Lundi 10 Décembre 2018, 19:01     Connectés : 10      Membres : 9


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Preview : Vampyr

par Caparzo 15 Fév 2018 10:00 10

La semaine dernière, nous avons pu assister au What’s Next de Focus 2018, comme nous essayons de le faire chaque année. Cette fois-ci, nous allons sortir une toute dernière fois nos crocs acérés et recouverts de sang pour (re)découvrir ensemble Vampyr, toujours développé par DONTNOD.

 

Cela fait maintenant un très long moment que nous vous parlons de Vampyr sur RPG France, à tel point que j’ai du mal à me souvenir de la toute première fois. À croire que le développement du jeu est aussi immortel que la vie d’un simple vampire, mais ce n’est réellement pas le cas. Le titre de DONTNOD vient effectivement d’entamer sa dernière ligne droite en ce qui concerne sa production, et nous pourrons bientôt goûter aux joies d’incarner ce cher Jonathan Reid. Pour ceux du fond ayant manqué totalement le train en marche, sachez que les joueurs prendront ici le rôle d'un chirurgien luttant contre la Grippe Espagnole dans une Londres de 1918 qui n’est plus que l’ombre d’elle-même. Comme si le mal n’était pas assez profond, ce cher docteur a également contracté ce qui semble être une toute nouvelle maladie l’ayant changé en vampire. Vous l’avez compris, la vie du pauvre Reid n’est pas des plus reluisantes et nous devrons en permanence jongler entre une vision humaine de la situation et celle bien plus sournoise d’un prédateur aux dents longues.

 

 

La démo lors de ce What’s Next nous a permis de jeter une nouvelle fois un œil sur des éléments que nous avons déjà pu apercevoir lors des dernières présentations, mais aussi sur de nouvelles choses ayant plus trait aux quêtes et aux personnages. C’est dans le ténébreux quartier de White Chapel que l’action a cette fois pris place. D’autres environnements seront bien évidemment disponibles, comme les docks, ou bien encore un quartier bien plus riche. Ces lieux viendront influencer notre manière de jouer. Sachez-le, Jonathan Reid semble être un grand bavard et n’hésitera pas à commenter ce qui se passe à l’écran, et c’est d’ailleurs avec ses pensées que nous avons été accueillis dans cet environnement. Des événements scriptés viendront apporter de la vie, comme ces mystérieuses personnes se tirant dessus dans la pénombre avant de disparaître, mais sachez que tous les personnages présents dans les quartiers posséderont leur propre histoire, et des liens pourront exister entre eux. Un écran s’affichant presque comme un arbre chronologique nous permettra d’ailleurs de visualiser une description de chacun des habitants de ces quartiers une fois ceux-ci découverts.

Bien évidemment, nous ne somme pas ici pour faire du tourisme, et notre arrivée à White Chapel était justifiée par une sombre affaire de chantage dans un dispensaire. Je ne vais pas rentrer dans les détails de la quête pour éviter tout futur spoil, mais cela a été l’occasion pour nous de partir espionner des PNJ en écoutant leur conversation pour essayer d’en apprendre davantage sur la situation. Comme rien n’est jamais aussi simple, d’autres personnages ont dû être impliqués dans l’histoire pour tenter de découvrir le source du problème. Cela a été l’occasion pour le héros de prendre le contrôle de l’esprit d’un pauvre bougre pour le manipuler, mais sachez que cette action ne sera pas si simple à effectuer puisque les citoyens de la ville de Londres posséderont des défenses contre la manipulation mentale. Ces derniers auront également droit à du sang de différente qualité. Dans Vampyr, mordre et récupérer le liquide vermeil de nos cibles nous permettra de gagner des niveaux et des points d’expériences, mais ceux-ci seront déterminés par la qualité du sang. Un citoyen en mauvaise forme sera donc bien moins intéressant à mordre que quelqu’un en pleine santé.

Il ne faut cependant pas oublier que vous incarnerez un docteur. Ce rôle vous offrira la possibilité d’aider et de soigner les personnages que vous choisirez, pour ensuite mieux les mordre et profiter d’un sang d’une qualité plus qu’acceptable. Une fois la basse besogne effectuée, Jonathan Reid devra obligatoirement se rendre dans une zone protégée pour dormir et bénéficier ensuite de ses nouveaux pouvoirs. Comme dit plus haut, les habitants de la ville possèdent des liens, et tuer n’importe qui pourra avoir des conséquences inattendues. La démo a par exemple mis en exergue le personnage de Darius, un poète semblant être particulièrement inspiré, et celui de sa muse Camélia. Tuer cette seconde engendra obligatoirement un lot d’événements pouvant directement toucher Darius. Encore une fois, le joueur sera ici mené à prendre des décisions importantes pouvant influencer le cours de sa propre évolution, mais aussi celui des personnages et d’un quartier entier. Les quartiers posséderont quant à eux un pourcentage qui déterminera leur santé. En dessous d’un certain seuil déterminé par le nombre de morts, ces secteurs seront définitivement perdus.

 

 

Comme vous pouvez vous en douter, vous ne passerez pas uniquement votre temps à déambuler dans ces environnements pour étudier les gens, mais serez également amenés à combattre. Encore une fois, l'action dans Vampyr ne m’a malheureusement pas paru intéressante, que ce soit au niveau du gameplay ou sur le plan visuel. La rigidité semble être ici prédominante, et malgré la possibilité d’effectuer des dashs ou bien de se rendre invisible, il ne faudra certainement pas compter sur les combats pour tirer un quelconque plaisir de jeu. J’espère cependant me tromper. Le titre de DONTNOD devrait bien plus briller au niveau de sa narration et des situations que nous rencontrerons. La démo s’est en effet terminée sur une séquence dans laquelle le héros a été confronté à la réanimation d’un personnage pour tenter de lui sauver la vie. Le joueur pourra donc choisir parmi différentes manières d’opérer via la roue de dialogue pour espérer une résultat heureux.

 

Prévu pour voir le jour le 5 juin 2018 sur PC, Xbox One et PlayStation 4, Vampyr s’annonce donc toujours aussi prometteur. Les interactions sociales avec les personnages, leurs liens et les conséquences qui découleront de nos choix feront sans hésitation partie des points positifs du titre de DONTNOD. Si l’histoire principale est de plus à la hauteur de ce que nous pouvons espérer pour un jeu nous proposant des vampires, alors le combo devrait être idéal. Il en va de même pour les environnements qui semblent être très bien étudiés, bien qu’un brin classiques sur le plan artistique. Je ne pourrais malheureusement pas en dire autant en ce qui concerne les combats. Il ne reste donc plus qu’à patienter bien sagement.

Commentaires (10)

#2

Shaam
Grand chevalier

Depuis 2 jours j'trouve que ça sens de plus en plus la concupiscence, je dirais même plus, la chute de la concupiscence :p
#3

Munshine421
Garde royal

C'est la malédiction de la French Touch qui revient par moments.
Il y a certains Devs français qui ont du mal à comprendre qu'un bon jeu, c'est avant tout un bon gameplay. Reste plus que 4 mois pour rectifier le tir, cela va être tendax.
#4

cabfe
Seigneur

Aïe, les combats. C'était ma crainte...
A vouloir faire plaisir aux bourrins, quand on crée un jeu narratif et d'ambiance, les probabilités que ça coince sont hélas élevées.

Merci pour cette preview !
#5

jbbourgoin
Garde

C'est assez amusant car c'est un "mal" qui touche le rpg français depuis ses débuts quasiment j'ai l'impression ( les impressions du CRPG Addict sur les rpg français sont tout à fait éclairant sur ce point ), mais également les créateurs français de jdr "sur table" : très bons scénarios, très bons artworks, univers originaux, mais systèmes de jeux souvent bancals.
#6

Shaam
Grand chevalier

Spiders déroge un peu a la règle, par exemple Bound by flames c'est tout l'inverse
#7

Fletch
Garde

Spiders déroge un peu a la règle, par exemple Bound by flames c'est tout l'inverse
Ha oui le scénar de celui là, quelle blague c'était et le dernier tiers du jeu, quelle punition!
#8

Marcheur
Seigneur

Spiders déroge un peu a la règle, par exemple Bound by flames c'est tout l'inverse

Ha oui le scénar de celui là, quelle blague c'était et le dernier tiers du jeu, quelle punition!


Cela se voyait qu'ils n'avaient pas trop envie de faire ce jeu en effet ^^
Mais Bound by Flame a permis de tester pas mal de choses qui ont été utile pour un jeu hautement plus réussi : The Technomancer.
#9

troOn
Citoyen

Pour l'instant, le jeu me donne toujours autant envie, personnellement :)

Il y a quand même une belle série de jeux français à venir cette année ! Avec Vampyr, Call of Cthulhu, The Council (et peut-être Life is Strange 2 ? Je ne crois pas avoir vu de date pour l'instant), je trouve ça plutôt encourageant. Des jeux basés sur une belle personnalité graphique et un scénario ambitieux.

Perso, ça me rappelle la grande époque des jeux Delphine Software / Silmarils / Ère informatique / Lankhor / etc

J'espère vraiment que ces jeux seront à la hauteur.
#10

TrollTraya
Garde royal

Spiders déroge un peu a la règle, par exemple Bound by flames c'est tout l'inverse


Non, il n'y'à rien à garder chez Bound By Flame, pas même le gameplay. Ceci est un avis tout à fait personnel toutefois, j'ai toujours trouvé que BBF était un vrai mauvais jeu. Seul le côté technique pur tient la route, ce qui en fait un donc un mauvais soft.

Pour en revenir à Vampyr, ce qui est dit sur les combats fait peur, certes, mais je vais laisser le bénéfice du doute à Dotnod pour l'instant : c'est leur premier RPG, on est pas à l'abris d'une bonne surprise.

Message édité pour la dernière fois le : 16/02/2018 à 12:30

#11

olyly94
Novice

hello




Voir tous