ou non (certains ont d'ailleurs tendances à l'oublier quand ils jugent les testeurs, d'ailleurs...).
Le seul critère de qualité objective, ce sont les bugs. Un jeu qui sort pleins de bugs est un produit défectueux, et les studios ont tendances à l'oublier avec leurs patch day one de 40Go et les 20Go de patchs qui sortent la semaine suivante pour essayer de rattraper le coup (je grossis le trait, mais vous m'avez compris).
Tous les autres critères sont subjectifs et n'engagent que ceux qui portent le jugement. Pas de bon, pas de mauvais.

Mais bon, aujourd'hui, pour trop de joueurs, déception = mauvais.
Et il y a souvent de quoi être déçu, entre des communications ratées et des trailers limites mensongers. Ou simplement à cause d'attentes trop grandes de la part des joueurs. Et à l'ère des réseaux sociaux ou le cerveau des gens fonctionnent sur 2-3 neurones maximums, ca ne pardonne pas!
Mon royaume pour Final Fantasy
flofrost
Grand chevalier
#7
J'ai souvent pris mon pied avec des jeux réputés mauvais, et me suis fais royalement chier en jouant à des "chef d'oeuvre" genre le dernier God of War.
Bref l'essentiel c'est surtout de savoir ou on met les pieds, ça évite les déceptions ;)
Les opinions c'est comme les testicules, si on les frappe assez fort peu importe combien on en a.
mm678player
Garde royal
#8
Au final j'ai décidé de croire que le "bon" et le "mauvais" n'existe pas objectivement,

Pareil.
D'ailleurs, je pars du principe que lorsque quelqu'un dit "c'est bien", ou "c'est nul", il pense tout à fait consciemment "j'aime", ou "j'aime pas" ("moi, subjectivement"). Et que beaucoup de prises de bec viennent du fait que, soit quelqu'un croyait réellement dire quelque chose d'objectif, soit quelqu'un l'interprétait comme ça à tort en le lisant.
( pas spécialement ici, mais dans la vie en général, partout )


que seul l'être suprême détient assez de vérité et de rationalisme pour dire que tel ou tel œuvre est bonne.

Même pas.
Je pense que pour lui tout est neutre (même les pires trucs, et là je ne parle pas que de jeux...). "on expérimente ça maintenant", point, même si pour nous autres incarnés ça peut être très chiant parfois. (bon, je suis très loin des jeux, là...). C'est "l'Observateur Infini".
(contrairement à l'usurpateur semi-terrestre que vénèrent les religions)
Mais, stop, je ne veux pas glisser vers le débat religieux et autres croyances, qui est toujours une très très très mauvaise idée.


en cherchant ce que le jeu détruit, ce que le jeu construit.

Ca, et à quel point j'arrive à le prendre en main.
Et quand j'ai vraiment le luxe (rare), en plus, que son scénario alimente mes réflexions existentielles, c'est un plus. (mais là, ça rejoint aussi les autres fictions : romans, films, séries ; contrairement à tout le reste sur les jeux).
Bon, je ne veux pas faire un résumé, ou une synthèse, de ce que j'appelle un bon jeu, ici, dans un seul sujet. C'est réparti un peu partout, et en très grande partie resté juste dans ma tête et écrit nulle part.
Mais pour rebondir sur "ce que le jeu construit", le premier exemple qui m'est venu à l'esprit quand j'ai lu cette phrase : je me rappellerai toujours lorsque j'ai découvert, l'univers, mais surtout le gameplay des TES, à la sortie de Morrowind (TES 3), j'étais sûr que leur idée d'enchantements à déclenchement sur décision sera reprise dorénavant par tous les RPG de tous les développeurs, et qu'à l'avenir on ne se souviendra même plus que ça venait de Morrowind. Et au contraire, ce qui s'est passé, c'est qu'ils l'ont enlevé des TES suivants (à part les bâtons, juste avec quelques effets).

Mais je vais m'arrêter de développer, c'était juste un exemple. Je pourrais faire cent pages de ce que j'ai trouvé qui a construit ou détruit, été une avancée ou un recul, m'avoir plu ou déplu, dans tous les jeux auxquels j'ai joué (ce qui me ferait encore parler longtemps de ce bon vieux morro, ex-aequo avec le temps de parole de cent autres additionnés).

Je voudrais juste préciser aussi, que même ce qu'un jeu apporte ou enlève, est subjectif aussi, si j'en crois le nombre de points de gameplay que j'ai vu, de mon point de vue, "reculer" dans les suites de plusieurs sagas de jeux, de dev différents, de styles différent, d'époques différentes. Ce qui m'a donc convaincu depuis environ 20 ans, que "plus quelque chose me plait à moi, moins ça paira à la somme de tous les autres" (par contre la réciproque n'est pas garantie...). Et que donc je ne suis pas prêt à appeler "objectivité" une "analyse collective". Mais c'est juste une histoire d' "alienité de ma propre personne dans ce monde"...
Mais même en voyant les choses comme ça depuis ces derniers, disons 40%-50% de ma vie, à chaque fois que j'exprimais quand même mon opinion subjective sur tel point de gameplay de tel jeu, c'est à chaque fois dans l'espoir que cela "contribuera quelque part à faire repencher un peu la balance d'un millimètre dans un moins mauvais sens", "mauvais" ne signifiant ici rien d'objectif, mais "éloigné de mes goûts personnels", évidemment, pour qui a lu mon pavé.
Djefel
Noble
#9
L'universalité d'opinions n'existe pas, que ce soit dans les jeux vidéos ou dans n'importe quel autre domaine. Est-ce que ça rend caduque les expressions "bon jeu" ou "mauvais jeu", je ne crois pas.

Toute personne, si dans son identité propre est unique, se retrouve en accord avec un cercle de personnes pour chaque domaine pris individuellement. Pour l'exemple des jeux vidéos, et pour rester dans le cadre de ce forum, on a tous en tête des membres avec qui on se reconnait des affinités et dont on sait que l'avis donné sur un jeu sera probablement raccord avec le notre si on venait à poser nos mains sur ledit jeu. Il arrive que ce n'est pas le cas, mais je pense que ça reste rare (l'exception qui confirme la règle, ou un jeu qui aborde plusieurs aspects vidéoludique comme mêler le str au rpg par exemple, et in fine les "cercles" auxquels je faisait référence ne sont pas étanches ni uniformes...)

L'usage dans un "cercle" de bon ou mauvais permet un étalonnage et donne aux membres du cercle une indication sur les qualités du jeu. Je pense que les problèmes viennent quand un cercle cherche à imposer sa vision à un autre cercle, i.e. cherche à démontrer que sa vision est "universelle", et inversement si un cercle estime qu'un jeu est mauvais et qu'il se montre tellement intransigeant que ses membres ne peuvent comprendre qu'un tel jeu puisse paraître bon à d'autres.

Bref, on peut qualifier un jeu, le tout c'est d'accepter que notre vision est toute relative. Pour finir je vous citerai Assassin (le groupe du début, je ne cautionne pas ce qu'est devenu Squat depuis, mais ce n'est que mon avis xD) "Le métissage est notre force et force le futur". Je crois profondément que nos différence en tout domaine nous enrichissent et nous incitent à nous remettre en cause régulièrement ce qui nous permet d'avancer et de nous améliorer en tant que personne.
La jeunesse emmerde Nelly Olson, et sa mère c'est rien qu'une....