Dimanche 24 Septembre 2017, 16:17     Connectés : 7      Membres : 6


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

[GC2017] Preview : Battletech

par Iosword 06 Sep 2017 14:00 0

Depuis sa création en 2011, Harebrained Schemes a usé de Kickstarter pour tous ses projets – hors mobile, et le malheureux Necropolis que nous avons déjà rayé de nos mémoires –, et produit trois bonnes adaptations de la licence Shadowrun. Aujourd’hui, il sera question de Battletech et de ses MechWarriors, deux séries liées par un même univers et qui doivent beaucoup au travail de Jordan Weisman, CEO d’Harebrained Schemes et co-créateur de ces dites licences. Prévu pour voir le jour quelque part en 2018, ce nouveau Battletech sera la première adaptation vidéoludique de la licence de jeu de plateau depuis presque deux décennies et prendra la forme d’un tactical appuyé par de forts éléments de gestion et d’évolution de nos personnages, de notre vaisseau, et de nos mechas, le tout avec un immense univers à découvrir et des trames scénaristiques importantes. Autant dire que Battletech a du potentiel et pourrait être l’un des meilleurs tactical-RPG de l’année prochaine. Ceci étant dit, pour le moment nous n’avons pu en voir que les combats – que ce soit en compagnie de ses développeurs ou via la bêta des backers –, et il ne sera donc ici question que de combat.

 

Avant de parler de mechas, de missiles et d’autres joyeusetés, permettez-moi de vous introduire rapidement au contexte de cet épisode. Prenant place lors d’une des nombreuses grandes guerres de succession, en 3025, où cinq dynasties se disputent le contrôle de l’univers connu – nommé Sphère Intérieure –, l’univers de Battletech, à force de combats, de sacrifices et de gaspillage guerrier, vit une période de regression technologique où les BattleMechs, que nous appellerons ici mechas, sont devenus une ressource précieuse et rare. En tant que joueur, nous incarnerons un groupe de mercenaires – des MechWarriors pouvant prendre le contrôle des mechas – et nous pourrons prêter allégeance à une ou plusieurs maisons dynastiques et combattre à leur service. Voilà pour le pitch ; si bien sûr le contexte sera en jeu bien plus développé, nous n’allons pas nous y attarder ici, et directement nous intéresser au mode d’escarmouche – tel que nommé dans le jeu – que nous avons pu essayer.

 

  

 

Lors de ces escarmouches, quatre de nos soldats affronteront quatre autres MechWarriors contrôlés par l’IA. Dans la beta, actuellement réservée aux backers, nous pouvons observer plus de vingt variantes de mechas différentes, chacun eayant ses propriétés ainsi que son coût – la difficulté d’un combat étant ici en partie régie par le budget alloué à celui-ci. De taille plus ou moins grande et disposant d’arsenaux d’armes différents, la composition de nos équipes ne sera pas à prendre à la légère. En outre, il faut prendre en compte que les MechWarriors sont spécialisés et ne peuvent pas piloter n’importe quelle machine de guerre selon le bon vouloir du joueur. Néanmoins, la phase de préparation ici ne prend la forme que d’un simple menu, ce qui ne sera pas le cas dans la campagne finale du titre, donc là encore nous n’allons pas nous attarder.

Parlons plutôt des mechas. Ceux-ci ne sont pas de simples carcasses de métal surarmées : tout d’abord, un BattleMech dispose de deux types d’armure, l’Armure et la Structure. Tant que l’Armure est encore capable de prendre des dégâts, hors armes spéciales, la Structure sera protégée. Si cette dernière est détruite, alors la pièce d’armure visée sera détruite. En effet, les mechas sont composés de plusieurs pièces : la tête, la partie centrale, le torse droit, le torse gauche, la jambe droite et la jambe gauche, le bras droit et le bras gauche. L’Armure et la Structure cumulées de toutes ses pièces forment donc nos « barres de vie », mais attention car certaines pièces sont nécessaires au bon fonctionnement de notre mecha qui sera hors-service si elles sont détruites (en l’occurrence, si la partie centrale ou la tête ou bien les deux jambes est ou sont détruite(s)). En outre, deux autres éléments seront à prendre en compte : la stabilité et la chaleur.

 

  

 

Pour faire simple, les mechas peuvent prendre des dommages de stabilité ce qui, si la barre se remplit, risquera de les faire tomber à terre et/ou réduira leur point d’action. Quant à la chaleur, c’est assez simple à comprendre : la chaleur s’accumule à force d’user des armes et, si nous ne prêtons pas attention à la température, notre mecha surchauffera, ce qui pourra lui faire perdre un tour en nécessitant un redémarrage de la machine – et donc nous rendant vulnérable à toute attaque –, nous empêchera d’attaquer, ou pire, enflammera la boîte de conserve géante en risquant d’immoler vivant le MechWarrior qui la contrôle. Bien entendu, il nous sera toujours possible de désactiver certaines de nos armes pour ne pas passer le stade fatidique ou, si c’est trop tard, de tenter de trouver refuge dans l’eau pour mieux dissiper la chaleur.

Puisque nous avons fait le point sur nos chers BattleMechs, il est temps de s’intéresser aux escarmouches en tant quel telles. Vous et vos adversaires apparaissez à deux points opposés de la carte, sans savoir exactement où se trouve votre opposant. Au départ, vous vous déplacez donc en temps réel, jusqu’à ce que vos radars puissent repérer – sans pour autant les détecter précisément – les mechas ennemis. Le titre passe alors en tour par tour, et une barre d’initiative apparaît en haut de vos écrans. Celle-ci est divisée en cinq segments, allant des modèles de mechas les plus légers – et donc les plus rapides – aux plus lourds. Notez qu’à chaque fois ,l’IA jouera en premier. Il vous sera ici possible de choisir entre reporter votre tour ou jouer. D’autres éléments devront être pris en compte, comme votre position – une forêt ou des caisses peuvent vous protéger, et il en sera de même pour vos adversaires – ainsi que votre orientation.

 

  

 

En effet, à chaque fois que vous vous déplacez en choisissant une position, vous devrez orienter vos personnages, en premier lieu pour les protéger et éviter que leur flanc ou leur dos fasse face aux unités ennemies – et inversement –, mais aussi pour choisir l’orientation de vos radars. Une fois cette phase de placement effectuée, si tant est que vous avez des ennemis en ligne de mire, il sera temps d’engager le combat. Plusieurs choses sont ici à prendre en compte : tout d’abord, il existe des capacités spéciales (comme révéler une position ennemie pour un tour) qui dépendront des compétences de vos MechWarriors, mais surtout il faudra faire attention à vos armes. Chaque mécha étant équipé d’un arsenal, chaque arme aura une portée différente et sera plus ou moins utile selon les situations. En outre, si deux ou trois adversaires sont dans votre ligne de mire, vous pourrez choisir de tous les cibler et décider précisément de quelle arme user pour chacun. A noter, que vous pourrez aussi attaquer au corps à corps ce qui pourra destabiliser votre adversaire, voire le garder au sol l'espace de quelques tours.

 

Il est toujours difficile, lors d’une preview issue d’un salon, de s’arrêter sur les mécaniques de jeux aussi poussées et précises que peuvent l'être celles de Battletech. Aussi, pour conclure cette preview très descriptive, je peux vous assurer qu’en l’état, les combats de Battletech sont déjà jouissifs et tactiques. Les quelques cartes jouables, bien que vite répétitives, essaient de se différencier, les possibilités stratégiques sont au rendez-vous et nos chers mechas sont tels des jouets que nous voulons à tout prix casser. Pour autant, difficile avec si peu d’affirmer que le nouveau titre d’Harebrained Schemes sera un excellent tactical-RPG. Il nous faudra donc prendre notre mal en patience puisque le titre, désormais co-édité par Paradox Interactive, ne devrait pas voir le jour avant 2018.

Voir tous