Vendredi 24 Février 2017, 02:13     Connectés : 6      Membres : 5


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

1 2 3 4 5

La traduction de jeux vidéo

REPONDRE S'ABONNER
all_zebest
Héros
#1
Bonjour à tous. Vous me connaissez, je traduis bénévolement depuis quelques années déjà des jeux indépendants (liste ici : http://all-zebest.hautetfort.com/archive/2012/11/30/mes-traductions-de-jeux-video.html), notamment ceux de Soldak, et je me suis dit qu'en ouvrant ce fil, nous pourrions parler des problèmes et des joies de la traduction de jeux vidéos en général, avec des exemples pour faire mieux comprendre aux joueurs en quoi cela consiste.
Tous les témoignages et avis sont les bienvenus.

Message édité pour la dernière fois le : 23/03/2014 à 00:58

cabfe
Garde royal
#2
Par manque de moyen, je traduis moi-même mon propre jeu du français à l'anglais (oui, je sais, c'est pas dans le "bon" sens pour un traducteur natif Français).

Et c'est pas de la tarte.

Pas tant pour les mots, mais surtout pour transmettre le sens et l'émotion de la version originale. Et pourtant j'ai l'avantage d'être l'auteur du texte original, ce qui fait que je sais exactement ce que chaque mot ou expression signifie.

J'imagine bien les difficultés des traducteurs plus expérimentés qui se retrouvent devant une phrase à plusieurs sens de lecture, à double-sens ou avec des jeux de mots etc.

Vraiment, chapeau les traducteurs en général.
skoeldpadda
Garde royal
#3
J'en ai souvent eu envie mais je n'ai jamais participé à la traduction d'un jeu vidéo, me contentant d'articles de presse, de petites nouvelles et, surtout, de sous-titres pour sourds et malentendants (étant moi-même malentendant). J'avais même commencé à traduire les histoires du Spider, inédites en français, avant que les ayants droits (Argosy Communications) ne me tirent les oreilles au premier petit extrait présenté naïvement sur le net : on considère que les douze premières nouvelles de la série sont tombées dans le domaine public, mais cela ne concerne que leur disposition (on peut les lire gratuitement, en gros), le personnage, son nom et son magazine d'origine, eux, sont sous licence. C'est tendancieux, mais on ne rigole pas avec ces choses là...


Ce que j'aime dans la traduction, c'est la recherche du "beau" mot, de cette tournure qui rendra en français tout l'impact de la formule originale sans pour autant sacrifier à la complexité particulière de la grammaire française. J'en suis venu à penser très sincèrement qu'une belle écriture à même de traduire l'enjeu et de l'exprimer clairement prévalait très largement sur la transcription littérale du mot, quitte à devoir sacrifier un poil du texte original sur l'autel d'une VF raffinée. Les afficionados de VO hurleront peut-être au viol si on n'est pas au mot près, mais de toute manière, traduire un texte, même au plus proche, c'est déjà une trahison de l'auteur original (côté cinéma, il est toujours très intéressant d'écouter l'avis d'un gars comme Patrick Poivey sur la question).
Le problème se pose en littérature comme pour la synchronisation labiale au cinéma. L'anglais ne se construit/prononce pas comme le français et s'il faut perdre de l'original pour avoir une traduction de qualité, je n'suis pas du genre à me poser de question. D'autant que, quitte à lire dans ma langue, j'aime autant avoir droit à une belle prose.

De mon expérience dans le sous-titre, la chose la plus compliquée reste néanmoins la place accordée pour chaque phrase et, surtout, la nécessité d'avoir une construction qu'on puisse lire rapidement. On y transcrit du langage parlé, de toute façon, et tout est une question de fluidité. Il faut qu'on puisse lire les gens parler (le film Le 13ème Guerrier avait une formule assez délicieuse qui convient fort bien à ce cas, parlant de "dessiner les sons") et trouver un juste milieu entre une belle phrase et quelque chose de naturel est très compliqué : écrire trop famillièrement peut vite agacer le lecteur et se la jouer prose du dimanche transformerait un Avatar en tragédie Shakespearienne totalement imbuvable.

Pour lire les nombreux sujet d'Allzy sur le propos, j'imagine facilement que la place allouée dans chaque case de l'interface de jeu doit représenter le même genre de challenge.
I know stuff.

Message édité pour la dernière fois le : 21/11/2013 à 19:13

Shizam
Grand chevalier
#4
Et bien moi je vais poser quelques questions "vue de l'extérieur" sur le sujet.

1) Faut-il etre un 'As' en informatique pour s'attaquer à la traduction d'un jeux?
Je crois comprendre qu'il est parfois nécessaire de savoir utiliser les mêmes logiciels que les moddeurs 'graphic' pour pouvoir déterrer certains fichiers texte.
D'ailleurs, un traducteur est considéré comme faisant partie de la famille des moddeurs bien souvent.

2) Outre la traduction "mécanique", c'est à dire la grammaire, l'orthographe, et la conjugaison; Quels sont les autres points forts à maitriser dans une traduction de texte sur un jeu?
En effet, venant de l'Anglais d'école ou de l'Anglais stylistique, de l'Américain moyen ou l'Américain parlé, certains textes doivent à la fois etres traduits , et interprétés.

3) Il est assez rare de voir une traduction de texte sur un jeu faite en équipe:
Y a -t-il une raison à cela?
Sorcier à 1 point de vie...Augmenté d' 1 point de vie temporaire.
skoeldpadda
Garde royal
#5
Je peux répondre en diagonale à la troisième car il y a des raisons qui se retrouvent pour toute traduction, quel que soit le support. D'abord, chaque traducteur a son propre style, c'est donc parfois très compliqué de garder une unité d'écriture dans une traduction à plusieurs. Quand je travaillais en équipe, on avait un traducteur chef qui réécrivait "au propre" la totalité du travail pour éviter ce genre de soucis. Néanmoins, la raison principale, et Allzy pourra en témoigner, c'est qu'il faut toujours courir après ses collaborateurs. Logistiquement, un travail de traduction est assez infernal, on préfère donc s'y atteler seul. Derrière, dans le cadre d'un travail rémunéré, on trouve aussi une évidente raison économique : un traducteur coûte moins cher que trois ou quatre.


Pour ta deuxième question, je partirais bien dans une interminable tirade sur la nécessité de l'adaptation (références culturelles, jeux de mots...) d'un texte au delà de sa bête traduction, mais je n'suis pas certain de bien saisir ta demande.
I know stuff.
Chinaski
Grand chevalier
#6
Je pense que Shizam parle des mots ou expressions argotiques, et des références culturelles qui paraissent trop obscures, et qui souvent sont réinterprétées ou tout simplement remplacées (genre Jerry Lewis remplacé en français par Louis de Funès, personnellement je n'aime pas trop ce dernier procédé...)
Tu gagnes 600 points d'experience pour ta participation à la défaite de Gizmo. Merde à son âme.

Message édité pour la dernière fois le : 21/11/2013 à 20:34

skoeldpadda
Garde royal
#7
C'est ce que je pensais aussi, mais dans le doute...
L'adaptation systématique n'est pas nécessaire, mais certaines références trop obscures sont vraiment incompréhensible pour le public français. Jerry Lewis fut diffusé chez nous, on n'a donc, même s'il est évidemment bien moins connu que de Funes, aucune raison de ne pas le laisser. Mais si je te dis qu'une demoiselle est coiffée comme Helen Shapiro, je doute que tu saisisses tout l'humour d'une telle réflexion. Si je la remplace, complètement au hasard, par Mirelle Mathieu, là tu rigoles.

Parfois, traverstir le matériau d'origine est réellement nécessaire pour en conserver la fluidité. Une blague dont il te manque la référence et qui te passe sous le nez parce qu'on ne s'est pas donné la peine de l'adapter, c'est toujours ennuyeux. Non content de mettre la situation par terre, ça te laisse à te demander de quoi les personnages peuvent bien parler et tu risques de passer au travers des répliques suivantes également, tout affairé que tu es à ton interrogation.

Un exemple connu dans le monde du jeu vidéo, c'est la traduction du premier Monkey Island. A un moment du jeu, il faut utiliser un singe pour activer une pompe (ou une association dans le genre, ma mémoire est très floue, je n'ai pas joué au jeu depuis des millénaires). En anglais, le jeu de mot est limpide, ça fait directement référence à la "monkey wrench", une clé de mécanicien, et aussi au "pump monkey" un journaliste politiquement biaisé, et le terme se réfère généralement aux affaire liées aux chômage (l'exemple sur urban dictionary est limpide). Evidemment, ce genre de personne n'ayant pas pour vocation de faire fonctionner quoi que ce soit, c'est fort rigolo.
En VF, la "clé de singe" ou va savoir comment elle fut traduite, ça n'amuse personne et, faute de référence, l'énigme en devient particulièrement obscure. Pourquoi utiliser le singe ? Ca a l'air totalement arbitraire. L'adaptation de la blague à des références connues, quoi qu'indiscutablement compliquée, aurait été grandement profitable.

Une traduction est un compromis. Evidemment, si tu fais partie de la minorité de français bercés de culture anglo-saxonne, tu vas trouver l'adaptation idiote et malvenue. Mais t'as qu'à jouer en anglais si tu veux les vrais textes, et toc.
I know stuff.

Message édité pour la dernière fois le : 21/11/2013 à 20:58

Chinaski
Grand chevalier
#8
Ahah, ça ne change rien à la validité de ton exemple, mais la petite Shapiro je la connaissais...

Selon le talent et le niveau culturel du traducteur, il y aura plus ou moins de perte, le but étant qu'il y en ai le moins possible, j'imagine.
Mais à notre époque, ou l'information est disponible quasi immédiatement via internet, je préfère quand même les références originales conservées, même si je comprend tout à fait l'argument de la fluidité de lecture. C'est bien compliqué tout ça.
Tu gagnes 600 points d'experience pour ta participation à la défaite de Gizmo. Merde à son âme.

Message édité pour la dernière fois le : 21/11/2013 à 21:13

all_zebest
Héros
#9
Un exemple venant de la télévision : le Cosby Show, dans sa 1ère saison, avait toutes ses références traduites. Ca donnait des conversations irréalistes où les personnages paraient des Champs Elysées, du stade Jean Boin et de "Jean-Faul Coté" (Jean-Paul Gaultier).

1) Faut-il être un 'As' en informatique pour s'attaquer à la traduction d'un jeux?
- Non, et j'en suis la preuve. Certes, j'en connais plus sur l'informatique que le Français moyen, mais je suis loin d'avoir les connaissances d'un modeur. J'apprends sur le tas en faisant le travail.

2) Outre la traduction "mécanique", c'est à dire la grammaire, l'orthographe, et la conjugaison; Quels sont les autres points forts à maitriser dans une traduction de texte sur un jeu?
- Il faut savoir s'y retrouver dans les dialogues et les situations. Les phrases peuvent se trouver les unes à la suite des autres dans le désordre, sans qu'on sache qui parle, à qui, quand, ni dans quel contexte. Donc il faut tester sa traduction en jeu régulièrement pour comprendre si ça fonctionne. S'ajoutent les problèmes spécifiques à la langue française : le tu et le vous, le masculin et le féminin...

3) Il est assez rare de voir une traduction de texte sur un jeu faite en équipe...
- Certes, une équipe bien rôdée peut aller beaucoup plus vite qu'un individu isolé. Mais gérer les disponibilités et les différentes personnalités est un travail à part entière qui demande temps et énergie. Je n'aime pas le faire.

Message édité pour la dernière fois le : 21/11/2013 à 22:51

Caldanath
Gobelin
#10
j'y voies 2 trucs:

Les mondes imaginaires, comme la très bonne traduction de Dragon Age: Origins qui glissait des références françaises un peu partout.

Les mondes réels, où vaut mieux garder les références du coin, comme GTO.
Les lances seront secouées ! Les boucliers voleront en éclats ! Une journée de l'épée! Une journée rouge ! Avant que le soleil ne se lève!
Tirnanog
Chevalier
#11
Ah ça me rappelle un truc que j'avais vu dans le joueur du grenier je crois.

Sur Lucille amour et rock n' roll, où les lieux avaient "francisés", alors que ça se passait au Japon or à la dernière saison, les personnages quittent le Japon pour Paris. Le bordel...
I talk to planets, baby!
skoeldpadda
Garde royal
#12
Wai. On est tous d'accord. Adapter, c'est bien, mais faut pas faire n'importe-quoi non plus...
I know stuff.
AbounI
Grand gobelin
#13
Wai. On est tous d'accord. Adapter, c'est bien, mais faut pas faire n'importe-quoi non plus...

Genre traque sauvage pour wild hunt?
*cours bouny, cours*
akae beka
Chinaski
Grand chevalier
#14
Le fameux Hokuto de cuisine.


Tu gagnes 600 points d'experience pour ta participation à la défaite de Gizmo. Merde à son âme.
Dwilaseth
Seigneur
#15
Je sais que j'arrive comme un cheveux sur la soupe et qu'en général je suis un gros râleur (d'ailleurs mon intervention de ce soir ne me fera pas défaut) mais j'aimerai aborder le fait que je trouve nauséabond qu'aujourd'hui se soit les joueurs qui se chargent de la traduction. Ce fait se généralise et devient de plus en plus fréquent. Vous voulez notre jeu en Français ? Ben traduisez-le alors !

Les vieux de la vielles du jeu vidéo ne me contrediront pas sur le fait qu'initialement les projets de localisation fait par les joueurs étaient à l'origine basé sur des titres bien précis. Soit parce que le jeu n'était tout simplement pas disponible en Europe ou aux États-Unis (je pense en autre aux jeux Japonais) qui donnait l'opportunité aux joueurs d'accéder à un univers totalement inconnu puisque quand il sortait un jeu en occident (uniquement en anglais) il en sortait 15 autres au Japon.. Soit sur de très vieux jeux où depuis longtemps éditeur et développeur avaient fermé leurs portes.

L'évolution rapide du jeu vidéo a fait qu'aujourd'hui la localisation amateur est devenu quelque chose de "normal", c'est entré dans les mœurs actuel. Je dirais même que c'est devenu quelque chose de malsain puisque les éditeurs (et particulièrement le monde de l'indépendant) prennent en compte ce facteur avant même le démarrage du développement du jeu en prétextant tout est n'importe quoi et particulièrement le manque d'argent. Pourquoi financer des traductions alors que les joueurs s'en chargent bénévolement ? C'est exactement comme les DLC's, pourquoi donner quelque chose gratuitement alors que les joueurs sont prêt à payer très chère même pour un 'skin' fait en 2 minutes ? A quand la vente de mises-à-jours ?

Enfin bref, pour en revenir au sujet, même si je participe actuellement et de façon bénévole à un projet similaire je suis plutôt contre la traduction amateur des jeux récents. A ce rythme dans cinq ans il ne sortira plus que des jeux en anglais et les communautés de joueurs actives travailleront d'arrache-pied pour localiser un jeu dans une ou plusieurs langues. D'ailleurs soyons honnête, c'est déjà presque le cas puisque à peine le développement d'un jeu commencé que sur les forums on voit des sections dédiées aux traductions amateurs. J'en arrive même à regretter parfois les gros éditeurs et croyez-moi sa me fait mal de le dire mais là au moins c'est propre, les jeux sortent (du moins encore aujourd'hui) en multi-langages. Souvent c'est loin d'être parfait mais au moins l'initiative est là, d'ailleurs souvent des communautés s'organisent pour fournir une "meilleur" traduction. C'est encore une fois selon-moi une aberration. A titre d'exemple et pour pour conclure mon monologue, dans un autre sujet (celui que 'X-Rebirth' je crois) quelqu'un disait que Paradox avait fait un travail formidable sur 'Crusader Kings II' et que depuis ce jeu ils étaient au top. D'un coté c'est vrai, le jeu est excellent mais la traduction française d'origine était de mauvaise qualité et fût relocalisé par la communauté du forum Jeux-Stratégie.com. Paradox trouvant la traduction excellent l'a introduite dans le jeu. Pareil pour 'Civilisation V' la relocalisation est en court actuellement et sera surement introduite elle aussi dans le jeu.

Suis-je un cas désespéré ? ou au contraire d'autres parmi-vous pensent-ils qu'il y a un abus de la par des éditeurs qui ne localisent plus leurs jeux ou pire encore, minimisent tellement les frais que les traductions sont faites avec 'Google Translator' ? J'exagère un peu mais à peine !

PS : Désolé pour la longueur de mon intervention (et peut-être pour son hors-sujet) mais je pense que cette réflexion à sa place dans le sujet de All_Zebest. Merci à ceux et celles qui l'ont lu et qui y répondront !

PS 2 : Jamais je n'aurai pensé voir le "Joueur du Grenier" cité sur RPG-France. La qualité baisse d'un coup là *humour* // "Lire les quêtes sa fait mal à la tête" dixit le JdG dans son LfG consacré à Secret World *mdr*
Steam ID: Dereck3o3 / BattleTag: Dwilaseth#2920 / UPlay: Dwilaseth

Message édité pour la dernière fois le : 22/11/2013 à 01:36

all_zebest
Héros
#16
Je suis d'accord, Dwilaseth. C'est une forme d'esclavage volontaire, et ça ne risque pas de s'améliorer avec la crise qui verra encore de nombreuses boites indé fermer les unes après les autres. On n'a encore rien vu dans le négatif, jusqu'à ce que tout le système économique s'écroule et que les nouvelles génération refondent la société sur un autre paradigme que le capitalisme.
Il s'est passé la même chose avec la charité publique, autrefois fonction régalienne (du roi) et fonction religieuse devenue depuis les Restau du coeur mission privée à côté de l'initiative religieuse en baisse. L'Etat se décharge de cette fonction, comme d'autres, sous pression du système capitaliste.

Message édité pour la dernière fois le : 22/11/2013 à 02:23

Colinet
Noble
#17
La question est insoluble à mon avis. Je suppose que certaines langues n'ont jamais droit à une localisation. Quelle serait la solution idéale? Comme "avant", avec la localisation automatique vers une dizaine de langues au plus, dont le français? Merci pour les autres langues... Dans toutes les langues? Merci les coûts de développement et de logistique... C'est marrant, dès qu'on essaie de voir au-delà de sa place privilégiée (car oui, la taille du marché francophone nous a privilégié par rapport au finnois, par exemple), tout devient plus complexe.

Je pense aussi que la traduction par des amateurs est parfois trop aléatoire en termes de calendrier pour convenir à des grosses productions qui visent un chiffre maximal en l'espace d'un trimestre, donc risque de rester cantonnée aux productions indépendantes. Or, tout comme je ne demanderais jamais à un petit éditeur de livres ou à une petite boite de cinéma de traduire leurs productions, il ne me viendrait pas à l'idée de l'exiger d'un studio indépendant de jeu vidéo.

A propos, ma jolie traduction de Giants Citizen Kabuto, les joueurs anglophones me l'ont en partie payée.

Peut-être aussi qu'un jour, les jeux vidéos ne sortiront dans un premier temps que dans une langue et que des éditeurs tiers pourront en obtenir les droits pour les traduire. C'est déjà le cas pour les livres et ça marche plus ou moins (bien sûr, je ne le souhaite pas du tout).

Bref, mon réflexe est juste de prendre un peu de distance par rapport à ma position de joueur francophone.

Ps: le lien avec la charité est intéressant, sauf qu'on parle de rôle de l'Etat, donc de devoir. C'est là la nuance. Ce qui ne m'empêche pas de pester contre la privatisation de l'humanitaire. Si on exige des éditeurs de jeu une traduction comme on exige de l'Etat notre bien-être, alors il faut exiger cette traduction dans toutes les langues (sinon, la comparaison ne tient pas). Bonne chance.

Pps: j'estime aussi que la traduction des œuvres culturelles a explosé avec le capitalisme alors que l'utilisation d'une "lingua franca" lui est bien antérieure. Accuser le capitalisme de mener à la disparition des localisations est peut-être pertinent mais ça révèle une certaine ironie.
Ardemment le déchu

Message édité pour la dernière fois le : 22/11/2013 à 03:00

all_zebest
Héros
#18
Pour chipoter, je dirais que le libéralisme a permis les localisations (pour viser de nouveaux marchés) et que le capitalisme s'en moque (rapport coût rentabilité).
mophentos
Paladin
#19
Je suis d'accord avec les propos de Dwilaseth, les projets "indépendants" ce reposent trop sur les traducteurs amateurs et c'est dommage.

Il y beaucoup de projet kickstater que je n’ose pas "backer" car le portage en version FR n'est pas garantie ou prévu si il y un surplus d'argent.

Donc un gros merci aux traducteurs amateurs

all_zebest
Héros
#20
J'exhume ce vieil article que j'avais écrit sur la traduction de Discord Times, sur laquelle je me suis fait plaisir : http://www.rpgfrance.com/dossier-10050-1-traduire-discord-times
skoeldpadda
Garde royal
#21
Et qui comprend un commentaire duquel j'ai éhontément copier/coller la moitié de mon message initial.
I know stuff.
all_zebest
Héros
#22
J'ai eu comme une impression de déjà-vu en le relisant !
skoeldpadda
Garde royal
#23
Héhé. Y a pas d'petit profit
I know stuff.
Dwilaseth
Seigneur
#24
La question est insoluble à mon avis. Je suppose que certaines langues n'ont jamais droit à une localisation. Quelle serait la solution idéale? Comme "avant", avec la localisation automatique vers une dizaine de langues au plus, dont le français? Merci pour les autres langues... Dans toutes les langues? Merci les coûts de développement et de logistique... C'est marrant, dès qu'on essaie de voir au-delà de sa place privilégiée (car oui, la taille du marché francophone nous a privilégié par rapport au finnois, par exemple), tout devient plus complexe.

Ton raisonnement est juste, on pourra toujours trouver mille raisons pour ne pas localiser un jeu. D'ailleurs tu as sensiblement le même qu'un des Creative Director de chez Logic Artists qui me disait il y a encore quelques jours que l'ajout du français n'était pas un droit de l'homme, dans le sens d'une obligation ou d'un devoir moral. Où par contre ma vision diffère de la tienne c'est que c'est dû selon moi à l'évolution du jeu de vidéo de ces cinq dernières années. Mais on peut aller aussi plus loin que le simple faite d'avoir ou non une localisation, en effet certain développeurs ne font même plus l'effort d'adapter leur jeux pour nos claviers AZERTY. Alors quand en plus il est impossible de redéfinir les touches ça devient difficile, pire encore lorsque le 'charset' (la table ascii) ne correspond pas à notre culture. Je vais peut-être loin là, mais c'est la vérité. Le jeu vidéo en est arrivé là et peu importe se qu'on pense personne ne pourra me contredire lorsque je dis qu'il y a encore sept ou huit ans un jeu qui était commercialisé en France était en français, configuré pour nos claviers AZERTY et utilisait un 'Charset utf-8' (donc avec les caractères accentués propre à la langue française). Dans le cas contraire, on appelait çà un **IMPORT** et c'était réservé à une certaine élite. Soit parce qu'il fallait parler une langue bien précise (le Japonais par exemple) ou qu'il fallait posséder du matériel spécifique, soit parce qu'il fallait acheter le jeu à l'étranger... Mais dans tout les cas ce n'était PAS un produit lambda pour monsieur tout le monde.

Donc lorsqu'on me dit ouvertement que l'ajout du français n'est pas un droit ou que je lis un argument telle que le tiens, moi je dis le contraire. Un jeu qui est commercialisé en France *devrait* (je parle au conditionnel) être localisé impérativement ce qui était le cas il n'y a encore pas si longtemps. Malheureusement le tout numérique étant passé par là et la mode du jeu indépendant à son paroxysme l'uniformisation du jeu vidéo est devenu une norme. Norme qui touche maintenant toute la sphère du jeu vidéo et le problème est là je pense. Pire encore, j'ai même vu sur certain forums de jeux vidéos des joueurs reprochant à d'autres qu'ils étaient des faignaces parce qu'ils ne faisaient pas l'effort d'apprendre l'anglais. C'est l'hôpital qui se fou de la charité là. J'ai beau avoir un niveau d'anglais on va dire correcte (mais bon sans plus) il est hors de question pour moi de jouer à un jeu de rôle, un jeu de stratégie ou je sais pas moi, un jeu d'aventure si le français n'est pas présent. C'est un choix.. sauf que le français étant de moins en moins présent vous comprendrez facilement que ma sphère vidéo-ludique se réduit mois après mois. Etant loin d'être le seul à le penser, des communautés de joueurs s'organisent pour traduire les jeux et j'en reviens à ma précédente intervention, ça devient malsain...
Steam ID: Dereck3o3 / BattleTag: Dwilaseth#2920 / UPlay: Dwilaseth

Message édité pour la dernière fois le : 22/11/2013 à 14:35

cabfe
Garde royal
#25
La loi impose, pour tout produit vendu sur le sol français, une traduction du manuel au moins. Je ne suis pas sûr que la traduction du contenu soit obligatoire, faudrait que je retrouve le texte.

Mais avec le dématérialisé, la loi s'applique-t-elle encore ? Le produit est vendu depuis un serveur situé hors de France (le plus souvent). Je ne sais pas si on peut obliger les dévs à traduire ne serait-ce que le manuel.