Vendredi 10 Juillet 2020, 02:40     Connectés : 2      Membres : 1


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Religion et jeu vidéo font mauvais ménage?

par Phenos 16 Mai 2009 12:55 36

Le jeu vidéo a toujours été sujet à polémiques quant à son utilisation du gore et de la violence (Manhunt 2, GTA, Dead Space...), le phénomène de la dépendance (qui touche essentiellement les mmo), l'intégration de la nudité et de scènes érotiques (l'affaire Hot Coffee, Mass Effect...). Les "grands journalistes" vilipendent régulièrement les jeux vidéos, ou les mettent aisément en lien avec certains faits-divers. Mais étrangement, la religion n'est jamais au cœur de ces polémiques... Et pour cause: la censure frappe dans l'ombre, sans qu'aucun joueur ou journaliste spécialisé ne soit mis au courant. Religion et jeu vidéo font mauvais ménage? Lumière sur un thème trop peu abordé.

 

Le jeu d'aventure de Sierra Gabriel Knight 3 : le Sang du Sacré, le Sang du Damné a débuté avec des vampires, mais s'est transformé rapidement en histoire de Templiers, de Cathares, de Saint-Graal et en fin de compte, un mystère à propos de la présumée naissance de Jésus-Christ. Il a été le dernier jeu d'aventure de Sierra et ne fut jamais publié. Une coïncidence ?
...

Les fanatiques religieux ont commencé à reconnaître que les jeux ne sont pas les amis de la religion comme en témoigne un article sur le site Christwire intitulé "Nintendo Wii infecte Kid with Strange Esprit». Il affirme qu' "il est douloureusement évident que les systèmes de jeux modernes comportent un esprit de violence qui peuvent infecter vos enfants!" Donc, méfiez-vous des propriétaires Wii - vous pouvez être possédés par le démon.

Ce que les fanatiques ne comprennent pas c'est que même si les jeux ne parlent pas ouvertement des thèmes religieux, nombreux sont ceux qui ont une morale qui sous-entendent. La série d'Ultima au cours des années 1980 et années 1990 était célèbre pour ses dilemmes moraux confortablement installés à côté de la tuerie de monstres et de la chasse de trésor. Et les jeux Metal Gear Solid ne seraient pas ce qu'ils sont sans le mélange de violence et de morale. Les jeux ne vous forcent presque jamais à tuer des innocents et le joueur est invariablement puni si c'est ce que vous faîtes.

Merci à Gameplayer pour son article d'où sont tirés les extraits.

 

-Phenos

 

Commentaires (36)

#26

Mickaelus
Garde

Ce qui est amusant cela dit, c'est que cette forme de matérialisme radical rejoint le paganisme antique au niveau de la fatalité, mais dans une forme de déterminisme mathématique cette fois-ci. Le "dieu" géomètre de certains penseurs des Lumières c'était déjà un peu ça. Il y a des lois dans la création, mais quand la théologie chrétienne assimile le Christ au Logos et fait de l'acte créateur de l'univers, non pas une formule desséchée, mais l'action d'une volonté, dont l'identité est l'être et l'essence suprêmes, cela change beaucoup de choses, ce qui se prolonge par le mystère de l'Incarnation ensuite. Je trouve en fin de compte dommage la posture scientifique qui nie un chemin d'accès à la vérité tout aussi valable via la philosophie et la théologie. Prétendre que les croyants se sont contenté de répéter "bêtement" les données de la Révélation (même si, oui, la religion se transmet par le témoignage), c'est faire comme s'il n'y avait eu aucun penseur ni théologien s'étant penché sur l'imbrication entre foi et philosophie. Comme Thomas d'Aquin déjà cité. La science n'est pas seule à décrire ce qui nous entoure, le spirituel fait partie de ce monde, pas d'un ailleurs seulement. Évidemment, faire comme si nous n'étions que matière, que la pensée et la philosophie ne produisent rien de réel, c'est se couper d'une partie de la réalité. Et là, c'est peut-être aussi une forme d'aveuglement. Ou de l'orgueil consistant à refuser que quelque chose dépasse l'homme. Mais c'est surtout triste, dans le sens où cela fait de l'homme une machine organique, qu'il n'est pas seulement.

Concernant les jeux vidéo, c'est certain, le religieux est présent, sur un mode mythologique essentiellement dans les jeux de rôle, parce que les cosmogonies évoquées ci-dessus consistent surtout en une sorte de néo-paganisme. Les exemples où la religion chrétienne est d'inspiration presque transparente comme dans Inquisitor sont extrêmement rares à ma connaissance. Même s'il y a par-ci par-là des petites références, comme les églises des Dragon Quest qui ne sont pas très dures à identifier.

Il y a tout de même un genre de jeux où je trouve que la religion et le jeu vidéo font très bon ménage généralement, c'est le jeu de stratégie, où elle est présente sur un mode plus ou moins historique. Il aurait été difficile de faire un Medieval II Total War ou, mieux encore pour la précision, un Crusader Kings II, sans que la religion n'y soit décrite, sinon fidèlement, du moins comme un mécanisme qui revête son importance. A côté de ça, il y a des jeux qui gomment complètement la religion dans une optique matérialiste complète : par exemple, si on prend le cas des Sims, qui sont censés fournir une sorte de simulation de vie humaine, ce sont des individus qui n'ont aucune forme d'appréhension du religieux. Ah, il devait y avoir des suppléments sur la magie, mais c'est tout de même autre chose.
#27

Geralt
Grand chevalier

Oui, effectivement. Ou encore des jeux comme Age Of Empires II, c'est l'exemple type où je déteste la religion, avec ces maudits moines qui veulent convertir tes troupes... !
Je les hais !
Après pour les Sims, je suppose que c'est pour pas foutre la merde, il y a des tas de religions, il faudrait alors toutes les mettre, ou au moins un paquet pour satisfaire tout le monde... Et comme le sujet peut être très sensible, je pense, qu'ils ont préféré ne pas en mettre du tout... ^^
En tout cas ça me paraît une raison possible, si c'est autre chose, là tout de suite je vois pas trop.
#28

Shizam
Grand chevalier

Et puis les disciplines qui partent juste d'une explication toute faite par quelqu'un il y a 61 générations, et que le peuple en question (ou le "métier" en question) ne mettrait jamais ça en doute, justement parce que ça fait tant de générations qu'il y croient, ce qui pour eux est soit-disant la preuve que c'est vrai (en lieu et place de la démarche ci-dessus).

Oui , c'est pas totalement faux. Mais je dirais que c'est plus vrai pour les religions que pour les croyances.
Les religions sont souvent le fait d'un texte ancien, qui est retravaillé, réécrit, ajusté, au fil des siècles. Souvent pour coller à la morale du moment.
Un peu comme les gagnants réécrivent l'histoire en somme.
Il n y a qu'a voir et écouter les derniers Papes, c'est limite affligeant de voir comment ils "modernisent" l'église selon la situation du moment.
M'enfin comme dirait l'autre, depuis Vatican II, tout va à vau-l'eau de ce coté là..

Pour les croyances, c'est un peu différent. La plupart des croyances se transmettent directement de générations en génération, et d’exercice en exercice. Comme je disais, elles bougent comme le monde bouge autour .
N'oublions pas que l'alchimie regroupe en elle, à la fois la science et l'esprit.
Tuer un poulet pour en faire une offrande, c'est les deux à la fois.
Alors que tuer un poulet pour le disséquer afin de l'analyser, ce n'est que de la science.
C'est d'ailleurs les scientifiques qui ont forcer à séparer la science et l'esprit dans l'alchimie, en ne gardant que la chimie, qui elle peut se formuler avec les mêmes codes que les sciences connues. A bat l'esprit dans la raison en somme.

Grave erreur je pense que de ne vouloir garder que la raison pour tout expliquer et tout comprendre.
Le corps et l'esprit son liés, et pour moi, c'est bien l'alchimie qui est sur la bonne voie, qui est "raisonnable".
La religion a repoussée aussi l'alchimie ( les sorcières, les druides, les chamans, , tout ça ..), mais pas du tout parce qu'elle n'y crois pas, mais plutôt parce qu'elle lui faisait de l'ombre. ( l'eglise je parle )

La religion autant que la science sont dans la déraison , j'en suis fort convaincu.
Car l'une ne veut garder que l'esprit, et l'autre que la raison.
Les croyances et l'alchimie ont de beaux jours devant elles, quand les dogmes puissants de la science et de la religion tomberont.

Le grand malheur, c'est que l'alchimie à besoin de transmetteurs, et qu'il n'en reste plus beaucoup sur notre belle terre.
Mais on peut voir que certains scientifiques, avec entre autre les sciences dites "du futur", et ayant de plus en plus accés aux mathématiques trés poussées ( quantique par exemple..) , se remettent à reconsidérer l'alchimie.
A refaire le lien entre le corps et l'esprit, la raison et le spirituel.

Message édité pour la dernière fois le : 02/11/2015 à 22:56

#29

Colinet
Noble

C'est drôle, toutes mes années à étudier l'anthropo m'ont convaincu que ces croyances, pratiques, religions, etc. étaient raisonnables. Et en même temps, plus je les défends, plus j'accepte que je n'y crois pas un instant.

Pour moi, elles ne sont qu'un moyen de se détourner du fait que le monde dans sa totalité est hors de portée de notre compréhension. Et que la seule chose qui est réellement au-dessus de nous, c'est la compassion qui vient du fait que nous sommes tous dans le même bateau.

Mais je le répète: je pense que ceux qui croient ont de bonnes raison de le faire.
#30

mm678player
Garde royal

L'alchimie ?

(bon allez, dernière réaction sur le hors sujet, à savoir sciences / religion, et non les jeux)

J'ai toujours cru que c'était la version superstitieuse de la chimie, ce qui chez moi signifie : je décrète que ça plus ça donne ça ! comment, ça ne marche pas ? oh zut !
Là où la chimie est la version scientifique de la même chose, à savoir : tiens ça fait quoi ça plus ça, ah ok, je le note. Ca marche !

Mais c'est sûrement par manque d'infos que j'ai toujours cru ça de l'alchimie... ou bien Shizam ?


D'ailleurs à propos de "tout ça" en général, je disais pendant plus de 42 ans à qui voulait l'entendre (c'est à dire à pas grand monde en fait...) :
" Tout esprit humain a besoin de surnaturel. C'est pour ça qu'on a inventé les fictions pour défouler ce besoin, et ne pas y croire dans la réalité. "
(fictions dans lesquelles j'incluais les religions)

J'ai failli changer d'avis il y a quelques mois, à cause d'un bête reportage que j'aurais démonté en 2 minutes "dans le temps". Alors pourquoi pas cette fois ? mystère, mais je me suis vite repris...
J'en reviens toujours à ce que je croyais / savais "pendant le plus longtemps", et non "en dernier"...
#31

Colinet
Noble

De toute façon c'est l'avantage de la magie dans les jeu: elle est une forme de "science" sans perdre en aspect "magique".

Transposé ici ça serait loufoque. On pourrait statistiquement observer que les guérisons dans tel ou tel sanctuaire obéissent à un lancer de 3d8 plutôt que 4d6. On proposerait des formations continues de power-levelling aux exorcistes et au kinésiologues. Il y aurait des débats politiques sur l'aspect OP du charisme (pour une fois ça nous changerait).

Well well. Pas géniale comme tentative de sortir du HS. Je suis dehors.

Message édité pour la dernière fois le : 03/11/2015 à 00:46

#32

Mickaelus
Garde

Geralt :

Ah, comment ai-je pu oublier celui-ci ! J'ai acheté la version "hd" sur Steam justement parce que j'aimais beaucoup ce système de moines et de reliques . Mais c'est vrai qu'ils sont un peu casse-pied dans les rangs ennemis...

Cela dit, dans le manuel de Medieval II Total War, je me souviens qu'il y avait un mot des développeurs à l'attention des croyants, précisant qu'ils n'avaient voulu déprécier la foi de quiconque. Même si bon, qu'il y ait eu des croisades et des jihads, ce n'est quand même un mystère pour personne, et le jeu n'en propose aucune interprétation dans un sens ou dans un autre.

Pour les Sims, j'ai pensé à cette interprétation, et sans doute qu'une espèce de religion "neutre", un peu comme la monnaie inventée (simflouz je crois), n'aurait pas été satisfaisante. Je me dis juste que ça représente quand même "bien" l'époque actuelle : la religion au placard et les besoins matériels avant tout. Par contre, c'est peut-être différent dans les Sims Medieval, mais je n'ai pas essayé cet épisode.


Shizam :

Étant de sensibilité traditionnelle pour ma part, je dirais juste que Vatican II a modernisé l’Église sur le plan politique et diplomatique surtout pour l'instant, bien que les questions liturgiques soient de grande importance aussi. De plus, il y a eu d'autres étapes avant, comme la reconnaissance de la république par l’Église, un bon moment après le traumatisme de la Révolution française. Ce sont de fait deux modèles antagonistes.

Le dogme est cependant encore largement sauvegardé si l'on consulte le dernier catéchisme officiel en date (celui de 1992 autorisé par Jean-Paul II, ou la version abrégée de 2005 autorisée par Benoît XVI). Tout cela témoigne de la tension qui existe entre ceux qui fondent la religion sur la métaphysique et la transcendance, et ceux qui adoptent de plus en plus une optique démocratique. Ou opportuniste, oui. Il y a des fondamentaux dans une religion qui ne peuvent pas changer sous peine de la négation même de celle-ci ; par contre, dans le cas du catholicisme, le dogme s'est précisé au fil des siècles. Mais sans retour en arrière. Aujourd'hui, on a l'impression qu'une partie du clergé voudrait gommer l'Ancien Testament et procéder à une sorte d'évangélisme béat en détournant les propos du Christ. Grossière erreur, mais elle ne durera pas à mon avis. Le dogme ne peut pas "tomber", même en cas de corruption majeure de la papauté, il restera le traditionalisme qui possède ses propres structures.

Concernant les rapports entre le catholicisme et les divers avatars du paganisme (au sens large), c'est simplement qu'à une époque où le salut des âmes était visé (dans une optique bien différente, en effet, du dialogue religieux sauce Vatican II), on combattait ce qu'on considérait comme des erreurs. Mais les théologiens chrétiens ont combattu aussi bien le polythéisme, le panthéisme et autres du même genre, que les hérésies chrétiennes comme l'arianisme, le monophysisme, le nestorianisme, etc. Enfin, qu'il y ait eu une question de pouvoir temporel, je ne le nie pas : la papauté prétendait à la suzeraineté universelle à une certaine époque du Moyen-Âge, mais c'est encore autre chose. Une sorte de spectre de l'Empire romain peut-être.


Colinet :

Il y a des raisons périphériques à la foi également, je le pense aussi. Ce peuvent être des raisons morales, un besoin d'espérance, ou même des questions d'héritage historique et civilisationnel.

Après, c'est vrai, notre condition humaine nous place dans une même situation, et même le mot catholicisme implique l'universalité. Mais je ne suis pas particulièrement optimiste face à la fragmentation du monde moderne, y compris dans une même nation où la notion de civilisation est de plus en plus floue. Difficile de dire ce que ça donnera, mais chacun fera selon ses fidélités.


Bref, désolé si j'ai un peu trop encombré votre sujet, ce sont juste des questions qui m'intéressent et vous aurez eu un point de vue peut-être pas très courant sur ce genre de site .
#33

Colinet
Noble

Mais je ne suis pas particulièrement optimiste face à la fragmentation du monde moderne, y compris dans une même nation où la notion de civilisation est de plus en plus floue. Difficile de dire ce que ça donnera, mais chacun fera selon ses fidélités.


Héhé, on ne reste pas fragmentés bien longtemps. De toute façon, c'est tout le monde au dodo quoi qu'il arrive. Les humains, nombreux mais seuls face à l'absurde. Sans aucun recours. C'est ça être dans le même bateau.
#34

Shizam
Grand chevalier

Une différence majeure , entre l'alchimie et la science, et que l'alchimie se remet en cause en permanence.
Un alchimiste évolue dans ses travaux pour suivre un chemin..le but et relatif , et moins important.
Un scientifique veut atteindre un but, peu importe le chemin pour l'atteindre.
L'alchimiste aura donc beaucoup plus d'ouvertures possible, plusieurs allées avant de toucher au but. Et ce qu'il découvrira en chemin, sera parfois plus important encore.

Une autre différence entre l'alchimie et la science.
L'alchimiste propose une façon pour découvrir la chose. Il admet, ou sait, qu'il a lui-même plusieurs façon d'expliquer la même chose. Et que chaque alchimiste aura ses propres explications, encore différentes peut etre.
Le scientifique, ne s’intéressant peu au chemin , définira les codes qui conduisent au but, qui seront inscrits, les mêmes pour tous , et bien souvent en affirmant qu'il n'y a d'autres façons d'expliquer cela.

En somme, la science suit un chemin étroit, se débarrassant de ce qui lui semble superflu.
L'alchimie suit un chemin ouvert, prenant en cause chaque découverte durant ses travaux, qui en amène d'autres, et qui en amène d'autres encore...
#35

mm678player
Garde royal

mouais...
#36

Geralt
Grand chevalier

j'aimais beaucoup ce système de moines et de reliques


Ah mais par contre oui les reliques c'est très puissant, un petit revenu comme ça avec 2/3 reliques c'est génial. ^^
Je me servais que des moines de cette façon pour me générer des revenus...

Un peu HS mais pas tout à fait, je viens de regarder le film "Ordet", très intéressant, pour ceux qui connaissent pas.
#37

Paladin
Villageois

Une différence majeure , entre l'alchimie et la science, et que l'alchimie se remet en cause en permanence.

Ce que la science fait.
Si la science était sûre de son fait, qu'elle n'avait plus rien à prouver, qu'elle avait trouvé toutes les réponses, qu'elle "marchait", en somme, elle se serait arrêtée.

Message édité pour la dernière fois le : 03/11/2015 à 19:02





Voir tous