Lundi 17 Juin 2019, 23:20     Connectés : 3      Membres : 2


Mot de passe oublié ?

Pas encore de compte ?

Les Presqu'RPG #2 : Destiny... des Shooters, des Planètes... et des RPG ?

par eronman 02 Aoû 2014 17:05 10

Alors que la Beta du futur MMOFPS de BUNGIE vient de se terminer, il m’a semblé bon de revenir sur la genèse d'un style de jeux hybride.

Si... vous savez... ces jeux mutants par leur caractère évolutionniste au sens Darwinien du terme, et dont les mécaniques reposent en grande partie sur quelques uns des fondements de notre style de prédilection, à savoir les jeux de rôle ou RPG.

Afin de circonscrire le sujet, je n’irai chercher mes références que du côté des univers estampillées science-fiction, futuristes ou du « space opéra » et comprenant des fonctionnalités en ligne imbriquées avec l’aventure principale.


 

L’un des pionniers en la matière, et qui eu la lourde tâche de populariser ce concept en amenant le genre global du MMO sur consoles fut Phantasy Star Online. Ce TPS/MMO est sorti en 2001 dans nos contrées sur la console de SEGA, feu la Dreamcast. Nous parlons évidemment d’un temps où jouer à un MMO était possible en 56k, autant dire que c’est de la préhistoire… Pourtant, treize ans plus tard, le concept reste valable.

Le fondement de Phantasy Star Online était basé sur de la coopération, avec des missions toutes accessibles depuis une base (ou « safe place ») appelée pour l’occasion « Le Dôme ». Ce premier concept de « safe place », très largement emprunté aux RPG et Hack’n’Slash de l’époque, est aujourd’hui bel est bien présent dans la plupart des jeux du genre, Final Fantasy XIV : A Realm Reborn n’échappant pas à la règle. Cela est d’ailleurs encore plus flagrant dans Destiny, au sein duquel ce lieu est sobrement baptisé « La Tour » et ressemble à s’y méprendre à ce qui était proposé dans Phantasy Star Online. C’est en ce lieu, comme dans beaucoup de MMO, qu’il vous sera possible de rencontrer d’autres joueurs de tous poils en dehors du contexte des quêtes et combats acharnés contre le mal.

 

  

PSO est sans aucun doute le tout premier représentant du genre auprès du grand public

 

Un autre aspect troublant dans la conception de Destiny est l’impression de « déjà vu » pour quiconque a déjà joué à Borderlands, licence qui empruntait elle-même tellement de concepts au RPG et au Hack'n'Slash qu’elle fut traité et largement débattue dans les colonnes d’RPG France. Entre la possibilité du choix de la classe, le leveling outrancier et le loot sans fin dans un univers SF, le tout en coopération : aucun doute n’est possible sur le parallèle évident qui existe entre ces deux licences.

Quelques différences marquent cependant un niveau encore supérieur dans la mutation opérée par Destiny par rapport à ses aînés, puisqu’il va jusqu’à offrir le choix d’une race parmi trois, la possibilité très bien pensée de personnaliser de façon poussée son avatar, ou encore du crafting basé sur le démantèlement d’armes et d’armures, la récupération de matériaux et de codes et autres plans.

L’exploration, autrefois elle aussi caractéristique quasi identitaire des seuls RPG et Hack’n’Slash, tient une part non négligeable du gameplay des licences précitées, avec une dose de loot destinée à satisfaire les besoins d’amélioration de l’arsenal du joueur. A contrario, d’autres homologues free to play comme Warframe par exemple, prennent beaucoup plus le parti de l’action à tout crin, et se composent essentiellement d’objectifs simples d’élimination dans des environnements finalement très linéaires et impliquant des séquences de jeu très courtes. On est là bien entendu très loin du RPG, et l’investissement demandé au joueur reste très modulable.

Ce qui est plus nouveau dans tout cela, et je laisserai volontiers de côté Star Wars : The Old Republic dont le background n’était pas à écrire, c’est précisément la volonté des créateurs de raconter une histoire, de décrire avec précision une chronologie des faits, un univers et même des croyances. Cette composante, plutôt succinte et effacée dans les plus anciennes licences, est très intégrée dans Borderlands par exemple, et se retrouve encore grandie dans Destiny (de ce que la Beta laisse entrevoir), diluant encore un peu plus la limite qui existe entre Hack’n’Slash, RPG, MMORPG et ces jeux mutants dont il est question aujourd’hui.

 

  

Consulter votre codex ou modifier votre équipement est possible hors jeu, via mobile et tablettes aussi...

 

Viennent par ailleurs se greffer au jeu un site Internet et une « companion app » sur mobiles, qui vous permettent de consulter les nombreuses pages de codex découvertes lors de vos aventures, vous laissant le temps à loisir d’en apprendre plus sur cet univers, ses protagonistes… et son messie !  Si l’on ajoute à cela le fait que le jeu soit entièrement faisable avec l’impression d’évoluer en solo, cela rajoute encore un doute, et force le constat : c’est un vrai mutant, un intermédiaire qui a presque des pattes mais qui évolue dans l’océan, qui a presque des ailes mais qui ne vole pas.

Cependant, le mystère total entourant notre avatar, son système d’évolution rigide, l’absence de personnages dignes de ce nom, d’embranchements et de choix dans la résolution des quêtes ou encore les trop rares phases d’avancée de l’intrigue finissent par trahir la bête.

Destiny n’est donc pas un RPG, et les développeurs, autant que l’éditeur, n’ont d’ailleurs jamais été ambigus sur le style de jeu proposé, du moins pas de cette façon là. C'est entre autres pour cette raison, malgré des coïncidences troublantes entre les deux titres, que je n'ai pas osé comparer Destiny à la magistrale trilogie de Mass Effect, quand bien même cette dernière s'est dotée dans ses dernières moutures d'un mode multijoueur. Je sors ma boule de cristal : Mass Effect sera sacrifié sur l'hôtel du multijoueur en coopération d'ici peu, prenons les paris.

Mais une chose est certaine : là où d’autres jeux se targuent de posséder des éléments RPG ou d’être des RPG, Destiny fait profil bas mais possède de quoi déstabiliser d'autres grandes licences du genre et interpeller les aficionados de RPG que nous sommes.

En attendant les promesses du tant attendu The Division, et pour mieux comprendre les rouages de ce monstre génétiquement modifié qu'est Destiny, je vous invite à découvrir cette petite vidéo de découverte réalisée à partir de la version Beta du jeu, et capturée sur PS4. Je profite également de l’occasion pour vous dire que ce dernier, en dehors de cette phase exploratoire de la Beta, ne sera à priori pas plus développé sur RPG France (sauf si le coeur vous en dit sur les forums).

 

 

N’hésitez pas à laisser vos commentaires et faire part de vos références dans ce genre hybride. Celles-ci sont nombreuses, et les quelques exemples cités ici ne sont que des émanations de la modeste expérience de jeu de votre serviteur. Pour rappel, Destiny sortira le 9 septembre prochain sur XBOX360, XBOX One, PS3 et PS4.

 

Cliquez ici pour retrouver les articles de la section des Presqu'RPG

Commentaires (10)

#2

Shaam
Grand chevalier

Un presque RPG mais aussi un presque MMO au final parce qu'a la base un MMO est un terme qui regroupe normalement les jeux proposant un monde persistant, Destiny ça marche (si j'ai bien compris) comme sur Guild Wars ou y'avait de petite zones publiques et de grande zones fermées, ce n'est donc pas un MMO dans le sens classique du terme !

Par exemple, en MMOFPS ou MMOTPS, c'est assez proche, y'a des choses comme Planetside 2, Fallen Earth ou Défiance qui sont bien des mondes persistant (même si ça peu paraître petit :p)

Sinon Destiny ça a l'air vraiment rigolo dommage que ça sorte pas sur PC, enfin on sait jamais... :'(
#3

DEXTER987
Garde

Les exclus consoles ne m'intéresse pas!!!

#4

Haasva
Citoyen

Destiny est probablement le plus beau jeu que j'ai jamais vu.
#5

FullMetalPizza
Citoyen

Destiny est probablement le plus beau jeu que j'ai jamais vu.


Regarde Skyrim avec quelques mods et un joli ENB sur pc, rien ne lui arrive a la cheville selon moi, vive les mods. On peut cracher sur ce jeu autant qu'on veut, tant qu'on aura pas un TES VI ou Fallout 4, y aura pas plus beau a regarder.
#6

nadir1979
Citoyen

Call of destiny....
#7

Djefel
Noble

C'est une FPS, déjà que sur PC j'ai du mal (bon ok, sauf Max Payne 1) alors sur console j'ose même pas vous dire...

Quant aux côté MMO bha mon dernier en date c'est Wildstar et j'ai tenu quinze jours
#8

Lamenoire
Guerrier

C'est une FPS, déjà que sur PC j'ai du mal (bon ok, sauf Max Payne 1) alors sur console j'ose même pas vous dire...

Max Payne c'est un TPS pas un FPS!
Le plus beau jeu tout confondu pour moi c'est sans hésitation The Last of us.

Message édité pour la dernière fois le : 03/08/2014 à 12:05

#9

Djefel
Noble


Max Payne c'est un TPS pas un FPS!
Le plus beau jeu tout confondu pour moi c'est sans hésitation The Last of us.


C'est vrai au temps pour moi !
#10

Kisdra
Citoyen

Destiny, c'est Halo en monde persistant avec des classes, des races différentes et un soupçon de RPG. Le plus gros écueil est sans doute l'impossibilité de jouer en solo, car l'univers me semblant des plus intéressants et la trame de fond plutôt bien travaillée, tout ceci aurait mérité des approfondissements que malheureusement au jour d'aujourd'hui seule une expérience solitaire peut proposer (à moins, comme toujours, d'avoir la bande de roleplayeurs à portée de main).
#11

flofrost
Grand chevalier

Dans l'article, il aurait pu être opportun de parler de Defiance également, car justement le principe me semble très proche, non ?
PS : En même temps, je souhaite à ce jeu de s'en sortir mieux que Defiance, car il me semble bien qu'il est loin d'avoir marqué les esprits. La preuve, c'est que c'est depuis la lecture de l'article (soit peu de temps après sa mise en ligne), que je cherchais le jeu auquel ça me faisait penser

Message édité pour la dernière fois le : 04/08/2014 à 00:03





Voir tous