Mardi 16 Juillet 2019, 16:50     Connectés : 2      Membres : 1


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Preview de UnderRail

par Iosword 19 Jan 2015 10:00 28

Steam est comparable à une cité gargantuesque où un marché perpétuel bat son plein. Tandis que des centaines de jeux essayent de faire valoir leur place à l’affiche ou sur les podiums, d’autres se terrent dans l’ombre. Crasseux et quelque peu laid se tient UnderRail, une surprise inattendue. Ce petit être qui ne paye pas de mine nous propose un jeu old-school à souhait, en tour par tour, en vue isométrique et post-apocalyptique. Certains y voient le descendant des premiers Fallout, à tort ou à raison.

Ce projet de Stygian Software est arrivé en septembre 2013 en Early Access sur la plateforme de Valve et son développement aurait commencé avant la sortie de Fallout 3. Par ailleurs, c'est un jeu qui tient une certaine parenté avec Metro 2033, roman de Dmitri Gloukhovsk, ayant eu deux adaptions vidéoludiques très convaincantes. En effet, après une catastrophe inconnue, la survie à la surface n’est plus viable. Mais l’humanité ne mourant jamais, elle s’est réfugiée dans les entrailles du métro. Là, le communautarisme a pris le dessus et des stations se sont peuplées avec certains critères. Et comme la guerre ne change jamais, eh bien, elles se battent entre elles. Mais, UnderRail n'est pas un repompage de la licence Metro, même si les similitudes sont étonnantes, il a sa propre identité, son propre univers post-apocalyptique avec des relents de cyberpunk.

 

Vous faites partie de cette humanité et votre but sera de tenter de survivre, seul, car aucun compagnon ou étranger ne viendra vous prêter main forte. Arriverez-vous à vous aventurer dans ces couloirs puants et sombres emplis de mutants, de raiders et d’absurdités auxquelles la technologie a donné vie ? C’est une autre histoire. Prêt à plonger dans cet univers étrange ? Avant que la rame ne se mette en marche, un arrêt par la feuille de personnage s’impose. Celle-ci est très classique et complexe mais sera intuitive pour tout amateur. Elle contient sept statistiques principales (Force, Dextérité, Agilité, Constitution, Perception, Volonté, Intelligence), vingt-et-une compétences réparties en six catégories (Attaque, Défense, Subterfuge, Technologie, Psi, Social), sur lesquelles repose tout votre build, ainsi que soixante-huit exploits. Les exploits ne sont pas des succès Steam, mais des traits spéciaux qui se déverrouillent en fonction de vos compétences et qui servent à personnaliser encore plus votre avatar. Il existe bien sûr des statistiques dérivées. Il est intéressant de noter qu'il y a des synergies entre les compétences qui vous apporteront des bonus – dans certaines limites. L'équipement aura aussi beaucoup d'importance pour votre build, et permettez-moi de dire que les possibilités sont très nombreuses.

 

  

Voici une feuille de personnage comme tant d'autres, mais elle est efficace.

 

Voilà, vous êtes né, non seulement en tant qu’avatar prêt, tel Promethée, à souffrir, mourir et à recommencer encore et encore suite à de rudes combats. Mais vous êtes aussi né en temps que citoyen d’une communauté. En effet, vous apprendrez que vous êtes un excellent cobaye qui a passé avec succès tous les tests nécessaires. Désormais, cette petite station réhabilitée veut bien de vous – même si, au vu du désespoir ambiant, une voix murmure qu’ils voudraient bien de toute chair à canon prête à servir les intérêts des dirigeants. Vous vous promènerez peut-être un peu dans cette station, parlerez avec des gens et déciderez de servir de coursier à certains. Peut-être vous battrez-vous, peut-être réclamerez-vous des pouvoirs Psi et finirez-vous par les obtenir avec l’aide de quelques coups contondants sur la tête. Vous vous amuserez à tester les limites de chaque individu via le système de dialogue à choix multiples. Du charisme au cynisme, en passant par l’agressivité et la vantardise, vous avez le choix de vos paroles et toutes ont des conséquences parfois inattendues. Aussi peut-être feriez-vous mieux de tourner sept fois votre langue dans votre bouche avant de prononcer le moindre mot.

La liberté d’action est un facteur important de nombreux RPG, et UnderRail le confirme. De toute manière, non seulement vous êtes libre de tuer la veuve – pour peu de ne pas vous faire tuer par l’orphelin – mais vous êtes aussi paumé. Car le métro est immense, tentaculaire et personne ne sera là pour vous proposez un plan et une boussole. C’est un RPG qui peut se montrer obscur et cruel. Il ne vous aidera pas. Vous ne savez pas où vous devez aller ? Parler, chercher, trouver : c’est le seul moyen. UnderRail, vous le comprendrez vite, c’est de l’essai/erreur permanent. C’est de l’expérimentation et de la découverte parfois fortuite, c’est un plaisir lié à l’exploration et à la compréhension des mécaniques de jeu. Vous êtes libre d’être ce que vous voulez, de jouer comme vous voulez. UnderRail, c’est un terrain de jeu et un gameplay mis à disposition. Un univers plaisant où il y a mille choix à faire et mille conséquences qu’il faudra assumer.

Bref, rookie, même si cela ne vous attire pas tant que cela, vous allez devoir quitter la sécurité de la station et vous glisser le long des rails. Si vous n’avez pas trop joué avec le feu, vous aurez encore votre pistolet de départ et quelques cartouches. Ah et au fait, bienvenue et bonne chance ! Vous en aurez besoin car on annonce des perturbations sur la ligne. Les pieds traînants, un peu perdu, vous errez en espérant tomber sur n’importe quoi tant que c'est pacifique ou au moins inoffensif. Malheureusement, vos prières n’ont pas été entendues et vous allez mourir. UnderRail est partisan d’une théorie simple : Die and Retry. Et votre premier combat, comme beaucoup d’autres, sera mortel. Il est donc conseillé de sauvegarder souvent. Vous êtes donc mort et prêt à recommencer. Vous êtes mort sur le champ de bataille, alors intéressons-nous à ce dernier.

 

  

La première fois que l'on quitte la station de départ, on pense à Fallout.

 

Les combats se déroulent au tour par tout sur la map de jeu, sans aucune forme de transition. Il y a deux choses importantes : les AP qui vont vous permettre d’exécuter des actions et les MP de vous mouvoir. Contrairement à beaucoup de jeux, les AP et les MP ne sont pas déterminés par vos statistiques – même si les MP peuvent être augmentés via l’Agilité. Vous avez un nombre de points par défaut : 50 AP et 30 MP. A vous de bien les utiliser. Par exemple, vous déplacer d’une case coûtera dix points de mouvement. Quant aux AP, tout dépend de ce que vous voulez faire : utiliser une arme lourde coûtera plus cher qu’utiliser une arme blanche, certains objets auront aussi un coût élevé, bref tout est dans la gestion. Les AP ne peuvent pas être augmentés de manière permanente, néanmoins des équipements ou des traits peuvent réduire les coûts de certaines armes ou compétences et diverses drogues peuvent vous aider à obtenir des bonus temporaires – mais faites attention, l’addiction vous guette et le manque aura des conséquences. De même pour les MP, sachant que vous subissez des pénalités selon votre équipement – on ne court pas dans tous les sens en armure lourde.

Et là, vous allez me dire que ça n’a pas l’air si stratégique que cela... Il est vrai, les coups ciblés à la Fallout n’existent pas et vous n’avez personne qui soit prêt à mourir aveuglément pour vous, ou qui se porte volontaire pour servir de mule et de bouclier humain. Pourtant, ce système est très bien pensé, l’équipement a une grande influence durant les combats, notamment les objets utilisables. Seulement, ces objets ont parfois des utilisations limitées ou des temps de recharge très longs, ou encore font effet dans le temps. Quant aux ennemis, ils ne sont pas tendres, ils ont un répertoire d’altérations d’état varié (du poison à l’immobilisation) et ont tendance à être bien armés. Surtout, il existe une notion importante : même si ce n’est pas la meilleure IA du monde, tout ce que vous pouvez faire (à quelques exceptions près), l'IA le peut aussi. Rien n’est laissé au hasard, y croire c’est se préparer à finir bouffé par des rats dans un tunnel mal éclairé.

Un petit mot sur les pouvoirs Psi, dévoilant une partie de l’identité cyberpunk du soft. Vous apprenez ces pouvoirs grâce à des PNJ, des quêtes ou encore grâce à votre passion pour la lecture. Ce ne sont pas des « sorts de magie » traditionnels même si parfois, ils s’en rapprochent. Ils sont assez utiles et ouvrent tout un pan du jeu, mais sont peu utilisables en début de partie. La Psi ça ne se régénère pas, il faut des boosters pour cela et en début de partie c’est pas la joie… Après c’est l’opulence.

 

  

Les lieux sont divisés en plein de petits niveaux au design souvent un peu trop classique.

 

Mais peut-être ne voulez-vous pas vous battre, la furtivité sera alors une alternative. Et la furtivité dans UnderRail c’est le pied. Vous voulez utiliser les caméras ? Prendre le contrôle de tourelles ? Passer par les conduits et crocheter des portes ? Eh bien, évitez de remplir l’œil de furtivité qui se trouve au dessus des crânes de vos ennemis et peut-être que cela fonctionnera. Mais je peux vous jurer que ce n’est pas aussi simple que cela. D’ailleurs, point intéressant : quand on se fait repérer et que l’on s’enfuit, on ne nous oublie pas. Cela ne veut pas dire que la furtivité n’est plus une option, juste que les gardes ne retournent pas à leurs activités comme si rien ne s’était passé.

Côté équipement, tout d’abord l’arsenal est varié : armes à feu, armes laser, armes blanches – et notamment de superbes arbalètes ou couteaux de lancer –, tout le classique y passe. Point important : presque tous les objets sont craftables, sous certaines conditions évidemment. Vous pouvez créer une arme, une armure, une grenade ou même la dernière drogue à la mode, mais encore faudra-t-il en avoir les moyens, aussi bien au niveau des composants (sachant que vous pouvez recycler) que des compétences. Et avant tout, il vous faudra trouver les plans, ensuite vous vous essayerez à la forge si cela vous plaît. Point intéressant, un même objet peut être crafté avec divers composants. De ceux-ci découlera la qualité de vos objets, leur durabilité, etc… Mais pour utiliser des bons composants, il faudra aussi avoir les bonnes compétences – et oui, on en revient là.

Je pourrais vous parler de UnderRail pendant des heures, mais ce n’est qu’une preview, laissons des surprises pour le test. Avant de conclure, j’aimerais m’arrêter sur quelques détails. Déjà, le jeu n'est pas techniquement une oeuvre d'art. Bon, c’est peut-être une question de sensibilité, mais même si ce n’est pas important et que l’on s’y habitue, le pixel-art proposé me parait trop cheap, simpliste et grossier. Pourtant, il sait être fin parfois, en résultent des environnements inégaux graphiquement, cette remarque est d'ailleurs valable pour le level-design qui va du très bon au très moyen. Pour finir sur la technique, les effets – telles les éclaboussures de sang – sont aussi cheap et donnent parfois envie de rire. Outre cela, le jeu utilise un anglais assez simpliste qui restera accessible et qui est malheureusement muni de nombreuses fautes d’orthographe et de frappe, néanmoins cela se corrige au fur et à mesure. L’interface de jeu est claire et efficace, indique tout ce qu’il faut, chose qui rend les combats plus clairs et agréables. Le jeu est prévu pour cette année 2015, même s’il reste du chemin. L’Early Access coûte 8€ et propose environ 80 heures de jeu. Il y a un update tous les mois et la majeure partie du contenu prévu est disponible.

 

Ô que j’aimerais continuer à parler de ce jeu, mais cela suffit. Voilà un diamant brut sur lequel on essaie de polir les angles. Un jeu qui n’est pas parfait et exempt de défauts, mais qui est d’une qualité aussi surprenante qu’exceptionnelle. Le jeu m’a intrigué quand on le vendait comme l’enfant illégitime de Fallout, d’Arcanum ou d’autre softs désormais cultes. C’est faux, à l'instar de Wasteland 2, UnderRail n’est pas non plus Van Buren. C’est un jeu avec sa propre identité, ses propres ambitions et qui ne vous offrira pas le même type d’expérience. Par contre, il vous offrira un gameplay « old-school » d’une richesse et d’une qualité étonnantes avec un système de craft extrêmement bien pensé. Il vous offrira un jeu tactique qui fera chauffer vos neurones. Un univers plaisant, post-apocalyptique, avec sa dose d’humour noir. Il ne vous fera que peu de cadeaux et ne sera pas là pour vous prendre par la main, ce qui peut être synonyme de frustration mais qui est à mon sens un facteur de liberté.

Il coûte actuellement 8€ et les mérite, il en coûterait le triple je vous dirais la même chose. Que ce soit maintenant ou après la release, si vous prétendez aimer le old-school, ne pas y jouer serait regrettable. Stygian Software a mis à disposition une vielle démo datant de l'alpha 1 et UnderRail est distribué sur Steam, mais aussi en version sans-DRM, vous n'avez donc aucune excuse.

Commentaires (28)

#26

TrollTraya
Garde royal

Ma foi, Abou... Ce n'est pas le premier.
Bon, je ne dis pas que ça à été bien fait, mais d'autres titres l'ont fait, parfois n'importe comment. Le dernier titre ou je l'ai vu, c'est Dead State (ce qui d'ailleurs amenait à des situations assez aberrante par moment... Genre le zombie qui t'entend te battre à dix pas, se retourne, voit un grillage et... Décide de faire tout le tour de la ville pour te choper plutôt que de foncer vers le grillage. Bravo les gars, vous êtes sûr de connaître le genre que vous tentez d'adapter en cRPG ?)
#27

AbounI
Grand gobelin

C'est vrai, j'avais oublier Dead State.Le problème que tu remontes est d'ailleurs soumis à l'ensemble AI+Pathfinding, ce qui peux donner quelques aberrations

As tu d'autres exemple en tête, perso je vois pas?

N'empêche que c'est un concept qui me tient à coeur, et qui tendrait à rendre encore plus utiles les talents de furtivité et de déplacements silencieux qui s'accompagnent, les perso en armures légère serait également récompensés face à ceux qui ont de grosses armures métalliques et encombrante etc etc.Bref, beaucoup de bénéfices en termes de mécaniques
#28

pibola
Garde

Fan de fallout 1 et 2 j'ai fait la démo il doit y avoir une bonne année et j'avais pas du tout accroché à l'époque et c'est bien dommage :(
#29

TrollTraya
Garde royal

Hum... Là maintenant non, je n'ai pas d'autre exemple en tête... Mais j'ai le souvenir de combat dans certains cRPG ou justement je faisais tout pour éloigner les combats de salles secondaires à portes fermées car je savais que sinon les renforts de ces salles là allaient arriver... Mais quel jeu ça concernait, et est-ce qu'il s'agissait d'un système de détection de bruit ou d'un autre système de détection, je ne saurais le dire...




Voir tous