Lundi 01 Juin 2020, 18:01     Connectés : 7      Membres : 6


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Preview de Chaos

par Leuffen 02 Oct 2014 10:00 6

Joueurs du dimanche et noctambules, vous me trouvez aujourd'hui face à un dilemne. Je suis en effet sensé vous présenter ici mes premières impressions sur la phase de bêta fermée de Chaos, un hack'n slash se trouvant toujours sur le plan de travail du studio français 4Realms... et celles-ci se révèlent plus que mitigées. Dois-je vous les révéler tout de même, au risque de vous faire fuir et de me faire lapider à coups de loutre par l'équipe ?

Mon bushidô personnel m'y oblige, mais gardez à l'esprit qu'il ne s'agit encore que d'un fragment de bêta accessible durant trois semaines et qu'il convient de prendre avec des pincettes. Que dis-je, des pinces à homard !

 

D'abord une petite piqûre de rappel. Chaos, l'enfant premier-né de 4Realms​, se veut donc être un hack'n slash en 3D impliquant dix classes de personnages, de l'exploration en solo et en multijoueur via un hébergement de partie par un hôte, du PVP en session privée, du craft, de l'embauche de mercenaire et un univers dark-fantasy. Un mélange donc plutôt savoureux qui à l'heure actuelle serait uniquement envisagé en langue de Shakespeare.      Lorqu'on m'a mis le bestiaux entre les mains, des échos de mes aventures sur Path of Exile, Diablo II, Titanquest et autres assimilés sont venus me chatouiller l'arrière du crâne avant même que je ne le lance, ce qui explique sans doute que j'ai pris à la légère la note explicative sur le forum des développeurs.

Il y était pourtant écrit noir sur blanc une énumération non-exhaustive des multiples restrictions de cette version du jeu, ainsi que de toutes les fonctionnalités qui n'ont pas encore implantées. A ce titre on peut citer le fait que la session d'essai de trois semaines soit limitée à un seul donjon et aux quatre quêtes qui y sont associées. Après un haussement de sourcil optimiste - oui, je dispose d'une pilosité faciale d'une grande expressivité - je lançai la bête. J'aurais mieux fait de rester chez moi à faire des chaises en bois, comme le dit la chanson. 

 

   

Le pal... gardien, tank par excellence

 

L'écran de création des personnages m'a accueilli et m'a proposé quatre archétypes de personnage sur les dix prévus : gardien - sous-entendre paladin -, guerrier, archimage et prétresse. Si j'en crois ce que m'a raconté l'interface actuelle, les possibiltés de personnalisation seront limitées à une différence de genre. Peu importe, me voilà aux commande de Leuffen mc Kernick, fier défenseur du genre humain en armure de plaques contre l'invasion des Ténèbres. Dès mon arrivée, un parchemin déroulant m'a fait un rapide résumé d'un scénario pouvant se résumer à une lutte élémentaire entre l'humanité et des forces maléfiques. Comme vous pouvez vous en douter, les hommes sont en train de se prendre une pâtée mémorable et vous représentez l'un des seuls espoirs de sauver le monde.     Le scénario étant généralement à peine plus qu'une vague notion dans les jeux de ce genre, j'ai donc passé outre et poursuivi mon chemin.

Premier constat : l'ensemble est loin d'être laid. Les décors sont sombres et un peu anguleux, mais forment un ensemble relativement harmonieux qui n'est pas sans me rappeler le défunt Wizardry Online​, sans compter les musiques d'ambiance qui sont inspirées. La vue à la troisième personne permet d'avoir une vision globale de l'environnement, et les animations du héros ainsi que celles des ennemis sont fluides. Ce n'est pas encore le cas des PNJ, même s'ils sont capables de vous débiter quelques lignes de texte et de vous vendre armes, équipements et potions en tous genres à des prix exorbitants. L'inventaire est par ailleurs géré de façon simple mais efficace : sept emplacements de pièces d'armure, un pour l'arme, un pour l'éventuel bouclier, et un sac à cases pour le reste de vos trouvailles. Le coffre de ville promis par les développeurs ne semble pas être encore d'actualité, mais il sera sûrement tout aussi indispensable qu'il ne l'est dans les autres jeux du même genre.

 

   

Good old jolly cooperation ou pas, les monstres ne vous laisseront aucun répit

 

A présent, quid de l'exploration de donjon en elle-même ?

Si l'on met de côté les problèmes d'équilibrage auxquels on peut s'attendre au cours d'une bêta fermée - tels que le pathfinding approximatif des ennemis, la rareté des récompenses ou le fait que pénétrer dans une pièce où se trouvent plus de quatre adversaires alors que vous vous la jouez solo soit suicidaire -, l'expérience s'est révélée assez peu excitante.

Chaque classe dispose de six compétences dont les paramètres - par là j'entend leur coût en mana, leur temps de récupération, leur puissance, etc - peuvent être améliorés lors des changements de niveau, ce qui permet d'optimiser son personnage selon la sainte Trinité tank / heal / DPS. Il faut bien cela pour venir à bout des multiples squelettes, nécromants, fantômes et araignées géantes qui vous sautent à la figure. Un bestiaire pour l'instant peu varié mais dont le nombre et l'agressivité compensent la faible force de frappe : moins rapides que vous, les ennemis vous poursuivent jusqu'à l'entrée du donjon aléatoirement généré.  Une bonne idée à mon sens.

Si les niveaux ne sont pas d'une grande complexité, j'ai été un peu dépité de n'y trouver aucun élément interactif alors que la commande existe dans les menus. Une torture insoutenable lorsqu'une palanquée de tonneaux, caisses et coffres vous fait de l'oeil. Néanmoins l'ambiance sinistrement dépouillée des souterrains infestés de saleté cliquetantes est plutôt réussie, même si le prix à payer en cas de mort - à peine quelques pièces d'or tant qu'on ne taquine pas le mode hardcore - empêche de se sentir véritablement oppressé, pris dans l'ambiance.

 

Au final, que penser de cette bêta fermée ?

Comme dirait un grand acteur français : "Y'a comme un goût de pomme". Il y a évidemment comme un goût de trop peu à cette session, et on peut regretter que les développeurs ne nous aient pas servis une version du jeu aux mécaniques plus abouties... Mais ce que j'ai pu en voir était aussi prometteur que dépourvu de bug digne de ce nom. Le tout ne donne pas l'impression de réinventer l'eau chaude avec son univers et son gameplay peu original, mais laissons à 4Realms l'opportunité de faire ses preuves en implantant tout ce avec quoi ils nous ont appâté.

Puissiez-vous y trouver votre Carthage.

Commentaires (6)

#2

Lhokyr
Villageois

C'est quand même ridicule que le jeu soit développé par un studio français et qu'il ne soit prévu qu'en anglais...

Message édité pour la dernière fois le : 02/10/2014 à 10:23

#3

mophentos
Paladin

C'est quand même ridicule que le jeu soit développé par un studio français et qu'il ne soit prévu qu'en anglais...


ils ont expliqué les raisons dans leur topique dédié.

mais sinon vu que ce n'est qu'une beta, je vais attendre une version plus fini avant de me juger le jeu définitivement :)
#4

auty01
Citoyen

"Puissiez-vous y trouver votre Carthage."

Que quelqu'un m'explique cet expression (?) T_T
#5

Lairanza
Garde

Carthage était très puissant et très riche dans l'Antiquité. Donc pour l'expression...
#6

Leuffen
Guerrier

Une expression de mon cru.
Carthage était puissante, c'était même le principal rival de Rome... mais tout ce qu'on en sait, c'est par ce que les romains en disent dans leurs chroniques, ce qui est en général assez glauque. Une civilisation aussi riche que la leur devait être un trésor, perdu à jamais. D'où mon expression "A vous de voir si il s'agit d'un trésor ou d'un truc à détruire à tout prix sous votre mépris".

C'est assez clair ?

Message édité pour la dernière fois le : 02/10/2014 à 23:52

#7

auty01
Citoyen

C'est clair, oui. Je sais maintenant pourquoi je n'avais jamais entendu cette expression, ni pourquoi je ne trouvais rien dessus sur le net.




Voir tous