Samedi 20 Avril 2019, 04:52     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

[GC2015] Preview de Skyshine's BEDLAM

par Iosword 14 Aoû 2015 10:00 8

Le crowdfunding est comparable à un nécrophage : il déterre des choses anciennes pour s'en nourrir, il suce jusqu'à la moelle des idées déjà mille fois exploitées ; qu'importe que le cadavre dans sa panse ne soit plus que moisissure, qu'importe qu'il y en ait quinze comme lui : si le public suit alors le pari est gagné. Cela, les développeurs de Skyshine Games l'ont bien compris, leur jeu Skyshine's BEDLAM ressemble à un pur produit des années 80. Coloré comme un comics, décomplexé par rapport à sa propre violence, usant de l'esthétique de Mad Max, s'inspirant de nombreux autres films ayant marqué l'époque et reprenant des mécaniques de jeu de plateau. Mais ce dernier n'oublie pas non plus les autres jeux ayant usé avant lui de Kickstarter et s'inspire donc de FTL ou de Banner Saga (auquel il emprunte le moteur), mais aussi de XCOM. Un jeu qui s'inspire de tout, certes, mais qui semble réfléchir sur la cohérence et la cohésion de tous ces éléments. BEDLAM s'inspire, soit, mais il s'inspire bien – et n'a pas choisi les plus mauvais maîtres.

 

Cette Gamescom aura donc été l'occasion de redécouvrir le software et, surtout, de poser ses mains dessus. Mais, concrètement, qu'est-ce que BEDLAM ? C'est un roguelike stratégique, en tour par tour, empruntant à FTL ses phases textuelles. Il use de l'aléatoire pour proposer une diversité de carte de jeu et une grande durée de vie, piocher des événements et leurs conséquences. Le jeu se découpe en plusieurs phases (déplacement sur la carte, gestion et évolution du véhicule, préparation et évolution de vos troupes, phases textuelles pour les événements et les dialogues avec les PNJ).

 

  

 

Le royaume de BEDLAM est apocalyptique, après des années d'affrontements militaires et d'utilisation d'inventions scientifiques plus que dangereuses : une nouvelle ère a commencé (l'âge de Barren). Nous sommes des siècles après ces événements et le monde subit encore des séquelles (mutants, radiations, manque de vivres, instabilité politiques, etc.). Dans ce monde, un seul bastion de civilisation survit : la cité de Byzance ; le problème c'est que Byzance ne peut pas accueillir tous les pauvres hères du monde : surpopulation, distinction de classe sociale, conflits entre les corporations…

La dernière merveille technologique de ce monde en ruine semble peu à peu s'affaisser. Mais vous, et vos Hommes, avez de l'espoir. Il existe selon les rumeurs, loin vers le sud, une ville nommée Aztec City ; les chances que la cité soit réelle et que la vie y soit aussi facile que dans les rumeurs sont minimes, mais vous devez y aller, c'est de toute manière votre seule chance. Seulement, traverser les régions de BEDLAM peut être une expérience mortelle : diverses factions y font leur loi : Raiders, IA ayant échappé au contrôle des hommes, Cyborgs très inspirés de Terminator et Mutants toxiques (des orcs pour être exact).

 

  

 

En outre, quand bien même vous excellez en combat – ou en fuite –, les terres même sont néfastes. Les armes chimiques ont fait de ce monde un lieu où les règles physiques n'ont plus de sens : tempêtes hallucinogènes, dysfonctionnement du temps et de l'espace, radiations, etc. Tout ici veut votre mort – ou presque, puisqu'il existe des bastions et des PNJ pacifiques – et vous êtes le commandant d'un Dozer (énorme véhicule). Le chef, le bourreau et le sauveur qui devra mener votre équipage à travers ce désert en essayant de faire survivre votre population. Car oui, tout le monde n'est pas un soldat, même chez-vous.

Comme je le disais plus haut, le jeu est divisé en plusieurs phases. La première est celle de l'exploration, sur la mappemonde : vous allez pouvoir décider où aller en sachant qu'il existe des endroits plus ou moins fréquentables et que chaque avancée vous coûtera des ressources – aussi, si faire demi-tour est possible, c'est déconseillé. En effet, vous devrez faire attention à vos stocks de Viande (pour nourrir votre équipage), de Métal (pour réparer votre véhicule) et de Fioul (pour rouler tout simplement).

Cette phase est aussi celle de gestion où vous allez être amené à améliorer votre Dozer. En plus des trois ressources précédemment citées, vous aurez des "piles" qui vous permettront d'aller vers diverses voies. En effet, augmenter son Dozer ce n'est pas que lui offrir un moteur plus performant ou un blindage de meilleure qualité : c'est aussi le munir d'armes dont vous pourrez user sur le champ de bataille et qui seront nécessaires à certaines situations.

 

  

 

Une fois que vous aurez fait tout cela, vous irez donc vers un nouveau lieu ; à ce moment là, l'aléatoire prendra le pouvoir. Aurez-vous droit à un événement textuel, des dialogues avec des PNJ ou même directement un combat ? Seuls les dés pourront vous le dire. Durant ma session de jeu, je n'ai pas eu la chance de croiser des PNJ et des commerces, en revanche, j'ai eu droit à un événement faisant appel à ma morale. Quarante de mes hommes avaient attrapé une maladie mortelle, deux solutions s'offraient à moi : les tuer ou tenter une quarantaine. J'ai choisi la seconde option et, au final, ai perdu le double d'hommes. Ce qui m'a fait relativiser sur l'utilité de la bonté ici-bas.

Bien entendu, j'ai aussi eu le droit à quelques batailles. Avant la phase de combat arrive celle de préparation, qui vous propose d'envoyer entre quatre et huit hommes sur le champ de bataille moyennant finances. Sachant que quatre classes sont disponibles : le Frontliner, qui n'est autre qu'un combattant de mêlée plutôt agile. Le Trencher, soit quelqu'un avec un gros shotgun ayant peu de portée mais faisant beaucoup de dégâts. Le Gunslinger qui équipe d'une arme de point assez traditionnelle et qui semble se poser comme la classe la plus équilibrée de toutes. Et le Deadeye, sniper précis mais bien évidemment inutile à courte distance.

 

  

 

Au niveau des combats nous sommes sur quelque chose de très classique : vue top-down, pas d'initiative donc vous pouvez aussi bien utiliser une seule unité durant un tour qu'en déplacer quatre, il y a des objets destructibles (et explosifs) et un système de couverture. Bref, je n'ai pas grand-chose à en dire pour le moment, sinon que cela fonctionne très bien en l'état. Après la bataille, si elles survivent, vos unités gagneront de l'expérience non visible et, au bout d'un certain nombre de combats, seront amenés à évoluer. Deux choix s'offriront alors à vous : leur faire renoncer à leur humanité en en faisant, peu à peu, des cyborgs surhumains ou en faire juste des hommes bien entraînés et très bien armés.

 

Voilà donc pour Skyshine's BEDLAM qui était jouable et qui m'a laissée sur une très bonne impression. C'est un roguelike, un vrai, avec du tour par tour, de l'aléatoire, de la gestion de ressources. Si à cela on ajoute les événements textuels et l'univers comics à la Mad Max – que j'apprécie beaucoup – eh bien, on reconnaît à BEDLAM un sacré potentiel. Seul regret : le nombre de classes qui me paraît bien faible, mais nous verrons cela en temps et en heure, sachant que le jeu est toujours prévu pour fin 2015.

Commentaires (8)

#2

AbounI
Grand gobelin

ça m'allèche tout ce petit monde,
question: dans ton event, juste un choix à faire pour une conséquence immédiate sans aucun parametre pouvant influencer les résultats?
#3

wrex62
Citoyen

L'a l'air pas mal du tout, après faut aimer le style, mais pourquoi pas!
#4

oAmyoAmyo
Paladin

Banner Saga en a inspiré quelques uns on dirait!
#5

Dwilaseth
Seigneur

Celui-là je l'avais repéré depuis un petit moment déjà. Je trouve la patte graphique assez sympathique et en plus c'est du tour-par-tour donc pour moi c'est du tout bon. Je le prendrai surement lorsqu'il sera à bas prix en cas de période de vache maigre sauf si bien entendu les développeurs partent sur une localisation d'après sortie. Là, je réviserai directe mon jugement et vu son prix de vente plus que correcte je le prendrai. En tout cas j'ai hâte d'en lire prochainement le test définitif. Cette petite preview était une bonne mise-en-bouche !

Message édité pour la dernière fois le : 15/08/2015 à 01:35

#6

Iosword
Grand chevalier

question: dans ton event, juste un choix à faire pour une conséquence immédiate sans aucun parametre pouvant influencer les résultats?


Désolé du temps de réponse, je rentrai de vacances, alors, oui cela a été presque immédiat et je n'ai pas vu d'autre paramètre que la chance.

Banner Saga en a inspiré quelques uns on dirait!


Le jeu reprends le moteur de Banner Saga mais est plus proche de FTL dans sa structure et de Xcom dans ses mécaniques de combat.

Je le prendrai surement lorsqu'il sera à bas prix en cas de période de vache maigre sauf si bien entendu les développeurs partent sur une localisation d'après sortie.


Au vu de la taille et du budget du projet, une localisation dès la sortie est plus qu'improbable. Après, s'il se vend bien c'est autre chose.
#7

Dwilaseth
Seigneur

Au vu de la taille et du budget du projet, une localisation dès la sortie est plus qu'improbable. Après, s'il se vend bien c'est autre chose.
Je m'en doutais un peu, Iosword. En faite en disant çà je pensais plus à une localisation amateur.
#8

Iosword
Grand chevalier

Bah il se pose le même problème : dès la sortie, sachant que si je ne me trompe pas, il n'y aura pas d'early access, c'est improbable (ou alors il a un succès fou). Plusieurs mois après, quand une communauté sera créée, c'est plus probable.

Message édité pour la dernière fois le : 17/08/2015 à 14:47

#9

Chinaski
Grand chevalier

Le jeu reprends le moteur de Banner Saga mais est plus proche de FTL dans sa structure et de Xcom dans ses mécaniques de combat.

Comment me vendre un jeu en une seule phrase. Je veux !




Voir tous