Lundi 01 Juin 2020, 19:09     Connectés : 4      Membres : 3


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Chronique #27 : Rédemption, Dévotion

par Iosword 03 Sep 2014 10:00 4

Aujourd'hui nous nous retrouvons pour une nouvelle chronique sous l'égide de la bande dessinée française. Cette fois-ci, nous allons nous intéresser à Rédemption et plus exactement à son premier tome nommé Dévotion. Cette série, qui s'annonce courte et intense, nous plonge au XII ème siècle, en plein coeur de la troisième croisade. Ce thème lourd donne aussi écho à l'actualité si on y réfléchit bien, pour citer ce premier Tome : "Jérusalem, cité de tous les conflits. Dans mille ans, elle sera encore en guerre." Mais, je ne vais pas m'aventurer sur ce terrain glissant, mes chers gobelins, retournons plutôt dans le passé et mêlons fait historique et fiction !

 

 

Synopsis :

1190 – Comté du Rouergue en France.
Bernard le pèlerin, un moine cruel au service du pape, sillonne le comté semant la terreur dans les villages qu’il traverse. Sa mission : constituer une armés de "croisés" afin de libérer le tombeau du Christ à Jérusalem. Dans ce but, il rend visite au bailli Tancrède Delaridelle qui lui fait un accueil des plus hostiles. Mais le moine est un homme retors qui n'entend pas que l'on contrarie ses plans et il décide de former une mauvaise troupe de repris de justice pour forcer la main aux villageois.


À quelques lieux de là, Adhémar de Montfort, vétéran des croisades, vit seul dans une extrême pauvreté. De son passé tourmenté au service du roi, il ne demeure que son immense épée accrochée au-dessus de l'âtre de sa cheminée. Rongé par la culpabilité de ses actes et des violences qu'il a commis au nom de Dieu, il vit reclus sur lui-même.


Jusqu'au jour où un jeune paysan vient lui demander de l’aide pour sauver son village des violences du moine Bernard. D’abord réticent à l’idée de devenir un mercenaire, Adhémar accepte et reforme sa troupe de chiens de guerre avec ses anciens compagnons, tous encore hantés par les atrocités commises en Terre Sainte. En allant sauver ces villageois, Adhémar se voit offrir une ultime chance de rédemption...

 

  

Les deux premières planches du tome.

 

L'avis de RPG FRANCE :

 

Ah, les guerres de religion... Une époque bien barbare et sanglante que celle-ci. Et c'est justement ce que met en avant ce premier tome : la cruauté des hommes. Ainsi, c'est via Adhémar de Montfort, personnage principal, que nous découvrons cette Europe bien différente. Adhémar est à la recherche de rédemption pour les crimes atroces qu'il a commis lors de la deuxième croisade, il y a plus de trente ans. Une chance pour lui, le destin ou même Dieu semble lui offrir une chance de se racheter en protégeant des innocents après en avoir tant massacré. De l'autre côté, le seigneur Tancrède Delarille est lui aussi un vétéran des croisades et l'action prend place sur ses terres, mais il ne peut se permettre de prendre le parti de ses serfs sans menacer ce à quoi il tient. Deux hommes assez proches que la série opposera probablement. Le troisième personnage important est Bernard Le Pelerin, envoyé par le Saint-Siège pour recruter des troupes pour la troisième croisade. Pour cela, il use de méthodes peu catholiques - c'est le cas de le dire - ce qui semble en faire l'antagoniste froid et tyrannique de la série.

Si l'intrigue est assez classique, elle est très bien menée et l'on ne s'ennuie pas une seconde dans ce premier tome qui prend le temps de poser un certain nombre de personnages. Le découpage des différentes actions est bon et le tout est très bien rythmé. Ma seule remarque serait qu'il y a trop de personnages d'un coup ou que certaines scènes semblent être négligeables et ralentir l'action. Mais ces scènes seront peut-être essentielles pour la suite.

Dévotion prend aussi le temps de philosopher sur les valeurs chevaleresques (courage, générosité, sacrifice et don de soi, ...) et sur l'intêret des guerres saintes. Si certains personnages sont dépeins tel des êtres inhumains, d'autres ne sont que des hommes ou des femmes ayant chacun leur vie et leurs difficultés, leurs passions et leurs tourments, leur passé et leur vision de Dieu et de l'Eglise. Quant au contexte historique, l'époque médiévale est bien retranscrite et l'auteur semble avoir vraiment cherché à accorder faits historiques et fiction.

 

  

Troisième et quatrième planches du tome.

 

Pour ceux qui connaissent le scénariste Nicolas Tackian - auteur du Syndrome de Caïn mais aussi scénariste pour la télévision sur la série Inquisito - il ne quitte pas ce qui semble être ses deux domaines de prédilection : l'ésotérisme et l'histoire. Quant aux dessins, j'avoue ne pas connaître l'illustrateur Lajos Farkas et n'avoir rien trouvé sur lui. Je ne sais donc pas si c'est sa première oeuvre ou s'il avait déjà fait ses armes avant. Aussi l'illustration est assez inégale. En effet, le style graphique est très appréciable et le travail réalisé est d'une grande qualité mais parfois, des problèmes de perspective sont visibles et ont tendance à déformer les visages au point de rendre méconnaissable les personnages. Au niveau de la couleur, ce premier tome reste dans les tons sombres, voir ternes ce qui est en adéquation avec le sujet et l'époque évoqués.

D'ailleurs, ceci me permet de parler du public à qui s'adresse cette série. Rédemption n'est assurément pas une série pour les jeunes adolescents, mais vise plutôt un public adulte. Cela se ressent aussi bien dans les thèmes évoqués que dans l'imagerie parfois un peu trash - au point d'être voyeuriste. 

Pour conclure, ce premier tome m'a séduite et je me jeterai sur la suite quand elle sortira. Après, j'espère que la série ne se perdra pas dans une philosophie pseudo-mystique et moralisatrice. Mais en cela, j'ai assez confiance dans le scénario.

 

 Livre  :

  

  

Cinquième et sixième planche du tome.

 

Commentaires (4)

#2

Moussur
Citoyen

Je connaissais absolument pas, j'irais lire, merci du conseil!
#3

ZED
Guerrier

et bien c'est sympa de parler de l'album et merci pour cette gentille critique les amishs. Je jure sur mes enfants que je ne vais pas sombrer dans la "philosophie pseudo-mystique et moralisatrice"

#4

Iosword
Grand chevalier

Je jure sur mes enfants que je ne vais pas sombrer dans la "philosophie pseudo-mystique et moralisatrice"

#5

DAlth
Garde royal

Graphiquement ça me fait penser à Thorgal.

Bravo pour ton article.




Voir tous