Lundi 15 Octobre 2018, 19:58     Connectés : 9      Membres : 8


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Journal de Quêtes de l'an 2014, semaine 52

par Toupilitou 28 Déc 2014 09:00 13

Quelques studios ont succombé à la stratégie qui consiste à sortir un jeu peu de temps avant ou à Noël. Ils sont peu nombreux, et à juste titre, puisque pendant cette période de soldes, la visibilité est quasi-nulle. Mais cela va me permettre de faire une petite rétrospective de cette chronique, qui a vu le jour cette année, sous l’impulsion du palouf-qui-croit-que-les-loutres-sont-des-écharpes. "Monsieur le Prébilan, c’est l’heure du zident !"

 

Commençons avec le premier des deux RPG de la semaine. A raison d’une sortie toutes les deux semaines, la série Choice Of ne perd pas le rythme. Voici donc Psy High de Choice of Games. L’auteure, Rebecca Slitt, vous amènera dans un lycée où les élèves commencent à développer des pouvoirs psychiques, avec un principal en tâche de fond qui se la joue maître du monde. Un opus qui encore une fois, à l’instar de tous ces jeux sortis cette année, n’est toujours disponible qu’en anglais, mais est doté d’une bonne rejouabilité. Ne reste plus qu’à se faire à l’idée d’incarner un ado…

 

   

 

C’est triste, mais je crois que je vais finalement clôturer l’année sur un MMO free to play, qui est tout ce qu’il y a de plus basique, avec Karos Online de Galaxy Gate, disponible en russe et… en russe. A priori, le jeu existe depuis quelques années déjà. Les quêtes relèvent souvent du bashing abrutissant de mobs, mais cela n’est possible que lorsqu’il n’y a pas de Player Killer dans les environs ayant décrété que vous foulez le sol de sa région. D’ailleurs, à ce sujet, j’ai lu une anecdote intéressante : lorsque vous vous déconnectez, vous pouvez laisser votre perso dans une mine publique (sous-entendu, accessible au commun des mortels ne passant pas par le cash shop) afin qu’il récolte ce qu’il faut pendant que vous n’êtes pas là. Cette mine est ouverte à tout le monde, y compris aux Players Killer qui vont donc farmer les mineurs déconnectés. Ces derniers, lorsqu’ils se reconnecteront, n’auront quasiment rien miné et auront en bonus un petit malus d’expérience. Additionnez à cela des bugs de collisions assez fréquents, et le fait que le cash shop créera un énorme déséquilibre en PvP, et vous savez ce qu’il vous reste à faire. Pour finir sur un détail qui tue, petit tips du dimanche pour les gobelins coquins : à priori, l’amazone n’a pas de culotte…

 

   

 

Pour en revenir au bilan, en rédigeant cette chronique cette année, cela m’a donné l’occasion d’étudier des détails auxquels je n’aurais jamais prêté attention, il y a un an de cela. Tout d’abord, le langage en kit. De jeu en jeu, on relit souvent la même bibine marketing imbuvable ; une espèce de novlangue barbare, un prêt-à-parler, ayant pour objectif de vous brosser dans le sens du poil, histoire de mieux vous sucer la moelle pécuniaire par la suite. Question efficacité, autant traire une vache avec des gants de boxe, car ni vous, ni moi ne sommes dupes. Mais le constat est là : noyé dans la masse, le terme RPG est bien trop souvent utilisé par les développeurs/éditeurs à toutes les sauces, et ne veut plus dire grand-chose, mis à part "dollars" pour les plus cyniques d'entre-eux.

Mon autre problème, lorsque j’ai commencé cette chronique, était le suivant : lorsque je ne les essayais pas, comment parler, ne serait ce que brièvement, de jeux que je n’ai pas approchés, même à l’abri derrière une vitre blindée ? Je me suis donc farci des brouettes de tests, accompagnés de très nombreux avis de joueurs. Et malheureusement, en ces lieux, on y trouve souvent des trolls défendant farouchement leurs raccourcis. Armé de ma pelle, j’ai donc essayé de libérer tous les consensus que j’ai pu trouver sur mon trajet, mais cela n’a pas été sans risques ; les premiers symptômes de contamination par le bacille du troll faisaient parfois leur apparition (… qui a dit RPG Maker ?). J’espère donc ne pas avoir offusqué les trois créatures éperdues qui en sont fans (Eh merde… Encore une réminiscence !).

Quoiqu’il en soit, cette chronique ne serait rien sans vous, et pour cela, un grand merci mes chers gobelins !!

 

En espérant que l'année à venir soit encore meilleure que celle que nous venons de vous décrire, on se retrouve l'année prochaine les gobs !

 

Retrouvez les articles "Journal des quêtes"

Commentaires (13)

#2

cabfe
Seigneur

Autant je n'ai rien contre les jeux rétro, ni les pavés de texte (pas d'un coup non plus, c'est vite indigeste) mais quand je vois le "retour" des jeux d'aventure textuels, je trouve que ça va un peu trop loin dans le passé.
Il est tout à fait possible de mettre quelques illustrations, faut pas déc' quand même.
Même les Livres dont vous êtes le héros (passés et actuels en numérique) avaient/ont des dessins de temps en temps.

Pas de bol avec tes tests de jeux RPG Maker !
Il y a *aussi* de bons jeux faits avec ce moteur, mais malheureusement noyés sous la masse des moins bons...

Bonne année et bon courage pour reprendre tes pilules amères de fake-rpg en 2015 !
#3

Chinaski
Grand chevalier

Autant je n'ai rien contre les jeux rétro, ni les pavés de texte (pas d'un coup non plus, c'est vite indigeste) mais quand je vois le "retour" des jeux d'aventure textuels, je trouve que ça va un peu trop loin dans le passé.
Il est tout à fait possible de mettre quelques illustrations, faut pas déc' quand même.
Même les Livres dont vous êtes le héros (passés et actuels en numérique) avaient/ont des dessins de temps en temps.

Moi, je trouve ça cool s'il y a un public pour ça dans le sens où le texte ne coute rien à produire, il suffit juste d"avoir du talent ( c'est comme la littérature ).
Tout un chacun peut produire un RPG textuel à moindre coût.
En plus cela permet, toujours comme en littérature, toute les possibilités et une totale liberté de contenu : n'importe quelle cinématique un peu chiadée ça coute cher ou bien on est limité par la technique. Une description textuelle c'est gratuit, même si on décrit une scène complétement dantesque !
Donc respect. Par contre, j'y jouerai pas non plus

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2014 à 18:26

#4

cabfe
Seigneur

Autant écrire un roman papier dans ce cas

Ceci dit, il y a moyen d'explorer des types de jeux qui ne reposent pas sur le visuel, comme Toxic (créé par un Français, cocorico) qui est un jeu vidéo... pour non-voyant !

Et en plus il est sympa, son jeu.
#5

Chinaski
Grand chevalier

Autant écrire un roman papier dans ce cas

Bin oui mais non.
Un roman, même un Livre dont vous êtes le héros*, c'est pas du CRPG.



*Y'a pas une appellation plus rapide pour ces bouquins ?

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2014 à 19:29

#6

cabfe
Seigneur

LDVELH, mais ça reste long à taper
#7

Chinaski
Grand chevalier

#8

nadir1979
Citoyen

Excellent l'ancdote et merci Monsieur belette......ou to-pitou...


.

Message édité pour la dernière fois le : 28/12/2014 à 22:25

#9

Anathorne
Citoyen

Est-ce qu'il est déjà arrivé qu'un jeu textuel soit adapté en jeu tout cour Merci !
#10

Jubei
Chevalier

Et bien la série de l'Oeil Noir / Drakensang, qui à la base sont des LDVELH, sont ensuite devenue un JdR ( enfin plusieurs ) papiers, puis des jeux vidéos.
#11

cabfe
Seigneur

Techniquement, l'Oeil Noir était d'abord un JdR avant d'être édité en format LDVELH, mais on part dans du hors-sujet, là.

Anathorne, si on prend les premiers jeux d'aventures en mode texte (genre Zork), ils ont été ensuite déclinés en version graphiques. Mais c'étaient d'autres histoires, pas des adaptations directes.
#12

DAlth
Garde royal

J'aime bien les antiquités mais je préfère de loin un bon LDVELH ou AVH à un Rpg textuel. Y a des limites à la nostalgie.
#13

Baalka
Grand chevalier

Pour ceux qui doutent de l'intérêt des jeux textuels comme les Choice of Games, je vous invite à par exemple essayer Guenevere, écrit par John Townsend et utilisant le moteur des CoG, gratuit. On y joue la Guenièvre des légendes arthuriennes dans une histoire un peu revisitée, très bien rédigée et pleine de choix intéressants. Un mélange d'intrigue, d'héroïsme, de magie et de romance. Comme il se doit pour une légende arthurienne
#14

DAlth
Garde royal

Yep Baalka !

Pour les AVH, je recommande chaudement ce site :

Basée sur la série Loup Solitaire...

Petit inconvénient, il faut se créer un compte.
Le système de "points du destin" est astucieux et incite à la prudence.


Message édité pour la dernière fois le : 05/01/2015 à 01:35





Voir tous