Vendredi 06 Décembre 2019, 06:38     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

1 2

L'arcade dans tous ses états

REPONDRE S'ABONNER
Etienne Navarre
Gobelin
#1
Après avoir fait joujou avec nos souvenirs de joueurs d'arcade, Skoeldpadda et moi-même en sommes arrivés à cette conclusion : ouvrons un topic sur les jeux d'arcade histoire de se rafraîchir la mémoire sur ces bornes de légende et ces consoles aux catalogues furieux.


Comme de mieux que d'ouvrir le bal sur un de mes jeux d'arcade préférés, le grand Toki (1989).



Un jeu exigeant, très difficile, envoûtant et millimétré. De la belle plate-forme simple et technique dont les bruitages et les tronches des singes jaunes battus font encore leur petit effet.

Le remake, qui dure depuis un bail, est sur le Greenlight. Je le trouve très encourageant, tant dans son design que dans son respect général du jeu de base.

Long black hair / Dark brown eyes / How did I know you'd be the devil in disguise

Message édité pour la dernière fois le : 11/08/2013 à 14:27

pouicoss
Seigneur
#2
Très bonne initiative de vous 2 ! Si on trouve des trucs intéressants, on peut participer aussi ?
S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème. (les Shadoks)
skoeldpadda
Seigneur
#3
Ah mais carrément mon p'tit Pouic'

Ce remake de Toki (qu'on attend depuis au moins deux ans, maintenant) me fait penser à un jeu auquel je jouais il n'y a pas si longtemps : Shienryu.



Shienryu est un shmup développé sur le système STV de SEGA (qui équipera en partie la Saturn) par une petite boite du nom du Warashi. C'est aussi un jeu qui m'a fait baver toute ma vie ou presque, parce qu'il n'est jamais sorti du Japon, ni sur borne ni sur console, son seul portage (Saturn, en toute logique) n'ayant pas trouvé d'éditeur hors de l'archipel.

Au delà de son caractère purement fantasmique à mes yeux, Shienryu a aussi une histoire extrêmement intéressante. Warashi est en effet composé d'anciens développeurs de chez Athena et son lead designer (qui eut le même rôle chez Athena) fut à l'origine d'un autre shmup : Daioh.

Daioh, sorti en 1993, était beau, dur et vachard comme il faut, et avait un gameplay plutôt original, à 6 boutons : 3 armes et 3 bombes associées entre lesquelles on pouvait jongler à loisir. Il semblerait d'ailleurs que ce soit ce gameplay, jugé inutilement complexe (et je ne saurais vraiment donner tord à ceux qui le pensent, quoique j'aime assez le concept) qui soit à l'origine du relatif flop du jeu. Il faut aussi dire qu'il sortait à la grande période de Toaplan, entre le duo Dogyuun/Truxton 2 (1992) et l'explosif Batsugun (1993) qui donnera naissance au manic shooter. Qui plus est, comme si le jeu était vraiment destiné à se vautrer, il avait été commandé à Athena par Sammy, pas encore grand du genre (Guilty Gear et l'Atomiswave attendront le nouveau millénaire) et n'ayant pas la réputation d'être très précieux avec ses licences.



C'est ce dernier point qui va obliger Warashi, formé en 1996 par les développeurs de Daioh désireux de voler de leurs propres ailes, à créer Shienryu.
En effet, à la création du studio, leur première ambition est de donner une suite à leur bébé. Manque de chance, Sammy refuse de leur céder les droits ou même d'éditer le jeu en raison du support choisi (le STV, pour ceux qui ne suivent pas.)
L'équipe décide alors de créer une nouvelle licence qui leur appartiendrait totalement. Ainsi naquit Shienryu qui, loin d'être une suite, prend carrément des allures de remake : les sprites et décors sont extrêmement proches, tout juste affinés et recolorés par les capacités offertes par le STV, les armes sont les même et le level-design est quasi identique, transposé dans un "univers parallèle."

Amusez-vous et comparez les vidéos. C'est le même jeu, mais en pas pareil : le niveau 1 a rigoureusement la même introduction et le boss est curieusement curieusement similaire, même s'il a changé de look. Dans le niveau 2, c'est le mid boss qu'on retrouve à l'identique : il faut le "pousser" dans un couloir avant qu'il ne se décide à nous rendre la pareille grâce à la son uni-beam (©Iron-Man).



La totalité du jeu est comme ça, c'est rempli à ras bord de ce qu'on ne peut même plus appelé des "clins d'oeils," il s'agit réellement du même jeu...

...à deux détails près.
En 1993, Daioh était déjà trop classique pour trouver le succès, alors pensez si sortir un Daioh "bis" quatre ans plus tard marcherait. Se lançant dans une "variation sur le même thème," les gars de Warashi, pas idiots, ont radicalisé leur jeu, s'inspirant pour ça de ce qu'avaient fait les développeurs de Cave (studio fondé sur les cendres de Toaplan, mais si ça vous intéresse, j'en parlerais dans un autre post) avec DonPachi (1995) et DoDonPachi (1996) : les patterns de boulettes, jusque là précis et réduits, s'élargissent, s'épaississent, et prennent des allures de manic, rendant le jeu beaucoup plus nerveux. De même, fini les 6 boutons, il n'en reste plus que deux. Je ne peux d'ailleurs, même en n'ayant découvert Daioh qu'à rebours, me retenir de grincer des dents sur ce dernier point : 6 boutons, ç'aurait en effet été parfait pour le pad de la Saturn...
I know stuff.

Message édité pour la dernière fois le : 11/08/2013 à 19:35

skoeldpadda
Seigneur
#4
Double post, mais à 48heures d'écart, ça compte pas.

J'évoquais hier les Macross de Banpresto. Il y en a trois. Si le deuxième volet est assez dispensable du fait d'un système de jeu complètement abscons (on y joue en temps limité, avec vies infinies, le but étant d'engranger un certain nombre de points avant le time over), le premier est réellement excellent, à défaut d'être furieusement original, et son gameplay a été repris pour un troisième opus adapté de Macross Plus. C'est très proche de Viper Phase One (un clone spatial de Raiden), avec peu de boulettes mais beaucoup d'ennemis et des tirs de sniper tout droit dirigés vers vous. Pour répondre aux assauts, on a quand même droit à une belle smart bomb en forme de groooos laser qui nettoie bien et à un tir à charge qui envoie une salve de missile dans le style bien connu de l'anime.



Tout cela en fait un jeu peu évident à aborder, quoique loin de faire partie des plus difficiles jamais sortis. Ce qui m'amène à une croustillante anecdote :
Je devais avoir une quinzaine d'années quand j'ai découvert le jeu en arcade pendant des vacances dans un lieu qui m'échappe (c'est vous dire si cette borne m'a happé à l'époque). Nous étions sur place pour trois bonnes semaines et j'ai eu, de fait, largement le temps d'apprendre le jeu, sacrifiant sur l'autel du Dieu Boulette mon argent de poche du séjour.
Un jour de la dernière semaine, connaissant alors par coeur le jeu, je me surprend à littéralement survoler l'action à l'écran, passant entre les traits ennemis avec une aisance déconcertante et alignant les boss à une vitesse folle. J'étais d'autant plus déterminé à jouer comme une bête que trois ou quatre autres adolescents s'étaient groupés derrière moi. Et c'est là que ça devient cocasse.
Car voyez-vous, le truc avec Macross Plus, c'est que le jeu boucle. Une fois les sept niveaux terminés, on repart pour un tour, avec une difficulté accrue. Ce jour là, ayant one-crédité le bouzin et tout à mon succès de l'instant, j'avais oublié ce détail.
Une fois le générique passé, le jeu a donc repris, mais plus de tortue pour tenir le stick, parti en pleine gloire. A la place, mon malheureux successeur, sans même avoir eu besoin d'appuyer sur start, s'est vu assaillir par le niveau 1 mode sauvage... avec pour tout stock l'unique vie qu'il me restait. Game over d'entrée, dès la première salve.
Je ne vous raconte pas la tronche du bonhomme, quand même bien agacé, avant que ses potes ne me rappellent et que j'explique la situation Pas chien, le gaillard m'a même offert le crédit qu'il venait de mettre pour pouvoir revoir le niveau 1 en normal et s'attaquer au deuxième loop en sachant cette fois à quoi s'attendre.
J'ai accepté... et j'ai lamentablement perdu mes trois vies sur le boss du stage 3, pourtant l'un des plus faciles du jeu...

Notez que depuis, j'ai redécouvert le jeu sur MAME, et que je suis infoutu d'aller au delà du champ d'astéoïdes du stage 5 sans violer le bouton insert coin.
I know stuff.
redd
Seigneur
#5
Je me souviens d'un jeu d'arcade qui me faisait tripper, mais je ne retrouve plus son nom...

On choisissait une créature géante (à la "Rampage") . De mémoire, un king kong, un dinosaure, et d'autres monstruosités colossales. Et on pouvait se bastonner jusqu'à 4 joueurs dans un décor destructible, souvent une ville avec de grands buildings.
Et si je me rappelle bien, on pouvait arracher des buildings pour taper les autres joueurs.

Si vous me retrouvez le nom, ça serait ben ben fun, j'capoterais !
Steam : Redd-Lille / Géocaching : agbd59 / Bloodbowl : adrieux
TrollTraya
Garde royal
#6
Kings of the monsters, non ?

Amélyssane Trollheart, déesse infernale des trolls.
skoeldpadda
Seigneur
#7
Je pensais également à King of the Monsters ou sa suite et, pendant que je vérifiais la possibilité de jouer à quatre (un doute, soudain...), je me fais griller par Traya
C'n'est donc pas jouable à quatre, mais de mémoire, je n'en connais aucun du genre qui le soit. Même les suites de Rampage ne sont jamais montées au dessus de trois joueurs.
En revanche, sur consoles, Rampage Total Destruction le permet.
I know stuff.

Message édité pour la dernière fois le : 14/08/2013 à 12:52

redd
Seigneur
#8
Ah ouiii ! King of the Monster.
La vache, il était plus beau dans mes souvenirs ^^

Merci à vous deux !

arg, j'avais l'impression qu'on pouvait jouer à 4... ou alors, 2 joueurs vs 2 CPU ?
Steam : Redd-Lille / Géocaching : agbd59 / Bloodbowl : adrieux
skoeldpadda
Seigneur
#9
Même pas.
A 0:25 tu vois les modes de jeu. On peut effectivement jouer à deux en coop, mais c'est du deux contre un.
I know stuff.
TrollTraya
Garde royal
#10
Je crois qu'il y'à eu plusieurs versions de ce jeu. Moi aussi, j'avais en tête des graphismes (et surtout un carac design) différents et surtout plus agréable que dans la vidéo que j'ai trouvée... Ceci dit, je me rappelle également avoir touché à cette version là (qui était aussi dispo sur SNES si je ne m'abuse)^^
Amélyssane Trollheart, déesse infernale des trolls.

Message édité pour la dernière fois le : 14/08/2013 à 15:16

skoeldpadda
Seigneur
#11
Comme je le disais, il y a une suite, titrée en toute simplicité King of the Monsters 2.
C'est probablement à celui là que vous faites référence : il est nettement plus joli, avec un character design totalement revu (et pas en bien, m'est avis, le King Kong cyborg est bien naze, par exemple). Le gameplay aussi a changé et on est passé d'un jeu de baston fun entre monstres géants à un erzatz pas bien emballant de beat'em all avec trois malheureux personnages jouables, des niveaux minuscles où on tape trois avions (ou du moins essaie de, vu la hitbox dégueulasse du truc) et une charrette de boss à combattre.
I know stuff.
elButor
Noble
#12


J'laimais bien celui la...
How can you trust a man who wears both a belt and suspenders? The man can't even trust his own pants.
Tirnanog
Chevalier
#13
J'en avais parlé un peu (merci les réminiscences de bridage lors du passage de l'arcade aux consoles, skoeldpadda )

S'il y a bien un jeu d'arcade dont je suis fan c'est Sunset Riders.
Sorti en 91 en arcade par Konami, il se voulait une sorte de run & gun, je trouve (donc bien bien avant Metal Slug), avec un univers western, avec 4 personnages différents (Steve = flingue, Billy = flingues, Bob = winchester et Cormano = fusil à canon scié), et donc jouable en arcade jusqu'à 4 max, avec tous les trucs classiques: les saloons où on peut obtenir des bonus, les bâtons de dynamite à éviter (ou à rebalancer sur les ennemis ), les bosses de niveau avec leur prime à toucher (à noter je crois que si on joue en multi, seul un seul personnage empoche la prime s'il tue ou fait le plus de dégâts au boss ).
Il y avait des séances de bonus de compétition de scoring entre joueurs en vue subjective à la Lethal Enforcers.

Le jeu était sorti sur consoles SNES et MegaDrive, la version SNES étant fidèle à la version arcade avec l'intro (même s'il y a dedans de grosses différences comme la position de Bob), les 4 personnages et le déroulement du jeu, mais... elle a été censurée: pas d'alcool et pas de "professionnelles" dans les saloons!
Alors qu'au contraire, dans la version MegaDrive l'intro est zappée, il n'y a plus que 2 persos (Billy et Cormano), et le déroulement du jeu est totalement différent des autres versions: à chaque fois pour chaque Boss, il faut faire deux stages, et certains stages du jeu arcade sont devenus des stages bonus (comme la récupération de bonus en course à cheval), et exit certaines phases (comme la partie shoot).
Par contre la phase de course sur le dos du bétail (oui oui!!!) est restée sur toutes les versions (un truc bien sympa pour s'exciter sur le pad ou le stick).
Il y a un mode supplémentaire: le mode duel, où on peut agréablement s'entretuer entre deux joueurs à coup d'arme à feu ou de bâtons de dynamite.
Et gros point à noter: la version MegaDrive n'est pas censurée, elle au moins!



Version arcade:


Version SNes:


Version MegaDrive:



Je tiens juste à noter ma petite expérience perso: je m'étais jeté sur la version MegaDrive à sa sortie européenne en 93 (peut-être la première fois de ma vie que je m'étais jeté sur un jeu Day One), malgré le 78% de Joypad, rien que pour l'ambiance western. Et ce n'est que plus tard en 94 (dans une enseigne de restaurant - ! -) que j'ai découvert la version Arcade, où les différences m'ont sauté aux yeux vu que j'avais retourné dans tous les sens ma version cartouche.
Mais j'ai toujours ma petite préférence pour la version MegaDrive, aussi bizzare qu'elle soit
I talk to planets, baby!

Message édité pour la dernière fois le : 16/08/2013 à 20:23

Etienne Navarre
Gobelin
#14
Nan, c'est la version arcade la meilleure.
J'y ai passé un nombre d'heures démentiel sur ce jeu. Et les sous qui vont avec, forcément.
Long black hair / Dark brown eyes / How did I know you'd be the devil in disguise
Baalka
Grand chevalier
#15
A vous entendre, on dirait que la dépense faisait partie du plaisir de jouer.
skoeldpadda
Seigneur
#16
Non, elle en était la résultante. On a pris l'habitude de compter la qualité d'un jeu arcade en nombre de pièces insérées selon le même savant prorata qui fait des heures de jeux la valeur première des jeux consoles. Et puis, l'heure coûtant plus cher en salle et étant beaucoup moins longue, tu la vis un peu plus intensément.
I know stuff.

Message édité pour la dernière fois le : 25/08/2013 à 10:35

Etienne Navarre
Gobelin
#17
Fatalement, dans les années 80-90, pour profiter des titres en salle d'arcade, il fallait mettre des pièces. Battre un niveau ou réussir un exploit avec peu de pièces était un vrai bonheur personnel : aujourd'hui, on n'achète plus une partie (ou des minutes de bonheur) mais un jeu complet à utilisation potentiellement infinie. Ce n'était pas le cas à l'époque.


PANG



Sorti en 1989 en salle d'arcade, PANG est un jeu de Mitchell qui m'a scotché un bon moment.
D'abord, le principe est tout bête : on tire avec un harpon à la verticale et on dégomme des balles rebondissantes qui, une fois touchées par la pointe ou le fil du harpon, se séparent en deux plus petites balles qui se séparent à nouveau si touchées... Le but étant de vider le niveau des balles rebondissantes.
Le jeu propose différentes améliorations du harpon (comme la possibilités de garder le câble du harpon figé au plafond alors qu'il disparait rapidement en temps normal), des niveaux avec des plateformes (ce qui ajoute à la complexité) et des décors exotiques pour l'époque. "Ouais ! Les pyramides !" Il ne m'en fallait pas beaucoup à cette époque.
Le jeu pouvait être parcouru à deux et demandait de la précision et des réflexes de fer au joystick, ainsi qu'une bonne anticipation des rebonds et cassages de balle. Le jeu devient très vite galère au fur et à mesure de l'avancement, au point de prendre la tête sérieusement. Mais l'aspect aléatoire du jeu le rend inadapté à l'apprentissage par cœur. Et c'est aussi ce qui le rend attachant et passionnant.
PANG, c'est l'arcade dans toute sa splendeur : fun, rapide, exigeant, rigolo et technique. Un de mes jeux d'arcade préférés.


Long black hair / Dark brown eyes / How did I know you'd be the devil in disguise

Message édité pour la dernière fois le : 19/08/2013 à 20:14

skoeldpadda
Seigneur
#18
Ah, les concepts étranges typiques de l'arcade...
Un des jeux de ce style dans lequel j'ai investi le plus, c'est Qix.



Le son de ce truc vrillait les oreilles, mais nom de dieu que ce concept gagne-terrain à la con est addictif, au point que j'ai eu ce jeu (ou un de ses dérivés) sur à peu près tous mes supports de jeu. J'avais l'adaptation sur MSX, sa suite Volfied sur ST et PC-DOS et Ultimate Qix sur Megadrive. J'ai même encore une version mobile (java) sur ma N-Gage et la dernière fois que j'y ai joué, c'était sur PS2 dans la compile Taito Legends.

Aujourd'hui, la série a disparue, mais c'est comme Arkanoid, y a toujours des fous pour revenir au concept du jeu et l'habiller de toutes les manières possibles. Le dernier en date, c'est Fortix II (qui s'inspire surtout de Volfied, d'ailleurs) et c'est vachement bien.
I know stuff.
AbounI
Grand gobelin
#19
Pour moi, un incontournable jeu d'arcade c'était un jeu de caisse, en vue iso, party based (jusqu'à 3 ), qui traçait dans ton les sens, avec des environnements à base de grosses chicanes.Le circuit faisait la taille de l'écran si bien qu'il fallait pas perdre son sens de l'orientation (vive les boussoles).Ha les grands coup de volants pour tourner autour d'un virage à 270°.Que du plaisir entre potes.

un genre de micromachine, mais le nom, impossible de m'en souvenir.
Ejected
skoeldpadda
Seigneur
#20
Super Sprint ?
Super Off-Road ?
Indy Heat ?

Dans un style proche mais différent, j'adorais Mille Miglia
I know stuff.

Message édité pour la dernière fois le : 19/08/2013 à 21:24

AbounI
Grand gobelin
#21
Yeah!!! Super Sprint, c'est celui la.Merci Skoel
Ejected
skoeldpadda
Seigneur
#22
Oh ! Etienne, j'sais pas si t'as vu, Toki a été greenlighté.
En fouillant un peu dans les message, ça parle d'une sortie fin janvier.
I know stuff.
Etienne Navarre
Gobelin
#23
Un peu que j'ai vu l'ami !
J'en saute au plafond (avec un casque de foot US, évidemment).
Long black hair / Dark brown eyes / How did I know you'd be the devil in disguise
skoeldpadda
Seigneur
#24
Evidemment.
I know stuff.
AbounI
Grand gobelin
#25
Avis au fan des jeux d'arcade en 2D side scrolling.
Un greenlight à fait son apparition cette semaine : Ender of Fire

Sauf que la , ce sera en 3D, mais le gameplay reste évidemment familier: on hack & slash dans le paquet

http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=255431029
Ejected