Samedi 07 Décembre 2019, 02:22     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Valve se fait secouer les puces en France sur la revente de jeux

REPONDRE S'ABONNER
cabfe
Seigneur
#1
L'interdiction de revendre ses jeux dématérialisés sur Steam est considéré comme illégal en France et Valve devra modifier son contrat d'utilisation ainsi que sa plateforme pour permettre un marché du jeu d'occasion.

Et ça devrait s'étendre à toute l'Europe très bientôt.

Source
Gaek_Shao
Chevalier
#2
Ouep, j'ai lu ça aussi ce matin.
Mais je suis dubitatif quand à la réalisation ou sa mise en place.
Chassez le naturel, il revient au galop ...... :(
Chedden
Villageois
#3
Ils ont déjà annoncer qu'ils allaient faire appel, il y en a encore pour des mois/années de bataille judiciaire avant d'avoir le fin mot de l'histoire (malheureusement)
Cyclopk
Citoyen
#4
A principe, je suis totalement pour même si dans les faits j'ai des doutes sur la façon dont on peut mettre en place un système de revente de clef déjà utilisée.

A voir donc, en espérant que ce soit possible à terme.
ParazaR
Guerrier
#5
Bonjour,

Merci cabfe pour cette information séduisante.
Force est de reconnaître très souvent que le prix d'un jeu à sa sortie et ceux de ses éventuels DLC, atteignent des montants trop élevés.
Ainsi, le marché de l'occasion permettrait peut-être d'acquérir des jeux récents à des prix raisonnables.
Resterait à fixer les règles ..., et là ce pourrait être plus compliquė.
J'imagine Greedfall à 15 € en occasion, trente jours après sa sortie.
« Écoute, j'ai été enfant de choeur et militant socialiste. c'est dire si j'en ai entendu des conneries... » - Michel Audiard.
Cyclopk
Citoyen
#6
Oui, mais je pense que c'est surtout le principe qui doit être mis en avant.

Y'a pas de raison, quand on achète un livre et un jeu en boite (Mais avec une clef demat), qu'on puisse revendre le bouquin sans problème, peut importe le prix, si on l'a lu ou pas, et pas le jeu.

Me semble que c'est sur ce principe que UFC que choisir à décider de porter plainte.
Vorakesh
Citoyen
#7
Moi je trouve ca normal! Je trouve hallucinant tous ces achats dématérialisés ou en fait on te fait payer un droit d'utilisation. Au final c'est plus une location qu'un achat.
Puis paye l'argumentaire des "économistes du jeu vidéos" indépendants n'en doutons pas, qui présagent un gros manque à gagner pour les studios de jeux... Comme si par le passé le marché du jeu avait été mis à mal par l'occasion ou que le marché du jeu physique était mis à mal par l'occasion actuellement. Quelle mauvaise foi...
Bon après comme il a été souligné, ce n'est qu'un jugement de première instance donc les intérêts économiques ont encore le temps de faire changer la justice de direction, malheureusement.
Cyclopk
Citoyen
#8
C'est le problème en économie, si on abuse d'un système qui nous fait gagner des tonnes de pognons, bien plus qu'avant, si quelqu'un veut arrêter cet abus avéré, ceux qui ont profité du système diront toujours qu'il perdront de l'argent (ce qui est vrai) sans préciser qu'avant d'abuser, ils faisaient des bénéfices aussi (moins, car ils abusaient pas, ou ne pouvaient pas abuser autant).

Avec les microtransactions abusives et les lootbox absurdes ont à le même argumentaire. Ça rapporte tellement à certaines boites que revenir en arrière ça risque de piquer pour eux.

Message édité pour la dernière fois le : 26/09/2019 à 14:41

Nyamulagira
Villageois
#9
Le truc à leur décharge, c'est que l'on ne retourne pas chez Darty, Carrefour, Micromania,... pour revendre un produit à qui veut bien. Soit on revend directement à ces sociétés qui font leurs propres offres d'occasion, soit on passe par les marchés dits informels.
D'une certaine manière, c'est assez vache pour Steam de se retrouver à vendre les jeux des éditeurs puis ensuite de voir les éditeurs qui soutiennent la plateforme se faire concurrencer sur le même Steam par des joueurs qui ont bouclé les jeux rapidos et les revendent à des tarifs que les promos ne concurrencent pas (vu qu'avant d'avoir des promos à 60-90%, faut que le jeu soit rentré dans ses frais le plus souvent). Je suis éditeur, je trouve un autre partenaire ou je demande le blocage du marché français si c'est le seul à pratiquer ça.
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin
cabfe
Seigneur
#10
Nyamulagira, je comprends ton point de vue, mais si on suit ton raisonnement, c'est tous les marchés d'occasion qui devraient être interdits.

Qu'est-ce qui empêche de vendre d'occasion une voiture à peine sortie du concessionnaire à -80% ?
C'est rare, puisque à ce prix le vendeur perd beaucoup d'argent, mais pas impossible.

La différence est que dans le cas d'une voiture, il y a une usure du produit.
Pour des jeux dématérialisés, ça n'existe pas.
C'est peut-être sur ce point (entre autres) que le législateur et les avocats en attendant vont travailler.
Cyclopk
Citoyen
#11
Après oui c'est sur que le démat se fait sur des serveurs dédié et que la revente se fera forcément aux frais des plateforme comme steam... ça soulève donc aussi le problème des DRM... Si les jeux étaient pas verrouillés par des DRM, des mises à jour après la sortie d'un jeu pour régler les problèmes qui devraient pas exister après la sortie officielle du dit jeu, avec l'obligation d'utiliser tel ou tel plateforme propriétaire... ça serait moins vache pour Steam et les autres de revendre d'occasion... Bon ok, plus personne n'utiliserais steam, donc quelque part ça restera vache, mais imaginer un système de déblocage sur demande de DRM c'est facilement envisageable : "je veux plus de DRM mais en contrepartie je bénéficie plus du support d'une plateforme, juste du jeu et des patch que j’installerais moi même à l'ancienne". Les éditeurs sont capable de financer des DRM avec codes et des systèmes de sécurité et tous, rien ne les empercherais de développer un système avec un autre code pour annuler leur DRM ou pour indiquer la revente à un tiers.

C'est sur que rien n’empercherait les gens d'acheter le jeu, de l'installer et de le revendre dans la foulé... Sauf que pour les CD audio c'est possible et la revente d'occasion des CD n'est absolument pas interdit et ne pose pas de problème en soit (je parle bien de la revente, pas du piratage et de la copie illégale).

Message édité pour la dernière fois le : 26/10/2019 à 08:03

Nyamulagira
Villageois
#12
cabfe, on ne vend pas nos livres d'occasion dans la librairie où on les a achetés, c'est ce que je voulais dire ;-)
Du coup, que Steam fasse de l'occasion là où les éditeurs vendent leurs produits, c'est une position inconfortable, voire pas tenable sur le long terme. C'est une des problématiques des modèles de gestion sur le net d'ailleurs, les marchés sont encore très fluides.
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin
Cyclopk
Citoyen
#13
Ton libraire ne t'oblige pas à lire les livres qu'il vend dans sa boutique ;)

Si c'était le cas, ça serait à lui de revendre ton livre d'occasion ou en tous cas de s'occuper d'organiser la revente.

Message édité pour la dernière fois le : 27/10/2019 à 13:27

Nyamulagira
Villageois
#14
Steam non plus pour le coup, enfin, une très grande partie des jeux ne nécessitent pas de connexion (en tout cas, sur ce que j'ai).
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin
Cyclopk
Citoyen
#15
Mais tu ne peux toujours pas revendre ton jeu d'occasion sans l'aval éventuel de steam, connexion ou pas, si la revente de jeu démat est autorisé (et par principe moi je suis toujours pour).

ça reste de la location illimité sans abonnement, mais de la location quand même.

Message édité pour la dernière fois le : 27/10/2019 à 13:34

Nyamulagira
Villageois
#16
Apparemment on peut vendre. Si j'ai bien saisi la chose.
Et dans la mesure où je n'ai pas besoin du net pour jouer, que le jeu est jouable sur mon PC, que visiblement d'autres personnes peuvent aussi jouer à ces jeux en étant passées sur mon compte (du coup, je peux vendre ou louer l'accès à mon compte), cela n'a rien d'une location mais bien d'un achat.
Après, les jeux Ubisoft&co, c'est sûr qu'ils sont injouables sans connexion.
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin
cabfe
Seigneur
#17
Au passage, Steam interdit de vendre son compte utilisateur.
Et la fonctionnalité de partage familial est limitée à 5 comptes (et pas en même temps, en plus).
Nyamulagira
Villageois
#18
Je suis au courant : mais tout ça peut se faire de manière informelle.
J'ai des gens qui ont mes pass, et mes jeux. Comme c'est des amis, ils n'ont rien déboursé pour obtenir le compte et les jeux, mais c'est envisageable globalement. Je reste détenteur de l'adresse mail liée au compte Steam.
C'est moins pratique que GOG, mais reste que les possibilités de partage sont importantes, et que l'on peut jouer aux jeux sans accès au net puisqu'ils sont sur le PC (à part si on a des jeux Ubisoft&co, auquel cas...).
Je ne compte plus non plus le nombre de jeux auxquels je joue grâce à des amis sans avoir à dépenser un centime pour le jeu.
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin
Cyclopk
Citoyen
#19
Et Steam serait en droit de bannir ton compte et donc t'interdire l'accès à tous les jeux qui sont dessus (règlement d'utilisation de la plateforme que tu à accepté en t'y inscrivant).

Oui, tu peux donner accès à ton compte à n'importe qui, voir le revendre... Mais c'est à tes risques et périls (où à celui de l'acheteur).

En Europe la revente devrait être autorisé distinctement sous peu, elle l'est déjà pour les clefs de licence comme Windows, mais en attendant ça reste très flou.

Message édité pour la dernière fois le : 30/10/2019 à 22:08

Nyamulagira
Villageois
#20
Certes, mais la charge de la preuve leur incombe dans tous les cas au niveau juridique (ce qui est loin d'être évident à fournir), et sachant que j'ai déjà 4 adresses rien que de mon côté et que je bouge régulièrement, j'imagine que ça fait longtemps que mon cas doit être mis de côté.

Enfin, des textes n'y changeront pas grand chose, ils règleront des problèmes à la marge, peut-être. L'ensemble de l'internet reste très libre.
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin
Cyclopk
Citoyen
#21
"D'une certaine manière, c'est assez vache pour Steam" ce que tu fais.
Nyamulagira
Villageois
#22
D'une certaine manière, je ne suis pas un Etat qui impose ma loi sur une société commerciale ou des individus. Au niveau commercial, ça n'a rien à voir.
"In chaos, there is fertility." Anaïs Nin