Jeudi 18 Juillet 2019, 19:45     Connectés : 2      Membres : 1


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Sommes-nous trop informés sur les jeux?

REPONDRE S'ABONNER
Etienne Navarre
Gobelin
#1
Je me pose parfois des questions aux toilettes en lisant Joystick. Je me dis qu'il y a des moments où j'ai presque l'impression de connaitre un jeu sans y avoir touché. A force de lire des previews, des tests, des avis, de mater des screenshots, des vidéos de gameplay, j'en viens presque à me dire: "plus besoin d'y jouer, je connais déjà le jeu, ça ne m'intéresse déjà plus". Cette surenchère d'informations (que je choisis de découvrir) m'a filé un sentiment de blues par rapport à une certaine candeur que j'avais étant plus jeune: une époque où j'achetais peu de jeux et un peu en mode saut à l'élastique mais sans l'élastique. La peur de foirer un achat, la peur de flinguer des tunes, de perdre son temps avec un titre médiocre... Les raisons sont nombreuses pour qu'aujourd'hui, je choisisse avec discernement. Tu es sûr? Discernement? Et la passion dans tout ça?

Toujours est-il qu'aujourd'hui, l'accès à l'information est tellement large et immédiat que je me repose beaucoup dessus. En découle une vieille impression que la passion des jeux est en RTT. Comment est-il possible de ne plus se passionner pour des titres de qualité? Même des titres médiocres mais qui nous plaisent.

Par exemple, il y a pléthore de jeux moyens (voire médiocres) que l'on aime quand même. La presse est assez unanime, les joueurs aussi: certains titres sont très moyens. Oui, mais voilà, le souci c'est qu'ils plaisent quand même quand on y joue. Le genre de titre qui fait dire:

" Hé, tu joues à X ?

- Bah ouais.

- Mais c'est pourri comme jeu. Personne ne l'achète et il s'est pris un 8/20.

- M'en fous, je l'aime bien moi. T'auras pas de bière pour la peine.

- Nan, déconne pas, je rigolais mec..."

(extrait véridique)



Je pense à des jeux comme Just Cause (et sa suite) ou Darkwatch, Curse of the West (sur Xbox première du nom). A contrario, j'ai détesté des titres encensés comme Red Dead Redemption... Ces titres (d'ailleurs aussi bien jeux que films, livres, BD ou autre) que l'on savoure avec un plaisir coupable parce qu'il y a un truc dedans qui nous parle en particulier, malgré leurs défauts énormes.



Bref, tout ça pour dire que ça me fait l'effet d'un passage dans ma vie de joueur de remise en cause. C'est un peu "je t'aime moi non plus" qui arrive avec son lot de lassitude, du jouer pour jouer. Et je me dis qu'il pourrait être salvateur, voire cathartique, de revenir aux sources du jeu-plaisir. Le joueur que j'étais, plein de foutre et d'hormones qui n'avait pas peur de se jeter dans un jeu pourri juste parce que dedans il y a un cowboy vampire avec des burnes grosses comme ça qui flingue des squelettes avec de la dynamite dans des canyons sombres mais on ne sait pas vraiment pourquoi les squelettes sont comme ça parce qu'au final, on s'en fout. On veut prendre son pied, pas lire Tolstoï (je t'aime quand même Léon).



Sommes-nous trop informés sur les jeux? Est-ce que la surenchère d'informations ne nuit pas au plaisir de la découverte et ne ruine pas non plus la virginité d'un regard dont la fraicheur a tourné au vinaigre? Quelle part d'incertitude et de hasard devons-nous accorder à nos choix de joueur?
Long black hair / Dark brown eyes / How did I know you'd be the devil in disguise

Message édité pour la dernière fois le : 13/02/2012 à 09:43

Caldanath
Gobelin
#2
Je suis d'accord pour le trop plein d'informations.



Certains jeux m'ont désintéressé avant même leur sortie par leur affluence gavante d'informations.

Plus on en parle, plus ça commence à me saouler.



Et je suis d'accord deux fois plus pour les jeux dits "moyens" où l'on prend pourtant son pied plus que sur n'importe quel autre. En témoigne des jeux complètement oubliés par le monde vidéo-ludique mais auxquels je joue deux fois plus que d'autre avec un pote



Le problème aussi, c'est qu'il faut justement que je me renseigne sur les jeux que je prévois d'acheter, parce que 50 balles jetés à la poubelle, surtout à mon âge, ça fait très mal.
Les lances seront secouées ! Les boucliers voleront en éclats ! Une journée de l'épée! Une journée rouge ! Avant que le soleil ne se lève!
Etienne Navarre
Gobelin
#3
parce que 50 balles jetés à la poubelle, surtout à mon âge, ça fait très mal.

Je t'arrête: 50 billets gaspillés, ça te fera mal toute ta vie.
Long black hair / Dark brown eyes / How did I know you'd be the devil in disguise
Munshine421
Garde royal
#4
C'est surtout du battage de type marketing entretenu par les gros Editeurs qui entraine un déséquilibre de couverture médiatique . Résultat l'information concernant les jeux d'indépendants ou les petits jeux développés et édités par des Editeurs plus modestes est noyée dans la masse.

Il suffit de consulter les principaux titres de la presse jeu vidéo en général pour se rendre qu'ils relaient tous la même information. Il n'y a que Factornews qui fait le minimum syndical pour parler de jeux inconnus via des brèves.

Ce qui manque en France c'est un journal comme Rock Paper Shotgun spécialisé dans les titres indies et qui fait réellement des previews et des tests de ces jeux là. C'est grâce à eux que j'ai entendu parler de The Precursors ou d'Evochron.

Message édité pour la dernière fois le : 13/02/2012 à 11:04

Batman
Grand gobelin
#5
On en discute assez souvent avec le Joker, toujours dans ce grand débats du "c'était mieux avant" qui n'a pas encore trouvé de réponse (tantôt oui, tantôt non), on se rend compte qu'avant si c'était mieux, c'était surtout par cet esprit de découverte total du jeu et du monde du jeu vidéo. La grand majorité des jeux que j'achetais sur Playstation et Playstation 2, c'était 80% de feeling, 20% de "j'ai lu un encadré sur le jeu dans un magasine". A l'époque, avoir lu un test et vue des trailers, c'était déjà presque de la surinformations, alors à l'heure d'internet où l'accès à tout ça est plus simple, plus rapide, plus tentant, on ne s'en prive pas.

Pourtant je prend régulièrement plaisir à volontairement ne pas m'informer sur des jeux. Car après l'expérience Zelda Twilight Princess et Zelda Phantom Hourglass où je cherchait la moidnre infos, je me suis rendu compte au moment de jouer que je ne découvrait que peu de chose.

Impression que j'ai un peu eu avec The Witcher 2, là où sur Deus Ex Human Revolution, j'avais beaucoup moins suivi l'actualité en dehors de quelques trailers.

En fait c'est le coup de poker. Soit on s'informe pour être sûr de rentabiliser son investissement au risque d'avoir moins de surprise, soit on garde la surpris mais au risque d'être déçu.

Je vais faire mon true neutral, mais le mieux reste encore de trouver le juste milieu. Le top du top reste encore "le conseil d'un ami qui nous connais bien", du coup on sait que ça nous plaira, et on garde la surprise (ça marche aussi avec les films d'ailleurs).
Je suis Batman. Votre argument est invalide.
AbounI
Grand gobelin
#6
Oui, je suis assez d'accord sur le constat qu'émet Navarre.

Certes, les markettings sont à la source, inondations de screens, diffusions de preview, déluges de promotions, surtout dans les boites ou le département comm est au moins aussi important que la division developpement proprement dit.

Cela dit, il ne faut pas oublier l'outil internet.Lui aussi donne accès à beaucoup d'infos sur les titres qui nous chatouillent.Des bloggeurs qui créés des fansite sur tout un tas de soft, des forums officiels (y compris chez les Cie indies), et les sites de jeux vidéos (y compris le meilleurs d'entre tous) ou des passionnés rapportent sans complexe la moindre info qu'ils ont choppés ailleurs, sans oublier le fameux bouche à oreille.



Mais a la base, c'est une intention louable : informer, renseigner.Mais dans certains cas, trop c'est trop.
Ejected

Message édité pour la dernière fois le : 13/02/2012 à 12:58

Shizam
Grand chevalier
#7
Ben moi aussi, ça fini par me gaver ces trouzmilles infos tous les jours sur les jeux vidéo.

Et comme j’achète de moins en moins de jeux, ça fait beaucoup d'infos qui ne servent à rien finalement.

En plus, c'est quand même souvent du p'ti bois, même pas digne de caler une dent creuse. Bref, en parler pour en parler.

Je vais de moins en moins sur les sites de jeux vidéo. -Ah bon!? Mass Effect 4 est sorti, même pas au courant!...



C'est vrai aussi qu'a une époque, j’étais plus à acheter 2 ou 3 magasines mensuels, style Joystick etc.. C'etait bien suffisant, et on dévorait tout le moindre petit article insignifiant. Aujourd'hui, ça revient cher à acheter un magasine, puisque le net fourni les mêmes infos et plus.

En bref, je ne suit quasi plus du tout les news sur tel ou tel jeux. A la rigueur, je pluque de temps en temps de ci de là à la volée, comme ça me chante.

Par exemple, même si je suis sûr d'acheter The Witcher II sur X360, je me fou un peu des news et même de savoir quand il sortira. Même si j'aime bien aussi donner un p"ti avis sur une petite lettre de Capa ou Will, histoire qu'on discute ensemble sur le coup.

Donc trop d'infos?, oui sans doute, mais en faite , on n'est pas obligé de tout prendre. Go au feilling quoi.
Sorcier à 1 point de vie...Augmenté d' 1 point de vie temporaire.
Batman
Grand gobelin
#8
[quote name='Shizam' date='13/02/2012 - 16:20']
Par exemple, même si je suis sûr d'acheter The Witcher II sur X360, je me fou un peu des news et même de savoir quand il sortira.[/quote]

En fait, je crois que c'est le meilleur comportement à adopter quand on est sûr d'acheter un jeu, puisque ça préserve tout l'effet de surprise dont je parlais plus haut.
Je suis Batman. Votre argument est invalide.
maldone
Seigneur
#9
je suis pragmatique, quand je sais que je vais éventuellement payer 50€ voir plus, j'aime mieux assurer mon investissement.

En fait je m'interesse surtout au gameplay, nouveauté, background, ça passe apres. Pour red dead redemption, j'ai maté quelque vidéo de jeu, ça m'a plut, j'ai payé^^

Apres il y a bien une chose que je supporte mal c'est tout le marketing lié au jeu, que ce soit pour battlefield, call of duty ou mass effect, au bout d'un moment, ASSEZ !
FloconNoir
Noble
#10
C'est dommage de vouloir tout savoir avant la sortie du jeu. Trop d'info tue l'info.

Perso j'm'en fou pour l'investissement vu que j'achète majoritairement en occaz' sauf les cofrets collector.
De faibles reflets de lumière Frôlent ses flancs ténébreux. Des éponges géantes, millénaires, L’entourent.
Daif
Citoyen
#11
Moi il m'arrive un truc en général, c'est que je me trouve effectivement trop informé (mais je m'auto protège des spoils parfois), mais quand je découvre un nouveau jeu (sous entendu nouvelle licence), je vois tout de suite si il peux m'intéresser ou non. Souvent je sais plus ou moins vite si je vais être déçu ou non (comme par exemple Dead Island, il m'a intéréssé dés le début, et avant la sortie, j'en ai vu des critiques qui me refroidi). Mais en général, els jeux qui me passionne vraiment, je les découvre après leur sortie, et parfois bien après. Ce sont ces jeux qui me marque le plus. Je peux cité Mass Effect, découverte presque 2 ans après la sortie sur un coup de tête, Beyond Good and Evil, un jeu inconnu que j'ai découvert grâce a un pote de mon grand frère, Rome Total War que j'ai découvert à cause d'un intérêt passager porté sur les romains, Prince of Persia Les Sables du Temps que j'ai découvert car c'était en promo avec la PS2. Je pourrai en cité d'autre.

En fait, quand je suis de manière assidu une actu, en général c'est sur une suite de jeu (genre Mass Effect 3, le 2 avant ça, Shogun 2 Total War, Beyond Good and Evil 2 que j'espère voir exister, ou encore Batman Arkham City car j'avais kiffé le premier 6 mois avant grâce à mon frère).
mm678player
Garde royal
#12
Ce n'est pas la question de la quantité d'information. Mais de QUELLE information.

Pendant trop longtemps, je ne trouvais pas les infos qu'il me fallait pour décider si je vais acheter ou pas tel jeu : à savoir l'explication détaillée de son système de compétences / sorts / enchantements / changements de levels / etc...
A la place on se coltinait des screen shots et des scénarios, dont je n'avais rien à f... (censuré).

Pour moi je voulais sélectionner sur le système de compétences et autres, et les graphiques et le scénario auraient été la surprise. Manque de bol, le "monde" était branché dans l'autre sens...

Du coup, j'essayais de deviner sur les screen shots, ce qu'on pouvait tenter de déduire à partir de l'interface, sur les compétences et sorts... évidemment Mission Impossible !

Je dis tout ça au passé, et maintenant ? Aucune idée... j'en parlerai lorsque ce sera devenu "avant"...

Message édité pour la dernière fois le : 03/05/2015 à 17:47

Dwilaseth
Seigneur
#13
Sommes-nous trop informés sur les jeux ? Question intéressante ! Disons qu'il faut vivre avec son temps et le jeu vidéo n'est pas épargné, tout comme l'édition musicale ou la filmographie. Enfin tout le "merchandising" en général.. Aujourd'hui, avec internet et l'information il est impossible de passer à coté d'un jeu, donc oui dans un sens on perd un peu l'attrait de la découverte.

Quand j'étais jeune (Merde, j'parle comme un vieux con ^^), on savait pas ce qui allait sortir, internet n'existait pas et les magazines se consacraient à tester les jeux, pas les annoncer. Donc quand j'avais onze/douze ans et un peu d'argent en poche et que je partais acheter un jeu vidéo pour mon Amstrad 464 c'était toujours une aventure. Les supermarchés ne vendaient pas de jeux, ni même la fnac qui à cette époque ne commercialisait que des cartouches consoles famicom/genesis et forcément fallait faire le tour des petits magasins sans savoir à l'avance ce qu'ils avaient en stock, car eux-mêmes à cette époque ne le savaient pas car ils recevaient généralement un carton par semaine avec une pognée de jeux pour Amstrad, Spectrum et Commodore64. Parfois même, en un seul exemplaire (rarement plus de cinq) et si tu tombais le bon jour ou que tu avais tes petites habitudes avec le gérant, tu pouvais trouver de petites pépites où toi seul avait le dit jeu.. C'est une époque révolu, où l'achat d'un jeu était déjà en soit une aventure puisque tu ne savais jamais ce que tu allais trouver. Sur console, c'était déjà plus organisé.. mais sur ordinateur, il y avait tellement d'éditeurs que d'un magasin à un autre tu pouvais trouver des jeux différents, aujourd'hui ce n'est plus le cas.

C'est vrai que je reste très nostalgique de cette époque.. Mais on ne développe plus un jeu à trois ou quatre, c'est même un investissement pouvant dépasser plusieurs millions de dollars et il est logique que l'éditeur qui finance un jeu essaye au maximum de le faire connaître, c'est même d'ailleurs devenu une profession, la communication et le système est très bien rodé. Au final, je pense pas que ce soit une mauvaise chose d'être informé. Après rien n'empêche le joueur de ne pas tester un jeu qu'il attend (démo ou accès anticipé) et d'en lire le moins de chose possible pour garder un minimum l'aspect découverte au moment où le saint des saints sera entre ses mains. Pour les autres, ceux ou celles qui veulent en savoir le plus possible avant d'acheter un jeu, je pense qu'avec internet il trouveront leur bonheur..
Steam ID: Dereck3o3 / BattleTag: Dwilaseth#2920 / UPlay: Dwilaseth

Message édité pour la dernière fois le : 03/05/2015 à 22:07