Jeudi 05 Décembre 2019, 18:16     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

1 2

Influer sur l'histoire suffit-il à faire un RPG ?

REPONDRE S'ABONNER
blitosaure
Citoyen
#1
Bonjour,

je poste ici ma petite réflexion suite à un échange avec Iosword et Batman dans le test de Blood&Wine (je leur ai d'ailleurs envoyé ce texte pour en discuter par mp). Perso, j'ai tendance à répondre que pour moi "influer sur l'histoire suffit à faire un RPG". C'est en tout cas les choix que je fais (même s'ils sont considérés parfois comme illusoires) qui me plaisent le plus, au-delà du gameplay des jeux. Voici donc mon petit baratin qui vise surtout à vous demander votre avis sur la question:

Débat : influer sur l'histoire suffit-il à faire un RPG ?

Ce qui fait un bon jeu vidéo RPG selon moi, ce n'est pas uniquement le gameplay qui peut prendre bien des formes et je vais citer ici différents exemples de jeux que j'aime, dans des registres bien distincts. Bien sûr, la quasi-perfection s'appelle The Witcher où CD Projekt a réussi à faire un jeu beau, dynamique et travaillé sur le plan du scénario avec beaucoup de choix/conséquences qui posent des dilemmes de conscience. Dans un registre futuriste, Mass Effect et Deus Ex représentent aussi des jeux très aboutis tant sur le plan de la qualité graphique et de la réalisation que sur celui de la personnalisation de l'aventure. Ce sont des exemples de blockbusters RPG (on peut ajouter Skyrim, Dragon Age, Fallout...) qui cumulent les qualités qui plaisent au plus grand nombre (je ne fais pas ici de comparaison et on peut évidemment leur trouver des défauts).

Avec un gameplay et des moyens en retrait, le travail de Spiders est aussi intéressant car il nous plonge dans un univers intéressant et nous fait vivre et participer à l'aventure de notre personnage. Je cite d'ailleurs la dernière excellente interview de Jehanne Rousseau : "Juste pour moi ce qui fait le côté roleplay, ce n’est pas tant que le personnage ait pris deux points et qu’il puisse débloquer une compétence avec, puisque ça limite c’est une chose qui peut se trouver aussi bien dans un jeu de stratégie que dans un jeu d’action aujourd’hui. Dans les God of War on fait évoluer son personnage, dans Dishonored on fait aussi évoluer son personnage, et pour moi ce ne sont pas des RPG. C’est justement la partie choix et implication d’un personnage dans une histoire, le fait d’endosser le rôle d’un personnage et de lui faire vivre cette aventure, de voir que les choix que nous avons pu faire au cours de notre parcours ont effectivement pu faire évoluer le monde différemment selon ce que nous avons décidé". Bref, dans son univers Mars, le studio français n'atteint pas la qualité graphique et d'ensemble des blockbusters, mais on y retrouve bien, et parfois plus, les choix/conséquences et l'appropriation de l'histoire.

Là où je veux en venir, c'est que le gameplay, les mécaniques de combat, la progression du personnage sont des éléments d'un RPG mais qu'ils ne sont pas les seuls à être déterminants. Prenons un jeu comme The Banner Saga où le joueur fait des choix importants dans l'histoire et peut prendre plaisir (s'il aime ce genre de jeu) aux combats tactiques. D'autres diront que c'est chiant le tactique tour par tour... chacun son truc et ce n'est pas très important. Mais s'il n'y avait aucun combat dans The Banner Saga, serait-il totalement dénué d'intérêt ? D'un autre côté, un autre jeu tactique tour par tour comme X-com permet de faire progresser ses troupes et propose des choix dans leurs compétences et dans des missions mais scénaristiquement parlant, cela reste plus pauvre en terme d'influence sur l'aventure. On peut le qualifier de RPG dans la construction du jeu et le gameplay mais c'est moins le cas sur les choix/conséquences. Pour aller plus loin, la saga des Final Fantasy à laquelle j'ai aimé jouer du VII au X (même si mon enthousiasme a diminué au fil du temps) offre des beaux jeux graphiquement, des combats "tactiques" mais place le joueur comme spectateur, sans aucune influence sur l'histoire.

J'en viens maintenant à mon propos qui consiste à dire que certains joueurs acceptent de se passer d'un gameplay dynamique, d'inventaire et de progression d'un personnage tant qu'on les plonge dans une histoire dans laquelle ils sont acteurs. On pourra toujours dire que des choix/conséquences sont parfois illusoires (après tout, certains diraient ça aussi de la trame principale de The Witcher ou de la fin de Mass Effect), il n'empêche que les jeux Telltale placent le joueur en capacité d'orienter l'aventure dans un sens ou dans l'autre. On peut parler d'un livre dont vous êtes le héros interactif où l'on retrouve bel et bien une composante RPG : l'influence sur le scénario. The Wolf among us m'avait vraiment séduit par l'originalité de son ambiance qui revisite les contes de fée. Dans un jeu qui peut ressembler à du point&click, les choix dans les dialogues et parfois dans les actions dans des délais courts permettent tout de même selon moi de qualifier ces productions de jeu vidéo. Plus dynamique et bourré de fun, Tales of Borderlands jouit vraiment d'une écriture drôle et de dialogues savoureux entre les personnages. Plus joli graphiquement, le cinéma interactif de Quantic Dream offre aussi une entrée dans le RPG selon moi. C'est au jeu de rôle ce que Uncharted est au jeu d'action (le combat est vraiment secondaire dans l'intérêt des aventures de Nathan Drake où tout est misé sur la beauté du jeu et le suivi du film déroulé à grands coups de cinématiques), mais cela reste tout de même une forme de jeu de rôle. Les différents tests de Beyond two souls mettent ainsi la qualité de l'histoire interactive dans les points positifs même s'ils ont leurs limites.

Pour conclure, je ne cherche pas à dire que les jeux Telltale ou Quantic Dream représentent un idéal du RPG. J'estime juste que vu l'importance que beaucoup ici semblent accorder au scénario et à la possibilité d'influer sur l'aventure dans leurs jeux vidéos, cela peut être légitime de parler de ce style de jeu sur RPG France. Et évidemment de les critiquer en toute objectivité si ces aspects choix/conséquences sont insuffisants...

Message édité pour la dernière fois le : 11/08/2016 à 20:23

cabfe
Seigneur
#2
Le fait d'avoir des choix, c'est typiquement du "role play".
Maintenant, est-ce que ça suffit à transformer un film interactif en RPG ? Pas sûr.
C'est une composante importante (quoique non essentielle, il y a des RPG qui n'ont aucun choix autres que ceux de gameplay, tels les roguelike) mais ce n'est pas assez pour définir un jeu comme un RPG.

Dans cette approche, je retrouve le même "problème" qu'avec les jeux d'aventure.
Dès lors qu'un jeu propose une aventure (et rares sont ceux qui n'en ont pas, genre pacman) on y colle un tag "jeu d'aventure".
Mais ce n'est pas ça, un jeu d'aventure.
Tout comme ce n'est pas un RPG parce qu'il y a un peu de "role play" dedans.
Nallitsac
Guerrier
#3
Plus qu'influencer l'histoire, je dirais qu'il est plus essentiel pour un RPG de pouvoir influencer la perception qu'en à le protagoniste en fonction de la manière dont le construit le joueur, et donc pouvoir par extension influencer notre manière de percevoir cette histoire. Ce qui est plus délicat encore car cela implique d'impliquer le joueur aux enjeux du jeu, pour ainsi dire.
Influencer une histoire dans un RPG (selon moi) prend son sens lorsqu'il s'agit avant tout de faire réagir de manière cohérente à son passif le héros incarné face à une situation donnée.
Donc le jeu de rôle, avant de proposer des choix dans une histoire, se doit (toujours selon moua!) d'en proposer d'abord dans l'élaboration et l'évolution de notre avatar.
Avec des si... on mettrait Bordeaux en bouteille.
blitosaure
Citoyen
#4
Donc le jeu de rôle, avant de proposer des choix dans une histoire, se doit (toujours selon moua!) d'en proposer d'abord dans l'élaboration et l'évolution de notre avatar


tu veux dire que pour toi c'est important de pouvoir concevoir ton personnage (visage, cheveux, espèce éventuellement...) sur le plan physique et/ou de ses aptitudes (guerrier, mage... par ex) ?

De mon côté, le personnage imposé ne me dérange aucunement tant qu'on peut encore se l'approprier en décidant ses paroles et actions.
DAlth
Garde royal
#5
Sans vouloir être vexant blitosaure, ta question est légèrement fourre-tout, dans le sens où il faudrait déjà définir ce qu'est un Rpg.

Je suis gâteux, mentalement instable, malvoyant ou ce thème a déjà vaguement été abordé ? (entourez la réponse correcte mais vous avez aussi le droit d'entourer le tout)

Influer sur l'histoire suffit-il à faire un RPG ?

Non ça ne suffit pas à faire quelque chose qui aboutit à une entité latente en cours d'expertise.

Fais toi plaisir ici...

Qu'est-ce qu'un RPG ?
C'est au pied du troll qu'on voit mieux le troll.

Message édité pour la dernière fois le : 12/08/2016 à 16:38

Colinet
Noble
#6
Dans la mesure où définir le RPG est casse-gueule, partir des représentations des joueurs sur un aspect précis peut avoir une réelle valeur méthodologique. Et puis l'idée de sectionner le problème est assez intéressante.

Je trouve qu'influencer l'histoire est nécessaire (il y a peut-être des exceptions mais je ne vois pas lesquelles) mais il me faut aussi un autre composant: la possibilité de m'identifier au personnage.

Ça peut venir de la personnalisation (des statistiques, du gameplay ou de l'apparence). Ça peut aussi venir du scénario. Typiquement, l'amnésie de Sans-Nom dans Planescape: Torment permet de découvrir le personnage en même temps que lui-même se découvre. On cherche alors des justifications ou un sens à nos actes, du coup ça nous implique. Même si la ficelle est usée, c'est habile comme processus d'identification lorsque c'est bien fait.

À l'opposé, un héros muet et sans personnalité peut également faire l'affaire. Dénué de réelle consistance, il n'est qu'un "canal" entre le joueur et le jeu. Du coup, on est obligé de mettre la main à la pâte. Autant les dialogues de Mass Effect ou du Witcher peuvent se déguster comme un film, autant ce n'est pas comme ça qu'on va vivre ceux des Gothic ou des Elder Scrolls.

Message édité pour la dernière fois le : 12/08/2016 à 17:15

blitosaure
Citoyen
#7
@DAlth: pour reformuler ma question (qui aurait été un peu longue en titre) : suis-je le seul à pouvoir trouver pertinent de pouvoir trouver des infos et tests sur ce type de jeux (Telltale&co) sur RPG France ?

Mon propos part un peu dans tous les sens car je voulais démontrer mon point de vue qui consiste à dire : qu'importe le gameplay, ce qui compte à mon sens, c'est de s'y retrouver en terme d'histoire et d'influence en terme de dialogues et d'actions. C'est ce que je recherche le plus dans un RPG et je retrouve ces ingrédients dans les jeux Telltale (voir Quantic Dream).

C'est pour cela que j'avais soumis cette idée à la rédaction du site. Idée rejetée et j'entends bien leurs arguments et ils font ce qu'ils veulent de leur site. Je veux juste savoir si d'autres joueurs de RPG apprécient les jeux "narratifs" et les considèrent un peu comme des jeux de rôle aussi.
DAlth
Garde royal
#8
Pour moi ta description est suffisamment large pour englober différents genres : jeux d'aventures, d'enquêtes, historiques...mais de là à les considérer comme des RPG, c'est une autre affaire.
C'est au pied du troll qu'on voit mieux le troll.
TrollTraya
Garde royal
#9
Grosse question... dans le même genre, est-ce que Dearg, campagne pour les Ombres d'Esteren, est du JDR, ou du Thêatre pas vraiment d'improvisation ? Vous avez deux heures pour traiter le sujet^^
Amélyssane Trollheart, déesse infernale des trolls.
ninheve
Grand chevalier
#10
Perso je vois le fait de pouvoir influencer l'histoire une caractéristique que l'on voit souvent dans des tas de jeux différents, comme les jeux d'aventure par exemple. On pouvait changer la fin de Outcast ou de The Dig de par un de nos choix et ce n'était pas du tout des rpg. De plus dans le cas des telltale, je les vois comme des récits avec une narration, des choix à faire mais pas comme du rôleplay. Mais définir un genre est un exercice ardu car les frontières entre les genres deviennent très flous, de par la multiplicité des jeux et des gameplays
La théorie c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne, la pratique c'est quand tout fonctionne et on ne sait pourquoi. Ici nous avons réuni théorie et pratique :Rien ne fonctionne et on ne sait pas pourquoi
flofrost
Grand chevalier
#11
Le prochain Fifa on aura une influence sur l'histoire via des choix sur et en dehors du terrain, j'attends donc le test de pied ferme.
Les opinions c'est comme les testicules, si on les frappe assez fort peu importe combien on en a.
krafkamaga
Citoyen
#12
Il faudrait déjà savoir ce que le joueur entend par "influer" sur l'univers du jeu et son histoire, et ce qu'un jeu vidéo peut proposer en ce sens.

Je vous conseille cette chronique, pas très récente mais intéressante :
https://www.youtube.com/watch?v=G5YPsbe-3Vw

Comme le petit père Usul l'explique très bien, ce n'est pas le choix en lui-même qui importe au joueur mais la perception qu'il aura des conséquences de ses actes, autrement dit l'illusion d'existence au sein de l'univers du jeu voire de contrôle sur cet univers. Or, cette sensation peut se matérialiser aussi bien avec un scénario linéaire qu'avec un scénario à embranchements multiples ou encore un bon vieux bac à sable dépourvu de scénario. En soi, non seulement influer sur l'histoire n'est absolument pas spécifique à un type de jeu mais ce n'est pas plus spécifique à un type de gameplay.
Iosword
Grand chevalier
#13
Moi je dirais juste un truc : il ne faut pas confondre immersion et roleplay.

Qu'un film interactif (c'est pas péjoratif, c'est juste que je vois mal comment appeler autrement le genre) puisse t'immerger dans son ou ses personnages c'est tout à fait possible, c'est même le but. De là çà parler de roleplay, il y a un océan. C'est d'ailleurs pour ça que je n'aime pas The Witcher 3 en tant que RPG : je peux partager l'aventure de Geralt, mais je ne peux pas incarner Geralt, car c'est un personnage trop fort qui fait et fera toujours ces choix, et quand bien même j'ai une marge de manœuvre ce ne seront jamais les miens. Quand bien même on me donne l'illusion du choix, et comme avec TellTale, je ne serais jamais maître de mon aventure, juste simple spectatrice.

Et flofrost : ce serait limite un bon truc pour un poisson d'avril tiens.
"L'homme n'a inventé Dieu qu'afin de pouvoir vivre sans se tuer" Fiodor Dostoïevski
Nallitsac
Guerrier
#14
Donc le jeu de rôle, avant de proposer des choix dans une histoire, se doit (toujours selon moua!) d'en proposer d'abord dans l'élaboration et l'évolution de notre avatar



tu veux dire que pour toi c'est important de pouvoir concevoir ton personnage (visage, cheveux, espèce éventuellement...) sur le plan physique et/ou de ses aptitudes (guerrier, mage... par ex) ?


J'entendais plus sur le background que l'on peut construire autour du héros si le jeu nous en laisse l'occasion.

Pour citer des exemples de RPG proposant ce type de choix, il y a les RPG basés sur la licence D&D, qui offrent des archétypes de personnalité avec l'alignement. Mass Effect premier du nom ou l'on peut choisir trois passés différents venant jouer sur le gameplay du jeu avec la quantité de points de conciliation et de pragmatisme allouées au départ de l'aventure. Ou encore Divine Divinity qui via le sexe et la classe du PJ choisi offre un mini-passif sympathique de ce dernier avec ses motivations justifiant sa volonté de sauver Rivellon en sus.

Qu'un film interactif (c'est pas péjoratif, c'est juste que je vois mal comment appeler autrement le genre) puisse t'immerger dans son ou ses personnages c'est tout à fait possible, c'est même le but. De là çà parler de roleplay, il y a un océan. C'est d'ailleurs pour ça que je n'aime pas The Witcher 3 en tant que RPG : je peux partager l'aventure de Geralt, mais je ne peux pas incarner Geralt, car c'est un personnage trop fort qui fait et fera toujours ces choix, et quand bien même j'ai une marge de manœuvre ce ne seront jamais les miens. Quand bien même on me donne l'illusion du choix, et comme avec TellTale, je ne serais jamais maître de mon aventure, juste simple spectatrice.

pour toi Iosword, c'est exactement mon ressenti chaque fois que j’aborde la série du Witcher.

PS: Usul c'est de la bonne came
Avec des si... on mettrait Bordeaux en bouteille.

Message édité pour la dernière fois le : 13/08/2016 à 21:03

strelokk
Chevalier
#15
A tout hasard, pourquoi The Banner Saga est testé ici mais pas un Telltale ? Qu'est-ce qui change ? Les combats désagréables ?
Et d'un The Witcher à un Devil May cry 4, ou un Castelvania Lord of Shadow, la différence est profonde à l'origine, mais le résultat ?

C'est difficile vos histoires de Rpgs/pas Rpgs, ligne éditoriale, pas ligne éditoriale.

Blackguards, Dark Souls, je vois pas trop le Rpg. Et ils sont là.
Stalker a tout autant sa place, dans ce sens là. Non ?
Iosword
Grand chevalier
#16
1 - Non ces histoires ne sont pas difficiles. Notre site, notre ligne éditoriale. RPGFrance n'est pas une démocratie.

2 - The Banner Saga est vendu comme un RPG par ces développeurs. En outre, les choix/conséquences sont réelles et de nombreuses mécaniques dites RPG sont présentes (des combats, aux feuilles de personnages, party-based). De même pour Dark Souls et Blackguards, dans des genre différents puisqu'ils sont plus proche d'un PMT que d'un cRPG certes.

3 -
"L'homme n'a inventé Dieu qu'afin de pouvoir vivre sans se tuer" Fiodor Dostoïevski

Message édité pour la dernière fois le : 13/08/2016 à 21:33

AbounI
Grand gobelin
#17
Blackguards étant issu de la franchise Oeil Noir, gros setting allemand, c'est pas difficile à comprendre son intérêt ici.Blackguards, un PMT???!!! .L'apparence est trompeuse: on visite pas un donjon pour un trésor derrière une porte, on est des renégats en fuite, puis capturés pour être contraint à regagner sa liberté en tant que gladiateur pis ensuite ...On à une innocence à prouver dans une histoire de meurtre.
C'est pas parceque le design enchaine combats (en hexa grid et turn based) puis récompenses (de quêtes) puis exploration sans grande convictions et prise de risque en terme d'innovations story telling ou embranchements de choix-conséquences multiples, et que le gameplay d'exploration d'ailleurs se limite (surtout en ville) à peau de chagrin qu'il en est un PMT
Ejected

Message édité pour la dernière fois le : 13/08/2016 à 21:59

Colinet
Noble
#18
Les limites entre les genres seront toujours assez floues pour qu'un choix éditorial doive être effectué. Et il sera toujours en partie subjectif. L'important, c'est de rendre ce dernier intelligible au public du site, puisque ce dernier forme également sa communauté (et le fait que ce soit ou non une démocratie n'a rien à y voir).

Mais vouloir prouver par A+B qu'un jeu entre tout juste dans la catégorie RPG alors que son voisin tout juste pas, ça serait de la malhonnêteté intellectuelle. Donc critiquer la présence ou non d'un jeu sur le site peut être pertinent mais ça n'engagera jamais personne d'autre que celui ou celle qui émet cette critique (d'où l'intérêt de ce topic).

Tout ça pour dire que je vois totalement en quoi Stalker pourrait être considéré comme un RPG (et également pourquoi il peut ne pas l'être).
strelokk
Chevalier
#19
Merci pour vos réponses précises.


Iosword
Grand chevalier
#20
Plus proche d'un PMT, Abou, le plus proche est important. Par là, j'entends que ce sont des jeux qui, comme nombre d'autres (roguelikes, HnS, tactical-RPG, etc.), mettent en avant leurs mécaniques de jeu. Blackguards tu n'y joues pas pour l'univers, la trame ou le roleplay, quelle que soit la qualité de ces dernières, tu y joues avant tout pour les combats et la gestion qui va avec. En tout cas, c'est comme ça que j'y ait joué.

En ce qui concerne la ligne édito, pour le dire autrement, je pense qu'elle est suffisamment limpide pour les lecteurs, dans le sens où vous savez à peu près à quoi vous attendre quand vous venez ici et nous essayons d'angler nos tests pour qu'ils répondent aux questions qu'un lecteur du site peut se poser. Pour autant cette ligne éditoriale ne peut pas être définie clairement, cela reviendrait à définir le RPG chose impossible.

Du coup, même si c'est parfois du cas par cas, nous avons choisi d'établir certains critères précis (est-ce que le jeu est vendu comme un RPG, est-ce qu'il inclue éléments RPG, quelle est l'expérience de jeu proposée, etc.) qui nous sont propres et qui correspondent à notre vision du (large) RPG et du PMT. Je ne vous demande pas d'être d'accord avec cette ligne édito ou de ne pas en débattre, juste : c'est la notre et c'est nous qui la fixons, et cela ne changera pas.

Pour finir, pour moi l’intérêt de ce topic c'est d'échanger autant de la réflexion proposée par blitosaure qui, même si je ne suis pas d'accord avec lui, reste pertinente.
"L'homme n'a inventé Dieu qu'afin de pouvoir vivre sans se tuer" Fiodor Dostoïevski

Message édité pour la dernière fois le : 14/08/2016 à 01:18

AbounI
Grand gobelin
#21
tu y joues avant tout pour les combats et la gestion qui va avec. En tout cas, c'est comme ça que j'y ait joué.

Oui , mais je rajoute à cela une exemplarité dans l'adaptation d'un Schwarze Auge, principalement pour les mécaniques de combats qui ont été comme tu le soulignes particulièrement soignés et mis en avant dans le gameplay, tout comme un certain Temple par ailleurs.
Ejected

Message édité pour la dernière fois le : 14/08/2016 à 01:32

Colinet
Noble
#22

Du coup, même si c'est parfois du cas par cas, nous avons choisi d'établir certains critères précis (est-ce que le jeu est vendu comme un RPG, est-ce qu'il inclue éléments RPG, quelle est l'expérience de jeu proposée, etc.) qui nous sont propres et qui correspondent à notre vision du (large) RPG et du PMT.


Merci d'avoir pris le temps de ces réponses, en particulier pour celle-ci. Même si je m'en doutais, c'est bon de savoir que le cas par cas et les critères bien définis peuvent coexister.

Pour revenir au topic, Warren Spector avait écrit un article à propos des choix dans les jeux vidéo. Ici.
blitosaure
Citoyen
#23
A tout hasard, pourquoi The Banner Saga est testé ici mais pas un Telltale ? Qu'est-ce qui change ?
Blackguards, Dark Souls, je vois pas trop le Rpg. Et ils sont là.


Oui, c'est mon ressenti. Y'en a quand même donc un que cela ne choquerait pas de voir les jeux type telltale sur le site. Cela changera rien au schmilblik mais merci Strellok.

PS : et merci également à tous les autres contributeurs qui ont donné un avis différent du mien avec des commentaires pertinents.

Message édité pour la dernière fois le : 14/08/2016 à 12:06

Colinet
Noble
#24
Spécifiquement là, je dirais que le combat ou la personnalisation des stats font partie de la tradition dans les RPG. Je ne parle pas de définition stricte, juste d'une attente de la part des joueurs.

Et qui dit combat et stats dit règles du jeu.

Je suppose que ça remonte au moins à Chainmail.

Le fait qu'il y ait des règles du jeu dans The Banner Saga ou Dark Souls implique que la multiplicité des options possibles se vit également au niveau du gameplay et pas uniquement à travers la narration. Or ceci est devenu une tradition dans les cRPG.

Donc pour moi, les jeux Telltale manquent de deux choses au moins pour que je les voie comme des RPG:

- Les actions ne se construisent pas autour de règles assimilables par le joueur.
- (Ce point vient d'un de mes posts plus haut.) En termes de conséquences, la subjectivité mise en jeu dans les choix n'est que très rarement celle du joueur (ou du rôle qu'il se donne) mais davantage celle des personnages.

Message édité pour la dernière fois le : 14/08/2016 à 12:46

DAlth
Garde royal
#25
Le choix éditorial ou ligne éditoriale est spécifique à chaque site et comme l'a dit IO, ce n'est pas une ligne démocratique puisqu'elle est avant tout instaurée et validée par les membres de la team RPG France. Perso je n'y vois rien de choquant ni de répréhensible.

En revanche, si on prend en compte :

a) l'absence de diversité réelle de RPG, au sens où les gros dév évoluent de plus en plus vers un type de jeu "Rpg light" (qu'on aime ou pas encore une fois à chacun ses goûts),

b) la traduction en français garantie uniquement sur lesdits jeux,

je regrette que RPG France se contente comme les autres, de naviguer dans le sens du courant, en adoptant un traitement médiatique identique entre un gros dév et ceux dont les productions, c'est vrai, sont plus inconstantes et plus chaotiques mais qui contribuent pour la plus grosse part à la diversité des genres (Rpg of course).
C'est au pied du troll qu'on voit mieux le troll.