Vendredi 05 Juin 2020, 14:33     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

King Arthur II The Role Playing Wargame en Preview

par pouicoss 23 Jan 2012 20:44 9

« Quand la plus grande aventure de chevalerie touche à sa fin, le cauchemar commence... »

King arthur 2 : the role playing wargame fait suite à King Arthur, un jeu pc qui avait la particularité de proposer un gameplay mélangeant avec brio stratégie et jeu de rôle. Les hongrois de Neocore Games, forts de leur succès, ont décidé de renouveler l'expérience en proposant un titre qui, espérons-le, gardera la saveur du premier, tout en corrigeant ses quelques faiblesses.

Les développeurs ont eu l'excellente idée de créer un prologue indépendant, disponible gratuitement pour les joueurs décidant de précommander leur jeu (il sera ensuite disponible sous forme d'un DLC payant). C'est ce prologue, sous titré Dead Legions,qui sert de base pour cette preview.

Dead Legions nous met dans la peau du général romain Septimus Sulla, qui fut laissé pour mort suite à la défaite de son armée. Revenu de l'au delà, il apprend que son peuple, qui avait conquis la "Bretagne" (sous-entendu, la Grande-Bretagne) a été mis en déroute par un roi venu du sud, un certain Arthur Pendragon. 
Ce twist scénaristique très intéressant nous permet de nous familiariser avec le gameplay dans un prologue aux airs de tutoriel, tout en découvrant un chapitre qui sert de transition entre les deux jeux. 
Vos unités gagneront de l'expérience. Une fois un niveau passé, vous pourrez augmenter leurs caractéristiques
King Arthur 2, tout comme le premier opus, reste un jeu de stratégie. Le jeu se découpe en plusieurs phases, toutes d'une importance capitale. La première phase de "gestion" se déroule sur la carte globale de "Britannia". Durant cette phase, le but est essentiellement de préparer ses troupes et de décider quelles seront les prochaines actions à réaliser. Cela va du recrutement des armées, à la création d'objets, en passant par la visite de nouvelles provinces, et surtout, pour des rôlistes tels que nous, de réaliser des quêtes. Les combats se font, quant à eux, en temps réel, à la manière d’un Total War.
Le premier constat qui s'impose lors du lancement du prologue est le côté didactique de celui-ci. Les développeurs avaient réalisé un jeu très complet, parfois un peu bancal, mais surtout, pas simple à prendre en main. Ici tout est fait pour guider le joueur, avec des tutoriels animés qui s'affichent à l'écran. On peut même accéder à une aide plus détaillée.
La carte de "Britannia" 
La partie gestion reste sensiblement la même. Elle se déroule en plusieurs tours (symbolisés par des saisons, l'hiver étant particulière). Il faut gérer ses armées et ses provinces tout en faisant attention à ce qui se trame près de ses frontières. En revanche, j'ai noté quelques simplifications de gameplay qui, si elles ne plairont pas aux plus fins stratèges, permettent d'alléger un peu cette phase et de la rendre plus accessible aux néophytes. Les provinces ne servent plus à obtenir des ressources (de l'or exclusivement, car la nourriture a disparu ... ça se mange l'or ?), cela se faisant désormais par la bataille. Suite à une bataille justement, les pertes humaines pouvaient être compensées, dans le premier jeu, en attendant plusieurs saisons, alors qu'ici, c'est quasiment immédiat. Le jeu est donc plus simple et incite moins le jouer à faire attention à ses hommes lors des batailles. Reste à voir si ces simplifications sont liées à l’aspect didactique du prologue, ou si ce sont des choix permanents. 
  
Les batailles de King Arthur sont épiques. Les flèches fusent et les boucliers volent en éclats​
Quelques nouveautés font par ailleurs leurs apparitions, notamment dans la phase de bataille. Chaque armée dispose d'une jauge de "protection magique", qui comme vous l'aurez compris, protège l'armée en question des attaques magiques adverses. Cette magie a justement un rôle plus avancé que dans le jeu de base, de nombreux sorts et artéfacts étant proposés. Une nouvelle forme de stratégie se développe du fait de cette magie. Le héros invoquant les arcanes devient vulnérable pendant le laps de temps nécessaire au lancement du sortilège. Ainsi, l'adversaire peut tenter de stopper son ennemi en plein élan ou au contraire, décider de renforcer ses défenses magiques.
Les batailles sont donc toujours aussi épiques, même si un choix me chagrine particulièrement : Les développeurs ont jugé bon de supprimer le concept de moral du premier volet. Les armées étaient dotées d'une jauge qui baissait suite à certains coups portés par l'adversaire (embuscade ennemie, assassinat d'un héros de l'armée), jauge qui influait grandement sur le cours de la bataille. Dans ce second volet, elle a disparu, et une victoire est maintenant synonyme d'extermination de l'armée adverse. Il n'y a plus de reddition possible. Par ailleurs, dans ce prologue tout du moins, le joueur est limité à la seule armée de Septimus Sulla, à l’inverse du premier opus où nous pouvions en contrôler plusieurs sur la carte.
 
Une quête offre souvent plusieurs alternatives dont les conséquences sont parfois imprévisibles ...
Enfin, comme je vous en parlais il y a quelques paragraphes, le jeu comporte de nombreuses quêtes. C'est, avec l'amélioration des unités et des héros (caractéristiques, compétences ...), ce qui confère au jeu un réel côté jeu de rôle. La dénomination de "Role Playing Wargame" n'est pas usurpée, bien au contraire : les quêtes proposent un déroulement assez comparable aux « Livres dont vous êtes le Héros ». Lorsqu’une quête est déclenchée, le narrateur prend la parole et met en place la situation. Ensuite, plusieurs choix s’offrent à vous. Ces choix influencent d’une part la narration, mais aussi, et surtout, les relations que vous avez avec les autres provinces. Parfois, cela peut vous mener à déclencher une bataille, ou au contraire, à découvrir que le seigneur voisin pourrait être un allié puissant. Ces quêtes vous permettront aussi de découvrir de nouveaux artéfacts magiques, ou encore de modifier votre alignement. 
Dans le prologue, celui-ci est relativement limité car on ne contrôle pas Arthur et ses chevaliers, mais dans le menu, on peut tout de même apercevoir la « roue d’alignement ». Comme dans le premier jeu, vos choix pourront faire de vous un tyran, ou au contraire, un seigneur clément. Mais plus encore, vous devrez aussi choisir entre les anciennes religions celtiques, ou au contraire embrasser la cause du christianisme grandissant. Ces choix influencent la perception qu’ont votre peuple et les autres seigneurs de vous, mais débloquent également de nouvelles unités. Par exemple, les « Holy Avengers » ne seront disponibles que si vous êtes un seigneur plutôt ferme et prêchant la nouvelle religion. Il en va de même pour les différents sortilèges et divers bonus spéciaux.
 
 
Voici un aperçu de la roue d'alignement (à gauche) et du journal (à droite) où figure les quêtes principales
Pour finir, parlons technique. D’une part, la caméra de bataille est bien plus souple ; c’est un vrai bonheur de suivre les affrontements. L’aspect graphique n’est pas en reste, et affiche des graphismes impressionnants. Les unités sont très bien modélisées - même si leurs animations sont en deçà d’un Shogun 2- et les effets volumétriques sont somptueux (brouillard de guerre, neige fondue qui tombe sur le champ de bataille). La carte de « Britannia » a été complètement remodélisée et fourmille de détails. Oui, mais tout cela à un coût, et c’est là où le bas blesse. Le jeu est extrêmement gourmand (dans cette version preview). Je suis allé me renseigner sur le forum du jeu, et le problème se généralise même sur de puissants ordinateurs récents. Sur ma machine, quel que soit le niveau de détails, le jeu ne dépasse pas les 23 images par seconde. La sortie du jeu ayant été repoussée, il est fort à parier que c’est pour cette raison, et ce n’est pas un mal.
 
Au final, King Arthur 2 ne semble pas réinventer le concept du premier, mais il semble le parfaire. En proposant un gameplay toujours aussi riche, bien qu’un peu plus accessible, il semble se placer comme un incontournable, et notamment grâce à sa partie RPG encore plus étoffée qui lui donne un côté assez unique. Reste un bémol : le jeu n’est pour l’instant pas prévu en français, ce qui est fâcheux, compte tenu de la quantité de texte à lire pour les quêtes –écrites par ailleurs dans un anglais assez soutenu, dans le but de coller avec l’époque médiévale.

 

 

Commentaires (9)

#2

Megamat
Gobelin

ça donne franchement envie mais tout en anglais, ce sera sans moi... dommage
#3

Smash15195
Citoyen

J'allais le préco et quand j'ai vu sur le thread de canardPC que la gestion etait passé à la trappe, sans parler des problèmes de perfs (totalement normal dixit les devs) j'ai décidé d'attendre la sortie mais après lecture de cette preview (excellente par ailleurs) j'avoue que je suis encore plus refroidi qu'avant.

Message édité pour la dernière fois le : 23/01/2012 à 22:04

#4

pouicoss
Seigneur

ça donne franchement envie mais tout en anglais, ce sera sans moi... dommage

Ouaip, c'est vraiment dommage qu'il ne le traduise pas ... Au moins les textes ...

Sinon, l'aspect Gestion est castré par rapport au premier, mais c'est dans le prologue. A voir si c'est pareil au fil du jeu "de base". Par ailleurs, si ça peut ne pas plaire, leur jeu reste quand même très bien foutu et un poil plus accessible, ce qui n'est pas plus mal (vu certains passages trop galère du 1 x)
#5

Smash15195
Citoyen

Sur le forum de Paradox ce n'est pas ce que les devs laisse entendre

Question : I want to buy a boxed version, the easiest way for me is to use Amazon.fr, however the page doesn't explain if the box is in french, english or any other language.

Réponse : It's not official but as far as I know it is in French, yes.
#6

Megamat
Gobelin

Je pense qu'il veut dire qu'il sera disponible en France, bien que la question et la réponse sont bien sur le jeu en Français
#7

Andariel
Grand chevalier

mouais, ça me rend pas super enthousiaste tout ça...

Les ajouts sont loin d'étre légion, mais les pertes et les simplifications par rapport au 1 le sont. ça serait pas judicieux que les devs d'un jeu de niche se mettent à dos leurs fans en vue de conquérir un nouveau public plus large. Ce jeu est de toute façon plus destiné à ceux qui ont fait le 1, ceux qui l'ont apprécié pour sa profondeur, sa complexité et son coté hardcore, mais qui ont été déçus par son coté technique (IA, animation, optimisation...). Les néophytes suffisamment intéressés par le concept ne sont qu'une minorité et j'ai peur que cet opus ne se montre pas au niveau des attentes des fans, dont moi, en nivelant par le bas ce qu'on aimait du 1 et en échouant de faire ce qu'on attendait du 2 .

Mais croisons les doigts pour que ça soit juste le cas dans ce DLC tuto (je commence à douter quand même)

Message édité pour la dernière fois le : 26/01/2012 à 23:04

#8

eldiablo1981
Novice

Ouahhh,

Je l'attend grave ce jeux.
Il va être trop bon j'en suis sûr. Une durée de vie de fous en plus
#9

Mormont
Novice

Donc il est en français ou pas? C'est pas clair, on nous dit que non et après que oui ...
#10

Mercks
Guerrier

Donc il est en français ou pas? C'est pas clair, on nous dit que non et après que oui ...

Sur STEAM, il n'est à priori qu'en anglais.

Faudrait que j'avance sur le 1er d'ailleurs... Pfff, plus le temps de rien... Vivement la retraite !




Voir tous