Mercredi 22 Février 2017, 16:10     Connectés : 9      Membres : 8


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Jouer tue ?

par Phenos 19 Avr 2009 23:08 0

Des bourgades ont fait du jour au lendemain la une de tous les plus grands journaux. Columbine, Virginia Tech, Winnenden, sont malheureusement aujourd'hui tristement célèbres. Des lycées et universités accablées par des tueries sans pareil, qui ont bouleversé des millions de personnes. On se rappelle tous de ces images traumatisantes, ces rues envahies d'ambulances et de voitures de policiers, ces centaines de personnes pleurant à chaudes larmes, ces montagnes de fleurs. 58 morts. 4 fous. Et les jeux vidéos, montrés du doigt.

 

1999, les Etats-Unis sont endeuillés. A Columbine, Eric Harris et Dylan Klebold ont décidé de prendre les armes. Ils massacrèrent 12 élèves et un professeur, en blessèrent 23 autres. Les médias se sont emparés de l'affaire. Et le premier coupable, facile à attaquer car méconnu du grand public, fut le jeu vidéo. Ils jouaient aux FPS, Doom et Wolfenstein 3D, et écoutaient du heavy metal. Plutôt que de remettre en cause la politique américaine du port d'armes, la réponse sera la dénonciation de Doom. Tant que des études plus approfondies n'ont pas été menées, c'était l'unique explication à leur folie meurtrière. 25 compagnies audiovisuelles, dont une majorité écrasante dans le secteur du jeu vidéo ont été poursuivies sur plainte des familles avec cette phrase en porte-étendard: "sans ce type de média, le massacre n'aurait jamais eu lieu". Nintendo était notamment sur le banc des accusés, cette société étant évidemment connue de tous pour développer des jeux d'une violence intolérable...

 

Il a fallu attendre cinq longues années, pour avoir le résultat final des psychiatres et des enquêteurs. L'idée préconçue et répandue dans tous les USA que le jeu vidéo était la cause principale de ce massacre était fausse. Mais on avait marqué les consciences: dans l'esprit des américains, le jeu vidéo était "mauvais". La vérité c'est qu'Eric et Dylan subissaient au quotidien des violences, des insultes, que l'administration et les professeurs ont ignoré. On découvrit que Klebold était dépressif et Harris un psychopathe. Ces éléments ont engendré un bain de sang, lorsque la haine engendrée par leurs camarades a un beau jour explosé.

Je me permets un aparté sur le film de Michael Moore, Bowling for Columbine. Il prend comme point d'ancrage la tuerie de Columbine pour élargir son enquête au thème de la violence engendrée par les armes à feu aux Etats-Unis. Si vous souhaitez vous documenter, faites un crochet par la case cinéma.

 

2007, la tuerie la plus mortelle de l'histoire des Etats-Unis, établissant un record sinistre: 32 morts et 23 blessés sur le campus de Virginia Tech. Cho Seung-hui, jeune homme d'origine coréenne, avait donné des signes avant-coureurs inquiétants: harcellement de jeunes femmes, écrits obscènes et violents, renfermé et timide - rares sont ceux à avoir entendu le son de sa voix. De longs silences entrecoupent ses prises de paroles, hésitant, il deviendra vite le sujet à des moqueries. La police vient le sermonner pour suivre sur les forums Internet des jeunes filles qu'il convoite, puis il menace de se suicider. Il est envoyé à la clinique psychiatrique, où le bilan "malade mental" est décrété. Il n'est pas fiché, en échange de quoi il accepte des soins et n'est pas interné. La politique des autorités a été de choisir l'intégration et l'anonymat, au prix fort.

 

Jack Thompson, avocat militant anti jeu-vidéo a profité du massacre pour stigmatiser les jeux violents. Et raté une bonne occasion de se taire. Thompson a envoyé une lettre ouverte à Bill Gates, où il a écrit, je cite: "Votre jeu [CounterStrike], un simulateur de meurtres, d'après des informations qui ont figuré dans le Washington Post, lui a appris à aimer tuer et comment tuer" ou encore "Mr Gates, retirez CounterStrike aujourd'hui-même, ou avons-nous besoin de plus de morts pour vous convaincre ? Virginia Tech a été le 11 Septembre des fusillades dans les écoles, et il apparaît que Microsoft est au milieu de tout ceci, de plus d'une façon". Le jeu n'ayant ni été développé, édité ou distribué par Microsoft, même avec la meilleure volonté, il aurait été difficile pour Bill Gates de le retirer du marché. L'avocat se précipite ensuite sous les caméras de Fox News et nous ressort son discours rodé condamnant les jeux violents, dont les GTA. Il a été prouvé que Cho Seung-hui n'a joué dans son enfance qu'à des jeux du genre "Sonic". Thompson devrait se poser la question, si mettre des armes dans les mains d'un fou, n'est-ce pas plus dangereux que de vendre des GTA.

 

 

 

2009, le phénomène américain se propage. Winnenden est touché de plein fouet: un jeune homme "sans histoires" tue 15 personnes dans son ancien lycée. Sans antécédents judiciaires, vivant dans une banlieue aisée Tim Kretschmer était fils d'un patron de PME. Renfermé, solitaire, toujours assis au fond de la classe, il était surnommé le «loser» par ses camarades. Avec des résultats très moyens, Kretschmer a été réorienté vers une filière professionnelle et s'était fait larguer par sa petite amie. Lorsque Tim révéla sa passion pour les armes à feu, son père qui pensait ainsi renouer des liens avec son fils distant, l'encouragea à continuer sur cette voie. Ce dernier était inscrit dans un club de tir et disposait d'une collection impressionnante d'armes enfermées dans un coffre protégé par un code... Sauf un Beretta 92 qui était dans sa table de chevet. L'arme qui a servi à Tim pour perpétrer cette tuerie.

 

L'éternel refrain signe son grand retour: selon un élève sous couvert d'anonymat (tiens c'est étrange...) Tim était bon à Counter Strike, et avait joué à Far Cry 2 quelques heures avant le massacre. Puis, chacun rajoute son grain de sel et amplifie l'affaire: Henri Schmitt, chef du Syndicat de Police allemand, déclare qu'il "est connu que dans chaque situation dans laquelle un carnage est commis, le tireur avait une dépendance envers ces jeux de tueurs. Le mode opératoire est très semblable aux exemples virtuels.". Et la ribambelle d'attaques injustifiées ne s'arrêtent plus, dans ce pays qui aime tant censurer à tout va les jeux vidéos et assomme les acteurs de cette industrie de préjugés. Ainsi, le ministre de l'intérieur met sur le même plan la pornographie et le jeu vidéo: "En regard de leurs effets négatifs, (ces jeux vidéo violents) sont au même niveau que la pédo-pornographie, et les drogues illégales, des choses sur lesquelles l’interdiction ne fait pas débat." ou encore le chef de la police locale annonce: "Nous avons examiné son ordinateur et trouvé des jeux vidéos typiques à ce genre de forcené". Les jeux vidéo dits violents sont dans le colimateur des autorités. La chaîne des magasins Galeria Kaufhof interdit dans ses 126 points de vente tous les jeux et films interdits aux moins de 18 ans. Le président souhaite un contrôle accru, et la chancelière Angela Merkel promet de renforcer le système de classification.

 

Les jeux vidéos violents, n'ont jamais, ou très peu été approchés par les tueurs. Jamais dans mon article je n'ai évoqué Manhunt, Fear, Hitman, Dead Space ou autre Resident Evil. Je citerais tout de même trois exceptions: Doom, Counter Strike et Far Cry 2. Avant d'être violents, ce sont surtout trois phénomènes de mode pour les adolescents des années 90 puis 2000. En 1993, tout le monde a joué à Doom, Counter Strike et Far Cry 2 repoduisent le même shéma plus récemment. Les tueurs suivaient un mouvement de mode, comme n'importe quel jeune de leur âge.

Certains on émis l'hypothèse que les jeux vidéos les avait conditionnés, appris à tuer... Doom représentatif de la réalité? Heureusement que ce n'est pas le cas, marcher avec un manche à balai dans le fondement n'est pas mon trip. Counter Strike est très approximatif dans sa localisation des dégâts. Qui plus est, le système de couverture et les niveaux de ce dernier ne sont pas représentatifs de combats dans un lycée. Surtout que le principe du jeu repose sur la coopération en équipe... Tandis que le tueur combat souvent seul ou en binôme. Encore une fois, ça n'est pas ce jeu qui a appris le maniement des armes à Tim, mais plutôt les cibles disposées dans sa cave et les entrainements au club de tir de son père.

Quant à la pseudo immoralité et agressivité des jeux vidéos, nous avons la démonstration avec Cho Seung-hui que sans une exposition à ce type d'images, on peut tout à fait mettre au point minutieusement un massacre et le réaliser. Cho Seung-hui, faut-il le rappeler, un des tueurs fous les plus mortels de l'histoire. Aucune autorité n'ose admettre que l'accès aux armes et la maladie mentale de tous les assassins sont les principaux facteurs de ces drames et que le jeu vidéo est à mettre hors de cause

 

Le jeu vidéo est un hobby, comme le cinéma, la musique, la bande dessinée et doit être reconnu en tant que tel. Quand il sera considéré comme loisir par les autorités, et non comme machine à fabriquer des tueurs, je considérerais que nous avons réussi un des plus grands défis de ce média depuis sa création. Il reste du chemin à parcourir pour changer l'opinion générale. Pour cela, deux mots: sensibilisation et explication. Le jeu vidéo demeure méconnu, incompris, synonyme pour beaucoup de violence. Notre ultime conclusion à une réponse trop souvent laissée en suspens, sera donc:

Non, le jeu vidéo ne tue pas.

 

Phenos

 

NB: Je vous conseille l'excellent podcast de Gameblog, qui reprend une partie du thème abordé ici:
Après un mois de mars particulièrement virulent de la part des médias généralistes, à l'encontre du jeu vidéo, et surtout des années d'incompréhension, d'amalgames, ou d'idées reçues, il était temps de faire un point sérieux sur tous ces mots qui circulent : addicition, virtuel/réel, comportements compulsifs, etc. Une émission un tantinet plus sérieuse, donc, mais dont la volonté est de servir de base utile pour tous ceux qui s'intéressent objectivement à ces questions, légitimes, afin de donner des clés, mais aussi des chiffres, des faits, et quelques conseils et points de vue, bien entendu ! Et le tout en adoptant une position responsable, car c'est ainsi que le jeu vidéo grandira également...





Voir tous