Lundi 14 Octobre 2019, 20:59     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Papers, please

REPONDRE S'ABONNER
Andariel
Grand chevalier
#1
Non, c'est pas une inspection surprise, mais une nouvelle présentation d'un petit indie :



Difficile de lui coller un genre précis à ce truc... Disons que Papers, please est auto-proclamé "Dystopian Document Thriller" par son créateur Lucas Pope, et faute de pouvoir cataloguer son bébé, on le croira sur parole.

Faut croire que Papers, please est véritablement unique en son genre. En fait, vous incarnez un officier de l'immigration dans un checkpoint aux frontières d'Arstotzka, un pays dystopique situé dans les 80's et ayant de forts relents U.S.S.R. Votre tâche est de vérifier la validité des papiers que les immigrants de part et d'autre du continent présenteront, et leur accorder, ou non, le droit d’accès.

Papers, please c'est du 16-bit minimaliste (pixel art ?) qui n'est pas sans rappeler les vieux jeux des années 80, mais c'est surtout (volontairement) morose et déprimant. Il ne fait pas bon vivre à Arstotska et ça se voit.

Vous vous doutez bien que ce genre de boulot dans un contexte aussi lugubre s'annonce routinier et répétitif à souhait. Et bien, aussi étonnant que ça puisse paraître, c'est bien le cas avec ce jeu. Des tampons à balancer machinalement, de la paperasse à scruter et un règlement strict à appliquer. Pourtant, bizarrement, en jouant le jeu, c'est l'effet inverse qui se produit...

Le jeu sait se renouveler subtilement, bien faire progresser ses mécanismes et proposer un challenge constant. Chaque jour de nouvelles contraintes vont venir s'immiscer. Le premier jour, il faut juste vérifier la nationalité. Au fur et à mesure des jours, il faudra vérifier passeport, permis d'entrée, empreintes digitales, scanner corporel, papiers diplomatiques, sceaux, permis de travail, dates d'arrivée et de départ, pays d'origine, district, poids, visage, taille, sexe, nom, numéro d'identifiant, raisons du passage, vaccins et dates de ceux-ci, etc...

Et n'allez pas penser que vous aurez le temps de faire le suisse avec tout ça. La journée commence à 8h et fini à 18.00 et le temps joue contre vous. Vous êtes payé à la personne traitée et si vous ne combinez pas efficacité et rapidité, votre salaire en pâtira. Et vous serez pas seul à faire face aux conséquences parce que la survie de votre famille, nageant en pleine pauvreté, dépend de vous.

L'occasion de présenter la plus grande force du jeu : On vous met sans cesse face à des dilemmes moraux lourds de sens et on vous laisse gérer leurs conséquences. Le scénario, parce qu'il y en a un oui, est alors intimement lié aux choix que vous ferez et vous aurez accès à de nombreuses fins selon vos décisions. Est-ce que vous seriez prés à faire preuve de compassion envers un immigrant au péril même de votre famille ? Est-ce que vous seriez prés à faire entorse au règlement sévère en faveur d'une action humanitaire ? Est-ce que vous accomplirez votre devoir en toute intégrité, ou écouteriez-vous votre sens éthique ?

C'est le jugement moral du joueur lui même qui est sollicité, il est émotionnellement impliqué et quoi que vous fassiez vous ne resterez pas indifférent. Plus que ça, Papers, please transcende sa nature ludique et se pose comme une réflexion sociale et humaine, en plus d’être une anticipation dystopique qui fait froid dans le dos, et une critique politique réfléchie et traitant d'un sujet sérieux qui nous touche tous de prés ou de loin.

Papers, please est dispo pour une poignée d'euros et une version démo existe. Bien qu'une traduction française est en cours, le jeu n'est dispo qu'en anglais mais un anglais très simple et pas spécialement entravant.



I had a brother! A baby brother! And he was perfect! Perfect in every way!

Message édité pour la dernière fois le : 23/08/2013 à 09:59

Baalka
Grand chevalier
#2
Quelqu'un l'avait déjà cité en réponse à un lundi de l'indie. Soit toi soit Skoeld. J'ai bien aimé, le concept est vraiment super intéressant, et a une certaine portée qui n'est pas celle d'un jeu classique.
Munshine421
Garde royal
#3
En fait, j'en avais parlé à All_Zebest pour qu'il le rajoute dans sa liste de jeux indies. C'est franchement rafraichissant car le gameplay ne correspond à aucun genre en particulier.

Glory to Arstotzka !
Chinaski
Grand chevalier
#4
Jouons à vivre sous un régime communiste ! Youpi !
Franchement le jeu à l'air bien, mais je pourrais pas...

Bravo quand même pour l'originalité du concept.
Tu gagnes 600 points d'experience pour ta participation à la défaite de Gizmo. Merde à son âme.
Andariel
Grand chevalier
#5
C'est clair que ce genre de perspectives risque de mettre les gauchistes mal à l'aise...
I had a brother! A baby brother! And he was perfect! Perfect in every way!
Chinaski
Grand chevalier
#6
Non, mais c'est surtout que ça ressemble à la vie de ma grand-mère, et pas les bon côtés !
La grisaille et la misère appliquée, également, à ( presque ) tous...
Elle m'en a trop parlé pour que je n'ai pas un sentiment de rejet immédiat pour tout ce qui est un tant soit peu Bolchevik.

Mais bon, encore une fois, le jeu a l'air bien foutu, avec des faux airs de KGB.
Tu gagnes 600 points d'experience pour ta participation à la défaite de Gizmo. Merde à son âme.
Colinet
Noble
#7
Je trouve que ça se rapproche beaucoup du jeu de rôle ancien, avec un côté cathartique. Pas seulement pour celles et ceux qui ont souffert en URSS. Les dilemmes et les tensions internes "extrapolées" dans ce jeu sont le lot de beaucoup de monde.

Après, c'est horrible, parce qu'on sent très bien que les situations, même inventées, même en prenant en compte l'aspect symbolique de leur portée, ne doivent pas être si éloignée de la réalité. Des montagnes de personnes ont vraiment perdu à ce jeu, soit la vie, soit leur âme.

@Andariel: je suis gauchiste, je kiffe quand même . Merci pour la présentation, j'étais pris aux tripes même avant d'essayer.
Kaylegh
Noble
#8
Usul, en parlant de gauchistes, à fait une vidéo d'aperçu sur le début du jeu
Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien !

Message édité pour la dernière fois le : 29/08/2013 à 20:24

fenryo
Citoyen
#9
J'ai vu la vidéo d'usul, c'est de la bombe le jeu.
Le concept est simple mais tellement trippant j'aurais aimé avoir pensé à faire ça lol.
Ce qui est amusant c'est vraiment de se sentir devenir "négatif" et bourreau et du coup quand tu arrives dans un bureau de visa dans la vraie vie tu dois bien te marrer à l'idée que tu seras traité comme ce que tu viens de faire dans ta partie.
Gamer sans patries et sans frontières.