Vendredi 22 Septembre 2017, 22:55     Connectés : 12      Membres : 11


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Preview : The Great Whale Road

par Iosword 16 Sep 2016 10:00 1

Chaque année, sur Kickstarter ou d’autres plateformes, des milliers de projets tentent d’obtenir un financement direct de leurs potentiels « consommateurs » et, dans le domaine du jeu vidéo ou non, la grande majorité échoue. Les causes sont multiples et une partie d’entre eux, déçus et parfois opiniâtres, réessayent quelques mois plus tard au risque de se casser de nouveau les dents. Chez les Espagnols de Sunburned Games, la persévérance semble être une qualité et, même si The Great Whale Road, leur premier titre, a échoué son Kickstarter, le petit studio n’a pas lâché l’affaire et décide alors, avant même la fin de la campagne, de développer le jeu sur leurs fonds propres, au moins pour un temps. Point de nouvelle campagne donc, point de promesses utopiques, l’approche est plus terre à terre et, après un an de développement, l’équipe revient sur le devant de la scène avec un accès anticipé.

 

Au cœur de cet échec, un manque d’expérience en communication et une comparaison fortuite avec The Banner Saga dont se défendent les développeurs : les deux jeux sont des RPG à la narration forte, proposant des combats plus ou moins tactiques et s’inspirant des cultures nordiques. Dit ainsi, le parallèle semble inévitable, d’autant que les deux jeux usent de graphismes 2D, mais après quelques heures de jeu, le constat tombe : s’ils partagent bel et bien des similitudes, The Great Whale Road ne tente pas de ressembler plus que de mesure au jeu de Stoic, pour notre plus grand plaisir. Première différence, et non des moindres, Whale Road met en place un cadre historique : l’action se déroule au VIème siècle de notre ère lors de la période dite du Dark Ages. Époque où les îles britanniques se remettaient à peine du déclin de l’Empire Romain d’Occident et étaient envahies par divers peuples scandinaves, saxons ou germaniques.

 

  

 

Le joueur incarnera d’ailleurs certains de ces peuples, des clans pour être exact, et devra apprendre à migrer au gré des saisons. Fait qui a son importance, le Dark Ages reste une période assez imprécise de l’Histoire qui offre suffisamment d'informations pour construire un contexte cohérent, et qui reste malgré tout assez vague, permettant à la créativité des développeurs de s’exprimer. De plus, comme le dit si bien le studio, certaines approximations et erreurs sont aussi voulues car un jeu, même historique, est censé être amusant. Si trois cultures seront disponibles dans le jeu final à en croire les menus, chacune proposant sa propre trame, pour le moment l’early access ne nous en offre qu’un extrait, en nous permettant de vivre les trois premières années d’un jeune clan danois – une année équivaut peu ou prou à une heure de jeu.

Une soixantaine de minutes de jeu pour une année, cela peut paraître peu, et en un sens cela l’est. Le soft est divisé en deux saisons : l’hiver et l’été. Lors de cette première les Danois hibernent, pardon ils se reposent, et vous devez alors peu avant que celui-ci n’arrive gérer votre village, via un écran de management assez sommaire qui vous permet de prioriser certains secteurs (agriculture, chasse, diplomatie, religions, etc.). Pour briser votre routine, des événements plus ou moins nombreux auront lieu. En été, il sera temps pour votre clan de reprendre la mer et rendre visite aux villages alentours, l’occasion de commercer et de continuer la trame principale. Néanmoins, Whale Road reste avant toute chose un jeu linéaire, et s’il vous est possible de vous arrêter à certains ports sur votre route, vous n’avez pas pour le moment le choix de votre destination.

Comme tout jeu story-driven qui se respecte, The Great Whale Road s’ouvre sur du texte et proposera bon nombre d’événements textuels, aléatoires ou non, accompagnés de choix et de conséquences. L’écriture, sans égaler celle d’une autre série citée plus tôt, semble de bonne facture et, s’il est encore difficile de deviner quelle sera la trame principale, reste agréable à suivre. Il existe, selon les situations, plusieurs phases textuelles différentes : celles quand vous êtes à terre qui vous laisseront le temps de choisir quelles seront vos décisions, le temps étant ici soumis à divers événements, et les phases en mer où un timer vous sera imposé, la navigation étant régie par un cycle jour-nuit. Ainsi, il arrivera que la météo s’emballe et vous devrez alors choisir entre la sécurité, en affalant les voiles ou en changeant de cap par exemple, et le risque. D’autres événements, comme la maladie, les mauvais présages ou encore les rats, pourront égayer votre voyage.

 

  

 

Sachez d’ailleurs que vos héros sont soumis à plusieurs besoins (santé, endurance et moral), et donc à la fatigue et à la faim. Il faudra emporter dans vos cales de quoi nourrir vos hommes et savoir parfois s’arrêter, si cela est possible, pour dormir en toute quiétude. Cales qui se remplissent très vite, le jeu met en avant les possibilités d’échanges commerciaux avec les autres bourgs, mais ceux-ci sont encore à leurs premiers balbutiements. Tout comme les héros qui, pour le moment, s’ils possèdent bel et bien des statistiques, ne peuvent les faire évoluer – en revanche, chacun dispose d’un inventaire comprenant arme et armure. Concentrons-nous donc sur les expéditions : une fois à quai, vous êtes accueilli par un ou plusieurs événements textuels qui peuvent ou non aboutir sur un combat. Et, il est utile de le rappeler, Whale Road n’est pas Banner Saga et ne reprend en rien le système de combat de ce dernier.

Lors des phases de combat, le jeu nous propose des terrains de jeu composés d’hexagones où notre chef de clan et le leader ennemi s’affrontent. À chaque tour, il nous sera possible d’invoquer un de nos alliés, à condition d’avoir la carte nécessaire – j’y reviens –, et le but est de vaincre le leader ennemi ; à l’inverse si votre chef meurt, le combat est perdu – mais pas la partie puisque la permadeath n’est pas de rigueur. Chaque personnage peut se défendre et attaquer – sachant que, selon les armes, plusieurs types de coups sont disponibles –, et surtout utiliser des cris de guerre, qui prennent ici la forme de cartes. Chaque carte est liée à une classe, et donc ne peut être utilisée par tous, propose des effets divers et surtout est soumise à des restrictions. Certaines cartes ne peuvent être utilisées qu’à partir du troisième tour, ou peut-être du cinquième. Votre main se compose de trois cartes et parmi elles se cachent celles servant à invoquer vos héros – en début de partie, on vide généralement sa main en espérant piocher ce qu’il nous faut.

De fait, même si les cartes pour invoquer nos compagnons ne sont pas soumises aux restrictions de tours, encore faut-il avoir de la chance. Même chose pour les attaques qui se jouent tels des lancers de dés parfois très aléatoires. Pour le moment, le système de combat est bancal et peine à convaincre, mais nul doute qu’il sera amélioré puisque qu’il est pointé du doigt par de nombreux joueurs. De plus, les armes devraient être plus variées, les situations et les cartes aussi, peut-être même que le jeu proposera des objectifs différents selon la trame principale. Une fois le potentiel combat expédié, vous êtes en terre étrangère et il vous est possible d’aller à la taverne écouter les dernières rumeurs qui vous mèneront vers des quêtes annexes, de marchander, mais aussi de chasser pour repartir avec des vivres ou de laisser vos hommes se reposer.

 

  

 

Derrière sa plastique séduisante, The Great Whale Road est un jeu plein de qualités et d’ambitions. Lancé depuis le 28 juillet, l’early access semble bien parti et les développeurs présents. Deux mises à jour majeures ont déjà été proposées durant le mois d’août, de même qu'un plan de développement assez clair, annonçant déjà ce que contiendront les patchs des prochains mois. Selon les développeurs, l'early access devrait continuer tout l’automne et le jeu pourrait, si tout va bien, voir le jour en début d’année prochaine.

 

The Great Whale Road est un jeu en early access : perfectible et non abouti, mais il propose plus qu’un simple prototype plein de promesses. Durant les trois heures de jeu qui nous sont proposées, Whale Road nous surprend, car si la proposition n’est pas originale sur le papier, elle l’est en jeu. Incarner et diriger un clan viking, nous l’avons déjà fait, de Total War : Attila en passant par Mount & Blade - Viking Conquest, et pourtant, entre événement textuels et phases de navigation, mini-management et saisons, le jeu de Sunburned Games a du potentiel. Reste à voir si vous êtes prêt à payer pour une ébauche. Peut-être n’est-ce pas une bonne idée, à moins de vouloir soutenir ce projet qui, avec sa campagne Kickstarter ratée, en a probablement besoin.

Commentaire (1)

#2

Xaemilim
Novice

Intéressant, cette époque n'étant pas encore beaucoup exploitée.




Voir tous