Dimanche 21 Juillet 2019, 00:32     Connectés : 1      Membres : 0


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Preview de Life is Feudal: Your Own

par Iosword 30 Oct 2014 10:00 17

Depuis toujours la culture et les loisirs, au sens large, se nourrissent de nos rêves. Désormais, c'est sur ces songes que se basent ces jeux au financement assez étrange : du crowdfunding à l'early access. Nous n'achetons plus un produit fini, mais des idées et des éventualités. Cela tombe bien, le jeu dont je vais vous parler s'inscrit dans ce cas : il en est aux premiers balbutiements de son alpha et se nomme Life is Feudal: Your Own. C'est un RPG multijoueur - et non un MMO - coopératif qui a un sacré potentiel. Mais, je le dis dès maintenant, c'est un projet ambitieux qui ne réalisera peut-être jamais ses promesses. Alors, si à l'issue de la preview vous voulez l'acheter, faites-le seulement en étant conscient de cela et si l'état actuel du jeu, ainsi que le fait d'offrir votre feedback aux développeurs, vous intéresse.

 

LiF: YO est un jeu autour duquel un engouement s'est vite créé : les 100 000 exemplaires vendus en un mois en sont une belle preuve. Mais, peut-être, n'en avez-vous jamais entendu parler. Donc, sur le papier, il se présente comme un RPG multijoueur/coopératif, sandbox, dans un monde médiéval réaliste, proposant des aspects PvE (craft, construction, survie et vie médiévale) et PvP (des combats avant tout), le tout avec un coté très simulationniste. De quoi laisser place au roleplay, non ?

 

  

Votre but : aboutir à un village aussi paisible.

 

Ne vous avais-je pas dit qu'il vendait du rêve ? Bref, c'est bien gentil tout cela, mais comment ça marche ? Tout d'abord, via des serveurs pouvant contenir maximum 64 joueurs, mais vous pouvez aussi très bien en héberger un sur votre machine et limiter le serveur à un seul slot. En effet, si LiF: YO n'est pas pensé solo - la coopération étant très importante - nous pouvons adapter les règles du serveur et ainsi découvrir et apprendre les mécaniques de jeu avant de nous lancer dans une grande aventure. Côté paramètres, nous pouvons donc régler divers points techniques (port, hébergement, nombre de slots), mais aussi les paramètres de jeu et la difficulté du serveur. Vous pouvez modifier le temps que demandent les interactions, le nombre de points de compétence, le nombre d'animaux sauvage, et les périodes de chasse et de récolte, ainsi que quelques autres détails. En outre, vous devrez choisir un des trois modes de jeu : colonisation, sandbox et permanent death sandbox - qui pour le moment se différencient peu.

Ensuite, une fois arrivé sur le serveur désiré, vous allez devoir créer un personnage qui pour des raisons évidentes sera lié au serveur. Actuellement, toutes les options de la création de personnage ne sont pas implantées, ainsi vous ne pourrez jouer qu'un homme et devrez vous contenter de l'apparence physique par défaut. Néanmoins, vous pouvez déjà choisir parmi trois ethnies - qui par la suite devraient se différencier au niveau physique et statistique. De plus, vous pouvez ajuster vos statistiques (Force, Agilité, Constitution, Volonté, Intelligence), vos compétences de craft et de combat de départ. Notez que contrairement à certains jeux, vous augmenterez aussi vos statistiques, il ne sert donc à rien de réfléchir trop longtemps à la répartition des points - surtout qu'il sera possible de les réassigner.

 

  

Pour le moment, la création de personnage reste assez banale.

 

Vous voilà dans la peau d’un pauvre hère perdu sur le bord d'une plage. Vous êtes dans la tenue d'Adam et vous n'avez pour équipement que quelques biscuits secs. La manière dont vous êtes arrivé sur cette île n'a finalement aucune importance - le jeu n'étant doté d'aucune forme de scénario ou de narration -, mais il va falloir arrêter d'observer les vagues de ce regard hagard et vous mettre à explorer la carte. D'ailleurs, parlons en un peu de ce bout de terre flottant de 9 km². Il est vrai que cela peut paraître petit, la zone de jeu n'est pas énorme. Néanmoins, seuls 64 joueurs peuvent en fouler le sol et vous ne marchez pas bien vite, où tout du moins à une vitesse réaliste pour une fois, même si la donne changera sans doute avec l'apparition des fiers destriers.

Seulement, avant cela votre sang va se glacer dans vos veines, non pas qu'il y ait quelconque danger à l'horizon - même si des loups rodent dans les bois - mais l'interface utilisateur (UI) va en effrayer plus d'un. Rassurez-vous, elle n'est pas mal conçue pour autant et l'on s'y fait vite, mais s'adaptant aux nombreuses interactions qu'offre le jeu, elle est très particulière. D'ailleurs, les développeurs étant conscients de cela, ont mis à disposition des joueurs des tutoriels. Je vais d'ailleurs profiter de cette preview pour vous guider un peu. Voici donc les contrôles de base qui vous seront très utiles pour commencer : F10 vous permettra d'adapter l'interface à votre guise. TAB servira à passer du mode caméra au mode souris. C à passer de la vue FPS à la vue TPS. Le click droit de la souris (ou la touche A) servira à interagir avec l'univers, et un autre click droit sur une interaction du menu la mettra en raccourci par défaut (accessible avec la touche E).

 

  

Oui, pour un non-initié, l'interface peut faire peur.

 

Parlons-donc de cette UI  chargée qui se tient devant vous. Par défaut, vous trouverez en bas à droite : le chat qui servira autant à dialoguer avec d'autres gueux - même si vous pouvez le faire à l'oral via un vocal intégré - qu'à lire les divers messages du jeu et du serveur. En bas au centre, vous aurez des barres de raccourcis à remplir selon vos désirs. Et toujours en bas à gauche, vous trouverez plusieurs choses. De haut en bas, vous aurez tout d'abord une vision miniature de votre anatomie qui vous servira à voir où vos blessures sont situées. Ensuite vous trouverez des barres : la grise est celle d'alignement - système présent mais encore non abouti - et la jaune sera votre jauge de faim. Si elle tombe à zéro vous mourrez, chose assez logique. Encore en dessous vous aurez deux barres : la santé et la fatigue. Ces barres sont elles mêmes divisées en deux catégories : une partie se recharge avec le temps si vous avez des blessures légères ou que vous utilisez votre endurance, l'autre demandera des soins et du repos pour revenir à la normale.

Maintenant que vous avez à peu près compris l'interface, il est temps de parler des interactions que vous aurez avec l'univers. Pour interagir comme dit précédemment il faudra faire un click droit sur l'environnement concerné et un menu d'interaction disponible s'ouvrira. Seulement, si vous pensiez qu'il suffisait de vos mains calleuses pour couper un arbre ou pour creuser, vous vous êtes trompé de jeu. Pour cela, il va vous falloir l'outil adapté et avant de crafter votre pioche primitive, il vous faudra ramasser des fibres de plantes, du silex et des branches. Mais faites attention, si la nuit noire ne recèle pour le moment que peu de danger, il vaudrait mieux avoir un feu de camp pour y voir quelque chose. A force de fouiller à la recherche de ressources, vous augmenterez peu à peu vos compétences et en débloquerez d'autres. Néanmoins, si vous cherchez quelque chose de particulier, n'hésitez pas à bien observer l'environnement et à changer de spot. En effet, outre l'aspect aléatoire de la chose, un arbre ne vous donnera pas un nombre illimité de branches. LiF: YO est un jeu que l'on apprivoise petit à petit en étudiant ce qui nous entoure. La découverte et l’apprentissage font partie du plaisir de jeu, surtout vu la richesse des mécaniques.

 

  

L'inventaire et autres contenants peuvent très vite devenir un joli foutoir.

 

Pour finir les mécaniques de base, parlons un peu d’inventaire, il en existe deux : votre sac - qui d'ailleurs peut vite être très bordélique - et votre menu d'équipement, sachez que plus vous avez d’outils/armes/armures équipés plus vous vous déplacerez lentement. Vous avez aussi accès à une feuille de personnage et à une carte de l'île. Désormais, je vais vous parler de vos compétences. Ici, il ne suffit pas d'avoir les matériaux nécessaires, il faut aussi en avoir les compétences - qui elles même détermineront aussi la qualité de vos items et donc leur efficacité et leur résistance. Je vais donc commencer par vous parler de ce qui est le mieux implanté à ce jour et qui sera votre principale activité : le craft.

En effet, nombre de features manquent encore à l'appel (combat, cavalerie...) en cette early alpha. Mais, très vite, nous comprenons que les développeurs ont surtout mis l'accent sur le craft.  Ce dernier se divise en cinq domaines (Métal, Bois, Nature, Terre, Nourriture). Au début de chaque arbre de compétence nous trouvons les métiers propres à la recherche des matières premières puis nous arrivons peu à peu vers le craft pur et dur. Ainsi un prospecteur pourra devenir mineur puis métallurgiste pour ensuite forger des armes et enfin des armures. Et ce processus se répète pour chaque domaine: pour le bois (Sylviculteur, Bûcheron, Charpentier, Fabricant d'arc et Ingénieur d'arme de siège), pour la nature (Naturaliste, Cueilleur, Herboriste, Guérisseur, Alchimiste), pour la terre (Pelleteur, Tailleur de pierre, Constructeur, Maçon, Architecte) et pour la nourriture (Fermier, Éleveur, Boucher, Cuisinier, Tailleur). En plus de cela vous aurez d'autres crafts plus généraux comme la Pèche & la chasse et tout ce qui concerne la religion - d'autres comme les arts ou la bijouterie n'étant pas encore implantés.

 

  

Feuille de personnage et livre de compétence.

 

Au niveau des autres compétences, il y a bien entendu tout ce qui attrait aux joies de la guerre. Actuellement, tout ce qui concerne le port d'armure et d'arme est implanté (sinon les armes de jets), bien qu’ils ne soit pas possible d'augmenter ses compétences à l'arc - d'un coté, la visée à l'arc est, pour le moment, assez aléatoire. Au niveau des features prévues nous retrouvons tout ce qui concerne la cavalerie, les cris de guerre, la pénétration d'armure, l'entretien d'équipement, les armes de sièges, le combat à mains nues, les premiers soins, et quelques autres. Mais aussi dans les compétences mineures : l'escalade, la nage et l'autorité (qui vous permettra de revendiquer des terres). Outre cela, le combat (et le PvP) n'est pour le moment pas très fluide. Cela est du à un système de combat pour le moment assez imprécis (doté de trois coup dont une charge) et surtout aux hitboxes qui ne sont pas très bien définies. Néanmoins, pour rappel, ce n'est qu'un début d'alpha. Mais, en raison de cela, je ne vous parlerai pas plus de ces systèmes.

Jouer à LiF: YO en ce moment vaut donc surtout pour le craft, vous pourrez déjà vous amuser à construire petit hameaux qui évolueront en villages, des fermes, des mines... Puis vous pourrez devenir le meilleur forgeron de votre petite communauté. Tout cela me permet d'enchaîner sur un point très important : la coopération. Au final rares sont les jeux multijoueurs où coopérer en permanence est obligatoire, mais il se trouve que ce jeu fait partie de cette catégorie. En effet, vos points de compétences sont limités (à un nombre dépendant du serveur) et même si vous pourrez les réaffecter et choisir les compétences à faire évoluer ou régresser, vous ne pourrez jamais tout faire. De plus, les métiers se complètent. Ainsi, pour exemple, un menuisier aura besoin de colle à bois issue de boyaux d'animaux que produira un boucher. Dernier point sur les compétences : sachez que celles-ci vont du niveau 1 à 100 en étant divisées en quatre paliers, chaque palier vous apportera de nouvelles compétences et/ou recette de craft.

 

  

Avant de créer vos outils, il va falloir se salir les mains.

 

Aussi, si jamais vous voulez jouer sur un serveur, il va falloir s'adapter à la vie communautaire et faire, certes un métier qui vous plaira, mais avant tout un métier utile à tous. Et ceci est sans doute, un des points que je préfère chez LiF: YO, c'est un réel jeu multijoueur et non pas un jeu où nous pouvons tout faire seul et où parfois l'entraide est nécessaire. Il faut donc que cette optique vous plaise mais aussi trouver un serveur sympathique muni d'un vocal ou jouer avec des amis. De plus, c'est aussi un jeu qui vous demandera du temps, tant pour l'apprentissage que pour toute les actions. Récolter de l'herbe ou couper du bois, cela ne se fait pas en deux secondes. Et cela LiF vous l'apprends très bien, aussi c'est tout un travail que de fonder un village et tout ce qui est nécessaire pour la survie de la communauté. Mais tout cela ne fait que favoriser le travail en équipe. De plus, LiF: YO est un jeu sandbox, certes, il n'y aura aucune narration et aucun lien entre vous et les autres joueurs que ceux que vous voudrez bien créer. Mais cela signifie aussi que le jeu laisse libre court à votre imagination, à vos envies et à tout ce qui peut être possible (commerce, roleplay, diplomatie...). Et d'ailleurs, des serveurs roleplay, il en existe déjà et pour peu de trouver une bonne communauté, l'expérience peut être très plaisante.

Mais, ce n'est pas non plus un jeu parfait loin de là. Tout d'abord, nombre de mécaniques manquent à l'appel, logique pour une alpha mais cela, il faut en être conscient avant d'acheter le jeu. Surtout que l'on ne connaît pas le temps de développement qui va être nécessaire et quand certaines features arriveront. De plus, LiF: YO est aussi un jeu soumis à nombre de bugs, de problèmes d'optimisation, de latence et de crashs serveurs. Bien sur cela dépendra de l'hébergeur, mais force est d'admettre que le jeu n'est pas optimisé. Seulement, c'est aussi cela les risques de l'early access et s'il on en est conscient cela ne gâche pas le plaisir de jeu - ça empêche juste de faire des sessions trop longues.

 

  

Voici notre petite installation paisible au bord du lac.

 

Avant de conclure cette preview j'aimerai m'arrêter sur un dernier point. Life is Feudal ce n'est pas un mais deux jeux. Your Own dont je vous ait parlé ici et qui est donc un jeu multijoueur (64 joueurs max) et un MMO nommé sobrement LiF:MMO. Your Own sert un peu de version test, pour savoir s'il y a un public mais aussi pour les mécaniques de jeu car beaucoup seront communes. Mais pour reprendre ce que m'a dit un développeur, le développement des deux jeux se fera avec équité, là où ils se différencieront vraiment est que Your Own permettra plus de modifications libres (des mods peut-être ?), là où le MMO sera plus massif et proposera des vrais sièges, villes, des guildes, des intrigues politiques, des règles fixées par les développeurs, le tout dans un monde bien plus vaste. De plus les acheteurs de Your Own se verront offrir un slot de personnage sur le MMORPG - bien que pour le moment, c'est une chose assez obscure. Pour en savoir plus sur les différences entre ces deux jeux : c'est par ici.

 

En conclusion, j'ai beaucoup aimé Life is Feudal : Your Own, c'est typiquement le genre de jeu où je pourrais perdre un temps fou. Certes, pour le moment il n'y a que le système de craft pour nous occuper mais ce dernier est déjà très complet. De plus être ainsi plongé dans un univers médiéval réaliste avec un coté sandbox qui fonctionne à merveille : c'est une réelle joie. Ainsi, nous nous fixons nos propres règles et nos propres envies. En outre, comme le jeu est pensé de telle sorte que la coopération soit obligatoire, nous sommes devant un vrai jeu multijoueur, ce qui est malheureusement trop rare. Pour le moment, LiF: YO part donc très bien, et j'avoue attendre encore beaucoup des prochaines features - et des prochains patchs. S'il évolue comme le promettent les développeurs, Your Own pourrait devenir un incontournable qui possède, en plus, de solides mécaniques RPG. Je me permettrais néanmoins de vous rappeler qu'il est actuellement en alpha, aussi ne l'achetez que si l'état actuel du jeu vous plait et que vous avez un petit coté masochiste. Car si LiF: YO peut valoir aux yeux de certains les 30 deniers demandés, rien ne dit qu'il verra vraiment le jour.

Commentaires (17)

#2

Armancia
Chevalier

Très bonne preview, pour un jeu qui mérite de faire parler de lui !
#3

Chinaski
Grand chevalier

Un projet vraiment intéressant.
Juste pour dire un truc un peu horrible, mais pour qu'elle soit médiévale et crédible, la création de de personnage ne devrait pas permettre de jouer une femme aussi facilement qu'un homme ; avec des malus sociaux ou une limite par serveur ?
On parle quand même d'une époque pendant laquelle la majorité des femmes étaient considérées comme trop faibles et trop perverties pour avoir droit à une quelconque responsabilité...
Ce serait surement pousser le réalisme un peu loin, je l'admet, mais je rêve d'une véritable simulation médiévale ( et féodale ), historiquement documentée et avec tout ce que ça implique de bonnes et mauvaises choses ( en l'occurrence mauvaise... ), au niveau culturel, législatif et religieux... Ca restera un rêve, je pense.
Mais au moins, si on peu jouer une femme, qu'on puisse s"équiper d'armure classique, et pas des cuirasses en forme de boobs tirées d'un fantasme ado... please !
#4

Simonosaurus
Noble

Ouais enfin, y'a aussi eu des femmes de pouvoir au moyen âge, et je suppose que d'une culture à l'autre, les femmes n'étaient pas forcément considérées de la même façon.
Qui plus est, ce n'est pas parce qu'un jeu se veut médiéval et réaliste qu'il doit copier en tout point le moyen âge tel qu'on l'a connu (ou tel qu'on se le représente plutôt, avec tous les clichés qui vont avec). Question culture/politique, on peut inventer ce qu'on veut du moment que ça ne tombe pas dans le grand n'importe quoi (enfin, dans le cas présent, faut garder le système féodal quand même).
En fait, aller jusqu'à reproduire un certain type de culture et de moeurs, ça serait judicieux si le jeu reproduisait aussi une contrée réelle, un comté qui aurait existé. Mais ce n'est pas le cas.

C'est plutôt aux joueurs d'intégrer ce genre de subtilité, dans le cadre d'un RP.
#5

Armancia
Chevalier

Il faudrait arrêter de prendre pour vrai la doctrine historique du XIXème siècle sur la condition des femmes au moyen age. C’était surtout vrai pour la noblesse à cause des obligations de succession. Mais les femmes du petit peuple étaient relativement libres socialement.

Un petit reportage en anglais sur la condition réelle des femmes à cette époque. Je ne trouve plus la vf

https://www.youtube.com/watch?v=L1YQwlzdh14&list=PLOOnxBL_mPE0wuoM4kuASUpHlEaE-DDys&index=3

Message édité pour la dernière fois le : 30/10/2014 à 23:57

#6

Chinaski
Grand chevalier

Qui plus est, ce n'est pas parce qu'un jeu se veut médiéval et réaliste qu'il doit copier en tout point le moyen âge tel qu'on l'a connu (ou tel qu'on se le représente plutôt, avec tous les clichés qui vont avec)

Non mais je ne dis pas qu'il FAUT que ce soit fait... Juste que j'aimerais jouer à un vrai jeu médiéval, dans tout le sens du terme. Simple évocation, mais bon...

Et ce ne sont pas des "clichés". La majorité des femmes avait un statut proche de celui d'esclave pour leur mari, qui avait le droit de vie et de mort sur elle, avec toutes les limites que ça implique. Bien sûr c'est à nuancer en fonction des affections qui ont eu lieu, mais les codes de lois restent clair.
Il y a bien eu quelques exceptions : écrivains (Christine de Pizan ), guerrières ( Jeanne évidemment, mais pas seulement ), mais surtout des veuves, célèbres pour avoir géré efficacement les terres de feu leurs maris, saisissant l'occasion de démontré leurs égales compétences avec les hommes... Mais elles restent exceptionnelles ! Et le simple fait qu'elles aient autant fait parler d'elle ce faisant prouve bien leur statut d'exception.

@Armancia, il faut aussi arrêter de prendre les documentaires de Terry Jones pour argent content. Le monsieur ( que je respecte beaucoup, par ailleurs ) fait de l'histoire très "orientée", qui sert plus son propos gauchiste au présent que la véracité historique au passé. Regardes son documentaire sur les barbares et Rome pour t'en convaincre... Ou son Medieval lives sur l'église...
De plus, il me semble que ce doc-ci parle de l'amour courtois et ne s'applique qu'à une infime partie des femmes de l'époque, les filles de nobles.

Mais bref, ce jeu m'intéresse, quand bien même il n'est pas la simulation médiéval totale que je fantasme.

Message édité pour la dernière fois le : 31/10/2014 à 00:37

#7

Montaron
Seigneur

les documentaires de Terry Jones


Le mec des Monty Python ?!
#8

Chinaski
Grand chevalier

Yep ! Lui-même.
Il prépare un nouveau film d'ailleurs, avec Simon Pegg. Je suis heureux.
#9

Armancia
Chevalier



@Armancia, il faut aussi arrêter de prendre les documentaires de Terry Jones pour argent content. Le monsieur ( que je respecte beaucoup, par ailleurs ) fait de l'histoire très "orientée", qui sert plus son propos gauchiste au présent que la véracité historique au passé. Regardes son documentaire sur les barbares et Rome pour t'en convaincre... Ou son Medieval lives sur l'église...
De plus, il me semble que ce doc-ci parle de l'amour courtois et ne s'applique qu'à une infime partie des femmes de l'époque, les filles de nobles.



j'ai pris ce documentaire vu que c'est connu, mais c'est loin d'être le seul à dire que les femmes du moyen age avaient une condition moins déplorable que ce qui est raconté habituellement.
Déjà le statut de serf était restrictif et c'est indépendamment du sexe. Ensuite la condition a varié au fil du temps et de l'espace donc je trouve tes conclusions hâtives.
#10

Chinaski
Grand chevalier

c'est loin d'être le seul à dire que les femmes du moyen age avaient une condition moins déplorable que ce qui est raconté habituellement.

Quels doc ? Ca m'intéresse.

Ensuite la condition a varié au fil du temps et de l'espace donc je trouve tes conclusions hâtives.

On parle bien du moyen-âge ( haut et bas ) en Europe ? En tout cas c'est de ça que je parle.
Ce ne sont pas mes conclusions, elles appartiennent aux historiens.
#11

Simonosaurus
Noble

Non mais je ne dis pas qu'il FAUT que ce soit fait... Juste que j'aimerais jouer à un vrai jeu médiéval, dans tout le sens du terme. Simple évocation, mais bon...

Non mais moi ce qui me parait excessif c'est cette idée comme quoi un jeu comme LiF n'est ni vraiment médiéval ni vraiment crédible si les PJ femmes ne sont pas d'office désavantagées. Alors tu ne dis peut être pas que le jeu doit absolument être comme ça, mais tu dis bel et bien qu'il doit être comme ça pour être médiéval, crédible, véritable, et c'est bien sur ça que je réagissais.

Alors on peut se dire que ce n'est qu'une question de point de vue, mais pourtant, je trouve que le jeu perdrait justement en crédibilité s'il imposait que les personnages femmes soient désavantagées. Car comme tu l'as reconnu toi même, il y a eu des femmes qui ont fait exception (et ça m'étonnerait qu'on les connaisse toutes), or un tel système dans le jeu risquerait de tuer dans l'oeuf ce qui a pourtant bien existé. Ou alors il faut trouver autre chose.
Après comme je le disais, rien n'empêche les joueurs de reconstituer un lieu ou une culture précise qui amènerait à ce genre de subtilité. Et moi le premier je trouverais ça très intéressant.
#12

Chinaski
Grand chevalier

En matière d'imagination, l'excès n'existe pas.

Et je pense au contraire que ça apporterai une expérience supplémentaire intéressante pour un joueur, comme dans ces bon vieux rpg où ton score d'intelligence détermine tes choix de réponses ( du simple "agheu" à la longue tirade sophiste... ). Il n'est pas vraiment question de limites, mais plus de variantes de gameplay...

Je m'étonne quand même que ça fassent réagir autant de monde, la peine de mort, la torture, le racisme et l'esclavage au sens propre du terme ( je continue de penser que les femmes au moyen-âge ont subi une forme hypocrite d'esclavage, n'en déplaise aux romantiques ), présent dans quasiment tout les rpg modernes semblent passer comme une lettre à la poste sans être taxés d'excessifs...

De toutes manières, ce n'était que l'expression d'un désir, il faut bien finir par le comprendre, qui de plus n'obtiendra sûrement jamais satisfaction.

Message édité pour la dernière fois le : 02/11/2014 à 02:26

#13

Simonosaurus
Noble

Je sais bien que ce n'est qu'un désir, mais tu l'as exprimé sur un forum public et j'ai rebondis là dessus, c'est tout. Je trouvais que ton idée était mauvaise (telle qu'elle était exprimée et imaginée du moins) et je l'ai dis et j'ai expliqué pourquoi, sans animosité ni condescendance.

Et non je ne suis pas spécialement un romantique qui accepterait des trucs horribles mais s'offusquerait si ça concernait des personnages femmes. Je n'ai aucun problème avec les univers machos ^^ (j'avais d'ailleurs bien précisé que c'était un RP que je voyais plutôt venir des joueurs, donc c'est pas une idée qui me gêne)
Mais à partir du moment où un univers ne reproduit pas une culture ou une contrée précise, mais seulement de la technologie d'époque, alors on peut imaginer ce qu'on veut tant que ça ne touche pas à la technologie. En tant que MMORPG sandbox sans réel background autre qu'un moyen âge technologique sans elfes, je trouverais dommage que LiF mette des contraintes qui ne soient pas justifiées par une reconstitution précise, un univers précis ou un RP choisi par les joueurs.
Au final, c'est bien l'imagination que je défends, le choix laissé aux joueurs dans le cas présent. J'imagine sans peine des sociétés différentes selon les serveurs.
#14

Chinaski
Grand chevalier

Pas de problèmes, on a pas les même envies de gameplay, c'est tout.
Tant que ce n'est pas une réaction de défense d'on ne sait quel "politiquement correct" ( qui a de sérieux défenseurs sur internet en général, à mon plus grand regret )... J'ai eu peur à un moment que ce soit le cas, mais non

Mais je me suis laissé aller à un gros hs de plusieurs messages avec tout ça, maintenant j'arrête !
Le jeu, le jeu, y'a que ça qui compte ! Et celui-ci est prometteur, s'il nous permet au final autre chose que du craft, j'entends.

Message édité pour la dernière fois le : 03/11/2014 à 02:43

#15

Rollerrat
Citoyen

Dans la série « réflexions inutiles [et tardives] d'un rat roulant » :

Et si le politiquement correct se nichait, aussi, dans le rêve d'une inaccessible réalité, imaginée historiquement correcte ? Dans l'hypothèse où l'un ferait le reproche de cette pensée « correcte » à autrui, il se retrouverait à devoir s'en faire le reproche à lui même. Mais il est parfois bon (utile et/ou agréable) d'être indulgent envers soi-même et envers autrui ^^ C'est un premier pas vers une compréhension plus… vaste de « la réalité ».

Et si il était donné à un adulte de redevenir enfant, sans perdre tout ce qui fait qu'il est « lui » aujourd'hui, aurait-il accès à ce qu'était « la réalité » de l'enfant d'alors ? Bien sûr que non : tout ce qui le constitue aujourd'hui viendrait interférer avec ce qu'il était avant. Et il est parfois bon (utile et/ou agréable) de laisser la mémoire faire son tri et l'imagination de la recomposer… comme elle peut, comme elle « veut ». Ces pas là, ces pas-là, ces plus-là, c'est plus là, ces bulles là constituent une appréhension plus… présente de « la réalité ».

Si on ajoute à ça la difficulté de reconstituer « la réalité » historique de prédécesseurs dont nous sommes séparés par des dizaines de générations ET la dérisoire capacité de nos jouets informatiques à simuler des réalités bien mieux connues et limitées que ça ET la propension des sociétés à nous servir une version très « intéressée » de LARÉALITÉ… on peut se demander combien de morceaux de réalité il resterait dans une implémentation. Je tente une estimation chiffrée : 0 ^^(bon ok, ils avaient probablement aussi 2 jambes, 2 bras, un cerveau, une langue, des vaches, des maîtres, des larbins, tout ça tout ça)

Mais eux aussi des fois, ils devaient rêver et papoter en espaces publics. C'est ça qu'est cool ! ;-)
#16

Chinaski
Grand chevalier

Présentement, je joue a Lemmings 2 The Tribes alors que je dois me lever dans quatre heures, je plutôt l'impression de décomposer ma réalité historique...
#17

Rollerrat
Citoyen

Présentement, je joue a Lemmings 2 The Tribes
Je vois ce que c'est : comme tu peux pas avoir le Moyen-âge, tu remontes à l'antiquité. C'est pas con.

Le manque de sommeil par contre, c'est très mauvais pour l'imagination (entre autres).
#18

Chinaski
Grand chevalier

Le manque de sommeil par contre, c'est très mauvais pour l'imagination (entre autres).

C'est mauvais pour tout, je confirme...




Voir tous