Samedi 21 Janvier 2017, 22:31     Connectés : 16      Membres : 15


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

[GC2016] Preview : Drifting Lands

par Caparzo 23 Aoû 2016 10:30 8

La Gamescom est toujours pour nous l'occasion de découvrir des titres plus ou moins attendus, quelquefois de très mauvais jeux, mais d'autres fois nous pouvons tomber sur des titres essayant des choses nouvelles et se démarquant de la concurrence. C'est ce que semble avoir voulu faire Alkemi avec leur Drifting Lands.

 

Je me souviens dans les années 90 avoir passé énormément de temps à jouer sur les nombreuses bornes d'arcade qui pullulaient à l'époque. Il m'est difficile de vous dire le nombre de pièces de 1 ou 2 francs que j'ai pu y laisser, mais la difficulté de ces jeux avait de quoi nous rendre pauvre en une petite soirée. C'est bien pour cela que je préférais privilégier les jeux dans lesquels on pouvait jouer en versus puisqu'il s'agissait pour moi du seul moment où conserver une certaine dignité face à ces machines diaboliques. Malheureusement, ce n'était pas le cas lorsque je prenais le risque de m'aventurer sur une borne proposant un shoot'em up. Le nombre d'ennemis à l'écran était beaucoup trop impressionnant et les très nombreuses boulettes virevoltant à chaque coin de la dalle cathodique me terrifiaient. Lorsque mes mains ont pu enfin se poser sur les pads de consoles un peu plus récentes proposant aussi de tels jeux, il a fallu que je me rende à l'évidence : les shoot'em up n'étaient réellement pas ma tasse de thé. Toutefois, je suis de nature très curieuse et lorsque j'ai eu la connaissance d'un jeu voulant mélanger les genres, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller le tester.

 

  

 

Développé par les Français de chez Alkemi, une équipe composée de cinq personnes, Drifting Lands est un shoot'em up tout ce qu'il y a de plus classique au premier abord, mais se voulant bien plus recherché et plus profond que ses copains. Le titre d'Alkemi propose en effet un gameplay très hack'n'slash qui devrait faire largement évoluer les choses dans la bonne direction. En tout cas pour moi, mais j'espère aussi pour toutes les autres personnes ayant une peur farouche de ces petites boulettes folles. L'interface aura ici une importance majeure puisque nous y passerons de très nombreuses minutes pour tenter de faire évoluer nos vaisseaux. Vous avez bien lu, Drifting Lands nous donnera en effet le choix entre différents types d'appareils proposant différentes statistiques. Ces statistiques serviront ici à satisfaire le plus grand nombre en permettant de choisir des vaisseaux qui conviendront aux joueurs de shoot'em up classique ou bien aux joueurs préférant en temps normal les hack'n'slash. Les mauvaises langues diront qu'il s'agit aussi d'une sorte de niveau de difficulté, mais il ne s'agit pas non plus d'une honte et ce choix est complètement assumé par les développeurs.

Qui dit hack'n'slash, dit également inventaire, compétences, attributs ainsi que tout autre système permettant d'être augmenté d'une façon ou d'une autre. Dans Drifting Lands, des points d'attributs seront en effet distribuables pour les vaisseaux et permettront d'augmenter les capacités de structure de l'appareil, la navigation ou bien encore la puissance pour pouvoir étendre l'énergie de l'engin. Les points se collecteront ici directement en jeu en détruisant des adversaire et prendront la forme de crédits qui s'utiliseront dans toutes les sections du jeu. Il sera en effet également possible de débloquer des compétences. Ces dernières prendront des formes variées pouvant être dédiées au scoring, à la défense, ou bien à l'attaque. Dans les quelques phases de gameplay que j'ai pu tester, mon vaisseau avait la possibilité d'effectuer des tirs courts et ravageurs ressemblant à ceux d'un fusil à pompe, d'activer des boucliers ou bien encore d'utiliser un soin. Toutes ces compétences utiliseront un cooldown, mais celui-ci ne devrait pas freiner l'action grâce à sa durée limitée. Il en existera également des passives permettant de réaliser automatiquement des actions, comme quitter une partie où vous êtes sur le point de mourir ou bien vous rendre invulnérable pendant quelques secondes suite à un impact.

En plus de ces différentes compétences et statistiques qui viendront améliorer les appareils des joueurs, ces derniers auront également la possibilité d'utiliser des slots leur permettant de choisir des pièces spécifiques. Contrairement à un hack'n'slash où votre héros est équipé de la tête aux pieds de bottes, armures, casques et autres protections, Drifting Lands remplacera ces éléments par d'autres s'intégrant dans l'univers du jeu. Vous pourrez donc changer les moteurs, armes et j'en passe. Après avoir pu personnaliser mon vaisseau, j'ai enfin pu accéder à la carte du monde proposant les différentes missions. Cette carte nous permettra d'accéder à dix gros niveaux de difficulté, appelés ici grades, et chacun d'eux proposera un certain nombre de missions. On nous promet près de cent niveaux générés aléatoirement qui permettront à tout un chacun de trouver son juste équilibre. Une fois en jeu, Drifting Lands ressemble évidemment à un shoot'em up classique et seule la partie inférieure du HUD nous rappellera que nous sommes aussi en train de jouer à un hack'n'slash.

 

 

Nous y retrouverons une barre de vie en rouge, une barre d'énergie en bleu faisant office d'endurance ainsi que celle du bouclier d'énergie et celle du focus. Cette dernière s'augmentera au fur et à mesure que vous tuerez vos ennemis et permettra d'accroître le coefficient multiplicateur des points que vous engrangerez. Les compétences, elles, s'afficheront au centre. Bien qu'étant un joueur très peu habile de mes doigts lorsqu'il s'agit d'éviter toutes ces choses apparaissant à l'écran, les niveaux mineurs de difficulté m'ont permis de prendre un certain plaisir et il faut bien avouer que c'est toujours gratifiant de réussir à s'en sortir avec panache. Toutefois, il m'est aussi arrivé de mourir, ce qui prouve bien que Drifiting Lands ne cèdera pas non plus à la facilité. Pour en terminer avec cette preview, je tiens quand même à signaler que la direction artistique est belle et que les graphismes en 2D et 3D font des merveilles.

 

Drifting Lands a pris le pari de lier deux styles de jeu différents, et le constat est pour le moment sans appel : tout semble fonctionner correctement. Les amateurs de hack'n'slash pourraient y trouver leur compte même en n'étant pas aficionados des shoot'em up. Les autres ayant déjà passé des centaines d'heures à éviter des boulettes devraient quant à eux être satisfaits par la difficulté proposée dans les niveaux les plus élevés. Sortie prévue sur PC et Mac.

Commentaires (8)

#2

Sarakin
Villageois

Les graphismes sont très soignés!
#3

mophentos
Paladin

il a l'air intéressent.

je vais lui suivre sur steam

pour info, il y a la démo disponible sur steam

Message édité pour la dernière fois le : 23/08/2016 à 12:49

#4

Shizam
Grand chevalier

Il a une sacrée patte ce jeu ..

Pinaise, fait bien longtemps que j'ai plus joué à des scrawling-shoot moé...
Ca me rappel les bornes d'arcade, et les premières consoles.
#5

jac974
Villageois

Il a l'air bien, mais dommage pour moi...
j'aurai préféré un déplacement vertical qui me semble plus "naturel".
#6

Iosword
Grand chevalier

Il a l'air bien, mais dommage pour moi...
j'aurai préféré un déplacement vertical qui me semble plus "naturel".

Comment ça un déplacement vertical ? Car, sinon, tu peux te promener de manière verticale et horizontale dans les tableaux, après en effet le jeu est à scrolling horizontal, comme beaucoup de jeu de plateforme et de shmup.
#7

Caparzo
Seigneur

Il y a justement énormément de shoot'em up à scrolling vertical, surtout en arcade, mais pour jouer sur console ou PC, je préfère le défilement horizontal.
#8

Iosword
Grand chevalier

Ah oui, autant pour moi, je viens de comprendre, par vertical vous voulez dire ça :


Pour moi c'est du top/down, pas du vertical. Puisque l'objet incarné par le joueur se déplace toujours horizontalement par rapport à son axe (à comprendre, il va droit devant lui, pas vers l'espace et je ne sais où). Là où, dans un jeu de plateforme, comme Kirby ou Mario (premier exemple qui me viennent en tête) le fait de monter dans le niveau vers les "nuages", c'est du scrolling vertical. Mais dans le cas présent, au final, ça revient à la même chose

Message édité pour la dernière fois le : 26/08/2016 à 16:36

#9

flofrost
Grand chevalier

Je me souviens certains shoot'em up ou il fallait mettre sa télé sur le coté, je vous raconte pas la galère ^^




Voir tous