Mardi 25 Juin 2019, 14:19     Connectés : 8      Membres : 7


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Pre-alpha - Edge of Eternity

par Toupilitou 12 Fév 2015 10:00 9

Je ne sais pas si vous vous rappelez, mais Edge of Eternity, bébé du studio Midgar qui a fait son nid sur notre forum, avait lancé une première campagne Kickstarter, mais elle fut annulée en Octobre 2014. Depuis, après avoir été Greenlighté avec succès sur Steam et annoncé une deuxième campagne Kickstarter prévue pour le 15 février, il faut avouer que nos amis Nîmois l’ont énormément fait évoluer. J’ai d’ailleurs eu l’opportunité de le constater en mettant la main sur une version pre-alpha nettement plus aboutie, lors d’une invitation dans un lieu parisien très geek-friendly : Le dernier bar avant la fin du monde.
 

Cette démo ayant pour but principal de présenter les éléments du gameplay d'Edge of Eternity, les quêtes présentées ici sont volontairement basiques. C'est d'ailleurs pour cette raison que je me suis permis quelques largesses avec leurs déroulements et les dialogues associés, avec toute la modération dont vous me savez capable, bien entendu. Quoi qu'il en soit, l'un des objectifs du Kickstarter sera justement de pouvoir embaucher, entre autres, un dialoguiste. À côté de cela, si la campagne aboutit, ils travailleront également avec le célèbre compositeur de musique de jRPG, Yasunori Mitsuda, qui a fait une déclaration d’intention à ce sujet.
 

Pour rappel, Edge of Eternity, développé sous Unity, se veut être un RPG à la croisée des chemins entre jRPG traditionnel et RPG occidental, prévu pour fin 2016 sur PC, MAC, Linux, Xbox One, PS4. Les adeptes des productions nippones ne seront clairement pas dépaysés tant en terme de gameplay que graphiquement. En effet, impossible de ne pas faire le parallèle avec Final Fantasy, que ce soit vis-à-vis des archétypes des personnages, du déroulement des combats, ou bien encore de la patte graphique de manière générale. Avec tout ça, on est tout de même en droit de se demander si ce jeu ne manque pas singulièrement d’une identité qui lui serait propre, tant les références sont sans équivoque. Mais à mon avis, la plus-value s’effectuera surtout au niveau du scénario, annoncé comme à embranchements et à rebondissements, mais également avec son système de cristaux s'apparentant à des arbres de compétences. Ce dernier point n'étant pas encore complètement finalisé, je vais éviter de m'épancher dessus pour l'instant. Par ailleurs, tout un univers / background / lore original a été imaginé pour cette occasion. Vu sous cette lumière, j’ai donc perçu Edge of Eternity davantage comme un hommage, plutôt qu’une copie.

 

   

 

Pour résumer succinctement l'histoire, le jeu se déroule sur la planète Héryon, autrefois paisible, mais désormais ravagée par une invasion d’extraterrestres. Ces derniers se la sont joué fourbe en diffusant un virus qui transforme les êtres biologiques en créatures-machines. Les autorités locales, en riposte, traquent donc inlassablement tout ce qui est un tant soit peu technologique. Et vous l’imaginez bien, la planète et ses habitants au milieu de tout ça, s’en prennent donc plein la tronche. Vous incarnerez Daryon, un jeune homme "sauvage et solitaire", ainsi que ses compagnons, qui vont se retrouver pris au milieu d’un conflit qui les dépasse. À titre personnel, j’adore incarner des personnages chétifs, laids et chaotiques. Mais voilà, autant être clair, avec ce héros androgyne que l’on pourrait croire tout droit sorti d’un boys-band Sud-Coréen – les boutons d’acné en moins, et les yeux bleus en plus –, me voilà bien marri ! Mais je reconnais là que j’ai des goûts tout ce qu’il y a de plus particuliers, et vais donc faire un petit effort rien que pour vous mes chers gobelins.

 

   

 

Avant d’aller plus loin, sachez tout de même que cette session de jeu s’est effectuée au clavier et à la souris, alors qu’elle était initialement prévue sur manette. Et pour mon plus grand plaisir, ces contrôles sont tout à fait bien pensés, à l’inverse d’un "certain jeu" qui se fermait sans avertissement en appuyant sur la touche Echap (… suivez mon regard). Même s’il reste encore quelques détails à peaufiner à ce niveau-là (notamment dans les QTE), cela reste tout de même de très bon augure. Cette démo commence donc dans un environnement extérieur très bucolique, où l’on croise très régulièrement des mini-porcs, sortes de sangliers un peu ronds auxquels on aurait enlevé quelques côtes pour les raccourcir. Bien qu’ils ne soient pas bien puissants, ces derniers nous chargent si l’on s’approche trop d’eux, mais il est tout à fait possible de les esquiver en courant comme un lâche. Sur ma route, je croise Selen, une jeune femme joviale qui parcourt le monde avec sa flûte, qui s'avérera être mon premier compagnon. Elle décrète aussitôt que ce serait bien d’arrêter de glander histoire de rejoindre la civilisation, représentée ici même dans cette grande étendue verte par une ferme.

 

   

 

Au niveau du système de combat, c’est du classique si j'ose dire. Lors de cette démo, j’avais l’opportunité de choisir entre deux modes de jeu ; le mode "Grandia" avec un tour par tour, ou le mode "Final Fantasy" avec le système ATB temps réel. Afin de ne pas trop exposer ma noobitude au grand jour, j’ai opté pour le mode "Grandia". Chaque personnage jouable aura le choix entre différentes actions ; de l’utilisation d’items, à un gros pouvoir qui tâche, en passant par l’attaque basique et des compétences / sorts. Lors de certaines attaques, il y aura des QTE permettant de réaliser des coups critiques. Le joueur ayant déjà joué à Final Fantasy retrouvera immédiatement tous ses repères. L’ajout intéressant ici, est la prise en compte des effets environnementaux du climat pendant les combats. Si par exemple il pleut lorsque vous engagez un combat, alors les sorts de foudre seront plus puissants. Rajoutez à cela des résistances et faiblesses élémentaires spécifiques à chaque créature pour pimenter un peu les combats, et vous obtenez un système ma foi tout à fait sympathique.

 

   

 

Ayant le même sens de l’orientation qu'un mollusque, je me dirigeais dans la direction opposée de la ferme ; on m’indique alors qu’une ligne scintillante pointant vers l’objectif de la quête active a été implémentée, comme dans Fable. Le compromis trouvé ici, afin de ne pas frustrer ceux qui n’aiment pas être dirigés, a été de faire en sorte que cette option ne soit disponible que brièvement, uniquement en appuyant sur une touche. Mon GPS interne m'amène donc tout droit sur le fermier avec qui je commence à parler. Ce dernier m’explique que des bestioles viennent foutre le boxon chez lui, que c’est inadmissible, et qu’il faut que j’en tue huit pour qu’il retrouve paix et sérénité dans son cœur. Hum... Soit. J’explose donc rapidement ces bestioles, histoire d’annoncer illico la bonne nouvelle au fermier. Ce dernier, me prenant un peu pour son larbin, me demande si je ne pourrais pas lui chercher de la bouffe pour ses montures-chat. Damn ! « Hey mec ! Tu m’as pris pour qui !? ». Comme j’ai une force de caractère phénoménale, je suis… allé chercher les croquettes de ses félins, sortes de protubérances rougeâtres sortant du sol.

 

   

 

Maugréant sur le chemin du retour à cause de la fatalité du destin m’ayant fait rencontrer cet opportuniste de mes deux, j’aperçus de la fumée au loin. La ferme de mon comparse était en train de cramer et des bandits squattaient la place. Une fois que je leur eus fait comprendre à coups de latte qui était le bonhomme dans l’histoire, je suivis les traces de sang et ces dernières m’amenèrent tout droit vers le cadavre du fermier. À côté, toutes les montures-chat étaient parties. Toutes, sauf une qui n’attendait qu’une chose : que je pose mes fesses de warrior sur la selle et que j'aille venger mon seul pote par procuration présent sur toute la map. Tel un Attila lambda, je me dirigeai donc vers le camp des bandits, histoire de tous les étriper le plus salement possible, et de faire un feu de joie avec leurs tentes. La deuxième action ne sert pas à grand-chose, je vous l’accorde (… surtout quand les occupants reposent déjà six pieds sous terre), mais cela donne malgré tout une petite touche personnelle à ce carnage ; la signature de l’artiste, comme dirait l’autre – chacun ses petits plaisirs !

 

   

 

N’ayant plus rien à cramer, je continuai mon chemin jusqu’à arriver devant une grotte ; j’avais le secret espoir qu’il restât encore quelques pillards à l’intérieur pour assouvir ma vengeance aveugle. Mais finalement, à force de m’enfoncer dans les entrailles de cette grotte peuplée uniquement de golems de terre, je finis par tomber sur une bestiole gigantesque. Allez quoi, elle fait cinquante fois ma taille… Et alors ? C’est donc sans complexes que je me ruai sur ce monstre histoire qu’il goûte à de la castagne made in Daryon. Malheureusement, les mécaniques de combat du boss n’étaient pas encore complètement finalisées, et la démo s’arrête juste avant ce combat.

 

   

 

 

Finalement, qu’en penser ? Je dois avouer que les jRPG n’ont jamais vraiment été ma came, mais Edge of Eternity a su retenir mon attention. Même si la patte graphique est beaucoup trop inspirée à mon goût, les maps sont grandes, les mécaniques de combat sont maîtrisées, les graphismes sont propres, et le lore travaillé. Du bien beau travail pour une pre-alpha ! Je suis donc tout de même très curieux de voir ce que Midgar Studio, représenté pour cette occasion par Jérémy Zeler-MauryThomas Séguy et Ben Dimanche, vont être capables de réaliser si leur nouvelle campagne Kickstarter aboutit. Affaire à suivre. Si ce projet vous intéresse, son financement participatif débutera le 15 février !

Commentaires (9)

#2

Chinaski
Grand chevalier

J'ai vécu deux ans à Nîmes et je dois dire que je trouve complétement dantesque la perspective d'un JRPG Nîmois...
#3

ninheve
Grand chevalier

Ah, pas mal pas mal...tout comme toi j'ai un peu de mal avec les conventions graphiques des jRPG mais ça ne m'arrête pas si le jeu est bon ^^
#4

Chinaski
Grand chevalier

Si le jeu est bon, aucun problème.
C'est juste que "Nîmes" et "Japon" sont deux concept très très éloignés, dans mon esprit...
#5

Lohengrin
Garde royal

C'est juste que "Nîmes" et "Japon" sont deux concept très très éloignés, dans mon esprit


Comme c'est sous entendu dans ta phrase cela semble effectivement Nippon, ni Mauvais en tous cas si je me trompe j'en garderai l'esprit égoïstement pour moi!
Bon ok moi aussi je suis dans et de la Provence profonde en réalité un transfuge de l'Occitanie Libre et Castraise, alors Nîmes je veux bien ... -Mais avoir la perspective de me balader à dos de peluche on ne me l'avais pas encore faite!
#6

Chinaski
Grand chevalier

J'en conclu que tu n'as jamais chocoboté. C'est assez fantaisiste, finalement...
#7

Lohengrin
Garde royal

Je crois que j'y repenserai à Paques pour la Quête des œufs du même nom, et après me taper la cloche au resto avec ma tendre et si le fameux Lapin chocodéambulateur et toujours là j'ai une recette de civet de ma Grand-Mère, je ne te dis que ça.

Pour en revenir aux Nîmois de Nîmes, j'espère que cette fois ils réussiront à sortir de l'Arène, pour éviter qu'ils ne s'encocardent dans les méandres de Steam+Kick, par ma foi je ne peux que souhaiter cette perspective, le reste ils l'ont d'office par le lieu dit et c'est la Niaque!
#8

Chinaski
Grand chevalier

Ok, Lohen, je vais commencer à devoir te payer des honoraires, ça fait deux fois en une semaine que tu me fait rire aux éclats, c'est très bon pour la santé.
Ce coup-ci tu m'as eu avec le "chocodéambulateur"...

Merci à toi, et ouaip, bonne chance les Nîmois : j'irai boire un verre au Prolé à vot' santé.

Message édité pour la dernière fois le : 13/02/2015 à 13:00

#9

Toupilitou
Garde royal

Nippon, ni Mauvais

Je l'avais pas vu venir celle-là
#10

Nallitsac
Guerrier

Mais avoir la perspective de me balader à dos de peluche on ne me l'avais pas encore faite!


J'avoue que personnellement chevaucher un chat est la seule chose que j'ai pour l'instant retenu de l'annonce, potentiellement sans aucun doute le meilleur argument de vente pour ce jeu en devenir.




Voir tous