Vendredi 05 Juin 2020, 11:21     Connectés : 7      Membres : 6


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

La Chronique de Phenos #03, ou la démocratisation du RPG PC de niche

par Phenos 20 Jan 2012 20:06 13

Plop*, amis gob's,

 

Pour talking to you en toute franchise, j'avais achevé ma seconde chronique depuis belle lurette, avec un développeur dans ma lunette, le doigt sur la détente. Mais j'ai accordé entre l'écriture et la parution une trêve à ma cible, contre un paquet de haribos (au moins vous êtes fixés si vous souhaitez obtenir quelque chose de moi). Aujourd'hui, je me suis résolu à avaler ma langue de vipère (et mes haribos), ne serait-ce qu'un temps, parce que si les vindictes prouvent la bonne foi de son auteur, elles peuvent également décrédibiliser un article un poil plus soft sur le même sujet. Tout vous sera clair comme de l'eau de roche dans une quinzaine de jours, je vous le garantis sans anguille. Les gueuletons ça ne mange pas de pain, mais quand les arguments sont montés comme des étalons en rut, ça s'apparente davantage à un démontage en règles. Initialement, j'avais conçu l'ensemble de mes chroniques selon une structure, qui par un emboîtement sensationnel étaient destinées à s'enchaîner comme une (pas trop mauvaise) série, avec une chute à la Lost, que des lecteurs fascinés par cette débauche de génie auraient applaudi à tout rompre. Je vais donc essayer de reprendre le fil, interrompu par la tournure des événements, en conservant un minimum de cohérence. Au moins je suis parvenu à mettre au point l'introduction la plus incompréhensible jamais écrite. Gnia.

 

Bref. Je ne sais pas si vous vous rappelez où je vous ai méchamment abandonné, c'était sur un trottoir de Paris, définitivement pas celui de Pigalle, même si je n'en doute pas, vous pourriez me rapporter masse de money, bâtis comme vous êtes mes chers lecteurs (oui, vous ne rêvez pas, je m'improvise proxénète de gobelins). J'ai quitté mes amis du Social Club dans les environs de 5h du matin, atterrissais par les premiers métros gare d'Austerlitz (une horreur, avec les travaux), pour décoller direction Orléans (une horreur, avec les orléanais). Le fait est que j'adorais Austerlitz, jusqu'il y a quelques mois. D'une part parce que la gare symbolisait pour le provincial fils de parisiens que je suis, le premier contact avec un Paris retrouvé, un lieu de transit vers quelque chose de tout à la fois lointain géographiquement, et proche au dedans (entendez-vous mon coeur battre? Il est parisien). Mais surtout, ce lieu était tel que mes parents l'avaient connu, c'était le Paname d'il y a trente ans (et plus), le Paname de ma famille, le Paname accessible pas seulement par des élites financières, un Paname perdu. Non seulement je rentrais dans mon Orléans adoré, mais j'avais en plus une de ces désagréables gueules de bois du petit matin, packaging comprenant le froid et la dalle, auquel s'ajoutait  des pensées noires. S'il y avait une variation de couleurs pour le noir, la mienne serait la plus sombre (oui je sais, c'est intelligent). VDM, quoi. Je scrutais cette gare en passe d'être démantelée, témoin d'un prestige à la française révolu, qui laissera place à une architecture new age (comprendre cabinet Jean Nouvel), bref, comme une amie bobor qui vire raveuse, profond changement en perspective, ce n'était plus l'Austerlitz aimée. Le portage du 21ème siècle en plein 19ème, dans le 13ème arrondissement.

 

Pour ce qui est des conversions réussies, les développeurs du projet "Nouvel Austerlitz" devraient lorgner du côté du jeu vidéo, en particulier du RPG. S'il y a trois/quatre ans, on se plaignait ferme des portages de la console vers le PC, moi le premier, ainsi que des softs multi-plateformes pensés pour la manette, les évènements semblent avoir pris une tournure plutôt positive. A l'époque, on évoquait sur les forums à tours de bras une casualisation du RPG PC, réalité marketing pour de nombreux éditeurs qui vantaient la version console plus que la rivale. Bouh les chanmés !  Achevée donc, la période de tension vidéoludique, opposant hardcore gamers versus casual gamers (malgré le fait que personne ne se revendiquait casual), faisant suite à la sortie de la Wii, qui elle-même emboîtait le pas à la Gamecube (merci la désillusion pour les aficionados). Face à l'émergence de jeux pensés pour le PC d'une rare qualité (The Witcher 2, E.Y.E., Dragon Age...) les portages moisis ne provoquent plus autant d'émules que par le passé. Fable 3 adapté sur PC en mai, sérieusement, qui l'avait gardé en mémoire? Personne ne le guettait à sa sortie de la salle des opérations de Lionhead,  même les PCistes qui avaient tâté de la licence avec le premier volet, une communauté qui a son importance malgré tout, s'est débinée. Pourtant, ce n'était pas trop infâme, ni un ratage monstrueux, ni un best-seller, juste une conversion paresseuse. Le chirurgien Peter Molyneux n'a donc rien expérimenté, just easy money pour Moly-pas-new, qui ne nous avait pour une fois rien promis d'irréalisable, et qui comme toujours nous offre du très commun. On ne se refait pas.

 

Du côté des expériences inédites, j'attends Cd Projekt de pied ferme. Les développeurs polonais ont toujours été aux petits oignons avec leurs fans, et c'est non sans plaisir que les consoleux découvrent ce qui se cache derrière le mot "choyé", eux qui sont traditionnellement considérés davantage vaches à lait qu'amis de l'homme (de toutes façons c'est inhumain de jouer avec un pad, c'te blague). Plus qu'un portage de The Witcher 2 sur la Play et Bobox, on assiste à une adaptation intelligente, comprenant révision technique et optimisation graphique, c'est Cd Projekt qui me l'a chuchoté au creux de l'oreille. Si les consoleux adoptent Geralt itoo, ça ne me déplaît pas, tant qu'ils nous laissent Triss. Par contre (vire au gerou chanmé) ! Ce qui m'indispose, voire m'importune, bref imaginez Gargamel qui découvre un schtroumf dans son p'tit dej', ce sont les features additionnelles, les quêtes inédites, et les cinématiques qui cassent la baraque, exclusives aux versions consoles. Là je fais valser les tables de la loi, et je suis envieux vis-à-vis de mon prochain (ou un truc équivalent que Abraham aurait entendu après avoir vaincu Goliath près d'un buisson gonflant). Sommes toutes, on comprend les polonais de Cd Projekt, qui avec le foirage intempestif du portage du premier opus, étaient dans l'obligation de frapper un gros coup avec cette transposition extra-terrestre du second volet. Il n'empêche, tôt ou tard, on veut les mêmes joyeusetés sur PC, non mais en quel honneur, on organise une sauterie sans nous convier ?!

 

Dans la catégorie "jeux cool préférables sur PC", Fallout New Vegas s'est posé tranquillou en outsider, même si personnellement je l'ai eu en horreur, mais vous savez les goûts et les couleurs. Ce que je lui reproche? C'est très simple, de vos yeux vous lirez. Créer un RPG pour les aficionados du genre relève d'un courage biblique, respectable certes, mais cela ne signifie pas programmer le-dit jeu avec les pieds (surtout quand ce sont de gros pieds), et mettre un balai dans le fondement de tous les mobs. Fichtre. Une clientèle, aussi hardcore soit-elle, se doit d'être respectée, demandez à papi Dorcel, il vous en parlera certainement mieux que moi. Accessoirement, le personnage incarné n'y gagne pas en crédibilité. Imaginez-vous un type avec une démarche aussi chelou arriver vers vous (parce que lui aussi a le droit à sa balayette), et de surcroît vous demander si vous avez du taff, je ne le prends pas au sérieux. Le travail de PNJ n'est pas une sinécure tous les jours. Secundo, toutes les actions, quelles qu'elles soient, n'influent pas sur la narration, ou trop peu. Les quêtes secondaires sont réalisées indépendamment, et une fois achevées, ne changent absolument pas le cours du jeu, si ce n'est qu'un indicateur vous précise: Tu as un bon karma, gentil garçon, va aider mamie à préparer la soupe/ Tu as un mauvais karma, sale gosse, rentre chez ta mère. Dans tous les cas on rentre à la maison, alors venez ensuite prétendre que cela change quoique ce soit au déroulement de la narration. Alpha Protocol, autrement scénarisé et dans un autre registre, avait une gestion plus aboutie des conséquences aux actes du joueur, de notre relation aux PNJ et à l'histoire. Deux écoles se confrontent, Interplay d'une part, Bethesda de l'autre, question d'affinité(s) les amis.

 

Puisque nous évoquons les grandes écoles du RPG qui sonnent leur retour sur PC, comment ne pas évoquer Bioware, qui avec son Dragon Age, a ressuscité les systèmes de jeu intrinsèques aux Baldur's Gates. Avec plus (Dragon Age: Origins) ou moins (Dragon Age 2) de succès. Ces quelques années passées en mon absence, ont donc vu le coming back d'une fierté toute rôliste, en particulier PCiste, portée haut et fort par des développeurs qui attendaient un sacro-saint feu vert, que l'on tue la bête pour retrouver le père, bref que Geralt (et Triss) ramènent leur frimousse pour confirmer aux éditeurs, que oui, un huge succès sur PC c'est possible. Aussi, les mentalités ont évolué, et ceux-mêmes qui tapaient avec plaisir sur le piratage pour soutenir un portage à deux sous, ou justifier son absence, face au triomphe (surtout commercial, la fricaille fait tourner le monde) des jeux théoriquement de niche, en réalité populaires, ont revus leur communication. Bien sûr, ce n'est pas non plus tout à fait le monde des Bisounours. Malgré des raids dans les troupeaux de mobs pirates, le partage est en passe de devenir la bête noire que l'on tolère, tant que les ventes ne sont pas trop exécrables, et cela malgré la récurrence d'une crise économique sans précédent, faut-il le rappeler. Les portages, autrefois si décriés, sont requis, à genoux devant les développeurs, icônes du code le temps d'une pétition, conférer Dark Souls. Situation hallucinogène.

 

J'ai ma petite théorie, qui vaut ce qu'elle vaut. Là où hier le beau monde du jeu vidéo se conformait à un classement catégorique, avec d'une part des jeux pour gamers occasionnels, et de l'autre des titres coriaces pour acharnés du clavier, le RPG contemporain est un compromis, qui de par sa qualité propre (scénaristique, de gameplay et/ou de game design) séduit tous les profils de joueurs. Avant tout, je l'ai répété avec fortitude dans ma précédente chronique, les RPG rencontrent l'estime critique et le succès commercial, parce que ce sont d'excellents softs. La recette parfaite n'existe pas, celle-ci est d'ailleurs perfectible, mais les studios semblent s'être engagés sur une route enviable, qui satisfait de nombreux joueurs, bref, qui profite aux gamers autant qu'aux créateurs. On assiste à une démocratisation du RPG de niche, à sa blockbusterisation, dont Bioware et Bethesda sont les fleurons, là où d'autres genres vidéoludiques ont échoué, à l'image des jeux de stratégie. La potion magique peut vite se révéler être un écueil, c'est d'ailleurs de ça dont je traiterais dans ma prochaine chronique (et dont initialement il devait être question aujourd'hui). Récacapipitulons (la finesse est mon maître-mot): des portages pas fameux sur PC dont plus beaucoup de gobs ont en mémoire, des portages PC vers console qui s'annoncent upra-cool, et globalement la résurgence d'une tradition du RPG Pciste. Y'abon. Il n'empêche que cette analyse est toute relative, puisqu'à côté de cela, la Wii en sept années d'existence n'a toujours pas trouvé de RPG occidental à chausser à son pied, la frontière entre casual et hardcore est toujours dans la place.

 

Sous les arches de bétons du nouvel Austerlitz, tandis que la petite verrière était doucement mais sûrement démolie, je me suis dit que c'était ça, ce qu'il fallait à cette gare. Que les architectes considèrent son passé, le comprennent, et se projettent avec, dans le futur. Finalement, le RPG est une belle leçon d'architecture. 

 

  DJ Shadow - Scale It Back feat. Little Dragon (Robotaki Remix) by Robotaki

Une petiote zik mélancolique, dans le thème de la chronique quoi (la) !

 

xxo, kiss kiss les gobs, c'était Phenos (et son ego), on RPiGi France. A vendredi dans 15 jours, pour de nouvelles aventures ! En attendant pensez à passer à Austerlitz avant qu'ils nous rasent tout ça, c'est upra-cool comme gare ! Plop*, cétait la chronique sensas' de Phenos #02.

 

*"Plop" ne signifie strictement rien. Mon enveloppe corporelle, mon moi-intérieur, ainsi que mon génie, nous sommes réunis et avons adopté à l'unanimité "Plop", qui concourrait contre "Tic" et "Frok", à l'élection de meilleur titre pour la chronique sensas' de Phenos.

L'ensemble du texte, y compris paraphrases, légendes, et titres sont le produit du second degré d'un rôliste provocateur. A ne pas (trop) prendre au sérieux.

La chronique sensas' de Phenos est distribuée dans la meilleure crémerie des rôlistes un vendredi soir sur deux, aux alentours de 18H.

Commentaires (13)

#2

Megamat
Gobelin

Moi j'attendais Fable 3 PC, mais je l'ai pas acheté, because, critique pourrie...

Sinon, merci pour ton Plop !
#3

pouicoss
Seigneur

[quote name='Megamat' date='20/01/2012 - 20:53']Moi j'attendais Fable 3 PC, mais je l'ai pas acheté, because, critique pourrie...

Sinon, merci pour ton Plop ![/quote]

Pourtant Lulu avait bien apprécié le jeu, non?
D'ailleurs c'est drôle, on a deux tests (un pour PC un pour xbox), ce qui n'est pas un mal loin de là !

Enfin, Merci Phenos pour cette chronique !
#4

Phenos
Citoyen

Pour apprécier les Fable, de toute façon il faut adhérer à l'univers. Après, c'est clair que ça manque de challenge, de ce point de vue Fable 3 peut-être mortel ^^.



Enfin ramené en terme de système de jeux à un Skyrim entres autres, encore Fable était un poil novateur, autant Fable 3 reproduit les mêmes erreurs/mêmes inconsistances, et aujourd'hui ça ne pardonne plus. Molyneux n'a pas réussi à renouveler l'expérience Fable, l'amener au niveau des softs actuels, et c'est ça qui lui coûte, à mon avis.

Message édité pour la dernière fois le : 20/01/2012 à 22:15

#5

Shizam
Grand chevalier

Ah!! Chouette! Le deuxième parchemin du Menestrel Phenos!..

On va se cotiser pour te fournir une monture pour économiser tes s'melles. Un chwal de trait ça te va?..On a que ça dans l'box à paille.

Ou alors des fers à clouer sous tes bottes, on fourni le p'ti maillet pour les changer tous les 10 kms..



De Austerlitz à Napoléon Total War, il n'y a qu'un pas de rôdeur.

Oui, le STR ronronne quand le RPG rugit, ce qui fait une belle jambe aux FPS, chacun son miam.

Neanmoins , nonobstant, et outre le fait, le STR étant de ces genres qui se savourent dans le temps..Comment ça? Il y aurait des genres qui s'avalent en 10 heures de temps? Fichtre! La cagade!... Un ou deux par 4 saisons est déjà une belle recompense.

Shogun Total War II, Anno 2070, pour cette année, c'est un repas suffisant pour les STRiens. Pas besoin de 20 stères pour se chauffer tout l'hivers.

Le RPG, avec toutes ses variantes hybrides , rempli la gamelle plus souvent, mais se consume aussi plus vite en général.

Ce qui est bien , c'est qu'on peut aprécier les deux genres, et pour le coup , à coup sûr et pour sûr, on est alors chauffer toute l'année. C'est pas bio d'etre bi?



Proxenete de Gobelins! Chouette ta nouvelle classe!

Merci pour la lettre Phenos, et vivement la prochaine... C'est Paname.
#6

Batman
Grand gobelin

Merci pour cette nouvelle chronique l'ami ! C'est vrai que le jeu vidéo (et les RPG par le fait même) tendent de plus en plus a vouloir contenter les "gros" hardcore gamers autant que "un peu moins" hardcore mais néanmoins gamers. Une approche justifier pour plaire au plus grand notre, faire du RPG un genre plus abordable, en essayant de ne pas perdre ce qui en fait la richesse.

C'est un exercice difficile, chacun y va de sa petite expérience qui s'avère plus ou moins concluante. Plus récemment, on pourrait par exemple citer Mass Effect 3 et ses 3 modes de jeu : Action/RPG/Histoire.
#7

Andariel
Grand chevalier

Chouette ta chro, j'aime bien ton style et ton franc-parler

C'est vrai, ces derniers temps on assiste à un sacré nivellement par le bas du coté du cRPG. Supposés étre des Computer RPGs, mais de plus en plus virants vers le Console RPG, voire souvent le Casual RPG, mais bon, vu l'acronyme est conservé...

Je suis souvent tiraillé par la pensée que finalement c'est bien que l'RPG s'ouvre à un plus large public, au grand public, qu'il sorte de ses confins vieux jeu et coincés, qu'il perde un peu ses allures hautins et élitistes, que tout le monde ait la possibilité de prendre part à cette éxpérience vidéoludique unique. Mais que de l'autre coté, sa personnalité, son charme, sa profondeur, la richesse qu'il possédait, les à-coté dont ils disposait, s'effacent de plus en plus, se fanent et se dessèchent, au fur et à mesure qu'il tend ses bras à plus de monde. On en retient finalement que les superficialités qui font accrocher la masse et du coup, on a mal pour ce genre qui nous passionne tant, on a mal de voir qu'on le dénature, à tel point qu'il est trop souvent méconnaissable...

On est plus dans du jeu de niche comme on l'a connu avec Baldur's Gate, Fallout et autres qui étaient moches, littéraires et peu commodes, et qui parlaient surtout au passionnés de jeux de rôles sur tables et leurs dés. Non maintenant l'RPG c'est Skyrim et The Witcher 2, beaux, spectaculaires et abordables, et tout le monde peut s'y mettre...Les adjectifs qui qualifient l'RPG d'aujourd'hui ont beau être beaucoup moins péjoratifs et dépréciatifs que ceux du vieux RPG, pourtant ça m'emplie de nostalgie et d'amertume.

L'RPG ça a changé, en mieux ou en pire, ça dépend de chacun, mais, pour sur, ça a changé.



Message édité pour la dernière fois le : 20/01/2012 à 23:29

#8

skoeldpadda
Seigneur


Cher Monsieur Phenos, bonsoir.

Prenant depuis quelques temps mes précautions avant d'écrire n'importe-quoi dans les commentaires des news, j'ai longuement hésité à te signifier tout le bien je pense de ta chronique, qui me plait décidément beaucoup.

Pourquoi hésiter, et bien tout simplement parce que j'ai bien peur d'être mal compris et d'occasionner, bien malgré moi, une nouvelle levée de bouclier contre ma trollesque personne. Car j'aime le "Plop" pour une raison bien singulière : voila deux fois maintenant que tu me pièges avec un titre plein de promesses et qu'au final, tu dis des choses qui me hérissent le poil... mais que tu le fais très bien.

Comprend que ceci est, malgré son allure peu engageante, un vrai compliment. Je prend tellement de plaisir à lire tes interventions pleines d'une verve ingénue que j'en oublie mon foncier désaccord.

Merci, Monsieur Phenos, pour ces instants délectables où je peux profiter de sucrés pop-corns tout en lisant des choses qui traitent de RPG.

#9

Batman
Grand gobelin

HS : Skoeld' qui ne troll pas... Ca m'étonne même pas qu'il neige tient.

Message édité pour la dernière fois le : 20/01/2012 à 23:25

#10

skoeldpadda
Seigneur

Non, ça c'est l'hiver. Faut pas tout confondre, je n'suis pas responsable de tous les maux du monde..... même si j'ai volé du riz somalien à l'école, un jour.

Et puis j'ai pas dit pourquoi j'étais pas d'accord

Message édité pour la dernière fois le : 20/01/2012 à 23:52

#11

geek93
Chevalier

HEy, la nouvelle chronique! Que j'ai lue totalement en retard!

Et qui est géniale...



Déjà, je vois et comprends ce que tu reproches à la nouvelle Austerlitz et je plussoie (sisi je plussoie)...

PAr contre, je suis en total contradiction avec ce que tu reproches à F:NV, parce qu'en même temps tout le monde a un balais dans l'cul, alors personne n'est vraiment choqué ...

Et les actions sur l'univers... Tu parlerais pas de fallout 3?

Nan, en fait je fais comme si t'avais faux, mais t'énonces des faits bien réels... Mais vu que j'aime F: NV, j'essaye de contre-carrer tes arguments...



Sinon, le Rpg a en effet tendance a s'ouvrir, plus de joueurs=plus d'acheteurs=max de flouzes, comme quoi, sont pas si cons les éditeurs...

PAr contre

" là où d'autres genres vidéoludiques ont échoué, à l'image des jeux de stratégie."

Euh... WTF? Le STR marche toujours admirablement, mieux que pas mal d'autres genres... Mais je crois saisir le fond de ta pensée...

Très bonne chronique, j'aime ton style comme d'hab' et surtout, oui surtout, la musique n'a pas niqué mes oreilles!



Et puis, PHENOS RETURN dans le classement des mecs de la team de le "à props", faut fêter ça!



Un jeune-vieux...

Phenos fan club...

Message édité pour la dernière fois le : 21/01/2012 à 00:06

#12

AE0n
Chevalier

Une clientèle, aussi hardcore soit-elle, se doit d'être respectée, demandez à papi Dorcel

Désormais "hardcore" me renvoi l'image d'un toucan (et de ce qui va avec). Il faut arrêter mr Phenos de chambouler les déjà pénibles associations de mon cerveau malade.
#13

Killpower
Gobelin

Bien lyrique et bien symapthique. Un bon brin philosophique avec plein d'images craquantes ou sales (dixit Aeon)
#14

Phenos
Citoyen

@Shizam Le petit cheval bossu a suffi à Ivan, le canasson de trait fera largement l'affaire :).

Mais sinon, je suis bien d'accord avec toi, on a de quoi se chauffer pour l'hiver (et merci pour la prose, c'est toujours un plaisir de te lire, la moindre des choses étant de te renvoyer mes hommages ;) )

@Batman: Haha Mass Effect 3, celui-là on n'a pas fini d'en entendre parler ;)

@Andariel: Oui, si je présente les choses dans leur globalité sous un jour positif, on ne peut pas dire que tout le soit, surtout quand la mélancolie s'y mêle... Quoiqu'il en soit le RPG change et c'est vrai que pour ma part y revenir après avoir laissé de côté le jeu vidéo pendant une année, le changement est d'autant plus perceptible. Mais finalement la reconnaissance du RPG, ce n'est pas ce que dont on avait toujours rêvé...? Même si pour y parvenir, il faut accepter le compromis du "RPG pour tous".

@skoelpadda: Compliment aigre-doux, mais que je reçois avec grand plaisir :). Si tu me le permets, je suis en accord avec ton désaccord, et ma petite personne plussoie ton post, parce que si ma chronique avait valeur de vérité avec un avis aussi tranché, c'est là que je me poserais des questions, ce n'est que ma perception personnelle (et ultra-personnalisée) du RPG ;).

@geek93: Oui tu as raison pour les STR, c'était ptêtre par l'exemple le plus évident. Enfin ce que j'entendais (mais il aurait fallu un article supplémentaire sur STR France... comment ça, le site n'existe pas encore? Mat, tu as un peu de temps libre :p?), c'est qu'il y a toujours des références qui cartonnent (les Blizzardises Warcraft et Starcraft, les Ubisofteries Anno et RUSE, en son temps les Age of Empires (mon grand amour), les Shotgun, Supreme Commander), ce qui nous fait grosso modo quelques sorties par an qui se ventent à cartons pleins (comme les TES ou les Gothic pour les RPG à une époque), mais qui s'adressent à un public relativement PCiste, et hardcore. Age Of Empires III avait tenté en son temps de revisiter le genre en séduisant un autre type de joueurs (3D, excellence du moteur graphique, mais jeu on ne peut pas plus casual), mais il s'était attiré les foudres des aficionados de la première heure (que je suis, AoE II, miam, on n'a rien fait de mieux depuis :D). Pour ce qui est de l'ouverture console, l'expérience casse-gueule par excellence, Halo Wars, Stormrise et Tom Clancy's EndWar l'ont tenté, mais tout ce qu'on puisse dire c'est qu'ils s'y sont plutôt cassés les dents. Bref, des STR pour acharnés du clavier et fans du pad, qui allie règles traditionnelles du genre et ouverture à un nouveau public, ce n'est pas pour tout de suite.... Même si oui, je ne dis pas le contraire, les STR se vendent à pelletées :). Du coup, le genre a t-il les mêmes besoins que le RPG pour rencontrer le succès, c'est peut-être là le fond du problème...

Fallout New Vegas, j'ai vraiment eu beaucoup de mal, et je ne sais pas réellement à quoi c'est dû. Peut-être l'univers, n'ayant jamais joué aux premiers, et étant généralement plutôt fan des RPG médiévaux/fantasy. Du coup, chaque petit défaut prenait une proportion considérable, là où dans un autre jeu, ils seraient probablement passés inaperçus. C'était aussi pour taquiner les fans de la série, car quoiqu'il en soit je suis admiratif du travail d'Obsidian ;).

@Aeon & Killpower: Ca va, un toucan on a trouvé pire ^^... Encore heureux que le papi n'ait pas choisi un logo plus... hardcore :p.


Et merci les amis pour les encouragements :)

Message édité pour la dernière fois le : 22/01/2012 à 15:42





Voir tous