Jeudi 27 Avril 2017, 01:34     Connectés : 2      Membres : 1


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Entre les lignes

par Phenos 26 Aoû 2009 13:48 0

Les politiciens ont beau ne pas maîtriser le tentaculaire sujet 'Hadopi', ils l'abordent et le commentent. Marcher dans le plat avec des gros sabots, saborder à tire-larigot les ado-pirates, avec plaisir. Mais aligner une phrase cohérente sur l'aspect technique de la loi, jamais, ou que trop rarement. Ce billet tombe quelques semaines avant la reprise des débats. Preuves que "Création et Internet" ne règlera pas le problème du piratage :

 

Nous disposons de nombreux moyens pour réduire les coûts de nos loisirs: Deezer et Jamendo.com, mais également le marché de l'occasion, l'importation d'Angleterre, les soldes... En dix ans d'usage par une majorité d'internautes, le téléchargement est devenu un réflexe. Que ce mode de bouffe-culture soit 'mauvais', 'justifiable' ou 'acceptable' - je ne suis pas là pour en juger - il en ressort une certitude; Hadopi ne le changera pas. Cette loi sanctionne les réseaux P2P, alors qu'indépendamment, il existe le streaming, le DDL, les Newsgroup. Des alternatives pour les téléchargeurs d'Emule, Lime Wire ou d'Edonkey. Malgré cette absurdité, le texte n'est pas prêt d'être modifié, étant donné la maîtrise du sujet par les députés:

 

 

Le téléchargement tue la musique ? D'autres problèmes propres à cette industrie sont bien plus graves: est-il normal qu'un artiste touche en moyenne 10% sur la vente de son disque ? En invoquant la mort de la création, les maisons de disque espèrent engranger davantage de bénéfices, déjà considérables. Cette loi initiée par Denis Olivennes, ancien PDG de la FNAC, a été rédigée par les disquaires pour les disquaires. En effet, le texte est basé sur le concept de la mort du disque physique d'ici 2010 (selon les prévisions par les "pros") et d'une dématérialisation de la production artistique, pour s'orienter vers du téléchargement en masse. Dans cette optique, l'offre gratuite est un véritable danger... En refusant le passage de la loi "Création et Internet" (véritable nom d'Hadopi), les députés contestataires ont mis le doigt sur un lobby qui dépasse la remise en cause des libertés individuelles : on assassine la créativité pour un business juteux.

 

"La chanson est une industrie parce qu'une poignée d'imbéciles a réussi à être moins con que le reste" Coluche

 

 

Le téléchargement tue le jeu vidéo ? Le Peer to Peer est le symbole d'un mode de consommation qui a changé, et d'une industrie culturelle qui n'a pas su s'adapter. Auparavant, les joueurs téléchargeaient des démos pour se forger leur propre avis sur les jeux et ainsi déterminer s'ils passaient par la case acquisition. Avec ce système, les développeurs pouvaient sélectionner une scène non représentative de la qualité globale du titre et berner l'acheteur potentiel. Désormais, les torrents inversent les rôles: c'est au gamer de faire le tri dans la soupe qu'on lui sert. Notre budget n'est pas extensible à l'infini, tester le jeu en version complète avant de l'acheter permet de ne pas tomber sur une énième bouse. Et il y a l'éternel problème du prix, les taux de changes non respectés, une pléiade d'éléments qui laissent à penser que l'on nous prend pour des vaches à lait. Le téléchargement est alors un moyen de manifester son mécontentement face à cette injustice.

 

"Ce qui est à toi est à moi !" Prince of Persia 2

 

 

Le téléchargement tue le cinéma ? Bienvenue Chez les Chtis a battu la performance de La Grande Vadrouille au box office en totalisant 20 millions d'entrées, aux USA les maisons de production annoncent des bénéfices jamais atteints, tandis que les salles de cinéma enregistrent des hausses de fréquentation ! En 2006, les studios américains avaient estimé leurs pertes liées directement au piratage. Comment peut-on être aussi stupide ? Si je reprends l'exemple du film de Dany Boon qui a cartonné dans les salles obscures, son succès a été accompagné d'un nombre de téléchargements records. Mais la majorité des internautes sont allés visionner le film dans le multiplexe du quartier - les exemples ne manquent surement pas dans votre entourage, si vous n'êtes pas dans ce cas ! Les paillettes et tapis rouges font tourner la tête aux réalisateurs et acteurs, insatisfaits éternels.

 

J'ai connu l'époque où, au cinéma, les spectateurs pleuraient davantage que les producteurs... Philippe Bouvard

 

Quoiqu'on en dise, le seul enjeu cannois, c'est le cinéma. Thierry Frémaux

 

 

Entre mille et une âneries, j'ai appris quelque chose: Hadopi est pédagogique ! Envoyer des mails et des lettres préventives éduquent vos enfants ! Mme Albanel évoque également l'Angleterre et la Suède dans lequel un système équivalent à Hadopi aurait été testé avec succès ! Après une recherche sur Google, j'ai bien vite compris que ce sont deux exemples de l'échec total d'un système inepte de répression du pirate, en collaboration avec les FAI. Game Over, Madame. J'espère que M Mitterand disposera d'arguments plus convaincants !

 

 

Résumons

 

-A commencer par le budget, si peu évoqué, qui avoisinera un total de 8M d'euros*. Monsieur Sarkozy tirera de quel chapeau ce financement ? De la casquette des citoyens ou du haut-de-forme de l'industrie culturelle ? !

 

-Mort de la créativité stimulée par les réseaux P2P : comme démontré plus haut, le piratage permet d'avoir un œil sur nos futurs achats. Les soupes réchauffées ne font plus de bénéfices, au détriment des Knorr culturels !

 

-Une étude a récemment mis en évidence qu'un adolescent actuel achète davantage de produits culturels qu'il l'aurait fait il y a trente ans. Malgré cela, le budget reste limité, et l'explosion du jeu vidéo a entraîné une baisse de ventes de films et musiques !

 

-Le lobby au cœur de la loi : dans l'optique d'une future dématérialisation et d'engranger toujours davantage de profits, les maisons de disques, disquaires, maisons de production souhaitent la mort du partage !

 

-Moyens inapplicables de défense : Mme Albanel a évoqué la possibilité d'installer un mouchard sur son PC ou de remettre son disque dur au tribunal... Douce ironie, c'est désormais à l'accusé de prouver son innocence !

 

-La loi n'éduque pas, elle sanctionne : les habitudes sont bien ancrées, et le recours à la manière forte risque de monter les internautes contre le gouvernement !

 

-Blacklist de sites, mouchards : un pas vers la censure !

 

 

 

 

 

 

Une fois Internet coupé, il ne vous restera plus que la télébidon, où la liberté culturelle ne sera qu'un amer souvenir.

 

Phenos

 

N.B.: Les vidéos ont été réalisées par des créateurs-tiers.

P.S.: Remerciements particuliers à la Quadrature du Net, Bakchich TV, Mozinor, PC Inpact, Strife_23.

 

*Cette estimation du budget est très vivement critiquée par certains, qui estiment qu'il est sous-évalué. Ils évoquent un budget jusqu'à 10 fois plus important !





Voir tous