Mercredi 26 Juin 2019, 06:42     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Goblinothèque #8 : Donjons & Dragons, la grande aventure

par Jubei 29 Jan 2016 12:30 42

Quand on parle de jeu de rôle, dans le monde ludique, il est un monstre qu'on ne peut éviter. Une légende, un mythe, un dieu parmi la multitude de jeux qui existent de nos jours. On ne peut pas parler de jeu de rôle sans mentionner le très célèbre Donjons & Dragons (D&D). Qui a été initié au JdR sans être passé entre les mains d'un MJ qui maîtrisait une partie de D&D ?

C'est aujourd'hui de cette licence dont nous allons parler. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet et de décortiquer la version la plus connue de cette licence, à savoir D&D 3.0, intéressons-nous d'abord à son histoire.

 

Les Origines

 

Il est de coutume de dire que D&D, ou plutôt AD&D (Advanced Dungeons & Dragons), est l'un des premiers jeux de rôle médiéval-fantastique (med-fan). Créé dans les années 1970 par le très célèbre Gary Gygax, Donjons & Dragons se trouve être à la base une évolution d'un wargame nommé Chainmail, créé en 1971 par Gary Gygax et Jeff Perren. Gygax veut en effet faire évoluer son jeu sur le principe suivant : un jeu où les héros de wargames vivraient des aventures personnelles entre leurs grandes campagnes militaires. C'est ainsi que va naître le premier jeu de rôle formalisé, avec des règles précises et détaillées. Ce jeu sera un mélange entre wargame et jeu d'interprétation héroïque.

En 1974 le Dungeons and Dragons original (aujourd’hui appelé OD&D) était une boite contenant trois livrets, publié par TSR (Tactical Studies Rules), à l'époque une société amateure. Écrit dans un style propre aux connaisseurs du genre, il était conçu pour un public ayant déjà l’habitude des wargames. Ce jeu n’en a pourtant pas moins connu une grande popularité, d’abord parmi les wargamers mais aussi, plus largement, parmi les étudiants. Cette première boîte est plusieurs fois réimprimée, complétée par des suppléments officiels (notamment les première éditions des mondes de Greyhawk et de Blackmoor, en 1975) et par des articles de magazines, publiés par TSR ou par de nombreux fanzines.

 

  

Les débuts de donjons et dragons, le début du med-fan moderne

 

Dans la première édition de 1974, seules trois classes de personnages sont disponibles : Guerrier, Magicien et Prêtre. Les classes de Voleur, Paladin, Druide et Moine seront introduites au fil des suppléments. De nombreuses règles du jeu font référence au wargame avec figurines, ce qui fait de cette première édition plus un supplément à Chainmail qu'un jeu à part entière. Notamment, le système de combat, qui deviendra la base des éditions suivantes de Donjons & Dragons, n'est présenté que comme une option, les auteurs recommandant d'utiliser plutôt Chainmail.

À partir de 1977, TSR met en place une stratégie de division du jeu en deux gammes distinctes, qui va durer plus de vingt ans. D’un côté sera publiée la boîte Basic Dungeons & Dragons, une présentation claire des règles essentielles à destination du public qui n’a jamais joué aux wargames auparavant, rédigée par le psychologue J. Eric Holmes. De l’autre côté sera publié, dès 1978, Advanced Dungeons & Dragons, qui rassemble l’ensemble des règles, variantes, options et corrections proposées depuis la première édition, afin de les unifier.

D'un point de vue commercial, la première version visait les magasins de jouets et le grand public, tandis que la seconde était destinée à un public habitué à ce type de jeux. Il était théoriquement possible de passer de la gamme de base à la gamme avancée, mais de nombreuses règles et concepts des deux versions étaient contradictoires, malgré un socle commun. Gary Gygax, auteur de la règle avancée, voulait répondre de manière exhaustive à l’ensemble des situations possibles en jeu, alors que J. Eric Holmes, qui avait mis au point l'édition de base, mettait l’accent sur la simplicité et l’improvisation. De plus, jusqu’en 1979, la boite originale de D&D continuait d’être vendue, si bien que trois systèmes différents étaient diffusés simultanément.

En 1995, c'est la célèbre firme Wizards of the Coast qui rachète la licence de D&D et qui sort la version 2.5 des règles du jeu de rôle. En 1996, Wizards of the Coast finit par racheter TSR et toutes les licences détenues par la firme, dont la fameuse licence D&D.

En 2000, voilà qu’apparaît la troisième et la plus célèbre édition de D&D. Le jeu est revu de fond en comble. Le système de jeu change du tout au tout et prend le nom de D20 system. Ce système sera d'ailleurs publié sous la licence ludique libre OGL, ce qui permettra à d'autres auteurs d'utiliser le système de jeu de D&D 3.0 pour d'autres univers ou licences de jeu de rôle.

 

  

La très connue 3ème édition et son système D20

 

Une nouvelle manière de jouer

 

Le D20 system est conçu pour la troisième édition : au contraire des éditions précédentes, qui enfermaient les personnages dans des stéréotypes et multipliaient les règles pour chaque type d'actions – les règles les plus développées étant celles de combat – le D20 system se veut beaucoup plus générique et modulable. Il apporte une grande cohérence et une plus grande rapidité de résolution par rapport aux règles des éditions précédentes, tout en conservant les mécanismes familiers des joueurs tels que l'alignement ou les points de vie et d'expérience. D'autre part, les classes de personnages, races et monstres autocensurés dans AD&D 2 réapparaissent.

Le système fait toujours appel à des classes de personnages, sortes de stéréotypes d'aventuriers, mais celles-ci sont désormais beaucoup plus variées. La personnalisation via un système de « dons » et le multi-classage, qui est désormais beaucoup plus accessible, permettent de varier les personnages et donc de mettre en avant l'idée que le joueur se fait du personnage.

La plupart des actions sont résolues en comparant le résultat d'un dé à vingt faces (auquel on ajoute divers bonus et malus) à une valeur numérique appelée « facteur de difficulté » (FD, aussi appelé « degré de difficulté » – DD). Cette notion s'applique à tous les jets de résolution d'action, y compris le combat (la classe d'armure étant une des composantes du FD) et les jets de sauvegarde.

 

  

Deux styles de vie différents entre le guerrier et le mage.


« Un jet de Fouille DD20 »

 

Si D&D 3 s'est rendu célèbre et a surpassé ses grands frères, c'est grâce à la simplicité de ses règles, là où AD&D 2 se rapprochait fortement de Rolemaster avec des règles de plus en plus pointilleuses et toujours plus nombreuses. Mais c'est aussi les nombreux univers et cadres de campagnes sortis sous cette édition qui ont permis de populariser le jeu.

Comme ses prédécesseurs, D&D 3 est un jeu médiéval-fantastique sans univers prédéfini, dans lequel les personnages se distinguent en fonction de leur classe, de leur race, de leur niveau et de leur alignement. Mais la sortie de ce jeu fut un événement dans le petit monde du jeu de rôle...

Annoncée depuis l'été 1999 et publiée à l'été 2000, la troisième édition du plus ancien, du plus connu et du plus joué des jeux de rôle a donné lieu sur le web à de nombreuses spéculations. Tous se demandaient ce qui allait sortir de cette nouvelle version, qui mettait fin à la scission entre Advanced Dungeons and Dragons et Dungeons & Dragons. Il faut dire que l'équipe chargée de la révision des règles laissait augurer le meilleur, Jonathan Tweet (co-auteur du fameux Ars Magica et auteur d'Over the Edge / Conspirations) ayant été nommé maître d'oeuvre de la troisième édition.

Le jeu repose sur trois ouvrages, qui se feront appeler les Livres de Base et qui sont : le Manuel des Joueurs, le Guide du Maître et le Bestiaire Monstrueux.

 

  

Les livres de bases pour partir à l'aventure.

 

Le Manuel des Joueurs est un livre comprenant toutes les règles de création de personnages, de personnalisation, mais également les règles d'utilisation du D20 system. Richement illustré, avec une finition très propre et une maquette agréable à l'œil, cet ouvrage ne présente cependant aucun background concernant un quelconque univers ou cadre de campagne. En effet, la version 3.0 de D&D se veut être un système générique avec des règles assez conséquentes pour être pratiqué dans n'importe quel cadre ou univers médiéval-fantastique. Plusieurs cadres de campagne apparaîtront peu après la sortie de cette version de Donjons & Dragons : Faêrun, Greyhawk, Eberron, Lancedragon et bien d'autres.

On parle toujours de Race et de Classe de personnage. Jusque là, rien de bien nouveau. Une différence importante est que la table d'expérience est commune à toutes les classes. Les magiciens évoluent donc au même rythme que les voleurs et les guerriers. Ceci dit, les différentes classes de personnage ont été rééquilibrées afin de les rendre toutes attrayantes. Le concept de personnage multiclassé a été repensé : un personnage peut désormais s'orienter différemment au fil des aventures.

Les six caractéristiques sont restées les mêmes, mais la façon de déterminer les bonus attachés à ces caractéristiques a été uniformisée en une seule table. C'est plus cohérent, et surtout beaucoup plus simple. La force 18/00 jadis réservée aux guerriers n'existe plus. On passe directement du 18 au 19.

Quant au système de jeu, il a été entièrement repensé. Tout tourne à présent autour d'un simple lancer de dé à 20 faces auquel on applique un bonus et que l'on compare à un niveau de difficulté déterminé par le maître de jeu. Dans le cas des combats, le niveau de difficulté pour toucher est déterminé par la classe d'armure de l'adversaire. Le bonus est calculé en fonction des caractéristiques, d'un éventuel niveau de compétence, de la race et de la classe du personnage. Les règles de base sont très intuitives et donc faciles à mettre en œuvre et à expliquer.

 

  

Les royaumes oubliés.  Un des plus grands cadres de campagnes de l'univers D&D

 

Le Guide du Maître est destiné au meneur de jeu. Il est là pour apporter des points de règles supplémentaires pour la « masterisation ». Guerre, combat de masse, combat aquatique, malédiction, objet légendaire, trésor, etc. En plus de certains conseils pour le MJ afin de l'aider à améliorer sa maîtrise du jeu.

L'accent est surtout mis sur les conseils utiles aux maîtres de jeu pour maîtriser des aventures, créer des personnages non-joueurs, jouer en campagne et créer de toutes pièces leurs propres univers de jeu. Les dessous de la création du système de jeu sont également révélés aux maîtres de jeu, qui apprendront ainsi comment créer de nouvelles races ou de nouvelles classes de personnages, et qui se verront également proposer un grand nombre de règles optionnelles, variantes de celles proposées dans le Manuel des Joueurs.

Mais le plus intéressant de ce livre sera le deuxième chapitre, qui apporte un nouveau concept : les classes de personnage prestigieuses, auxquelles peuvent accéder les personnages qui remplissent certaines conditions. Parmi ces classes prestigieuses, on trouve notamment l'Assassin... Par ailleurs, les gens du commun ne sont pas oubliés, et des classes réservées aux PNJ sont également mises à la disposition du maître de jeu.

Le Bestiaire Monstrueux regroupe tout un almanach d'ennemis destinés à affronter les PJ lors de leurs aventures. On les trouves classés par ordre alphabétique, mais on peut également, à l'aide d'un index, faire une recherche d'ennemis en fonction de leur FP, c'est-à-dire leur facteur de puissance, ce qui permet au MJ de proposer des rencontres équilibrées en fonction du niveau des PJ.

Le livre est abondamment illustré, tout en couleur, et la présentation des monstres est faite de manière très dense : 500 monstres pour 224 pages, c'est évidemment beaucoup. Un grand nombre d'informations qui étaient disponibles dans la deuxième édition du Manuel (écologie, habitat, etc.) disparaissent de cette troisième édition pour laisser place à un plus grand nombre de créatures.

Nouveauté de la troisième édition : les "templates" qui permettent de créer des monstres uniques autour d'un thème. On peut ainsi créer des elfes magiciens vampires ou des lycanthropes de tout poil (c'est le cas de le dire).

Comme dit déjà plus en amont de cet article, de nombreux suppléments verront le jour. La liste serait trop grande pour tous les énumérer ici, mais il existe près d'une quinzaine de suppléments Donjons & Dragons 3.0 / 3.5, sans compter les nombreux cadres de campagne et suppléments liés à ces derniers. On peut notamment parler du Guide de l'Orient, qui vous donnera la possibilité de jouer des Samuraïs et autres Ninjas, du Guide des Personnages Monstrueux, pour ceux qui désirent joueur un Troll ou toute autre créature tout aussi bizarre, ou bien encore Les Chapitres Sacrés qui seront surtout axés autour des classes de Paladin, Prêtre, Moines, etc.

Mais il est assez facile de trouver cette liste, notamment sur le site du GRoG, qui vous permettra de recenser tous les ouvrages sortis en VO et en VF.

 

  

Oui....beaucoup de suppléments et d'univers différents.....

 

Au-delà du JdR

 

Le succès de Donjons et Dragons est tel qu'il va dépasser le simple jeu de rôle papier. En effet, cette licence va connaître différentes adaptations sur de nombreux supports, que ce soit en romans, avec la série Lancedragon, ou bien encore Forgotten Realms. On pourrait également parler des jeux vidéo avec les premiers Baldur's Gate et Icewind Dale, Planescape, Neverwinter et j'en oublie très certainement. Il est également à noter que le jeu va même se voir offrir des adaptations de ses plus fabuleux univers en jeux de plateau, comme le très célèbre jeu Ravenloft. La licence connaît, encore de nos jours, un succès sans précédent dans le monde du jeu en général et dans celui du jeu de rôle en particulier, qu'il soit papier ou vidéoludique.

 

  

Déclinée sous toutes ses formes, D&D, la licence qui rapporte !

 

Il ne faut également pas oublier que la licence va même se voir offrir ses chances sur grand écran, puisqu'il existe trois films Donjons & Dragons et qu'ils... *chuchotement chuchotement*

Ah pardon, on me dit dans l'oreillette que je n'ai pas le droit de parler de ces films, au risque de finir comme Jeanne d'Arc. Donc je vous laisserai juger par vous-mêmes. Mais il est quand même à noter que Donjons & Dragons sera l'une des rares licences de JdR, voire même la seule, à avoir connu un aussi grand succès et qu'à l'heure de sa V5, elle continue d'attirer les rôlistes. Cette licence multi-support a séduit près de quatre générations de joueurs pendant plus de 30 ans et continue de nos jours à attirer de nouveaux adeptes.

 

  

Entre un film pourri et un bon livre.... mon choix est vite fait


Il est d'ailleurs important de préciser que la V5 de Donjons & Dragons est en cours de traduction française et en projet d'édition par les créateurs du JdR : Les ombres d'esteren.  Autant dire qu'il faut s'attendre à du bel ouvrage si leur campagne ulule porte ses fruits.

Tout ce que nous pouvons dire, pour terminer cette présentation de la plus grande licence de JdR, c'est un grand merci à Mr. Gygax, sans qui le monde du jeu de rôle ne serait pas celui que nous connaissons aujourd'hui, et lui rendre tous ensemble un grand hommage en continuant de vivre d'extraordinaires aventures dans le multivers de D&D.

 

Reposez en paix Mr. Gygax
 

Retrouvez nos chroniques Jeux de rôle papier. 

Commentaires (42)

#2

Cornotopia
Novice

En voyant la seconde illustration en encart de l'article, je me dis que j'adorerais tester une partie de JdR sur table augmentée par une techno VR (lunettes, casque, etc). Le bon vieux porte-monstre-trésor pourrait y retrouver des couleurs.
#3

Shizam
Grand chevalier

La BASE !!

Bel article Jubei

#4

Munshine421
Garde royal

Est-ce que la V5 va redorer le blason de D&D ? Il me semble que Pathfinder est plus populaire chez les jeunes rôlistes que la V4 de D&D?
#5

Montaron
Seigneur

Pathfinder c'est simple à aborder, et mine de rien en JDR c'est un immense atout. (je me farcis les régles de Deadlands en ce moment, putain ...)
#6

TrollTraya
Garde royal

pathfinder, c'est simple tant que tes joueurs ramènent pas 5000 expansions^^
En ce moment j'aime les trucs simples. Numénéra que je lis, c'est simple. Facile. Pas prise de tête. je proposerais surement à mes joueurs de tester.
#7

Psychorat911
Villageois

Deuxième édition... point final! Après il y a eu plusieur versions sortie années après années pour prendre l'argent des pigeons. Aucune version n'est aussi complète côté background, contenu, et histoire que la deuxième édition.
#8

Fletch
Garde

il y a eu nombre de jeux basé sur add avant les baldur's gate. Je me rappelle très bien des dragon lance sur cpc et quelques années après des eye of the beholder sur amiga. Le 2 m'a causé ma première faille temporelle (allez il est 21 je joue encore 10 minutes et...oops il est 4 heures du mat, je vais encore arriver défoncé au collège)
Richard Gariot est aussi à l'origine d'une des premières adaptations vidéo ludiques, et ce, fin des années 70 donc c'est une longue histoire commune
#9

LORDPOULPY
Villageois

Très bel article, ça me rend tout nostalgique
#10

AbounI
Grand gobelin

1ere illustration : la Tarasque, tout un symbole de DD.Si les monstres avaient un dieu, alors ce serait elle, et l'ultime outil d'un DM pour mener une campagne à des niveaux épique.D'ailleurs, y avait pas eu une officielle sur cette créature?

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 01:20

#11

Blobos
Novice

Si je puis me permettre... Agate ne sont pas les seuls à proposer la traduction. Un projet (plus avancé apparemment, puisqu'ils annoncent qu'ils ont, eux, la traduction déjà partiellement finie, et des illustrations sont déjà visibles) est aussi là, en crowdfunding. C'est celui de Black Book Editions qui a aussi l'avantage, tout de même, d'éditer des produits d20 et D&D/D&D-like depuis une dizaine d'années maintenant (et de bien connaitre le jeu).

Et non seulement on peut s'attendre avec eux à un bel ouvrage, mais aussi à un ouvrage bien complété (puisque ce n'est pas la V5 qui est en cours de traduction, mais le SRD : un document de référence système correspondant à une version non jouable sans la possession des livres VO, et réduite en termes d'options). Le tout avec le soutien de la rédac de Casus Belli, qui, soyons honnête, est capable de produire 256 pages (soit un gros supplément de JDR) tous les deux mois.

C'eut été honnête de les citer, et surtout de ne pas faire penser que c'est D&D5 qui est traduit : D&D5 ne sera pas traduit tel quel tant que la licence n'aura pas été cédée par Wizards of the Coast.
#12

Dae_mon
Novice

Je rajouterai au dire de Blobos qu'il y a outre le tryptique, une campagne réalisée par Kregon, un receuil de scénario. Il faut également prendre en compte les futurs scénarios qui seront intégrés dans Casus belli plus un suivi de gamme régulier.
#13

pibola
Garde

Superbe article
#14

TrollTraya
Garde royal

Vivi les gens, je suis d'accord... C'est pas si Jubei avait déjà écrit un article dit de "guerre des traductions" concernant la situation entre Agate et BBE.
...
Oh, wait...

Edit : Casus, tout les deux mois ? Soyons sérieux... Actuellement c'est plus tous les trois ou quatre mois

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 12:33

#15

Iosword
Grand chevalier

Vivi les gens, je suis d'accord... C'est pas si Jubei avait déjà écrit un article dit de de "guerre des traductions" concernant la situation entre Agate et BBE.
...
Oh, wait...


.

Et voici le lien en prime, c'eut été honnête d'aller y jeter un oeil avant de faire toute remarque
#16

Dae_mon
Novice

Je ne pense pas qu'il y est de guerre de traduction vu que le SRD sera traduit par BBE et aidedd et mis à disposition d'Agathe.
Concernant les deux projets, ceux-ci sont viables tous les deux avec avantages et incovénients pour chacun.
Je pense vu l'article précédent de guerre de traductions et ce afin d'informer de manière neutre qu'il existe deux projets. A chaque lecteur après de choisir le projet qu'il aime le plus. ;)


Le but étant qu'au final le jdr reprenne ses lettres de noblesses avec deux beaux projets

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 13:48

#17

Dae_mon
Novice

Message supprimé le 30/01/2016
#18

Blobos
Novice


Et voici le lien en prime, c'eut été honnête d'aller y jeter un oeil avant de faire toute remarque


Sauf qu'il aurait été pas mal d'avoir le fair play de citer les deux, et pas juste le projet (bancal, mais ça c'est mon avis) d'Agate. ;)



Edit : Casus, tout les deux mois ? Soyons sérieux... Actuellement c'est plus tous les trois ou quatre mois


Effectivement, 2015 n'a pas vu 6 casus sortir, mais 5.

Honnêtement, même sans ça, c'est plus de 1300 pages dont la moitié en pure création. En France, on a pas tant d'éditeurs qui tiennent ce rythme. ;)

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 16:58

#19

Blobos
Novice

Message supprimé le 30/01/2016
#20

Dwilaseth
Seigneur

Article très sympa.. mais c'est un comble d'utiliser un artworks (le premier en haut de page) de Pathfinder pour l'illustrer :)

Editions qui a aussi l'avantage, tout de même, d'éditer des produits d20 et D&D/D&D-like depuis une dizaine d'années maintenant (et de bien connaitre le jeu)
Oui enfin.. je sais pas s'ils connaissent mieux ou moins bien les produits D20 qu'Agate Édition, mais ce que je peux dire en tout cas c'est qu'ils continuent à commercialiser des produits OGL 3.5 sous la mention "Pathfinder". Autant on peut excuser Paizo, car le meneur est sensé savoir ce qu'il achète (on sait tous comment Pathfinder est née et dans quel contexte) mais concernant BBE et ses compilations de recueils c'est déjà moins excusables. Bref, pas certains qu'on est droit à une meilleur traduction de D&D5 mais comme ce sera la seule, reprise par Agate, on est en droit de se demander ce que sera cette traduction du SRD si on en croit les restrictions de l'OGL. Tout est en réalité sous copyright, les noms des dons, des sorts, des races, des classes, les univers, des monstres & équipements nommés, les pnj's, etc, etc.. que restera t-il à la fin ?

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 18:10

#21

Dae_mon
Novice

@Dwilaseth: Je pense que du moins pour BBE (à vérifier chez Agathe), ils ont eu connaissance bien avant l'annonce officielle du SRD et donc ont étudiés la faisabilité du travail à réaliser, les traducteurs ayant déja commençé leurs travails avant le début du financement. Ils ne se lanceraient pas dans une entreprise comme celle là si ce n'était viable.
#22

Dwilaseth
Seigneur

@Dwilaseth: Je pense que du moins pour BBE (à vérifier chez Agathe), ils ont eu connaissance bien avant l'annonce officielle du SRD et donc ont étudiés la faisabilité du travail à réaliser, les traducteurs ayant déja commençé leurs travails avant le début du financement. Ils ne se lanceraient pas dans une entreprise comme celle là si ce n'était viable.
BBE passera par le même cheminement que pour le financement des campagnes Pathfinder, ils éditeront simplement le nombre d'exemplaires correspondant à l'argent récolté par son crowdfunding (ce qui inclus aussi les magasins).

Bref, pour en revenir à H&D (ou Dragons peu importe), je t'invite à jeter un oeil au SRD récemment sortie. Si ce n'est pas déjà fait, clique ici. Honnêtement, Si c'est çà le futur D&D5, même avec une bonne traduction et de jolies artworks, moi j'en veut pas !

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 18:42

#23

TrollTraya
Garde royal

Bon, mon but n'est pas d'enfoncer BBE -qui par moment y arrive très bien tout seul en plus^^- ou Agate, mais bon si il y'à bien deux éditeurs qui ont des retards monstres sur certains de leurs propres Crowdfunding et leur titre en prévente, c'est bien eux (le coup à mourir de rire du Bestiaire 4 pour Pathfinder pour BBE (sans mentionner les crowdfunding de la campagne Deadlands et Pavillon Noir), les derniers épisodes de Dearg et le livre des secrets pour Agate). Alors oui, il y'à aussi de belles réussites chez l'un et l'autre, mais les défendre et les porter aux nues, je trouverai ça fort de café.

Après, concernant l'article de Jubei, il n'aurait pas dû faire référence à ces crowdfunding il est vrai, pas comme il l'à fait en tout cas, car ce n'est pas D&D 5 qui est traduit, mais le SRD -que chacun des éditeurs complètent à sa manière, BBE de façon très très rôlo-rôlistes et Agate dans le but avouer de faire entrer leur gamme en librairie et ouvrir le monde des rôlistes à des personnes qui ne le connaissent pas. Deux produits différents, deux tarifs différents. A chacun de déterminer lequel il préfère.

@Dwil : oui, le SRD de la 5ème n'à rien à voir avec celui de la 3.5. (qui était hyper complet), c'est pourquoi chacun des deux éditeurs ont décidé de le compléter à leur manière. De façon plus light chez Agate (raison de coût des livres si j'ai bien compris, ils veulent que les livres soient à 25 euros pièces)
que chez BBE.

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 18:54

#24

Dwilaseth
Seigneur

le coup à mourir de rire du Bestiaire 4 pour Pathfinder pour BBE

Tu peux préciser stp TrollTraya ?

oui, le SRD de la 5ème n'à rien à voir avec celui de la 3.5. (qui était hyper complet), c'est pourquoi chacun des deux éditeurs ont décidé de le compléter à leur manière. De façon plus light chez Agate (raison de coût des livres si j'ai bien compris, ils veulent que les livres soient à 25 euros pièces)
Tu as parfaitement résumé ce que je pensais et que j'ai voulu exprimer. Pour moi tout ce qui faisait le charme de Donjons & Dragons (et particulièrement la 3.5) est actuellement sous copyright, ou du moins ne figure pas dans ce SRD on va dire (je dis çà puisque WotC donne aussi la possibilité d'exploiter ce contenu mais c'est un autre sujet qui dépasse cette conversation). Déjà que les règles de ce D&D ne me plaisent pas car je suis persuadé que la simplification du système n'était pas ce qu'attendaient les fans, mais une traduction du SRD encore moins. A la rigueur, quitte à jouer à Chronique Oubliée dans un univers genre Oblis par exemple (voir Casus Belli). Mine de rien BBE à quand même de bons auteurs derrière. Mais le SRD de D&D comme çà, vide de tout.. non merci !!!

Message édité pour la dernière fois le : 30/01/2016 à 19:39

#25

TrollTraya
Garde royal

C'est juste que pendant -au moins !-1 ans, il à été en prévente avec une sortie "pour bientôt", et qu'on attendait, qu'on attendait...^^
Bref, tu mets en truc en prévente quand tu sais qu'il sortira dans deux mois... Mais bon, on va me dire que dans le monde du jeu vidéo, c'est monnaie courante... Mais bon, là ça m'à choqué^^




Voir tous