Mercredi 23 Octobre 2019, 10:11     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Divinity : Original Sin - Enhanced Edition : portage et premières impressions

par Iosword 28 Oct 2015 11:30 52

Les versions Enhanced, Director’s Cut ou Definitive ont le vent en poupe et chaque jeu semble désormais avoir droit à la sienne. Or, comme ces versions sont offertes aux propriétaires des versions originales – sauf exceptions, communément appelées arnaques –, l’intention ne peut être que louable. Pourtant, parfois la crainte s’installe, crainte qui est généralement liée au portage d’un jeu sur un autre support auquel il ne semble pas forcément adapté. Ainsi, il y a peu, nous avons eu droit au portage de Wasteland 2 sur consoles de salon (et bientôt à celui de Mount & Blade : Warband, oui vous pouvez avoir peur), et autant dire que ce n’était pas très glorieux : InXile a offert aux joueurs un portage paresseux. Mais rassurez-vous, le studio flamand Larian a été méticuleux et nous livre aujourd’hui un portage de qualité.

 

Avant de commencer, une piqûre de rappel s’impose. Divinity : Original Sin est sorti en juin 2014 et a vu le jour grâce à Kickstarter. Dans ce jeu de rôle en vue isométrique (façon de parler, car la caméra est rotative) et au tour par tour, vous incarnez deux traque-sources chargés de résoudre un meurtre mystérieux. Meurtre qui, cela va de soi, vous mènera à découvrir que le monde est comme à son habitude menacé et que vous seul pouvez le sauver. Original Sin ne brille pas pour la qualité de son scénario ou son originalité, mais il impressionne par son système de combat basé sur les interactions élémentaires qui offrent une myriade de possibilité. Si vous ne connaissez pas du tout le jeu, je vous invite à vous reporter au test effectué par Ninheve à l'époque.

 

  

 

Parlons donc de ce portage, qui est, sur le papier, le principal argument de cette nouvelle version. Tout d’abord, sur consoles (ici sur PS4), le jeu est très fluide : il ne délaisse que très rarement les 30 FPS malgré les très nombreux effets que nous propose le titre lors des combats. Et le jeu ne semble pas avoir subi un quelconque downgrade, ceci étant dit si le moteur du jeu est propre, son rendu n’est pas particulièrement beau et la direction artistique, très cartoon, ne charmera pas tout le monde. Ce qui impressionne le plus, lors que l’on y joue, c’est la fluidité : vous incarnez de deux à quatre personnages qui peuvent se séparer et être à des endroits éloignés géographiquement. Malgré la distance, vous passez de l’un à l’autre de manière presque instantanée et les temps de chargement sont relativement courts et peu nombreux.

Cette version Enhanced propose de grandes nouveautés, mais outre le portage console, la coopération en local fait partie de ce qui a été mis en avant (et est aussi disponible sur PC). Cela parait logique, puisque la coopération était un des arguments de séduction du jeu et que parcourir Rivellon entre amis ou en couple est une expérience très agréable (attention, ceci dit, au friendly fire). Lorsque nous jouons seul, un joueur peut rejoindre la partie en quelques secondes d’une simple pression de touche sur la manette, et la quitter de la même manière. La répartition des personnages passe par un menu, et chacun est libre de prendre ou de donner des personnages, même si le  « joueur 1 » aura toujours le dernier mot. Et surtout, l’écran, selon que vous soyez proches ou non, se scinde automatiquement (vous pouvez aussi verrouiller la division au moyen d’une touche), et bien que cela soit un peu troublant (la caméra étant orientée au nord, et uniquement au nord, quand les joueurs sont réunis), là encore la fluidité est de mise.

Mais bon, la technique c’est bien, mais qu’en est-il de la maniabilité ? Vous avez peut-être entendu certains dire que désormais, ils préfèrent user d’un pad pour jouer au jeu. Et, en effet, le confort est bel et bien présent. Après une petite heure, la prise en main est naturelle et l’ergonomie a été revue pour s’adapter au support. En soi, je n’ai pas grand-chose à en dire et de très nombreuses présentations ont déjà été faites. Je dois, cependant, avouer que je préfère la maniabilité souris/clavier pour sa plus grande précision, mais aussi pour la gestion de l’inventaire bien moins fastidieuse. Sachez que sur PC, au clavier/souris, l’interface n’a pas changé et reste très pratique, même si on regrettera l’absence de certaines icônes (dans la feuille de personnage par exemple) qui rendent, sur console, le jeu un peu plus agréable à l’œil.

 

  

 

À côté de cela, cette édition bénéficie de nouveaux ajouts très bien pensés, comme le partage d’or entre les personnages (pas entre les joueurs par contre), les poches magiques qui vous permettent d’user d’items importants comme les objets de quêtes, les clés ou les pelles même s’ils sont dans l’inventaire d’un autre personnage, la caméra qui peut désormais effectuer une rotation à 360°, ou encore la nouvelle interface pour le système de craft qui permet d’en user avec facilité et qui rend (enfin) le système moins cryptique. Bref, que vous y jouiez avec un pad ou un combo souris/clavier, le confort et l’ergonomie sont de mise. Aussi la vraie question que nous pouvons nous poser est : cette nouvelle version justifie-elle une nouvelle partie (et donc au moins 60 heures de votre vie) ? Et c’est à cette question que je vais tenter de répondre avec mes premières impressions.

En effet, même si j’ai accès au jeu depuis un une semaine, je n’ai pas pu arriver au bout de l’aventure et donc je ne peux émettre un jugement final sur le scénario du titre. Car, quand Original Sin est sorti en 2014, je faisais partie des déçus. Non pas que le jeu était mauvais, mais après une première zone (Cyséal) de très grande qualité, le rythme du jeu ralentissait, allant jusqu’à stagner, et la quête principale ne proposait pas assez d’enjeux. Cela Larian l’a entendu et a tenté de le corriger. Tout d’abord avec des doublages anglais qui sont, pour la plupart, très bons et rendent les dialogues passionnants à suivre (sachant qu’ils sont désactivables à l’envie). La traduction française a également été revue, même si elle n’échappe pas aux approximations et aux erreurs (avec un certain nombre de lignes de dialogue attribuées aux mauvaises interactions, items ou compétences).

En outre, si vous connaissez la série Divinity, vous savez que l’humour et les clins d’œil (notamment aux opus précédents) sont nombreux. Cet humour caractérise la plume de Larian, néanmoins, dans le jeu originel, cela lui portait parfois préjudice quand il essayait d’aborder des thèmes plus sérieux ou d’amener des ambiances un peu plus dérangeantes. Et le studio semble avoir revu sa copie : le jeu reste très drôle, mais l’humour ne paraît jamais déplacé. Dans le même ordre d’idées, les quêtes et les personnages ont subi des modifications. Le but est de rendre les quêtes plus riches et plus cohérentes, mais aussi d’en proposer de nouvelles. Désormais, les compagnons ont une personnalité plus développée, proposent plus d’interactions avec les joueurs et ont un arc scénaristique, ce qui les rend plus intéressants que jamais. En revanche, je ne pourrais vous dire si c’est aussi le cas pour les deux compagnons, aux noms germaniques, ajoutés via un DLC gratuit dans la première version du jeu.

 

  

 

Pour finir sur ce point, parlons un peu de la quête principale. Les grandes lignes de celle-ci n’ont pas changé (même si la fin a apparemment été modifiée), mais dès le départ, de nombreux changements sont visibles. La trame narrative manquait d’enjeux, comme je l’ai dit plus haut, et ne prenait pas le temps de nous expliquer certaines notions essentielles à sa compréhension (ou le faisait bien trop tard). Voilà qui est désormais réglé, il ne reste donc plus qu’à savoir si le rythme du jeu se maintient sur la durée.

Dernier gros changement : le rééquilibrage. Cette version Enhanced propose de nouveaux contenus pour enrichir son système de combat et ses interactions élémentaires sur lesquelles il repose (plus de flèches, de bombes et de grenades, etc.). Mais, surtout, le jeu a été totalement rééquilibré et certains combats ont été modifiés pour être plus difficiles. Seul point négatif : les ennemis vous repèrent de loin, parfois avant même que vous ne les voyiez, ce qui posera de nombreux problèmes et donnera à certaines phases un côté die and retry selon le placement de vos personnages. En outre, si le système de jeu reste identique, des changements au niveau des compétences et de la manière dont celles-ci se hiérarchisent ont été mis en place afin de créer une véritable différenciation entre les builds d’une même classe ainsi qu'un sentiment de progression. De nouvelles énigmes ont également été mises en place dans les donjons, et même si certaines vous demanderont de nombreux essais, celles que j’ai pu voir sont tout simplement excellentes.

 

En conclusion, après une trentaine d'heures de jeu, cette version de Divinity : Original Sin est excellente : plus aboutie, plus intéressante, offrant plus de possibilités et de défis, et proposant un portage console de grande qualité. Reste juste à voir si le rythme de l’aventure tiendra cette fois-ci sur la durée. Aussi, si vous n’avez pas encore parcouru Original Sin, que vous voulez jouer en local (une chose très rare de nos jours) ou que vous voulez retourner en Rivellon : il est très probable que cette version vous séduise.

Commentaires (52)

#51

cabfe
Seigneur

Tous les jeux que je suis et qui sont passés de Unity 4 au 5 ont tous eux des problèmes (et pas toujours les mêmes, en plus).
Ca partait d'une bonne intention des développeurs, mais ça leur coûte beaucoup en temps et donc en argent pour corriger/refaire leurs assets.

Pour le coup, c'est plutôt Unity qui aurait dû tester avant de sortir leur version 5. Beaucoup de problèmes sont directement liés au moteur.

Et les joueurs consoles, osef ?

Oui.


#52

Cyrus Redguard
Noble

Cet humour caractérise la plume de Larian, néanmoins, dans le jeu originel, cela lui portait parfois préjudice quand il essayait d’aborder des thèmes plus sérieux ou d’amener des ambiances un peu plus dérangeante


Complétement d'accord avec toi. C'était un de mes gros reproches au jeu et c'est aussi ce qui m'a fait décroché. S'ils ont corrigé cela, c'est une très bonne nouvelle!
#53

Inny
Guerrier

Je désactive toujours les ombres dans mes jeux, j'ai eu un coup de bol on dirait avec ce bug.




Voir tous