Samedi 22 Juillet 2017, 06:33     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Les RPG actuels n'innovent plus ?

par Phenos 22 Mai 2009 13:22 0

Les années 70 et 80 ont été marquées par l'arrivée des premiers RPG sur PC puis sur console. Ce genre naissant a fédéré de nombreux fans, pour l'interaction accrue désirée par tant de joueurs de JDR, mais aussi pour son lot d'idées originales. Un carton plein, comme celui que remplit actuellement les mmo auprès des communautés de joueurs, chez les jeunes notamment. Même si certains titres se vendent par millions d'exemplaires, le RPG rencontre un succès bien moindre, qui plus est, terni par les mauvaises langues qui annoncent la mort du PC. Ce qui avait fait la force de ce genre était sans conteste l'innovation... Logiquement, nous nous demandons si les développeurs de RPG ne seraient pas en panne d'inspiration ?

 

Un journaliste d'Angry Games y a répondu dans un dossier très instructif. Si on met sur le même plan RPG contemporains et d'antan, la différence est flagrante: moins de libertés, des conséquences à vos actions absentes, des initiatives inédites moins présentes dans les blockbusters. Selon lui, les deux premiers Fallout, qui ne sont plus tous jeunes faut-il le rappeler, ne sont toujours pas égalés.

 

Dans les jeux originaux Fallout j'ai tué tous les types d'êtres vivants, y compris les enfants. Quelquefois j'ai gagné de l'argent en tuant, quelquefois les gens ont voulu me faire sauter la cervelle pour lui. J'ai fait de l'argent avec le cannibalisme. J'ai baisé des femmes pour obtenir ce que je veux. J'ai même eu des rapports sexuels avec une de seize ans et je me suis marié avec elle parce que son père m'a attrapé et m'a forcé à aller à l'autel avec un fusil de chasse.J'ai fait des promesses à des personnes et les ait toutes poignardées dans le dos, me permettant d'obtenir du fric sale dans le processus. J'ai dealé de la drogue, j'en ai même utilisé à titre temporaire, et je suis devenu accro au bout de quelques utilisations excessives. J'ai eu des discussions philosophiques avec des ennemis mortels, et la liste est longue. Il contient même l'homosexualité, un sujet dont les RPG évitent comme la peste. A la fin vous pouvez même devenir le «super bad guy». Aujourd'hui, ce type d'éléments contribuent à l'histoire.

En outre, dans Fallout 1 et 2, on ne pouvait pas tout découvrir dans une partie. La logique fait, parce que vous êtes une personne, que vous avez des limites. Vous ne pouvez pas être un extraordinaire tireur d'élite, médecin, technicien et voleur à la fois. Celui que vous avez créé et ce que vous avez fait a des conséquences, vous forçant à réfléchir avant de vous lancer en appuyant sur les boutons dans une convulsion comme un idiot.

 

La communauté des joueurs s'est très nettement élargie ces dernières années: minoritaires il y a peu de temps, on compte aujourd'hui en France 20 millions de personnes qui déclarent jouer. Le jeu vidéo engrange plus de chiffres d'affaires que la musique ou le cinéma (11 milliards uniquement pour le PC) et offre une croissance insolente. Alors, face à un public élargi, les développeurs réduisent les allusions au sexe ou à la violence, afin d'éviter de tomber dans le collimateur des autorités. On ne plaisante plus, surtout face au réalisme actuel des graphismes, qui donne une toute autre portée aux jeux vidéos. Un pixel rouge n'a pas le même impact qu'une mare d'hémoglobine extrêmement bien modélisée. Avec le temps, les évolutions techniques, les enjeux changent.

 

Le second problème évoqué dans son article sont les choix et leurs conséquences. La liberté est promue dans de gigantesques campagnes publicitaires, mais elleu ne demeure que fictive; le jeu vous dirige là où il le souhaite et les dialogues s'apparentent souvent de longs monologues. Quoi de plus ennuyeux, tandis que, à contrario, les mmo ne nécessitent pas ce travail de fond, puisque l'on converse avec de véritable personnes. Les PNJ n'ont qu'une tâche secondaire et ne développent pas d'échanges, là où dans les RPG ils sont primordiaux. Les développeurs de RPG sont confrontés à un important défi; insuffler la vie aux NPC, ou tout du moins en donner l'apparence la plus crédible qui soit...

 

Les RPG actuels comme Mass Effect et Fallout 3 sont de bien pâles comparaisons du chef-d'oeuvre de Black Isle. J'ai beaucoup aimé Mass Effect pour les combats, l'histoire épique et le système de dialogues, mais quand il s'agit de choisir, il n'y a pas d'entre-deux. Tout est noir, ou tout est blanc. Fallout 3 est encore moins un RPG: il n'y a pas de véritable dialogue. C'est juste pour demander le nom, l'emploi et des choses comme ça. Ce sont des monologues, périodiquement interrompus par le joueur. Et les choix sont encore plus en noir et blanc que Mass Effect, car il n'y a pas de raisonnement derrière eux. Vous pouvez faire sauter Mégaton et vous recevez en échange un peu d'argent, mais qu'est-ce que cela fait pour vous? Vous n'êtes pas détestés pour autant par d'autres personnes, il n'y a pas de conséquences autres que la disparition de la ville, alors pourquoi le feriez-vous? Avec mon premier personnage j'ai déjà abattu l'ensemble de la ville avec une batte de baseball et d'un pistolet 10MM avant même d'avoir rencontré un donneur de quête.

[...]

Fable 2 tente de créer un monde en interaction avec le joueur, mais cela tombe à plat la plupart du temps. Il vous donne le choix, mais pas de conséquences, ce qui le rend creux et vide de sens. Vous pouvez épouser une affamée qui ressemble exactement aux autres blondes chaudes de la rue, mais qu'est-ce que cela change? Cela change le fait que vous êtes marié. Les réponses à votre égard ne diffèrent que peu. Vous pouvez acheter toutes les maisons et détruire l'économie, mais en réalité, il y a seulement une statistique affichée quelque part qui vous dit que l'économie est détruite.

 

Et vous, quel est votre avis?

-Phenos

Merci à -K pour son article.

Voir tous